Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Culture, collaboration, résistance


Texte intégral

1Les historiens de la première Guerre mondiale, ont forgé le concept de « culture de guerre » pour désigner les phénomènes culturels que fait naître le premier conflit mondial : essor de la propagande, d’idéologies marquées par l’intensité et la violence, mise en valeur du « héros ». En choisissant ce thème « Culture, occupation, résistance » nous souhaitons, en référence à 1914-1918 poser cette interrogation : la Seconde Guerre mondiale engendre-t-elle également une « culture de guerre » ? Cette question peut surprendre car les conjonctures ne se ressemblent pas. La « culture de guerre » naît et se développe à partir de sociétés en guerre dont le territoire est libre d’invasion ou d’occupation et d’Etats qui n’ont conclu aucun armistice et qui exploitent la culture pour justifier leur combat. L’Etat français, en 1940, en choisissant la collaboration avec l’Allemagne nazie, ne se met pas en situation d’aider à la diffusion d’une culture de guerre analogue à celle de 1914-1918 et encourage plutôt la soumission de la société française aux exigences de l’occupant. Néanmoins, dans sa volonté de conduire la « révolution nationale », il se propose de combattre une démocratie républicaine méprisée et de mener, en quelque sorte, une offensive intérieure après avoir suspendu la guerre extérieure. Il n’hésite pas à utiliser l’art et la culture sous toutes leurs formes pour y parvenir. C’est cette perspective que le colloque de Bondues s’est efforcé d’appréhender.

2Par culture, il convient d’entendre non seulement une vie et une activité consacrées c’est-à-dire une culture édifiée autour de la littérature ou des beaux-arts, mais encore les savoirs, les pratiques, les curiosités et les goûts, les manières d’agir, de se comporter, de s’épanouir. En ce sens, le champ ouvert entre 1936 et 1939 par l’ancien ministre de l’Éducation nationale, Jean Zay, identifie bien le concept de culture au sens moderne du terme. En effet si le ministère exerce sa tutelle classique sur l’Ecole, il se préoccupe également des « arts », des « spectacles » -cinéma, théâtre, danse-des « sports » et même des « loisirs ». Dans la vision des hommes du Front populaire, l’ensemble est cohérent puisque chacune de ces activités contribuent à construire l’homme. Préoccupation démocratique chez Jean Zay que détournent les régimes totalitaires qui entendent utiliser la culture pour bâtir « un homme nouveau ».

3Ces interrogations posent un problème de méthode car, dans notre ambition comparative à l’origine des journées d’études de Bondues, la culture n’offre pas un champ de confrontation équilibrée entre la Belgique et la France du Nord. En effet, la Belgique et ses grandes villes engagent des démarches culturelles dynamiques ; les grands créateurs ne manquent pas tandis que la « culture populaire » révèle des personnalités remarquables. La culture en Belgique n’échappe pas au tropisme parisien mais son intensité ne peut se comparer à celui qui affecte la région du Nord qui, aux yeux de bien des contemporains et même des autorités allemandes d’occupation, passe pour un désert culturel. Elle ne manque pas de créateurs qui en sont originaires mais peu nombreux sont ceux qui maintiennent leur présence et leur activité dans la région Des institutions culturelles fonctionnent mais diffusent, le plus souvent, une culture élaborée ailleurs. Dédain de la capitale, comme le pensent les régionalistes avérés ou vitalité insuffisante de la région du Nord-Pas de Calais qui passe pour être nettement sous-scolarisée ?

4Le sombre tableau doit être nuancé. S’il est vrai que la « culture classique » est le fait de publics ou d’amateurs privilégiés, il n’en demeure pas moins que la région a su développer « une culture populaire » active autour des chorales, des harmonies, des sociétés sportives, de salles de cinéma « familial ». Cette culture populaire n’exclut pas l’activité des « sociétés savantes » dont les membres font des recherches et publient. L’Université populaire de Lille, les académies d’arrondissement, les commissions historiques départementales sont actives. Il ne faudrait pas oublier les Facultés ni les structures officielles comme les musées ou les écoles de musique. Le sport est loin d’être négligé même si les équipements demeurent parfois fragiles. Enfin, des efforts de « décentralisation culturelle » se sont engagés comme le montre la programmation des théâtres musicaux. D’autres initiatives sont plus récentes à l’instar du « salon » de Léonce Petitot ouvert à Arras en 1938 ou la place des Arts au sein de l’Exposition du Progrès social, en 1939.

5Dynamique ou ensommeillée, la culture est confrontée au choc de la guerre et de l’Occupation. Le traumatisme de mai-juin 1940, l’éloignement d’un nombre important de prisonniers, l’exode qui écarte de multiples familles de la région et de la Belgique occupées, les limites imposées aux libertés, les difficultés de la vie quotidienne, la présence pesante d’une armée étrangère qui vit sur le territoire et sa population, des civils qui, malgré l’armistice, vivent toujours en guerre puisque les bombardements ne cessent pas font que la vie culturelle et artistique échappe difficilement à cet environnement très difficile.

6Or, les témoignages individuels ou collectifs – la presse, les rapports administratifs même – apportent un constat identique : les activités culturelles multiformes reprennent après que le traumatisme a été surmonté et révèlent un dynamisme au moins équivalent sinon plus intense à celui de l’avant-guerre. On signale les queues dans les halls des cinémas qui ne diffusent pas nécessairement des films exceptionnels. Les activités sportives, les matches de football, les rencontres de boxe et même les combats de coqs attirent un public nombreux quand les courses cyclistes suscitent toujours l’enthousiasme. Les livres se vendent bien ; certains participent au « marché noir » car l’offre demeure souvent inférieure à la demande. Les éditeurs belges publient « à tour de bras », notamment des auteurs flamands sans négliger pour autant la littérature francophone. Les bibliothèques conquièrent un nouveau public. Les « best-sellers » ne manquent pas que ce soit Autant en emporte le vent qui vient d’être traduit ou Corps et Ames de Maxence Van der Meersch, dont le tirage s’épuise en quelques semaines. Les artistes régionaux, particulièrement dans l’agglomération lilloise n’hésitent pas à exposer dans les galeries tandis que des associations culturelles reprennent leurs rencontres. Des ensembles musicaux ou des chorales donnent à nouveau leurs concerts. Les « variétés » font les beaux jours des cabarets, à l’instar du Bellevue de Lille, à moins qu’il ne s’agisse de casinos qui accueillent André Claveau, Léo Marjane, Suzy Solidor, Lucienne Delyle, Nila Cara, Charles Trenet ou encore Édith Piaf tandis que le cirque revient à l’Hippodrome de Roubaix. Enfin, les théâtres d’opérettes ou de comédies sont particulièrement actifs, à Roubaix, à Calais, à St Omer, à Arras même si Lille offre un visage différent.

7Ce rapide diagnostic aboutit à une remarque d’ensemble : l’Occupation n’empêche pas les populations de chanter, d’écouter la radio, d’assister à des spectacles ou à des rencontres sportives, même à des combats de coqs. En ce sens, la continuité serait plus forte que la rupture avec les années antérieures. On célèbre toujours, malgré les réformes, les mêmes équipes de football, les mêmes boxeurs ou les gymnastes connus avant 1940. Ce sont les artistes assez réputés qui exposent dans les galeries lilloises. Peu de jeunes semblent se distinguer dans les premières années de l’Occupation même si des tentatives sont engagées pour lancer « des prodiges » comme la jeune pianiste de Roubaix Jeanne Fournier ou tel brillant lycéen à publier contes et récits dans la presse autorisée. Les « promesses » n’arrivent qu’à partir de fin 1943, de manière éphémère. Est-ce à dire que les populations expriment ou bien une « soif de culture » plus apparente qu’avant- guerre ou encore que la « culture » ouvre une fenêtre dans une « vaste prison » où seraient enfermés Belges et Français ? Evoquer la vitalité culturelle ne doit pas faire oublier que les bals demeurent interdits et que toute manifestation publique – destinée ou non à des objectifs caritatifs – doit être autorisée, par la Préfecture et surtout par l’autorité allemande.

8Dès lors, une question centrale se pose : quelles fonctions accorde-t-on à la vie culturelle au temps des « années noires » ?

9Fonctions pour les « occupés ». En ces temps de contraintes, de restrictions, de risques fréquents liés à la poursuite de la guerre, chanter, aller au cinéma, au concert, à une rencontre de football, pratiquer une activité culturelle, seraient-ce autant de moyens de se « divertir » ? Car la distraction peut être un dérivatif alors que la vie est médiocre. Serait-ce la capacité d’utiliser un espace de liberté, d’un moment plus heureux pour mettre « entre parenthèses » toutes les contraintes de l’Occupation puisque l’autorité allemande souhaite que les activités sportives et artistiques reprennent ? Pratiquer la lecture ne serait-il qu’un moyen de « s’évader » dans l’imaginaire ou la fiction ? ou également un besoin de comprendre car les essais sont aussi nombreux que les romans dans les catalogues d’éditeurs ? S’agirait-il de rechercher un « accommodement implicite » avec l’occupant qui ne fait pas peser une trop lourde censure sur les films à l’exception des actualités et des documentaires ? Les contemporains avancent de nombreuses raisons et parmi elles l’idée qu’en ces temps de références civiques bousculées la culture artistique ou sportive seraient des facteurs de paix. Ils oublient que l’armistice et l’occupation ne peuvent être interprétés comme moments de paix.

10Fonctions même pour le Gouvernement de Vichy et ses représentants. Car le régime pèse peu sur le territoire occupé du Nord-Pas-de-Calais mais tente d’insuffler quelques idées comme le « relèvement moral », comme la « restauration des traditions ». À cet égard, la filière culturelle – avec de sérieuses nuances pour le sport – est utilisée par l’administration française. Le premier responsable de Vichy à venir dans la zone interdite n’est autre que Jean Borotra, le commissaire général de l’Education Nationale et aux Sports qui vient dans la région en juin 1941. Un peu plus tard, c’est Abel Bonnard, le ministre de l’Éducation Nationale, qui vient présider, à Lille, des distributions de prix et faire chanter l’hymne à Pétain. Au début du printemps de 1943, c’est le directeur des Beaux- Arts, Louis Hautecour qui vient visiter les villes bombardées et discuter des projets de reconstruction tout en engageant son administration à soutenir l’essor de la vie artistique. La culture, qui peut apparaitre « apolitique » devient un excellent instrument de propagande même si l’art officiel souhaité par Vichy se diffuse inégalement dans la région.

11Fonctions pour les occupants qui entendent s’installer dans la région en garantissant leur sécurité. Ne pas entraver les rencontres sportives, appliquer la censure de manière modérée, pousser les autorités locales à remettre en état les installations sportives ou culturelles, relèvent de cet état d’esprit. La sécurité des troupes d’occupation implique de surveiller en accordant ou en refusant les autorisations tout en laissant s’ouvrir des espaces où les contraintes seraient masquées.

12Divertissement, évasion, « réforme morale », « accommodement », toutes ces observations ne rapprochent pas d’un engagement résistant ni spécialement guerrier. Certes, des artistes qui exposent ou qui publient peuvent s’engager personnellement en « Résistance » sans que leur art ne l’exprime. Néanmoins, il faut souligner que la Résistance organisée s’intéresse peu à l’art et à la vie culturelle. Sans nul doute, la protection des collections d’un musée ou d’une bibliothèque pour éviter le pillage de l’occupant participe-t-elle d’une démarche « patriotique » : il s’agit de sauvegarder un patrimoine. Mais inviter une troupe de théâtre à interpréter des œuvres françaises après avoir sollicité une autorisation de l’occupant, est-ce la marque d’une ambition, celle de défendre et d’illustrer le patriotisme culturel des occupés ? Faudrait-il entendre par là que littérature, musique, peinture, sont perçues comme « neutres » ou du moins éloignées de l’engagement civique ou politique ? Résister, en l’occurrence, ne serait-ce pas, paradoxalement, se réfugier dans « l’évitement » ? À l’opposé, exposer dans une galerie ou pratiquer un sport qui impliquent de solliciter une autorisation, est-ce une forme de collaboration ? De même, pour un journaliste, rendre compte d’un spectacle ou d’un concert dans un journal contrôlé par l’occupant, est-ce également un signe d’une acceptation de l’ordre établi ? Ou bien, l’Occupation se prêterait-elle à dissocier une pratique culturelle et un engagement politique et donc à récuser le schéma de l’artiste publiquement engagé ? Des artistes ou des sportifs n'hésitent pas à donner cette interprétation. Ainsi le célèbre chansonnier patoisant lillois Léopold Simons, qui a refusé de poursuivre son activité de dessinateur de presse, n’hésite pas à interroger, pour la radio, en novembre 1943, l’acteur Heinrich George venu présenter son dernier film devant un public lillois fourni et jouer sur la scène du Grand Théâtre devenu allemand en arguant qu’il ne déroge pas au civisme puisque l’art est international. Argumentation spécieuse qui ne doit pas faire oublier que bien des choix sont déterminés également par les effets encore sensibles d’une crise économique et sociale mal surmontée dans les milieux de la culture.

13Toutes ces observations conduisent à s’interroger sur la perception de l’Occupation et surtout sur l’appréhension des moyens effectifs de la Libération. Celle-ci sera-t-elle l’œuvre des armées alliées, selon le schéma de 1918 ? Sera-t-elle plutôt le fruit d’un engagement civique des habitants ? Dans un environnement difficile, la pratique culturelle ne deviendrait-elle pas une « méthode de survie » ? Faute d’une conviction forte que l’action collective menée contre l’occupant peut être efficace, la culture n’apparait-elle pas également comme une forme de « résistance passive » puisque la chanson, le jazz, le swing, les hot-clubs, la musique américaine, stigmatisés par les Allemands comme art « dégénéré » de l’ennemi sont pratiqués en toute publicité ?

14En ces domaines, le poids de la chronologie n’est pas indifférent. Les activités sportives reprennent assez vite, dès septembre 1940. La Belgique organise ses championnats de cyclisme dès le début du mois. En zone interdite, des clubs sportifs relancent leurs activités dès la fin du mois d’août 1940. L’activité culturelle et artistique reprend progressivement. Si des cinémas programment des films dès la fin du mois d’août, expositions de peinture, concerts, ne réapparaissent qu’au cours de l’année 1941. Des artistes, partis avec l’exode, commencent à revenir ; puisque certains sont prisonniers, on essaie de s’adapter en créant, par exemple des sections féminines ou en faisant appel aux élèves des conservatoires. Le traumatisme de l’invasion s’étant en partie atténué, les artistes reprennent leur travail. Radio-Lille, qui a dû relayer Bruxelles pendant de longs mois, n’est rétablie qu’au printemps 1943, date à partir de laquelle des programmes musicaux sont donnés assez régulièrement aux auditeurs. Par ailleurs, l’occupant ne peut imposer, de manière constante, des contraintes analogues pendant toute la durée de l’Occupation tout en utilisant, jusqu’au bout, ses capacités d’autoriser ou d’interdire.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.