Version classiqueVersion mobile

Histoire d'objets extra-européens : collecte, appropriation, médiation

 | 
Thomas Beaufils
, 
Chang Ming Peng

Conserver et exposer : le cas des collections extra-européennes de Normandie

Conservation and exhibition: the case of extra-European collections in Normandy

Thomas Beaufils

Résumé

Cet article donne un aperçu des collections extra-européennes de la Normandie. Ces collections sont dispersées dans toute la région. De nombreux musées possèdent de magnifiques objets provenant de différents continents et les présentent dans quelques expositions permanentes. Mais en général, ces collections souffrent d'un manque de visibilité. Cet article est une invitation à les découvrir et à mieux les étudier.

Entrées d'index

Texte intégral

1Loin des débats orageux actuels qui animent professionnels de la muséologie extra-européenne, politiques et représentants de communautés dont certains réclament avec véhémence la restitution d’objets acquis au temps des colonies, les collections extra-européennes de Normandie1 suscitent un intérêt, somme toute limité. Elles font certes la joie d’un public familial et scolaire qui apprécie déambuler dans quelques expositions permanentes. Elles sont aussi l’objet de toutes les attentions de quelques chercheurs tels Roger Boulay qui a réalisé de précieux et excellents repérages et rédigé des inventaires des collections océaniennes des musées normands. L’affaire de la tête maorie tatouée a, quant à elle, défrayé la chronique et a été à l’origine du vote de la loi n°2010-501 du 18 mai 2010 qui a permis au Muséum d’histoire naturelle de Rouen de la restituer à la Nouvelle-Zélande suite au déclassement de ce bien du domaine public : « À compter de la date d'entrée en vigueur de la présente loi, les têtes maories conservées par des musées de France cessent de faire partie de leurs collections pour être remises à la Nouvelle-Zélande » [art. 1]. Des initiatives nationales louables2 ont également permis de donner un peu plus de visibilité à ces collections extra-européennes normandes. Kimuntu, l’annuaire des collections extra-européennes françaises et des professionnels associés, porté par le Musée d’Angoulême, et l’Association MuseoArtPremier, ont recensé et mis en lumière bon nombre d’institutions muséales normandes possédant ce type de collections et présentent sur leur site dédié respectif les origines de chacune, certes de manière succincte, mais ces informations sont fort utiles3. Voici une liste de ces musées, sans doute non exhaustive, selon la typologie thématique :

  • Châteaux-musées : Château Musée de Dieppe ; Château d’Eu ; Château de Saint Germain du Livet ;

  • Muséum d’histoire naturelle : Muséum d’histoire naturelle, Elbeuf ; Muséum d’histoire naturelle, Le Havre ; Muséum Emmanuel Liais, Cherbourg-Octeville ; Muséum d’histoire naturelle, Rouen ;

  • Musées des Beaux-Arts : Musée des Beaux-Arts, Caen ; Musée des Beaux-Arts, Le Havre ; Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle, Alençon ; Musée A.G. Poulain, Vernon ;

  • Musées d’art et d’histoire : Musée d’art et d’histoire, Avranches ; Musée d'art et d'histoire Baron Gérard, Bayeux ; Musée d’art, d’histoire et d’archéologie, Evreux ; musée des peignes et parures, Ézy-sur-Eure ; Musée des arts et de l’enfance, Fécamp ; Musée d’art et d’histoire, Granville ; Musée d'art et d'histoire, Lisieux ; Musée du Vieux Manoir, Orbec ; Musée d'art religieux, Sées ;

  • Collection Léopold Sédar Senghor, Verson ;

  • Musée d’art moderne Richard Anacréon, Granville ;

  • Collection missionnaire, Abbaye Blanche, Mortain.

  • 4 Musée autrefois appelé Muséum d’histoire naturelle Guimet et dont les collections ont été transféré (...)

2Ce qui peut surprendre au premier abord dans la liste des institutions muséales ci-dessus, c’est, d’une part, le nombre conséquent d’institutions normandes concernées et, d’autre part, la variété des types d’établissements représentés. On ne s’attend notamment pas à ce qu’un musée des Beaux-Arts soit en possession d’objets extra-européens, à moins qu’il n’ait été constitué en s’inspirant de la tradition des cabinets de curiosités où les artefacts en provenance de terres lointaines étaient recherchés au même titre que les naturalia et les artificialia. Quant aux muséums normands, ils n’ont actuellement pas opté pour le choix, tel que l’a fait le musée des Confluences à Lyon4 par exemple, de se rebaptiser pour y inclure et rendre plus visibles, d’un seul coup d’œil permis par l’affichage d’un titre par exemple, à la fois leurs collections extra-européennes et celles relevant des sciences naturelles.

  • 5 Pour accéder à cette base : https://collections.musees-normandie.fr/
  • 6 En fonction de la définition de collection extra-européenne, on pourrait également prendre en compt (...)
  • 7 Une évaluation personnelle s’élève à plus de 10 000 pièces, mais ce chiffre est à prendre avec beau (...)

3Le site des collections en ligne des musées de Normandie5 ainsi que la base Joconde du Ministère de la Cuture permettent de se faire une belle impression de la richesse de ces collections et de constater la grande diversité des provenances géographiques des objets (Afrique, Amériques, Asie, Océanie)6. En termes de volume de collections, si le nombre total d’objets existants n’est actuellement pas connu7, de fortes disparités existent entre les institutions. Certains musées ne détiennent que quelques objets (par exemple Vernon), tandis que d’autres sont richement pourvus et disposent d’espaces pour les présenter au public (Alençon, Cherbourg, Dieppe, Rouen) [Fig. 1].

Fig. 1 – Bouddha assis sur le Nâga, Cambodge

Objet non soumis à droits d'auteur. © Levinspuhl Cindy. Photographie placée sous Licence CC BY-NC-SA – Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle Alençon

  • 8 Sur un plan scientifique, la rédaction d’un dictionnaire de ces donateurs normands serait fort util (...)
  • 9 Ces donateurs sont quasi exclusivement des hommes. Rendons cependant hommage à leurs veuves, car ce (...)

4Ces collections sont notamment le reflet de l’histoire maritime, militaire et commerciale de la Normandie et elles sont issues pour la plupart de dons du xixe et du xxe siècle, provenant de militaires, de médecins, d’administrateurs coloniaux, de missionnaires, d’artistes et de voyageurs installés notamment dans des villes de garnison ou des villes portuaires, mais aussi d’anonymes. Citer l’ensemble de ces donateurs serait ici fastidieux8, cependant, afin de se faire une idée générale des professions de ces personnages, nous en nommons ici quelques-uns9 :

    • 10 Ouvrage collectif, Le Cambodge d’Adhémard Leclère et le trésor indochinois d’Alençon, Igé, Étrave, (...)

    Le fonds cambodgien du Musée d’Alençon provient du legs Adhémard Leclère10, orientaliste et homme politique, résident de France au Cambodge (1886-1901) ; (1903-1906), inspecteur des Services civils, adjoint au Résident supérieur, Cambodge (avril 1907-janvier 1908) et résident-maire de Phnom Penh (janvier 1908-octobre 1910). Il a également recueilli de nombreux récits populaires et traditionnels du Cambodge.

  • Quant au fonds océanien de ce même musée, deux donateurs se sont distingués :

    • Émile Desplanches, chirurgien auxiliaire de marine en Nouvelle-Calédonie de 1855 à 1867,

      • 11 Soizic Le Cornec, La collection Auguste et Louise Lerat au Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d (...)

      Auguste Lerat, instituteur à Nouméa entre 1900 et 191011.

  • Les pièces africaines du Muséum d’histoire naturelle du Havre, rapportées suite aux guerres coloniales au Sénégal et au Soudan constituent un don du général havrais Louis Archinard. Les pièces océaniennes proviennent des legs :

    • Louis Le Mescam, négociant en Nouvelle-Calédonie (1873-1902),

    • Eugène Delessert, grand voyageur (1845-1846),

    • Charles-Alexandre Lesueur, naturaliste et explorateur,

    • Nicolas Petit, illustrateur scientifique (1800-1803).

    • 12 À propos de ce musée et des sciences naturelles à Rouen, nous conseillons vivement la lecture de Bé (...)
    • 13 Roger Boulay, « L’initiative du Muséum d’histoire naturelle de Rouen : le contexte local », Journal (...)

    Parmi les nombreux donateurs du Museum d’histoire naturel de Rouen12, citons par exemple, pour ce qui concerne les collections océaniennes13 :

    • Jean Baptiste Cecille, vice-amiral (1835-1839),

    • Dominique Rumeau (1850-1869),

    • Stéphane Chauvet, médecin,

    • Étienne Loppé, médecin,

    • E. Faucon, administrateur colonial.

    • 14 Cécile Binet, Histoire du Muséum Liais, Cherbourg, 2008.

    Les collections africaines du Muséum d’histoire naturelle de Cherbourg14 quant à elles ont entre autres été offertes par :

    • Numa Marie, conseiller municipal,

    • Auguste d’Aboville (également pièces d’Extrême-Orient), contre-amiral,

      • 15 Josette Rivallain, Collections africaines du Muséum Emmanuel Liais de Cherbourg-Octeville, Cherbour (...)

      Alexandre Ducret de Villeneuve, contre-amiral également15.

    • 16 Roger Boulay, Cherbourg et l’au-delà des mers. Voyage dans les collections océaniennes du muséum Em (...)

    Quant aux collections océaniennes de ce même musée16, citons :

    • Henri Jouan, capitaine de vaisseau qui a beaucoup compté pour le musée,

    • Achille Quoniam, capitaine de frégate pour ne citer qu’eux.

  • L’artiste peintre Paul Jouanny (1854-1932) a meublé sa résidence secondaire de Vernon dans un style oriental. Il a ramené des objets lors d’un séjour en Algérie, en particulier des armes blanches et des instruments de musique. Sa veuve en a fait don au Musée des Beaux-Arts de Vernon.

    • 17 Benoît Roux, « Les collections royales d’Amérique du sud au musée du quai Branly-Jacques Chirac », (...)

    Quant au château-musée de Dieppe, un donateur a en particulier marqué les collections. Il s’agit du musicien Léon-Joseph Gatayes (1805-1877). Mais des doutes subsistent sur les propriétaires originels des objets : « C’est seulement en juillet 1922 que Mathilde Gatayes fait don d’une partie de la collection de son père au musée des Antiquités nationales ; le reste revenant au château-musée de Dieppe (1925). […] Il n’est pas impossible que Léon-Joseph ait hérité, au moins pour les pièces sud-américaines, de sa belle-famille – les Newton – implantée à Saint Kitts depuis le xviiie siècle. Enfin, on ne peut pas non plus exclure que le frère de Léon-Joseph, Félix (1809-ap.1860), soit à l’origine de la collection. En effet, durant plus de vingt ans, ce musicien a parcouru l’Europe, l’Amérique, l’Australie »17. Cet exemple met en relief la complexité de retrouver les premiers détenteurs des objets.

  • 18 À propos des Normands et des Indiens d’Amérique : Marcel Bouteiller, « La contribution des Normands (...)
  • 19 Cf. http://www.chateau-eu.fr/decouvrir/domaine/chateau/ : « Isabelle du Brésil [Isabelle de Braganc (...)

5Malgré les origines coloniales de bon nombre d’objets, il ne semble pas y avoir de demandes particulières de restitution. Au-delà des collectes en terre coloniale, d’autres collections proviennent d’Amérique du Nord18 et du Groenland (par exemple Bayeux, Cherbourg, Evreux, Le Havre). Le Château-Musée d’Eu possède quant à lui de belles collections du Brésil19, en particulier des coiffes en plumes, multicolores, qui ont malheureusement autrefois subi, pour beaucoup d’entre elles, des attaques d’insectes kératinophages [Fig. 2].

Fig. 2 – Éventail à feu en plumes d’oiseau, Amazonie, Brésil

Château d’Eu. Photographie : T. Beaufils

  • 20 Le château-musée d’Eu a bénéficié en 2019 d’une Re-Org sous la houlette de Gaël de Guichen.

6D’une manière générale, pour l’ensemble des musées, les typologies d’objets sont variées : masques, statuaire, textiles, bijoux, parures, armes, embarcations, mobilier. Sur le plan de la conservation préventive, si la situation s’est améliorée de l’avis des équipes, il reste encore une marge de progression. Certaines réserves en particulier peuvent s’avérer problématiques dans la mesure où plusieurs d’entre elles se trouvent sous des combles (par exemple Château-musée d’Eu20 et château-musée de Dieppe). La température et l’hygrométrie y sont sujettes à des variations importantes en fonction des conditions météorologiques. Des rénovations bâtimentaires s’avèrent indispensables pour plusieurs institutions – c’est ce qu’a d’ailleurs prévu Cherbourg dans les années à venir. Des problèmes d’étanchéité entraînent parfois l’apparition d’infestations et de moisissures et d’une manière générale, les collections sont souvent empoussiérées – voire encrassées. D’autre part, la lumière n’est pas toujours adaptée, les soclages pourraient être améliorés et les empilements d’objets sont fréquents. Pour certains masques, il serait nécessaire de refixer des éléments et de faire reprendre du volume à l’ensemble. Des restaurations pourraient être envisagées pour divers objets. Des problèmes de vibrations se posent également dans plusieurs structures muséales. Enfin, certaines institutions ont signalé qu’il serait nécessaire de mettre à jour leur Plan de sauvegarde des biens culturels (PSBC) et leur Projet Scientifique et Culturel (PSC) en y incluant leurs collections extra-européennes. Voilà quelques constats généraux qui demanderaient une étude fine et précise naturellement pour chaque objet concerné. Plusieurs institutions, dont Cherbourg et Rouen, préparent d’ores-et-déjà l’avenir et ont lancé des missions d’études préalables à la réalisation de chantiers de collections ethnographiques extra-européennes [Fig. 3].

Fig. 3 – Masque de la danse, Nouvelle-Irlande

Muséum d’Histoire Naturelle Emmanuel Liais, Cherbourg. Photographie : T. Beaufils

  • 21 On entend parfois le reproche que les pièces se trouvent dans des vitrines et des scénographies sta (...)
  • 22 Lire à propos des collections caennaise : À propos d’une donation : les côtes d’Afrique Équatoriale (...)

7Si certaines salles de musées ont bien été identifiées comme mettant à l’honneur de belles pièces extra-européennes21, la grande majorité des collections se retrouve cependant bien souvent reléguée en réserve, par manque d’espace, par manque de temps d’équipes déjà surchargées, et surtout, par manque de cohérence muséographique, car ces objets sont difficilement associables avec d’autres typologies de collections. Les responsables des collections extra-européennes les plus modestes – elles sont la majorité – ont bien des difficultés à les inclure dans des parcours d’expositions, mais ils parviennent parfois à placer quelques pièces en vitrine, comme l’a fait élégamment le Musée des Beaux-Arts de Caen22 par exemple. Une question reste toujours en suspens : que faire en définitive de ces milliers d’objets en réserve, qui, handicap supplémentaire, n’ont en apparence, dans leur majorité, pour le profane, rien d’exceptionnel – on pense notamment aux centaines d’armes que les conservateurs ne sont aucunement pressés d’exposer, faute d’un public intéressé. Pourtant parmi ces collections se trouvent des pièces exceptionnelles, rares et belles [Fig. 4].

Fig. 4 – Proue de pirogue de Nouvelle-Zélande. Figure stylisée à langue démesurée,

Collection J.B. Cecille, Muséum d'histoire naturelle de Rouen. Musée-Métropole-Rouen-Normandie. Cliché Yohann Deslande

  • 23 Roger Boulay, « Les collections extra-européennes : 25 ans après », La Lettre de l’OCIM, mars-avril (...)

8Mais comment juger de cette rareté et qui peut en juger ? Il faut bien dire que le problème de l’expertise et de la valeur scientifique et vénale de ces collections n’est pas non plus des moindres. L’inventaire du patrimoine Kanak (et d’une manière générale océanien) réalisé par des spécialistes de grande renommée est à ce titre exemplaire et a grandement bénéficié aux musées normands : « Plus récemment, et de manière exemplaire, après trois années de travail d’inventaire raisonné (2011-2014) en France et en Europe « L’Inventaire du patrimoine kanak dispersé » (IPKD) permet de faire un bilan des apports scientifiques qu’une opération bénéficiant de moyens mis à sa disposition par le gouvernement de Nouvelle Calédonie apporte. Avec ses 70 musées visités, près de 15 000 objets examinés et de 4 000 fiches approfondies examinées, elle a permis d’élargir de manière très significative les corpus aboutissant à une réflexion nouvelle sur des œuvres et des objets pourtant connus de longue date mais dont le faible nombre de spécimens répertoriés ne permettait pas l’étude »23 [Fig. 5].

Fig. 5 – Nautile gravé de Nouvelle-Calédonie. Dessin malhabile d’une femme Kanak par un bagnard de l’île. Musée d’Art et d’Histoire de Granville

Photographie : T. Beaufils

  • 24 Revue de l’Avranchin, T. XXV, 1932, p. 477-481 et Revue de l’Avranchin, T.XXVI, p. 282-285 et 347-3 (...)

9Par contre, pour les collections d’autres aires géographiques, la situation est encore plus complexe. Une majorité d’objets n’est pas documentée. Pour bon nombre d’entre eux, l’histoire est manquante en raison de la perte d’informations lors de bombardements au cours de la Seconde Guerre mondiale comme à Avranches24 ou au Havre par exemple ou plus simplement parce que des informations n’ont pas été transmises par les anciens propriétaires dont les parcours de vie sont tombés dans l’oubli. Il n’est pas rare non plus que des documents aient été perdus par le passé. Le manque de traçabilité freine considérablement l’évaluation des collections, d’autant plus qu’il est probable que des informations essentielles ne pourront jamais être retrouvées malgré toutes les peines que se seront données les chercheurs. Le moment n’est pas opportun de décourager les plus enthousiastes d’entre eux. Les archives non encore dépouillées restent considérables et nécessiteront une petite armée d’entre eux avant d’en venir à bout. La poursuite de la structuration, sur un plan régional, national et international, d’un réseau de compétences, qui associent aux institutions des savants de France et de l’étranger, contribuera grandement à l’avenir à une meilleure connaissance des donateurs et des objets dont l’identification est lacunaire. Ces échanges pourraient s’effectuer par exemple, à titre comparatif, dans le cadre des traditionnelles relations entre la Normandie et la Scandinavie, mais au-delà, nous avons pu constater que la possession de collections extra-européennes favorise un tant soit peu les échanges culturels et diplomatiques. L’accentuation de ces interactions pourrait contribuer également à la constitution d’inventaires raisonnés exhaustifs afin de dépasser la simple comptabilité actuelle, et à la réalisation de nouveaux parcours muséologiques en renouvelant les scénographies selon des normes plus actuelles. La plus grande difficulté pour réaliser ce travail de longue haleine est de faire appel ou de recruter des forces vives, difficiles à mobiliser, qui pourront y consacrer du temps. Et là, tout devient plus compliqué, à moins de mettre en place des partenariats entre musées, établissements d’enseignement supérieur et laboratoires de recherche universitaires permettant d’impliquer de jeunes chercheurs afin qu’ils puissent faire œuvre utile, comme cela a été fait par exemple à Alençon.

  • 25 Fabrice Grognet, « Objets de musée, n’avez-vous donc qu’une vie ? », dans Gradhiva [En ligne], n° 2 (...)
  • 26 Ibid.

10Le statut des objets représente un autre enjeu de taille. On assiste parfois dans certaines vitrines de musées normands exposant des objets extra-européens à un étrange télescopage d’objets qui se retrouvent dans des situations d’anachronisme. La muséographie actuelle ne semble pas toujours permettre aux visiteurs de comprendre que la réception des objets varie avec le temps. En effet, dans toute société, les objets sont périssables et se voient écartés, évacués du quotidien pour devenir des témoins du passé. Au sein d’un musée d’art et d’histoire présentant des objets normands par exemple, il existe un contrat tacite entre le visiteur et le scénographe : il est évident qu’il s’agit d’une mise en exposition d’un passé révolu. Pour les objets extra-européens, ce contrat est bien souvent caduc, car des objets, désormais sans utilité pratique, qui ne représentent plus qu’une preuve de pratiques éteintes, se retrouvent côte à côte avec des pièces qui sont toujours d’emploi courant dans les communautés d’origine. Sans explication ou avec des explications limitées, il est extrêmement difficile de comprendre correctement ce qui est réellement en jeu, avec ce risque de faussement imaginer une société bien plus « primitive » qu’elle ne l’est en réalité, alors qu’elle-même s’est aussi transformée avec le temps. La frontière entre objet « vivant » et objet « témoin d’un passé » devient alors inexistante. La confusion est renforcée par une troisième catégorie d’objet, celle de l’objet « esthétique ». Bien souvent, les objets ethnographiques cessent de l’être pour se métamorphoser et devenir œuvre d’art25, selon le regard que l’on porte sur eux, sans pour autant empêcher la possible complémentarité de ces deux approches. Si l’on ajoute à ces juxtapositions d’objets placés sur une ligne temporelle uniforme, le problème de la perte de « charge » des objets religieux, désacralisés, car sortis de leur contexte géographique et symbolique, comment est-il alors possible d’en comprendre réellement la portée. « Que ce soit dans le musée ethnographique ou dans celui d’arts premiers, a-t-on pris la pleine mesure du fait qu’un objet d’une culture devient le patrimoine d’une autre qui l’adopte ? »26. En l’adoptant, le musée le transforme pour qu’il corresponde non pas à la culture de l’autre, mais à l’idée que la culture locale ou nationale s’en fait. Les visiteurs se retrouvent ainsi face à des objets archéo-ethnologiques ou face à des œuvres dites d’art, un agencement qui certes plaît au public à la recherche d’un exotisme abordable, vision fantasmée de l’altérité parfois un peu trop angélique, et qui n’explique en rien ce que sont « l’autre » et son véritable univers mental.

  • 27 La même problématique se pose pour d’autres types d’objets muséographiques tels que les véhicules, (...)

11Cela ne veut pas dire que les scénographies actuelles ne sont pas bonnes et qu’il faille systématiquement les abandonner. Certaines, comme à Cherbourg au sein de Hôtel particulier de Liais, très anciennes peuvent sembler immuables et fossilisées dans leurs vitrines, mais elles sont aussi le reflet d’une époque et de pratiques qui avaient cours autrefois – dans la lignée des cabinets de curiosités – et dont il pourrait être intéressant de conserver la mémoire des agencements sous une forme ou une autre. Elles reflètent la mode des cabinets dont l’ambition était non pas de recontextualiser mais de rassembler en un même lieu toute la connaissance. Ces lieux en disent finalement plus sur nous-mêmes que sur l’Autre. Il ne faut pas sous-estimer la part identitaire locale de tels scénographies qui fait la part belle à la magie de l’ambiance. C’est un voyage qui est proposé aux gens et c’est apprécié. Mais sur un plan sociétal, cela peut s’avérer risqué, car on trahit et s’éloigne de la réalité et de la compréhension de l’autre que l’on voulait pourtant mettre à l’honneur et expliquer27.

  • 28 Thomas Beaufils, « Panorama des musées d’ethnographie aux Pays-Bas », dans Thomas Beaufils et Chang (...)
  • 29 Une étude de ces réseaux actuels de collectionneurs et des ventes aux enchères en territoire norman (...)

12Quels modèles proposer à l’avenir ? Il ne s’agit ici que d’un aperçu de ces collections et notre contribution ne peut qu’être modeste. Les musées français font actuellement beaucoup d’efforts pour renouveler les perspectives. Très à l’écoute, ils observent et s’enrichissent également d’expériences menées à l’étranger. Pour notre part, le modèle néerlandais nous paraît fort inspirant28. D’une part, les musées néerlandais possédant des collections extra-européennes fonctionnent désormais en réseau étroit au sein des Pays-Bas, ce qui leur permet d’échanger informations et savoir-faire à travers une structure commune appelée Dutch National Museum of World Cultures (NMVW). Une interface normande commune consacrée aux peuples, arts et objets extra-européens de Normandie pourrait voir le jour soutenue par la DRAC Normandie, le Réseau Musées Normandie en lien avec les initiatives du Ministère de la Culture et de l’INHA, mais pourquoi pas aussi avec les réseaux de collectionneurs qui sillonnent les nombreuses ventes aux enchères normandes spécialisées dans les collections extra-européennes29. Une telle plateforme d’échanges qui mutualiserait des énergies communes permettrait de gérer, au moins numériquement, ces différents fonds comme un tout. En raison de ce manque de visibilité, les collections extra-européennes de Normandie perdent actuellement de leur force et de leur vitalité. D’autre part, les musées néerlandais sont parvenus à concilier passé et présent, certes non sans difficulté, mais en réalisant un travail de mémoire important sur les collectes coloniales des origines, tout en racontant, de manière vivante et ludique, la vie d’aujourd’hui des populations présentées et tout en déconstruisant les clichés. Il pourrait être intéressant que les institutions muséales concernées s’associent pour imaginer et mettre en place des expositions temporaires itinérantes consacrées à ces collections extra-européennes en distinguant bien ce qui représente le passé de ce qui est actuel afin de créer un nouvel espace d’échanges tourné les questions d’altérité et vers l’avenir, en mettant également à l’honneur des créations contemporaines de pays extra-européens comme le fait si bien le Dutch National Museum of World Cultures (NMVW) d’Amsterdam.

  • 30 Informations aimablement communiquées par M. Emmanuel Kasarhérou, président du Musée du Quai Branly (...)

13En France, au Musée du Quai Branly-Jacques Chirac30, un intérêt pour la provenance et la trajectoire des objets se développe depuis quelques années, ce qui contribue à remettre en perspective l’histoire des collections. Non seulement l’ensemble des collections de ce musée est accessible en ligne mais aussi les archives les concernant telles que les dossiers d’acquisition, ce qui est unique et témoigne d’un effort de transparence et d’avancée dans ce domaine par rapport à d’autres institutions. Des idées nouvelles de médiation sont en train d’être mises en place, car face à des informations parfois contradictoires, il est nécessaire de recourir à des arbitrages scientifiques afin de proposer une interprétation la plus juste possible des objets. Selon M. Emmanuel Kasarhérou, président du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, il convient à présent de parler des objets avec des sensibilités qui ne sont pas forcément celle du conservateur ou de l’historien, et d’offrir à la diversité des publics un accès sensible aux collections en intégrant dans la médiation des paroles venant des héritiers des cultures présentées, ce qui est une manière de décentrer le propos sur les collections et de l’aborder d’un autre point de vue [Fig. 6].

Fig. 6 – L'éveil du Bouddha : attaque (à droite) et conversion (à gauche) de l'armée de Mâra

Objet non soumis à droits d'auteur © Lavolo Anita. Photographie placée sous Licence CC BY-NC-SA – Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle Alençon

14Ces héritiers ont cependant parfois eux-mêmes perdu la mémoire et la signification de ces objets et les échanges réciproques avec des savants s’avèrent tout aussi bénéfiques. Les nouvelles pistes de réflexion expérimentées par les musées témoignent d’un souci de mieux appréhender les collections extra-européennes par la connaissance de leur histoire, de leur contexte de création, de leur provenance et trajectoire. À l’avenir, ces collections normandes pourraient ainsi constituer un nouveau point de départ d’échanges culturels, politiques et économiques florissants renouvelés avec les pays et communautés représentés dans les institutions muséales de Normandie.

Notes

1 Nous souhaitons vivement remercier les équipes des musées, de la Fabrique de Patrimoines en Normandie et de la DRAC Normandie qui nous ont accueilli toujours chaleureusement en prenant le temps d’échanger et de présenter les collections

2 https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Musees/Les-musees-en-France/Les-collections-des-musees-de-France/Les-collections-extra-occidentales-conservees-dans-les-musees-de-France Consulté le 20 janvier 2021.

3 Citons également parmi les sources profitables concernant les lieux possédant des objets océaniens : Charles Illouz et Thérèse Tréfeu, Sources du Pacifique insulaire. Lieux de recherche et d’information scientifique, Paris, Karthala, 2004.

4 Musée autrefois appelé Muséum d’histoire naturelle Guimet et dont les collections ont été transférées dans un nouvel édifice à l’architecture audacieuse inauguré en 2014. Le MAS à Anvers en Belgique a opté pour un choix similaire.

5 Pour accéder à cette base : https://collections.musees-normandie.fr/

6 En fonction de la définition de collection extra-européenne, on pourrait également prendre en compte les collections précolombiennes en particulier celles du Musée des Beaux-Arts du Havre. Parmi ces collections, on compte également plusieurs milliers de photographies prises en Asie, en Afrique et aux Amériques ainsi que des arts et documents graphiques.

7 Une évaluation personnelle s’élève à plus de 10 000 pièces, mais ce chiffre est à prendre avec beaucoup de précaution, notre étude restant extrêmement lacunaire.

8 Sur un plan scientifique, la rédaction d’un dictionnaire de ces donateurs normands serait fort utile. Nous n’avons en tout cas pas connaissance de l’existence d’un tel ouvrage.

9 Ces donateurs sont quasi exclusivement des hommes. Rendons cependant hommage à leurs veuves, car ce sont elles qui bien souvent ont fait don des objets aux musées et ainsi assuré la transmission.

10 Ouvrage collectif, Le Cambodge d’Adhémard Leclère et le trésor indochinois d’Alençon, Igé, Étrave, 2009.

11 Soizic Le Cornec, La collection Auguste et Louise Lerat au Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d’Alençon, Mémoire de Master de l’École du Louvre, Juin 2020.

12 À propos de ce musée et des sciences naturelles à Rouen, nous conseillons vivement la lecture de Bénédicte Percheron, Les sciences naturelles à Rouen au xixe siècle, Paris, Éditions Matériologiques, 2017.

13 Roger Boulay, « L’initiative du Muséum d’histoire naturelle de Rouen : le contexte local », Journal de la Société des Océanistes, 134, 2012, p. 25-27.

14 Cécile Binet, Histoire du Muséum Liais, Cherbourg, 2008.

15 Josette Rivallain, Collections africaines du Muséum Emmanuel Liais de Cherbourg-Octeville, Cherbourg, Collection Unica, 2011.

16 Roger Boulay, Cherbourg et l’au-delà des mers. Voyage dans les collections océaniennes du muséum Emmanuel Liais, Igé, Étrave, 2017 ; Anne Lavondès, « Collections polynésiennes du Musée d’Histoire Naturelle de Cherbourg », dans Journal de la Société des Océanistes, Année 1976, 51-52, p. 85-205.

17 Benoît Roux, « Les collections royales d’Amérique du sud au musée du quai Branly-Jacques Chirac », dans (En)quêtes d’archives autour des pièces amazoniennes et caraïbes d’Ancien Régime. [Rapport de recherche] Musée du quai Branly, 2012, p.20.

18 À propos des Normands et des Indiens d’Amérique : Marcel Bouteiller, « La contribution des Normands des xvie et xviie siècle à la connaissance des Indiens d’Amériques », in Annales de Normandie, 6e année, n° 2, 1956, pp. 135-149. Signalons également parmi les illustres érudits de Normandie le grand orientaliste Eugène Burnouf lié à Vernon.

19 Cf. http://www.chateau-eu.fr/decouvrir/domaine/chateau/ : « Isabelle du Brésil [Isabelle de Bragance, princesse héritière de l’Empire du Brésil], fille de l’empereur Pedro II, et son époux Gaston d’Orléans, titré comte d’Eu et petit-fils de Louis-Philippe, achètent en 1905 le château d’Eu à leur cousin, le duc d’Orléans, fils du comte de Paris ».

20 Le château-musée d’Eu a bénéficié en 2019 d’une Re-Org sous la houlette de Gaël de Guichen.

21 On entend parfois le reproche que les pièces se trouvent dans des vitrines et des scénographies statiques où les objets bien trop entassés et mal soclés ne bougent plus.

22 Lire à propos des collections caennaise : À propos d’une donation : les côtes d’Afrique Équatoriale il y a 100 ans. Exposition au Musée des Beaux-Arts de Caen du 29 octobre 1982 au 10 janvier 1983, Le Musée, 1982.

23 Roger Boulay, « Les collections extra-européennes : 25 ans après », La Lettre de l’OCIM, mars-avril 2015, p. 31-34, [En ligne] https://journals.openedition.org/ocim/1502, consulté le 20 janvier 2021.

24 Revue de l’Avranchin, T. XXV, 1932, p. 477-481 et Revue de l’Avranchin, T.XXVI, p. 282-285 et 347-351. Dans ces deux numéros, un catalogue des objets d’ethnographie présente une liste des objets extra-européens présents à Avranches avant-guerre. Une grande partie est aujourd’hui introuvable et a très certainement péri dans les flammes.

25 Fabrice Grognet, « Objets de musée, n’avez-vous donc qu’une vie ? », dans Gradhiva [En ligne], n° 2 2005, p. 49-63. https://journals.openedition.org/gradhiva/473?lang=en#tocto1n6, consulté le 20 janvier 2021.

26 Ibid.

27 La même problématique se pose pour d’autres types d’objets muséographiques tels que les véhicules, les machines-outils, les instruments scientifiques ou les mécanismes d’horlogerie. En passant d’un état dynamique à un état statique, on affaiblit l’information. Cf. Philippe Tomsin, « La restauration, la conservation et la valorisation du patrimoine technique semi-mobilier », dans CeROArt [En ligne], n° 11, 2019, mis en ligne le 26 décembre 2019, consulté le 23 février 2021.

28 Thomas Beaufils, « Panorama des musées d’ethnographie aux Pays-Bas », dans Thomas Beaufils et Chang Ming Peng, Les arts premiers dans les musées de l’Europe du Nord-Ouest, [En ligne], Villeneuve d’Ascq, IRHiS, 2018, https://books.openedition.org/irhis/3272

29 Une étude de ces réseaux actuels de collectionneurs et des ventes aux enchères en territoire normand s’avérerait véritablement passionnante. Il ne faut pas oublier non plus les particuliers de Normandie qui possèdent des objets extra-européens dont la valeur scientifique n’a jamais été évaluée.

30 Informations aimablement communiquées par M. Emmanuel Kasarhérou, président du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac lors d’un entretien donné le 14 décembre 2020 via zoom à Guy Lavorel et Chang Ming Peng. Merci à Madame Peng de nous avoir communiqué cette information.

Table des illustrations

Crédits Objet non soumis à droits d'auteur. © Levinspuhl Cindy. Photographie placée sous Licence CC BY-NC-SA – Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle Alençon
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Crédits Château d’Eu. Photographie : T. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6625/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 801k
Crédits Muséum d’Histoire Naturelle Emmanuel Liais, Cherbourg. Photographie : T. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6625/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Crédits Collection J.B. Cecille, Muséum d'histoire naturelle de Rouen. Musée-Métropole-Rouen-Normandie. Cliché Yohann Deslande
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6625/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Crédits Photographie : T. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6625/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Crédits Objet non soumis à droits d'auteur © Lavolo Anita. Photographie placée sous Licence CC BY-NC-SA – Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle Alençon
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6625/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 836k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search