Version classiqueVersion mobile

Histoire d'objets extra-européens : collecte, appropriation, médiation

 | 
Thomas Beaufils
, 
Chang Ming Peng

Avant-propos

Thomas Beaufils et Chang Ming Peng

Texte intégral

1L’IRHiS – UMR 8529 (Univ. Lille, CNRS) a organisé à l’université de Lille le 25 novembre 2016 une journée d’étude consacrée aux collections extra-européennes dans les musées d’Europe du Nord-Ouest. Cette rencontre, au cours de laquelle sont intervenus des conservateurs de musées, des chercheurs et des doctorants de France et de Belgique, a donné lieu à une publication en ligne : https://books.openedition.org/​irhis/​3279. À travers les différentes contributions proposées, l’objectif de cette rencontre a été de saisir l’histoire de la constitution et de la présentation de collections ethnographiques muséales en Europe du Nord-Ouest ainsi que les problématiques et les enjeux divers qui en découlent. Il s’agissait de faire prendre conscience à la fois aux chercheurs et aux pouvoirs publics de la nécessité de mieux considérer ces collections, de les valoriser aux yeux du plus grand nombre et de permettre un accès facilité aux chercheurs.

2Une deuxième journée d’étude devait se tenir à l’université de Lille en décembre 2019. Une grève des trains puis la pandémie ont rendu impossible son organisation à une date ultérieure. Les organisateurs ont souhaité malgré tout publier sous une forme numérique les communications qui auraient dû être présentées en présentiel. Que les contributeurs qui ont accepté de jouer le jeu en soient ici remerciés. Cette publication donne la parole à des étudiants, des chercheurs et des conservateurs à qui carte blanche a été donnée pour raconter l’histoire de collections extra-européennes. À l’heure où les demandes de restitutions se font toujours plus pressantes, il devient indispensable de mieux connaître l’origine des collections et de re-contextualiser les objets. La question n’est pas tout à fait nouvelle puisque Quatremère de Quincy dans les Lettres à Miranda : sur le déplacement des monuments de l’art de l’Italie en 1796 s’était insurgé contre les spoliations d’œuvres d’art en provenance de la péninsule, condamnant la décontextualisation forcée que les œuvres arrachées à leur contexte subissaient, en perdant de leur aura. S’agissant des collections extra-européennes, la connaissance de leur provenance permet de trouver la réponse la plus appropriée aux demandes de restitutions. Le musée du Quai Branly a notamment constitué une base de données unique de plus de 800 000 notices qui répertorient l’ensemble des collections d’objets et de photographies, et qui comprennent entre autres des informations relatives à l’histoire des biens (provenance géographique et culturelle, mode d’acquisition), ce qui permet d’apporter des réponses scientifiques aux débats polémiques contemporains.

3La situation de ces collections a grandement évolué depuis 2016. Le « Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain. Vers une nouvelle éthique relationnelle » de Felwine Sarr et Bénédicte Savoy a été remis le 23 novembre 2018 au Président de la République française, Emmanuel Macron, qui souhaite que « la jeunesse africaine ait accès en Afrique et non seulement en Europe à son propre patrimoine et au patrimoine commun de l’humanité »1. Ce rapport prône entre autres « la restitution solennelle de quelques pièces hautement symboliques » (rapport, p. 54), avant le temps « de l’inventaire, du partage numérique et d’une intensive concertation transcontinentale » (rapport, p. 57). Ce rapport a fait couler beaucoup d’encre et a créé une profonde fracture entre ceux qui ont applaudi les propositions des deux rédacteurs et ceux qui refusent de « vider » les collections muséales françaises de leurs trésors. Restituer n’est cependant pas si simple, car toute institution muséale française est fondée sur le principe de l’inaliénabilité. Des précédents existent, comme en témoignent les discussions au Sénat à propos de la restitution du corps de Saartjie Baartman dite la Vénus hottentote à l’Afrique du Sud en 20022. Dans un premier temps le refus avait prévalu en raison du caractère inaliénable des collections nationales, puis en raison de la loi « bioéthique » de 1994, la demande de restitution fut acceptée, l’article 16-1 du Code civil stipulant que « le corps humain, ses éléments et ses produits ne peuvent faire l’objet d’un droit patrimonial », l’application de la loi se faisant au cas par cas. Une loi fut promulguée en 2002 permettant la restitution du corps de la Vénus Hottentote à l’Afrique du Sud. En 2010, la France autorisa la restitution à la Nouvelle-Zélande de têtes Maories en faisant sortir ces « œuvres » du domaine public national grâce à la loi du 18 mai 2010.

4Un projet de loi a été déposé à l’Assemblée nationale le 16 juillet 2020 afin de permettre la restitution, en suivant la même procédure, d’une part, du trésor de Béhanzin au profit du Bénin, et, d’autre part, du sabre accompagné de son fourreau ayant appartenu à El Hadj Omar Tall, au profit du Sénégal3. Des chercheurs et des conservateurs s’inquiètent des conséquences de ce projet de loi. Dans un article du Figaro, Julien Volper, conservateur au Musée de Tervuren indique : « Toutefois, si l’on réfléchit posément à la chose on se rend compte que, à l’époque, cette récupération d’objets par des officiers ou de simples soldats n’a rien de condamnable. De fait, c’est à partir de la Convention de la Haye de 1899 que la pratique des butins de guerre commence à entrer dans l’illégalité. J’ajouterai également que ces pratiques de butins de guerre constituaient une norme des guerres menées par l’Empire Toucouleur et le Royaume du Dahomey. Ces deux entités politiques conquérantes pratiquaient également l’esclavage qui était autorisé par leurs lois/coutumes. Si l’on veut forcer un peu le trait, je dirais que le « butin de guerre » d’un Dodds pourra être soumis à un illégal jugement rétroactif amenant à sa restitution lorsque les descendants de la famille royale d’Abomey auront à rendre compte, de manière tout autant ridicule et anachronique, du crime contre l’Humanité qu’est l’esclavage commis par leurs ancêtres » 4. D’après lui, ce serait aller dans le sens d’associations promouvant « une idéologie post-coloniale ». Désormais des militants n’hésitent plus à passer à l’acte pour récupérer des objets qu’ils estiment avoir été dérobés lors de la colonisation. Le Congolais Emery Mwazulu Diyabanza a ainsi tenté à diverses reprises de s’emparer d’objets d’art africain dans des institutions muséales, notamment au Musée du Quai Branly-Jacques Chirac et au Pavillon des Sessions du musée du Louvre.

5Bon nombre de pays européens se sont engagés depuis plusieurs années dans le même processus de restitution. Les Pays-Bas, en particulier le Musée national des cultures du monde5, font figures de pionniers. Le Ministère néerlandais de la Culture a même été, le 7 octobre 2020, jusqu’à publier un « Advies Koloniale Collectie en Erkenning van Onrecht » [Avis sur les collections coloniales et la reconnaissance de l’injustice] proposant le retour sans condition des collections ayant été acquises illégalement pendant la période coloniale au Suriname et en Indonésie. Dans le même temps, on assiste dans ce pays a une volonté très poussée de décoloniser les musées et le vocabulaire utilisé pour désigner les anciennes colonies. Cependant, les anciens pays colonisés ne sont pas prêts à tout récupérer en bloc et préfèrent opérer un tri eux-mêmes comme le fait par exemple l’Indonésie parmi les objets restitués par l’État néerlandais.

6L’objectif de cette publication est justement d’apporter une pierre à ces questionnements. Avant de prendre une décision, quelle qu’elle soit, il est indispensable de retracer l’histoire des objets extra-européens : quel a été son propriétaire, quelles ont été les conditions de sa collecte (instructions, cadre normatif, activité prédatrice, hasard, simple acquisition monnayée, etc.) ; quel est l’usage et quelle est la signification de l’objet dans son contexte ethnographique ; comment a eu lieu le passage du statut de spécimen ethnographique à celui d’œuvre d’art ; quelle est sa valeur économique. Alors seulement il est possible d’envisager une solution, après avoir désamorcé une trop forte charge émotionnelle et idéologique pas toujours bonne conseillère.

  • 6 Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que leurs auteurs et ne sauraient refléter la p (...)

7Les contributions proposées ici retracent l’histoire d’objets dont il n’est pas toujours aisé de retrouver l’itinéraire. Ces objets sont de diverses natures. Certains n’intéressent aucunement les communautés concernées et l’on ne peut que louer la patience de ces chercheurs qui tentent d’en faire resurgir l’origine. D’autres au contraire, on pense à certains crânes notamment, sont l’objet d’un soin et d’un intérêt extraordinaires, certaines populations aborigènes allant jusqu’à interdire la reproduction de restes ancestraux dans des publications. Dans tous les cas, un inlassable inventaire est nécessaire, réalisé de manière scientifique. Ce qui est au cœur de cette problématique n’est sans doute pas la question de la restitution, mais celle de la formation et de l’accès à la connaissance. Les archives, innombrables, sont loin d’avoir été toutes étudiées et des découvertes surprenantes nous attendent encore. On l’oublie sans doute trop souvent6.

8Nous remercions vivement l'ensemble des auteurs, l'IRHiS et notre collègue Christine Aubry, ingénieur de recherche, qui a assuré le suivi éditorial et la mise en page de cette publication

Notes

1 https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2018/11/23/remise-du-rapport-savoy-sarr-sur-la-restitution-du-patrimoine-africain consulté le 24 janvier 2021.

2 Les demandes de restitution des restes du corps se heurtent d’abord au refus des autorités et du monde scientifique français au nom du patrimoine inaliénable de l'État et de la science. Après le vote d'une loi spéciale de restitution du 6 mars 2002, la France rend la dépouille à l'Afrique du Sud. Le 3 mai 2002, la dépouille est solennellement accueillie au Cap et incinérée le 9 août 2002 (date symbolique correspondant à la Journée nationale de la femme en Afrique du Sud).

3 https://www.dalloz-actualite.fr/flash/restitution-des-biens-culturels-premier-acte-dans-prolongement-du-rapport-savoy-sarr#.YA3hPRZCdPY consulté le 24 janvier 2021.

4 Paul Sugy, « Restitution du patrimoine culturel africain: «Une concession faite au CRAN et aux post-colonialistes» », Figaro du 5 octobre 2020

5 https://fr.unesco.org/courier/2020-4/aux-pays-bas-regard-concession-musees-passe-colonial consulté le 24 janvier 2021.

6 Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que leurs auteurs et ne sauraient refléter la position de l'IRHiS et des coordinateurs de cette publication.

Auteurs

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search