Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignage de Raymonde François

Raymonde François

Texte intégral

1Je suis vice-présidente du WO dont on a beaucoup parlé. Je ne vais pas reparler de la JOC, de la CFTC, vous avez tout dit, mais je vais revenir sur les J4. On a parlé des universitaires, mais on n’a pas parlé des lycées et des lycéennes. J’étais lycéenne et dans les lycées aussi, il y avait les Pétainistes et il y avait les Gaullistes. J’ai été dénoncée par une Pétainiste comme Gaulliste parce que je portais une croix de Lorraine. J’ai été arrêtée par la Gestapo dans les conditions suivantes : comme je revenais du cours d’Anglais, j’avais un livre d’anglais. Alors les Allemands m’ont accusée d’apprendre des rudiments d’anglais à des personnes qui passaient en Angleterre, chose qui n’était pas juste puisque j’apprenais moi-même. J’ai été battue, j’ai été emprisonnée au commissariat central de Tourcoing dans une cellule qui se trouvait au sous-sol de la mairie et ensuite j’ai fait comme Mme Destombes, puisqu’on m’avait punie alors que je ne faisais encore rien, j’allais faire quelque chose, et j’ai rejoint mon oncle qui était FTP, lui. J’ai commencé par faire des vraies-fausses cartes d’identité en changeant les noms, à distribuer des tickets du ravitaillement « empruntés » dans les mairies. Mais là c’était légal, et j’ai continué comme ça. Par la suite, je suis entrée dans le réseau WO où je suis devenue agent de liaison et j’ai passé des messages. Mes parents logeaient des réfractaires. J’ai continué, j’ai bien connu Maurice Schumann, il y a quinze jours je me recueillais sur sa tombe à Courseulles, et c’est quelqu’un qui était un grand ami pour moi. Voilà.

Annexes

Étienne Dejonghe : C’était au Lycée de Tourcoing ?


Raymonde François : Non, je regrette, c’était au Lycée privé Jeanne d’Arc.

Étienne Dejonghe : Ne vous excusez pas, les vieilles querelles de la Troisième République n’ont plus cours !...

Raymonde François : Le Lycée se trouvait dans la rue de la Gestapo ; alors on passait devant tous les jours.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter