Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écoles et collèges dans le Nord à l'aube de la Révolution

 | 
Philippe Marchand

Préface

Alain Lottin

Texte intégral

1Publier des textes historiques ou des ouvrages scientifiques dont la rentabilité immédiate n’est pas évidente devient aujourd’hui une gageure. Et les rares éditeurs qui acceptent de courir ce risque le font avec des délais tels qu’ils découragent les meilleures volontés. Si l’on ne peut faire grief aux uns et aux autres d’attitudes dictées par des impératifs économiques et financiers, il faut néanmoins en constater l’effet néfaste pour la recherche scientifique. Impossible ou presque d’assurer des publications de documents alors que celles-ci sont indispensables pour nourrir des études ou des recherches et pour la sauvegarde du patrimoine. Impossible ou presque désormais de publier des travaux « de première main » et, notamment des thèses ou des mémoires de grande qualité, non moins indispensables. Seuls restent ouverts quelques circuits confidentiels réservés inévitablement à un cercle étroit d’initiés ou de spécialistes. Or un assez large public d’enseignants, de chercheurs, d’érudits, d’étudiants ou d’amateurs éclairés souhaite pouvoir accéder à ces travaux de grande qualité et qui fort heureusement se multiplient.

2Confronté à cette situation le Centre d’histoire de la Région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest de l’Université Charles de Gaulle, Lille III, a décidé de reprendre son activité de publications commencé en 1961 et interrompue 1976 sous l’emprise de la nécessité. Il le fait prudemment parce que disposant de moyens modestes et dans un premier temps en se limitant aux publications qui entrent dans le cadre de la commémoration du Bicentenaire de la Révolution et qui sont aidées par l’O.R.C.E.P. (Office Régional de la Culture et de l’Education Permanente) de la Région Nord/Pas-de-Calais.

3Paraît donc aujourd’hui un document d’époque : les réponses à l’enquête lancée en 1790 par le directoire du département du Nord, qui venait d’être créé, « sur les établissemens destinés à l’instruction de la jeunesse ». Ces textes dressent un état des lieux à l’aube de la Révolution et montrent l’intérêt porté par les hommes du Nord engagés dans le processus révolutionnaire aux problèmes éducatifs. Philippe Marchand, docteur en histoire, connu pour ses travaux sur l’enseignement au siècle des Lumières et au XIXe siècle et ses publications destinées à un public scolaire effectuées dans le cadre du C.R.D.P., s’imposait pour être « l’éditeur » de ces textes, c’est-à-dire les présenter et les doter d’un appareil critique.

4Cet ouvrage va être rapidement suivi par la réédition du Guide de recherches sur la Révolution dans le Nord/Pas-de-Calais, paru en 1987, épuisé et réclamé de toutes parts, notamment à l’étranger. Suivront au début de l’année 1989 deux volumes de Florilège des Cahiers de doléances l’un pour le Nord (Ph. Marchand, éditeur), l’autre pour le Pas-de-Calais (J.-P. Jessenne et D. Rosselle, éditeurs). Viendra ensuite Eglise, vie religieuse et Révolution dans la France du Nord, qui contiendra les actes et les discussions du colloque tenu à Arras les 4 et 5 novembre 1988, puis l’édition du passionnant journal écrit avant et pendant la Révolution par un noble libéral boulonnais, Abot de Bazinghem (A. Lottin, M. de Sainte-Maréville, P.A. Wimet, éditeurs).

5Pour captivante et « actuelle » que soit la période révolutionnaire, nous comptons bien ne pas nous y limiter ; d’autres belles études, portant sur le Hainaut, le Cambrésis, la Flandre, l’Artois, le Boulonnais, le Nord et le Pas-de-Calais, d’autres chroniques telle celle d’un ouvrier de Bertry qui se fait pasteur et témoigne des transformations majeures intervenues au XIXe siècle doivent être édités. Il en est de même pour des ouvrages se rapportant à la littérature régionale. Mais nous ne pouvons le faire seuls. Espérons donc que cette cause retiendra l’attention des autorités régionales, ou de quelque « mécène », qui s’inspireront de l’exemple du Crédit Communal de Belgique. Ils œuvreraient utilement pour la défense de notre patrimoine, la sauvegarde de la mémoire collective et l’indispensable prise de conscience de notre identité régionale dans le cadre national et européen.

Auteur

Président de l’Université Charles de Gaulle,
Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter