Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Places fortes des Hauts-de-France –1–

 | 
Thomas Byhet
, 
Christine Aubry

Les fortifications de Béthune : projet de recherche

The fortifications of Béthune: a research project

Nicolas Tachet

Résumé

La Direction de l’archéologie de la communauté d’agglomération de Béthune-Bruay, Artois Lys Romane souhaite réaliser une mise à jour de l’ensemble des données archéologiques et archivistiques, ainsi que des problématiques liées à l’étude des fortifications médiévales et modernes de la ville de Béthune (Pas-de-Calais). Ce projet spécifique s’insère dans le cadre opérationnel de ses interventions en archéologie préventive, mais également dans celui des axes de recherches retenus pour les années à venir. Le projet débutera en 2017 et se poursuivra sur plusieurs années.

The Archaeology department of the Béthune-Bruay Urban Community wishes to carry out an update of all archaeological and archival data and issues related to the study of the medieval and Early Modern fortifications of the city of Béthune (Pas-de-Calais). This specific project includes both in-the-field rescue archeology interventions and the research prospects that have been chosen for the forthcoming years. The project will start in 2017 and go on for several years.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Pour les ouvrages de synthèse, voir Deloffre, Roumegoux, 1993 et Deloffre, 2001.

1La recherche concernant les fortifications médiévales et modernes de Béthune n’est pas inédite. La ville profite en effet d’une large connaissance à propos de cette thématique. Les nombreux travaux des années 1990 réalisés par l’ancien Service archéologique municipal de la ville de Béthune, alors sous la direction de Véronique Deloffre, abordent les fortifications par le biais de l’archéologie et des sources archivistiques. Le travail conséquent réalisé par nos prédécesseurs a permis d’aboutir à la rédaction de plusieurs rapports de fouille et à la publication de deux ouvrages1.

2À partir de 1888, année du démantèlement des fortifications, un nouveau paysage urbain apparaît, exempt de la quasi-totalité des ouvrages défensifs. Il ne subsiste aujourd’hui que de très rares vestiges en élévation, dont une section des remparts modernes, une tour d’artillerie datée du xive siècle (Saint-Ignace) et un ensemble de galeries de contre-mines partiellement accessibles. À ces vestiges conservés, s’ajoutent les sites archéologiques qui ont été, ponctuellement, mis au jour lors des opérations d’aménagement (porte Saint-Pry, porte d’Arras, etc.).

2. Pourquoi actualiser les résultats ?

3Depuis 2001, de nombreuses opérations en archéologie préventive et études préliminaires ont été réalisées sur la commune. D’autres verront le jour d’ici la fin 2017 et dans les années à venir. Ces interventions archéologiques, bien que ponctuelles et souvent implantées sur d’étroites emprises, ont permis et permettront de poursuivre l’acquisition de données à propos des fortifications.

4D’un point de vue strictement archéologique et opérationnel, il était nécessaire de pouvoir s’appuyer sur un ensemble de données analysées à même de servir de base à la poursuite des recherches. Cette continuation sous-entend dès lors une connaissance particulière des fonds et des documents d’archives, qu’ils soient anciens ou récents, mais également la mise au point d’outils permettant de réaliser leur synthèse.

3. Comment ce projet va-t-il se mettre en place ?

5Il s’agit d’un projet conséquent qui se réalisera sur plusieurs années. Il nécessitera une alternance entre travaux d’acquisition de données et investigations de terrain.

3. 1. La mise en place des outils de travail

6La première phase consistera en la réalisation et la mise en place d’outils permettant de rassembler les données existantes. C’est un préalable absolument nécessaire au bon déroulement du projet. Une base de données, la plus complète possible, reprendra l’ensemble des informations archéologiques et archivistiques à notre disposition sous la forme d’une carte archéologique dédiée au projet (type SIG/SIA).

7La mise au point de ces outils requiert une phase de réflexions. L’échange et la concertation entre historiens et archéologues permettront d’élaborer cette base de données en vue de la rendre la plus optimale et complète possible. Les retours d’expérience sur ce type très particulier de base de données seront donc à rechercher. Cette base devra se focaliser sur l’essentiel, sans toutefois se limiter. Il existe un équilibre fragile entre une base titanesque, mais inexploitable, et une base trop restreinte qui ne prendrait pas en compte certaines données secondaires, pouvant toutefois s’avérer majeures.

3. 2. Mettre à jour et synthétiser les données

8Une fois les outils d’acquisitions mis en place, débutera alors la synthèse de l’ensemble des données de façon ordonnée et méthodique.

3. 2. 1. La documentation ancienne

9On dispose à propos des fortifications de Béthune d’une large documentation aussi riche que précise. La majeure partie de ces documents a été consultée par Véronique Deloffre et figure en bonne et due forme dans les mentions archivistiques des deux ouvrages cités à la note 1 de cette contribution.

10Nous souhaitons toutefois élaborer une synthèse exhaustive de ces documents d’archives en réalisant un inventaire descriptif et analytique, en collaboration, notamment, avec le Service des archives de la ville de Béthune. Le retour aux documents sources est indéniablement un prérequis à toute reprise de projet.

11Les fonds sont dispersés. En dehors des archives municipales de Béthune, des documents sont conservés aux Archives départementales du Nord et du Pas-de-Calais, au Service historique de la Défense, à Vincennes, et à la Bibliothèque nationale de France. D’autres lieux de conservation sont également à envisager et rechercher.

12Les documents antérieurs au xive siècle semblent rares : la période la plus fournie concerne principalement le xviiie siècle. Ces documents seront transcrits, analysés et compilés dans la base de données.

  • 2 Dont Béghin, 1887-1902.

13Une analyse des manuscrits rédigés par les historiens locaux ayant travaillé sur la question au xixe siècle sera également réalisée2.

3. 2. 2. La documentation archéologique (avant 2000)

14La documentation concernant les opérations archéologiques menées par l’ancien Service municipal d’archéologie fera nécessairement partie intégrante de la recherche : nous pourrions dire sans exagérer qu’il s’agit de la documentation pivot de cet axe de recherche. Les sites de références, comme les fouilles de la porte d’Arras en 1992, permettront vraisemblablement de s’approprier un ensemble de données conséquentes.

15Ces analyses se réaliseront toutefois dans la limite de ce qu’implique la reprise de données anciennes et de leur subsistance dans le temps. En effet, un certain nombre de rapports et de notes issues des surveillances de travaux ne sont plus disponibles, ainsi que les différents éléments qui les composent (plans, relevés stratigraphiques, photos, mobilier). Il s’agira donc de retrouver cette documentation : une sorte « d’archéologie de l’archéologie » à réaliser en concertation avec le Service régional de l’Archéologie et la commune de Béthune qui est, pour partie, dépositaire d’une fraction du fonds documentaire de l’ancien Service archéologique de Béthune.

3. 2. 3. La documentation archéologique (à partir de 2001)

16Viendront ensuite s’ajouter les opérations récentes d’archéologie préventive réalisées sur les fortifications de Béthune ou à proximité.

17Une fois l’ensemble de ces données synthétisées, rassemblées et géoréférencées, une reprise des problématiques locales sera sans doute nécessaire. Elle débouchera sur ce qui est susceptible d’avoir évolué depuis les dernières publications et s’intéressera aux nouvelles problématiques régionales et nationales.

4. Poursuivre la démarche

18Lors de la réalisation des différentes synthèses, la Direction de l’archéologie utilisera des méthodes d’acquisition de données performantes qui ont fait leur preuve en archéologie. Il s’agit :
– de l’utilisation d’un drone pour les prises de vues en plan et en coupe,
– de relevés photogrammétriques,
– d’analyses des matériaux utilisés, en vue de développer les connaissances concernant les méthodes et les matériaux de construction.
Ces méthodes novatrices auront pour objectif d’enrichir la documentation disponible.

19Dans cette perspective, l’ensemble des opérations archéologiques qui seront réalisées dans le cadre de l’archéologie préventive et/ou programmée intégrera la base de données et alimentera la carte archéologique. Dans ce cadre opérationnel, le diagnostic archéologique projeté au niveau de la tour Saint-Ignace permettra d’expérimenter certains de ces outils.

  • 3 Hurard, Lorin, Tixador, 2014.

20S’intéresser aux fortifications, c’est aussi s’inscrire dans de nouvelles problématiques nationales. L’approche de Séverine Hurard, Yann Lorin et Arnaud Tixador concernant l’archéologie de la guerre de siège moderne3 sera prise en compte dans le développement de ce projet. Les vestiges archéologiques laissés par les « travaux d’approches » ou les « camps militaires » liés aux sièges de Béthune aux xviie et xviiie siècles seront donc intégrés à la réflexion globale.

5. Conclusion

21Il est important de conserver à l’esprit que le cœur de ce projet n’est pas de révolutionner les données et les résultats réalisés par nos prédécesseurs. Il s’inscrit avant tout dans une démarche de synthèse, d’actualisation et de projection dans un cadre opérationnel et de recherche. Il s’agit d’une mise à jour générale et nécessaire après plusieurs décennies depuis la dernière synthèse réalisée.

22Ce projet souhaite également s’inscrire dans une meilleure compréhension de l’espace urbain fortifié de la ville de Béthune et permettre un échange entre archéologues et historiens spécialistes au niveau régional. Les journées d’études consacrées aux places fortes des Hauts-de-France et leur devenir seront donc l’opportunité d’échanger, de dialoguer et d’informer à propos de ce projet de recherche et de ses différentes évolutions.

Bibliographie

Béghin, 1887-1902 : BÉGHIN (E.), Les fortifications de Béthune à travers les âges, 3 volumes, Imprimerie A. David, Béthune-Paris, 1887-1902.

Deloffre, 2001 : DELOFFRE (V.) et collab., Béthune. Document d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France, Monum, Éditions du Patrimoine, Paris, 2001.

Deloffre, Roumegoux, 1993 : Deloffre (V.), Roumegoux (Y.), Béthune. Chronique d’une ville fortifiée, Catalogue d’exposition (Béthune, Hôtel de Beaulaincourt, 18 septembre-27 novembre 1993), Astragale, Saint-Omer – Lille, 1993.

Hurard, Lorin, Tixador, 2014 : HURARD (S.), LORIN (Y.), TIXADOR (A.), « Une archéologie de la guerre de siège moderne (XVIIe-XVIIIe siècles) à l’échelle européenne », Les Nouvelles de l’archéologie, 137 (2014), p. 19-24.

Notes

1 Pour les ouvrages de synthèse, voir Deloffre, Roumegoux, 1993 et Deloffre, 2001.

2 Dont Béghin, 1887-1902.

3 Hurard, Lorin, Tixador, 2014.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter