Version classiqueVersion mobile

Places fortes des Hauts-de-France –1–

 | 
Thomas Byhet
, 
Christine Aubry

L’enceinte urbaine médiévale et moderne de Boulogne-sur-Mer

Un premier bilan des recherches archéologiques et historiques sur les ouvrages du château comtal

The medieval and modern surrounding walls of Boulogne-sur-Mer: a first report on the archaeological and historical researches on the Castel

Angélique Demon

Résumé

Depuis 2007, le programme de recherche sur l’enceinte médiévale et moderne de Boulogne (Pas-de-Calais) permet de mieux appréhender la fortification de la ville et son évolution. Depuis cinq ans, ce programme se concentre sur les ouvrages avancés de l’ensemble fortifié et plus particulièrement sur l’un des éléments clés de cet ensemble que constitue le château comtal, largement transformé au xvie siècle, puis de nouveau au xviiie siècle.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Enlart, 1899 : p. 239-240 et Héliot, 1933 : p. 13.
  • 2 Sur l’enceinte antique, voir en particulier les deux synthèses récentes, réalisées dans le cadre du (...)

1L’enceinte médiévale de Boulogne-sur-Mer succède à la muraille de l’Antiquité tardive, construite sans doute à la fin du iiie siècle et qui demeure, au moins partiellement, en élévation jusqu’au début du xiiie siècle, lorsque le comte de Boulogne, Philippe Hurepel, fils illégitime du roi Philippe Auguste, décide la construction d’une nouvelle fortification à partir de 1227. La construction de cette enceinte, contemporaine de celle du château qui en renforce l’angle est, ne semble d’ailleurs pas revêtir un réel caractère d’urgence. Alors que le château est achevé dès 1231, comme semble l’attester une inscription découverte dans la porte des Degrés, les fortifications de l’Antiquité tardive auraient été démantelées au fur et à mesure de l’avancée de la construction de la nouvelle enceinte, pour laquelle aucune date d’achèvement ne peut cependant être proposée1. Cette hypothèse se trouve en outre confortée par la réutilisation de la muraille antique, en partie arasée, en fondation des courtines du xiiie siècle2, figeant ainsi l’organisation urbaine de la ville haute, dont la castramétation romaine est encore perceptible dans les axes des portes et des principales voies de circulation (fig. 1).

Fig. 1. Plan schématique de localisation des tours de l’enceinte médiévale et moderne avec mention des principaux ouvrages avancés et bastions

Fig. 1. Plan schématique de localisation des tours de l’enceinte médiévale et moderne avec mention des principaux ouvrages avancés et bastions

Source : plan établi en 1988 par E. Stein, d’après le plan dressé par Vauban en 1680, DAO : A. Demon – SaB

  • 3 En 1994, dans les salles souterraines du château comtal, puis dans les douves, et en 1996 sur la po (...)
  • 4 Demon, 2014 et 2015.

2La fortification de Philippe Hurepel se compose d’environ 1 500 m de courtines, rythmées de quatre portes et d’une vingtaine de tours de flanquement. Cette enceinte est totalement transformée dans la seconde moitié du xvie siècle et au xviie siècle avec le remparement de la courtine et le comblement des tours : elle laisse alors place à une vaste terrasse d’artillerie qui forme aujourd’hui la promenade sommitale des remparts et dont la largeur varie de 7 à 40 m. Mais, jusqu’aux récentes recherches entreprises par le Service archéologie, au milieu des années 1990, cet ensemble fortifié n’avait fait l’objet d’aucune étude archéologique3. Interrompues pendant une décennie, les recherches ont repris en 2007, avec l’étude d’un tronçon de courtine, du chemin de ronde et de l’une des tours de flanquement sur le front sud-ouest de l’enceinte (tour du Conseil, 2008-2011)4. À l’issue de ce premier programme de recherche, il est possible de restituer le plan de la tour et en particulier de son étage médian, de rétablir les communications avec le chemin de ronde et avec la ville, qui s’étendait alors au pied des fortifications.

  • 5 L’enceinte boulonnaise comportait originellement 36 tours, dont 20 tours de flanquement, 8 tours po (...)

3Le chemin de ronde, interrompu par les tours de flanquement, surplombait la ville, 5 ou 7 m en contrebas. Dans chaque tour, l’étage sommital, couvert d’une toiture en poivrière, abritait un chemin de ronde interne assurant la continuité du cheminement au sommet des fortifications. Des archères permettaient aux archers et arbalétriers d’assurer, depuis les chambres, la défense des murailles de la ville, dotées de bretèches et de hourds. Cette configuration n’est pas sans rappeler celle des remparts de Provins (Seine-et-Marne), cité marchande qui connaît son apogée au xiiie siècle avec les foires de Champagne (fig. 2 a-b). Cette restitution de la tour du Conseil s’appuie également sur l’unique tour ayant conservé son allure médiévale, sur le flanc nord du château comtal5.

Fig. 2 a-b. (a) Tour de flanquement des fortifications de Provins et (b) Tour nord du château comtal de Boulogne-sur-Mer

Fig. 2 a-b. (a) Tour de flanquement des fortifications de Provins et (b) Tour nord du château comtal de Boulogne-sur-Mer

Clichés : A. Demon – SaB

4Dans cette dernière, l’organisation du poste de garde du premier étage, doté d’archères et commandant l’accès aux chemins de ronde, est très semblable à celle mise au jour pendant les fouilles de la tour du Conseil et offre ici un parallèle particulièrement précieux (fig. 3a). Les données issues de la fouille de l’étage médian de la tour du Conseil, mises en perspective avec l’étude de l’étage, situé au même niveau, de la tour septentrionale du château comtal, permettent également de proposer une restitution de l’intérieur du poste de garde (fig. 3b).

Fig. 3a. Porte de garde de la tour nord du château comtal de Boulogne-sur-Mer

Fig. 3a. Porte de garde de la tour nord du château comtal de Boulogne-sur-Mer

Clichés : A. Demon – SaB

Fig. 3b. Proposition de restitution du poste de garde de la tour du Conseil

Fig. 3b. Proposition de restitution du poste de garde de la tour du Conseil

© G. Dubas, 2014

5Le siège de la ville par les troupes d’Henri VIII, en 1544, marque un tournant dans l’histoire de la fortification boulonnaise. La prise de la ville et son occupation par les troupes anglaises soulignent les défauts de ses défenses et son inadaptation aux récents progrès de l’artillerie. Sous l’occupation anglaise (1544-1550), s’amorce le long chantier de modernisation des défenses qui s’achève au retour de la ville au trône de France (1550-1558).

6La reconstruction d’une partie du chemin de ronde, exhaussé par rapport à son niveau d’origine et oblitérant une partie de la porte de communication avec la tour, semble, au moins en partie, attribuable à une seconde phase de travaux, ordonnée par Henri IV en 1597 et probablement réalisée au début du xviie siècle. La qualité de l’appareil du parement ne semble pas correspondre avec un colmatage sommaire des brèches avant l’enfouissement du chemin de ronde sous l’épaisse terrasse d’artillerie. Il est donc probable que les travaux aient été réalisés en deux temps : une première restauration des parements doublée d’un rehaussement du niveau de chemin de ronde, sans doute lors des travaux qui suivent l’occupation anglaise des années 1544-1550, puis une seconde au début du xviie siècle.

7Depuis 2012, les recherches se concentrent notamment sur les ouvrages avancés et particulièrement les ouvrages défensifs du château comtal, à l’angle est des fortifications. Plusieurs opérations archéologiques ont notamment permis de mettre en évidence différents états dans l’aménagement des fausses-braies (ou douves sèches) qui renforcent à partir du début du xvie siècle le flanc oriental de l’édifice médiéval. C’est à la présentation des premiers résultats de ces opérations que s’attache le présent article.

  • 6 L’auteur remercie ici Paul Vanberten pour sa large contribution à l’étude des sources modernes expl (...)

8Parallèlement aux opérations de terrain, le programme de recherche s’attache à recenser les sources historiques sur l’enceinte : comptabilités, inventaires de l’artillerie et des défenses de la ville, exploitation des recueils de décisions de l’échevinage boulonnais entre le xvie et le xviiie siècle6, ainsi que l’inventaire et l’analyse critique du corpus de cartes, plans et représentations de la ville entre le xvie et le xixe siècle. La confrontation de l’ensemble de ces données, tant archéologiques qu’historiques, permet de mieux appréhender l’évolution des défenses de la ville, leur chronologie et de les intégrer dans un contexte politique et militaire.

2. L’apport de la recherche historique à la connaissance de l’armement et des défenses de la ville au xvie siècle

  • 7 Dupont, 1882 et Demon, 2015.
  • 8 De Rosny, 1906 : p. 392-402, Haigneré, 1872 : p. 432-445 et Demon, 2015.
  • 9 De Rosny, 1901 : p. 220-252 et Demon, 2015.

9Après la chute de Boulogne en 1544, l’incendie des archives de la ville entraîne la quasi-disparition des sources médiévales (à l’exception du registre comptable, établi par Jehan Haingneré, clerc de l’argentier de Boullongne, pour l’année 1415/14167). En revanche, de nombreux documents contemporains du siège sont conservés. Ces documents administratifs et militaires (inventaire de l’armement, état des fortifications et recensement des travaux à réaliser pour conforter les fortifications) sont complétés par plusieurs récits, rapports d’espions ou chroniques, français et anglais, contemporains du siège8. Tout comme les contrats passés pour la restauration de l’enceinte9, entre 1550 et 1558, ils offrent de précieux renseignements sur les défenses de la ville ou les destructions qu’engendrent les combats (fig. 4).

Fig. 4. Bolonia in Francia, gravure anonyme (xvie siècle)

Fig. 4. Bolonia in Francia, gravure anonyme (xvie siècle)

© Archives municipales de Boulogne-sur-Mer, 3Fi2-20

10Conservés dans les fonds royaux de la Bibliothèque nationale de France, plusieurs documents témoignent des préparatifs du siège. Il s’agit notamment des inventaires d’artillerie datés de 1532 et 1544 qui donnent un aperçu de l’état de l’armement à l’aube du siège de 1544, mais permettent également d’appréhender la morphologie de l’enceinte urbaine à la veille d’un événement marquant pour l’évolution des défenses de la ville.

2. 1. État de l’artillerie en 1532

  • 10 Hamy, 1898 : n° 51, p. lxxvii-clxxvii.

11Le registre des dépenses pour l’entrevue de François Ier et Henri VIII à Boulogne en 1532 est conservé à la Bibliothèque nationale de France (Français 10388). Il est publié pour la première fois en 1898 par Alfred Hamy10.

12Alors que Calais est aux mains des troupes anglaises, Boulogne revêt dès le début du xvie siècle une importance stratégique capitale. Ce n’est pourtant pas directement en lien avec les faits militaires que se tient l’entrevue entre François Ier et le roi d’Angleterre, Henri VIII, en 1532, dont un registre de comptes détaille les dépenses : en effet, cette rencontre est liée au divorce du roi d’Angleterre. Cependant, le compte de dépenses publié par Alfred Hamy intéresse directement cette étude dans la mesure où il fait état des dépenses engagées pour renforcer l’armement de la ville, alors qu’elle s’apprête à recevoir les deux souverains.

  • 11 Hamy, 1898 : p. c.

13La topographie naturelle du site et ses fortifications préservent, selon Alfred Hamy, la ville des assauts de l’artillerie, mais son armement ne suffit pas pour accueillir les rois de France et d’Angleterre. Il est alors fait appel aux villes alentour – Amiens, Abbeville et Montreuil – pour fournir des pièces d’artillerie supplémentaires, « lesquelles pièces et munycions ont esté admenées desdites villes en laditte ville de Boulogne, pour la seurté et deffece d’icelle, à cause de la veue et assemblée qui y a esté faicte du roy notre Seigneur et dudict roy d’Angleterre et après ladicte veue, remenées es dictes villes, ou elles avoient esté prinses »11.

  • 12 Hamy, 1898 : p. cvii.

14Le compte de dépenses détaille, quotidiennement pour le mois d’octobre, les noms et rémunération des pionniers ayant « servy tant à monter l’artillerie sur les murailles et plates formes de ladicte ville de Boulongne et ycelles remuer d’un lieu en autre que à faire lesdictes plates formes, percer les murailles et faict plusieurs autres services pour le faict de ladicte artillerie, durant les jours qui s’ensuivent »12. Les plateformes dont il est question ici sont très probablement celles qui, en avant de la chemise médiévale de l’enceinte, constituaient alors la seconde ligne de défenses. Dans son commentaire, Alfred Hamy indique que la fortification était, dès 1532, doublée d’une fausse-braie en maçonnerie. Il cite, à l’appui de sa description, la gravure de Joachim Duviert, datée de 1611, et donc postérieure aux événements et surtout au chantier de modernisation de l’enceinte après 1550. Cependant, un second texte, daté cette fois de 1543, vient conforter l’hypothèse d’un renforcement effectif de l’enceinte par des bastions maçonnés dès la première moitié du xvie siècle.

2. 2. L’armement de la ville en 1544

  • 13 Français 5195, 134 feuillets (Consultation en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90 (...)

15Intitulé Estat des vivres et artillerie et municions (…) M.V.C.XLIII, ce document conservé à la Bibliothèque nationale de France13 dresse un état des lieux de l’armement des principales cités du nord de la France : on y trouve notamment les villes d’Hesdin, Thérouanne, Ardres, Montreuil, Le Crotoy, Abbeville, Amiens, Corbie, Péronne, Saint-Quentin…

  • 14 La graphie des différents feuillets est identique pour toutes les places fortes, mais pour chacune (...)

16Trois séries de feuillets concernent directement Boulogne-sur-Mer. Ils sont signés du gouverneur de la place, Oudart du Biez, maréchal de France et gouverneur de Boulogne14.

  • 15 Français 5195, f° 13 à 15. Nous remercions E. de Crouy-Chanel qui a attiré notre attention sur la d (...)
  • 16 Français 5195, f° 14 et 15.

17Le premier de ces documents dresse un « Estat des victuailles et artillerie et municions servans à lad. artillerie, et autres trouvées ès ville et chasteau de Boullongne sur la Mer, le 28e janvier, l’an 1543 »15. Si le premier feuillet dresse un inventaire des « victuailles » disponibles dans la ville, les suivants donnent un aperçu des défenses à la veille du siège de septembre 154416.

  • 17 Le château occupant l’angle est de la fortification.

18L’auteur y reporte en détail les pièces d’artillerie disponibles sur chaque point stratégique de l’enceinte : le château, les plateformes de la « verte tour », de « l’Abbaye Notre-Dame », de « Lobertengue », de la « Guihalle », les boulevards de la porte des Dunes et de la porte Gayole, ainsi que sur les tours d’angle (ou leurs bastions) : tours Notre-Dame, Gayette et Françoise17.

  • 18 Guérout, Liou, 2001 : p. 235.

19Pour certaines de ces pièces, il mentionne également le nom du fondeur ou la présence de marques distinctives, comme la salamandre, emblème de François Ier qui est apposé sur les pièces fondues entre 1515 et 152518, donnant par là même une fourchette de datation pour l’équipement boulonnais.

  • 19 Français 5195, f° 19 et 20 (transcription P. Vanberten)

20La dernière série de feuillets, datée du 1er février 1543, fait état des « Reparacions necessaires à faire en la ville de Boullongne sur la Mer, pour la fortifficacion et seureté d’icelle »19.

21L’auteur y recense les améliorations à porter aux fortifications, pour lesquelles il indique précisément les travaux à entreprendre. Il donne ainsi, pour les fossés, la largeur et la profondeur qu’ils devront atteindre, ainsi que la longueur sur laquelle ce curage est nécessaire, et chiffre le tout en « jours de vuidange ». Ces fossés sont ceux du boulevard des Dunes (ouvrage avancé de la porte nord-ouest) et de la porte Gayole (sur le front sud-est).

22Il mentionne également des améliorations sur les boulevard et fausses-braies, donnant pour chaque intervention la longueur, la hauteur et l’épaisseur des « maçonneries » à réaliser. Ces travaux se concentrent aux abords de la tour Gayette (angle ouest) et sur le front sud-ouest. Il préconise ainsi de réaliser des contremines pour couvrir l’allée du boulevard de la Gayette, refaire le mur des fausses-braies depuis la tour Gayette jusqu’à la porte des Degrés et la tour Françoise (angle sud), lever les tours de Gayette et parachever les tours couvrant les canonnières…

23Sur le front nord-est de l’enceinte, entre le bastion de l’angle nord et celui de la porte de Calais, il précise qu’il « fault rehaulser sure six les vieux fondemens le pan de mur des fausses brayes depuis le boullevart de la tour notre dame jusques a icelle de flamingue ». Il en va de même pour le front sud-est, entre le château et la porte Gayole.

24Au total, il estime ces travaux à 300 journées de travail pour un montant de 3 285 livres tournois.

25L’ensemble de ces documents permet de dresser un état des fortifications et des défenses de la ville au moment du siège de 1544. Si les fortifications médiévales sont renforcées, depuis le début du xvie siècle, de fausses-braies maçonnées (au siècle précédent, le compte de la ville n’évoquait que des palissades de bois), leur entretien et surtout leur armement semblent défaillants, si l’on en croit les demandes du gouverneur, Oudart du Biez.

26Après plusieurs tentatives infructueuses, les troupes anglaises assiègent à nouveau la ville en juillet 1544, qui, cette fois, doit se rendre le 13 septembre. La population est évacuée dans les jours qui suivent. Plusieurs témoignages permettent de retracer le siège lui-même et les modifications de l’enceinte qui résultent des dégâts causés aux fortifications par les multiples assauts et tentatives des troupes anglaises.

  • 20 De Rosny, 1906 : p. 396-397. Voir également Demon, 2015.
  • 21 Traduit de l’anglais par Camille Leroy en 1863, d’après un original anonyme publié en 1741 dans les (...)

27Sur le déroulement des opérations militaires liées au siège de la ville, il faut ajouter à la chronique livrée par Francis Godwin20 le récit proposé dans le Journal du siège de Boulogne par les Anglais21 qui présente au jour le jour les faits d’armes du roi et des principaux membres de son état-major et permet de restituer la chronologie des évènements.

  • 22 À une quinzaine de kilomètres au nord de Boulogne-sur-Mer.
  • 23 Traduction de Le Roy, 1863 : p. 17.
  • 24 Le Roy, 1863 : note 14, p. 48 (citant Dubuisson : p. 720-721). Cette identification semble cohérent (...)

28Le siège débute le 18 juillet par une première « escarmouche », lors d’une patrouille de reconnaissance menée par les troupes anglaises installées au « camp de Marquise »22. Le jour suivant, le camp est transporté de Marquise à Boulogne et installé « tout près des murs de la ville »23, « sous les remparts ». Le 21 juillet, la basse ville est prise et les troupes s’avancent « jusqu’aux portes de la haute ville ». Ici, l’auteur du journal évoque la mort d’un certain Aberdeen, tué d’une « halfe haache » lancée depuis la tour du guet, identifiée par Camille Leroy et Michel-François Dubuisson avec la tour d’Ordre, phare antique de Boulogne implanté sur la falaise, au nord de la ville24. La reddition de la tour d’Ordre intervient le 22 juillet. Les troupes anglaises stationnent désormais dans la ville basse et les combats du 25 juillet « près de la braie » doivent probablement être situés au pied du front sud-ouest de l’enceinte.

  • 25 Le Roy, 1863 : note 19, p. 49.

29L’arrivée du roi Henri VIII, le 26 juillet, conduit à l’installation d’un camp au nord de la ville. Suivant Camille Leroy, qui reprend Dubuisson, il doit être localisé aux environs de Boulogne, aux lieux-dits Terlincthun et Honvault (actuellement sur la commune limitrophe de Wimereux)25.

  • 26 Le Roy, 1863 : p. 31.

30Les opérations militaires reprennent le 3 août, avec une attaque sur le front est de la ville, suivie de plusieurs alarmes et attaques sur les fortifications. Début septembre, le château concentre les attaques. L’auteur du journal relate pour la journée du 4 septembre deux d’entre elles : la première au château, où des mines contre la braie permettent d’atteindre le « contre-mur du château (…) d’une grande solidité et d’une forte construction », qui doit être identifié avec le blindage26 ; la seconde contre la tour de l’angle sud (bastion de la tour Françoise), très endommagée par une explosion.

31Dans les jours qui suivent, les troupes anglaises continuent leur travail de sape sur les braies du château et les assiégés tentent plusieurs sorties sur le front nord. Enfin, le 11 septembre, « le feu fut mis à la trainée de poudre établie contre le château » entraînant l’effondrement de la muraille et la chute de la forteresse, tandis que les troupes anglaises prennent d’assaut la tour Flamengue (ouvrage avancé de la porte de Calais, au nord) et « plusieurs endroits de la ville ». Les Anglais prennent définitivement possession de la ville le 14 septembre.

  • 27 Haigneré, 1872 : p. 432-445, Seillier, 2005 : p. 51-52 et Demon 2015.

32En contrepoint de ces documents, issus des archives britanniques, L’advis de la qualité de ceulx qui sont dedans Boullongne, rapport d’un espion français, publié par le chanoine Haigneré en 1872, donne le compte-rendu de l’état des fortifications en 154927.

  • 28 De Rosny 1901 : p. 220-252 et Demon, 2015.

33Après le siège et l’occupation de la ville par les Anglais, entre 1544 et 1550, s’ouvre le chantier de modernisation de l’enceinte urbaine. On en trouve le témoignage dans le contrat passé le 8 juillet 1550 entre Jehan de Monchy, seigneur de Sénarpont, « gouverneur de la Haulte et Basse ville de Boullongne », et Jehan de Braban, maître-maçon, pour la réfection du front nord-est de l’enceinte28.

  • 29 Recueil de pièces concernant le domaine royal, le recrutement des troupes suisses, l’artillerie et (...)

34Au cours du xviie siècle, après le retour de Calais au royaume de France, Boulogne perd peu à peu sa position stratégique et l’entretien des fortifications n’est plus assuré de manière régulière. Pour la même période, nous disposons d’un inventaire de l’armement de la ville, dressé entre 1554 et 158729. La transcription de ces feuillets n’est pas encore achevée, mais il ressort en première lecture la récurrence des remarques sur l’état déplorable de l’armement (canon et affûts en mauvais état…) et un manque cruel de munitions.

2. 3.  L’inspection des fortifications boulonnaises par Vauban en 1675

  • 30 Examen des fortifications de Boulogne, suivi d’un avis sur les réfections de ladite place, 1675, si (...)

35À la suite de son inspection des fortifications boulonnaises, Vauban souligne, dans son Examen des fortifications de Boulogne, daté du 6 janvier 167530, leur piètre état. Il constate ainsi que la fortification de la basse ville est « (…) si minée qu’il n’y a pas moyen d’en rien faire ». Pour l’enceinte de la ville haute et ses ouvrages avancés, il souligne le manque d’entretien, qualifiant les bastions de « grosses masses informes » dont les revêtements sont « fort endommagés » et dont les ouvrages extérieurs sont « tellement affaissez qu’on a peine d’en reconnoitre la figure ». Sur le château lui-même, « partout revêtu d’un mur extraordinairement épais », c’est une pièce intéressante, selon lui, « très seure contre toute entreprise », mais qui mériterait d’être « un peu mieux entretenue qu’elle n’est, car tout y tombe de tous costez ».

36Vauban ne préconise pas, à priori, la destruction des ouvrages défensifs de la ville et, au terme de cet inventaire, il chiffre l’ensemble des travaux à 116 875 livres. Il est probable qu’au regard de l’intérêt stratégique réduit de Boulogne, le roi ait alors préféré raser les ouvrages avancés, plutôt que d’engager de tels travaux. Quant à la légende qui veut que les Boulonnais aient obtenu le maintien de la chemise médiévale après de nombreuses protestations auprès du roi, il nous parait plus vraisemblable que la décision ait été dictée par le simple pragmatisme. En effet, pour araser la chemise, il aurait fallu enlever les 7 m d’épaisseur de terre de la terrasse d’artillerie qui peut atteindre jusqu’à 40 m de large (la moyenne est de 7 m), soit environ 70 000 m3. Un tel chantier coûtait certainement bien plus que de conserver la courtine médiévale qui constitue aujourd’hui encore l’un des fleurons de la fortification régionale.

3. L’apport de l’archéologie : une relecture des sources documentaires

3. 1. Le château comtal comme élément essentiel des défenses de la ville

37Érigé en même temps que l’enceinte, le château en renforce l’angle oriental. Son plan polygonal, dépourvu de donjon, et dont chaque arrête est dotée d’une tour de flanquement, est considéré comme l’illustration des préceptes de l’architecture militaire de Philippe Auguste. Les bâtiments, adossés à la courtine, sont organisés autour d’une cour centrale qui communique avec la ville par une entrée principale placée entre deux tours et devancée d’un pont-levis. À l’est, elle communique avec les marges urbaines qui entourent le château par une issue secondaire, défendue par une ou deux tours.

  • 31 Enlart, 1899 : p. 239-240, Héliot, 1933 : p. 13 et Debussche, 2005 : p. 65-85.

38Dès le début du xvie siècle, sur l’ordre de François Ier, d’importants travaux de renforcement sont entrepris pour doter le château de défenses susceptibles de résister à l’artillerie. Cinq des neufs tours sont ainsi englobées dans un vaste massif de maçonnerie, dont la terrasse sommitale forme une plateforme destinée à l’artillerie. En complément du blindage, deux fausses-braies encadrent désormais la poterne orientale, donnant sur la campagne environnante, rapidement complétée par un bastion qui tire son nom de sa forme en « fer à cheval »31 (fig. 5).

Fig. 5. L’empreinte des ouvrages avancés du château, encore perceptible dans le tracé des parcelles du xixe siècle, demeure visible aujourd’hui dans l’urbanisme du secteur

Fig. 5. L’empreinte des ouvrages avancés du château, encore perceptible dans le tracé des parcelles du xixe siècle, demeure visible aujourd’hui dans l’urbanisme du secteur

DAO : A. Demon – SaB. Sources : cadastre, section A ; section B, 1ère feuille : plan de 1808-1813 [3 P 160/81] © Archives départementales du Pas-de-Calais et photographie © Ppige-2009

39Au milieu du xvie siècle, le château et ses ouvrages forment un ensemble complexe lié aux ouvrages avancés de l’enceinte. Sur le front nord-est, le bastion de la tour Notre-Dame (à l’angle nord) et la tour Flamengue, qui devance la porte de Calais, sont protégés d’une fausse-braie qui rejoint celle du château. Au sud-est, la fausse-braie du château se prolonge jusqu’à la porte Gayole, elle-même complétée par un bastion.

  • 32 On attribue notamment à cette campagne la reconstruction du « fer à cheval », achevé vers 1567.

40Cependant, malgré les travaux de modernisation engagés, le château est particulièrement touché par le siège de 1544 et, après le retour de la ville au royaume de France en 1550, il fait l’objet d’une vaste restauration32.

41Les fouilles menées entre 1993 et 1996, dans les salles basses, s’intéressent surtout à l’étude du rempart de l’Antiquité tardive, rempart sur lequel est fondé l’ensemble architectural médiéval. Néanmoins, elles permettent de mettre au jour des niveaux correspondant à l’occupation médiévale et post-médiévale du château. Parallèlement, la fouille du pont-levis, installé au xviiie siècle, a mis en évidence les vestiges des dispositifs des xvie et xviie siècles. Enfin, le curage des douves du château, entre 1994 et 1996, a également permis de compléter ces observations.

3. 2. Les fausses-braies du château comtal

42La construction des fausses-braies, accolées au blindage oriental, de part et d’autre de la barbacane – appelée « fer à cheval » – qui protégeait la sortie du château, semble devoir se rattacher aux travaux réalisés par François Ier au début du xvie siècle.

43Les fausses-braies, ou douves sèches, sont divisées en deux espaces séparés par l’accès oriental à la cour du château. La partie sud, plus petite, a fait l’objet de deux opérations (en 2012 et 2013) qui ont permis de mettre en évidence au moins trois états d’aménagement. La fausse-braie nord, plus vaste, est également plus complexe et conserve les traces d’au moins quatre remaniements successifs. Elle conserve en outre une partie de ses aménagements pour lesquels il est possible de proposer une étude archéologique du bâti.

44Dans leur plus grande extension, les ouvrages avancés du château couvrent l’ensemble du tissu urbain environnant et sont en liaison avec l’ouvrage avancé de la porte nord de la ville, appelé « porte Flamengue ». Leur empreinte est encore perceptible dans l’espace urbain à proximité immédiate du château : le tracé des parcelles au début du xixe siècle correspond encore à l’emprise des ouvrages, arasés un siècle auparavant.

3. 2. 1. L’état initial des fausses-braies (xvie siècle) dans le secteur sud

  • 33 Demon, 2013a.

45Les deux premières campagnes de recherche réalisées en 2012 et 2013 se sont concentrées sur le secteur sud (secteur 1), où elles ont permis de mettre en évidence au moins trois états d’aménagement des défenses33.

  • 34 Carrière située à une dizaine de kilomètres au sud-est de Boulogne. Tout comme celle de Marquise, d (...)
  • 35 La jonction éventuelle entre ces deux aménagements n’a cependant pas pu être étudiée.
  • 36 Demon, 2013b. Cet élément des ouvrages avancés (UE3200/3210) mesure entre 85 et 90 cm de large.

46De l’état initial (autour de 1540-1543), seul subsisterait un mur (UE 1227) et peut-être la partie méridionale du mur de clôture. Dégagé sur une hauteur de 90 cm, sans en atteindre la fondation, ce mur, large de 80 cm et de facture soignée, est constitué de moellons (probablement du grès de Baincthun34, dont la pierre dure a servi à l’édification des fortifications) bien équarris et jointoyés avec un mortier blanchâtre. Reconnu entre la coupe ouest du sondage et le contrefort (UE 1230/1231), auquel il sert partiellement de fondation, il se prolonge en dessous de ce contrefort, en direction du mur d’enceinte extérieur de la fausse-braie35 (fig. 6). Il est donc antérieur aux caponnières et doit sans doute être attribué aux aménagements du xvie siècle. Il est, par ailleurs, comparable au seul tronçon de la lice extérieure des ouvrages avancés de la fin du xvie siècle, observé sur le boulevard du Prince Albert36.

Fig. 6. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur sud, mur (UE 1227) appartenant probablement aux aménagements du xvie siècle

Fig. 6. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur sud, mur (UE 1227) appartenant probablement aux aménagements du xvie siècle

Cliché : A. Demon – SaB, 2013

47N’ayant pas atteint sa fondation, il parait hasardeux de proposer une attribution chronologique précise pour le mur (UE 1227), même s’il parait vraisemblable de l’attribuer à la clôture originale de la fausse-braie sud, érigée entre 1515 et 1544. En l’absence de sources évoquant les transformations de cet accès ou de la barbacane du « fer à cheval » lors de sa reconstruction en 1567, il est également plausible que l’aménagement initial ait été conservé et que l’agrandissement de la barbacane n’ait pas touché l’entrée orientale du château et les défenses attenantes.

48Cependant, l’entrée dans la ville des troupes du roi Henri VIII passe par la destruction d’une partie de l’enceinte du château et des travaux sont connus sous l’occupation anglaise. De même, après le départ des troupes anglaises en 1550, une nouvelle campagne de renforcement et de restauration de l’enceinte est entreprise. C’est durant cette campagne que le « fer à cheval » est reconstruit et agrandi (1550-1567). Pour l’heure, aucune indication stratigraphique ne permet concrètement d’attribuer les ouvrages mis au jour à l’une de ces campagnes de travaux.

3. 2. 2. L’état initial des fausses-braies (xvie siècle) dans le secteur nord

49En 2015, une nouvelle opération a été conduite sur l’ouvrage d’entrée de la partie nord des fausses-braies. Les structures mises au jour ont révélé la complexité du site et l’importance des remaniements opérés dans ce secteur des défenses, entre le début du xvie siècle et le xviiie siècle. Dès l’ouverture, le sondage a révélé la présence, sous un épais remblai de blocaille, d’une maçonnerie inédite.

50Ouvrant au droit du parement par une voûte en berceau (UE 2250), elle est terminée par un arc brisé (UE 2253) prolongé d’une voûte rampante maçonnée de briques jaunes, tandis que les murs de la chambre sont faits de moellons. D’une largeur d’environ 1,50 m, elle est terminée d’une canonnière ouvrant dans la fausse-braie nord. C’est très certainement l’élément le plus intéressant mis au jour dans ce secteur des fausses-braies (fig. 7 et 8). Les dimensions intérieures de la chambre de tir correspondent à l’épaisseur du massif de l’ouvrage d’entrée (UE 2200), soit environ 4,60 m. La position et l’orientation du couloir menant à la canonnière concordent avec une « bouche à feu » que l’on distingue sur le parement de la façade nord de l’ouvrage d’entrée.

Fig. 7. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur nord, façade de l’ouvrage d’entrée, voûte en berceau (UE 2250) marquant l’entrée de la chambre de tir, attribuée aux aménagements du xvie siècle

Fig. 7. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur nord, façade de l’ouvrage d’entrée, voûte en berceau (UE 2250) marquant l’entrée de la chambre de tir, attribuée aux aménagements du xvie siècle

Cliché : A. Demon – SaB, 2015

Fig. 8. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur nord, chambre de tir, attribuée aux aménagements du xvie siècle

Fig. 8. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur nord, chambre de tir, attribuée aux aménagements du xvie siècle

Cliché A. Demon – SaB, 2015

51Sans remettre en cause la chronologie générale des aménagements des fausses-braies établie lors des opérations de 2012 et 2013, cette découverte interroge sur la localisation, l’emprise exacte et la chronologie proposée pour la mise en place de la barbacane par François Ier.

  • 37 Une dernière opération est programmée à l’automne 2017 dans ce secteur et doit se concentrer sur la (...)

52Le double arc d’entrée de cette chambre de tir semble marquer deux états d’aménagement et interroge sur la chronologie précise des remaniements du secteur. En l’état actuel des recherches, il est cependant délicat d’avancer une chronologie précise. Cependant, quelques hypothèses de travail peuvent être évoquées ici37.

53La présence au fond de la voûte en berceau de deux piles encastrées dans les maçonneries, soutenant les claveaux d’un arc brisé et presque identiques à celles observées dans le parement du couloir d’accès à la lice nord, semble attester de la répétition d’un même aménagement (fig. 9).

Fig. 9. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur nord, façade de l’ouvrage d’entrée, voûte en arc brisé à l’entrée de la chambre de tir, attribuée aux aménagements du xvie siècle

Fig. 9. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur nord, façade de l’ouvrage d’entrée, voûte en arc brisé à l’entrée de la chambre de tir, attribuée aux aménagements du xvie siècle

Cliché : A. Demon – SaB, 2015

  • 38 L’utilisation de la brique n’est pas attestée à Boulogne avant le milieu du xvie siècle.

54La chambre de tir elle-même semble devoir être rattachée au système de défenses mis en place par François Ier, au début du xvie siècle. La présence d’une voûte de briques indiquerait en revanche une restauration, probablement dans la seconde moitié du xvie siècle38. Or, l’on sait par les sources évoquant le siège, en particulier la chronique de Francis Godwin, que les troupes anglaises ont pénétré dans la ville par une brèche dans les défenses du château. Il est donc envisageable que cette voûte, endommagée lors du siège, ait été restaurée après 1550 et alors parementée de briques.

  • 39 Le mur d’enceinte actuel n’appartient pas aux ouvrages originaux, mais doit probablement être ratta (...)

55La façade principale de cet aménagement se prolonge vers l’est et a pu être dégagée jusqu’au mur d’enceinte actuel, sur une longueur de 80 à 90 cm (fig. 10). Elle est composée de moellons de petit appareil en pierre locale (probablement du grès de Baincthun). Cette façade devait se prolonger au-delà du mur, en direction du « fer à cheval »39.

Fig. 10. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur nord, façade de l’ouvrage d’entrée, attribuée aux aménagements du xvie siècle

Fig. 10. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur nord, façade de l’ouvrage d’entrée, attribuée aux aménagements du xvie siècle

Cliché : A. Demon – SaB, 2015

56L’étude archéologique de l’ouvrage d’entrée atteste au moins trois réaménagements depuis le xvie siècle. La présence de deux canonnières, l’une dans le couloir qui permet de gagner les braies, la seconde marquée par la présence dans le parement à l’intérieur de la caponnière du xviiie siècle d’une « bouche à feu » quadrangulaire, pourrait même remettre en cause l’existence dès le xvie siècle d’une lice couvrant le flanc nord du blindage du château. En effet, ces « bouches à feu » auraient alors débouché directement dans la lice, de telle manière qu’il parait impossible qu’elles aient tiré ailleurs que dans la braie elle-même.

  • 40 Voir plus haut : Français 5195, f°14 et 15.

57Le dispositif défensif des fausses-braies au xvie siècle n’est pas connu. Seules les sources évoquant les préparatifs du siège ou l’entrée des Anglais dans la ville par les braies du château évoquent sommairement ces défenses. L’inventaire de l’armement de la ville (daté de 1544) évoque les fausses-braies qui entourent la ville40, mais pas précisément celles du château. Cependant, s’il existe une braie entre la tour d’angle nord (tour Notre-Dame) et la tour de la porte Flamengue (barbacane de la porte ouvrant sur le front nord-est), il est probable qu’une braie similaire ait relié la porte aux ouvrages défensifs du château, en particulier à la barbacane du « fer à cheval », rendant ainsi la lice nord, dans sa configuration actuelle, inopérante.

  • 41 La voûte maçonnée de briques de la chambre de tir mise au jour en 2015 semble attester sa restaurat (...)

58Ainsi, au xvie siècle, les fausses-braies ne devaient pas doubler le blindage, comme aujourd’hui, mais devaient constituer une barbacane prolongée par le « fer à cheval » et défendant l’entrée orientale du château. Ces trois canonnières41 défendaient probablement la braie qui, suivant le tracé de l’actuel boulevard, reliaient les ouvrages avancés du château à ceux de la porte de Calais. La lice nord doit probablement être réattribuée à un remaniement postérieur, peut-être en lien avec la mise en place des caponnières au xviiie siècle.

3. 2. 3. Le remaniement des fausses-braies au xviiie siècle

  • 42 Archives du Génie, Vincennes (Boulogne, Article 8, Section 1, carton 2).

59L’abandon des fortifications au cours du xviie siècle est attesté par le rapport d’inspection de Vauban (en 1677). Avec l’arasement des ouvrages avancés qui encerclaient le « fer à cheval », s’amorce une réduction de l’emprise des défenses. Le château n’est alors plus la résidence des gouverneurs de la ville et devient même le casernement de la garnison. Il est entièrement remanié par Mansart à partir de 1712. C’est alors que le « fer à cheval » est transformé en arsenal (autour de 1767). Durant cette période, les fausses-braies semblent également totalement remaniées avec la mise en place d’un nouvel agencement et la construction de casemates qui sont visibles sur le plan général du château conservé aux archives du Génie et daté de 179342.

  • 43 Demon, 2012.

60Au nombre de quatre dans le secteur sud des fausses-braies, ces caponnières sont séparées par d’épais contreforts. L’étude architecturale a permis de mettre en évidence la grande régularité de leur aménagement43. L’opération menée en 2012 et 2013 s’est concentrée dans la casemate 1200.

61Formant une stalle, délimitée par des contreforts (1230 et 1226) en partie arasés et perpendiculaires au mur de clôture, cette casemate est large de près de 2 m. En partie couverte d’une voûte en berceau en briques, elle est munie d’une archère d’environ 50 cm de hauteur pour 40 cm de large, à ébrasement simple et profil plan.

62Le sol, constitué de grandes dalles plates de module standardisé (environ 40 cm sur 60 cm), est particulièrement soigné (fig. 11). Ce dallage déborde légèrement les limites de la stalle, marquées par les contreforts. Il mesure au total 2,10 m de large et 1,86 m de profondeur. Son pourtour est marqué par une rigole, sorte de caniveau de 40 à 65 cm de large sur les côtés et 25 cm de large au fond de la stalle qui rejoint une évacuation quadrangulaire traversant l’épaisseur du mur d’enceinte. Les dalles centrales forment ainsi une légère éminence de 90 cm de large permettant de maintenir le sol hors d’eau (fig. 12).

Fig. 11. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur sud, stalle (ou poste de tir) dotée d’un sol dallé, attribuée aux remaniements du xviiie siècle

Fig. 11. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur sud, stalle (ou poste de tir) dotée d’un sol dallé, attribuée aux remaniements du xviiie siècle

Cliché : A. Demon – SaB, 2013

Fig.  12. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur sud, détail du sol dallé de la stalle, avec, au pourtour, une rigole d’évacuation, attribuée aux remaniements du xviiie siècle

Fig.  12. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur sud, détail du sol dallé de la stalle, avec, au pourtour, une rigole d’évacuation, attribuée aux remaniements du xviiie siècle

Cliché : A. Demon – SaB, 2013

63Dans le secteur nord, un imposant massif de maçonnerie (2260) barre l’ensemble du sondage du sud-est au nord-ouest. Large de 1,76 m et reconnu sur toute la longueur du secteur de fouille, il est constitué d’une maçonnerie pleine de moellons plus ou moins bien équarris, jointoyés au mortier de chaux jaunâtre et friable. Ses parements, de facture grossière, présentent un appareil irrégulier, alors que ses dimensions imposantes montrent qu’il ne s’agit sans doute pas d’un simple « mur de clôture ».

  • 44 Archives du Génie, Vincennes (Boulogne, Article 8, Section 1, carton 2).

64L’orientation de ce massif ne correspond pas avec celle de l’ensemble des structures attribuées aux ouvrages avancés du xvie siècle, mais semble en revanche concorder avec celle du mur de façade du bastion qui, au xviiie siècle, est aménagé à l’intérieur même du « fer à cheval », tel qu’il est représenté sur le plan général du château daté de 179344 et qui figure les travaux menés sur le « fer à cheval » pour sa transformation en arsenal, au milieu du xviiie siècle (fig. 13).

Fig. 13. Boulogne-sur-Mer, enceinte urbaine, fausses-braies du château comtal (secteur nord), proposition d’identification du massif (UE 2260) avec le mur de façade interne du bastion érigé en 1767

Fig. 13. Boulogne-sur-Mer, enceinte urbaine, fausses-braies du château comtal (secteur nord), proposition d’identification du massif (UE 2260) avec le mur de façade interne du bastion érigé en 1767

DAO : L. Arnoult – SaB, 2016 – Plan d’origine : Plan général du château, an III (1793), Archives du Génie, Vincennes = Boulogne, Article 8, Section 1, carton 2

65Lors de cette campagne de travaux réalisés sous la houlette de Mansart, les fausses-braies sont totalement transformées et intégrées au nouvel arsenal. Le plan semble conserver la trace des anciennes structures des fausses-braies dans une série de murs représentés en trame (et figurés en jaune). Cette figuration pourrait concorder avec le phasage proposé pour les différentes structures mises au jour en 2015 et 2016.

4. Conclusion

66Engagé en 2007, le programme de recherche sur l’enceinte urbaine médiévale et moderne de Boulogne-sur-Mer a d’ores et déjà permis de clarifier une partie de la chronologie des évolutions des fortifications urbaines. Ainsi, après dix années, la quinzaine d’opérations a permis d’étudier la fortification médiévale, les ouvrages avancés extérieurs et la mise en place de la terrasse d’artillerie des remparts. De plus, la confrontation systématique des résultats archéologiques et des sources historiques permet de préciser la datation des ouvrages fortifiés et la nature des modifications apportées au fil des siècles. L’étude récente des ouvrages avancés du château comtal ouvre de nouveaux questionnements sur la chronologie de ces aménagements et l’impact réel du siège de 1544 et de l’occupation de la ville par les troupes du roi Henri VIII.

67De leur construction par le comte de Boulogne, Philippe Hurepel, au xiiie siècle, à l’arasement des ouvrages avancés par le roi Louis XIV, à la fin du xviie siècle, les remparts de Boulogne ne cessent de s’adapter aux progrès de l’artillerie et les résultats obtenus jusqu’à présent permettent de retracer une partie de l’histoire de la fortification du xiiie au xviiie siècle.

  • 45 La reprise des opérations dans les fausse-braies du château devrait intervenir en 2019.

68L’interprétation des ouvrages défensifs du château n’en est qu’à ses débuts. La découverte, en 2015, d’une chambre inédite, inconnue des historiens qui, depuis Camille Enlart, ont étudié cet ensemble, apporte un éclairage nouveau sur l’évolution des ouvrages couvrant l’angle est de la place. De nouvelles recherches de terrain45, ainsi qu’une relecture attentive des sources, tout particulièrement concernant les opérations militaires du siège, devraient permettre à l’avenir de préciser la chronologie de l’ouvrage d’entrée. Il sera sans doute possible de définir quelle est la part des aménagements voulus par François Ier, l’impact des travaux menés sous l’occupation des troupes d’Henri VIII et, enfin, ce qui doit être attribué aux restaurations de la fin du xvie siècle et du xviiie siècle.

Bibliographie

1. Manuscrits

Examen des fortifications de Boulogne, suivi d’un Avis sur les réfections de ladite place, 1675, signé Vauban, Document annoté page 1 : Copie faite… 1845, sur une copie reposant dans les archives du génie de Calais…, Manuscrit de la Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, 472-1056.

Recueil de pièces concernant le domaine royal, le recrutement des troupes suisses, l’artillerie et les munitions de guerre des places de la frontière du Nord (…), Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 4829, f° 82r°-105r°.

Estat des vivres et artillerie et municions servans à icelle, trouvez en municion es villes de frontière et places fortes de Picardie, Arthois et Boullenois, et d’autres vivres, artillerie, municions et artifices, que demandent d'augmentacion les cappitaines desd. villes et places ; aussi des reparacions necessaires à faire esd. villes et places pour la fortifficacion et seureté d’icelles. M.V.C.XLIII, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 5195.

2. Ouvrages et articles

Belot, 1996 : BELOT (É.), « Les recherches archéologiques de la porte des Degrés », Les Cahiers du Vieux Boulogne, n° 39, 1996, p. 6-10.

Belot, Canut, 1993 : BELOT (É.), CANUT (V.), « Recherches archéologiques à Boulogne-sur-Mer (septembre 1990 – avril 1993) », Revue du Nord – Archéologie, 75 (1993), n° 301, p. 57-87.

Belot, Canut, 1996 : BELOT (É.), CANUT (V.), Les Fouilles Archéologiques du « Terrain Landrot » en Basse Ville de Boulogne-sur-Mer (1992-1993), Éléments d’Archéologie Boulonnaise : n° 4, Boulogne-sur-Mer, 1996.

Blamangin, Demon, à paraître : Blamangin (O.), Demon (A.), « Aux portes de la Britannia : le port de Boulogne-sur-Mer, les relations transmanche et les échanges de longue distance », Rapport introductif dans : Gesoriacum / Bononia, entre terre et mer, Actes de la table-ronde du Projet Collectif de Recherche Atlas topographique de Boulogne antique (24 et 25 septembre 2015, Bibliothèque Municipale des Annonciades, Boulogne-sur-Mer), à paraître.

Blamangin, Demon, Révillion, 2014 : Blamangin (O.), Demon (A.), RÉVILLION (St.), « Introduction », dans : Blamangin (O.), Demon (A.), Révillion (St.) [éd.], Actualité de la Recherche archéologique à Boulogne-sur-Mer, Revue du Nord, hors-série, Collection art et archéologie : n° 22, 2014, p. 13-17.

Cercy, 2003 : Cercy (Chr.), Boulogne (Pas-de-Calais), Château d’Aumont, salle de la Barbière, Rapport de diagnostic archéologique, Service régional de l’archéologie du Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, 2003.

Debussche, 2005 : DEBUSSCHE (Fr.), « Le château comtal de Boulogne-sur-Mer. Un nouvel éclairage partiel du monument : l’aménagement d’une plate-forme d’artillerie au XVIe siècle », Bulletin de la Commission départementale d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, 23 (2005), p. 65-85.

Demon, 2012 : DEMON (A.), Boulogne-sur-Mer, Enceinte Urbaine, Fausses-braies du Château comtal, Rapport d’opération archéologique programmée, Service régional de l’Archéologie du Nord-Pas-de-Calais, Lille, 2012.

Demon, 2013a : DEMON (A.), Boulogne-sur-Mer, Enceinte Urbaine, Fausses-braies du Château comtal, Rapport d’opération archéologique programmée, Service régional de l’Archéologie du Nord-Pas-de-Calais, Lille, 2013.

Demon, 2013b : DEMON (A.), Boulogne-sur-Mer, Enceinte Urbaine, Boulevard du Prince Albert Ier, Rapport d’opération archéologique programmée, Service régional de l’Archéologie du Nord-Pas-de-Calais, Lille, 2013.

Demon, 2014 : DEMON (A.), « Éléments de topographie urbaine médiévale : l’enceinte fortifiée de Boulogne-sur-Mer et son évolution (XIIIe-XVIe s.) », dans : Blamangin (O.), Demon (A.), Révillion (St.) [éd.], Actualité de la Recherche archéologique à Boulogne-sur-Mer, Revue du Nord, hors-série, Collection art et archéologie : n° 22, 2014, p 79-95.

Demon, 2015 : DEMON (A.) « L’enceinte urbaine médiévale de Boulogne-sur-Mer : apports récents de la recherche archéologique et historique », dans : Bontrond (R.) [dir.], Les fortifications médiévales urbaines de Reims et des régions voisines, apports récents de la recherche archéologique et historique, Actes de la journée d’étude (Reims, 25 octobre 2013), Bulletin de la Société archéologique champenoise (tome 106, n° 4, 2013), Reims, 2015, p. 113-128.

De Rosny, 1901 : DE ROSNY (A.), « Travaux exécutés à Boulogne au XVIe siècle aux fortifications et bâtiments du Roi », Bulletin de la Société académique de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, 6 (1901), p. 220-252.

De Rosny, 1906 : DE ROSNY (A.), « Le siège de Boulogne d’après Francis Godwin », Bulletin de la Société académique de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, 7 (1904-1907), p. 392-402.

Dupont, 1882 : DUPONT (Edm.), Registre des recettes et dépenses de la ville de Boulogne-sur-Mer, 1415-1416, Mémoires de la Société académique de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, Tome 7, Boulogne-sur-Mer, 1882.

Enlart, 1899 : ENLART (C.), « Les monuments anciens de Boulogne », dans : Boulogne-sur-Mer et la région boulonnaise (28e Congrès de l’Association française pour l’avancement des Sciences, Boulogne 14-21 septembre 1899), Tome 1, Société Typographique et Lithographique, Boulogne-sur-Mer, 1899, p. 153-300.

Guérout, Liou, 2001 : GUÉROUT (M.), LIOU (B.), La Grande Maîtresse, nef de François Ier – Recherches et documents d’archives, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, Paris, 2001.

Haigneré, 1872 : HAIGNERÉ (D.), « Boulogne sous l’occupation anglaise en 1549 », Bulletin de la Société académique de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, 1 (1872), p. 432-445.

Hamy, 1898 : HAMY (A.), Entrevue de François Premier avec Henry VIII, à Boulogne-sur-Mer, en 1532. Intervention de la France dans l’Affaire du Divorce, d’après un grand nombre de Documents inédits, Mémoires de la Société académique de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, Tome 18 (1896-1898), Auxerre, 1898.

Héliot, 1933 : HÉLIOT (P.), Le château de Boulogne-sur-Mer, Collection Petites Monographies des grands édifices de la France, H. Laurens, Paris, 1933.

Le Roy, 1863 : LE ROY (C.), Journal du siège de Boulogne par les Anglais, précédé d’une lettre de Henry VIII à la reine sur les opérations du siège, traduits de l’anglais avec le texte en regard, Boulogne-sur-Mer, 1863.

Magnier, 1866 : MAGNIER (Ed.), « Essai sur l’histoire de Boulogne-sur-Mer, pendant la première moitié du XVIIIe siècle » [ouvrage couronné au Concours de la Société académique de Boulogne-sur-Mer en 1866], Mémoire de la Société académique de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, 4 (1870-1872), p. 1-208.

Seillier, 2005 : SEILLIER (Cl.), « Les remparts de la Haute-Ville de Boulogne-sur-Mer après le siège de 1544. Le témoignage des textes et de l’archéologie », Bulletin de la Commission départementale d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, 23 (2005), p. 45-63.

Notes

1 Enlart, 1899 : p. 239-240 et Héliot, 1933 : p. 13.

2 Sur l’enceinte antique, voir en particulier les deux synthèses récentes, réalisées dans le cadre du Programme Commun de Recherche (PCR) Atlas topographique de la ville antique de Boulogne-sur-Mer (Halma, UMR 8164, CNRS, Université de Lille, MCC) : Blamangin, Demon, Révillion, 2014 et Blamangin, Demon, à paraître.

3 En 1994, dans les salles souterraines du château comtal, puis dans les douves, et en 1996 sur la porte des Degrés ouvrant sur le front sud-ouest de l’enceinte. Ces opérations ont été réalisées sous la direction d’Éric Belot, alors archéologue municipal de Boulogne (Belot, 1996, Belot, Canut 1993, Belot, Canut, 1996 et Demon, 2015).

4 Demon, 2014 et 2015.

5 L’enceinte boulonnaise comportait originellement 36 tours, dont 20 tours de flanquement, 8 tours portières auxquelles s’ajoutent les 8 tours du château comtal. La mise en place d’une terrasse d’artillerie au xvie siècle a définitivement transformé les tours de l’enceinte, tandis que les remaniements du xviiie siècle ont modifié les toitures et percé de fenêtres celles du château, à l’exception de la tour adjacente à la salle comtale.

6 L’auteur remercie ici Paul Vanberten pour sa large contribution à l’étude des sources modernes exploitées dans le cadre de ce projet de recherche, en assurant notamment leur lecture et leur transcription.

7 Dupont, 1882 et Demon, 2015.

8 De Rosny, 1906 : p. 392-402, Haigneré, 1872 : p. 432-445 et Demon, 2015.

9 De Rosny, 1901 : p. 220-252 et Demon, 2015.

10 Hamy, 1898 : n° 51, p. lxxvii-clxxvii.

11 Hamy, 1898 : p. c.

12 Hamy, 1898 : p. cvii.

13 Français 5195, 134 feuillets (Consultation en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90604915). Lecture et transcription : P. Vanberten.

14 La graphie des différents feuillets est identique pour toutes les places fortes, mais pour chacune d’entre elles la validation de ces inventaires et des besoins semble revenir au gouverneur de la place.

15 Français 5195, f° 13 à 15. Nous remercions E. de Crouy-Chanel qui a attiré notre attention sur la date de ce document. En effet, jusqu’en 1567, c’est la fête de Pâques qui marque le début de l’année. Le 28 janvier 1543, mentionné en signature du document, correspond, dans le calendrier actuel, au mois de janvier 1544, soit quelques mois seulement avant le début du siège de la ville par les troupes du roi Henri VIII.

16 Français 5195, f° 14 et 15.

17 Le château occupant l’angle est de la fortification.

18 Guérout, Liou, 2001 : p. 235.

19 Français 5195, f° 19 et 20 (transcription P. Vanberten)

20 De Rosny, 1906 : p. 396-397. Voir également Demon, 2015.

21 Traduit de l’anglais par Camille Leroy en 1863, d’après un original anonyme publié en 1741 dans les Conventiones, literae et acta publica inter reges Angliae de Rymer, ce récit est précédé dans chacune des éditions par une lettre du roi Heury VIII à la Reine, sur les opérations de siège (Bibliothèque nationale de France 8-LH5-373). Dans la préface de son édition, Camille Leroy précise que, dans le manuscrit de 1741, la provenance des documents a été ajoutée en marge : pour la lettre, « Bibl. Cotton. Calig. E. 4, fol. 80 », et pour le Journal du siège, « Bibl. Cotton. Calig. E, 4. fol. 90 et 100 ».

22 À une quinzaine de kilomètres au nord de Boulogne-sur-Mer.

23 Traduction de Le Roy, 1863 : p. 17.

24 Le Roy, 1863 : note 14, p. 48 (citant Dubuisson : p. 720-721). Cette identification semble cohérente avec l’implantation d’un camp au nord de la ville, à proximité de l’enceinte de la basse ville et du port médiéval.

25 Le Roy, 1863 : note 19, p. 49.

26 Le Roy, 1863 : p. 31.

27 Haigneré, 1872 : p. 432-445, Seillier, 2005 : p. 51-52 et Demon 2015.

28 De Rosny 1901 : p. 220-252 et Demon, 2015.

29 Recueil de pièces concernant le domaine royal, le recrutement des troupes suisses, l’artillerie et les munitions de guerre des places de la frontière du Nord, manuscrit de la Bibliothèque nationale de France (Français 4829), et plus particulièrement État de l’artillerie et des munitions de guerre trouvées à Ardres, Monshullain, Boullongne, Estappes, Monstreuil, Rue, Crottoy… (f° 82r°-105r°). Sur l’artillerie disponible à Boulogne : f° 84 à 86.

30 Examen des fortifications de Boulogne, suivi d’un avis sur les réfections de ladite place, 1675, signé Vauban, Document annoté page 1 : Copie faite… 1845, sur une copie reposant dans les archives du génie de Calais…, Manuscrit de la Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer (472-1056) (voir également Magnier, 1866 : p. 5-7).

31 Enlart, 1899 : p. 239-240, Héliot, 1933 : p. 13 et Debussche, 2005 : p. 65-85.

32 On attribue notamment à cette campagne la reconstruction du « fer à cheval », achevé vers 1567.

33 Demon, 2013a.

34 Carrière située à une dizaine de kilomètres au sud-est de Boulogne. Tout comme celle de Marquise, dont le calcaire oolithique friable est utilisé dans l’ornementation et pour la statuaire, son exploitation semble remonter à l’Antiquité.

35 La jonction éventuelle entre ces deux aménagements n’a cependant pas pu être étudiée.

36 Demon, 2013b. Cet élément des ouvrages avancés (UE3200/3210) mesure entre 85 et 90 cm de large.

37 Une dernière opération est programmée à l’automne 2017 dans ce secteur et doit se concentrer sur la chambre de tir qui devrait être vidée de son comblement. Cette opération doit, en outre, établir la chronologie des transformations de l’ouvrage d’entrée.

38 L’utilisation de la brique n’est pas attestée à Boulogne avant le milieu du xvie siècle.

39 Le mur d’enceinte actuel n’appartient pas aux ouvrages originaux, mais doit probablement être rattaché aux réaménagements du secteur, au début du xxe siècle, lors de la construction du Monument aux Morts. Il repose d’ailleurs ici sur ce qui reste de la façade arasée.

40 Voir plus haut : Français 5195, f°14 et 15.

41 La voûte maçonnée de briques de la chambre de tir mise au jour en 2015 semble attester sa restauration dans la seconde moitié du xvie siècle.

42 Archives du Génie, Vincennes (Boulogne, Article 8, Section 1, carton 2).

43 Demon, 2012.

44 Archives du Génie, Vincennes (Boulogne, Article 8, Section 1, carton 2).

45 La reprise des opérations dans les fausse-braies du château devrait intervenir en 2019.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan schématique de localisation des tours de l’enceinte médiévale et moderne avec mention des principaux ouvrages avancés et bastions
Crédits Source : plan établi en 1988 par E. Stein, d’après le plan dressé par Vauban en 1680, DAO : A. Demon – SaB
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/844/img-1.png
Fichier image/png, 127k
Titre Fig. 2 a-b. (a) Tour de flanquement des fortifications de Provins et (b) Tour nord du château comtal de Boulogne-sur-Mer
Crédits Clichés : A. Demon – SaB
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/844/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 3a. Porte de garde de la tour nord du château comtal de Boulogne-sur-Mer
Crédits Clichés : A. Demon – SaB
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/844/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 3b. Proposition de restitution du poste de garde de la tour du Conseil
Crédits © G. Dubas, 2014
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/844/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 4. Bolonia in Francia, gravure anonyme (xvie siècle)
Crédits © Archives municipales de Boulogne-sur-Mer, 3Fi2-20
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/844/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2M
Titre Fig. 5. L’empreinte des ouvrages avancés du château, encore perceptible dans le tracé des parcelles du xixe siècle, demeure visible aujourd’hui dans l’urbanisme du secteur
Crédits DAO : A. Demon – SaB. Sources : cadastre, section A ; section B, 1ère feuille : plan de 1808-1813 [3 P 160/81] © Archives départementales du Pas-de-Calais et photographie © Ppige-2009
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/844/img-6.png
Fichier image/png, 361k
Titre Fig. 6. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur sud, mur (UE 1227) appartenant probablement aux aménagements du xvie siècle
Crédits Cliché : A. Demon – SaB, 2013
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/844/img-7.png
Fichier image/png, 348k
Titre Fig. 7. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur nord, façade de l’ouvrage d’entrée, voûte en berceau (UE 2250) marquant l’entrée de la chambre de tir, attribuée aux aménagements du xvie siècle
Crédits Cliché : A. Demon – SaB, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/844/img-8.png
Fichier image/png, 303k
Titre Fig. 8. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur nord, chambre de tir, attribuée aux aménagements du xvie siècle
Crédits Cliché A. Demon – SaB, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/844/img-9.png
Fichier image/png, 318k
Titre Fig. 9. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur nord, façade de l’ouvrage d’entrée, voûte en arc brisé à l’entrée de la chambre de tir, attribuée aux aménagements du xvie siècle
Crédits Cliché : A. Demon – SaB, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/844/img-10.png
Fichier image/png, 313k
Titre Fig. 10. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur nord, façade de l’ouvrage d’entrée, attribuée aux aménagements du xvie siècle
Crédits Cliché : A. Demon – SaB, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/844/img-11.png
Fichier image/png, 347k
Titre Fig. 11. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur sud, stalle (ou poste de tir) dotée d’un sol dallé, attribuée aux remaniements du xviiie siècle
Crédits Cliché : A. Demon – SaB, 2013
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/844/img-12.png
Fichier image/png, 367k
Titre Fig.  12. Boulogne-sur-Mer, fausses-braies du château comtal, secteur sud, détail du sol dallé de la stalle, avec, au pourtour, une rigole d’évacuation, attribuée aux remaniements du xviiie siècle
Crédits Cliché : A. Demon – SaB, 2013
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/844/img-13.png
Fichier image/png, 326k
Titre Fig. 13. Boulogne-sur-Mer, enceinte urbaine, fausses-braies du château comtal (secteur nord), proposition d’identification du massif (UE 2260) avec le mur de façade interne du bastion érigé en 1767
Crédits DAO : L. Arnoult – SaB, 2016 – Plan d’origine : Plan général du château, an III (1793), Archives du Génie, Vincennes = Boulogne, Article 8, Section 1, carton 2
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/844/img-14.png
Fichier image/png, 393k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search