Version classiqueVersion mobile

Administrer la ville dans et hors les murs

 | 
Mathieu Béghin
, 
Catherine Xandry

Perception et occupation des espaces

Activités intra et extra muros des chevaliers des nobles jeux (xve-xviie siècles)

Thomas Fressin

Résumé

Les compagnies des nobles jeux de l’arc, de l’arbalète et de l’arquebuse sont une des nombreuses formes de sociabilités urbaines. Leur nature est tout à la fois militaire, confraternelle, ludique et privilégiée. Elles intéressent en particulier les notabilités bourgeoises. Cet article s’intéresse aux territoires d'action, de présence et d'influence de ces compagnies, tant dans leurs activités publiques que privées. Il permet ainsi d’analyser comment elles s’organisent, hors et dans la ville, pour honorer les missions militaires confiées par la ville et s’exercer à leurs tirs d’entraînement réguliers.

Entrées d'index

Texte intégral

Introduction

  • 1 Principalement étudiées par Pierre Yves Beaurepaire et Christine Lamarre (Beaurepaire 2002 et Lamar (...)

1Dans de nombreuses villes françaises, entre les xve et xviie siècles, parmi les espaces de convivialité et de sociabilité les plus fréquentés, on trouve des lieux dédiés à une forme d’association méconnue : « les compagnies des chevaliers des nobles jeux »1.

  • 2 Serdon-Provost 2018.

2Depuis Charles V, les rois de France enjoignent à leurs sujets de s’exercer au tir à l’arc ou à l’arbalète afin de mieux défendre le royaume contre l’ennemi anglais. Il faut toutefois attendre l’ordonnance royale de Montils-lez-Tours (1448), pour qu’une milice de franc-archers soit créée dans chaque paroisse comptant plus de cinquante feux. Toutefois, face à son inefficacité et à ses débordements, Louis XI supprime officiellement cette milice en 1480, tandis qu’une armée de métier s’instaure progressivement. Exemptés de cette tâche contre le paiement d’une taxe, les citadins continuent toutefois à s’exercer au tir au sein de leurs confréries d’archers, d’arbalétriers et d’arquebusiers, dans un esprit de sociabilité et de dévotion, faisant de cette pratique un noble jeu2.

  • 3 Serdon 2005, p. 25.
  • 4 Delaunay 1879.

3Sur le plan confraternel, les compagnies des nobles jeux sont fondées sur la base de statuts et de règlements, recrutent sur volontariat et cooptation, élisent généralement leur chef et pratiquent des cérémonies ritualisées3. Exemptées d'un certain nombre de missions habituellement attribuées à la milice urbaine, les compagnies conservent malgré tout une apparence militaire et finissent pas assurer exclusivement des missions d'honneur et de parade au profit des prévôts et des échevins4.

  • 5 Fressin 2020.

4Les sources manuscrites et imprimées étudiées par l’auteur dans le cadre de sa thèse doctorale5 ont permis de recenser 544 compagnies, réparties dans 509 villes. Situées sur une grande partie du royaume de France (fig. 1), elles se retrouvent aussi bien dans des villes peuplées (Caen) que dans des petites villes (Sézanne-en-Champagne).

Fig. 1. Carte des compagnies privilégiées des nobles jeux, par siècle d’apparition

Fig. 1. Carte des compagnies privilégiées des nobles jeux, par siècle d’apparition

© Thomas Fressin

  • 6 Elias et Dunnin 1994.

5Encouragées, tant par les villes que par les rois, à pratiquer régulièrement leurs exercices militaires, les compagnies des nobles jeux forment de véritables sociétés d'amusement au tir, où les membres de l'élite bourgeoise et de la petite noblesse se retrouvent. Ces compagnies offrent à leurs membres des terrains d'exercice d'affrontements militaires et fraternels aux tirs d'adresse, reprenant les codes et rites des tournois et des joutes de la noblesse du Moyen Âge, mais où s’exerce une violence parfaitement maîtrisée6.

6Pour maintenir leur rang et leurs privilèges au sein des villes, les membres de ces compagnies, connus et reconnus au sein des communautés urbaines comme étant des « chevaliers du noble jeu de l’arc, de l’arbalète et de l’arquebuse », se mettaient en scène dans l’espace urbain.

7Ce présent article propose d’étudier les territoires de présence et d'action de ces compagnies dans leurs activités publiques. Seront analysés dans un premier temps les jardins d’exercice des nobles jeux, afin de déterminer si leurs emplacements dans les villes étaient dans ou hors des murailles. Ensuite, les missions réalisées par ces compagnies seront abordées : s’effectuaient-elles aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des villes ? Enfin, les emplacements utilisés par les chevaliers lors de leurs Prix provinciaux et généraux seront analysés à travers l’exemple de celui qui fut rendu à Reims en 1687.

Les « jardins » d’exercice des nobles jeux

Emplacement des jardins des nobles jeux : dans ou hors les murailles ?

8Pour s’exercer à leurs nobles jeux, les chevaliers s’assemblaient tous les dimanches de la belle saison dans leurs « jardins », pour y tirer des « prix ». Lorsque ces derniers n’étaient pas offerts par la ville, un officier du roi, un seigneur ou encore un officier ou chevalier de la compagnie, les tireurs payaient une mise avant de débuter le tir. Les participants tiraient ensuite leurs flèches, carreaux ou balles vers les cibles afin de départager les meilleurs concurrents. Lesquels obtenaient un « prix » qui consistait généralement en des pièces d’orfèvrerie, comme des plats, salières ou couverts en étain.

  • 7 Sauval 1724, p. 693.
  • 8 Fouque 1852, p. 188.
  • 9 Archives municipales de Lyon, Inventaire Chappe, vol. XX, EE 09, pièce n° 3.
  • 10 Cf. figure 8 et sa référence bibliographique.
  • 11 Bibliothèque nationale de France, GE C-3016, xviiie siècle.

9Au regard des plans des xvie et xviie siècles et des rares sources écrites mentionnant l’emplacement des jardins, il semble que ces lieux étaient généralement situés à l’extérieur des murailles. C’est le cas à Paris où, jusqu’en 1379, les arbalétriers s'exerçaient encore hors de la ville, dans un vaste espace nommé le Champ des Arbalétriers, placé le long des murailles près de la porte Saint-Denis7. Il en est de même pour le jardin des arbalétriers de Chalon-sur-Saône, déplacé à plusieurs reprises dans différents endroits de même nature, entre 1360 et 15268. L’extension progressive des villes amène des quartiers à se développer à l’extérieur des lignes fortifiés. Lorsque les jardins extra-muros des compagnies ne déménagent pas, ils se retrouvent alors au sein de cette urbanisation nouvelle. Les plans lyonnais de 16199 et de 170010 témoignent de ce phénomène. Ils montrent en effet que les jeux de l’arbalète et de l’arquebuse se déroulaient alors dans les « vieux fossés » situés à l’est de la ville11.

10Cela étant, plus on avance dans l’époque moderne et plus les chevaliers semblent quitter progressivement leurs anciens fossés, qui ne devaient sans doute pas être des endroits très adaptés aux éléments (étuve brûlante en été, bourbier infect en hiver). À partir du troisième quart du xvie siècle, en particulier pour le jeu de l’arquebuse qui se généralise dans le Royaume, les chevaliers préfèrent investir un terrain à l’intérieur de l’enceinte et y ériger de beaux « jardins » dans le dessein de bénéficier d’un meilleur confort et d’une vitrine plus luxueuse.

  • 12 Fouque 1852, p. 219.
  • 13 Lecoq 1874, p. 31.
  • 14 Plomet et Courtepée 2001, p. 56.
  • 15 Leroux 1839, p. 233.

11Ainsi, de nombreux hôtels, pavillons et buttes de tir sortent de terre à cette période. Ce phénomène se retrouve avant tout dans la création de jardins de l’Arquebuse à Chalon-sur-Saône (1573)12, à Saint-Quentin (1604)13, à Dijon (1608)14, ou encore à Soissons (1626)15.

  • 16 Bibliothèque nationale de France, GED-626, 1637.
  • 17 Bibliothèque nationale de France, GE BB-246, 1612 ; GE AA-551 (RES), 1665.
  • 18 Bibliothèque nationale de France, GE C-4080, 1679 ; GED-3563, fin xviie siècle.
  • 19 Bibliothèque nationale de France, GE DD-2987 (877 BIS B), 1697.
  • 20 Bibliothèque Municipale de Dijon, L Est. CL-I 4, xviiesiècle.
  • 21 Bibliothèque nationale de France, GE C-6959, 1694.
  • 22 Bibliothèque nationale de France, ms. 21599, fol. 58r°-59r°, 1523-1714 ; Béghin 2015, p. 369, note (...)

12Si jusqu’au milieu du xviie siècle, beaucoup de compagnies sont encore localisées intra-muros, comme à Compiègne16, à Reims17, à Rouen18 ou à encore Troyes19, sur la fin de ce siècle, les chevaliers des nobles jeux s’expatrient souvent à l’extérieur des murs comme à Dijon20 ou à Paris21. Les raisons en sont multiples : pression immobilière au sein de la ville close, nuisances occasionnées par le jeu de l’arquebuse (le bruit et la peur des accidents22), recherche d’espace pour s’ébattre et aménager un jardin luxuriant.

Les lieux de la sociabilité pour la notabilité bourgeoise

13Une fois que ces jardins quittent les fossés où ils étaient situés à l’origine, soit pour un autre fossé soit pour un lieu plus commode situé intra ou extra-muros, ceux-ci deviennent toujours de grands espaces fleuris, arborés, aménagés et décorés, accueillant un pavillon ou un hôtel bien ouvragé.

  • 23 Delaunay 1879, p. 70-71.

14Par exemple, la maison des chevaliers de l'arc de Péronne, daté de la fin du xvie siècle et restaurée en 1680, est ornée avec beaucoup de soin et de luxe. Pour réhausser l’éclat de la grande salle où se tenaient leurs assemblées, les chevaliers y placèrent de nombreux trophées d'armes, des pistolets, des casques, des arcs et des flèches, sans oublier les tableaux de maîtres. Citons par exemple la peinture représentant la bataille de Rethel de 1650, à laquelle les chevaliers de l'arc de Péronne auraient pris une part importante23. Il semblerait donc que, par cet élément de décoration, la compagnie cherchait à se glorifier de ce fait d’armes.

  • 24 Soit environ 98 x 325 cm.

15Présentons également un autre cas révélateur du luxe recherché : la grande salle du pavillon de l’Arquebuse de Soissons comptait dix vitraux, peints en 1622, représentant plusieurs sujets tirés des Métamorphoses d'Ovide, et dont les six plus grands faisaient environ dix pieds de haut, sur trois de large24. Ces vitraux attiraient les visiteurs jusqu’au roi. Ainsi, de passage à Soissons en 1663, Louis XIV, informé de la beauté de ces vitres peintes, voulut les voir. Reprenons la description de l’abbé de Fontenai :

  • 25 De Fontenai 1776, p. 601-602.

« Accompagné à l'Arquebuse par M. l'Intendant, après avoir passé l'espace d'une heure à en parcourir toutes les beautés, le roi demanda quatre de ces panneaux pour les faire placer dans son cabinet. La compagnie lui offrit la totalité. Mais quelques semaines plus tard, le roi n'y pensa plus »25.

16En sus des pavillons, les jardins étaient aménagés pour contribuer à la belle image des compagnies : pelouses, statues, allées arborées, parterres de fleurs, ruisseaux, etc. Souvent subventionnés par les villes, les jardins de l’arc, de l’arbalète et de l’arquebuse devinrent ainsi des espaces urbains de loisir luxuriant, accueillant des spectateurs-promeneurs venus pour admirer les lieux et l’adresse des tireurs.

  • 26 Lavalley 1881 ; Plomet et Courtepée 2001, p. 50
  • 27 Mercure Galant 1688, p. 56 et suivantes.
  • 28 Plomet et Courtepée 2001, p. 40 et 47.
  • 29 Vaucelle 2015.

17Pour retenir ce public, en particulier les jeunes dames à convoiter, les chevaliers ne proposent pas uniquement un spectacle de tir. Comme dans bon nombre d’autres jardins urbains, moultes divertissements sont régulièrement donnés. Ainsi, s’y développent des échoppes, la pratique du lancer de dragées26, l’organisation de courses légères, de tirs en l'honneur des dames27, d’illuminations et de bals ou encore l’installation de tables réservées lors des banquets28. La diversité de ces loisirs intra et extra muros permet de renforcer la sociabilité qui, ici, attire essentiellement les élites urbaines ; les seules à être instruites des traités d’éducation à l’« art de jouer » qui émerge à la Renaissance29.

18Ainsi, qu’il s’agisse de tireur ou de promeneur-spectateur, les individus déambulent dans ces nouveaux lieux de sociabilité. Citons ainsi les propos des abbés Plomet et Courtepée à propos des exemples de Montpellier et de Beaune :

  • 30 Turcot 2009.

« La civilité vient [y] côtoyer la courtoisie héritée de l’époque médiévale, elle donne naissance à l’honnêteté et, bien sûr, au gentilhomme qui, s’il veut se conformer à un idéal de vertu et de morale, devra suivre à la lettre les règles fixées »30.

19Avec sa fonction d’apparat et son rituel de distinction sociale, la promenade dans les jardins, pour les tireurs comme pour les promeneurs-spectateurs, participe à l’organisation des corps dans les espaces publics et privés. Sortes de salon en plein air, il est de bon ton d’aller s’y promener mais aussi et surtout de s’y montrer, afin de regarder, dévisager et critiquer, aussi bien les tireurs que les autres promeneurs. Pour la ville, les enceintes des jardins des nobles jeux deviennent, en quelque sorte, les remparts d’un lieu de sociabilité d’excellence, où la civilité de la « cour » urbaine est autant mise en jeu que la dextérité des tireurs.

20La renommée des jardins des nobles jeux est telle qu’à partir du quatrième quart du xviie siècle, on retrouve régulièrement ces lieux mentionnés dans des correspondances, almanachs ou encore sur les cartes et plans. Cet espace de promenade est aussi un endroit pour la diplomatie qui reflète à la fois la puissance des chevaliers des nobles jeux vis-à-vis des autres bourgeois de leur cité, mais aussi ceux des autres villes.

Missions des compagnies privilégiées

Missions à l’intérieur des villes

  • 31 Carpi 2015.
  • 32 Plomet et Courtepée 2001, p. 85.

21Exemptées des missions contraignantes de la milice bourgeoise dans bon nombre de villes – comme la garde et le guet des portes, des remparts ou encore des rues –, les autorités municipales et royales attribuaient plutôt à ces compagnies des missions de confiance, diplomatiques comme à Amiens31 ou sécuritaires comme à Pont-de-Vaux où la compagnie de l'arbalète était chargée de la garde de l'artillerie de la ville32.

  • 33 À l'instar des pas d'armes des chevaliers du Moyen Âge, les compagnies urbaines associent les coups (...)

22Dans le cas de sièges, d’émeutes ou d’incendies, les membres des compagnies devaient participer à la défense et à la sécurité de la ville. Bien que les statuts et règlements internes à ces associations évoquent ces engagements, dans la pratique leurs actions civiques et solidaires en faveur du bien-être de la communauté sont difficilement identifiables. Concernant les faits de guerre, une seule action a pu être mise en lumière. Celle-ci concerne, non pas un acte guerrier, mais la participation aux réjouissances publiques célébrant le cessez-le-feu, réalisées à la gloire de leur ville ou du royaume triomphant. Ce constat confirme le fait que dans la pratique, les compagnies des nobles jeux recevaient le plus souvent des missions d’honneur et de sécurité lors des grandes fêtes et réjouissances urbaines organisées en temps de paix. Les chevaliers des nobles jeux, arborant leurs uniformes d’apparat et leurs armes bien entretenues, en plus de jouer les gardes et protecteurs des pouvoirs royaux et municipaux, contribuaient à solennité et au rayonnement des processions, montres et entrées royales, princières et autres événements diplomatiques33.

  • 34 Duby 1981, p. 193.

23Généralement réalisées intra-muros, mais pas toujours, ces fêtes contribuaient à promouvoir l’unité citadine, bien qu’existait un cadre social dans lequel chacun tenait un rôle précis selon son rang social34. Suivant la nature des cérémonies, les chevaliers des nobles jeux jouaient un rôle protecteur en encadrant les autorités royales, municipales et religieuses. Ainsi, leurs corps étaient le reflet d’une enceinte mouvante, existante entre les autorités et le peuple, ce qui leur permettait par ailleurs d’affirmer leur place privilégiée auprès du pouvoir et ce, jusqu’à la Révolution.

  • 35 Servier 1993.
  • 36 Thiéblemont 1999.

24Avec des missions d'honneur et de protection, les membres des compagnies s'inscrivent dans une tradition militaire où se mêlent fierté des acteurs et admiration des spectateurs35. Ils devenaient eux-mêmes des symboles urbains, délégués au culte des emblèmes de la ville, comme l’étaient encore à l’époque les mousquetaires au sein du Royaume pour les rois36. Les compagnies privilégiées des nobles jeux interviennent donc comme les acteurs principaux de la mise en scène d’une politique urbaine. Elles confortent, dans la vie urbaine, la place des pouvoirs, des élites, de la bourgeoisie et du reste du peuple des villes comme des faubourgs.

Missions à l’extérieur des villes

25Bien que les diverses patentes de création ou de confirmation prévoyaient généralement l’emploi des compagnies des nobles jeux hors des villes et de leurs faubourgs, pour ce genre de missions à l’extérieur des villes, il en allait souvent différemment. Malgré leurs exercices guerriers et bien que les sources imprimées mentionnent leur participation à des expéditions militaires antérieurs au xviiie siècle, les confréries ne semblent guère sortir de leurs villes pour combattre. Citons l’exemple des arquebusiers de Dijon qui se seraient rendus au siège de Besançon, en 1674, à l'invitation du Prince de Condé. L'abbé Courtépée nous rapporte que :

  • 37 Plomet et Courtepée 2001, p. 25.

« Ils [les arquebusiers de Dijon] arrivèrent le 10 Mai 1674 au camp où le Roi les passa en revue le lendemain, les fit poster, & les vit se conduire en gens de cœur. On attribue même à l'adresse d'un des Chevaliers (Evrard) la prise de la citadelle »37.

  • 38 Florange 1899, p. 15.

26Ce témoignage fait état d’une mission extérieur qui s’apparente aux expéditions que réalisaient parfois les gardes et milices bourgeoises des villes. Toutefois, aucun autre élément au sujet de ce siège ou d’actes guerriers menés n’ayant pu être retrouvé, il se pourrait que nous soyons ici en présence d’une fiction héroïque et légendaire. Ceci est d’autant plus probable que de telles créations semblent se multiplier au cours du xviiie siècle38.

27En réalité, les « expéditions » que menaient les compagnies des nobles jeux à l’extérieur des enceintes de leurs villes, et qui se trouvent être les mieux documentées, sont les « prix provinciaux et généraux ». Ces tournois de tir, qui réunissaient les chevaliers d’un noble jeu de plusieurs villes méritent à eux seuls une partie dédiée.

Les prix provinciaux et généraux : exemple de celui de l’arquebuse de Reims en 1687

  • 39 Bibliothèque nationale de France, RESERVE FOL-QB-201 (63), 1687 ; Bibliothèque nationale de France, (...)

28À la fois bien documenté39 et représentatif des autres prix provinciaux et généraux recensés et organisés en France (fig. 2), le tournoi de l’arquebuse rendu à Reims en 1687 illustre parfaitement cette pratique.

Fig. 2. Carte des Prix rendus par les compagnies des nobles jeux

Fig. 2. Carte des Prix rendus par les compagnies des nobles jeux

© Thomas Fressin

29Voici comment le Mercure galant évoque ce prix général, sous le titre de Description d'une grande Feste faite à Rheims :

  • 40 Mercure galant, 1688, p. 58-59.

« On voit peu de Nations qui égalent les François dans l'amour qu'ils ont pour tout ce qui regarde les Armes. La Noblesse fournit autant d'Officiers aux Armées du Roy, que Sa Majesté en peut souhaiter, & le peuple les grossit de Soldats qui n'ont pas sistost appris à porter les armes, qu'ils sçavent l'art de vaincre. Pendant que les uns servent ainsi l'Estat & le Roy dans ses Armées, ceux qui gouvernent les Villes, & ceux qui les font subsister par leur commerce, font tous les ans des Festes Guerrieres dans lesquelles ils s'exerçent. L'une de ces Festes, qui se font presque dans toutes les Provinces du Royaume, fut faite à Reims avec grand éclat le Dimanche 15 de juin dernier »40.

  • 41 Citons un travail de référence à ce sujet, bien que dépassant le cadre français : Delle Luche 2015.

30Intéressons-nous à présent à ce qu’était cette « fête guerrière » annuelle, largement méconnue en histoire urbaine41.

Les réjouissances et cérémonies urbaines au sein de la ville

  • 42 Les compagnies présentes étaient : La Ferté-Milon, Montdidier, Laon, Condé, Châlons, Montmirail, La (...)

31Le prix général de l'arquebuse de Reims se déroule durant 11 jours, du 15 au 25 juin 1687. Organisé après les moissons pour permettre la venue du plus grand nombre de spectateurs, cet événement rassemble 44 compagnies de villes provenant de « Champagne, Picardie, Brie et autres provinces plus éloignées »42. En tout, 596 chevaliers de l’arquebuse y font le déplacement et 488 d’entre eux participent au tournoi de tir. Il apparaît donc que les 108 autres chevaliers ne sont présents que pour représenter leur ville et jouir des festivités.

  • 43 Fressin et Roux 2014.
  • 44 Mercure galant, 1687, p. 73
  • 45 Bibliothèque nationale de France, RESERVE FOL-QB-201 (63), 1687.
  • 46 André 1908.

32Le matin du jour d’ouverture, les chevaliers se donnent rendez-vous au jardin de l’arquebuse rémois, d’où ils partent en procession jusqu’à la cathédrale pour y assister à une messe solennelle, en présence du comte de Léry, capitaine commandant pour le Roi dans la ville de Reims, ainsi que les premiers magistrats et officiers de la ville. Après un déjeuner, une nouvelle procession a lieu. Il s’agit d’un défilé dans les principales rues pour exhiber le bouquet – gage d’arme qui représente le Dieu Mars, qui tient dans sa main les oliviers et les lys – qui sont les armes de Reims –, et a pour bouclier un bassin de vermeil doré43 . Les différents prix en étain, constituaient de bassins, assiettes, aiguières, salières, etc., d’une valeur totale de 2 830 livres, y sont aussi exhibés44. Si l’on s’intéresse à la gravure de la marche qui a lieu ce jour-là45, nous constatons que la scène se situe au lieu-dit de la Couture. Situé entre l’église et la porte Saint-Jacques, cet espace accueillant généralement les foires et les festivités de la ville (Fig. 3). La marche dans la ville se termine au jardin intra-muros de l’arquebuse, où l’assemblée inaugure une statue pédestre du roi, érigée au fond de la grande allée du jardin, sur le désir exprimé par le conseil de ville et avec l'aide d'une subvention spéciale de 200 livres46. Le comte de Lery ouvre officiellement le tournoi en procédant au « tir du coup du roi » puis, un somptueux banquet se tient dans la soirée.

Fig. 3. Montre des chevaliers du 15 juin 1687 pour le Prix de Reims

Fig. 3. Montre des chevaliers du 15 juin 1687 pour le Prix de Reims

© Bibliothèque nationale de France, RESERVE FOL-QB-201 (63), 1687

Le campement de tir, extérieur à la ville

  • 47 Le champ de tir du Prix rendu à Lyon en 1670 est bien représenté dans une iconographie (Bibliothèqu (...)

33Les textes nous informent que le tir commence le lendemain de la cérémonie d’ouverture, le 16 juin, à l’endroit appelé « aux deux Butes ». Considérant l’étroitesse du jardin de l’arquebuse rémois pour accueillir les 596 chevaliers et l’ensemble des spectateurs qui accouraient pour ce genre de fête urbaine, le lieu en question devaient très certainement se situer extra-muros. Cette hypothèse se fonde notamment sur le fait que dans le cadre des autres grands prix généraux organisés en France, le champ de tir se trouvait à l’extérieur des enceintes, dans un espace aménagé et sécurisé pour l’occasion47.

  • 48 Plomet et Courtepée 2001, p. 13.

34Le tournoi dure donc une dizaine de jours, pendant lesquels les tireurs tentent d’acquérir l’un des quatre principaux prix, en faisant le meilleur coup sur quatre planches ou cibles, placées à une distance de tir de 52 toises et demie » (102 mètres environ). Les quatre meilleurs tireurs obtiennent chacun la somme de 3 000 livres48.

  • 49 Ibid., p. 33-43

35Pour embellir l’enclos servant au tir, les chevaliers de l'arquebuse rémois font peindre une multitude d'emblèmes portant sur différents sujets gravitant autour de la santé du souverain : la santé du roi, la joie commune de Reims à l'occasion de la santé du roi, la joie particulière des chevaliers et l'intérêt qu'ils prennent à la santé du roi, la réunion des deux prix, le bonheur des victorieux, etc. D’autres encore servent à orner la butte de tir. Pour conserver la mémoire de ces devises et explications, les organisateurs ont recourt à l’imprimerie49.

  • 50 Mercure Galant, 1688, p. 73.

36Après une longue lutte, les chevaliers de Vitry emportent le premier prix. Bien que le bouquet, gage d’armes des vainqueurs, aurait dû être délivré aux Vitriots, pour une raison inconnue il est finalement attribué à la compagnie de Laon, lors d’une cérémonie officielle de clôture du prix général, le 24 juin 50. Cette compagnie ne peut toutefois rendre le gage d’armes que treize ans plus tard, en 1700.

La gloire des vainqueurs au-delà des remparts de la ville

37Si les honneurs sont rendus au sein de la ville à ceux qui emportaient le bouquet, leur gloire en dépassait largement les remparts. À Reims, le 25 juin, la sortie de la cité par les chevaliers de Laon, vainqueurs du prix, se fait lors d’une cavalcade jusqu’à un lieu-dit la Villette, où une collation est l’occasion d’intégrer la banlieue de la ville organisatrice dans le dernier acte des festivités rémoises.

  • 51 Ibid., p. 79-82.

38Après les adieux faits de part et d’autre, les chevaliers de Laon se mettent en marche et découvrent, à deux lieues de Reims, deux escadrons de cavalerie qui s’avancent en bon ordre, chacun composé d’environ 200 chevaux. Le récit raconte que « leurs commandans s’étant avancez pour complimenter les chevaliers & leur témoigner la par qu’ils prenoient à leur gloire les reçurent par une salve generale. Les Chevaliers à leur reste continuerent cette route jusques au Fauxbourg de Laon, où l’on fit alte pour se rafraîchir51 ». Là, un bataillon de la milice rassemblé sous les ordres des édiles rémois, les rejoignent pour les complimenter et les saluer par une décharge du bouquet et des prix remportés.

39Ainsi, bien informés du succès de leurs compétiteurs, les villes des vainqueurs ne manquent pas d’accueillir le retour de leurs héros avec toute la pompe, la joie publique et les honneurs des rituels d’entrées urbaines, comme celles qui sont réservées aux rois et aux princes.

  • 52 André 1908, p. 50.
  • 53 Ibid.

40Les chevaliers en profitent ensuite pour transporter le bouquet à l’hôtel-de-ville, où le prévôt royal et les échevins reçoivent la compagnie selon le cérémonial en vigueur et les complimentent avant de les convier à un banquet52. Après quoi, le cortège prend la direction de l’abbaye Saint-Martin de Laon où, le prieur, félicite la compagnie et distribue quantité de rafraîchissements. En fin de journée, les chevaliers se rendent ensuite chez leur capitaine afin de lui remettre officiellement le précieux bouquet. Pour finir la soirée, le capitaine sustente les membres de la compagnie, accompagnés des capitaines de la ville, afin de se divertir au cours d’un bal53. Ainsi, entre chaque étape, la parade transite par les principaux lieux de la sociabilité urbaine (marchés, carrefours, places, rues principales, etc.) afin de communier la victoire avec le peuple.

  • 54 Bibliothèque nationale de France, RESERVE FOL-QB-201 (63), 1687.

41Dans une optique de conservation des faits glorieux, tant pour les organisateurs que pour les vainqueurs, des documents sont souvent publiés. Dans le cadre du prix général de Reims, outre des publicités dans des revues comme Le Mercure galant, une gravure est également réalisée54.

Conclusion

  • 55 Chambat 1981, p. 191.
  • 56 Ehrenberg 1980, p. 28.

42En somme, qu’il s’agisse des tirs du dimanche ou des prix provinciaux et généraux, les compagnies des nobles jeux apparaissent comme des facteurs de cohésion sociale. En rassemblant l’ensemble des citadins, habitants des quartiers intra comme extra-muros, tout comme les résidents de la banlieue ou du plat-pays, ces jeux permettaient un événement collectif et un moment d’union urbaine au travers d’un spectacle dans lequel les chevaliers tiennent le premier rôle. Pour reprendre les propos de Pierre Chambart, lors de ces exhibitions il s'agit « d'affirmer la possibilité d'ordonner une multitude, de la rendre productive sans avoir pour autant recours à une discipline extérieure oppressive et abusive, d'établir que l'obéissance consciente et acceptée à la règle commune est la condition de l'harmonie et de la prospérité et de prouver que la soumission volontaire à la loi est le fondement de l'ordre social, du succès de chacun et de la réussite collective55 ». En plus de s'approprier l'espace urbain à l’aide de rituels et de lieux de sociabilité conçus et créés à l’image de leur quête de noblesse, les chevaliers des nobles jeux, en qualité de tireurs-compétiteurs mais aussi de défenseurs de leur ville, se changent en figure valorisée, symbole d'esprit de corps et de sacrifice, conscients des devoirs collectifs. Ils participent ainsi activement à une mise en scène urbaine, utile et nécessaire pour le bien de l’administration des villes. Pour Alain Ehrenberg, le tireur-athlète devient « cette figure générique qui cristallise à la fois la puissance et l'obéissance, et dont la souveraineté n'a d'égale que la docilité56 ». Toutes leurs mises en scène visent à rassembler les assujettis et à leur administrer une double preuve : celle du bien-fondé de leur obéissance au pouvoir et corollairement de leur harmonieuse association. La répétition des rituels par les chevaliers des nobles jeux, à l’intérieur et à l’extérieur des murs des villes, est synonyme de stabilisation. Elle montre à tous que tout va bien et que l'ordre souhaité est conforme à l'ordre montré. Les dignitaires sont valorisés aux yeux de tous, le peuple est présent en grand nombre et se trouve récompensé de jolies fêtes qui récompensent les héros et valorisent la compagnie vainqueur bien au-delà des murs de la ville organisatrice.

Bibliographie

André 1908 : André (A. E.), Les compagnies de tir autrefois en Champagne, Reims, Manot-Braine, 1908.

Beaurepaire 2002 : Beaurepaire (P.-Y.), Nobles jeux de l’arc et loges maçonniques dans la France des Lumières. Enquête sur une sociabilité en mutation, Bagnolet, Éditions Ivoire-Clair, 2002.

Béghin 2015 : Béghin (M.), « Amiens face à ses pollutions à la fin du Moyen Âge. Approche historique et archéologique », Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie, t. LXX, n° 709-710, 2015, p. 361-387.

Carpi 2015 : Carpi (O.), « La milice bourgeoise comme instrument de reconstruction identitaire de la communauté citadine à Amiens, dans le premier tiers du xviie siècle », dans : Brunet (S.) et Ibanez (J.J.R.) [dir.], Les milices dans la première modernité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 21-34.

Chambat 1981 : Chambat (P.), « La messe républicaine », Traverse, n° 21-22, 1981, p. 196-204.

De Fontenai 1776 : De Fontenai (abbé), Dictionnaire des artistes ou Notice historique et raisonnée des architectes, peintres, graveurs, sculpteurs, musiciens, acteurs & danseurs ; imprimeurs, horlogers & méchaniciens, Paris, Imprimeur-Libraire Chez Vincent, 1776.

Delaunay 1879 : Delaunay (L.A.), Étude sur les anciennes compagnies d'archers, d'arbalétriers et d'arquebusiers, Paris, Champion, 1879.

Delle Luche 1981 : Delle Luche (J.-D.), Le plaisir des bourgeois et la gloire de la ville. Sociétés et concours de tir dans les villes du Saint-Empire, xve-xvie siècles, thèse de doctorat en histoire, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 1981.

Duby 1981 : Duby (G.) [dir.], Histoire de la France urbaine. t. 3 – La ville classique : de la Renaissance aux Révolutions, Paris, Seuil, 1981.

Ehrenberg 1980 : Ehrenberg (A.), « Aimez-vous les stades ? Architecture de masse et mobilisation », Recherches, n° 43, 1980, p. 25-54.

Elias et Dunnin 1994 : Elias (N.) et Dunnin (E.), Sport et civilisation : la violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994.

Florange 1899 : Florange (J.), Souvenirs numismatiques du tir français avant 1789, Paris, J. Florange, 1899.

Fouque 1852 : Fouque (V.), Recherches historiques sur les corporations des archers, des arbalétriers et des arquebusiers, Chalon-sur-Saône/Paris, L'auteur-éditeur/Dumoulin, 1852.

Fressin et Roux 2014 : Fressin (T.) et Roux (M.), « Le bouquet provincial, fête traditionnelle de l'archerie beursault », fiches d'inventaire du patrimoine culturel immatériel, Ministère de la Culture, 2014, https://www.academia.edu/33595198/Le_bouquet_provincial_f%C3%AAte_traditionnelle_de_l_archerie_beursault

Fressin 2020 :  Fressin (T.), Des bourgeois en quête de distinction : les chevaliers des nobles jeux de l’arc, de l’arbalète et de l’arquebuse (1589-1793), thèse de doctorat en histoire moderne, Nice, Université Côte d’Azur, 2020.

Lamarre 2002 : Lamarre (C.), « Les jeux militaires au xviiie siècle. Une forme de sociabilité urbaine négligée », Histoire urbaine, n° 5, 2002/1, p. 85-103.

Lavalley 1881 : Lavalley (G.), Les Compagnies du papeguay, particulièrement à Caen, étude historique sur les sociétés de tir avant la Révolution, Paris, E. Dentu, 1881.

Lecoq 1874 : Lecoq (G.), Les canonniers-arquebusiers de Saint-Quentin, Saint-Quentin, Poette, 1874.

Leroux 1839 : Leroux (J.), Histoire de la ville de Soissons, Soissons, imp. de E. Fossé Dacrosse, 1839.

Mercure Galant 1688 : Mercure galant dédié à Monseigneur le Dauphin. Décembre 1688. Divisé en deux parties, Paris, 1688.

Plomet et Courtepée 2001 : Plomet (abbé) et Courtepée (abbé), Fêtes des archers au xviiie siècle à Montpellier et Beaune : 1729-1778, Saint Egreve, Émotion primitive, 2001.

Sauval 1724 : Sauval (H.), Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, t. 2, 1724.

Sellier 1857 : Sellier (R. E.), Notice historique sur la Compagnie des archers ou arbalétriers et ensuite des arquebusiers de la ville de Châlons-sur-Marne, et sur la fête donnée par elle en 1754, Paris, V. Didron, 1875.

Serdon 2005 : Serdon (V.), Armes du diable. Arcs et arbalètes au Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.

Serdon-Provost 2018 : Serdon-Provost (V.), « Corporations et confréries d’archers et d’arbalétriers à la fin du Moyen Âge », dans Jalabert (L.) et Simiz (S.) [dir.], Le soldat face au clerc. Armée et religion en Europe occidentale (xve-xixe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 19-34.

Servier 1993 : Servier (M.-B.), La garde républicaine : rite et organisation. Le grand rite théâtralisé et l’identité française, Mémoire de DEA en anthropologie, Paris, Université René Descartes-Paris V, 1993.

‎Thiéblemont 1999 : ‎Thiéblemont (A.), Cultures et logiques militaires, Paris, Presses universitaires de France, 1999.

Turcot 2009 : Turcot (L.), « Le corps de la ville, le corps du promeneur (xviie-xviiie siècles) », Géographie et cultures, n° 70, décembre 2009, p. 131-140.

Vaucelle 2015 : Vaucelle (S.), « "Sans modération mais avec mesure". Jeux d'exercices et limites du jeu dans la France moderne », European Studies in Sports History, vol. 8, 2015, p. 53-66.

Notes

1 Principalement étudiées par Pierre Yves Beaurepaire et Christine Lamarre (Beaurepaire 2002 et Lamarre 2002).

2 Serdon-Provost 2018.

3 Serdon 2005, p. 25.

4 Delaunay 1879.

5 Fressin 2020.

6 Elias et Dunnin 1994.

7 Sauval 1724, p. 693.

8 Fouque 1852, p. 188.

9 Archives municipales de Lyon, Inventaire Chappe, vol. XX, EE 09, pièce n° 3.

10 Cf. figure 8 et sa référence bibliographique.

11 Bibliothèque nationale de France, GE C-3016, xviiie siècle.

12 Fouque 1852, p. 219.

13 Lecoq 1874, p. 31.

14 Plomet et Courtepée 2001, p. 56.

15 Leroux 1839, p. 233.

16 Bibliothèque nationale de France, GED-626, 1637.

17 Bibliothèque nationale de France, GE BB-246, 1612 ; GE AA-551 (RES), 1665.

18 Bibliothèque nationale de France, GE C-4080, 1679 ; GED-3563, fin xviie siècle.

19 Bibliothèque nationale de France, GE DD-2987 (877 BIS B), 1697.

20 Bibliothèque Municipale de Dijon, L Est. CL-I 4, xviie siècle.

21 Bibliothèque nationale de France, GE C-6959, 1694.

22 Bibliothèque nationale de France, ms. 21599, fol. 58r°-59r°, 1523-1714 ; Béghin 2015, p. 369, note 49.

23 Delaunay 1879, p. 70-71.

24 Soit environ 98 x 325 cm.

25 De Fontenai 1776, p. 601-602.

26 Lavalley 1881 ; Plomet et Courtepée 2001, p. 50

27 Mercure Galant 1688, p. 56 et suivantes.

28 Plomet et Courtepée 2001, p. 40 et 47.

29 Vaucelle 2015.

30 Turcot 2009.

31 Carpi 2015.

32 Plomet et Courtepée 2001, p. 85.

33 À l'instar des pas d'armes des chevaliers du Moyen Âge, les compagnies urbaines associent les coups d'honneur du tir à la diplomatie. Par exemple, en plein milieu du grand prix rendu à Châlons-sur-Marne en 1754, les chevaliers proposent au roi de Pologne, alors de passage, de venir démontrer son adresse au tir et en profitent pour en faire la première personnalité de la ville (Sellier 1857, p. 41).

34 Duby 1981, p. 193.

35 Servier 1993.

36 Thiéblemont 1999.

37 Plomet et Courtepée 2001, p. 25.

38 Florange 1899, p. 15.

39 Bibliothèque nationale de France, RESERVE FOL-QB-201 (63), 1687 ; Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, V-16989, 1687 ; André 1908, p. 44.

40 Mercure galant, 1688, p. 58-59.

41 Citons un travail de référence à ce sujet, bien que dépassant le cadre français : Delle Luche 2015.

42 Les compagnies présentes étaient : La Ferté-Milon, Montdidier, Laon, Condé, Châlons, Montmirail, La Ferté-Gaucher, Troyes, Charleville, Provins, Nogent-sur-Seine, Fère-en-Tardenois, Compiègne, Château-Thierry, Villenoxe, Braine, Dormans, Noyon, Sainte-Mennehould, Soissons, Vertus, St Denis, Rethel, St Dizier, Suippe, Crépy-en-Valois, Mézières, Vitry, Espernay, Cormicy, Meaux, Chauny, Sezannes, Fismes, Sculys, Aucenay, Bar-sur-Seine, Corbeil, Liesse, Avise, Neuilly-st-Front, Senlis, La Ferté au col.

43 Fressin et Roux 2014.

44 Mercure galant, 1687, p. 73

45 Bibliothèque nationale de France, RESERVE FOL-QB-201 (63), 1687.

46 André 1908.

47 Le champ de tir du Prix rendu à Lyon en 1670 est bien représenté dans une iconographie (Bibliothèque nationale de France, CB-52-FOL, 1670).

48 Plomet et Courtepée 2001, p. 13.

49 Ibid., p. 33-43

50 Mercure Galant, 1688, p. 73.

51 Ibid., p. 79-82.

52 André 1908, p. 50.

53 Ibid.

54 Bibliothèque nationale de France, RESERVE FOL-QB-201 (63), 1687.

55 Chambat 1981, p. 191.

56 Ehrenberg 1980, p. 28.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte des compagnies privilégiées des nobles jeux, par siècle d’apparition
Crédits © Thomas Fressin
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/7089/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 2. Carte des Prix rendus par les compagnies des nobles jeux
Crédits © Thomas Fressin
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/7089/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Fig. 3. Montre des chevaliers du 15 juin 1687 pour le Prix de Reims
Crédits © Bibliothèque nationale de France, RESERVE FOL-QB-201 (63), 1687
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/7089/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

Auteur

Docteur en histoire moderne, CMMC (EA 1193)
thomas.fressin@gmail.com

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2022

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search