Version classiqueVersion mobile

Places fortes des Hauts-de-France –1–

 | 
Thomas Byhet
, 
Christine Aubry

Le château des Créquy à Fressin

De la résidence seigneuriale à la forteresse (xve-xviie siècles)

Fressin’s Créquy Castle: from seigniorial residence to fortress (15th – 17th centuries)

Victorien Leman et Lucie Jeanneret

Résumé

Reconstruit par Jean V de Créquy (capitaine de guerre, chambellan et diplomate du duc de Bourgogne, Philippe le Bon) vers le milieu du xve siècle, le château de Fressin (Pas-de-Calais) est conçu dans un premier temps comme la nouvelle résidence principale du lignage. Toutefois, les heurts guerriers du début du xvie siècle contraignent rapidement les Créquy à habiter dans leurs châteaux picards, laissant leurs possessions artésiennes au cœur des conflits entre Saint-Empire, royaumes de France et d’Angleterre. Suite à une première série d’investigations archéologiques, le château de Fressin livre de nombreux indices architecturaux et archéologiques de son adaptation au contexte militaire des xvie et xviie siècles. L’article proposé ici a pour but de préciser la manière dont ce château a été transformé au cours du temps, afin de s’adapter aux nouvelles nécessités martiales.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Terninck, 1860.
  • 2 Fromentin, 1892 (2009).
  • 3 Rodière, Pentel, 1926, François, 1994 et François, Routier, 1996.
  • 4 Leman, 2011 et 2012.
  • 5 Je tiens à remercier l’ensemble de l’équipe de terrain ayant pris part à cette première campagne ar (...)

1Inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1996, le château des Créquy à Fressin (Pas-de-Calais) apparaît pourtant dans la littérature scientifique dès le début du xixe siècle1. Des années 1860 à 1996, le site a fait l’objet de travaux historiques2 et archéologiques3 qui se sont essentiellement concentrés sur ses structures souterraines. Entre 2010 et 2012, un master recherche, portant sur les résidences des sires de Créquy, incluant le château de Fressin, a été réalisé à l’Université de Picardie4. Chercheurs et érudits s'accordent pour attribuer la construction ou la reconstruction du château à Jean V de Créquy, au milieu du xve siècle. Ses descendants l’auraient ensuite abandonné. Victime des péripéties suscitées par les guerres franco-espagnoles, il est finalement détruit par Balthazar de Fargues, autoproclamé gouverneur de Hesdin, en 1658. La première campagne archéologique menée au château de Fressin du 15 au 22 février 2015 avait pour objectifs : 1) de réaliser un relevé topographique précis du site ; 2) de dresser un premier inventaire des éléments bâtis pour en évaluer l’état de conservation et le potentiel archéologique5. Le site, bien que ruiné et subissant tous les ans les dégâts du gel, est dans un état de conservation propice à une étude archéologique. Celle-ci a notamment permis de mettre en avant une évolution de la fonction du site castral, d’abord conçu comme une résidence aristocratique, mais qui semble ensuite évoluer vers des usages plus militaires.

2. La résidence de Jean V de Créquy

  • 6 Pas-de-Calais, arrondissement de Montreuil-sur-Mer, canton d’Auxi-le-Château.
  • 7 Somme, arrondissement d’Amiens, canton de Doullens.

2La majeure partie des élévations de la basse-cour n’est pas visible à l’œil nu. Elles sont recouvertes d’un épais glacis correspondant vraisemblablement à des remblais d’abandon et/ou de destruction. Elles semblaient être constituées de maçonneries identiques à celle de la tour sud-ouest (dite « tour forte »), avec un soubassement en damier de moellons de silex et de blocs de calcaire coquillé ou grès liés avec de gros joints de mortier beige. Il s’agit d’une façon de faire que l’on retrouve régulièrement dans les édifices de la fin du Moyen Âge dans les Sept Vallées et dans le nord de la Somme, aux églises de Fressin et de Douriez6, ou encore à l’ancienne commanderie templière de Bernâtre7, pour ne citer que quelques exemples. Malgré ces éléments, le tracé exact de la courtine et le nombre de tours dont elle était pourvue demeurent inconnus. Notons aussi la présence relativement importante de fragments de tuiles apparaissant en surface, sur les sommets du tracé de la basse-cour, qui suppose la présence de bâtiments accolés au tracé des murs.

3Une section de courtine est également visible sur le flanc sud-est de la basse-cour, le long de l’actuelle rue de la Lombardie. Ses élévations sont conservées sur environ 5 m de haut et sur une distance de 36 m environ. Au milieu de cette section, on voit apparaître un passage voûté en plein-cintre et appareillé en briques, de 1,10 m de haut sur 0,60 m de large. Cet accès est en lien avec une tourelle en saillie, nettement visible sur le plan et qui peut s’apparenter à une poterne (fig. 1). Son parement interne, couvert de briques, est encore partiellement visible. Le blocage de la courtine qui apparaît à cet endroit est constitué, comme partout ailleurs sur le site, de moellons de craie liés dans un mortier beige. À l’extrémité sud-ouest de ce tronçon, et au milieu du flanc sud-est de la basse-cour, se trouve une anomalie de la maçonnerie qui pourrait être interprétée comme l’intérieur d’une tour éventrée, parallèlement à l’axe de la courtine. Néanmoins, la présence d’un dense couvert arbustif nous empêche d’en dire davantage. À l’angle sud de cette structure, on voit apparaître une maçonnerie mêlant craie, brique et silex, très perturbée, mais dont l’axe semble perpendiculaire au flanc de la basse-cour : il pourrait s’agir d’un angle du mur, marquant peut-être la présence antérieure d’une porte ou d’une poterne. Aujourd’hui encore, c’est à cet endroit que se trouve l’accès au site.

Fig. 1. Fressin. Le château. Plan masse issu des relevés topographiques de février 2015

Fig. 1. Fressin. Le château. Plan masse issu des relevés topographiques de février 2015

DAO : V. Leman, L. Jeanneret

  • 8 François, Routier, 1996.

4Les élévations de la haute-cour sont similaires à celles de la basse-cour dans le choix des matériaux mis en œuvre : du calcaire et des moellons de silex dans les soubassements. Toutes les tours présentent un diamètre d’environ 12 m, en dehors de la tour sud-ouest, qui présente un diamètre de 14 m, d’où le sobriquet de « tour forte » donné par les habitants. En dehors de la courtine nord-est, la plupart des élévations de l’enceinte castrale a été arasée. La tour nord est presque entièrement détruite (fig. 2) : seul le soubassement de silex (sans alternance avec des blocs de calcaire coquillé) est conservé. Le premier niveau de cette tour (correspondant à un sous-sol ?) est aujourd’hui en grande partie comblé, sans doute en raison de l’effondrement de la voûte qui devait en constituer le ciel. On accède à cet espace par l’intérieur de la cour, probablement à partir du logis situé le long de la courtine nord-est, et par un escalier d’une dizaine de marches suivi d’un couloir faisant un coude vers l’est. Des traces d’huis ménagés dans les murs et un chambranle maçonné indiquent encore l’emplacement de la porte. L’accès à ce premier espace était dissocié de l’accès au rez-de-chaussée et aux étages de la tour, qui se faisait par une seconde porte dont on conserve un seuil en grès très abîmé. Les étages devaient être atteints par un escalier à vis ménagé au sud de la tour, à la jointure avec la courtine nord-est. On voit encore les traces d’arrachements des blocs constituant les marches. L’intérieur des pièces semble avoir été circulaire, même si l’érosion des parois nous empêche d’être catégoriques. Les étages devaient être sous voûtes, dont on perçoit encore les arrachements, quoique de manière assez ténue. Les dégagements réalisés par l’association Sub Artésia en 1996 avaient permis d’observer un âtre de briques et le socle d’une cheminée qui ne sont plus visibles actuellement8.

Fig. 2. Fressin. Le château. La tour nord, vue de l’est

Fig. 2. Fressin. Le château. La tour nord, vue de l’est

Cliché : V. Leman, 2015

  • 9 François, 1994.

5La courtine nord-est présente une élévation conservée sur 10 m de hauteur environ, pour une longueur d’environ 35 m. Les parements calcaires ont en grande partie disparu et aucun soubassement n’est actuellement visible. On peut toutefois observer une moulure décorative conservée à la jointure avec la tour nord, au niveau du premier étage. Les excavations réalisées par Sub Artésia en 1994 ont permis d’étudier les fondations de cette courtine à plusieurs endroits. Celles-ci ne marquent pas de véritables ruptures avec les élévations et sont posées sur un lit de craie compactée recouverte par le remblai de l’escarpe sur une hauteur d’environ 1,40 m9. Au milieu de cette courtine, se trouve une porte voûtée en plein-cintre (fig. 3) de 3,50 m de large pour une hauteur de 4 m. À ce niveau, l’épaisseur des murs atteint 3,20 m, mesure à laquelle il fallait rajouter les parements aujourd’hui disparus. Il subsiste encore six autres ouvertures de diverses formes et tailles. Il est toutefois difficile d’être plus précis, car nous n’avons pu avoir accès à la plupart des ouvertures, situées en hauteur. On peut noter une alternance entre plusieurs ouvertures, de type fenêtre, sur deux niveaux et avec des gabarits différents qui peut faire penser à une fenêtre basse et une rangée de fenêtres hautes desservant un même espace (grande salle ?). Plusieurs arrachements peuvent aussi suggérer la présence d’autres fenêtres très endommagées. Trois empreintes de poutres sont également nettement visibles, permettant par la même occasion de déterminer la hauteur du plancher du premier étage. On peut constater plusieurs anomalies sur cette courtine. La première est une différence de procédé de construction : la partie supérieure du mur est marquée par une alternance de lits de calcaire et de lits de briques qui ne s’observe pas dans la partie inférieure (fig. 3). Ce procédé est à rapprocher de ce que l’on a observé à propos des maçonneries de l’ouvrage avancé. Il pourrait s’agir d’un deuxième état du chantier ou d’un exhaussement postérieur de la courtine, peut-être à but défensif.

Fig. 3. Fressin. Le château. Accès percé dans la courtine nord-est, vue de l’ouest

Fig. 3. Fressin. Le château. Accès percé dans la courtine nord-est, vue de l’ouest

Cliché : V. Leman, 2015

  • 10 Tierny, 1932.

6L’aménagement des intérieurs est, bien entendu, encore plus difficile à aborder. La courtine nord-est présente deux rangées de fenêtres en quinconce qui laissent supposer une salle à plafond assez haut pour permettre une rangée de fenêtres basses et une seconde de fenêtres hautes. Il subsiste aussi un tronçon de soubassement en damier de silex et de calcaire coquillé visible à l’ouest de la tour est. Ce soubassement est d’ailleurs intéressant, car il permet d’estimer la largeur de l’édifice qui devait être accolé à la courtine nord-est (largeur d’environ 10 m). Roger Rodière et Abel Pentel voyaient d’ailleurs à cet endroit l’emplacement de l’aula (salle seigneuriale). Un inventaire des titres conservés au château, établi en 1515, livre quelques indices de l’organisation des pièces lors de l’occupation du site par les seigneurs de Créquy. En effet, bien que Paul Tierny n’en offre qu’une publication partielle10, nous pouvons suivre presque pas à pas les inventoristes dans leur visite du château. Ainsi, l’inventaire commence dans la « salle » où sont mentionnés un certains nombres d’objets : linge de maison, éléments d’huis, quelques éléments de vaisselier. Il semble se poursuivre dans la chambre de Jean de Créquy. Il est impossible de dire si la chambre seigneuriale est directement accolée à la salle ou si elle se trouve dans un bâtiment plus éloigné. De même, concernant la dénomination de la chambre, on constate deux types de termes utilisés :
– d’une part, « en la chambre où led. feu est allé de vie à trespas » et « la chambre mortuaire » qui renvoient à la chambre où Jean VI a été veillé jusqu’à ses funérailles ;
– d’autre part, « la grant chambre » ou « la chambre de Monseigneur », qui semble renvoyer à la chambre que Jean VI occupait de son vivant.
Il est cependant trop aventureux d’affirmer que cette distinction terminologique renferme une véritable distinction organisationnelle, peut-être entre chambre de parement et chambre de retrait. Enfin, est évoquée à plusieurs reprises, une « chambre desseure la porte » reliée à la (ou les) chambre(s) précédente(s) par une « allée », s’apparentant à une galerie. Cette chambre semble être le lieu de conservation de la plupart des textes d’administration domaniale des Créquy.

7Sous ce corps de logis et le mur de courtine nord, se trouve une structure souterraine d’importance : il s’agit d’une cave à couloir central et cellules latérales. Élément bien connu du site, cette cave n’avait plus fait l’objet de relevés depuis son exploration en 1923-1924 par Roger Rodière et Abel Pentel : ces derniers ont percé les parois de l’une des cellules afin de pénétrer dans cet espace jusque-là intact. Depuis, son état s’est fortement dégradé. Il ne nous reste qu’un aperçu très partiel de cette cave qui s’est en partie effondrée. Il était donc important d’en réaliser un relevé précis, pour actualiser le plan de masse de 1923-1924 et documenter précisément cette structure avant sa disparition définitive (fig. 4). Les relevés effectués sur la seule cellule de la partie sud de la cave encore accessible confirment que les cellules de stockage sont moins larges et moins profondes que dans la partie nord. Au nord, une cellule présente une ouverture d’1 m et une profondeur d’1,80 m, contre 1,25 m pour 2,20 m de profondeur en moyenne dans la partie sud. Cette différence entre parties nord et sud concerne les dimensions, mais également la mise en œuvre et le choix des matériaux.

Fig. 4. Fressin. Le château. Plan, coupe et profil de la cave nord du corps de logis

Fig. 4. Fressin. Le château. Plan, coupe et profil de la cave nord du corps de logis

Relevés et DAO : V. Leman, S. Porcheret, 2015

8Le couloir principal ainsi que les niches sont couverts d’une voûte brisée surbaissée et l’ouverture des niches de stockage est réhaussée d’un chanfrein. La mise en œuvre des matériaux ainsi que leur typologie sont homogènes dans cette partie de la cave. Les pierres sont soigneusement montées, à l’aide de joints fins et réguliers dont l’épaisseur est d’environ 5 mm. Quatre percements circulaires réguliers d’environ 2 cm ont été repérés à hauteur du rein de la voûte du couloir central, près de chaque cellule. La régularité de ces percements, tous ménagés entre les joints des pierres, semblent indiquer qu’ils ont fait partie des aménagements du cellier. Leur fonction est inconnue, mais leur hauteur, leur implantation et leur forme similaire d’une paroi à l’autre excluent l’hypothèse d’un système de fermeture. Peut-être faudrait-il y voir des orifices destinés à accueillir des organes de suspension pour des provisions ou des éclairages. La partie nord et la partie sud du cellier étaient séparées par une porte que l’on poussait en entrant depuis le logis. Sa présence est indiquée par la feuillure ménagée sur le côté nord de l’accès à la pièce nord, couvert d’un arc en berceau plein cintre. Dans sa partie visible, et d’après ce que montre le plan de Roger Rodière et Abel Pentel, la partie méridionale de la cave est aménagée selon le même principe que sa partie nord, avec un couloir central desservant des cellules latérales. Les deux parties de la cave sont nettement désaxées. Bien que la structure soit très délabrée, les observations amènent à supposer deux phases de construction différentes ou deux maîtres d’œuvre différents. Le soin particulier apporté à la construction de la cave est révélateur de la fonction de prestige de la résidence des Créquy. La demeure seigneuriale est soignée jusque dans ses parties invisibles, construites avec une grande qualité. Ceci pourrait s’expliquer par son rôle de lieu de stockage pour des mets spécifiques. Cette fonction pourrait contribuer à expliquer sa division en deux parties indépendantes séparées par une porte ou une grille. Si cette hypothèse se vérifiait, elle témoignerait d’une gestion optimisée et rationnelle de l’espace de stockage. Bien que soigneusement construites, ces caves restent cependant de dimensions modestes au regard d’autres exemples de ce type, comme les caves de Coucy-le-Château ou de Saint-Gobain (Aisne), voire au regard de caves d’abbayes comme celles de la Maison d'Ourscamp à Paris. Cela pourrait sous-entendre que les caves du château de Fressin ont été prévues pour un usage occasionnel et pour des séjours limités, et non pour alimenter un nombre important de personnes de façon permanente. Il est par ailleurs possible que la porte séparant les deux parties de la cave ait servi à séparer les provisions de bouches réservées au seigneur de celles destinées à l’effectif permanent.

9La tour est, dont la base est aujourd’hui très délabrée, a une structuration plus complexe de ses intérieurs, puisque les deux premiers niveaux sont de forme hexagonale, alors que le troisième et le possible quatrième niveau sont carrés ou rectangulaires. Roger Rodière et Abel Pentel y avaient repéré une glacière sous le niveau actuel. L’absence de voûtes (ou de départs de voûtes) indique que les étages étaient planchéiés. Tout comme pour la courtine nord-est, on peut ponctuellement voir des pans de maçonnerie en briques dans les parties hautes. La mise en œuvre en est soignée : bien que l’on note la présence d’un élément de confort (la latrine), on constate l’absence de cheminée, ce qui semble exclure un usage résidentiel.

  • 11 Roumegoux, 2000.

10L’arasement du flanc sud-est du château témoigne de la volonté de démantèlement, puis de destruction du château au xviie siècle. Les deux tours de flanquement situées au milieu de cette façade sont très rapprochées et leur localisation permet de restituer un châtelet d’entrée, en lien avec un ouvrage avancé (fig. 5). Seule la moitié ouest de ses tours a été conservée, dans un but mémoriel. Les maçonneries de ces deux tours sont très altérées et ne permettent pas de préciser le nombre de niveaux et d’ouvertures. Des travaux de dégagements menés en 2000 ont permis de retrouver, entre les deux tours de flanquement, un abondant mobilier lapidaire composé de fragments d’arcatures, de fragments de moulures et d’une sculpture monumentale représentant les armoiries de la famille de Créquy11. La présence de ces éléments invite à restituer un châtelet d’entrée surmonté des armoiries familiales. L’ensemble devait témoigner du soin tout particulier accordé à cet élément architectural fondamental dans l’espace castral.

Fig. 5. Fressin. Le château. L’ouvrage avancé et les deux tours de flanquement de la courtine sud-est, vue du sud-ouest

Fig. 5. Fressin. Le château. L’ouvrage avancé et les deux tours de flanquement de la courtine sud-est, vue du sud-ouest

Cliché : S. Léger, 2015

  • 12 Mesqui, 1991 : passim.

11La tour sud-ouest est d’un diamètre plus important de 2 m que les autres tours du château. Elle est conservée sur une hauteur de 21 m. Son parement externe, relativement bien préservé, est constitué d’un moyen appareil de calcaire avec un soubassement en damier de silex et de calcaire coquillé/grès. Quelques mâchicoulis subsistent dans sa partie haute. Sont conservées également deux ouvertures barlongues, de type meurtrière. Il semblerait toutefois excessif de vouloir leur conférer une vocation militaire d’archère ou d’arbalétrière : en effet, si l’on se réfère aux analyses de Jean Mesqui12, leur taille réduite (70 cm de haut pour 6 cm de large pour la première ; 50 cm de haut pour 6 cm de large pour la seconde) et leur orientation vers l’horizon (et non « en piquet » vers les abords du château) suggèrent bien des ouvertures destinées à éclairer l’escalier à vis sur lequel elles ouvrent. Cette tour offre des intérieurs quadrangulaires, alors que son parement externe est circulaire. On peut encore compter trois étages, en plus d’un grand espace en cul-de-basse-fosse. L’accès ménagé en 1923-1924 permet de constater qu’au pied de cette tour, les maçonneries atteignent une épaisseur de 5,50 m. Une cheminée était présente au rez-de-chaussée et une autre au premier étage : elles sont constituées de tuiles posées de champ dans la maçonnerie en calcaire. Les étages étaient séparés par des planchers : les ancrages des poutres et des solives sont encore nettement visibles. Un escalier à vis, dont quelques marches sont conservées à la jointure entre la tour et la courtine sud, devait permettre la circulation vers les étages. Il desservait également un espace au pied de la tour, muni d’une ouverture pouvant correspondre à une canonnière, orientée vers la vallée, en un lieu où, au cours de leur fouille, Roger Rodière et Abel Pentel ont retrouvé : « environ 90 boulets en grès dont les calibres varient de 11 à 17 cm et le poids de 4 à 11 livres ». Ce secteur comporte les aménagements défensifs les mieux préservés sur l'ensemble de la structure du château. On y trouve un accès le long de la courtine sud, une embrasure de tir presque intacte et peut-être une seconde embrasure à la jonction entre le pied de la tour et la base de la courtine sud. Plusieurs passages destinés à assurer la liaison entre la courtine sud et la tour sud-ouest ont également été observés. L’une des embrasures de tir, de facture soignée et couverte d’une voûte surbaissée, présente des parois réhaussées par un décor sobre sous la forme d’une série de ressauts. La forme de l’ouverture en elle-même est très travaillée, avec un couloir d’accès d’1 m de largeur ouvrant pour un ébrasement d’1,67 m de large avec des angles arrondis. Cette embrasure, large et haute, très évasée, offre une vue dégagée sur la vallée. Ces ouvertures sont peu nombreuses sur les portions d’élévations conservées. Elles sont en revanche bien visibles de l’extérieur, tant sur la courtine que sur les différents niveaux de la tour sud-ouest. D’après leur forme, leur largeur et le soin apporté à leur mise en œuvre, ces embrasures de tir semblent donc revêtir avant tout une fonction de représentation et d’apparat, plus qu’une réelle fonction défensive. L’escalier desservant le niveau supérieur de la tour débouche au pied de la courtine sur un réduit maçonné très endommagé dont le mur sud est légèrement oblique. Cette disposition pourrait laisser penser qu’il s’agit d’une embrasure de tir très abîmée destinée à surveiller le pied de la courtine et le flanc oriental de la tour. Son état de dégradation et les remblais qui le couvrent ne permettent cependant pas, pour le moment, de valider cette hypothèse.

  • 13 Merci à Hervé Mouillebouche de nous avoir signalé cette découverte (Mouillebouche, 2014 : p. 92).

12Aux niveaux supérieurs, des excroissances dans la maçonnerie rythment de manière très régulière le parement interne de la tour sud-ouest : il pourrait s’agir de l’emplacement de baguettes de bois pour fixer un lambris, élément qui ornait très souvent les intérieurs nobles de la fin du Moyen Âge, à l’instar du palais des Ducs de Bourgogne à Dijon13. En tout état de cause, c’est la tour qui offre le plus d’éléments de confort. De plus, son caractère massif, renforcé par un diamètre plus important de 2 m par rapport aux autres tours du château, vient conforter l’hypothèse de la présence d’une tour maîtresse.

13L’ensemble du château et de la basse-cour est cerné d’un vaste fossé, large de 30 m (au niveau des petits côtés de la haute-cour) à 50 m (flanc nord-ouest) à l’ouverture, pour une profondeur variant de 15 m (flanc nord-ouest) à environ 5 m (au niveau de la basse-cour). Les différences de profondeur observées s’expliquent en grande partie par la déclivité du coteau sur lequel s’installe le château. Par ailleurs, la profondeur réelle des fossés est sans doute supérieure, mais seul un sondage permettrait de prendre connaissance de leur morphologie exacte. Il existe également un fossé de plus faible ampleur (4 m de profondeur) séparant la haute-cour de la basse-cour. La hauteur des fossés est, par ailleurs, accrue par un système de contre-talutage le long des fossés de la haute-cour. Ceux-ci mesurent environ 10 m de large sur les flancs sud-ouest et nord-est et 5 m sur le flanc nord-ouest. Le tracé du fossé nord-ouest forme un angle saillant, visible sur le plan topographique (fig. 1). Il faut envisager la possibilité qu’il s’agisse d’une perturbation liée à l’explosion d’un obus, ne traduisant pas la présence d’un vestige ancien. En effet, les parcelles environnantes conservent l’empreinte de plusieurs impacts d’obus. Cette hypothèse est d’ailleurs renforcée par le témoignage d’anciens du village conférant au château la fonction d’abri anti-aérien pendant la Seconde Guerre mondiale.

14Au total, on peut considérer que le château de Fressin, dans son état du xve siècle, devait être conçu avant tout comme une résidence seigneuriale confortable, non dénuée des caractères militaires conférés traditionnellement à ce type d’édifice, mais sans toutefois bénéficier d’un rôle militaire majeur dans le contrôle du territoire environnant. Plusieurs indices archéologiques tendent toutefois à laisser entendre que son rôle évolue au xvie siècle, après que les Créquy ont délaissé leurs seigneuries artésiennes pour leurs possessions picardes et franciliennes, plus conséquentes.

3. Des indices d’importantes transformations structurelles au xvie siècle

15Aujourd’hui, on peut encore voir la partie basse d’une tour, située au pied de la tour sud-ouest de la haute-cour (fig. 6). Cet élément prend la forme d’un demi-fer à cheval adossé à l’escarpe du fossé. Ses murs, de 2 m d’épaisseur, sont édifiés à l’aide d’un blocage de moellons de craie, liés entre eux par un mortier de chaux beige, et revêtu sur ses faces interne et externe d’un parement de briques dont il reste des traces. Dans sa partie occidentale, l’ensemble repose sur une semelle de fondation débordante réalisée à l’aide de moellons de craie et de craie concassée prise dans un bain de mortier de chaux beige. Dans sa partie orientale, l’ouvrage est accolé à une maçonnerie de silex d’1,20 m de hauteur pour 0,60 m d’épaisseur, qui se prolonge contre l’escarpe, en direction du sud. L’espace est équipé de deux embrasures de tir partiellement endommagées : l’une côté sud, d’environ 0,60 m d’ouverture côté extérieur (fig. 7), et l’autre, sur le flanc occidental, dont l’ouverture côté extérieur peut-être estimée à 0,60 m. Il semble qu’on accédait à celle-ci depuis le haut de la basse-cour, par un escalier à vis en briques partiellement conservé. Bien que la tour soit de section circulaire, l’intérieur est de section quadrangulaire, presque carré, et garni d’au moins deux ouvertures de tir : l’une permettant de faire feu vers le sud, parallèlement à la courtine de la basse-cour, et l’autre ouvrant vers l’ouest, perpendiculairement au défilement du fossé. La gouache de Croÿ représentant le château de Fressin vers 1600 indique que l’entrée ouvrant sur la vallée, dont l’emplacement ne peut être localisé avec certitude, était garnie d’au moins deux autres tours circulaires couvertes d’ardoises et que la courtine comportait au moins trois tours sans couverture. Ceci pourrait suggérer la présence de bâtiments accolés aux courtines. Étant donné la structuration de l’ensemble, il pourrait s’agir d’un ouvrage de type caponnière servant à couvrir de son feu le fonds des fossés. Malgré tout, la stratigraphie ne permet pas de clairement rattacher cet élément à l’une ou l’autre phase d’occupation du site.

Fig. 6. Fressin. Le château. Base de la tour flanquant la courtine de la basse-cour, en arrière-plan, la tour sud-ouest de la haute-cour, vue du sud

Fig. 6. Fressin. Le château. Base de la tour flanquant la courtine de la basse-cour, en arrière-plan, la tour sud-ouest de la haute-cour, vue du sud

Cliché : V. Leman, 2015

Fig. 7. Fressin. Le château. Plan de la tour ouest de la basse-cour

Fig. 7. Fressin. Le château. Plan de la tour ouest de la basse-cour

Relevés et DAO : V. Leman, S. Porcheret, 2015

16La basse-cour communique avec la haute-cour par l’intermédiaire de l’ouvrage avancé situé au niveau des deux tours de flanquement de la courtine sud-est. Celui-ci prend la forme d’un petit édifice grossièrement pentagonal, d’une emprise d’environ 15 m par 15 m, pour 4 à 5 m de hauteur. Son orientation, nord-ouest/sud-est, est parallèle à la courtine de la haute-cour. Les flancs nord et nord-est sont actuellement recouverts de remblais et d’humus qui ne permettent pas de voir les élévations ; en revanche, les autres faces sont visibles. Elles sont constituées d’une maçonnerie majoritairement composée de calcaire, mêlée ponctuellement à des lits de briques pris dans le blocage, mise en œuvre qui ne s’observe pas sur les courtines de la basse-cour. L’extrémité sud-est est pourvue d’un escalier en colimaçon maçonné en briques, d’une facture similaire à celui de la tour ouest de la basse-cour, et qui indique, là encore, que l’accès à cet espace bas se faisait par le sommet de l’ouvrage avancé. Ces deux éléments donnent sans doute une indication sur le niveau du sol originel, qui devait se situer au moins 1 m plus bas. Cet escalier débouche en direction du sud-ouest sur l’amorce d’un couloir. La vis d’escalier est éclairée par un jour de 0,34 m d’ouverture du côté extérieur, aménagé dans la paroi de brique et probablement intégré à la construction dès son origine. Sa hauteur par rapport aux marches, sa situation dans un escalier et la faible largeur de l'ouverture côté extérieur rendent peu probable l’hypothèse d’une embrasure de tir. Cependant, cet élément nous indique que nous sommes bien au niveau des élévations de l’ouvrage avancé, ou à un niveau d’entresol, et que cet escalier ne correspond pas à une structure souterraine. Le départ du couloir situé au débouché de l’escalier indique la présence probable dans ce secteur d’éléments détruits de l’ouvrage avancé, voire d’autres ouvrages avancés, avec lesquels il pourrait avoir été relié. Cet ouvrage avancé, actuellement désigné sous le terme de « barbacane », ne correspond à aucune typologie médiévale et il faut sans doute voir dans ce petit édifice un ajout postérieur à la construction du château, datant du xvie siècle. En effet, les barbacanes médiévales de la seconde moitié du xve siècle adoptent généralement une forme de fer à cheval, alors que celui de Fressin est pentagonal. Il ressemble en cela bien plus au ravelin du château de Beynes (Yvelines) par exemple, daté du xvie siècle.

17Sous le flanc sud de la haute-cour, court un segment de galerie voûté en berceau plein cintre (fig. 8) qui mesure 18 m de long pour 3,50 m de large, avec une hauteur sous voûte actuelle de 3,10 m. Très incomplète aujourd’hui, cette galerie aurait pu s’étendre sur tout le côté sud du château, si l’on en croit l’hypothèse formulée sur le plan de Roger Rodière et Abel Pentel. Tous les accès d’origine de la galerie, dont six ont été dénombrés, sont à présent obstrués ou remblayés. De construction très soignée, la structure est édifiée en moellons de craie soigneusement taillés, de petit ou de moyen appareil réglé. Les pierres sont liées à l’aide d’un mortier composé d’argile rouge ou orangée et de chaux. La construction est d’une grande homogénéité et plusieurs marques d'assisage, sous la forme de deux à trois traits obliques parallèles, sont visibles aussi bien sur les parements de la galerie principale que dans ses couloirs d’accès. L’ensemble prend appui sur le mur de courtine sud du château, dont le parement nord est en partie visible à l’extrémité orientale de la galerie. Dans la mesure où la voûte de la structure prend appui sur une face parementée du mur de courtine, il est donc probable que la galerie de communication lui soit postérieure et qu’elle ait été creusée dans les remblais d’occupation de la haute-cour. L’ensemble de la galerie de communication semble n’avoir connu que peu de reprises, en dehors de deux renforts en briques réalisés sur les montants de l’accès sud-est.

Fig. 8. Fressin. Le château. Plan de la galerie de communication située le long de la courtine sud du château

Fig. 8. Fressin. Le château. Plan de la galerie de communication située le long de la courtine sud du château

Relevés et DAO : V. Leman, S. Porcheret, 2015

18L’extrémité orientale de la galerie est toujours visible et prend la forme d’un mur percé d’un accès dans sa partie nord. Sa construction soignée, dans les mêmes matériaux que ceux de la voûte, montés selon appareillage réglé, et sa bonne intégration au reste des structures (et notamment aux accès) permettent de dire qu’il ne s’agit pas d’un cloisonnement ou d’un bouchage postérieur, mais bien de l’extrémité orientale d’origine de la galerie. La galerie de communication est desservie par de nombreux accès. Nous avons pu en dénombrer au moins six que nous avons choisi d’identifier par des lettres. Le départ de l’accès A a pu être repéré dans l’angle nord-est de la galerie de communication. En lisière d’un cône d’éboulis, il est possible de distinguer l’amorce d’une paroi maçonnée qui semble s’orienter en direction de l’est. L’hypothèse d’un couloir d’accès à cet endroit, déjà formulée par Roger Rodière et Abel Pentel, est renforcée par la présence d’une descente d’escalier comblée qui a été observée dans la partie sud-ouest du logis. Son axe et son orientation correspondent à ceux de la galerie, ainsi que ses matériaux et leur mise en œuvre. Les accès B et C se trouvent dans l’angle sud-est de la galerie. Un couloir de 4,25 m de long pour 1,25 m de large se divise en deux embranchements partant chacun dans des directions différentes. Les pierres de parement des parois ont été arrachées. Cependant, des traces de parement ont pu être retrouvées au ras du sol actuel du couloir, sur les parois est et ouest. Celles-ci comportent des marques d'assisage semblables à celles observées dans le couloir d’accès D. L’accès B mesure 2,50 m de large pour 2,90 m de haut : il est comblé après 2,90 m environ. Cependant, d’après les relevés réalisés par triangulation, il semble se diriger vers l’ouest/sud-ouest et donc vers la tour d’angle sud-ouest du château. L’accès C mesure 2,55 m de large pour 3 m de haut : il est complètement obstrué après 3,90 m. Cependant, d’après son orientation, il semble se diriger vers le sud/sud-ouest. Or, d’après les projections que nous avons réalisées, en suivant cet axe, il devrait recouper le couloir d’accès D au bout de 8,10 m. L’accès D mesure 2,50 m de large pour 3 m sous voûte : il est obstrué au bout de 11 m environ. Il s’agit du seul couloir d’accès de la galerie qui nous soit parvenu en bon état de conservation. Il est réalisé à l’aide de moellons de craie du Sénonien, soigneusement taillés, de petit ou de moyen appareil, régulièrement montés à l’aide d’un mortier d’argile orangée et de chaux. L’ensemble présente des marques d'assisage sous la forme de un à trois traits obliques parallèles. Ce couloir prend la direction du sud, en direction de l’ouvrage avancé qui défend le côté sud du château. D’après les projections que nous avons réalisées, l’accès D est censé être recoupé par l’accès C au bout de 17,90 m, ce qui tendrait à penser que l’aménagement des différents couloirs d’accès est contemporain de l’aménagement de la galerie principale. Ils ne résulteraient donc pas de percements ultérieurs, réalisés sur une structure préexistante. La bonne intégration des accès aux maçonneries de la galerie principale, l’homogénéité des matériaux de construction et de leur mise en œuvre, les marques d'assisage identifiées dans les différents couloirs et dans la galerie principale vont aussi dans ce sens. L’ensemble correspondrait donc bien à un seul et même programme d’aménagement. L’accès D prend la direction de l’ouvrage avancé et, d’après nos estimations, il devrait être recoupé par l’accès C au bout de 17 m. Nous avons pu observer que la voûte de la galerie principale venait s’appuyer à même le parement de la face septentrionale du mur de courtine sud du château. C’est précisément à ce niveau que démarre le couloir d’accès D. D’après les relevés réalisés en surface, ce mur est d’une épaisseur de 3,20 m, entre les deux tours d’entrée du mur de courtine sud, juste au nord de l’ouvrage avancé. À cet endroit précis, la distance entre le parement sud du mur méridional du château et les vestiges de l’ouvrage avancé, dont le parement a été enlevé, est de 14,70 m. La distance qui sépare le parement septentrional du mur de courtine sud et l’ouvrage avancé sans parement est donc de 17,90 m. Tout porte donc à penser que les accès C et D se rejoignent au niveau de l’ouvrage avancé, auquel ils donnent accès depuis la galerie de communication principale. Si cette hypothèse se vérifie, cela pourrait signifier que l’aménagement de la galerie de communication et des couloirs d’accès sont contemporains de la conception de l’ouvrage avancé et qu’ils ne font pas partie des aménagements d’origine du château. L’accès E n’est mesurable que sur une largeur d’1,10 m. Bien qu’il soit presque entièrement comblé et que son parement ait été arraché, l’amorce de la voûte et les restes de deux claveaux sont toujours visibles. Son départ est situé près de l’entrée actuelle de la galerie de communication. Il est orienté en direction des deux tours de flanquement de la courtine sud. Le départ probable de l’accès F a été repéré parmi les aménagements situés à la jonction de la tour sud-ouest et de la courtine sud. Il s’agit d’un couloir d’1,27 m de large, dont les parois de pierre viennent s’appuyer sur le parement interne du mur de courtine sud. Son axe, orienté vers la galerie de communication, et son positionnement à l’extrémité occidentale de la galerie, tel qu’ont pu la restituer Roger Rodière et Abel Pentel, rendent probable l’hypothèse d’une circulation associée à cette structure. Nous avons vu par ailleurs que la galerie de communication permettait probablement de relier les différentes tours de la courtine sud et l’ouvrage avancé. On peut encore distinguer dans les maçonneries l’amorce d’une pente similaire à celle qui s’observe à la base de la voûte de l’accès D. Cela pourrait suggérer que cet accès était couvert d’une voûte, aujourd’hui arrachée, et qu’il comportait une descente ou un escalier.

19Ce système de galeries de communication, larges et hautes, pourrait permettre la circulation d’un personnel nombreux, de pièces d’artillerie, ainsi que de vivres et de munitions. Sa position au sein du château et ses couloirs d’accès permettent de desservir toutes les tours de la courtine sud, ainsi que le corps de logis, pour assurer la répartition des hommes et du matériel en différents points stratégiques à partir de la galerie principale. L’ensemble est orienté de manière à optimiser la défense du côté sud du château, orienté vers la vallée à contrôler. Si cette hypothèse se vérifiait, ce système de galeries constituerait un témoignage de l’ampleur des réaménagements réalisés à Fressin et de l’importance de son rôle de place forte, dotée d’un système de communication souterrain efficace, à l’image de ceux réalisés dans les citadelles des villes frontalières.

4. Le château de Fressin : enjeu stratégique des conflits franco-espagnols ?

  • 14 Marichal, 1905 : p. 14.

20Une fois le château de Fressin abandonné par les Créquy, fuyant la guerre et préférant leurs riches possessions picardes, il devient beaucoup plus difficile de repérer Fressin et son château dans la documentation écrite. Les guerres sont très présentes en Artois dès la fin du xve siècle. Au beau milieu de la guerre de Cent Ans, la puissance politique des ducs de Bourgogne s’est considérablement accrue, notamment avec l’avènement de Philippe le Hardi, premier duc de Bourgogne de la dynastie Valois (1363-1404). Cette puissance politique est dirigée contre le parti Armagnac, en particulier à partir de 1419, date à laquelle le duc Jean sans Peur (1404-1419) est assassiné par le Dauphin, futur Charles VII. Les rapports entre le duc Philippe le Bon (1419-1467) et le nouveau roi de France restent tendus jusqu’en 1435. Par la signature du traité de paix d’Arras, Charles VII faisait don des villes sur la Somme à Philippe le Bon, en compensation de l’assassinat de son père. Un conflit émerge de nouveau entre le roi de France et le nouveau duc de Bourgogne, Charles le Téméraire (1467-1477), lorsque Louis XI cherche à récupérer les villes sur la Somme, comme le prévoyait pourtant le traité de 1435. Les combats franco-bourguignons se déroulent sur plusieurs fronts et aboutissent, le 5 janvier 1477, à la mort de Charles le Téméraire devant Nancy. Louis XI profite de l’absence d’héritier mâle pour envahir les territoires de son ancien ennemi, la Bourgogne et l’Artois notamment. La fille unique de Charles le Téméraire, Marie de Bourgogne (1457-1482), contracte un mariage avec Maximilien de Habsbourg (1459-1519). Leur fils, Philippe le Beau (1478-1506), hérite des territoires bourguignons de sa mère à sa mort et les transmet à son héritier, le futur Charles Quint. Celui-ci devient ainsi duc de Bourgogne à la mort de son père (et donc souverain des Pays-Bas bourguignons), puis roi d'Espagne (1516) et roi de Naples et de Sicile (1516) ; il est, enfin, sacré empereur à la mort de son grand-père, Maximilien de Habsbourg, en 1519, à l’âge de 19 ans. À sa mort en 1556, les anciens territoires bourguignons du Nord (Pays-Bas bourguignons), dorénavant divisés en dix-sept provinces, sont rattachés à la couronne d’Espagne et appelés Pays-Bas espagnols. Ces territoires, convoités par le roi de France, demeurent un casus belli entre la France et l’Espagne pendant plus de deux cents ans. Les vertus militaires de l’édifice fressinois, même modestes, semblent avoir été mises à profit dès le début du xvie siècle, puisqu’un acte de François Ier, en date de 1537, mentionne une garnison de deux-cents mercenaires stationnés au château de Fressin, soit presque autant que la garnison de la cité épiscopale de Thérouanne citée dans le même document14.

  • 15 Chronique de Louis Brésin, citée dans Wimet, 1988 : passim.
  • 16 Voir note 15.
  • 17 Voir note 15.

21L’histoire politique permet d’individualiser plusieurs grandes phases critiques au cours desquelles le château de Fressin aurait pu subir des transformations à des fins militaires. Entre 1521 et 1526 a lieu la première guerre entre François Ier et Charles Quint. Celle-ci se termine après l’échec de Pavie et la signature du Traité de Madrid. Le château de Fressin est pris en 1525 par Philippe de Croÿ, seigneur d'Arschott, l’un des chefs de l’armée de Charles Quint15. Une seconde guerre a lieu de 1527 à 1529, à laquelle il est mis fin par la paix des Dames (traité de Cambrai) : François Ier renonce à ses prétentions sur l’Italie du Nord, tandis que Charles Quint renonce à acquérir la Bourgogne. Malgré cet accord, une troisième guerre a lieu de 1536 à 1538. Celle-ci est particulièrement dévastatrice pour l’Artois. On sait qu’en 1537, une garnison d’Italiens et de Gascons a ses quartiers au château de Fressin16. Une quatrième guerre éclate en 1542 et se prolonge jusqu’en 1544. Là encore, l’Artois, enjeu du conflit, est dévasté. En 1544, lors du siège de Montreuil par les Anglais, un groupe de soldats occupe le château de Fressin qui sert de point de passage pour les convois de vivres. Le château est repris par la garnison de Hesdin. Il est finalement repris aux Français en 1552 par Adrien de Croÿ, comte de Rœulx, général des armées impériales17.

22Après ces péripéties, le château de Fressin disparaît des sources. La paix est signée à Crépy-en-Laonnois et François Ier renonce à reconquérir l’Artois. Une cinquième guerre débute en 1551 pour ne se terminer qu’en 1559 avec le traité du Cateau-Cambrésis. Une fois de plus, le roi de France renonce à l’Artois. Cet état de fait est confirmé en 1598 par le traité de Vervins. Il faut ensuite attendre 1635 pour que le royaume de France émette de nouvelles prétentions vis-à-vis de l’Artois et de la Flandre que Louis XIII, puis Louis XIV finissent par reconquérir.

  • 18 Saint-Léger, Lennel, 1913 (1999) : p. 215-218.

23Pour le xvie siècle, les traces de l’occupation militaire du château de Fressin sont peut-être ténues, mais loin d’être absentes. Les chroniques ne conservent pas la mémoire de grandes offensives dont le château de Fressin aurait été le cœur, mais tout invite à croire qu’il devait servir, au moins ponctuellement, de lieu de garnison et de repaire de brigandage au gré des passages de troupes. C’est d’ailleurs sans doute cet intérêt militaire, même faible, qui motive sa destruction en 1658. En 1639, la nouvelle Hesdin est prise et définitivement rattachée au royaume de France. Le marquis de Bellebrune y est nommé gouverneur et, sous ses ordres, se trouvait un capitaine du nom de Balthazar de Fargues. Le 16 février 1658, le marquis de Bellebrune décède à Paris et Balthazar de Fargues sollicite alors le poste de gouverneur. On lui préfère le comte de Moret, que Fargues réussit cependant à écarter de Hesdin en s’attirant la bienveillance de la garnison de la ville. Il est encouragé dans son initiative par le prince de Condé qui avait pris part à la Fronde quelques années auparavant et avait été déchu de ses fonctions par le roi de France. Après avoir empêché le comte de Moret d’investir la ville, Fargues ordonne un couvre-feu à Hesdin et fait lever des troupes en Boulonnais, en Ponthieu et en Audomarois pour renforcer ses garnisons contre les éventuelles représailles. Voyant l’état avantageux dans lequel il se trouve alors, les Espagnols tentent de le soudoyer, mais Fargues ne laisse pas prendre la ville sur laquelle il souhaite sans doute garder le contrôle. Le 19 mai 1658, alors que Louis XIV passe en vue de Hesdin pour se rendre au siège de Dunkerque, Balthazar de Fargues fait tirer du canon contre les troupes royales. Malgré l'affront, Louis XIV choisit de ne pas s’enliser dans un siège à Hesdin et poursuit sa route vers Dunkerque. Craignant pour sa sécurité, Fargues ordonne la démolition des châteaux de Fressin, de Beaurain, de Labroye, de Rollancourt, de Montcavrel, d’une tour (beffroi ?) à Vieil-Hesdin, ainsi que des parties encore subsistantes de l’ancien château des ducs de Bourgogne qui s’y trouvaient. En parallèle de raids de pillage, il occupe Saint-Pol, mais une tentative pour prendre Abbeville échoue. En 1659, un article du traité de la paix des Pyrénées, signée entre les royaumes de France et d’Espagne, prévoit la reddition des révoltés de Hesdin en échange de la garantie de la sécurité de leur corps et de leurs biens. Le 4 mars 1660, le régiment de Picardie fait son entrée solennelle dans Hesdin. Louvois fait arrêter Fargues quelque temps après, sous le chef d’accusation de trafic de vivres dans l’exercice de ses anciennes fonctions. Jugé à Abbeville, il est pendu le 27 mars 1665 sur la place Saint-Pierre18.

5. Conclusion

24Même si les premières observations archéologiques demandent à être étayées par l’approfondissement des investigations de terrain, il semble que le château de Fressin a fait l’objet de profondes modifications au cours du xvie siècle, notamment au niveau du flanc sud-ouest (adjonction/modification de l’ouvrage avancé, construction/restructuration de la grande galerie de communication…). Ce constat invite à réinterroger son rôle, sans doute minoré, dans les conflits des xvie-xviie siècles. Par ailleurs, la présence de substructions, stratigraphiquement antérieures, sous la tour nord, semble confirmer les indices archivistiques de l’existence d’un château antérieur. La faible documentation textuelle ne permettant pas de répondre à ces interrogations, seule la poursuite des investigations archéologiques pourrait compléter les données concernant le château de Fressin, qui sont loin de se limiter à la fin du xve siècle comme on le pense trop souvent.

25L’histoire du château des Créquy à Fressin peut être divisée en trois phases, correspondant à trois évolutions majeures de son occupation et de son fonctionnement :
– La première de ces phases pourrait être qualifiée de période seigneuriale (xiiie/xve siècles - début xvie siècle) ; elle est marquée par la présence des Créquy à Fressin même ou dans les seigneuries limitrophes (Créquy, Sains). Ils en assurent directement la gestion des revenus seigneuriaux. Les liens entretenus avec les pouvoirs centraux (comtes de Saint-Pol, ducs de Bourgogne) sont forts et le site est structurant dans le paysage féodal. Cette période est à priori courte (moins de 80 ans, si l’on exclut l’hypothèse de l’existence d’un château antérieur à celui bâti ou rebâti sur l’ordre de Jean V).
– La seconde phase est une période militaire (xvie siècle), au cours de laquelle le château est délaissé par les Créquy. Il est impossible, en l’état actuel de la documentation, de savoir si ceux-ci continuent à assurer la mise en valeur de la seigneurie par l’intermédiaire d’une élite paysanne déléguée ou si la gestion en est totalement désorganisée par les conflits. Comme nous l’avons montré, le château semble être profondément modifié et utilisé à des fins militaires, mais il est difficile d’en préciser la fonction stratégique exacte.
– Enfin, la dernière phase correspond à une période d’abandon (à partir de la première moitié du xviie siècle) qui s’explique par une accalmie relative des conflits entre Pays-Bas espagnols et royaume de France. La fin de cette phase s’arrête avec la destruction du château par Balthazar de Fargues, alors que le contexte conflictuel des guerres de Louis XIV venait d’émerger quelques années auparavant. Les ruines du château, longtemps abandonnées, car elles demeuraient sans doute la propriété inviolable des sires de Créquy, sont laissées pour compte jusqu’à la période révolutionnaire où elles sont vendues comme Bien National. Elles servent alors de carrières de pierre jusqu’à ce que la passion des érudits locaux permette d’en faire, dès la seconde moitié du xixe siècle, un monument incontournable du patrimoine artésien. Les vestiges sont finalement inscrits à l’inventaire des monuments historiques par arrêté en date du 8 août 1996.

26L’importance majeure du site du château des Créquy à Fressin doit être soulignée, tant en raison de sa taille que de la place qu’il a eu au sein de l’histoire à l’échelle du nord de la France. Des parallèles pourraient sans doute être établis, tant d’un point de vue chronologique que thématique, avec les fouilles des châteaux de Condé-sur-l'Escaut (Nord) et d’Eaucourt-sur-Somme (Somme). Le château de Fressin apparaît en tout cas comme le témoin de l’histoire politique et sociale artésienne à la charnière entre la fin du Moyen Âge et l’époque moderne.

Bibliographie

François, 1994 : FRANÇOIS (G.), « Fressin, Château des Créquy », Bilan scientifique 1994 de la région Nord-Pas-de-Calais, Ministère de la Culture et de la Communication, Sous-Direction de l’Archéologie, Direction régionale des affaires culturelles du Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Villeneuve d’Ascq, 1995, p. 74-75.

François, Routier, 1996 : FRANÇOIS (G.), ROUTIER (J.-Cl.), « Fressin, Château des Créquy », Bilan scientifique 1996 de la région Nord-Pas-de-Calais, Ministère de la Culture et de la Communication, Sous-Direction de l’Archéologie, Direction régionale des affaires culturelles du Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Villeneuve d’Ascq, 1997, p. 85.

Fromentin, 1892 (2009) : FROMENTIN (Ch.-A.), Fressin, histoire, archéologie, statistique, Imprimerie Salésienne, Lille, 1892 (réédition : Arras, 2009).

Leman, 2011 : LEMAN (V.), Les seigneurs de Créquy en leur château de Fressin : l’environnement matériel d’une famille d’aristocrates à la fin du Moyen Âge (1450-1515), Mémoire de Master 1 de l’Université d’Amiens, sous la direction de Philippe Racinet, Amiens, 2011.

Leman, 2012 : LEMAN (V.), Les résidences des sires de Créquy : habitat et cadre de vie d’une famille d’aristocrates du Nord de la France (XIVe-XVIe siècles), Mémoire de Master 2 de l’Université d’Amiens, sous la direction de Philippe Racinet, Amiens, 2012.

Marichal, 1905 : MARICHAL (P.), Catalogue des actes de François Ier, Tome 8, Imprimerie nationale, Paris, 1905.

Mesqui, 1991 : MESQUI (J.), Châteaux et enceintes de la France médiévale. De la défense à la résidence, Tome 1 : Les organes de la défense, Grands manuels Picard, Paris, 1991.

Mouillebouche, 2014 : MOUILLEBOUCHE (H.), Palais ducal de Dijon : le logis de Philippe le Bon, Centre de Castellologie de Bourgogne, Chagny, 2014.

Rodière, Pentel, 1926 : RODIÈRE (R.), PENTEL (Ab.), Notice sur le château-fort de Fressin, Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, Imprimerie Dambrine, Bruay-en-Artois, 1926.

Roumegoux, 2000 : ROUMEGOUX (Y.), « Fressin, château », Bilan scientifique 2000 de la région Nord-Pas-de-Calais, Ministère de la Culture et de la Communication, Sous-Direction de l’Archéologie, Direction régionale des affaires culturelles du Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Villeneuve d’Ascq, 2001, p. 146.

Saint-Léger, Lennel, 1913 (1999) : SAINT-LÉGER (A. de), LENNEL (F.), Notre Pays à travers les Âges. Histoire de Flandre et d’Artois, Imprimerie Camille Robbe, Lille, 1913 (réédition : Éditions du Bastion, Bourg-en-Bresse, 1999).

Terninck, 1860 : TERNINCK (A.), Notice sur le château et l’église de Fressin, Arras, 1860.

Tierny, 1932 : TIERNY (P.), « Inventaire après décès de Jean VI de Créquy au château de Fressin (1515) », Bulletin de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 5 (1932), p. 425-441.

Wimet, 1988 : WIMET (P.-A.), Fressin, Syndicat d’initiative, Fressin, 1988.

Notes

1 Terninck, 1860.

2 Fromentin, 1892 (2009).

3 Rodière, Pentel, 1926, François, 1994 et François, Routier, 1996.

4 Leman, 2011 et 2012.

5 Je tiens à remercier l’ensemble de l’équipe de terrain ayant pris part à cette première campagne archéologique au château de Fressin : Lucie Jeanneret (doctorante, Université de Rennes 2, UMR 6566 CReAAH), Sébastien Porcheret (diplômé en archéologie, chercheur indépendant spécialiste des cavités souterraines anthropiques), Matthieu Deltombe (Master 2, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis), Noémie Hamel (Licence 2, Université de Rennes 2), Maud Higelin (Master 1, Université de Lyon 2), Sophie Léger (Comité d’Histoire du Haut-Pays) et Guillaume Paques (Comité d’Histoire du Haut-Pays).

6 Pas-de-Calais, arrondissement de Montreuil-sur-Mer, canton d’Auxi-le-Château.

7 Somme, arrondissement d’Amiens, canton de Doullens.

8 François, Routier, 1996.

9 François, 1994.

10 Tierny, 1932.

11 Roumegoux, 2000.

12 Mesqui, 1991 : passim.

13 Merci à Hervé Mouillebouche de nous avoir signalé cette découverte (Mouillebouche, 2014 : p. 92).

14 Marichal, 1905 : p. 14.

15 Chronique de Louis Brésin, citée dans Wimet, 1988 : passim.

16 Voir note 15.

17 Voir note 15.

18 Saint-Léger, Lennel, 1913 (1999) : p. 215-218.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Fressin. Le château. Plan masse issu des relevés topographiques de février 2015
Crédits DAO : V. Leman, L. Jeanneret
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/873/img-1.png
Fichier image/png, 323k
Titre Fig. 2. Fressin. Le château. La tour nord, vue de l’est
Crédits Cliché : V. Leman, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/873/img-2.png
Fichier image/png, 304k
Titre Fig. 3. Fressin. Le château. Accès percé dans la courtine nord-est, vue de l’ouest
Crédits Cliché : V. Leman, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/873/img-3.png
Fichier image/png, 353k
Titre Fig. 4. Fressin. Le château. Plan, coupe et profil de la cave nord du corps de logis
Crédits Relevés et DAO : V. Leman, S. Porcheret, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/873/img-4.png
Fichier image/png, 111k
Titre Fig. 5. Fressin. Le château. L’ouvrage avancé et les deux tours de flanquement de la courtine sud-est, vue du sud-ouest
Crédits Cliché : S. Léger, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/873/img-5.png
Fichier image/png, 401k
Titre Fig. 6. Fressin. Le château. Base de la tour flanquant la courtine de la basse-cour, en arrière-plan, la tour sud-ouest de la haute-cour, vue du sud
Crédits Cliché : V. Leman, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/873/img-6.png
Fichier image/png, 309k
Titre Fig. 7. Fressin. Le château. Plan de la tour ouest de la basse-cour
Crédits Relevés et DAO : V. Leman, S. Porcheret, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/873/img-7.png
Fichier image/png, 238k
Titre Fig. 8. Fressin. Le château. Plan de la galerie de communication située le long de la courtine sud du château
Crédits Relevés et DAO : V. Leman, S. Porcheret, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/873/img-8.png
Fichier image/png, 138k

Auteurs

Université de Picardie Jules Verne (Amiens)
Laboratoire Textes, Représentations, Archéologie, Autorité et Mémoires de l’Antiquité à la Renaissance (TRAME – EA 4284)
Université du Maine (Le Mans)
UMR 6566 CReAAH-Cesam
victorienleman@sfr.fr

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search