Version classiqueVersion mobile

Histoire d'objets extra-européens : collecte, appropriation, médiation

 | 
Thomas Beaufils
, 
Chang Ming Peng

Anciennes collections, nouvelles collaborations au MEG. Recherche sur la provenance de deux crânes peints de Milingimbi (Australie)

Old collections, new collaborations at MEG. Provenance research on two painted skulls from Milingimbi(Australia)

Roberta Colombo Dougoud

Résumé

Le Musée d’ethnographie de Genève (MEG) conserve une collection d’environ 850 objets australiens récoltés entre 1880 et 2017. Elle est le résultat de collectes de voyageurs, d’achats auprès de marchands réputés et d’échanges avec des musées australiens. Très souvent, les registres d’inventaire donnent des indications lacunaires concernant le lieu de provenance et les circonstances d’acquisitions des objets, informations qui sont fondamentales aujourd’hui, en particulier lorsqu’il s’agit d’objets sensibles ou de restes humains. Dans mon article, je vais présenter la recherche sur la provenance de deux crânes peints de Milingimbi (Australie, Terre d’Arnhem centrale), la collaboration avec la communauté et les discussions en cours avec les descendants concernant leur éventuelle restitution.

Texte intégral

1Acquisition entre lumière et brouillard

1En 1956 Maurice Bastian donne au Musée d’ethnographie de Genève deux crânes humains dolichocéphales qui sont aussitôt inventoriés avec les numéros 025238-b et 025238-c.

2Si nous prenons les fiches originaires, voici ce que nous pouvons lire.

025238-b : « n/1761 de la liste Bastian. Crâne humain décoré de peintures, sans mandibule. Les orbites et la fosse nasale remplies de feuilles sèches. Entièrement passé à l’ocre rouge. Frontal, pariétaux et partie supérieure de l’occipital ornés de peintures blanches et jaunes disposées en diagonales, dans 5 registres longitudinaux séparés par des bandes assez larges de couleur jaune. Sur le front et loccipital même décor mais élaboré dans un registre transversal. Probablement crâne de femme encore jeune (18-20 ans). Ne subsistent que la canine gauche, 2 molaires gauches, 2 prémolaires droites et 1 molaire droite, gencive très usée à l’emplacement des 2 dernières molaires droites. Les décors sont des signes totémiques classiques, tribu Koparpingu, nom ancien qui se prononce Koparpinga. Le nom actuel est Murngin. Terre d’Arnhem orientale (crâne dolichocéphale) »

025238-c : « Crâne humain dolichocéphale, probablement féminin, encore jeune. Les décorations peintes, offrent la même disposition que le précédent, mais avec larges croisillons jaunes en plus et le décor passe sur chaque sommet du temporal. Prognathisme alvéolaire assez prononcé. Cavités orbitaires et nasales remplies de feuilles; une cordelette de suspension est fixée aux orbites. Manquent les 2 incisives médianes. Celle de gauche enlevée du vivant de l’individu, l’alvéole étant totalement ressoudée. Les 2 canines ont dû subir des mutilations, la deuxième incisive droite est cassée (avant la mort). Possède les 3 molaires de chaque côté et les 2 prémolaires de chaque côté également. Est de la Terre d’Arnhem, (Koparpingu) nom ancien de la tribu, actuellement Murngin. N 952 liste Bastian ».

3La lecture des fiches révèle essentiellement des informations à caractère descriptif sur leur forme, présentation, décoration et éléments manquants. La seule donnée concernant la provenance des crânes est celle du donateur, Maurice Bastian qui les a offerts en 1956. Qui est donc ce monsieur ? Comme nous le comprendrons dans les pages suivantes, il s’agit d’un acteur majeur dans la constitution de la collection australienne du MEG.

  • 1 La biographie de Maurice Bastian est tirée de Colombo Dougoud, Saini et Wuthrich 2017 : 62-71.

4Après des études en droit à l’Université de Fribourg, Maurice Bastian1 (1906-1994) entre au Département politique fédéral en 1943, puis devient premier Secrétaire de la Commission nationale pour l’UNESCO (1949-1953). Victime d’une vague de licenciements, il décide de s’installer en Australie en mars 1953 (Bastian 1981 : 33). Quelques mois après son arrivée à Melbourne, Maurice Bastian entre en relation avec le Musée d’ethnographie de Genève afin de se procurer une documentation sur les Aborigènes. La directrice Marguerite Lobsiger-Dellenbach saisit l’occasion pour manifester son désir d’acquérir pour le musée des objets australiens et de faire de la collection australienne du MEG l’une des plus importantes d’Europe.

5À la suite d’un premier don de trois écorces peintes de Yirrkala (nord-est de la Terre d’Arnhem) en 1955, une cascade d’envois – près d’une quinzaine de caisses chargée d’objets – arrivent au musée entre 1955 et 1960, autant de dons de ce mécène qui prend toujours à sa charge le transport des objets voyageant principalement par bateau à vapeur, de Melbourne à Gênes. Par l’entremise de Maurice Bastian, le Musée d’ethnographie de Genève initie aussi plusieurs collaborations avec des musées australiens. En 1956 et 1960, il acquiert cinquante objets australiens du National Museum of Victoria à Melbourne (aujourd’hui Museums Victoria) en échange d’une série de pièces péruviennes précolombiennes. La qualité des objets choisis est incontestable et parmi les pièces obtenues se trouvent douze pièces issues des collectes des célèbres anthropologues Walter Baldwin Spencer et Francis James Gillen.

6Maurice Bastian revient en Suisse en juillet 1956, puis retourne en Australie en décembre 1959 pour une durée inconnue – en tout cas jusqu’au milieu de l’année 1960 – après quoi il s’établit en Suisse. Il donnera au MEG un véritable trésor puisqu’entre 1955 et 1960, Bastian fait don de 416 objets en provenance d’Australie, 82 de Suisse, deux de Nouvelle-Guinée et un tapa des îles Fidji.

7Maurice Bastian reste un homme mystérieux, qui aime se parer du titre d’ancien diplomate. Suite à son retour définitif d’Australie dont on ignore la date précise, il vit plus de trente ans en hôtel sur les bords du lac Léman ou à l’étranger. Il fait don de ses archives à plusieurs institutions suisses (Bibliothèque nationale, Abbaye de Saint Maurice), dont le Musée d’ethnographie de Genève à qui il donne, entre 1982 et 1984, un grand nombre de documents d’archives (notes personnelles, manuscrits, livres, photographies) et encore une dizaine d’objets.

  • 2 Des recherches sont en cours pour reconstituer la provenance de trois boucliers gee-am collectés du (...)

8Maurice Bastian mentionne rarement la provenance des objets récoltés et tout un travail est encore à entreprendre pour retracer leurs itinéraires et leurs précédents possesseurs2. Le mécène avait des contacts avec des collectionneurs importants, dont il a certainement obtenu des œuvres, mais il ne spécifiait que rarement ce type d’informations. Les archives laissées par Maurice Bastian avec une vaste correspondance, ses manuscrits rédigés avec les informations tirées de la littérature anthropologique australienne, les documents accompagnant les caisses contenant ses dons et les listes d’objets donnent l’impression d’une riche et précise documentation. Et en partie cela n’est pas une illusion. Les fiches d’inventaire rédigées par Marguerite Lobsiger-Dellenbach à partir des informations fournies par Maurice Bastian sont relativement bien renseignées, par rapport à d’autres de pièces rentrées au MEG la même période. Cependant, dès qu’on essaie de s’interroger sur la provenance des objets avant Maurice Bastian, on se retrouve immergé dans une couche épaisse de brouillard.

  • 3 Archives MEG 350.C.9.5.1/1, Lettre de Maurice Bastian à Marguerite Lobsiger-Dellenbach, 22 octobre (...)

9Mais revenons-en aux deux crânes peints et à la documentation donnée par le donateur. Le 025238-b faisait partie du deuxième envoi de Maurice Bastian au MEG, parti de Melbourne le 10 octobre 1955 par bateau en direction de Gènes. Dans une lettre adressée à Marguerite Lobsiger-Dellenbach datée le 22 octobre 19553, il écrit : « J’ai réussi à vous envoyer une petite collection australienne (sans autorisation !) … C’est un don au Musée de Genève, à l’exception d’un crâne décoré de la Terre d’Arnhem dont je désire conserver la propriété, du moins provisoirement. Ce sera donc un dépôt. Cette collection a été assurée pour une somme dérisoire pour ne pas attirer l’attention des autorités douanières… ».

  • 4 Archives MEG 350.C.9.5.1/1, Lettre de Maurice Bastian à Marguerite Lobsiger-Dellenbach, 15 mai 1956

10Le deuxième crâne, le 025238-c se trouvait dans le troisième envoi de Maurice Bastian, envoyé de Melbourne à la fin de novembre 1955 et arrivé à Genève le 24 janvier 1956. Dans une lettre datée du 15 mai 1956 adressée à Marguerite Lobsiger-Dellenbach4, Maurice Bastian annonce sa décision d’offrir au MEG les deux crânes peints australiens.


11La lecture de la correspondance entre Bastian et la directrice nous offre l’image d’un homme précis, efficace et déterminé à soutenir, même en contournant les lois, le projet de la directrice de faire du Musée d’ethnographie de Genève « …le premier d’Europe à pouvoir montrer une image aussi complète de la culture australienne » (Comptes rendus financier et administratif de l’administration municipale, Ville de Genève, 1957 : 126). Cependant, celui que Marguerite Lobsiger-Dellenbach qualifie comme un bienfaiteur et collaborateur du Musée ne précise que rarement la provenance de ses collectes. Sur les deux crânes on peut lire les numéros 1761 et 952, qui indiquent qu’ils faisaient partie d’une collection, mais nous ne savons pas à quelle liste ou listes ils correspondent.

12Dans le registre d’inventaire, la description des crânes est plutôt détaillée : elle révèle une aisance dans l’observation des restes humains et des incontestables compétences en anthropologie physique de la personne qui les a inventoriés. Les deux crânes, probablement de femmes encore jeunes, sont définis comme dolichocéphales. C’est le naturaliste suédois Anders Adolf Retzius, qui dès 1842 dans sa classification des races humaines introduit les termes « dolichocéphale » (littéralement tête longue) et « brachycéphale » (littéralement tête courte), pour désigner l’indice céphalique, le rapport proportionnel de la largueur maximale à la longueur maximale de la tête (Blanckaert 1989 : 166). Marguerite Lobsiger-Dellenbach avait effectué plusieurs mensurations anthropométriques sous la direction de son mentor et prédécesseur Eugène Pittard.

13Dans son carnet de notes avec une écriture difficile à déchiffrer, Maurice Bastian indique que les crânes sont originaires de la Terre d’Arnhem orientale, plus précisément de la tribu Koparpingu, terme qui a été remplacé par celui de Murngin. Il ajoute qu’ils étaient utilisés dans des rituels funéraires, sans donner plus de précision. L’ethnonyme « Murgin » a été introduit par l’anthropologue américain William Lloyd Warner dans son livre A Black Civilization: a Social Study of an Australian Tribe publié en 1937, mais le terme a été abandonné et remplacé par celui de Yolngu. Quant à Koparpingu, il s’agit d’une des possibles écritures de Gupapuyngu, un clan de la moitié Yirritja des Yolngu.

14La pratique de peindre le corps et le crâne des défunts avec des motifs claniques sacrés (madayin minytji) se rencontre parmi les groupes de la Terre d’Arnhem orientale. Elle faisait partie d’un rituel funéraire secondaire lorsque les os d’une personne décédée étaient récupérés après avoir été enterrés ou exposés sur une plate-forme. Les os étaient généralement mis dans un tronc d’arbre creux ou enveloppés dans un paquet d’écorce et attachés avec de la ficelle. Ces os et le crâne étaient ensuite conservés et transportés de camp en camp par un proche pendant au moins deux ou trois ans jusqu’à ce que le dernier rituel d’enterrement soit effectué et que les os soient brisés et placés dans un rondin creux ou dans une grotte (Thompson 1939).

  • 5 En 1958-1959, ce banquier à la retraite passionné de voyages séjourne trois mois en Australie dans (...)

15En 1960 le Musée d’ethnographie de Genève organise l’exposition Australie (13 mai 1960–19 juin 1960) pour montrer sa collection australienne. Plus de 600 objets y sont exposés, presque entièrement constitués des dons de Maurice Bastian et de Georges Barbey5. Divisée en quatre sections (Armes, Vie domestique, Parures et Cérémonies culturelles) et quarante-quatre vitrines, la présentation utilise une forme essentiellement didactique pour expliquer tous les aspects de la vie des premiers habitants de l’Australie. Les deux crânes peints sont exposés parmi d’autres objets liés aux rites funéraires.

16Pendant de longues années, ces restes ancestraux reposent dans les collections du MEG, dérangés seulement par une première restructuration de la réserve Océanie en 2000, une année après mon arrivée au MEG et par un déménagement de toutes les collections en 2003-2004.

2Identification

17En 2007, une visite inattendue et précieuse va donner une grande impulsion aux recherches sur les crânes peints. Le 13 juillet, l’anthropologue Jessica De Largy Healy, l’ethnomusicologue Aaron Corn accompagnent Joseph Neparrnga Gumbula (1954-2015) à Genève pour répertorier et examiner les objets yolngu du MEG. Né à Milingimbi, il descend d’une famille de dirigeants rituels et d’artistes dont les peintures sur écorce sont représentées depuis les années 1920 dans les principales collections ethnographiques du monde. Musicien renommé, il a chanté avec le groupe Soft Sands, qui jouait de la musique rock en langues yolngu. Gumbula était également un expert de chants cérémoniels (manikay), l’une des principales traditions musicales du nord-est de la Terre d’Arnhem. Gumbula a été l’un des fondateurs de Galiwin’ku Indigenous Knowledge Centre, une organisation visant à faciliter le rapatriement sous format numérique des objets de musées pour la transmission du savoir au niveau local. Chercheur et érudit dévoué, il a collaboré à de nombreux projets de recherche et est devenu un universitaire respecté à part entière. De 2003 à 2005, en tant que chercheur à l’université de Melbourne, il a travaillé à l’identification et à la documentation d’objets pour aider à constituer une « collection patrimoniale » sur les Gupapuyngu, son clan. En 2007, l’Université de Sydney lui a décerné un doctorat honoris causa en musique, en reconnaissance de ses travaux de recherche et de sa contribution à la communication interculturelle. En 2009, il a obtenu la première Australian Research Fellowship-Indigenous. La même année, il a été commissaire de l’exposition Makarr-garma: Aboriginal Collections from a Yolngu Perspective, au musée Macleay de l’Université de Sydney (Gumbula 2009). En 2012, il a publié le livre Mali’Buku-Runanmaram: Images from Milinibi (Milingimbi) and Surrounds, 1926-1948. Son dernier projet de recherche Clouded and mobile delivery platforms for early collections of Yolngu cultural heritage in Arnhem Land à l’Australian National University a été financé par le Australian Research Council.

  • 6 L’exposition Traces de rêves. Peintures sur écorce des Aborigènes d’Australie s’est tenue à l’annex (...)

18Le travail dans les collections de Joseph Gumbula visait à sensibiliser les conservateurs et ceux qui travaillent dans le marché de l’art au fait que les cultures aborigènes sont encore vivantes et dynamiques. Pour expliquer sa démarche et expliquer la division des savoirs, Gumbula a fait appel à un système de code de couleur rappelant celui du feu de circulation. Comme il l’a écrit dans sa contribution au catalogue Traces de rêves6 : « J’essaie de négocier une conscience appropriée et d’informer les gens à propos des trois domaines de connaissance que nous avons dans le monde yolngu. L’idée m’est venue d’utiliser un signe universel, le feu de signalisation, pour expliquer comment fonctionne le savoir yolngu. La couleur verte correspond au savoir visible par tous, ce que nous appelons garma ; la couleur orange, le domaine dhuni, correspond à un savoir semi-secret, à manipuler avec précaution ; et la couleur rouge, le domaine ngärra, est destiné au savoir secret, réservé aux initiés. Partout dans le monde, les gens utilisent les feux de signalisation et peuvent donc facilement comprendre ce modèle. Si l’on remonte loin dans les croyances aborigènes, on retrouve toujours ces trois domaines de droit coutumier : réservé, autorisé avec précaution, et accessible à tout le monde » (Gumbula 2010 : 10-11).

19Lors de sa visite dans la réserve du MEG, Gumbula a identifié les crânes peints comme venant de Milingimbi. Cette rencontre a été le début d’une relation avec Milingimbi tissée petit à petit avec différents interlocuteurs.

3Liens avec Milingimbi

20Milingimbi, appelée localement Yurrwi, est la plus grande des îles Crocodiles au large des côtes de la Terre d’Arnhem au Nord de l’Australie. À partir des années 1920 avec la création de la mission méthodiste par le révérend James Watson et pendant plus de 50 ans, Milingimbi a été un centre prolifique de création artistique et un point de départ de nombreuses collections vers le reste de l’Australie et du monde (Pinchbeck, Allen and Hamby 2016 : 14). En étant autorisés à maintenir la vie cérémonielle, les habitants de Milingimbi produisaient des objets qui étaient recherchés par les musées, en échange d’argent et de biens. Pour les missionnaires la production artistique représentait sans doute une source importante de revenus et, pour certains d’entre eux, par exemple Thomas Theodor Webb et Edgar Almond Wells, également un moyen pour mieux comprendre la culture des populations locales. Pour les Yolngu les motivations étaient complexes : ils étaient évidemment intéressés par l’aspect économique de cette production, mais c’était pour eux aussi un moyen d’éduquer les missionnaires sur leur vie et traditions, ainsi que de participer aux activités missionnaires pour promouvoir leur langue comme sorte de lingua franca afin de répandre l’évangile dans la région (Hamby with Gumbula 2015 : 199-200).

21Entre 2013 et 2016, Louise Hamby, professeure d’Anthropologie à l’Australian National University (Canberra) et Lindy Allen, à l’époque conservatrice au Museums Victoria (Melbourne) ont dirigé un projet prestigieux, The legacy of 50 years of collecting at Milingimbi Mission financé par l’Australian Research Council. Le but était d’identifier objets, images, films et vidéos, enregistrements et archives collectés à Milingimbi de 1923 à 1974, aujourd’hui dispersés dans de nombreuses collections. Grâce à une collaboration unique entre anthropologues, conservateurs et Autochtones de la Terre d’Arnhem, le projet souhaitait explorer la manière dont les connaissances étaient confirmées et redécouvertes dans les collections et comment ces connaissances étaient utilisées pour revigorer les pratiques au sein des communautés et confirmer leur identité. L’objectif était aussi de travailler, en collaboration avec la communauté de Milingimbi, au développement de modèles d’engagement dans le patrimoine culturel des musées, des galeries, des archives et des bibliothèques du monde entier. Ce projet peut être considéré comme un catalyseur pour différentes initiatives de coopération entre la communauté de Milingimbi et les musées.

22Depuis 2014 les contacts d’abord avec Christiane Keller, collaboratrice du projet, et ensuite avec Louise Hamby et Lindy Allen ont été nombreux et ont permis de tisser des relations étroites entre Genève et Milingimbi. Une cinquantaine d’objets de Milingimbi provenant d’acquisitions différentes ont été identifiés. Du 3 au 5 septembre 2018, le MEG a accueilli Helen Ganalmirriwuy et Ruth Nalmakarra, deux femmes artistes du Milingimbi Art and Culture Centre, Rosita Holmes, coordinatrice du centre, et Louise Hamby en voyage en Europe sur invitation du Museum der Kulturen de Bâle. Elles ont pu étudier ces pièces et avoir accès à toutes les informations en notre possession (fig. 1). Lors de cette visite, la présence dans les collections des deux crânes peints a été discutée. Nous avons également mentionné la possibilité d’obtenir des informations par le biais d’une analyse bioanthropologique de ceux-ci. Menée par Jocelyne Desideri, Julie Debard et Déborah Rosselet-Christ du Laboratoire d’archéologie préhistorique et anthropologie de l’Université de Genève, cette étude tentait de déterminer l’identité biologique et toute autre information pertinente menant à l’identification des ancêtres à qui appartiennent ces crânes. Les informations obtenues pourront aider les recherches qui sont menées par les habitants de Milingimbi.

Fig. 1. Visite dans la réserve du MEG

Photographie : Lucie Monot/MEG

23« Les individus étudiés ici semblent être tous deux de sexe féminin. L’individu B (sans cordelette) serait une jeune femme de moins de 25 ans porteuse d’un certain nombre d’atteintes pathologiques qui devait être visible de son vivant comme un ostéome frontal, une infection supra-orbitaire et une fracture de l’os zygomatique en cours de cicatrisation. L’individu C (avec cordelette) serait une jeune femme d’au moins 25 ans. Elle ne présente aucune atteinte pathologique visible, néanmoins l’étude de sa denture montre l’existence d’une activité paramasticatoire ayant tout de même fragilisé son état sanitaire bucco-dentaire (parodontite, caries, abcès...) » (Desideri, Debard et Rosselet-Christ 2019 : 7).

24Pour poursuivre le dialogue et la collaboration avec la communauté de Milingimbi, je me suis rendue à Milingimbi en avril 2019, en compagnie de Louise Hamby, Lindy Allen, Beatrice Voirol, conservatrice au Museum der Kulturen de Bâle, et son assistante Michèle Monnier. L’objectif était plus précisément de transmettre à Rosita Holmes et Chris Durkin, qui dirigent le Milingimbi Art and Culture Centre, les photographies et toute la documentation concernant les trente-trois objets de Milingimbi conservés au MEG, ainsi que celles relatives à vingt-neuf objets dont la provenance précise n’était pas indiquée dans le registre d’inventaire, mais qui se sont révélés être de Milingimbi. Toutes ces informations, y compris celles concernant les crânes sont maintenant stockées dans la base de données du centre où elles peuvent être consultées par les personnes intéressées selon le respect des pratiques locales (soumission à des restrictions culturelles d’accès basées sur l’âge, le genre, l’appartenance clanique et le degré d’initiation notamment) (fig. 2).

Fig. 2. Photos des objets de Milingimbi conservés au MEG dans la base de données du Milingimbi Art and Culture Centre

Photographie : Roberta Colombo Dougoud/MEG

25Concernant les crânes, une question semble être centrale, celle de l’identification du clan des ancêtres dont les crânes sont conservés au MEG, ainsi que des personnes habilitées à parler en leur nom et à prendre des décisions concernant leur avenir. Toutes les informations réunies, y compris celles fournies par l’étude bioanthropologique, ainsi que des photos détaillées ont été transmises et sont partagées lors des consultations (fig. 3). Pour le moment, avec l’aide de Lindy Allen et de Louise Hamby des consultations à Milingimbi et à Maningrida sont en cours pour identifier les motifs claniques peints et établir quels clans et/ou individus sont prêts à prendre la responsabilité des discussions.

Fig. 3. Consultation à Milingimbi sur les crânes peints conservés au MEG

Photographie : Michèle Monnier

4Conclusion

26Les discussions concernant les restes ancestraux aborigènes entre le MEG et la communauté de Milingimbi sont loin d’être rares. Au dix-neuvième siècle un commerce lucratif d’ossements et d’autres parties du corps humain se développa en Australie. Des milliers de restes d’Aborigènes provenant de personnes à peine décédées, mais aussi de cadavres déterrés furent vendus à des musées et institutions médicales australiennes et étrangères. La majorité de ces restes ancestraux finirent dans les mains de scientifiques entre 1860 et 1920, car ils étaient considérés comme source d’informations précieuse sur l’évolution de l’homme. D’autres aussi comme le résultat d’une curiosité morbide.

27Dans son livre Science, Museums, and Collecting the Indigenous Dead in Colonial Australia, Paul Turnbull (2017 : 3) prévoit que dans les prochains 10 ans les ossements de plus de 6000 Autochtones d’Australie actuellement conservés dans des musées et dans d’autres institutions scientifiques du monde entier seront rendus à leurs communautés d’origine. Le destin de ces restes humains après le retour ne concerne pas les musées qui les ont conservés : dans beaucoup de cas ils sont réenterrés dans le pays ancestral à un moment et en un lieu conformes à la loi coutumière. Les restes humains dont l’origine n’est pas déterminée pourraient trouver place dans un lieu centralisé en attendant une éventuelle identification.

28L’exemple des crânes peints de Milingimbi conservés au MEG permet de comprendre l’importance de la recherche en provenance et des difficultés auxquelles les conservateurs de musée sont confrontés. Pour que ces investigations soient efficaces et utiles, elles doivent être menées en collaboration avec les communautés.

Bibliographie

Archives MEG 350.C.9.5.1/1, Lettre de Maurice Bastian à Marguerite Lobsiger-Dellenbach, 22 octobre 1955.

Archives MEG 350.C.9.5.1/1, Lettre de Maurice Bastian à Marguerite Lobsiger-Dellenbach, 15 mai 1956.

Maurice Bastian, Au Fil des Années, Montreux, M. Bastian, 1981.

Claude Blanckaert, « L’indice céphalique et l’ethnogénie européenne : A. Retzius, P. Broca, F. Pruner-Bey (1840-1870) », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, Nouvelle Série, Tome 1/fascicule 3-4, 1989, p. 165-202.

Roberta Colombo Dougoud, Pierrine Saini, Clotilde Wuthrich, « La collection australienne du MEG, une histoire de regards », dans R. Colombo Dougoud, Genève, Gollion (eds), L’effet boomerang. Les arts aborigènes et insulaires d’Australie, Musée d’ethnographie de Genève, Infolio, 2017, p. 47-93.

Comptes rendus financier et administratif de l’administration municipale, Ville de Genève, 1957.

Jocelyne Desideri, Julie Debard, Déborah Rosselet-Christ, Étude bioanthropologique de deux crânes décorés Milingimbi (Australie du Nord), Université de Genève, Laboratoire d’archéologie préhistorique et anthropologie, rapport non-publié, 2019.

Joseph Neparrnga Gumbula, Makarr-Garma: Aboriginal collections from a Yolngu perspective, Sydney, Macleay Museum, 2009.

Joseph Neparrnga Gumbula, « ’Miny’tji wangawuy Ngarakawuy’: les peintures sont l’ossature de la terre et de la mer », dans R. Colombo Dougoud, B. Müller, Gollion (eds), Traces de rêves. Peintures sur écorce des Aborigènes d’Australie, Genève, Infolio, Musée d’ethnographie de Genève, 2010, p. 9-11.

Joseph Neparrnga Gumbula, Mali’Buku- Runanmaram: Images from Milingimbi and Surrounds, 1926–1948, Darlington Press, the University of Sydney Archives, 2012.

Louise Hamby with Dr Gumbula, « Development of collecting at the Milingimbi Mission », dans P. Toner Peter(éd.), Strings of Connectedness: Essays in honour of Ian Keen, Canberra, ANU Press, 2015, p. 187-214.

Cara Pinchbeck, Lindy Allen, Louise Hamby, Art from Milingimbi. Taking Memories Back, Sydney, N.S.W., Art Gallery of New South, 2016.

Donald Thomson, « Two Painted Skulls from Arnhem Land, with Notes on the Totemic Significance of the Designs », Man, Vol. 39, Jan., 1939, p. 1-3.

Paul Turnbull, Science, Museums, and Collecting the Indigenous Dead in Colonial Australia, Cham, Switzerlan, Palgrave Macmillan, 2017.

William Lloyd Warner, A Black Civilization: a Social Study of an Australian Tribe, New York and London, Harper and Brothers, 1937.

Notes

1 La biographie de Maurice Bastian est tirée de Colombo Dougoud, Saini et Wuthrich 2017 : 62-71.

2 Des recherches sont en cours pour reconstituer la provenance de trois boucliers gee-am collectés du milieu du xixe siècle que Bastian a obtenus de la collection privée d’Aldo Massola, assistant (1954-1956) et puis conservateur d’anthropologie (1956-1965) au National Museum of Victoria à Melbourne.

3 Archives MEG 350.C.9.5.1/1, Lettre de Maurice Bastian à Marguerite Lobsiger-Dellenbach, 22 octobre 1955.

4 Archives MEG 350.C.9.5.1/1, Lettre de Maurice Bastian à Marguerite Lobsiger-Dellenbach, 15 mai 1956.

5 En 1958-1959, ce banquier à la retraite passionné de voyages séjourne trois mois en Australie dans le but d’enrichir les collections du MEG. Grâce aux conseils et recommandations de Maurice Bastian, il rencontre rapidement les interlocuteurs idéaux sur le terrain et rapporte 116 objets d’Australie, sur les 978 objets qu’il aura ramenés au Musée en provenance du monde entier.

6 L’exposition Traces de rêves. Peintures sur écorce des Aborigènes d’Australie s’est tenue à l’annexe de Conches du MEG du 17 septembre 2010 au 27 février 2011. Joseph Neparrnga Gumbula était membre du comité scientifique.

Table des illustrations

Crédits Photographie : Lucie Monot/MEG
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6544/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Crédits Photographie : Roberta Colombo Dougoud/MEG
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6544/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Crédits Photographie : Michèle Monnier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6544/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

Auteur

Musée d’ethnographie de Genève
roberta.colombo@ville-ge.ch

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search