Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique)

 | 
Robert Vandenbussche

Objectifs

Francis Nazé

Texte intégral

1Constituée le 24 mai 1986, notre Association se donnait comme buts de préserver le lieu d’exécution des 68 Fusillés du Fort Lobau. Ce fut très vite, le 20 septembre 1986, l’inauguration de la Cour Sacrée avec la statue d’Eugène Dodeigne, Témoignage, qui évoque la chute du corps d’un résistant touché à mort, à l’emplacement du poteau d’exécution. Cette inauguration eut lieu en présence de Marie-Madeleine Fourcade, chef du réseau Alliance, et Maurice Schumann, la voix de la France libre. Maintenir vivace le souvenir des 68 résistants abattus, c’est ce que permet le lieu de Mémoire qui donne un visage et une réalité à ces soldats de l’ombre. Créer et animer un Musée de la Résistance dans une des ailes préservées du Fort de Bondues, ce fut concrétisé le 20 septembre 1997, lorsque Jean-Pierre Masseret, Secrétaire d’État aux Anciens Combattants et Maurice Schumann coupèrent le ruban traditionnel. Dernier but assigné, recueillir les documents relatifs à cette période de notre histoire nationale auprès des différents mouvements régionaux afin de les sauvegarder et d’en permettre l’étude ultérieure, est une tâche que nous essayons de mener à bien malgré l’exiguïté des locaux, à travers l’espace Voix du Nord consacré au journal clandestin et le centre de documentation. En un mot, il s’agit pour les fondateurs, membres des familles des fusillés, des associations et mouvements patriotiques, et élus de la commune de Bondues, de rappeler aux générations futures ce que fut la Résistance dans le Nord de la France de 1940 à 1945.

2Si l’on ajoute le Mémorial, dont la première pierre fut posée le 20 septembre 1964 en bordure de la route nationale de Lille à Menin (qui est devenue avenue du général de Gaulle en 1990), il faut reconnaître que la commune de Bondues, grâce à la ténacité de ses deux maires, Paul Roussel jusqu’en 1988, et Paul Astier ensuite, a su satisfaire à ce devoir de mémoire. Le fort Lobau fut d’ailleurs reconnu en 1990 comme un des hauts lieux de la Résistance dans le Nord-Pas-de-Calais et un flambeau allumé dans la Cour Sacrée et participa aux cérémonies de l’Appel du 18 Juin à l’Arc de Triomphe.

3Ces différentes réalisations ont permis la mise en valeur de l’ensemble du site du fort Lobau, érigé dans les années 1880, fer de lance de la défense de Lille sur la voie millénaire des invasions nordiques mais fortement endommagé par l’explosion provoquée par les troupes allemandes au moment de leur départ, le 1er septembre 1944.

4Un service éducatif implanté par le Rectorat de Lille en 1998 et le recrutement par la commune d’une titulaire d’une maîtrise d’histoire contemporaine pour assurer la coordination des activités permettent à cet espace muséographique d’accueillir de nombreuses classes, et d’organiser la préparation du concours annuel de la Résistance constituant un moment fort dans cette animation pédagogique.

5Aujourd’hui la commune de Bondues, encouragée par le succès de son Musée et soucieuse de préserver son patrimoine historique, veut aller plus loin et ambitionne :
D’ouvrir un Historial de la Résistance dans la zone interdite, avec musée, centre de documentation et de recherche, amphithéâtre pour des conférences et des colloques, salles de travail.

6Ce faisant, de réhabiliter le site, à travers une campagne de fouilles pour découvrir de nouveaux espaces intacts, retrouver et dégager l’ancien fossé de sa face de gorge et les assises de la porte d’entrée du fort. L’utilisation des technologies nouvelles d’information et de communication permettrait d’expliquer le système défensif du général Séré de Rivières installé tout le long de la frontière septentrionale de notre pays et communément appelé la Barrière de Fer.

7Cette double démarche s’inscrit fort logiquement dans le projet de la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du ministère de la Défense sur « les chemins de mémoire ».

8Les initiateurs de ce projet ont souhaité et obtenu la présence des universitaires de l’UFR des Sciences historiques de l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, d’où le partenariat avec le Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest (CRHEN-O).

9Pour bien affirmer cet ancrage du projet bonduois avec l’Université et sans attendre de disposer de l’amphithéâtre évoqué, les historiens de Lille 3 ont voulu organiser un premier colloque sur la Résistance, avec communications scientifiques (dont certaines comparatives avec d’autres régions) et témoignages des acteurs directs. Et si l’on se souvient du rattachement de la Zone interdite au commandement de Bruxelles, on comprendra aisément le souci d’une intervention belge au cours de cette première journée, pour mieux marquer encore la vocation européenne du projet.

10La publication, grâce au Conseil général du Nord, des actes de ce premier colloque dans une collection spécifique du CRHEN-O, l’annonce d’une périodicité bi annuelle pour les suivants et les premières séances de travail pour choisir la thématique du colloque de janvier 2004 assurent la pérennisation du colloque bonduois. Notre association ne peut que s’en réjouir.

Auteur

Association « Souvenir de la Résistance et des Fusillés du Fort de Bondues »

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter