Version classiqueVersion mobile

Histoire d'objets extra-européens : collecte, appropriation, médiation

 | 
Thomas Beaufils
, 
Chang Ming Peng

De la mission Niger-Lac Iro (1938-1939) à l’université de Strasbourg : La collection Lebaudy-Griaule entre connaissance, goût et pédagogie

From the Niger-Lake Iro mission (1938-1939) to the University of Strasbourg: The Lebaudy-Griaule’s collection between knowledge, taste and pedagogy

Gaëlle Weiss

Résumé

La collection Lebaudy-Griaule de l’université de Strasbourg, principalement composée de masques et d’objets de culte d’origine africaine, fut collectée en 1938-1939 dans le cadre de la mission Niger-Lac Iro, cinquième expédition ethnographique menée en Afrique par l’ethnologue Marcel Griaule, pour le compte de Jean Lebaudy, un industriel du sucre, passionné d’Afrique et mécène de l’expédition. Présentée dans le musée de ce dernier à Cabrerets (Lot), cette collection fut acquise par l’Institut d’ethnologie en 1964, par l’entremise de Dominique Zahan, alors premier titulaire de la chaire d’ethnologie. S’il est vrai que toutes collections, et a fortiori les collections ethnographiques, constituent un « fait social total » dont l’étude éclaire autant sur les cultures d’appartenance des artefacts que sur les acteurs qui ont procédé à leur rassemblement en tant qu’ensemble, alors analyser leur itinéraire revient à s’intéresser à la « trajectoire d’ensemble »1 des objets les constituant ; il s’agit de prendre mesure des divers regards qui se sont posés sur eux, en vue de comprendre les valeurs nouvelles - « agencies », « intentionnalités »2 – qui leur furent octroyées par « décontextualisation ». En suivant la trajectoire de la collection Lebaudy-Griaule, de sa constitution en période coloniale jusqu’à son actuelle conservation dans un établissement d’enseignement supérieur et de recherche, cette étude revient sur la « biographie culturelle »3 des objets la composant : « archives matérielles », témoignages ethnographiques, œuvres d’art, objets d’éducation populaire, outils d’enseignement, etc. En outre, l’examen des projets initiés autour de ces objets à l’université aujourd’hui – expositions temporaires, ateliers récup’art, etc. - à destination d’un large public, permettra de saisir le rôle et les missions qui leur incombent en tant que biens de « patrimoine pluriel »4 dans une collection publique française.

Texte intégral

  • 9 Cette étude se fonde sur une partie de mes recherches menées sur la collection Lebaudy-Griaule dans (...)

1La présente contribution vise à livrer un témoignage à partir de l’histoire de la collection Lebaudy-Griaule et des actions de médiation et de valorisation menées autour de ce fonds à l’université de Strasbourg, afin de contribuer à une réflexion sur les significations et les missions que revêtent les ensembles constitués à l’époque coloniale et conservés dans les collections publiques françaises9.

  • 10 Emmanuel Macron s’est prononcé en novembre 2017 dans son discours à l’université de Ouagadougou (Bu (...)

2En effet, à l’heure où les demandes de restitutions se font toujours plus pressantes et où le politique entend « décoloniser » les musées10, il parait indispensable pour les institutions détentrices de biens acquis à la période coloniale, de revenir sur leur constitution en tant qu’ensemble pour en expliciter les valeurs successives et éclairer le sens de leur présence, en tant que patrimoine, dans leurs collections.

  • 11 Deux autres fonds sont venus enrichir par la suite la collection ethnographique de l’université : - (...)

3Acquis par l’Institut d’ethnologie en 1964, le fonds Lebaudy-Griaule constitue historiquement le premier des trois ensembles formant la collection ethnographique de l’université de Strasbourg, riche aujourd’hui de trois cent cinquante (350) objets d’origine principalement africaine11. Les soixante et onze (71) objets du fonds Lebaudy-Griaule furent pour leur majorité collectés en 1938-1939 dans le cadre de la Mission Niger-Lac Iro, encore dénommée Mission Lebaudy-Griaule.

  • 12 René Tétart, Acte de la cession des collections Africaines et maquettes du Musée de Cabrerets, 28 f (...)

4La finalité de cette cinquième expédition menée par l’ethnologue Marcel Griaule, considéré comme le pionnier de la recherche ethnographique française en Afrique et principal acteur de la professionnalisation de l’ethnologie, était de réaliser une collecte d’objets pour le compte du musée de l’Homme. Mais à côté de cette collecte officielle, une autre était destinée à pourvoir en « beaux objets » les salles du château-musée de Jean Lebaudy, un industriel du sucre, passionné d’Afrique et mécène de l’expédition. Présentée dans le musée de ce dernier à Cabrerets dans le Lot, cette collection fut cédée pour le franc symbolique à l’Institut d’ethnologie le 28 février 1964, par l’entremise de Dominique Zahan, premier titulaire de la chaire d’ethnologie de l’université de Strasbourg, à la condition d’être « présenté[e] au public » pour servir à son éducation12.

5La singularité de cette collection ethnographique rassemblée à l’initiative d’un amateur consisterait donc en ce qu’elle allie, à la fois, le regard du scientifique, Griaule – le connaisseur, celui qui « connaît » et « sait » – et, à la fois, le regard de l’esthète, Lebaudy – l’amateur, celui qui « apprécie » et « goûte ».

  • 13 Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, Paris, P (...)
  • 14 Alfred Gell, L’art et ses agents. Une théorie anthropologique, traduit de l’anglais par S. et O. Re (...)

6Car si toutes collections, et a fortiori les collections ethnographiques, constituent un « fait social total »13 qui renseigne sur une vision du monde à un moment donné, alors l’étude de leur constitution en tant qu’ensemble éclaire autant sur les acteurs qui ont procédé à leur rassemblement que sur les cultures d’origine des artefacts. Autrement dit, l’étude de leur constitution en tant que collection permet de retracer les valeurs successives – « agencies », « intentionnalités »14 – dont ces artefacts furent investis en changeant de contexte. En outre, s’interroger aujourd’hui sur la finalité d’une collection, revient aussi à analyser la relation que nos sociétés contemporaines entretiennent avec ce passé et les significations que ces ensembles revêtent pour elles, aujourd’hui.

  • 15 Thierry Bonnot, La vie des objets. D’ustensiles banals à objets de collection, Paris, Éd de la Mais (...)
  • 16 Arjun Appadurai, The social life of things. Commodities in cultural perspective, Cambridge, Cambrid (...)

7Par conséquent, dans la présente réflexion, il s’agira de suivre la « trajectoire d’ensemble »15 de la collection Lebaudy-Griaule, de sa constitution en période coloniale jusqu’à son actuelle conservation dans un établissement d’enseignement supérieur et de recherche, pour retracer la « biographie culturelle »16 des objets la composant.

  • 17 A. Gell, L’art et ses agents. Une théorie anthropologique, op. cit.

8Pour ce faire, cette contribution qui convoque ethnologie, histoire et muséologie, mais aussi la perspective de l’anthropologie de l’art initiée par Alfred Gell17, s’articulera autour de trois axes correspondant à l’itinéraire de la collection. Dans une première partie consacrée à sa constitution dans le cadre de l’expédition Niger-Lac Iro, il sera question de revenir sur l’organisation de la mission en vue de comprendre les conditions de collecte des objets, ainsi que les motivations de leur prélèvement. S’intéresser à la présentation de cette collection au Musée de Cabrerets permettra, dans un second temps, de saisir les valeurs nouvelles dont ces objets furent investis en France durant les années 1940 à 1960. Enfin, l’examen des missions dévolues à ce fonds au sein d’un établissement d’enseignement supérieur et de recherche, ainsi que des projets initiés autour de ces objets, à destination d’un large public, sera l’occasion d’éclairer le sens et les enjeux de leur présence, aujourd’hui, en notre époque mondialisée, dans une collection publique française.

1. Une collecte dans le cadre de la mission Lebaudy-Griaule : entre « science » et « esthétique »

  • 18 Roger Somé, Le musée à l’ère de la mondialisation. Pour une anthropologie de l’altérité, Paris, L’H (...)
  • 19 Anne Doquet, Les masques dogon. Ethnologie savante et ethnologie autochtone, Paris, Karthala, 1999  (...)

9La mission Niger-Lac Iro partage de nombreuses caractéristiques avec les grandes expéditions ethnographiques d’avant guerre, liées au contexte scientifique, politique et culturel des années 1930. Au lendemain de l’institutionnalisation de la discipline ethnologique – l’Institut d’ethnologie est fondé à Paris en 1925 –, les premières missions scientifiques dans les colonies françaises ont pour objectif de mieux connaître les cultures africaines – connaissances devant, par ailleurs, également servir au gouvernement colonial à une « exploitation plus rationnelle des richesses naturelles »18 –, de répondre à l’attente des citoyens français épris d’exotisme, mais aussi de légitimer la positivité de la discipline car de ses premiers résultats dépendrait sa crédibilité scientifique19. Ces enquêtes relevaient aussi d’une « ethnographie d’urgence », motivée par la volonté d’archiver et de sauvegarder des cultures perçues comme menacées du fait du processus uniformisateur colonial. En cela, les objets, au même titre que les autres données recueillies sur le terrain, constituaient des archives de sociétés en pleine mutation.

  • 20 Les enseignements de Mauss – qui donneront lieu à la publication du Manuel d’ethnographie (1947) – (...)

10Les enseignements de Marcel Mauss et notamment sa théorie du « fait social total » ont été décisifs dans la manière dont la discipline appréhende, à ses débuts, l’objet ethnographique : celui-ci est perçu comme un « objet témoin » de sa culture qu’il convient de classer et d’archiver à des fins d’étude20.

11Contrairement aux collectes passées qui étaient le fait d’explorateurs, d’administrateurs ou de missionnaires, il ne s’agit plus seulement de prélever des artefacts mais de les documenter. La collecte ethnographique devient méthodique ; soumise à un rigoureux protocole d’observation et de prélèvement de matériaux, elle s’accompagne d’enquêtes destinées à recueillir des informations sur l’objet lui-même et sur son contexte.

  • 21 Jean Jamin, « Objets trouvés des paradis perdus. À propos de la Mission Dakar- Djibouti », dans Col (...)
  • 22 Marcel Griaule, Michel Leiris, Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques(...)

12Et pour que le choix de l’objet ne se fasse plus au « hasard des émotions esthétiques »21 et pour que cette collecte réponde à une démarche rigoureusement scientifique, des guides ont été conçus, tels les Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques22. Véritable « mode d’emploi », ce guide prescrit le type d’objets à prélever et la méthodologie à adopter pour dresser la fiche descriptive qui devait être établie pour documenter chaque collecte. Il y est recommandé de réaliser des « collectes systématiques », c’est-à-dire de ne rien écarter car tous les artefacts possèdent une même « valeur de témoignage » puisque tous les phénomènes de la vie collective sont susceptibles de se traduire par des objets.

  • 23 Jean Jamin, « Le musée d’ethnographie en 1930. L’ethnologie comme science et comme politique », dan (...)

13Patronnée par les Ministères de l’Air, des Colonies et de l’Instruction publique, la finalité de la mission Lebaudy-Griaule est, en effet, de collecter des objets ethnographiques pour enrichir les collections africaines du musée de l’Homme qui, dès cette époque, devient un véritable organisme de recherche regroupant trois laboratoires, celui d’anthropologie physique, de préhistoire et d’ethnologie23.

  • 24 Musée de l’Homme, Inventaire de la Mission Lebaudy-Griaule. Soudan français, Archives de la collect (...)

14Au terme de son séjour africain, la mission rapporte au musée de l’Homme, environ 150 objets24. Mais à côté de cette collecte officielle, l’équipe d’ethnologues menée par Griaule en réalise une seconde composée de « beaux » objets et destinée au château de Lebaudy, ouvert au public.

15Griaule et Lebaudy se sont rencontrés par l’intermédiaire de l’ethnologue Solange de Ganay, jeune-femme de la haute bourgeoisie et belle-sœur de l’industriel, familiarisée avec l’Afrique par le biais des grandes chasses organisées par ce dernier. Une grande amitié naîtra rapidement entre les deux hommes que tout semblait rapprocher : leur âge, l’Afrique, la préhistoire et le goût pour la découverte et les exploits. Il faut aussi reconnaître que dans les grandes familles à cette époque, il était à la mode de se passionner pour les voyages « intelligents », l’ethnographie et les contrées exotiques.

16L’expédition Lebaudy-Griaule est en réalité organisée en deux missions associées : la mission Griaule et la mission Lebaudy. La première, à caractère proprement scientifique - collecte d’objets, enquêtes de terrain – rassemble autour de Griaule, les ethnologues Germaine Dieterlen, Solange de Ganay et Jean-Paul Lebeuf. La seconde, qui réunit autour de Lebaudy, son épouse Henriette, sa fille Jeanne, son ami le Dr. Robert Dupont, spécialiste des maladies tropicales, et son épouse, s’inscrit davantage dans la tradition des voyages d’exploration.

  • 25 Solange Ganay (de), Agenda, Fonds Solange de Ganay, Archives des ethnologues, Bibliothèque Éric-de- (...)

17Si les deux missions se retrouvent de temps à autre, elles se déplacent chacune indépendamment25 ; Lebaudy déléguant avec une totale confiance la collecte de ses objets à Griaule.

18Sur le terrain, la mission Griaule, d’une durée de six mois – de novembre 1938 à mai 1939 – s’est organisée autour de cinq volets d’enquêtes dans les anciens territoires coloniaux français : les deux premiers au Soudan français chez les Dogon, puis les Koromba (ou Kurumba) ; le troisième au Cameroun, sur les Sao et les Kotoko ; les quatrième et cinquième au Tchad, chez les Sara et les Goula (fig. 1).

Fig. 1. Itinéraire de la mission Lebaudy-Griaule (novembre 1938 - mai 1939)

©  Gaëlle Weiss - réalisation Claire-Marie Brolly

  • 26 Jeannine Riess, Les objets dogon à Strasbourg. Approche ethnologique dans la perspective de l’École (...)
  • 27 Ces fiches accompagnant la collecte des objets, Dieterlen assura les avoir expédiés avec les objets (...)

19Si quelques acquisitions pour l’industriel sont réalisées par Griaule lui-même avec l’aide de son équipe, c’est à sa collaboratrice Dieterlen que revient la charge des « achats » en pays dogon. Sont ainsi acquis par ses soins des objets rituels – « surtout des masques » selon les recommandations de Griaule26– et quelques artefacts de la vie quotidienne (figs. 2 et 3) mais dont les fiches de collecte restent introuvables à ce jour malgré des recherches approfondies27.

Fig. 2. Masque kanaga dogon, L 19,5 cm - l 43,5 cm (2002.0.91)

© Collection ethnographique de l’université de Strasbourg. Photographie Yvan Boïko

Fig. 3. Serrure de grenier « oiseau » dogon, L 5 cm – l 23 cm (2002.0.94)

© Collection ethnographique de l’université de Strasbourg. Photographie Yvan Boïko

  • 28 J. Riess, op. cit., p. 8-9.

20Arrêtons-nous un instant sur l’acquisition de ces objets. Dieterlen confiera en 1991, dans le cadre d’un entretien avec Jeannine Riess, alors étudiante en ethnologie à Strasbourg : « Griaule, Solange de Ganay et les autres, étaient partis aux environs du Lac Tchad ; Griaule m’avait demandé de remonter à Bandiagara et de récolter des objets, surtout des masques. C’est ce que j’ai fait ! J’ai parcouru la région à cheval ; c’est ainsi que je me déplaçais. Tous les objets ont été payés… Ce n’était pas un travail de femmes. Surtout par rapport aux masques ! Mais j’ai exécuté la tâche qui m’avait été confiée. Ordre avait été donné de les expédier à Cabrerets, dont on m’avait indiqué l’adresse. C’était pour la propriété des Lebaudy dans le Lot »28.

  • 29 Les archives de la mission Niger-Lac Iro sont conservées dans les fonds Marcel Griaule, Solange de (...)
  • 30 Michel Leiris, L’Afrique fantôme, Paris, Gallimard, 2006 [1934].
  • 31 Au sujet des collectes réalisées par son père Griaule, l’ethnologue Calame-Griaule confiera : « Son (...)

21Malgré des recherches approfondies dans les archives de la mission Griaule conservées à Nanterre29, je ne suis pas parvenue à recueillir d’informations précises sur les conditions d’acquisition des objets, en particulier de documents attestant de ces « achats » – livret de compte ou autres. Sans aller jusqu’à évoquer les frasques rapportées par Michel Leiris dans l’Afrique Fantôme30 au sujet des spoliations réalisées dans le cadre de la Mission Dakar-Djibouti (1931-1933), seconde expédition menée par Griaule, lesquelles viennent inévitablement à l’esprit, il est néanmoins possible d’avancer que les objets rapportés en 1939 ont été acquis dans des conditions que nous pouvons qualifier d’autoritaires car inhérentes à la période coloniale31.

  • 32 Jean-Paul Lebeuf, Mission Lebaudy-Griaule 1939. Carnets d’objets, Fonds Annie et Jean-Paul Lebeuf, (...)

22En dépit de l’absence des fiches se rapportant aux objets de l’industriel, l’examen des archives de la mission Griaule révèle que les méthodes d’investigation accompagnant les collectes, celles destinées à l’amateur comme celles dévolues au musée de l’Homme, ont été analogues et s’inscrivaient toutes dans une démarche scientifique. L’ensemble des collectes effectuées par la mission furent répertoriées par Lebeuf dans le carnet d’objets de la mission32 et toutes furent complétées par une documentation exhaustive comprenant des enregistrements photographiques et phonologiques, conservée aux archives à Nanterre. Le traitement des « beaux » objets de l’industriel a donc été semblable à celui de l’ensemble dédié au musée d’ethnographie.

23Toutefois, un examen attentif des objets rapportés par Griaule pour le compte de Lebaudy témoigne d’une nette prédilection pour le domaine religieux. On est donc loin des prescriptions inhérentes à la « collecte systématique ». Certes ces objets en lien avec le sacré passaient pour compter parmi les plus « belles pièces », ce qui coïncidait à la commande de Lebaudy, mais un autre aspect a guidé leur prélèvement. En effet, les critères de sélection de ces objets furent aussi tributaires des présupposés théoriques défendus par Griaule. Selon lui, si les sociétés africaines, régies par des traditions ancestrales, sont éminemment religieuses, voire mystiques, c’est donc qu’elles se donnent à voir dans leur totalité à travers leur système religieux et leurs mythes ; de sorte qu’il convient de collecter en priorité des objets sacrés. D’où l’importance accordée aux masques et aux objets de culte qui caractérise l’ensemble collecté pour le compte de Lebaudy.

  • 33 A. Doquet, op. cit., p. 52.
  • 34 Éric Jolly, « Des jeux aux mythes. Le parcours ethnographique de Marcel Griaule », Gradhiva, n° 9, (...)

24Cet intérêt porté au fait religieux renvoie également aux relations que l’ethnologie entretient à cette époque avec le milieu artistique, et spécialement avec les surréalistes33. Influencés par le primitivisme, chercheurs et artistes ont en effet en commun l’intérêt porté au mythe et au rite, lesquels passent alors pour témoigner d’une culture originelle, préservée des déviances de la société occidentale34.

  • 35 É. Jolly, « Marcel Griaule, ethnologue. La construction d’une discipline (1925-1956) », art. cit., (...)

25Aussi, paradoxalement, observe l’ethnologue Éric Jolly « au moment où la discipline cherche à gagner un statut académique et scientifique en se dotant de méthodes rigoureuses, d’enseignements spécifiques et de laboratoires de recherches, Griaule et les collègues de sa génération entretiennent simultanément des liens étroits avec le monde artistique, culturel et politique […]. Ce curieux "bricolage", poursuit l’ethnologue, – mêlant académisme universitaire, flou doctrinal, collecte systématique, aventure exotique, sponsoring scientifique, vulgarisation de la recherche, tentation littéraire, fantaisie artistique et militantisme politique – est d’ailleurs une des principales caractéristiques de l’émergence de l’ethnologie française […] »35.

  • 36 À partir de 1947 Griaule s’engagera d’ailleurs en politique en qualité de conseiller à l’Union fran (...)
  • 37 J. Jamin, « Le musée d’ethnographie en 1930 », op. cit., p. 118–119.

26Ces rapports étroits que l’ethnologie française entretient pendant ces années avec les Avant-gardes artistiques et littéraires, trouvent également leur fondement dans l’engagement intellectuel de la discipline. De sorte que, si l’ethnologie prône la « collecte systématique », en vue de se débarrasser des préjugés « esthétiques » qui présidèrent jusque-là à la constitution des collections, étonnamment « la qualité des pièces recueillies s’améliore » et ce, en raison de ses orientations politiques : lutte contre le racisme, refus de la politique d’assimilation, réhabilitation des cultures noires, etc.36 Il s’agissait de donner une image positive des sociétés étudiées qui, selon la théorie du « fait social total » de Mauss, se donnaient entièrement à voir dans leurs objets considérés comme « témoins »37. En ce sens, l’argument esthétique avait donc aussi sa place dans la sélection des objets de la collection Lebaudy-Griaule, amenés à témoigner positivement de leur culture d’appartenance auprès du public français dans leur futur lieu d’exposition à Cabrerets.

27Par conséquent, si cette collection ethnographique rassemblée à l’initiative d’un amateur passionné par l’Afrique peut sembler singulière dans le sillage d’une science de l’Homme, rapporté à l’histoire de l’ethnologie française, ce fonds constitue un témoignage exemplaire de ses premiers développements et reflète cette alliance entre mondes scientifique et esthétique qui caractérisent la discipline à ses débuts.

28Cette collection, constituée d’objets qui apparaissaient significatifs aux yeux des Européens dans les années 1930, est donc révélatrice d’une compréhension et d’un rapport à l’Afrique, à un moment donné. Cet ensemble nous livre l’image d’une « Afrique des masques » évoquant des sociétés africaines « traditionnelles », voire mystérieuses qui atteste autant de l’état d’esprit, de l’imaginaire et des engagements intellectuels de Griaule et de Lebaudy que des conceptions des sociétés qui ont produit ces objets.

  • 38 A. Gell, op. cit.

29Aussi, dans la perspective de l’anthropologie de l’art et selon le principe de création continue défendu par Gell38, les artefacts composant cette collection furent, pour les groupes sociaux qui les ont fabriqués et utilisés, des objets ayant une signification et un usage essentiellement sacrés mais, à la faveur de la rencontre avec l’Occident et des regards européens qui se sont posés sur eux à la fin des années 1930, celui du scientifique Griaule et celui de l’esthète Lebaudy, ils constituent également des « archives matérielles », des « objets témoins » de cultures africaines et des œuvres d’art.

2. La collection au château-musée de Cabrerets : un témoignage de la richesse des cultures africaines au bénéfice de la population française

30De retour de l’expédition, la collection de Lebaudy est destinée à être exposée dans son château transformé en musée à Cabrerets, bourgade lotoise qui jouit depuis 1922 d’une renommée internationale, suite à la découverte des peintures préhistoriques de la grotte du Pech Merle.

31Acquise par l’industriel en vue d’assurer sa protection et son aménagement, cette grotte fut couplée dès 1929 à un musée de préhistoire régionale, également propriété du mécène. Aménagé dans les écuries de son château, ce musée se révèle progressivement trop exigu. Aussi Lebaudy décide en 1938 de l’installer dans les salles du château.

  • 39 Amédée Lemozi, Cabrerets (Lot). Son site, ses environs, ses particularités, son histoire, ses légen (...)

32Avec ce nouveau musée qui ouvrira en 1942, apparaît chez Lebaudy la volonté de partager et de transmettre ses passions, la préhistoire mais également l’Afrique. Ainsi, avec l’aide de son ami Griaule, Lebaudy va se lancer dans un ambitieux projet muséal, véritable centre d’étude de préhistoire du Quercy et d’ethnographie africaine à renommée internationale, destiné à accueillir des chercheurs et à faire découvrir au public français les sociétés africaines39. L’expédition Niger-Lac Iro en constituera le premier jalon.

  • 40 Id., Historique du Musée régional du Château de Cabrerets (Lot). Activités diverses qui ont contrib (...)

33Ainsi, aux côtés d’objets préhistoriques, Griaule aménage dans la « Salle d’Afrique » et dans la « salle dite "des Masques" » du château, la « collection africaine »40, composée des objets collectés en 1938-1939, ainsi que de reproductions de peintures rupestres dogon (fig. 4).

Fig. 4. Reproduction d’une peinture rupestre et son panneau explicatif, L 22,5 cm – l 300,3 cm (2002.0.342)

© Collection ethnographique de l’université de Strasbourg. Photographie Yvan Boïko

  • 41 Marcel Griaule, « Cinq missions ethnographiques en Afrique tropicale », Comptes rendus des séances (...)

34Du point de vue scientifique, la présence de ce fonds africain au sein d’un musée de préhistoire, trouve sa pertinence dans le comparatisme ethnographique auquel les préhistoriens recouraient pour éclairer la signification des peintures pariétales – c’est précisément sur ce point que la comparaison avec les « primitifs » éloignés géographiquement intervient. C’est donc aussi cette visée comparative avec les grottes ornées du Pech Merle qui explique la prédominance du masque et la présence de reproductions de peinture rupestre dogon dans la collection africaine. Car selon les théories défendues par Griaule, la société dogon se donne entièrement à voir dans ses mythes dont le support principal est le masque, alors que les peintures rupestres constituent l’imitation de ce dernier41.

  • 42 J. Jamin, « Objets trouvés des paradis perdus », op. cit.
  • 43 Id., « Le musée d’ethnographie en 1930 », op. cit.

35Outre ces raisons scientifiques, l’exposition de cette collection africaine à Cabrerets s’explique par la volonté de Lebaudy de faire découvrir aux citoyens français la richesse des cultures africaines. En effet, ce musée, il le souhaite centre de recherche mais également outil d’éducation populaire, « invitation au voyage » pour les Cabrerétiens. Cette institution se situe dans la lignée des musées d’ethnographie des années 1930 en France, de par sa volonté d’allier conservation, recherche et pédagogie populaire. Elle est à l’image du musée de l’Homme réorganisé en « grand établissement d’enseignement populaire et de recherche scientifique » où, au travers de collections africaines, il s’agit d’initier le public français « aux choses coloniales »42. Car, après 1936, la mission idéologique de l’ethnologie ne cessera de se préciser dans le sillage du Front Populaire et de la montée du racisme et du fascisme, faisant du musée de l’Homme un « "bastion" de l’antiracisme » et un instrument au service d’une politique d’« éducation des "masses" »43.

36Cette collection à Cabrerets était donc également envisagée comme un outil dédié à l’éducation des publics. À travers l’exposition de ces objets, il s’agissait de dispenser un témoignage, au bénéfice de la population française, des sociétés africaines auxquelles appartenaient les artefacts. Et les souvenirs recueillis auprès des Cabrerétiens qui visitèrent jadis les salles du château, rendent palpables l’émotion et l’enthousiasme que suscitèrent la vue de ces « beaux masques » (communications personnelles, nov. 2010 ; juill. 2012, Cabrerets). La visite de la collection africaine au musée offrait aux Cabrerétiens une occasion rare de s’ouvrir au monde et une rencontre inédite avec l’Afrique.

37Les choix muséographiques retenus par Griaule traduisent la visée pédagogique de ce musée : les objets, présentés dans de vastes vitrines en verre, sont tous accompagnés de cartels visant à en expliquer la provenance, la signification et l’usage. Comme au musée de l’Homme à la même période, la muséographie tente de restituer le contexte au moyen de textes et de maquettes reproduisant des édifices et des peintures rupestres. L’exposition, délibérément didactique, a pour finalité la démonstration, sans que toutefois le plaisir esthétique n’y soit absent. Ce musée vise en effet la transmission, et ce, qu’il s’agisse de savoirs ou d’émotions.

38Ainsi, les « collectes d’urgence » dans lesquelles s’inscrivait la mission Niger-Lac Iro répondaient certes à un besoin de conservation d’« objet témoin » de cultures perçues comme menacées, mais elles contenaient aussi l’idée d’un témoignage, au bénéfice des citoyens français, des sociétés auxquelles appartenaient les artefacts ; d’où les « beaux objets » collectés en vue de faire prendre conscience de la richesse culturelle des sociétés africaines. Aussi, ce fonds fut-il rassemblé dans un dessein pédagogique, alliant appréhension esthétique et scientifique.

39En 1962, à mesure que disparaissent les acteurs du projet, Lebaudy renonce au musée mais souhaite que l’action entreprise subsiste. Sur conseil de De Ganay, il cède la collection africaine à l’Institut d’ethnologie de l’université de Strasbourg, avec l’assurance qu’elle y serait exposée intégralement. De Ganay avait, en effet, été informée par son ami le Professeur Zahan de l’installation de l’Institut dans de spacieux locaux. La collection y fut donc transférée en 1964 avec pour clause de cession de rester fidèle aux objectifs du musée, précisément, servir à la formation des étudiants et à l’éducation de tout citoyen.

3. La vocation didactique d’une collection publique à l’université de Strasbourg

1- L’acquisition par Dominique Zahan

40La clause de cession était donc claire : la collection devait servir, sous la responsabilité d’un établissement d’enseignement supérieur et de recherche, à la formation des étudiants, ainsi qu’à celle de tout citoyen. Ce fut effectivement le cas, Zahan l’ayant d’emblée utilisée dans ses enseignements et ses expositions.

41Masques, statuettes et serrures sculptées furent ainsi introduits dès 1964 par Zahan dans ses cours d’ethnologie car, pour ce disciple de Griaule, la formation des ethnologues passait encore par l’examen attentif de la culture matérielle des sociétés étudiées.

  • 44 Pour accéder à la liste complète des expositions de la collection ethnographique de l’université et (...)

42Fidèle à son engagement, Zahan exposa également cette collection au grand public dès 1964 avec L’art africain, puis L’art Nègre en 196744. Entre ces manifestations, l’espace dénommé Salle Lebaudy-Griaule, en hommage à ses fondateurs, est inauguré en 1966 et présentera jusqu’en 1991, une exposition permanente des objets dans une vitrine longue de vingt mètres (fig. 5). Cette même année, le Professeur œuvra aussi à une diffusion plus large de cette collection, notamment à destination des publics du Sud, en donnant à voir deux masques koromba dans le cadre de l’exposition Art Nègre. Sources, évolutions, expansion, au Musée dynamique de Dakar (Sénégal), à l’occasion du Premier Festival des Arts Nègres (1er- 24 avril 1966).

Fig. 5. Inauguration de la salle Lebaudy-Griaule le 28 novembre 1966

© Collection ethnographique de l’université de Strasbourg

43Après le départ de Zahan pour la Sorbonne en 1968, la collection tombe dans l’oubli. Ses successeurs à la direction de l’Institut, soucieux de transformer le Certificat d’ethnologie d’alors en une formation complète jusqu’au doctorat et destinée à de véritables enseignants-chercheurs, négligèrent la mise en valeur du fonds. Il faut reconnaître que ce désintérêt illustrait aussi les orientations théoriques que prit la discipline – on était alors en pleine mode du structuralisme – lesquelles la poussèrent à s’éloigner de la culture matérielle et du modèle muséal.

44En outre, dès le milieu des années 1980, face à un problème croissant en pénurie de locaux, concomitant à la « massification » de l’enseignement universitaire, l’Institut d’ethnologie fut contraint de réorganiser ses espaces. La salle de cours et d’exposition « Lebaudy-Griaule » fut transformée en bibliothèque en 1985. Puis, en 1991, elle connut un réaménagement total, comprenant le démantèlement des vitrines de présentation et la réorganisation de l’espace en petites cellules destinées à abriter les bureaux des enseignants. Cette restructuration aura raison de l’exposition permanente des objets.

  • 45 Dès lors, les objets quitteront la sphère privée et relèveront de la domanialité publique, régime j (...)
  • 46 L’inventaire de la collection ethnographique est partiellement diffusé pour une consultation virtue (...)
  • 47 Prévu en octobre 2020, l’aménagement de cette réserve visitable en vue d’un stockage conforme aux r (...)

45À la suite d’une expertise de la collection réalisée en 1996 sur demande de la responsable de l’Institut d’ethnologie de l’époque, Isabelle Bianquis, et à la faveur de la création d’un diplôme universitaire d’ethnomuséographie, un groupe de bénévoles, avec à sa tête Carine Schutz, chargée de la collection par l’Institut, s’engage dans un processus de sauvegarde et de valorisation. Après plusieurs mois de recherche, le contrat de cession des objets est retrouvé auprès de Madame Zahan, la veuve du Professeur. Dès cet instant, le fonds acquiert le statut de collection publique45. L’Institut d’ethnologie prend alors pleinement conscience des missions de conservation et de diffusion qui lui incombent et s’engage à les honorer en demandant l’inscription du projet de valorisation de la collection dans le contrat quadriennal 2001-2004 de l’université, en vue d’en réaliser l’inventaire et la numérisation. Ce contrat permit également de restaurer une partie des objets et de créer une base de données accessible en ligne depuis 2003 pour une consultation virtuelle46. L’ensemble de ces opérations fut mené dans un local d’étude et de conservation approprié que la collection, faute de moyen, a été contrainte de quitter en février 2007. D’abord entreposés à la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme (MISHA) dans un espace peu approprié de 9 m², ces objets sont conservés depuis juillet 2019 dans un local plus vaste, qui sera prochainement aménagé – suite à l’obtention d’un soutien financier de l’université de Strasbourg dans le cadre d’un appel à projet Initiative d’Excellence (IdEx) – en une « réserve visitable »47.

2- La valorisation actuelle d’un « patrimoine pluriel »

  • 48 La collection est utilisée dans les enseignements en ethnologie et ce dès la licence 1ère année sci (...)

46Les orientations théoriques de l’ethnologie depuis les années 1960 ont transformé le regard que les scientifiques portaient sur ces objets ethnographiques au point qu’aujourd’hui à l’Institut d’ethnologie, s’ils sont toujours utilisés dans l’enseignement ethnologique proprement dit48, ils tendent à l’être davantage encore dans celui dévolu à la muséologie.

47Car tout en conservant sa fonction didactique, la collection a acquis au fil du temps une valeur historique qui confère aux objets une forte polysémie ; « objets témoins » des cultures africaines dans les années 1930, ces objets sont amenés à témoigner aujourd’hui des valeurs mémorielles qui se sont greffées à eux avec le temps et qu’il convient d’expliquer.

48Ce fonds présente une importance épistémologique pour l’ethnologie car ces objets portent le témoignage de sociétés qui, à un moment donné, ont façonné et utilisé cette culture matérielle. Cette collection illustre aussi les préoccupations qui ont marqué l’ethnologie de la première moitié du xxe siècle, ses méthodes de terrain, ses relations avec le musée, ainsi que ses préoccupations d’éducation populaire. De plus, cet ensemble possède un intérêt heuristique pour la muséologie car il constitue un témoignage sur l’histoire du goût des collecteurs et collectionneurs des années 1930. Enfin, en tant qu’œuvres d’art, ces objets forment pour la discipline de l’histoire de l’art un corpus permettant de reconstituer les aires stylistiques et les évolutions iconographiques de la création des sociétés concernées.

  • 49 Depuis 1992 la collection est exploitée comme outil pédagogique dans le cadre de la formation en mu (...)

49Le parti pris à l’université de Strasbourg est de valoriser la richesse sémantique de ces objets de patrimoine en les utilisant depuis 1992 dans la formation des étudiants en muséologie, précisément dans l’apprentissage de la conception d’exposition, dont la finalité elle-même comprend un attribut éducatif, puisque ces présentations sont destinées à un large public49. En cela, la collection reste fidèle aux clauses accompagnant l’acquisition de son fonds originel.

50En outre, cette action de vulgarisation comporte une orientation vers le public spécifique des scolaires. La collection établit des partenariats avec les écoles et les collèges pour sensibiliser les jeunes à l’approche de la différence ; les objets y sont notamment utilisés pour aborder les relations entre l’Afrique et l’Europe. Tel fut aussi le dessein de L’Autre c’est nous, une exposition réalisée en 2008 qui entendait, par la confrontation d’objets des deux aires culturelles, l’Occident et l’Afrique, mettre l’accent sur les échanges et les interférences, sans pour autant nier la diversité culturelle (fig. 6).

Fig. 6. Exposition L’Autre c’est nous. 2008, Centre Socioculturel de la Meinau, Strasbourg. Vitrine confrontant des pièces de la collection à des objets occidentaux du quotidien ; affiche de l’exposition

51© Collection ethnographique de l’université de Strasbourg

  • 50 R. Somé, op. cit. ; Gaëlle Weiss, Création africaine et mondialisation. La collection Lebaudy-Griau (...)

52Car, en raison des mutations de nos sociétés contemporaines, cette collection revêt encore une autre valeur : l’objet ethnographique n’est plus un objet témoin d’une culture étrangère mais un objet de patrimoine et a fortiori d’un patrimoine désormais « pluriel » et « commun » qui lie plusieurs peuples et qui témoigne des transformations des identités culturelles en un contexte de mondialisation50.

  • 51 R. Somé, op. cit., p. 113.

53En effet, les objets d’origine africaine conservés dans cette collection publique reçoivent encore de nouvelles significations liées précisément au sens de leur présence en France. Leur arrivée sur le territoire français ne marque pas seulement leur naissance en tant que document scientifique ou œuvre d’art, ce passage, à la faveur de l’histoire et des conditions qui ont présidé à leur collecte, leur confère aussi le statut de bien patrimonial national et révèle toute la portée politique de leur présence en ce lieu. Ces objets témoignent de la constitution d’une histoire désormais commune qui s’est ouverte avec l’arrivée des Portugais sur les côtes africaines et s’est poursuivi avec la colonisation européenne. Cette époque a été l’occasion d’une entrée en relation qui implique, pour reprendre une expression empruntée à Roger Somé, « une ouverture d’un Nous à un Eux »51.

  • 52 Ibid., p. 51.
  • 53 Ibid., p. 57.

54Aussi, en raison de « l’unité historique » qui lie les deux continents, « l’appartenance patrimoniale [des objets collectés] est, selon Somé, double »52. De la même manière que c’est une histoire commune sur un temps long, de même le patrimoine qui en résulte, est commun. « Les témoins des cultures africaines qui sont aujourd’hui dans l’espace occidental appartiennent au patrimoine de l’espace considéré sans cesser d’appartenir au patrimoine de leur terre natale. »53

  • 54 Fredrik Barth, Ethnic groups and boundaries: The social organization of culture difference, Bergen, (...)
  • 55 La mondialisation culturelle est souvent confondue avec le versant économique du phénomène, à savoi (...)
  • 56 Édouard Glissant, Introduction à une poétique du divers, Paris, Gallimard, 1996.
  • 57 Ibid., p. 26-28 et 98-99.

55Et si la présence de ces objets d’origine africaine dans une collection publique française témoigne de la rencontre entre l’Europe et l’Afrique, elle explique également la mutation des identités culturelles en cours. Car s’il est vrai que les échanges entre les cultures ont toujours été au fondement de leur dynamisme54, l’Occident, en imposant son modèle de société avec la colonisation – comme avènement de la forme contemporaine de la mondialisation55 –, a prodigieusement accéléré le métissage culturel, au point que nous assistons aujourd’hui à une interconnexion continuelle des cultures qui est à l’origine d’un questionnement sur l’« authenticité » de nos identités contemporaines. Ce qui fera dire à Édouard Glissant que la « racine unique », la pureté, n’ont jamais existé que dans les idéologies56. Mais l’auteur précise qu’une « dimension est importante dans la créolisation contemporaine, c’est son caractère foudroyant et son caractère de conscience. Les contacts culturels ont toujours eu lieu, mais ils s’étendaient sur de telles plages temporelles qu’ils ne parvenaient pas à la conscience […]. Ce qu’il y a de fantastique dans la créolisation moderne c’est que, de manière foudroyante, elle entre dans les consciences […]. La nouveauté que présentent les temps contemporains, c’est que les plages temporelles ne sont plus immenses, elles sont immédiates, et le retentissement est immédiat.57 »

56En ce sens, ces objets d’origine africaine conservés dans les collections publiques françaises ont pour vocation de témoigner des rapports entre l’Europe et l’Afrique (colonisation, exploitation des ressources naturelles, etc.) mais également d’expliquer les changements réciproques qui sont issus de leur rencontre, y compris dans les sociétés européennes. Alors que l’on voudrait nous faire croire que l’Occident serait resté le « même » tandis que les sociétés issues des pays les plus faibles économiquement, notamment les sociétés africaines, se seraient uniformisées, occidentalisées ; naturellement dans ce rapport avec l’Afrique, l’Europe et la France se sont aussi hybridées.

  • 58 Benoît de L’Estoile, « L’oubli de l’héritage colonial », Le Débat, n° 147, 2007/5, p. 91.
  • 59 Éric Keslassy, Alexis Rosenbaum, Mémoires vives. Pourquoi les communautés instrumentalisent l’Histo (...)
  • 60 Gardons en mémoire le « Grand débat sur l’identité nationale » lancé en France en novembre 2009 par (...)
  • 61 É. Keslassy, A. Rosenbaum, op. cit., p. 49.
  • 62 « [P]our que la nation ne soit pas minée de l’intérieur, les mémoires de l’esclavage et de la colon (...)

57Pourtant, cet héritage, légué par plus d’un siècle de rapport colonial qui structure les sociétés en brouillant les frontières entre l’ « autre » et le « même », n’est pas « reconnu, au double sens du terme, par les héritiers »58. Autrement dit, cette identité partagée n’est pas perçue et reconnue comme telle, ni par le politique, ni par les citoyens. En effet, la France et, d’une manière générale, l’Europe, connaissent une mutation sociale marquée par une quête identitaire, et ce, en raison de la diversité de leurs composantes. De même que la période coloniale n’est pas assumée et la « repentance » n’est pas clairement énoncée par l’État français, de même la pluralité identitaire de son corps social n’est pas reconnue comme relevant de la citoyenneté. Le sociologue Éric Keslassy et le philosophe Alexis Rosenbaum ont justement rappelé à quel point « la nation a été bâtie sur l’oubli et l’occultation volontaire »59. Et cette manière de construire la mémoire nationale depuis le xixe siècle en vue de fonder le « vivre ensemble » et de construire une identité nationale a aujourd’hui des conséquences inquiétantes, en témoignent la « surenchère des mémoires […] et [les] regroupements communautaires quelquefois artificiels ». Certaines des méthodes employées pour faire émerger ces mémoires postcoloniales font œuvre d’une véritable « guerre des mémoires » qui met en péril le lien national. Aussi, cette non-reconnaissance comporte le risque de faire émerger l’affirmation d’une spécificité identitaire, voire de réelles revendications communautaristes60. Selon Keslassy et Rosenbaum, la « fabrication artificielle de la nation » a trouvé ses limites avec la dernière génération d’enfants immigrés née en France car de nationalité française, elle souhaite inscrire sa mémoire dans l’espace public en vue de la faire reconnaître. La société française, désormais « consciente » – au sens où l’entend Glissant – d’être plurielle, ne peut plus admettre la diffusion d’une histoire qui ne prend pas en compte tous les épisodes du passé. Dès lors qu’il n’est plus possible de dissocier la mémoire des colonisateurs et celle des colonisés, ces deux mémoires doivent coexister au sein de l’histoire de France61. Et les auteurs de poursuivre en insistant sur le fait que la « guerre des mémoires » et les « excès des mémoires postcoloniales » doivent conduire à la prise de conscience d’une urgence à passer du « devoir de mémoire » au « devoir d’histoire »62. Aussi, pour ne pas entretenir le cloisonnement des mémoires et, ce faisant, de courir le risque de menacer le lien social et d’alimenter de véritables conflits, il convient de rétablir le récit national.

  • 63 R. Somé, op. cit., p. 59-60.
  • 64 Ibid., p. 65.

58Et c’est précisément dans cette réécriture du récit national et dans la perspective d’une reconnaissance de la diversité française que la restitution d’un « patrimoine national […] pluriel » prend toute son importance car elle participerait « à la visibilité de ce qui constitue le fonds commun des citoyens »63. Si l’appartenance de l’objet d’origine africaine à l’espace occidental témoigne de la rencontre entre l’Europe et l’Afrique, cette communauté d’histoire explique aussi la mutation des identités en cours. Aussi, puisque la France se fonde malgré les diversités culturelles sur la conception politique de l’unité dont la permanence consiste dans le maintien d’un consensus, accorder à l’objet provenant d’Afrique le statut patrimonial et, ce faisant, reconnaître sa contribution à l’élaboration de la culture nationale, permettrait de poursuivre la construction d’un corps politique unitaire. Cette absorption de l’ « autre », sans pour autant qu’il ne perde sa spécificité, dans l’entité française ou européenne, dans ce fond commun que partagent les citoyens, constituerait une réponse à la question du comment vivre ensemble malgré la diversité. Donc, ce qui se joue dans ce renouveau du regard occidental sur les objets provenant d’Afrique, dans leur reconnaissance comme bien de patrimoine national, c’est la portée politique de la « reconnaissance des cultures de certaines populations immigrées, comme appartenant à la Culture nationale qui s’est constituée tout au long de l’histoire du pays »64.

59Mais pour faire accepter ce « patrimoine pluriel » qui lie plusieurs peuples différents et qui éclaire la diversité française, il est indispensable d’expliciter sa « trajectoire » avec toutes ses « intentionnalités » – objet de culte, objet de science, objet d’art, objet d’éducation populaire, etc. –, autrement dit, il est nécessaire de développer une approche transdisciplinaire incluant une dimension didactique.

60C’est ce qui guide ces dernières années le propos des mises en espace et des projets élaborés autour de la collection à l’université de Strasbourg. Ces objets y permettent d’appréhender la colonisation, pour expliquer la complexité interculturelle de nos sociétés contemporaines, en vue de contribuer à plus de tolérance et de favoriser un mieux « vivre ensemble ». Donc plutôt que de parler des états de production d’une culture, l’accent est mis sur les transferts, les processus et les dynamiques de création. Ainsi, l’exposition Des corps, décors. Regards croisés d’Afrique réalisée au Musée Historique de la Ville de Strasbourg en 2011 (fig. 7) visait, à partir d’une réflexion sur le corps humain et d’un dialogue entre les objets de la collection et les œuvres des élèves de l’École des Arts Décoratifs, à attirer l’attention sur les influences et les échanges entre l’Afrique et l’Occident.

Fig. 7. Affiche de l’exposition Des corps, décors. Regards croisés d’Afrique. 2011, Musée Historique de la Ville de Strasbourg

© Collection ethnographique de l’université de Strasbourg

61L’objet médiatisé de la sorte n’apparaît plus comme étant celui d’une culture unique. Sa qualité polysémique, restituée à la faveur d’une approche interdisciplinaire qui multiplie les grilles de lecture dans une perspective historique, le présente comme un objet « métissé », témoin de la rencontre entre l’Occident et le reste du monde et de l’hybridité qui en a résulté.

62Ainsi, les objets de la collection ethnographique de l’université de Strasbourg, présentés en tant que données dynamiques, amenées au cours de leur existence à franchir les frontières culturelles et taxinomiques – objet sacré, objet de science, objet d’art, etc. –, permettent d’éclairer la filiation entre l’ « autre », l’étranger, et le « même », le citoyen, et de faire découvrir aux membres de la société française, toutes origines confondues, une appartenance « plurielle » commune.

  • 65 L’opération « C’est mon patrimoine » est soutenue par le Ministère de la Culture et le Commissariat (...)

63Faire découvrir aux citoyens une identité « plurielle » commune, telle est aussi la vocation des actions menées à destination des jeunes, et particulièrement de ceux issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Dans le cadre de l’opération « C’est mon patrimoine », la collection ethnographique a été au centre du projet La collection ethnographique de l’Université de Strasbourg : c’est mon patrimoine ! combinant des ateliers et une exposition organisés en 2017, en partenariat avec des acteurs associatifs65. Durant les congés d’été, des ateliers à destination de jeunes résidant dans les quartiers prioritaires et de migrants, ont été réalisés avec pour objectif de faire réfléchir, à travers la trajectoire de ce patrimoine « pluriel » commun prolongée par les créations contemporaines des masques Bidon armé de l’artiste béninois Romuald Hazoumé, à notre appartenance également « plurielle » commune. Les après-midis des ateliers d’arts plastiques recup’art animés par l’artiste plasticienne Ghizlène Chajaï, ont été consacrés à la création par les jeunes de masques inspirés par les artefacts africains. Une exposition a permis de partager l’expérience avec les parents et le grand public (fig. 8). Les réactions et échanges avec les jeunes, encadrants et familles, ainsi que les sollicitations des associations depuis lors, nous ont convaincu de la nécessité de réitérer ce type d’actions, mais aussi de les prolonger par une réflexion plus approfondie – au moyen d’enquêtes de terrain – sur la réception de ces objets dans les quartiers, ce qui permettrait également de mesurer concrètement les résultats de ces opérations en faveur d’un mieux vivre ensemble. Car si de telles actions peuvent paraître dérisoires face à des machines idéologiques bien plus puissantes, il n’en reste pas moins que cette ouverture de l’Université sur la Cité permise par ce patrimoine, contribue à élargir les horizons et à instaurer un dialogue fécond.

Fig. 8. La collection ethnographique de l’Université de Strasbourg : c’est mon patrimoine ! Ateliers (été 2017) et exposition (4 septembre au 12 octobre 2017), MISHA, Strasbourg

© Collection ethnographique de l’université de Strasbourg

64Enfin, la volonté de rendre accessibles ces biens de patrimoine « pluriel » à tous, y compris aux populations dont les objets sont aujourd’hui conservés à Strasbourg, a conduit à réaliser en 2013, dans le cadre du projet Opensim dirigé par l’ethnologue Michel Nachez, une campagne de numérisation des objets en trois dimensions en vue d’une consultation virtuelle. Mais faute de moyens suffisants, l’ensemble des objets n’a pu être numérisé à ce jour66.

Conclusion

65Suivre la trajectoire de cette collection africaine – représentative à bien des égards d’autres fonds extra-européens –, de sa constitution en contexte colonial jusqu’à son actuelle conservation en France, par les interconnexions culturelles qu’elle implique, les valeurs dont elle se charge et qu’elle médiatise, permet aujourd’hui d’expliquer la mutation des identités culturelles en cours et, ce faisant, de faire découvrir aux membres de la société française une appartenance « plurielle » commune. Là réside l’une des missions fondamentales de ce patrimoine « pluriel » dans une collection publique française.

66S’il est toujours possible aujourd’hui que des enseignants-chercheurs et des étudiants rapportent occasionnellement quelques artefacts de leur terrain d’étude, l’heure n’est bien sûr plus aux grandes collectes mais davantage à la réalisation d’enquêtes destinées à documenter le devenir de la création et des pratiques entourant les objets de la collection, sur place dans les pays d’origine. Et ces recherches constituent autant d’occasions de nourrir des échanges et des partenariats féconds, tant avec les acteurs universitaires, ceux du monde de la culture et des arts, qu’avec les populations locales. Une telle collaboration avec les communautés koromba au Burkina Faso et au Mali, réalisée à l’occasion de mes enquêtes portant sur les masques antilope de la collection, a conduit à la création de la maison de la culture (a-kondɔw-daŋ en a-koromfe, langue des Koromba), encore dénommée musée du Korom-wondè (« région des Koromba ») à Pobé-Mengao (Burkina Faso) en 2014. Ce projet consistait à l’époque, dans ces régions du Sahel déjà confrontées au terrorisme islamiste, à concevoir au travers de ces objets de patrimoine pluriel diverses actions destinées à valoriser « la culture » (a-kondɔw) pour maintenir le dialogue en faveur de la paix. Aujourd’hui ce type de projet reste plus que jamais d’actualité, tant notre époque mondialisée est susceptible d’exacerber les différences culturelles, et cela jusqu’au conflit parfois.

Bibliographie

Archives

Solange Ganay (de), Agenda, Fonds Solange de Ganay, Archives des ethnologues, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, 1939.

Jean-Paul Lebeuf, Carnet de route n° 3-6, Fonds Annie et Jean-Paul Lebeuf, Archives des ethnologues, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, 1939.

Mission Lebaudy-Griaule 1939. Carnets d’objets, Fonds Annie et Jean-Paul Lebeuf, Archives des ethnologues, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, 1939.

Musée de l’Homme, Inventaire de la Mission Lebaudy-Griaule. Soudan français, Archives de la collection ethnographique de l’université de Strasbourg, 1939.

René Tétart, Acte de la cession des collections Africaines et maquettes du Musée de Cabrerets, 28 février 1964, Archives de la collection ethnographique de l’université de Strasbourg, 1964.

Ouvrages et articles

Arjun Appadurai (ed.), The social life of things. Commodities in cultural perspective, Cambridge, Cambridge university press, 1986.

Fredrik Barth, Ethnic groups and boundaries: The social organization of culture difference, Bergen, Norvège, Universitetsforlaget, 1969.

Thierry Bonnot, La vie des objets. D’ustensiles banals à objets de collection, Paris, Éd de la Maison des Sciences de l’Homme, 2002.

Geneviève Calame-Griaule, « La mission Niger-Lac Iro (Lebaudy-Griaule) », dans Dogon, mais encore..., Objets d’Afrique, collections d’Europe, éd. par B. Coutancier, Paris, Somogy éd. d’art, 2002, p. 32–41.

James Clifford, Malaise dans la culture. L’ethnographie, la littérature et l’art au xxe siècle, traduit de l’américain par M.-A. Sichère, Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts, 1996 [1988].

Anne Doquet, Les masques dogon. Ethnologie savante et ethnologie autochtone, Paris, Karthala, 1999.

Alfred Gell, L’art et ses agents. Une théorie anthropologique, traduit de l’anglais par S. et O. Renaut, Dijon, les Presses du réel, 2009 [1998].

Édouard Glissant, Introduction à une poétique du divers, Paris, Gallimard, 1996.

Marcel Griaule, « Cinq missions ethnographiques en Afrique tropicale », Comptes rendus des séances de l’Académie des sciences coloniales, t. IX, 3 et 17 décembre, 1943, p. 680–689.

Marcel Griaule, Michel Leiris, Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques, Paris, Musée d’ethnographie, 1931.

Jean Jamin, « Le musée d’ethnographie en 1930. L’ethnologie comme science et comme politique », dans La muséologie selon Georges Henri Rivière, éd. par G. H. Rivière et l’Association des amis de Georges Henri Rivière, Paris, Bordas, 1989, p. 110–121.

— « Objets trouvés des paradis perdus. À propos de la Mission Dakar- Djibouti », dans Collections passion, éd. par J. Hainard et R. Kaehr, Neuchâtel, Musée d’ethnographie, 1982, p. 69–100.

Éric Jolly, « Des jeux aux mythes. Le parcours ethnographique de Marcel Griaule », Gradhiva, n°9, 2009, p. 164–187.

— « Marcel Griaule, ethnologue. La construction d’une discipline (1925-1956) », Journal des africanistes, t. 71, fasc. 1, 2001, p. 149–190.

Igor Kopytoff, « The cultural Biography of Things. Commoditization as Process », dans The social life of things: commodities in cultural perspective, éd. par A. Appadurai, Cambridge, Cambridge university press, 1986, p. 64–91.

Michel Leiris, L’Afrique fantôme, Paris, Gallimard, 2006 [1934].

Amédée Lemozi, Historique du Musée régional du Château de Cabrerets (Lot). Activités diverses qui ont contribué à la formation et à l’expansion du Musée, Cahors, Imprimerie A. Coueslant, 1951.

Cabrerets (Lot). Son site, ses environs, ses particularités, son histoire, ses légendes, sa préhistoire, Cahors, Imprimerie A. Coueslant, 1948.

Benoît L’Estoile (de), « L’oubli de l’héritage colonial », Le Débat, n° 147, 2007/5, p. 91-99.

Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, Paris, Presse Universitaire de France, 2012 [1925].

Manuel d’ethnographie, Paris, Payot, 1947.

Keslassy Éric, Rosenbaum Alexis, Mémoires vives. Pourquoi les communautés instrumentalisent l’Histoire, Paris, Bourin éditeur, 2007.

Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise, xvie-xviiie siècle, Paris, Gallimard, 1987.

Jeannine Riess, Les objets dogon à Strasbourg. Approche ethnologique dans la perspective de l’École Griaule, Mémoire de DEA en ethnologie, Université de Strasbourg, Strasbourg, Éditions de l’Office d’Édition de l’Étudiant, 1991.

Felwine Sarr, Bénédicte Savoy, Restituer le patrimoine africain, Paris, éd. Philippe Rey/Seuil, 2018.

Roger Somé, « Qu’est-ce que la mondialisation ? », dans Revue africaine, n° 1, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 19–40.

Le musée à l’ère de la mondialisation. Pour une anthropologie de l’altérité, Paris, L’Harmattan, 2004.

Jean Vanel, « Jean Lebaudy », Cavalier et Roi, n° 11, 1979, p. 1–10.

Gaëlle Weiss, Création africaine et mondialisation. La collection Lebaudy-Griaule : quel rapport à la création ? Thèse de Doctorat en Ethnologie, Université de Strasbourg, sous la direction de R. Somé, 2015.

Sitographie

Collection ethnographique de l’université de Strasbourg, « Base de données », Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme d’Alsace [https://www.misha.fr/sites_bdd.htm (rubrique « Ethno »)].

Gaëlle Weiss et Roger Somé, Rubrique consacrée à la collection ethnographique de l’université de Strasbourg, Institut d’ethnologie [https://ethnologie.unistra.fr/collection/presentation-de-la-collection-ethnographique/].

Notes

1 Thierry Bonnot, La vie des objets. D’ustensiles banals à objets de collection, Paris, Éd de la Maison des Sciences de l’Homme, 2002.

2 Alfred Gell, L’art et ses agents. Une théorie anthropologique, traduit de l’anglais par S. et O. Renaut, Dijon, les Presses du réel, 2009 [1998].

3 Arjun Appadurai, The social life of things. Commodities in cultural perspective, Cambridge, Cambridge university press, 1986.

4 Roger Somé, Le musée à l’ère de la mondialisation. Pour une anthropologie de l’altérité, Paris, L’Harmattan, 2004 ; Gaëlle Weiss, Création africaine et mondialisation. La collection Lebaudy-Griaule : quel rapport à la création ? Thèse de Doctorat en Ethnologie, Université de Strasbourg, sous la direction de R. Somé, 2015.

5 Thierry Bonnot, La vie des objets. D’ustensiles banals à objets de collection, Paris, Éd de la Maison des Sciences de l’Homme, 2002.

6 Alfred Gell, L’art et ses agents. Une théorie anthropologique, traduit de l’anglais par S. et O. Renaut, Dijon, les Presses du réel, 2009 [1998].

7 Arjun Appadurai, The social life of things. Commodities in cultural perspective, Cambridge, Cambridge university press, 1986.

8 Roger Somé, Le musée à l’ère de la mondialisation. Pour une anthropologie de l’altérité, Paris, L’Harmattan, 2004 ; Gaëlle Weiss, Création africaine et mondialisation. La collection Lebaudy-Griaule : quel rapport à la création ? Thèse de Doctorat en Ethnologie, Université de Strasbourg, sous la direction de R. Somé, 2015.

9 Cette étude se fonde sur une partie de mes recherches menées sur la collection Lebaudy-Griaule dans le cadre d’une thèse en ethnologie soutenue en 2015 sous la direction de R. Somé à l’université de Strasbourg et sur une expérience « pratique » acquise au travers d’actions initiées autour de ce fonds car j’assiste son responsable, Roger Somé, dans sa gestion technique et sa conservation depuis 2007.

10 Emmanuel Macron s’est prononcé en novembre 2017 dans son discours à l’université de Ouagadougou (Burkina Faso) en faveur d’« un retour du patrimoine africain à l’Afrique ». Les conclusions du Rapport Sarr et Savoy sur la restitution du patrimoine africain présent dans les collections publiques françaises, remises par les deux experts au Président français le 23 novembre 2018, vont également dans ce sens. Voir Felwine Sarr, Bénédicte Savoy, Restituer le patrimoine africain, Paris, éd. Philippe Rey/Seuil, 2018.

11 Deux autres fonds sont venus enrichir par la suite la collection ethnographique de l’université : - Le fonds Léon Morel, cédé en 1967 et évalué à dix (10) objets, essentiellement rituels et religieux ; il fut réuni par Morel, un artisan missionnaire qui a travaillé à l’hôpital de brousse du Dr. Schweitzer à Lambaréné au Gabon de 1908 à 1932 ; - Le fonds Pierre Malzy, donné à l’université en 1991 et consistant en un ensemble de cent trente-neuf (139) objets techniques, de jouets ou de prélèvements botaniques ; il fut rassemblé par Malzy, un ingénieur agronome lors de ses séjours africains au cours des années 1930 à 1950 ; Enfin, un certain nombre d’objets résulterait de dons de professeurs et d’étudiants à l’issue de leur terrain d’étude.

12 René Tétart, Acte de la cession des collections Africaines et maquettes du Musée de Cabrerets, 28 février 1964, Archives de la collection ethnographique de l’université de Strasbourg, 1964.

13 Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, Paris, Presse Universitaire de France, 2012 [1925].

14 Alfred Gell, L’art et ses agents. Une théorie anthropologique, traduit de l’anglais par S. et O. Renaut, Dijon, les Presses du réel, 2009 [1998].

15 Thierry Bonnot, La vie des objets. D’ustensiles banals à objets de collection, Paris, Éd de la Maison des Sciences de l’Homme, 2002.

16 Arjun Appadurai, The social life of things. Commodities in cultural perspective, Cambridge, Cambridge university press, 1986.

17 A. Gell, L’art et ses agents. Une théorie anthropologique, op. cit.

18 Roger Somé, Le musée à l’ère de la mondialisation. Pour une anthropologie de l’altérité, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 43.

19 Anne Doquet, Les masques dogon. Ethnologie savante et ethnologie autochtone, Paris, Karthala, 1999 ; Éric Jolly, « Marcel Griaule, ethnologue. La construction d’une discipline (1925-1956) », Journal des africanistes, t. 71, fasc. 1, 2001, p. 149–190.

20 Les enseignements de Mauss – qui donneront lieu à la publication du Manuel d’ethnographie (1947) – invitent le chercheur à s’immerger par l’« observation participante » dans la société étudiée en vue de comprendre l’objet étudié, tel qu’il apparaît dans la culture qui l’a produit, pour qu’en retour cet objet puisse témoigner de sa culture d’origine.

21 Jean Jamin, « Objets trouvés des paradis perdus. À propos de la Mission Dakar- Djibouti », dans Collections passion, éd. par J. Hainard et R. Kaehr, Neuchâtel, Musée d’ethnographie, 1982, p. 69–100.

22 Marcel Griaule, Michel Leiris, Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques, Paris, Musée d’ethnographie, 1931.

23 Jean Jamin, « Le musée d’ethnographie en 1930. L’ethnologie comme science et comme politique », dans La muséologie selon Georges Henri Rivière, éd. par G. H. Rivière et l’Association des amis de Georges Henri Rivière, Paris, Bordas, 1989, p. 110–121.

24 Musée de l’Homme, Inventaire de la Mission Lebaudy-Griaule. Soudan français, Archives de la collection ethnographique de l’université de Strasbourg, 1939.

25 Solange Ganay (de), Agenda, Fonds Solange de Ganay, Archives des ethnologues, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, 1939 ; Jean-Paul Lebeuf, Carnet de route N°3-6, Fonds Annie et Jean-Paul Lebeuf, Archives des ethnologues, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, 1939.

26 Jeannine Riess, Les objets dogon à Strasbourg. Approche ethnologique dans la perspective de l’École Griaule, Mémoire de DEA en ethnologie, Université de Strasbourg, Strasbourg, Éditions de l’Office d’Édition de l’Étudiant, 1991, p. 8-9.

27 Ces fiches accompagnant la collecte des objets, Dieterlen assura les avoir expédiés avec les objets dédiés à l’industriel à destination de Cabrerets lors de son entretien en 1991 avec Jeannine Riess (Ibid., p. 9).

28 J. Riess, op. cit., p. 8-9.

29 Les archives de la mission Niger-Lac Iro sont conservées dans les fonds Marcel Griaule, Solange de Ganay et Annie et Jean-Paul Lebeuf, à la Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Tandis que les archives de Germaine Dieterlen sont conservées à la bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle.

30 Michel Leiris, L’Afrique fantôme, Paris, Gallimard, 2006 [1934].

31 Au sujet des collectes réalisées par son père Griaule, l’ethnologue Calame-Griaule confiera : « Son ardeur scientifique des premiers temps l’a parfois (rarement, il faut le reconnaître) entraîné à s’emparer de force de certains objets dont on lui refusait l’acquisition. Mais il a vite regretté ces erreurs lorsqu’il a mieux compris la valeur spirituelle qu’ils représentaient pour les usagers. Ses grandes collectes de masques et d’objets religieux n’ont d’ailleurs duré que jusqu’en 1935 […]. Après la guerre, lorsque ses missions reprirent en 1946, il alla même jusqu’à faire copier par des forgerons certains objets de culte dont il voulait étudier la forme et le symbolisme ; c’étaient ceux-là qu’il gardait pour lui, en prenant soin de les munir d’une petite étiquette précisant "objet non consacré". » (Geneviève Calame-Griaule, « La mission Niger-Lac Iro (Lebaudy-Griaule) », dans Dogon, mais encore... Objets d’Afrique, collections d’Europe, éd. par B. Coutancier, Paris, Somogy éd. d’art, 2002, p. 32–41).

32 Jean-Paul Lebeuf, Mission Lebaudy-Griaule 1939. Carnets d’objets, Fonds Annie et Jean-Paul Lebeuf, Archives des ethnologues, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, 1939.

33 A. Doquet, op. cit., p. 52.

34 Éric Jolly, « Des jeux aux mythes. Le parcours ethnographique de Marcel Griaule », Gradhiva, n° 9, 2009, p. 164–187.

35 É. Jolly, « Marcel Griaule, ethnologue. La construction d’une discipline (1925-1956) », art. cit., p. 149-150.

36 À partir de 1947 Griaule s’engagera d’ailleurs en politique en qualité de conseiller à l’Union française.

37 J. Jamin, « Le musée d’ethnographie en 1930 », op. cit., p. 118–119.

38 A. Gell, op. cit.

39 Amédée Lemozi, Cabrerets (Lot). Son site, ses environs, ses particularités, son histoire, ses légendes, sa préhistoire, Cahors, Imprimerie A. Coueslant, 1948.

40 Id., Historique du Musée régional du Château de Cabrerets (Lot). Activités diverses qui ont contribué à la formation et à l’expansion du Musée, Cahors, Imprimerie A. Coueslant, 1951.

41 Marcel Griaule, « Cinq missions ethnographiques en Afrique tropicale », Comptes rendus des séances de l’Académie des sciences coloniales, t. IX, 3 et 17 décembre, 1943, p. 680–689.

42 J. Jamin, « Objets trouvés des paradis perdus », op. cit.

43 Id., « Le musée d’ethnographie en 1930 », op. cit.

44 Pour accéder à la liste complète des expositions de la collection ethnographique de l’université et pour davantage d’informations sur ces manifestations, le lecteur pourra se référer à la rubrique consacrée à la collection, intégrée au site de l’Institut d’ethnologie : https://ethnologie.unistra.fr/collection/presentation-de-la-collection-ethnographique/

45 Dès lors, les objets quitteront la sphère privée et relèveront de la domanialité publique, régime juridique propre au patrimoine public, leur assurant inaliénabilité et imprescriptibilité.

46 L’inventaire de la collection ethnographique est partiellement diffusé pour une consultation virtuelle via la base de données hébergée sur le site Internet de la MISHA : http://www2.misha.fr/flora/jsp/index.jsp (base de données « Ethno »).

47 Prévu en octobre 2020, l’aménagement de cette réserve visitable en vue d’un stockage conforme aux règles de la conservation préventive et d’une consultation aisée par un large public, a été rendu possible par un projet porté par Roger Somé et moi-même, lauréat de l’appel à projets IdEx "Université & Cité" 2019 de l’université de Strasbourg, et a bénéficié d’une aide de l’État au titre du programme Investissement d’Avenir. Un second projet destiné à restaurer trente-huit objets altérés est actuellement en cours ; un financement de l’État au titre du programme Investissement d’Avenir a été obtenu dans le cadre d’un appel à projets IdEx de l’université, avec pour partenaire la Fondation du Patrimoine pour le lancement d’une souscription.

48 La collection est utilisée dans les enseignements en ethnologie et ce dès la licence 1ère année sciences sociales jusqu’au master 2e année anthropologie sociale et culturelle. Par exemple mon cours « Anthropologie de l’Afrique de l’Ouest : les Koromba du Sahel » enseigné en licence 3ème année se propose, à travers l’exemple des masques koromba du fonds universitaire, d’analyser le devenir de leur création dans leur pays d’origine ; ce cours consacré à l’approche des populations koromba à travers l’analyse diachronique de la création de leurs masques antilope et des pratiques associées (transmission des savoirs et savoir-faire, rites funéraires), est l’occasion d’aborder les mutations formelles des masques causées par des migrations vers les zones arides ou résultant de la raréfaction de l’essence de bois utilisée, suite au changement climatique, ou encore les hybridations observées avec l’apparition d’une production de masques destinée à la vente et issue des interactions avec le tourisme. Dans le cours « Ethnologie appliquée aux métiers de la culture et du patrimoine » en master 1ère année, les objets de la collection permettent une application pratique : les notions de patrimoines matériel et immatériel sont décryptées autour de l’examen d’objets choisis en raison de la variété des domaines qu’ils permettent d’évoquer, tandis que la validation de l’enseignement qui tient en la réalisation d’un dossier d’œuvre par chaque étudiant, constitue une mise en situation dans le cadre d’une mission d’expertise. Mais plus largement chacun des enseignements dont j’ai la charge s’appuie sur mes recherches sur la collection. Par exemple dans le cours « Les clefs de compréhension de l’ethnologie : de la colonisation à nos jours » de licence 1ère année, j’aborde les débats autour de la restitution du patrimoine africain ; ces débats sont l’occasion d’évoquer les enjeux politiques du patrimoine qui portent sur les rapports entre nations colonisatrices et colonisées, entre l’Europe et l’Afrique, dans un contexte postcolonial. Enfin, la collection fait également régulièrement l’objet de recherches menées par les étudiants dans le cadre de leur mémoire de fin d’année en ethnologie - J. Riess en avait fait le sujet de son mémoire de DEA en 1991 (J. Riess, op. cit.) et j’ai moi-même réalisé ma thèse en 2015 autour de cette collection (G. Weiss, op. cit.) -, mais aussi en histoire de l’art. Des collaborations avec l’Institut d’histoire de l’art sont ainsi instaurées afin de permettre aux étudiants d’entreprendre l’étude stylistique et iconographique de certains ensembles d’objets, tels ceux appartenant au groupe fang (Gabon) en 2012, ou le fonds photographique actuellement à l’étude par une étudiante en master.

49 Depuis 1992 la collection est exploitée comme outil pédagogique dans le cadre de la formation en muséologie de l’Institut d’ethnologie avec le diplôme universitaire d’Ethnomuséographie, devenu en 2005 master professionnel « Métiers de l’expertise anthropologique et culturelle », puis depuis septembre 2009 « Muséologie : Patrimoines immatériels et collections ». L’originalité qu’offre ce parcours au regard des autres formations en muséologie proposées au niveau national, tient en la conception et la réalisation par chacune des promotions d’une exposition temporaire – qui constitue un module de la formation, sous la direction des enseignants –, à partir des objets de la collection ethnographique. Ce parcours recourt en effet à ce fonds pour l’apprentissage des étudiants à la conception d’une exposition, au travers de laquelle ils font l’expérience des théories et des techniques de présentation.

50 R. Somé, op. cit. ; Gaëlle Weiss, Création africaine et mondialisation. La collection Lebaudy-Griaule : quel rapport à la création ? Thèse de Doctorat en Ethnologie, Université de Strasbourg, sous la direction de R. Somé, 2015.

51 R. Somé, op. cit., p. 113.

52 Ibid., p. 51.

53 Ibid., p. 57.

54 Fredrik Barth, Ethnic groups and boundaries: The social organization of culture difference, Bergen, Norvège, Universitetsforlaget, 1969.

55 La mondialisation culturelle est souvent confondue avec le versant économique du phénomène, à savoir la globalisation, l’expansion du système capitaliste qui débute avec la chute du Mur de Berlin à la fin des années 1980. Or la mondialisation actuelle – car ce n’est pas un phénomène nouveau, d’autres mondialisations ont existé par le passé avec les Grecs et les Romains, notamment -, qui s’origine au xvie siècle avec les premiers contacts entre l’Europe et le reste du monde, doit son expansion aux progrès des Technologies de l’Information et de la Communication (Roger Somé, « Qu’est-ce que la mondialisation ? », dans Revue africaine, n° 1, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 22-23).

56 Édouard Glissant, Introduction à une poétique du divers, Paris, Gallimard, 1996.

57 Ibid., p. 26-28 et 98-99.

58 Benoît de L’Estoile, « L’oubli de l’héritage colonial », Le Débat, n° 147, 2007/5, p. 91.

59 Éric Keslassy, Alexis Rosenbaum, Mémoires vives. Pourquoi les communautés instrumentalisent l’Histoire, Paris, Bourin éditeur, 2007, p. 23-24.

60 Gardons en mémoire le « Grand débat sur l’identité nationale » lancé en France en novembre 2009 par le ministère de l’Immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire de l’époque.

61 É. Keslassy, A. Rosenbaum, op. cit., p. 49.

62 « [P]our que la nation ne soit pas minée de l’intérieur, les mémoires de l’esclavage et de la colonisation doivent aujourd’hui être pleinement intégrées à la mémoire nationale. Sans autoflagellation, il est essentiel de revoir notre histoire pour ne plus donner des gages aux minorités postcoloniales qui souhaitent faire exister leurs mémoires oubliées sur un mode purement identitaire. Au fond, repenser ou réécrire le récit national pour en faire un "récit partagé" – suivant l’expression de Paul Ricœur –, c’est transformer les demandes de mémoire en exigence d’histoire. Il faut désormais rédiger une histoire de France qui soit acceptable pour toutes les composantes de la société. Ce n’est pas le rapport critique à son passé qui rend la nation vulnérable aux revendications identitaires. C’est d’abord l’oubli, le refoulement et l’absence de critique […]. Le vivre ensemble se fissure par où, jadis, il trouvait sa force et son unité : en s’appuyant sur une histoire sélective et/ou oublieuse, la nation "autorise" le passé à ressurgir sous la forme d’une cacophonie mémorielle. » (Ibid., p. 49-50).

63 R. Somé, op. cit., p. 59-60.

64 Ibid., p. 65.

65 L’opération « C’est mon patrimoine » est soutenue par le Ministère de la Culture et le Commissariat Général à l’Égalité des Territoires. Un financement obtenu de la DRAC, de l’Eurométropole de Strasbourg et de la Ligue de l’enseignement a permis de réaliser ce projet.

66 Voir la page Internet dédiée au projet : https://ethnologie.unistra.fr/collection/objets-3d-interactifs/

Table des illustrations

Crédits ©  Gaëlle Weiss - réalisation Claire-Marie Brolly
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6444/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Crédits © Collection ethnographique de l’université de Strasbourg. Photographie Yvan Boïko
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6444/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Crédits © Collection ethnographique de l’université de Strasbourg. Photographie Yvan Boïko
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6444/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Crédits © Collection ethnographique de l’université de Strasbourg. Photographie Yvan Boïko
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6444/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Crédits © Collection ethnographique de l’université de Strasbourg
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6444/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6444/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6444/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Crédits © Collection ethnographique de l’université de Strasbourg
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6444/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6444/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6444/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Crédits © Collection ethnographique de l’université de Strasbourg
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6444/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

Auteur

Laboratoire DynamE, UMR 7367 – Université de Strasbourg, CNRS
gaelle.weiss@unistra.fr

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search