Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Places fortes des Hauts-de-France –1–

 | 
Thomas Byhet
, 
Christine Aubry

Les fortifications d’Ardres du Moyen Âge au xixe siècle

The fortifications of Ardres from the Middle Ages to the 19th century

Michel Cabal

Résumé

La commune d’Ardres est située dans la région des Hauts-de-France, dans le département du Pas-de-Calais, entre Calais et Saint-Omer, à la jonction de la plaine maritime et des collines d’Artois. Née au Moyen Âge, elle fut successivement flamande, artésienne et picarde, brièvement anglaise, bourguignonne et espagnole, presque toujours française. Place forte hier, petite ville sous l’Ancien Régime, bourg au xixe siècle, elle est aujourd’hui donnée comme exemple de rurbanisation en France. Cet article concerne principalement les fortifications et les approvisionnements (greniers à blé) d’Ardres au xvie siècle. Les origines médiévales, la prospérité de la Renaissance, puis l’expansion des xviie et xviiie siècles et, enfin, l’arasement des fortifications au xixe siècle seront ici compendieusement exposés.

The city of Ardres is located in the Hauts-de-France region, in the Pas-de-Calais department, between Calais and Saint-Omer, where the maritime plain meets the hills of Artois. Founded in the Middle Ages, it was successively Flemish, Artesian and Picard, briefly English, Burgundian and Spanish, and almost always French. Originally a fortified place, Ardres became a small town under the Ancien Regime and an actual one in the 19th century; it is often cited nowadays as an example of French rurbanisation. This paper is mainly devoted to its 16th century fortifications and supplies (i.e. granaries). Its medieval origins, alongside its prosperity during the Renaissance, its ensuing expansion in the 17th and 18th centuries and, finally, the levelling of the fortifications in the 19th century will be briefly summarised in this paper.

Texte intégral

1. Les fortifications au Moyen Âge

  • 1 Composée initialement entre 1194 et 1198, elle fut achevée en 1203. Pour l’édition de cette chroniq (...)
  • 2 Godefroy Ménilglaise, 1855 : n° CIX, p. 246, n° CXXVI, p. 292 et 294, et n° CLII, p. 376, 378 et 38 (...)

1Les origines médiévales d’Ardres sont bien connues et l’on se reportera à la chronique du curé Lambert – Historia comitum Ghisnensium – qui retrace l’histoire des comtes de Guînes et des seigneurs d’Ardres, de 918, mort de Baudouin II de Flandre, à 1203, époque de la croisade de Baudouin IX de Flandre1. Cette chronique mentionne la construction d’une motte et d’un donjon dans la plaine, ainsi que l’aménagement d’un bourg entouré d’un fossé dans la seconde moitié du xie siècle, puis l’agrandissement de ce fossé dans le troisième tiers du xiie siècle et, enfin, la construction d’une véritable enceinte ovalaire à flanc de coteaux au début du xiiie siècle2. Cette enceinte compte une dizaine de tours et deux portes (la porte du Bas, vers Guînes, d’une part, et la porte du Haut, vers Saint-Omer, d’autre part) et protège l’église Saint-Omer, l’hôtel de l’échevinage et les maisons privées bordant le marché (fig. 1).

Fig. 1. Plan schématique des fortifications de la ville d'Ardres au Moyen Âge

Fig. 1. Plan schématique des fortifications de la ville d'Ardres au Moyen Âge

DAO : M. Cabal, 2017

  • 3 Pour les travaux de fortification entrepris pendant la domination anglaise, voir Costenoble, 1984 : (...)

2En 1360, le Traité de Brétigny cède la ville d’Ardres aux Anglais qui la conserveront jusqu’en 1377, date à laquelle elle est rendue à la France (prise de la ville par Philippe, duc de Bourgogne, frère du roi de France, Charles V). En 1396, Charles VI y rencontre Richard II d’Angleterre : le souverain français remet sa fille, Isabelle de France, au souverain anglais qui épouse l’enfant, âgée de six ans, à Calais la même année. En 1435, le Traité d’Arras attribue Ardres aux Bourguignons. En 1482, la Paix d’Arras rend la ville au roi de France, Louis XI. Les archives anglaises (British Library, à Londres) et bourguignonnes (Archives départementales du Nord, à Lille) font état de travaux de fortification nombreux et variés aux xive et xve siècles3 : construction des remparts, curage des fossés, réfection de bâtiments militaires…

2. Les fortifications au xvie siècle

  • 4 Sur Ardres au xvie siècle, voir Ranson, 1891 : p. 178-250 et, plus récemment, Cabal, Faucherre, 199 (...)
  • 5 Ranson, 1891 : p. 176, Cabal, 1995 : p. 18, Thiébaut, 1996 : p. XXXI et Cabal, 2012 : p. 14.

3À la Renaissance, Ardres devient une petite ville4. Antoine de Bourgogne, le Grand Bâtard de Philippe le Bon, allié au roi de France Louis XI, la reçoit en apanage en 1478 et s’applique à restaurer, avec le concours des Créquy-Blondel, des notables picards, l’église ruinée après le saccage de la ville par les Flamands en 1477 et l’incendie allumé par les Anglais en 1492 : la première pierre de la tour est posée en 15035.

  • 6 Les premiers en font la place la plus avancée du Royaume en Picardie, les seconds souhaitent la rep (...)
  • 7 Archives nationales, J960, Roole des acquits sur le tresorier de l’Espargne (dons, gratifications, (...)
  • 8 Ranson, 1891 : p. 184 et 211.
  • 9 Brewer, 1867 : n° 948, 960, 964 et 1013 et Cabal, Faucherre, 1990 : p. 11.
  • 10 Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, manuscrit français 10383 : Compte de (...)
  • 11 Ranson, 1891 : p. 211 et 213.

4Surtout, Ardres acquiert le statut de place militaire d’importance au nord du Royaume et vit au rythme des rivalités entre Français, Anglais et Espagnols6. En 1520, Dominique de Cortone, dit Le Boccador, s’affaire à l’aménagement du Camp du Drap d’Or7, à mi-distance de Guînes et Ardres, préalablement à la rencontre diplomatique entre François Ier et Henri VIII : si la ville est réparée (château, fossés), elle ne l’est que sommairement pour ne pas déplaire au roi d’Angleterre8. Mais, à la suite de l’échec de cette rencontre, face aux Anglais qui tiennent Calais et aux Espagnols qui occupent Saint-Omer, François Ier décide de renforcer, entre août et octobre 1520, la place la plus avancée du royaume9. Le 5 juillet de cette même année, Jacques Ricard de Genouillac, dit Galiot de Genouillac, grand armurier de François Ier, ordonne la réutilisation des grands mâts royaux pour consolider les fortifications ardrésiennes10. Mais, en septembre 1522, la ville fortifiée doit subir le siège des Anglais et des Impériaux qui prennent la ville et l’occupent pendant sept années11.

  • 12 Cabal, Faucherre, 1990 : p. 11-12 et Cabal, 1995 : p. 12-13. On peut s’interroger sur la date de co (...)

5En 1529, le Traité de Cambrai (ou Paix des Dames) rend la place à la France et François Ier poursuit son œuvre de fortification de la ville. Des ingénieurs d’origine italienne ou sous influence italienne – dont Antonio da Castello et Jean de Renaud de Saint-Rémy – adossent, à partir de 1530, six bastions au rempart médiéval (fig. 2 et 11 a-b) : les bastions Royal (ou Condette), Mont-Éventé, Prince, Festin, Gascogne et Saint-André12. Bâtis en pierre et en terre, ils sont équipés, à l’origine, d’orillons sur leurs flancs et dominés à leur gorge par des cavaliers surélevés en terre et porteurs d’artillerie lourde. À l’est, les bastions Royal et du Mont-Éventé sont construits les premiers, car ils contrôlent le front d’attaque, point faible de la défense ardrésienne : le fossé y est à sec, puisque situé à plus de 15 m au-dessus des eaux de la rivière. Au contraire, le front ouest est inondable à partir de la rivière : les bastions Festin (qui englobe le château primitif) et Gascogne, puis l’ouvrage à cornes, probablement construit vers 1550, défendent l’entrée de la basse-ville. Les poternes de l’Abreuvoir, de Saint-André et du Cimetière facilitent les communications avec l’extérieur.

Fig. 2. Plan schématique des fortifications de la ville d'Ardres au xvie siècle

Fig. 2. Plan schématique des fortifications de la ville d'Ardres au xvie siècle

DAO : M. Cabal, 2017

  • 13 L’évènement est exceptionnellement documenté, tant sur le plan quantitatif que qualitatif et son im (...)
  • 14 Bélidor, 1819 : p. 483-484 et pl. 10, Ranson, 1891 : p. 578, Saint-Just, 1962 : p. 88 et 90, Mauny, (...)

6En 1596, Ardres est assiégée et prise par les Espagnols (fig. 3 a-b, 4 et 5 a-b). Cet événement eut un retentissement considérable13 et un impact sur les fortifications de la ville : porte du Haut murée, brèche dans le rempart méridional, délabrement de l’ouvrage à cornes, dévastation de la ville-basse… L’armée s’impose en ville : l’hôtel du gouverneur, la maison du lieutenant du roi et l’arsenal s’élèvent sur la Grand-Place, tandis que des greniers à blé souterrains – qu’en raison de leur forme on dénomme Les Poires14 – s’abritent derrière le rempart, à l’est. La présence espagnole prit fin en 1598.

Fig. 3a. Vue du siège de la ville d'Ardres en 1596 extraite de la tapisserie de Martin Reymbouts (Bruxelles, ca. 1600)

Fig. 3a. Vue du siège de la ville d'Ardres en 1596 extraite de la tapisserie de Martin Reymbouts (Bruxelles, ca. 1600)

Photographie sur papier albuminé de J. Laurent, ca. 1872, Biblioteca nacional de España, Biblioteca digital hispánica

Fig. 3b. Vue de la ville d'Ardres en 1596 extraite de la tapisserie de Martin Reymbouts (Bruxelles, ca. 1600)

Fig. 3b. Vue de la ville d'Ardres en 1596 extraite de la tapisserie de Martin Reymbouts (Bruxelles, ca. 1600)

Photographie sur papier albuminé de J. Laurent, ca. 1872, Biblioteca nacional de España, Biblioteca digital hispánica

Fig. 4. Vue du siège de la ville d'Ardres en 1596, extraite d'une peinture anonyme de l'École flamande (xviie siècle)

Fig. 4. Vue du siège de la ville d'Ardres en 1596, extraite d'une peinture anonyme de l'École flamande (xviie siècle)

Monastère royal de l'Escurial

Fig. 5a. Plan du siège de la ville d'Ardres en 1596 gravé et édité par Adrien Hubert la même année

Fig. 5a. Plan du siège de la ville d'Ardres en 1596 gravé et édité par Adrien Hubert la même année

Bibliothèque nationale de France, GED-6511

Fig. 5b. Vue de détail du plan précédent montrant les principaux monuments de la ville enclose

Fig. 5b. Vue de détail du plan précédent montrant les principaux monuments de la ville enclose

Bibliothèque nationale de France, GED-6511

3. Les fortifications aux xviie et xviiie siècles

  • 15 Sur Ardres aux xviie et xviiie siècles, voir Ranson, 1891 : p. 250-389 et, plus récemment, Cabal, F (...)
  • 16 Une commission datée de Fontainebleau le 27 mai 1634 charge François Sublet de Noyers de se rendre (...)

7Au xviie siècle, Ardres, place menacée par les Espagnols, garde une certaine importance en Picardie, à la fois place de garnison et place de cavalerie15. Les remparts se voient modernisés par l’ingénieur Jean Errard, vers 1605, l’intendant des finances François Sublet de Noyers, vers 163016, et Vauban et ses collaborateurs, à partir de 1675 (fig. 6 et 7 a-b) : on note ainsi l’abandon de l’ouvrage à cornes de la basse-ville, la construction de demi-lunes (de Lermont, du Cimetière, de la Basse-Ville, de Saint-André et de la Marquise) et le masquement de la porte du Haut au début du xviie siècle, l’aménagement de la redoute de Brêmes en 1677 et le renforcement de la demi-lune de Lermont en 1691.

Fig. 6. Plan schématique des fortifications de la ville d'Ardres au xviie siècle

Fig. 6. Plan schématique des fortifications de la ville d'Ardres au xviie siècle

DAO : M. Cabal, 2017

Fig. 7a. Veuë de la Ville d'Ardres du costé de Calais dessinée par Adam van der Meulen et gravée par Adriaen Baudewyns (Paris, ca. 1680)

Fig. 7a. Veuë de la Ville d'Ardres du costé de Calais dessinée par Adam van der Meulen et gravée par Adriaen Baudewyns (Paris, ca. 1680)

Eau-forte, entre 1727 et 1743, Biblioteca nacional de España, Biblioteca digital hispánica

Fig. 7b. Vue de la ville d'Ardres extraite de la Veuë de la Ville d'Ardres du costé de Calais dessinée par Adam van der Meulen et gravée par Adriaen Baudewyns (Paris, ca. 1680)

Fig. 7b. Vue de la ville d'Ardres extraite de la Veuë de la Ville d'Ardres du costé de Calais dessinée par Adam van der Meulen et gravée par Adriaen Baudewyns (Paris, ca. 1680)

Biblioteca nacional de España, Biblioteca digital hispánica

  • 17 Trois cimetières se sont succédé à Ardres : cimetière médiéval, au sud, à l’extérieur du rempart ; (...)
  • 18 Sur l’Allée des Tilleuls, voir Ranson, 1891 : p. 325 et Cabal, 2012 : p. 9-10.
  • 19 La tuile flamande (en réalité brabançonne) est introduite en Picardie, à partir d’Hesdin, dans les (...)

8Au xviiie siècle, Ardres n’est plus qu’une place de seconde ligne, en très mauvais état. Seuls quelques travaux de renforcement des fortifications sont entrepris, à l’exemple de la construction d’une contre-garde, devant le bastion de Condette, et de la redoute de Guînes en 1711 (fig. 8). À la veille de la Révolution, les dehors représentent les deux tiers de la place, l’armée empêchant d’y construire et surveillant les communications. Ardres est en impasse sur la route royale qui mène de Calais à Saint-Omer, depuis peu rectifiée (travaux des architectes Bernard Forest de Bélidor, Pierre-Louis Beffara et Germain Boffrand, 1740-1754). En ville, les tensions sont vives entre l’armée et la municipalité au sujet de l’emprise militaire (casernes, hôpital, poudrières, écuries et manège), du logement des officiers et de la porte du Haut (condamnée depuis plus d’un siècle et considérée comme un obstacle au développement économique). Elles se résorbent pour partie avec la réouverture de cette porte en 1763, le transfert du cimetière17 et la création de l’Allée des Tilleuls en 176518. Dans le même temps, à la suite du grand incendie de 1761, militaires et élus s’accordent pour déconseiller les constructions en torchis et interdire les couvertures en chaume : l’ardoise et la tuile flamande se généralisent19.

Fig. 8. Plan schématique des fortifications de la ville d'Ardres au xviiie siècle

Fig. 8. Plan schématique des fortifications de la ville d'Ardres au xviiie siècle

DAO : M. Cabal, 2017

4. Le démantèlement des fortifications au xixe siècle

  • 20 Sur Ardres au xixe siècle, voir Ranson, 1891 : p. 391-430 et, plus récemment, Cabal, Faucherre, 199 (...)
  • 21 Les Gomer d’Ampleman de la Cressonière, originaires de Nielles-lès-Ardres, y ont bâti leur maison d (...)
  • 22 Ranson, 1891 : p. 425.

9Au xixe siècle, le poids militaire d’Ardres ne cesse de décroître20. L’art de la guerre a évolué, les moyens de communication se sont simplifiés et la frontière nord de la France s’est définitivement consolidée. Devenu simple chef-lieu de canton, Ardres veut s’affranchir du carcan des fortifications (fig. 9). L’ordonnance du 6 décembre 1842 raye Ardres du tableau des places fortes militaires. Les fortifications sont remises au domaine en 1848. On procède en 1855 à l’adjudication des terrains, à l’exception des parties nécessaires à l’administration de la guerre et à la ville. Le bastion de Saint-André devient un champ de foire, tandis que le bastion Royal est acquis par la famille de Gomer21, les autres sont lotis. Les bâtiments militaires sont peu à peu banalisés et transformés en locaux administratifs, écoles, logements, etc. L’arasement des fortifications, hors le bastion Royal et la poterne de l’Abreuvoir, est terminé en 1862, non sans drame : six morts par explosion le 6 avril de cette année, un drame dont les Ardrésiens ont longtemps gardé le souvenir22.

Fig. 9. Vue panoramique de la ville d'Ardres peinte par Ernest Ranson en 1888

Fig. 9. Vue panoramique de la ville d'Ardres peinte par Ernest Ranson en 1888

M. Cabal, ACHA, 2012, p. 4

5. Conclusion

10D’Ardres, place forte depuis le Moyen Âge jusqu’au xixe siècle, il ne subsiste plus aujourd’hui, au xxie siècle, que l’empreinte des remparts dans le cadastre communal (fig. 10), un tronçon très mutilé de l’enceinte médiévale, visible dans la promenade de la basse-ville, le bastion Royal, bien conservé dans l’actuel jardin public, et les greniers à blé souterrains : bastion et greniers ont été classés au titre des monuments historiques en 2003 (fig 11 a-b et 12 a-b).

Fig. 10. Plan des fortifications d'Ardres en 1745 sur fond de cadastre récent

Fig. 10. Plan des fortifications d'Ardres en 1745 sur fond de cadastre récent

DAO : Y. Roumegoux, 1996 et Th. Byhet, 2017

Fig. 11a. Focus sur le bastion royal extrait du guide Ardres et son patrimoine

Fig. 11a. Focus sur le bastion royal extrait du guide Ardres et son patrimoine

M. Cabal, ACHA, 2012, p. 17

Fig. 11b. Focus sur le bastion royal extrait du guide Ardres et son patrimoine

Fig. 11b. Focus sur le bastion royal extrait du guide Ardres et son patrimoine

M. Cabal, ACHA, 2012, p. 18

Fig. 12a. Focus sur les silos à grains ou poires extrait du guide Ardres et son patrimoine

Fig. 12a. Focus sur les silos à grains ou poires extrait du guide Ardres et son patrimoine

M. Cabal, ACHA, 2012, p. 19

Fig. 12b. Focus sur les silos à grains ou poires extrait du guide Ardres et son patrimoine

Fig. 12b. Focus sur les silos à grains ou poires extrait du guide Ardres et son patrimoine

M. Cabal, ACHA, 2012, p. 20

Bibliographie

Antoine, 2003 : ANTOINE (M.), Le Cœur de l’État : Surintendance, contrôle général et intendances des finances (1552-1791), Fayard, Paris, 2003.

Bélidor, 1819 : BÉLIDOR (B. Forest de), Architecture hydraulique, ou L’art de conduire, d’élever, et de ménager les eaux pour les différents besoins de la vie, Volume 1, Partie 1, Firmin Didot, Paris, 1819.

Brewer, 1867 : BREWER (J. S.), Letters and Papers, Foreign and Domestic, of the Reign of Henry VIII, Volume 3 : 1519-1523, Her Majesty's Stationery Office, Londres, 1867.

Cabal, 1994a : CABAL (M.), Préfiguration du Musée d’Ardres, ACHA, Ardres, 1994.

Cabal, 1994b : CABAL (M.), « La Vue de la ville d’Ardres par A. F. Van der Meulen (1632-1690) », La revue du Louvre et des Musées de France, n° 5-6 (1994), p. 59-62.

Cabal, 1995 : CABAL (M.), Ardres au XVIe siècle, ACHA, Ardres, 1995.

Cabal, 1996 : CABAL (M.), « Le canton d’Ardres : présentation et histoire », dans : Céglarski, Poirier, Calonne, 1996, p. iii-xi.

Cabal, 2012 : CABAL (M.), Ardres et son Patrimoine, ACHA, Ardres, 2012.

Cabal, Faucherre, 1990 : CABAL (M.), FAUCHERRE (N.), Ardres, place forte, ACHA, Ardres, 1990.

Capliez, 1968 : CAPLIEZ (J.), Le bailliage d’Ardres durant l’occupation bourguignonne (1447-1477) d’après les comptes du receveur du bailliage, Mémoire de maîtrise sous la direction de G. Fourquin, Université de Lille, Lille, 1968.

Céglarski, Poirier, Calonne, 1996 : Céglarski (V.), Poirier (I.), Calonne (E.), Inventaire archéologique du canton d’Ardres, Ministère de la Culture, Préfecture de la région Nord-Pas-de-Calais, Direction régionale des affaires culturelles, Service régional de l’Archéologie, Villeneuve d’Ascq, 1996.

Costenoble, 1984 : COSTENOBLE (Ch.), « Les travaux des Rois d’Angleterre à Calais (1ère partie) », Bulletin historique et artistique du Calaisis, n° 99-100 (1984) , p. 469-499.

De Laborde, 1880 : DE LABORDE (L.), Les comptes des bâtiments du Roi (1528-1571), Tome 2, J. Baur, libraire, Paris, 1880.

Faucherre, 1986 : FAUCHERRE (N.), Places fortes, bastion du pouvoir, Édition du Rempart, Paris, 1986.

Fauvelet du Toc, 1668 : FAUVELET DU TOC (A.), Histoire des secrétaires d’Estat, Chez Charles de Sercy, Paris, 1668.

Godefroy Ménilglaise, 1855 : GODEFROY MÉNILGLAISE (D.-Ch.) [éd.], Chronique de Guines et d’Ardre par Lambert, curé d’Ardre (918-1203), Jules Renouard et Cie, Paris, 1855.

Lebecq, 1996 : LEBECQ (St.), « Ardres médiéval à la lumière de la Chronique de Lambert d’Ardres », dans : Céglarski, Poirier, Calonne, 1996, p. xxviii-xxix.

Lefebvre, 1766 : LEFEBVRE (J. B.), Histoire générale et particulière de la ville de Calais et du Calaisis ou Pays reconquis, 2 volumes, Chez Guillaume François Debure, Paris, 1766.

Massie, 2013 : MASSIE (A.), « Les artisans du Camp du Drap d’Or (1520) : culture matérielle et représentation du pouvoir », Encyclo, Revue de l’école doctorale ED 382 (Université Paris Sorbonne Cité), 2013, p. 55-79.

Mauny, 1980 : MAUNY (R.), « Contribution à l’étude des « Greniers et silos Gastignon » à Amboise (soi-disant grenier de césar) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, 39 (1980), p. 437-459.

Quinchon-Adam, 2010 : QUINCHON-ADAM (L.), « Recherches sur les vues de villes du Pas-de-Calais gravées aux XVIe et XVIIe siècles », Bulletin de la Commission départementale d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, 28 (2010), p. 27-53.

Raiff, 1859 : RAIFF (V.), Notice historique sur Ardres et ses environs, Le Roy, Calais, 1859.

Ranson, 1891 : RANSON (Er.), Histoire d’Ardres depuis son origine jusqu’en 1891, Imprimerie du Mémorial artésien, Saint-Omer, 1891.

Saint-Just, 1962 : SAINT-JUST (Fr. de), Témoins de quatre siècles : les Saint-Just d'Autingues, s. e., Paris, 1962.

Schmidt, 1900 : SCHMIDT (Ch.), « Le rôle et les attributions d’un « Intendant des finances » aux armées : Sublet de Noyers de 1632 à 1636 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2-2 (1900), p. 156-175.

Thiébaut, 1996 : THIÉBAUT (J.), « Patrimoine architectural du canton d’Ardres », dans : Céglarski, Poirier, Calonne, 1996, p. xxx-xxxv.

Trénard, 1976 : TRÉNARD (L.), « Ardres, un bailliage à la veille de la Révolution », Actes du 96e congrès national des sociétés savantes (Toulouse, 1971), Section d’histoire moderne et contemporaine, T. 2, Bibliothèque nationale, Paris, 1976, p. 501-540.

Vaillant, 1884 : VAILLANT (V.-J.), Le siège d’Ardres en 1657 d’après une relation contemporaine inédite, Typographie & lithographie Simonnaire et Cie, Boulogne-sur-Mer, 1884.

Verplaetse, 1965 : VERPLAETSE (A.), « L’architecture en Flandre entre 900 et 1200 d’après les sources narratives contemporaines », Cahiers de civilisation médiévale, 8e année (n° 29), janvier-mars 1965, p. 25-42.

Notes

1 Composée initialement entre 1194 et 1198, elle fut achevée en 1203. Pour l’édition de cette chronique, voir Godefroy Ménilglaise, 1855. Voir également Cabal, 1994a : p. 10-11.

2 Godefroy Ménilglaise, 1855 : n° CIX, p. 246, n° CXXVI, p. 292 et 294, et n° CLII, p. 376, 378 et 380, Ranson, 1891 : p. 24-25, 41 et 77-78 et Cabal, Faucherre, 1990 : p. 5-8.

3 Pour les travaux de fortification entrepris pendant la domination anglaise, voir Costenoble, 1984 : p. 492 et Cabal, Faucherre, 1990 : p. 8-9. La grande majorité de ces travaux n’a pas encore été identifiée, localisée et étudiée jusqu’à aujourd’hui. Pour la domination bourguignonne, voir Capliez, 1968.

4 Sur Ardres au xvie siècle, voir Ranson, 1891 : p. 178-250 et, plus récemment, Cabal, Faucherre, 1990 : p. 11-14, Cabal, 1994a : p. 12-13 et Cabal, 1995.

5 Ranson, 1891 : p. 176, Cabal, 1995 : p. 18, Thiébaut, 1996 : p. XXXI et Cabal, 2012 : p. 14.

6 Les premiers en font la place la plus avancée du Royaume en Picardie, les seconds souhaitent la reprendre pour mieux contrôler Calais et intervenir sur le continent, les derniers, qui tiennent Saint-Omer, veulent en chasser les Français et en éloigner les Anglais.

7 Archives nationales, J960, Roole des acquits sur le tresorier de l’Espargne (dons, gratifications, pensions, gages, avec des confirmations de privilèges, des exemptions d’impôts, des naturalisations, etc. 1530-1539) : n° 69 : A Dominicque de Courtonne, architecte, en don, la somme de neuf cens livres pour le récompenser de plusieurs ouvrages qu’il a faitz depuis quinze ans ença, par l’ordonnance et commandement du Roy, en patrons, en levées de boys, tant de la ville et chasteau de Tournay, Ardres, Chambort, patrons de ponts à passer rivières, moulins à vent, à chevaulx et à gens, que pour autres ouvrages qu’il a faitz et fait faire depuis ledit temps pour le service du dit Seigneur où il a eu de grans pertes, et dont le Roy ne veult estre icy fait autre déclaration, cy : ixc l. (De Laborde, 1880 : p. 204). Voir Cabal, Faucherre, 1990 : p. 11.

8 Ranson, 1891 : p. 184 et 211.

9 Brewer, 1867 : n° 948, 960, 964 et 1013 et Cabal, Faucherre, 1990 : p. 11.

10 Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, manuscrit français 10383 : Compte de la commission des tentes, pavillons et enrichissemens d’iceulx, menez en la ville d’Ardre pour la veue et traicté de paix d’entre le Roy notre sire et le roy d’Angleterre, faict ou mois de juing l’an 1520, f° 177 et suiv. Voir également Massie, 2013 : p. 71 et n. 107.

11 Ranson, 1891 : p. 211 et 213.

12 Cabal, Faucherre, 1990 : p. 11-12 et Cabal, 1995 : p. 12-13. On peut s’interroger sur la date de construction de chacun de ces édifices et les origines de leur appellation : raisons topographiques (Mont-Éventé), historiques (Festin, Gascogne) et/ou honorifiques (Royal, Prince et Maréchal de Saint-André). Sur le bastion Royal, appelé aussi grand bastion ou bastion de Condette, voir Cabal, Faucherre, 1990 : p. 12, Cabal, 1995 : p. 30-34 et Cabal, 2012 : p. 17-18.

13 L’évènement est exceptionnellement documenté, tant sur le plan quantitatif que qualitatif et son image fut largement divulguée (médailles, gravures et tapisseries) : voir, par exemple, Quinchon-Adam, 2010 : p. 29 et fig. 1, p. 30.

14 Bélidor, 1819 : p. 483-484 et pl. 10, Ranson, 1891 : p. 578, Saint-Just, 1962 : p. 88 et 90, Mauny, 1980 : p. 454-457, Cabal, Faucherre, 1990 : p. 13 et Cabal 2012 : p. 19-20. Ces greniers à blé sont à rapprocher des silos d’Amboise (Indre-et-Loire), de Bonifacio (Corse-du-Sud) et d’Étaples (Pas-de-Calais). Pour les greniers d’Étaples, voir l’article de Thomas Byhet dans ces mêmes actes, pour ceux d’Amboise, voir Mauny, 1980.

15 Sur Ardres aux xviie et xviiie siècles, voir Ranson, 1891 : p. 250-389 et, plus récemment, Cabal, Faucherre, 1990 : p. 15-25, Cabal, 1994a : p. 14-17 et Cabal, 1994b.

16 Une commission datée de Fontainebleau le 27 mai 1634 charge François Sublet de Noyers de se rendre en Picardie pour « y faire en toute diligence travailler aux fortifications des villes et places, citadelles et châteaux de Doullens, Montreuil, Calais, fort de Lay, Ardres, Abbeville, Rue, Saint-Quentin, Le Castellet, Péronne, La Capelle, Corbie, Amiens, et La Fère, suivant les devis et desseins du sieur d’Argencourt notre maréchal de bataille que nous envoyons avec vous en notredite province » (Antoine, 2003 : p. 205 ; voir également Fauvelet du Toc, 1668 : p. 292 et Schmidt, 1900 : p. 164).

17 Trois cimetières se sont succédé à Ardres : cimetière médiéval, au sud, à l’extérieur du rempart ; cimetière de l’Ancien Régime, autour de l’église en centre-ville, de 1603 à 1767 ; cimetière moderne, à l’est, à l’extérieur du rempart et bordé par l’Allée des Tilleuls (Ranson, 1891 : p. 326-328).

18 Sur l’Allée des Tilleuls, voir Ranson, 1891 : p. 325 et Cabal, 2012 : p. 9-10.

19 La tuile flamande (en réalité brabançonne) est introduite en Picardie, à partir d’Hesdin, dans les années 1740. Sur cet incendie et l’interdiction des toits de chaume, voir Ranson, 1891 : p. 322-323 et 583-587.

20 Sur Ardres au xixe siècle, voir Ranson, 1891 : p. 391-430 et, plus récemment, Cabal, Faucherre, 1990 : p. 26-28 et Cabal, 1994a : p. 18-19.

21 Les Gomer d’Ampleman de la Cressonière, originaires de Nielles-lès-Ardres, y ont bâti leur maison de ville agrémenté d’un jardin en 1848, devenus en 1962 l’hôtel de ville d’Ardres et le jardin public.

22 Ranson, 1891 : p. 425.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan schématique des fortifications de la ville d'Ardres au Moyen Âge
Crédits DAO : M. Cabal, 2017
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 2. Plan schématique des fortifications de la ville d'Ardres au xvie siècle
Crédits DAO : M. Cabal, 2017
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 3a. Vue du siège de la ville d'Ardres en 1596 extraite de la tapisserie de Martin Reymbouts (Bruxelles, ca. 1600)
Crédits Photographie sur papier albuminé de J. Laurent, ca. 1872, Biblioteca nacional de España, Biblioteca digital hispánica
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 3b. Vue de la ville d'Ardres en 1596 extraite de la tapisserie de Martin Reymbouts (Bruxelles, ca. 1600)
Crédits Photographie sur papier albuminé de J. Laurent, ca. 1872, Biblioteca nacional de España, Biblioteca digital hispánica
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 4. Vue du siège de la ville d'Ardres en 1596, extraite d'une peinture anonyme de l'École flamande (xviie siècle)
Crédits Monastère royal de l'Escurial
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 5a. Plan du siège de la ville d'Ardres en 1596 gravé et édité par Adrien Hubert la même année
Crédits Bibliothèque nationale de France, GED-6511
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 5b. Vue de détail du plan précédent montrant les principaux monuments de la ville enclose
Crédits Bibliothèque nationale de France, GED-6511
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 6. Plan schématique des fortifications de la ville d'Ardres au xviie siècle
Crédits DAO : M. Cabal, 2017
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 7a. Veuë de la Ville d'Ardres du costé de Calais dessinée par Adam van der Meulen et gravée par Adriaen Baudewyns (Paris, ca. 1680)
Crédits Eau-forte, entre 1727 et 1743, Biblioteca nacional de España, Biblioteca digital hispánica
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 7b. Vue de la ville d'Ardres extraite de la Veuë de la Ville d'Ardres du costé de Calais dessinée par Adam van der Meulen et gravée par Adriaen Baudewyns (Paris, ca. 1680)
Crédits Biblioteca nacional de España, Biblioteca digital hispánica
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 8. Plan schématique des fortifications de la ville d'Ardres au xviiie siècle
Crédits DAO : M. Cabal, 2017
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 9. Vue panoramique de la ville d'Ardres peinte par Ernest Ranson en 1888
Crédits M. Cabal, ACHA, 2012, p. 4
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 10. Plan des fortifications d'Ardres en 1745 sur fond de cadastre récent
Crédits DAO : Y. Roumegoux, 1996 et Th. Byhet, 2017
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 11a. Focus sur le bastion royal extrait du guide Ardres et son patrimoine
Crédits M. Cabal, ACHA, 2012, p. 17
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 11b. Focus sur le bastion royal extrait du guide Ardres et son patrimoine
Crédits M. Cabal, ACHA, 2012, p. 18
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 12a. Focus sur les silos à grains ou poires extrait du guide Ardres et son patrimoine
Crédits M. Cabal, ACHA, 2012, p. 19
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 12b. Focus sur les silos à grains ou poires extrait du guide Ardres et son patrimoine
Crédits M. Cabal, ACHA, 2012, p. 20
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/822/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 182k

Auteur

Association Culturelle et Historique d’Ardres (ACHA)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter