Version classiqueVersion mobile

Places fortes des Hauts-de-France –1–

 | 
Thomas Byhet
, 
Christine Aubry

Avant-propos

Thomas Byhet et Christine Aubry

Texte intégral

  • 1 Faucherre (N.), Lesage (Chr.), Roumegoux (Y.), « Prise en compte et gestion patrimoniale des encein (...)

1Le 12 février 1994, les participants d’une table-ronde sur L’archéologie des fortifications1, organisée à Lille par N. Faucherre, Chr. Lesage et Y. Roumegoux (DRAC Nord-Pas-de-Calais), concluaient :
– à la nécessaire réalisation d’un atlas des anciennes villes fortes de la région Nord-Pas-de-Calais,
– à la constitution d’un fichier iconographique des plans de villes fortes,
– à l’organisation d’un colloque (alors prévu en 1996),
– à la tenue de journées d’études sur des thèmes fédérateurs,
– et à la définition d’un projet collectif de recherches, à travers la mise en place d’une équipe pluridisciplinaire.

2Plus de vingt années se sont écoulées depuis cet appel et l’on constate combien les souhaits alors formulés – et non entièrement réalisés – sont toujours d’actualité. Les programmes communs de recherche (PCR), les opérations archéologiques préventives et programmées des deux dernières décennies et les recherches historiques et archivistiques dans le cadre universitaire ou associatif se sont succédé et ont apporté de nouvelles informations ou renouvelé les connaissances sur les places fortes de la région Hauts-de-France.

3Il était donc nécessaire de réunir à nouveau, lors de deux journées d’études, enseignants-chercheurs, historiens, archéologues, doctorants et associatifs afin que chacun puisse porter, à destination des spécialistes et du public, les connaissances acquises récemment ou demeurées inédites. Les premières journées consacrées aux places fortes de la région Hauts-de-France (Places fortes du littoral et de l’arrière-pays (Pas-de-Calais et Somme) : actualités et recherches inédites) ont été organisées par le Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France (Direction régionale des Affaires culturelles, Pôle Patrimoines et Architecture) et l’Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHiS–UMR 8529, Univ. Lille, CNRS) et se sont tenues les 6 et 7 octobre 2016 à l’Université de Lille – Sciences Humaines et Sociales, à Villeneuve d’Ascq.

  • 2 Nous avons retenu la définition donnée par J.-M. Pérouse de Montclos dans son ouvrage Architecture, (...)

4L’acceptation du terme « place forte » retenu dans le titre du projet des journées d’études devait être suffisamment large pour englober les différentes facettes de la recherche régionale dans le domaine de la fortification. Le terme désigne donc ici tout type d’espace fortifié indépendant2 : ville, forteresse, château-fort, etc. Le cadre chronologique fixé est celui des époques médiévale et moderne, de la naissance des premiers sites fortifiés à l’élaboration du Pré-Carré. Toutefois, des thèmes et des périodes privilégiés font – et feront à l’avenir – l’objet d’un focus dans chacune des communications en créant ainsi un fil rouge thématique commun à tous les participants : lors de cette première table-ronde, l’accent a été mis sur la fortification au xvie siècle (construction, transformation, adaptation des places fortes aux nouvelles règles de la guerre).

5Afin d’impulser une dynamique, les axes de réflexion se sont concentrés aux seuls départements du Pas-de-Calais et de la Somme (fig. 1). Nous sommes bien conscients que ces premières interventions ne reflètent pas l’ensemble des recherches conduites dans la région Hauts-de-France. Aussi, nous ne pouvons que formuler le souhait de pérenniser ce type d’échanges, si le succès est au rendez-vous, et peut-être d’envisager à terme la création d’un atelier hébergé au sein d’un laboratoire universitaire ou d’un programme commun de recherche (PCR), dont la vocation reste à préciser.

Fig. 1. Carte des principaux sites fortifiés cités dans les actes

DAO : Th. Byhet, 2017

Remerciements

6Nous exprimons nos plus vifs remerciements à Jean-Luc Collart, conservateur régional de l’Archéologie (Direction régionale des Affaires culturelles, Pôle Patrimoines et Architecture, Service régional de l’Archéologie), Stéphane Michonneau, professeur des universités en histoire contemporaine à l’Université de Lille, directeur de l’IRHiS (Institut de recherche historique du Septentrion, UMR 8529, Univ. Lille, CNRS) et Sylvie Aprile, professeure des universités en histoire contemporaine, ancienne directrice de l’IRHiS, de leur soutien dans l’élaboration et la conduite de ces journées d’études.

7Nous adressons aussi tous nos remerciements à Christine Aubry, ingénieur de recherche, chargée de la valorisation de la recherche de l’IRHiS (UMR 8529, Univ. Lille, CNRS) pour sa collaboration sans faille et ses conseils précieux dans l’organisation des journées d’études et l’édition électronique de ces actes.

8Nous sommes très reconnaissants à Esther Dehoux, maître de conférences en histoire médiévale (IRHiS, UdL), Charles Mériaux, professeur d’histoire du Moyen Âge (IRHiS, UdL), Philippe Racinet, professeur d’histoire et d’archéologie médiévales (Université de Picardie Jules-Verne) et Jean-Michel Willot, conservateur du patrimoine et chef du Service d’archéologie préventive (Direction de l’archéologie du Pas-de-Calais) d’avoir accepté de présider les séances des journées d’études.

9Nous tenons également à remercier Karine Delfolie, chargée d’études documentaires, de préservation et de mise en valeur de fonds patrimonial et de collections (DRAC, Pôle Patrimoines et Architecture, Service régional de l’Archéologie) et Pierre-Emmanuel Lenfant, attaché juriste (Direction des Affaires disciplinaires du Service général de l’Enseignement, Fédération Wallonie-Bruxelles) d’avoir relayé sur leur réseau documentaire et d’information respectif (Nordoc’Archéo et Archeologia.be).

10Nous souhaitons enfin exprimer notre gratitude à Isabelle Bollard-Raineau, conservatrice du patrimoine (DRAC, Pôle Patrimoines et Architecture, Service régional de l’Archéologie) qui a procédé à la relecture de l’ensemble des manuscrits, à Jean-Christophe Van Thienen, professeur agrégé d’anglais (IRHiS, UdL) et à Sandie Bujana, professeur d’anglais (Lycée Bernard Chochoy, Lumbres), qui ont assuré la traduction et la vérification des titres, résumés et mots-clés anglais.

Avertissement

11Les éditeurs espèrent que les efforts d’uniformisation et les corrections apportées aux contributions réunies dans ces actes auront été bénéfiques à la lecture de textes qui restent de la seule responsabilité des auteurs.

Notes

1 Faucherre (N.), Lesage (Chr.), Roumegoux (Y.), « Prise en compte et gestion patrimoniale des enceintes urbaines médiévales et modernes mises au jour dans la région Nord-Pas-de-Calais », Revue du Nord-Archéologie, 76 (1994), n° 308, p. 189-191.

2 Nous avons retenu la définition donnée par J.-M. Pérouse de Montclos dans son ouvrage Architecture, description et vocabulaire méthodiques, paru aux Éditions du Patrimoine en 2011 (édition remaniée), p. 570.

Table des illustrations

Crédits DAO : Th. Byhet, 2017
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/820/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search