Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Mise en perspective


Texte intégral

1Pour la 9e session des Journées de Bondues, le choix s’est porté sur un thème d’apparence classique « Vivre sous l’Occupation » que Dominique Veillon a particulièrement bien analysé. Mais, pour la zone interdite, la recherche d’Alain Petit mise à part au même titre que quelques monographies urbaines, les travaux demeurent peu nombreux. Surtout, aucune recherche n’a été conduite sur la problématique que soulèvent la guerre et l’occupation de la région : illégalité, collaboration, résistance.

2Un constat d’évidence s’impose : la vie de chacune et de chacun est très profondément perturbée et la « vie d’avant » que regrettent les témoignages ne semble pas restaurable dans l’immédiat. À cet égard, le Journal de guerre de Denise Delmas-Decreus, une jeune institutrice affectée à Hazebrouck, offre des éclairages lucides et pertinents sur le ressenti des populations civiles. L’exode des populations locales a dispersé souvent des familles qui tentent de se retrouver tandis que d’autres attendent le retour de « l’absent » c’est-à-dire du prisonnier. La répétition des bombardements et la vie quotidienne dans des paysages de ruines entraînent le déplacement fréquent puis forcé de celles et ceux que les autorités évacuent des zones littorales ou des sites stratégiques pour la durée de la guerre. Les aléas du ravitaillement dessinent également la réalité quotidienne puisqu’il est notoirement insuffisant et de qualité très irrégulière. Les « Jourssans » ne sont pas rares quand très souvent les queues s’allongent aux abords des boutiques. La vie professionnelle, elle-même, n’est pas indemne de difficultés. Les réquisitions de locaux par l’armée d’occupation impliquent des déménagements tandis que les bombardements bousculent les calendriers et la pratique scolaires quand d’autres habitants sont soumis au chômage.

Escroqueries

Image 10000000000005E50000052411F0555685F89995.jpg

© Le Grand Écho du Nord 17-11-1941

3Dès lors, le poids du quotidien laisse une place modeste aux grands événements politiques et militaires qui parviennent souvent comme un écho lointain même si la guerre demeure présente et visible puisque l’occupant, que l’on ne fréquente pas, se voit ; sa présence devient insupportable avec le temps et exaspère car elle passe pour faire monter la violence.

4Ce témoignage « venu d’en bas », partiel sans doute, exprime le décalage entre les préoccupations des populations civiles et celles des pouvoirs publics et contribue à dessiner un paysage social et mental où se mêlent résignation, indignation, improvisation et recherche de solutions accessibles. Il laisse entendre que, pour vivre ou pour survivre, il faut faire l’apprentissage de la débrouillardise, du « système D », voire même de l’illégalité. Illégalité multiforme et d’intensité variable à laquelle il est parfois difficile d’échapper. Pour cette famille Delmas, catholique de culture, le recours au marché parallèle devient indispensable quand l’alimentation et la santé des enfants sont menacées. Les interdits préfectoraux et la surveillance des services de l’État deviennent des obstacles fragiles que l’on surmonte sans réel problème de conscience.

5La presse autorisée par l’occupant ne manque pas de signaler le nombre apparemment croissant des illégalités découvertes que les pouvoirs publics parviennent à sanctionner. Vols et cambriolages, pillages, parfois, de maisons ou d’usines laissées par leurs propriétaires, hausse illicite des prix, trafics plus ou moins importants d’objets ou de denrées divers, fraudes et « marché noir », violences, agressions voire homicides, « actes criminels mettant en cause la sécurité de l’État » – avortements-, abattages clandestins d’animaux, incendies de récoltes ou de fermes, mais également infractions à l’encontre de l’armée d’occupation, semblent en forte progression pendant ces années noires d’après les rapports de police ou de de gendarmerie que les préfets commentent assez régulièrement. Tous ces signalements déterminent une « zone grise » dont les contours sont mal définis et brouillent souvent les catégories traditionnelles. Car des milieux sociaux tels que des commerçants ou des paysans sont impliqués pour des délits de hausses des prix ou de fraudes ; des fonctionnaires même sont mis en cause pour corruption. Les inculpations et les condamnations frappent des classes d’âge différentes puisque des jeunes, voire de très jeunes, sont impliqués et n’épargnent pas les mères de familles. Cette croissance du nombre des délits et des crimes est visible aussi bien en France occupée, comme le souligne Sarah Fishman ou en Belgique, comme le montre Julia Zurne ; les dossiers judiciaires en font foi.

6Ce rapide constat soulève plusieurs questions.

7L’avant-guerre a révélé bien des malversations, des escroqueries, des crimes dont certains ont rencontré un écho considérable, notamment dans les années 1930. Les pratiques délictueuses des années d’occupation prolongeraient-elles celles des temps de paix ou leur donneraient-elles une tonalité différente ? La nature des infractions relevées et sanctionnées laisse penser que les illégalités se nourrissent le plus souvent des difficultés du quotidien puis que le marché noir, les trafics de nourriture, l’inflation des prix de vente, le travail clandestin, les vols et les cambriolages, témoignent de la précarité de bien des situations. De même les « pratiques criminelles contre la natalité », dont la répression s’aggrave avec le Code de la Famille de 1939, exprimeraient-elles l’effondrement éthique des femmes ou plutôt leur misère sociale quand le conjoint est éloigné par la captivité ? Le préfet Carles lui-même, signale, en 1943, que la répression nécessaire des pratiques abortives ne peut répondre seule à toutes les situations et qu’il importerait de mettre en œuvre une politique sociale plus incitative à la natalité.

Cartes de pain

Image 10000000000003190000049F3F5DADE7A049E472.jpg

© Le Grand Écho du Nord 28-07-1942

Avortements (antre d’une cartomancienne)

Image 10000000000002D7000002126167E4484D0C378B.jpg

© Le Grand Écho du Nord 12-03-1943

8Dès lors, si les conditions difficiles de la vie quotidienne contribuent à l’extension des infractions et des crimes, ne conviendrait-il pas de mener une recherche sur la « sociologie » et la « géographie » de tous ces actes délictueux ? Qui les commet pour l’essentiel ? Des individus ? des « bandes organisées » ? Où sont-ils commis ? En milieu citadin ou en milieu rural ? Dans quelles conditions ? Leur extension aurait-elle été régulière ou aurait-elle connu des pics et des creux selon la conjoncture économique, sociale, militaire ou politique ? Serait-elle en lien avec l’évolution de la conjoncture politique et militaire ?

9Une autre réflexion ne peut être occultée. En effet, les ordonnances et directives imposées par l’occupant auxquelles s’ajoutent les lois, décrets et les consignes, pris et édictés par Vichy, multiplient les contraintes et donc les opportunités ou les capacités d’infractions. S’il est vrai que certains trafiquants du marché noir ont justifié leur pratique en laissant entendre qu’ils soustrayaient ainsi une partie de leur production aux réquisitions allemandes, ils avouaient, en même temps, contrevenir à l’autorité des pouvoirs publics de Vichy qui s’efforçaient d’appliquer la loi et faisaient une priorité de la lutte contre ce marché parallèle. Dès lors, faudrait-il conclure que ni l’autorité allemande ni celle de Vichy n’ont pu imposer leurs règles avec une efficacité totale et que l’oppression étrangère a pu être contournée ? À vrai dire, l’occupant allemand lui-même, par les méthodes qu’il pratique – ouverture irrégulière de la frontière avec la Belgique, fondation de bureaux d’achat, surévaluation des monnaies – encourage certaines malversations qu’il peut condamner par ailleurs quand le malaise social grossit.

10Il n’en demeure pas moins que ces illégalités, si elles nourrissent les rubriques de faits divers et l’activité des services de police ou de gendarmerie, l’agenda des cours de justice, ne se caractérisent pas par l’uniformité. Sans nul doute, les poursuites concernent des actes multiples dont la signification évolue avec le temps de l’Occupation. Si dans un premier temps, il a été possible d’associer certains délits ou crimes à des pratiques de corruption, à l’éloignement des services publics, l’évolution de la conjoncture leur a donné d’autres connotations. Ainsi, le vol de cartes ou de tickets de ravitaillement peut être interprété et jugé, dans les premiers mois de l’Occupation, comme fait de corruption. En 1942 ou 1943, les cambriolages de mairies pour des vols analogues passent alors, le plus souvent, pour une activité menée par des « bandits » ou des « terroristes » selon la propagande officielle c’est-à-dire par des groupes engagés dans la Résistance.

11Il convient de ne pas oublier que « l’illégalité » peut encore adopter d’autres formes plus discrètes ou plus clandestines puisque l’individu qui la commet se met « hors du champ légal ». L’action résistante qui implique désobéissance, dissidence voire rébellion, fait entrer dans l’illégalité. Dès lors, éditer un tract ou le distribuer, participer à une grève dans un système d’occupation qui l’interdit, fabriquer des faux papiers, cacher des clandestins, refuser le recensement quand on appartient à la communauté juive, voler des vivres pour nourrir des réfractaires au STO, qui sont également des « hors la loi », voire incendier des récoltes ou des fermes de paysans perçus comme « collaborateurs », constituent autant de malversations qu’Allemands ou services de Vichy pourchassent activement. Le départ n’est pas simple entre tous ces délits voire ces crimes sauf à distinguer « légalité » et « légitimité » et à poser également un questionnement politique. Car le passage à l’acte résistant peut induire des méthodes ambiguës tout en se teintant d’une part d’ambivalence. Comment prendre en charge des clandestins sans utiliser les réseaux de trafic ou de contrebande ou encore ceux du marché noir ? Les réseaux d’évasion font parfois appel à des « contrebandiers » qui deviennent « passeurs » car ils connaissent les itinéraires à suivre. Comment se procurer papier et encre, machine à imprimer et à dactylographier, quand ce matériel indispensable à la presse clandestine n’est pas en vente libre ? Parfois, l’acte résistant peut conduire à la violence voire à l’homicide : l’oppression justifie-t-elle un tel recours ? Saboter un camion allemand, voler l’essence réquisitionnée par l’occupant, couper les lignes téléphoniques, comme l’ont fait les premiers résistants, détruire un poste électrique ou endommager un poste d’aiguillage, sont sanctionnés comme des délits ou des crimes par l’occupant sans apparaître comme tels aux yeux de ceux qui les pratiquent. Ce qui signifie que l’illégalité peut être perçue comme « relative ».Parfois même, la soumission à la loi devient condamnable. Ainsi, refuser le Service du travail obligatoire ne peut passer pour une infraction insupportable à la loi. Tous ces exemples dessinent une ligne de crête très étroite qui détermine résistance, attentisme et éventuellement collaboration.

12La problématique retenue est donc complexe et implique de fines recherches. Pendant cette journée, notre projet n’a pas l’ambition de fournir des réponses définitives à ces questionnements qui colorent les comportements individuels et collectifs mais d’ouvrir quelques pistes de réflexion et d’analyses sur l’engagement résistant et l’identité de la Résistance. « L’environnement du quotidien » doit brosser la toile de fond de la recherche : la stratégie allemande et le système de l’Occupation en composent un des aspects. Mais on ne peut négliger une dimension éthique et politique : comment la guerre et l’Occupation autorisent et contraignent à entrer en « illégalité » ? Par ailleurs, l’illégalité peut être individuelle mais celle que vivent et que pratiquent les résistants implique une action collective. Comment articuler les deux démarches ? Ce qui signifie que l’on doit appréhender ce « tribut des années troubles » dans toute sa diversité et son extension la plus large. Ce qui signifie que la recherche suppose d’envisager à la fois des groupes sociaux, mus par leurs intérêts professionnels, des organisations religieuses motivées par des choix éthiques ou encore des mouvements ou des groupes de résistance engagés dans une action politique ou même militaire.

13Toutes les communications présentées lors de cette journée ne sont pas publiées car leurs auteurs n’ont pas déposé leur texte. Nous regrettons que Julia Zurné et Carine Lefin, auteurs de riches communications, soient absents de la publication en ligne.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.