Version classiqueVersion mobile

Histoire d'objets extra-européens : collecte, appropriation, médiation

 | 
Thomas Beaufils
, 
Chang Ming Peng

Tananarive, Lyon, Paris : destin d'objets dans la collection Renel

Antananarivo, Lyon, Paris : life of objects in the Renel's collection

Florian Doladille

Résumé

Alors que les questionnements sur l'origine des objets africains dans les musées occidentaux gagnent en importance, cet article cherche à retracer le parcours d'une collection d'art malgache du début du xxe siècle. Dispersée entre le musée des Confluences et le musée du quai Branly-Jacques Chirac, l'étude de la collection de Charles Renel, ancien fonctionnaire colonial et ethnologue amateur, nous renseigne sur les voyages physiques et sémiotiques permettant par un phénomène de translocation patrimoniale l'intégration de ces objets africains dans des musées de l'Europe du nord-ouest

Texte intégral

Introduction

  • 1 Discours du président de la République Emmanuel Macron, à l'université Ouaga 1 Professeur-Joseph-Ki (...)
  • 2 Felwine Sarr et Bénédicte Savoy, Restituer le patrimoine africain, Paris, Philippe Rey, Seuil, 2018
  • 3 On peut citer ici le billet de Didier Rykner « Rapport sur les restitutions : rendons tout, Dieu re (...)
  • 4 Felwine Sarr et Bénédicte Savoy, Restituer le patrimoine africain, op. cit. , p. 119.
  • 5 Dominique Ferriot, Julie Guiyot-Corteville et Christophe Vital, « Collections. L'exception français (...)
  • 6 F. Sarr et B. Savoy, op. cit., p. 100.

1Le 28 novembre 2017, dans son long discours sur l'Afrique à l'université de Ouagadougou, le Président de la République Emmanuel Macron avait étonné en évoquant la possibilité de restitutions par la France à leurs pays d'origine d'objets patrimoniaux conservés dans ses musées1. Ce discours était d'autant plus surprenant que les récentes demandes du Bénin au gouvernement Ayrault avaient été déboutées, en vertu des principes d'inaliénabilité des collections publiques françaises. La rédaction d'un rapport sur le sujet avait ensuite été confiée à l'historienne de l'art Bénédicte Savoy et à l'économiste Felwine Sarr, rendu en novembre 2018 et publié aux éditions du Seuil2. Le contenu de celui-ci avait alors agité les milieux du patrimoine : le 31 janvier 2019 la Nuit des idées de l'INHA avait été dédiée à des discussions sur les restitutions ; et au Festival d'histoire de l'art de Fontainebleau s'étaient tenues le samedi 8 juin 2019 deux conférences sur des exemples appliqués aux pays scandinaves. Les réactions positives et négatives, parfois très vives3, s'expliquent par deux éléments novateurs de ce texte. D'abord la remise en cause de la protection de ces collections par le principe d'inaliénabilité, sur l'exemple de dérogations qui avaient déjà été faites dans des cas précédents de restitution4, a été source de plusieurs inquiétudes. On peut ici rappeler la levée de bouclier qu'avait déjà suscitée dix ans auparavant la tentative par la ministre de la Culture Christine Albanel d'y mettre fin5. Ensuite le rapport, fondé sur la convention Unidroit de 1995 sur les biens culturels volés ou illicitement exportés, demande non plus aux pays africains de démontrer l'illégalité de l'acquisition ancienne des objets concernés, mais à l'institution européenne d'apporter la preuve de l'équité de l'échange qui a permis l'entrée d'une œuvre dans leurs collections6. Ce renversement de l'administration de la preuve pousserait les musées à lancer des recherches sur l'arrivée des œuvres d'origine africaines dans leurs salles, alors que manquent souvent archives et études sur le sujet.

  • 7 Ce serait le troisième pays le plus représenté, avec 7590 artefacts. Ibid., p. 78.

2Alors que les collections malgaches forment une part importante du patrimoine africain conservé en France7, le rapport et les débats sur les restitutions touchent peu l'île et se concentrent sur les anciennes AOF et AEF. Colonie française de 1895 à 1960, Madagascar était un territoire isolé des grands blocs de l'Afrique Occidentale et de l'Afrique Equatoriale françaises. Rare établissement français en Afrique Orientale, l'île était rattachée aux colonies d'Ancien Régime de l'Océan Indien. Nous voulons dans cet article dessiner l'histoire d'une importante collection d'art malgache dispersée dans plusieurs musées français, afin de remettre en lumière cette histoire coloniale peu évoquée par l'ouvrage de Felwine Sarr et Bénédicte Savoy et donner l'exemple d'un cas pratique d'enquête sur l'histoire de l'entrée de certains objets dans nos musées.

Charles Renel, un folkloriste à Madagascar

  • 8 [Dossier d'attribution de la légion d'honneur à Charles Ulysse Renel], 1920, archives nationales, s (...)
  • 9 Pietro Lupo, « Catholiques malgaches de Tananarive et catholicisme à la fin du xixe siècle », Outre (...)
  • 10 « L'avenir de l'Enseignement à Madagascar », 1906, archives du Grand-Orient de France (Paris), cart (...)
  • 11 Laude Ngadi Maissa, « RENEL (Charles), Le « Décivilisé ». Présentation de Claire Riffard et Roger L (...)
  • 12 Charles Renel, Ancêtres et dieux, Tananarive, ed. G. Pitot de la Beaujardière, 1923.
  • 13 Charles Renel (posthume), Marthe Pitaud-Renel et Maurice Pottecher, Contes de Madagascar III, Paris (...)

3Nous nous sommes intéressés à la collection dite « Renel », du nom du fonctionnaire colonial à l'origine du rassemblement de cette centaine d'artefacts au début du xxe siècle. Charles Renel, né en Alsace en 18668, fait carrière dans l'enseignement littéraire lorsqu'il est appelé par Victor Augagneur pour devenir directeur de l'enseignement de l'île. Le gouverneur général de Madagascar, en lutte avec les missions chrétiennes anciennement installées dans la région9, fait alors appel à son ami et frère franc-maçon pour réformer et laïciser l'enseignement scolaire10. Installé dans la nouvelle colonie, Charles Renel y resta jusqu'à sa mort en 1925. En parallèle de sa carrière dans l'administration coloniale il écrit plusieurs romans sur l'île11, tente de réaliser des études sur les pratiques religieuses de ses habitants12 et collecte des contes dans une veine folkloriste13.

Fig. 1. Charles Renel à son bureau de directeur de l'enseignement de Madagascar, plaque de verre non datée intitulée « Mon cabinet »

Fonds photographie Renel du musée des Confluences, n°82887

  • 14 Claudine Gauthier « Philologie et folklore : de la définition d'une frontière disciplinaire (1870-1 (...)
  • 15 Paul Oltramare lui reproche dans son compte-rendu plusieurs erreurs de traduction. « Ch. Renel. L'E (...)
  • 16 Saïd Tamba, « De l’orientalisme. Eugène Delacroix », L’Homme et la Société, n° 175, n° 1, août 2010 (...)
  • 17 Charles Renel, Les amulettes malgaches Ody et Sampy, Tananarive, éditeur inconnu, 1915, p. 36. Il y (...)
  • 18 Charles Renel, Les religions de la Gaule avant le christianisme, Paris, éd. E. Leroux, 1906, p. 7.
  • 19 On peut citer les numéros d'inventaire MC303 ou MC286.
  • 20 C. Renel, Les amulettes malgaches Ody et Sampy, op. cit., p. 3-4.
  • 21 Ibid., p. 59.
  • 22 Marcelle Urbain-Faublée et Jacques Faublée, « Charmes magiques malgaches », Journal des Africaniste (...)
  • 23 Delpine Burguet, « Charles Renel et le culte traditionnel », Taloha, 14-15, 2005.
  • 24 « J'ai la bonne fortune de posséder trois de ces manuscrits : deux ont été confisqués à des sorcier (...)

4Dès 1896, Charles Renel s'efforce de remonter le temps des mythes, à la recherche d'une origine primitive de la religion. À la manière des folkloristes qui recherchent dans le peuple des survivances14, il pense trouver dans les pratiques populaires anciennes la vérité des légendes. Dans ses années métropolitaines il publie ses premiers travaux scientifiques, dont sa thèse sur les Açvins et les Dioscures et ses livres sur les cultes militaires romains et la religion gauloise. Avec sa maîtrise relative du sanskrit15, il cherche à étudier l'origine ancienne des mythologies indo-européennes, appliquant la méthode philologique de ses cours de linguistique à l'histoire des religions. Lorsqu'il arrive à Madagascar, il se retrouve sur un terrain scientifique très différent. Sans textes anciens à recouper, c'est dans les pratiques religieuses contemporaines qu'il cherche la trace d'une religion primitive, comme Delacroix pensait découvrir en Algérie « l'Antiquité vivante »16. Il s'attache alors à étudier la religion malgache dans son grand ouvrage Les amulettes malgaches Ody et Sampy, en faisant appel à la notion de totémisme17. Soucieux déjà de rattacher ses analyses des mythologies européennes au monde physique18, il avait traité celles-ci grâce à des données archéologiques. À Madagascar Renel se construit un important corpus d'objets ethnographiques grâce à des collectes menées dans toute l'île. La collection du musée des Confluences présente ainsi un nombre important de lots de perles19 qui devaient lui servir à construire des typologies de talismans. Nombreuses, ces perles en verre présentent des formes et des couleurs variées, auxquelles Charles Renel cherchait à redonner un sens dans son travail d'ethnographe amateur. Ses enquêtes personnelles étaient assistées de la collaboration de nombreux informateurs, en particulier de celles d'instituteurs malgaches sous sa direction, mais aussi de quelques sorciers20. Nous savons grâce à ses écrits que Renel achetait ces perles sur les marchés de Tananarive, où elles devaient se vendre en grand nombre21. Mais l'origine des talismans ody complets est plus incertaine, la possession de ce genre d'objets pouvant en effet provoquer des poursuites judiciaires pour sorcellerie ou pratique illégale de la médecine22. D'après l'étude de ses carnets de terrain menée par l'anthropologue Delphine Burguet23, Renel entretenait dans les villages malgaches de bonnes relations avec les habitants et déplorait l'hostilité dont avaient fait preuve les administrateurs contre toutes les formes de la sorcellerie. Mais l'on sait aussi que Charles Renel a acquis deux manuscrits par des confiscations24, il n'est donc pas impossible que grâce à son statut de fonctionnaire colonial il ait pu ainsi constituer une partie de sa collection de charmes malgaches.

Fig. 2. Ensemble de perles collectées avant 1925 à Madagascar par Charles Renel

Musée des Confluences, n°MC304

  • 25 « Rapports sur les industries d'Art indigènes à Madagascar » par Charles Renel, archives du musée d (...)
  • 26 Jackie Roubeau-Raharisoa, « Charles Renel : une vie, une époque, une œuvre », Études océan Indien, (...)
  • 27 « Académie malgache. Séance du 27 juin 1925 », L'Echo de Tananarive, n° 81, 6 août 1925, p. 2.

5D'autres objets, par exemple une partie des douze instruments de musique que conservent le musée du quai Branly–Jacques Chirac et le musée des Confluences, ont pu être collectés lors des enquêtes de Renel à travers l'île (Fig. 3). Ces institutions conservent un nombre important d'objets utilitaires témoins des arts et de l'artisanat malgache : cuillères en bois, vanneries, outil de tisserand… Le directeur de l'enseignement portait un intérêt important pour le développement des industries de la colonie, comme le montre le manuscrit du rapport qu'il a rédigé sur ce sujet, aujourd'hui conservé dans les archives du quai Branly–Jacques Chirac25. Il fut ainsi à l'origine de l'ouverture d'une école industrielle26 et tenta de maintenir par leur enseignement certaines traditions industrielles malgaches, telle celle des textiles sakalava27. La présence de plusieurs panneaux de bois isolés à motifs géométriques dans la collection Renel laisse penser qu'il pourrait s'agir de travaux d'élèves, témoignages des activités des écoles professionnelles.

Fig. 3. Deux panneaux de bois zafimaniry, plaque de verre non datée

Fonds photographie Renel du musée des Confluences, n°82432

6Une autre source des objets malgaches de Charles Renel, et peut-être une des plus importantes, est évoquée par les échanges épistolaires de Jean Paulhan. Dans une lettre à sa mère l'écrivain se plaint du manque de présence de Charles Renel au collège colonial, et évoque une exposition comme l'une de ses dernières lubies :

  • 28 « Lettre du 10 avril 1909 » dans Jean Paulhan, Lettres de Madagascar, 1907-1910, Paris, C. Paulhan, (...)

« Et Renel demeure bien tranquille. Il s'en fiche. Si l'on va le voir, il dit : « ah ce sont les idées du gouverneur général. Arrangez-vous avec lui ». Imagine-toi que depuis que le collège existe, Renel ni le gouverneur n'y sont pas encore venus une seule fois, ni voir comment marchaient les classes, ni rien. Renel est un homme heureux ; il ne connaît pas un mot des règlements français. Il ne sait pas le malgache. Il joue au tennis et organise une exposition d'art malgache pour pouvoir rapporter en France quelques souvenirs. Et pour le reste il s'en remet à Augagneur, qui s'en remet à Poiret28 ».

  • 29 « Exposition d'art malgache », Le Signal de Madagascar et dépendances. Politique, littéraire, comme (...)
  • 30 L'École franco-malgache, décembre 1908 cité dans J. Paulhan, op. cit., p. 309.
  • 31 « L'Exposition d'Art Malgache », Le Progrès de Madagascar : Organe d'Action Républicaine, n° 34, 1 (...)
  • 32 « Exposition d'art malgache », Le Signal de Madagascar et dépendances. Politique, littéraire, comme (...)
  • 33 « L'Exposition d'Art Malgache », Le Progrès de Madagascar. Organe d'Action Républicaine, n° 34, 1er(...)
  • 34 Bertrand Goy et Christine Athenor, Arts anciens de Madagascar, Milan, 5 continents, 2015, p. 27-30.
  • 35 Le Progrès de Madagascar. Organe d'Action Républicaine, n° 34 et 35, mai 1909.
  • 36 L'École franco-malgache, décembre 1908 cité in J. Paulhan, op. cit., p. 309.
  • 37 Le récent ouvrage de Bertrand Goy et Christine Athénor Arts anciens de Madagascar, 2015, constitue (...)
  • 38 Les œuvres malgaches actuellement exposées sur le plateau des collections du musée du Quai Branly-J (...)

7L'année 1909 voit en effet se dérouler à Tananarive une exposition d'art malgache29, supervisée par Charles Renel30. Prenant place dans le Palais d'Argent31, elle est destinée à exposer et à mettre à la vente des « produits indigènes […] soit originaires, soit inspirés par l'imitation d'objets européens »32. L'événement, qui connut un certain succès33, a pu être documenté grâce à des articles de presse d'époque et à des clichés du fonds photographique du musée des Confluences34. On est frappé par l’éclectisme des objets décrits par les journaux locaux35 et retrouvés sur les photographies de Charles Renel. On y présente à la fois des œuvres rattachées aux Beaux-Arts européens, telles les peintures, des objets traditionnels malgaches, de nouvelles productions liées à l'Ecole professionnelle notamment dans le domaine du textile (soie d'araignée et dentelles), des exemples du début de « l'artisanat touristique » malgache, des produits de la vie quotidienne, etc. Nous devons aussi remarquer que, si les plaques de verre du fonds Renel montrent de beaux exemples de bois de lit merina et de grands poteaux sculptés, Le Progrès ne mentionne que peu ce type d'objets, aujourd'hui considérés comme les chefs-d’œuvre de la Grande Île. L'annonce parue dans L'Ecole franco-malgache36 insistait pourtant sur la recherche d'objets – peut-être touristiques – mais caractéristiques de savoir-faire régionaux (pagaies de Sihanaka, bois sculptés du pays vezo, vases de Nosy-bé…). C'est une production plus en osmose avec les techniques et les images européennes qui intéresse alors les journaux, à l'opposé de l'intérêt des collectionneurs actuels d'art malgache37 et des musées38. Enfin, le journal ne citant aucun ody dans ses deux articles, il est difficile de savoir si des exposants ont pu en présenter lors de l'événement, leur présentation pouvant attirer des ennuis à leur propriétaire.

  • 39 Panneau de bois sculpté, avant 1925, Madagascar, palissandre, musée des Confluences (Lyon), inv. MC (...)
  • 40 Ce que montre peut-être d'autres photographies du fonds Renel de Confluences, présentant de grands (...)

8On serait tenté de relier plusieurs des objets de la collection Renel avec ceux exposés à Tananarive en 1909. On peut ainsi penser qu'un des modèles de navire du musée des Confluences corresponde à la pirogue ou au boutre décrits par Le Progrès et identifiés sur des photographies de l'exposition, mais une rapide comparaison des œuvres permet de voir qu'il n'en est rien. De même, on aura du mal à reconnaître parmi les 19 cuillères conservées par l'institution lyonnaise l'une de celles visibles dans les photographies du fonds Renel. Or, l'on sait qu'en tant qu'organisateur de l'exposition Charles Renel devait examiner les objets proposés par les vendeurs avant le début de l'exposition. On peut donc penser que celui-ci en a profité pour en acheter avant l'ouverture de la foire, afin d'enrichir sa collection personnelle. La seconde hypothèse que nous proposons ici est que, dans un souci d'attirer le public par des œuvres exceptionnelles, il ait quand même décidé d'intégrer à l'exposition les œuvres monumentales sur lesquelles il avait des vues. En effet, la seule identification qui a pu être faite avec certitude entre un cliché de l'exposition et une œuvre des collections françaises est celle d'un grand bois sculpté zafimaniry du musée des Confluences39. On peut également penser que les bois de lit ont aussi été repérés avant l'exposition, présentés à celle-ci pour faire venir les visiteurs puis acquis par Charles Renel pour décorer son intérieur40 et pourraient être ceux du musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Du privé au musée : Marthe Pitaud Renel, donatrice

9Si Charles Renel est à l'origine de la collection d'art malgache qui porte maintenant son nom dans les musées français, ce n'est cependant pas grâce à lui qu'elle y est entrée. Après son décès en 1925 à Madagascar, c'est sa veuve Marthe Pitaud-Renel qui fait don d'objets de sa collection aux musées lyonnais et parisiens.

  • 41 Louis David, « Histoire du Muséum d’Histoire Naturelle de Lyon », Nouvelles archives du Muséum d'hi (...)
  • 42 Christine Athénor, « Charles Renel, un parcours de vie en période coloniale française à Madagascar  (...)

10Il est intéressant de noter que le premier de ces dons en 1927 ne relève pas du domaine de l'histoire de l'art ou de l'ethnologie, mais est un papillon malgache naturalisé offert au Museum de Lyon. Cette année est pourtant celle qui voit la création par Édouard Herriot d'un musée colonial de la ville de Lyon41, mais Mme Pitaud-Renel semble alors n'y porter guère attention. C'est en 1932 que celle-ci rentre en contact avec Benoît Fayolle pour lancer une série de dons qui dure jusqu'en 194042. En témoigne une lettre, conservée aux archives départementales :

  • 43 Émile Guimet ouvre son premier musée boulevard des Belges à Lyon en 1879, avant de déplacer ses col (...)
  • 44 [Lettre de Mme Renel], Marthe Pitaud-Renel, archives départementales du Rhône, 4 T 275.

« Monsieur, Il y a quelques mois, j'ai eu le très grand plaisir de visiter, guidée par vous, votre très beau musée. De cette visite j'ai gardé un bien bon souvenir. Je vous avais promis de faire don au musée Guimet43 d'objets malgaches. Dont certains sont anciens et auront pour vous une valeur anthropologique. J'ai trié tout [sic] ces objets et je désirerais que vous veniez les voir afin que vous saisissiez ceux qui peuvent figurer dans vos vitrines44 ».

  • 45 « Collections destinées au musée colonial de Lyon », Gouvernement général de Madagascar et dépendan (...)
  • 46 [Lettre de Mme Renel, 26 janvier], Marthe Pitaud-Renel, archives départementales du Rhône, 4 T 275.
  • 47 C. Athénor, op. cit., p. 145.
  • 48 Déjà en 1925 le musée possédait neuf caisses d'objets en provenance de Madagascar, sa deuxième plus (...)

11Une visite guidée par Fayolle semble d'avoir été le premier contact entre le musée colonial et Mme Pitaud-Renel, on peut donc penser que le conservateur est à l'origine de cette première rencontre afin d'obtenir ce don. Pourtant, le musée ne semblait pas manquer d’œuvres malgaches : on trouve la trace dans le même fonds archivistique de plusieurs dons du gouverneur général de Madagascar, notamment de bois de lit merina45. Cette recherche volontaire de dons auprès de Mme Pitaud-Renel montre l'intérêt particulier que devait porter Fayolle pour cette collection et par là son caractère exceptionnel. Plus tard, une autre lettre est écrite pour faire don des clichés collectés par son mari, qu'elle s'excuse de n'avoir pas eu le temps de trier46. En tout, ce sont 350 objets, 900 plaques de verre et plusieurs photographies papiers qui arrivent ainsi au musée des Confluences47. Au lieu d'une unique donation, ce sont plusieurs petits dons réguliers qui construisent cette collection, comme s'ils ne se faisaient qu'au compte-goutte. On ne sait guère s'il s'agit d'une volonté de la donatrice, un choix du musée qui, déjà fourni en objets malgaches48, ne choisissait d'extraire que quelques pièces d'excellence, ou une contrainte logistique liée au déplacement des œuvres.

  • 49 Le « musée permanent des colonies » prend ce nom en 1933, avant de devenir en 1960 le « musée des A (...)
  • 50 « Don Renel (objets et livres sur Madagascar) », Musée de France d'Outre-Mer et Mme Charles Renel, (...)
  • 51 C. Renel, M. Pitaud-Renel et M. Pottecher, Contes de Madagascar III, op. cit., p. V-VI.

12Mais Lyon n'est pas la seule ville à profiter des largesses de Mme Pitaud-Renel. En 1935 elle contacte le musée de la France d'Outre-Mer49 pour lui faire don de plusieurs pièces de sa collection50. Citant plusieurs objets, elle en donne une description accompagnée de leur fonction (par exemple : « une conque ancienne, qui servait autrefois pour appeler les Malgaches lorsqu'une catastrophe les menaçait »), signe qu'elle possédait une certaine connaissance sur les artefacts dont elle avait hérité et était capable de reconnaître leur valeur lorsqu'elle choisissait de s'en séparer. On sait à ce sujet que c'est également elle qui mena le travail de classement et de publication du dernier tome des Contes de Madagascar51. Elle apporte aussi au musée une importante collection de livres issus de la bibliothèque de son époux, dont les publications scientifiques et les romans de ce dernier. Par reconnaissance, et peut-être pour obtenir de nouveaux objets, le conservateur du musée intégra dans une exposition sur Madagascar une vitrine toute entière dédiée à Charles Renel.

  • 52 Inv. 71.1946.43.1, Inv. 71.1946.43.2 et Inv. 71.1946.44.1.

13Notons aussi que trois bois de lit52 du musée du quai Branly–Jacques Chirac, autrefois conservés au musée de l'Homme, viennent de Mme Pitaud-Renel. Elle ne semblait guère se soucier dans son mécénat de l'intégrité de sa collection, ne souhaitant visiblement pas la donner entière à un seul établissement. On peut donc imaginer que quelques objets collectés par Charles Renel pourraient encore aujourd'hui se trouver dispersés dans d'autres collections publiques ou privées.

Conclusion

14On voit ici que même si Marthe Pitaud-Renel n'ignorait guère le caractère de document ethnographique et historique qu'avaient eu pour son mari les objets de sa collection, elle avait avec eux un rapport tout à fait différent. Leur possession lui permettait en effet de tenir un rôle de mécène par ses donations à plusieurs musées, avec lesquels elle entretenait des rapports réguliers. Les conservateurs des institutions parisiennes et lyonnaises ont pu être amenés à courtiser Pitaud-Renel, en lui faisant visiter leurs collections ou en dédiant à la mémoire de son époux une vitrine d'exposition temporaire.

  • 53 Inv. MC1545.
  • 54 Maurice Bloch, « 7. Devenir le paysage : La clarté pour les Zafimaniry », dans Paysage au pluriel   (...)
  • 55 L. David, op. cit., p. 5‑56.
  • 56 Flora, base de données interne du musée des Confluences, « MHNL.MC1545 : Panneau de bois sculpté », (...)
  • 57 Bénédicte Savoy « À qui appartient la beauté ? Arts et cultures du monde dans nos musées », cours d (...)
  • 58 Arjun Appadurai (dir.), The social life of things, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.
  • 59 Benoît de l'Estoile, Le goût des autres : de l'Exposition coloniale aux arts premiers, Paris, Flamm (...)

15On commence ainsi à comprendre comment les mêmes artefacts peuvent évoluer d'un régime de valeur à un autre selon les regards sociaux qui sont portés dessus. On peut prendre l'exemple de ce grand bois sculpté zafimaniry du musée des Confluences53 que l'on a pu reconnaître sur une photographie de l'exposition de 1909 et qui est aujourd'hui conservée à Lyon. Taillé dans un cœur de palissandre, ce panneau devait servir d'élément architectural à une maison de l'Est des Hautes-Terres. Au-delà de son rôle architectonique, cet objet décoré de motifs géométriques devait être un symbole de la réussite sociale et familiale du lignage habitant ce foyer. La solidification de la demeure zafimaniry par l'adjonction d'éléments en bois teza signifiait matériellement la permanence de celle-ci dans le paysage et la société locale54. C'est cependant comme marchandise qu'il rejoint les étals de la foire artistique de 1909, à l'occasion de laquelle Charles Renel l'achète. La possession de cette sculpture par un intellectuel français lui fait porter de nouveaux sens, elle est devenue un objet esthétique, historique et ethnographique. Témoignage de la vivacité d'un lignage, ce panneau est devenu dans la collection du savant celui de toute une culture étrangère. Après le décès de son mari en 1925 Marthe Pitaud Renel quitte Madagascar pour revenir en Europe ; l'objet l'accompagne. Mécène, elle en fait don au jeune musée colonial de Lyon. Celui-ci a été créé par le maire radical Edouard Herriot en réaction à l'exposition marseillaise de 192255 : les artefacts venus du monde entier doivent y représenter, tel des trophées, le succès de l'entreprise coloniale de la IIIe République. Aujourd'hui ce bois zafimaniry est toujours conservé à Lyon, comme objet ethnologique dans les réserves du musée des Confluences56. On observe avec ce panneau sculpté que le déplacement d'un tel objet au cours du temps n'est pas seulement géographique, mais aussi sémiotique. Même sans subir de profondes modifications matérielles certaines de ses significations se perdent, se transforment, il en acquiert d'autres, donnant lieu à un phénomène de translocation patrimoniale57 permettant son intégration dans une collection muséale. L'étude de la polysémie de l'artefact de musée et sa mise en récit, à la manière de ce que peuvent proposer Arjun Appadurai et Igor Kopytoff dans leurs biographies d'objets58, paraît être une approche féconde, capable d'amener dans le discours muséographique cette diversité de points de vue que l'on attend de plus en plus de l'institution muséale59.

Fig. 4. Panneau de bois sculpté collecté avant 1925 à Madagascar par Charles Renel

Musée des Confluences, n°MC1545 »

  • 60 Jean-Jacques Breton, Les arts premiers, Paris, Presses universitaires de France, 2008.
  • 61 Pauline Monginot, « Artiste ou mpanakanto ? Construction sociale et stylistique de la figure du pei (...)
  • 62 Alexandre Girard-Muscagorry, « L'artisanat « touristique » malgache dans les collections du Quai Br (...)

16Aujourd'hui les objets de la collection Renel sont conservés dans les réserves du musée des Confluences et du musée du quai Branly–Jacques Chirac. Ils ont récemment fait l'objet de nouvelles études à Lyon, menées par Christine Athénor, Delphine Burguet et Marie Perrier et accompagnées d'enquêtes ethnographiques contemporaines à Madagascar. Peu exposée par les institutions qui la conservent, une grande partie de cette collection échappe en effet aux catégories d'arts premiers ou d'objets ethnographiques mises en avant par les musées français. Les poncifs qui construisent la notion d'art premier60 (le masque–absent à Madagascar, les sculptures aux lignes brisées, l'artiste magicien) laissent de côté toute une partie de la production matérielle malgache du début du xxe siècle. Des formes d'artisanat jugées trop européanisées y échappent, à l'image de la production industrielle dont Renel suit les développements avec attention, ou de la peinture61 qui connaît un développement important sur l'île depuis le règne de Radama Ier (1810-1828). Enfin sont ignorés par toutes ces catégories les objets de l'artisanat dit touristique62, qui commence à émerger à Madagascar au début de la période coloniale.

  • 63 Ibid, p. 4. Le travail d'Alexandre Girard-Muscagorry sur l'artisanat « touristique » malgache au mu (...)
  • 64 Citons par exemple les expositions « Du Jourdain au Congo – Art et christianisme en Afrique Central (...)
  • 65 Jean-Loup Amselle, Le musée exposé, Fécamp, Lignes, 2016, p. 30-31. Des vitrines offrent cependant (...)
  • 66 Yaëlle Biro, Fabriquer le regard : marchands, réseaux et objets d’art africains à l’aube du xxe siè (...)
  • 67 F. Sarr et B. Savoy, op. cit., p. 101-102.

17Ces objets hybrides, produits en Afrique mais porteurs et témoins de l'influence européenne sur ces sociétés, sont nombreux dans les réserves d'un musée comme le quai Branly–Jacques Chirac63. S'ils ont pu ces dernières années en sortir à l'occasion de plusieurs événements64, l'exposition permanente s'attache toujours à présenter des œuvres que l'on voudrait voir comme les produits purs de cultures épargnées par la modernité occidentale et par toute influence étrangère65. Privilégiant les œuvres dites authentiques, le marché des arts africains est lui aussi depuis longtemps marqué par cette distinction66. S'il évoque ces objets « touristiques » le rapport Sarr-Savoy n'y porte de la même manière que peu d'attention, excluant ceux-ci du débat sur les restitutions67.

  • 68 Gustave Julien, « Madagascar » in La Renaissance de l'art français et des industries du luxe, avril (...)
  • 69 Pauline Monginot, « Les sculpteurs des écoles coloniales d'art » in Aurélien Gaborit (dir.), Madaga (...)
  • 70 Sally Price, Arts primitifs ; regards civilisés, Paris, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts d (...)
  • 71 Bernard Dupaigne, Le scandale des arts premiers, Paris, Mille et une nuits, 2006, p. 209.
  • 72 Le musée de l'Homme rénové fait par exemple la part belle à des objets montrant les adaptations aux (...)

18Dès la première moitié du xxe siècle la notion « d'authenticité » est devenue un élément central de l'appréciation des objets venus d'Afrique. Ainsi, en 1922 Gustave Julien enjoint le pouvoir colonial à restaurer un art malgache moderne, dans une vision essentialiste selon laquelle chaque peuple, voire race, renfermerait en lui un « génie national68 ». Ce projet artistique paradoxal, entre rejet de formes jugées trop primitives mais condamnation de toute influence extérieure ou technique moderne comme marque d'inauthenticité, se trouve finalement réalisé à Madagascar par l’État colonial avec l'ouverture en 1928 des Ateliers d'Arts Appliqués Malgaches (AAAM) dirigés par l'artiste alsacien Pierre Heidmann69. Cette vision reste forte dans nos pensées muséales contemporaines, l'hybridité et l'influence de l'histoire étant sémantiquement rejetés par la notion même d'arts « premiers70 ». Mais les musées ethnographiques eux-mêmes, longtemps tournés vers l'étude de cultures que l'on voulait voir préservées, ont pu faire de l'inauthentique un anathème71, même s'ils ont depuis su accueillir et mettre en valeur d'autres types d'objets et de discours anthropologiques72. La revalorisation et l'étude de ces objets pourraient pourtant être un moyen d'illustrer la résilience et la réactance des sociétés africaines face à la colonisation, de mettre en avant les temporalités et les connexions géographiques des productions artistiques du continent, en somme de redonner à l'histoire des arts africains dans nos musées son historicité.

Notes

1 Discours du président de la République Emmanuel Macron, à l'université Ouaga 1 Professeur-Joseph-Ki-Zerbo, à Ouagadougou, publié le 29 novembre 2017 sur le site internet de l'Elysée.

2 Felwine Sarr et Bénédicte Savoy, Restituer le patrimoine africain, Paris, Philippe Rey, Seuil, 2018.

3 On peut citer ici le billet de Didier Rykner « Rapport sur les restitutions : rendons tout, Dieu reconnaîtra les siens », publié sur le site La Tribune de l'art.com le 20 novembre 2018.

4 Felwine Sarr et Bénédicte Savoy, Restituer le patrimoine africain, op. cit. , p. 119.

5 Dominique Ferriot, Julie Guiyot-Corteville et Christophe Vital, « Collections. L'exception française en question », Icom La lettre du comité national français, 32, 2007. Voir aussi le communiqué de CGT Culture du 31 janvier 2008 « Les collections publiques françaises sont et doivent rester la propriété de la Nation. Non à la remise en cause de leur inaliénabilité ! ».

6 F. Sarr et B. Savoy, op. cit., p. 100.

7 Ce serait le troisième pays le plus représenté, avec 7590 artefacts. Ibid., p. 78.

8 [Dossier d'attribution de la légion d'honneur à Charles Ulysse Renel], 1920, archives nationales, site de Fontainebleau, côte 19800035/749/84905.

9 Pietro Lupo, « Catholiques malgaches de Tananarive et catholicisme à la fin du xixe siècle », Outre-Mers. Revue d’histoire, 73, n° 270, 1986, p. 57‑66.

10 « L'avenir de l'Enseignement à Madagascar », 1906, archives du Grand-Orient de France (Paris), cartons 1883 et 1884 de la loge de la France australe.

11 Laude Ngadi Maissa, « RENEL (Charles), Le « Décivilisé ». Présentation de Claire Riffard et Roger Little. Paris : L’Harmattan, coll. Autrement mêmes, 2014, 147 p. Études littéraires africaines, n° 39, 2015, p. 233‑35.

12 Charles Renel, Ancêtres et dieux, Tananarive, ed. G. Pitot de la Beaujardière, 1923.

13 Charles Renel (posthume), Marthe Pitaud-Renel et Maurice Pottecher, Contes de Madagascar III, Paris, éd. E. Leroux, 1930.

14 Claudine Gauthier « Philologie et folklore : de la définition d'une frontière disciplinaire (1870-1920) », Les Carnets du LAHIC, n°2, 2008, p. 8.

15 Paul Oltramare lui reproche dans son compte-rendu plusieurs erreurs de traduction. « Ch. Renel. L'Evolution d'un mythe. Açvins et Dioscures. – Paris, Masson, 1896 », Revue de l'histoire des religions, Paris, E. Leroux, PUF et A. Colin, 1897, pp. 410-417.

16 Saïd Tamba, « De l’orientalisme. Eugène Delacroix », L’Homme et la Société, n° 175, n° 1, août 2010, p. 115‑132.

17 Charles Renel, Les amulettes malgaches Ody et Sampy, Tananarive, éditeur inconnu, 1915, p. 36. Il y cite Arnold van Gennep, dont il avait lu Tabou et totémisme à Madagascar.

18 Charles Renel, Les religions de la Gaule avant le christianisme, Paris, éd. E. Leroux, 1906, p. 7.

19 On peut citer les numéros d'inventaire MC303 ou MC286.

20 C. Renel, Les amulettes malgaches Ody et Sampy, op. cit., p. 3-4.

21 Ibid., p. 59.

22 Marcelle Urbain-Faublée et Jacques Faublée, « Charmes magiques malgaches », Journal des Africanistes, 39, n° 1, 1969, p. 139‑149.

23 Delpine Burguet, « Charles Renel et le culte traditionnel », Taloha, 14-15, 2005.

24 « J'ai la bonne fortune de posséder trois de ces manuscrits : deux ont été confisqués à des sorciers, arrêtés et condamnés pour des délits divers » in Charles Renel, Les amulettes malgaches Ody et Sampy, op. cit., p. 4.

25 « Rapports sur les industries d'Art indigènes à Madagascar » par Charles Renel, archives du musée du Quai Branly-Jacques Chirac, côte 4AAI/1.

26 Jackie Roubeau-Raharisoa, « Charles Renel : une vie, une époque, une œuvre », Études océan Indien, 40-41, 2008, p. 8.

27 « Académie malgache. Séance du 27 juin 1925 », L'Echo de Tananarive, n° 81, 6 août 1925, p. 2.

28 « Lettre du 10 avril 1909 » dans Jean Paulhan, Lettres de Madagascar, 1907-1910, Paris, C. Paulhan, 2007, pp. 302-303. Victor Augagneur était le gouverneur général de l'île de Madagascar. La figure de Poiret est quant à elle plus obscure.

29 « Exposition d'art malgache », Le Signal de Madagascar et dépendances. Politique, littéraire, commercial, industriel, agricole, n°605, 12 novembre 1908, p.3.

30 L'École franco-malgache, décembre 1908 cité dans J. Paulhan, op. cit., p. 309.

31 « L'Exposition d'Art Malgache », Le Progrès de Madagascar : Organe d'Action Républicaine, n° 34, 1 mai 1909, p. 1 : « L'exposition d'Art malgache, installée dans les salles du Tranavola, a ouvert ses portes vendredi dernier ».

32 « Exposition d'art malgache », Le Signal de Madagascar et dépendances. Politique, littéraire, commercial, industriel, agricole, n° 605, 12 novembre 1908, p. 3.

33 « L'Exposition d'Art Malgache », Le Progrès de Madagascar. Organe d'Action Républicaine, n° 34, 1er mai 1909, p. 1.

34 Bertrand Goy et Christine Athenor, Arts anciens de Madagascar, Milan, 5 continents, 2015, p. 27-30.

35 Le Progrès de Madagascar. Organe d'Action Républicaine, n° 34 et 35, mai 1909.

36 L'École franco-malgache, décembre 1908 cité in J. Paulhan, op. cit., p. 309.

37 Le récent ouvrage de Bertrand Goy et Christine Athénor Arts anciens de Madagascar, 2015, constitue ainsi l'antithèse des articles du Progrès.

38 Les œuvres malgaches actuellement exposées sur le plateau des collections du musée du Quai Branly-Jacques Chirac sont trois poteaux aloalo et une sculpture bara.

39 Panneau de bois sculpté, avant 1925, Madagascar, palissandre, musée des Confluences (Lyon), inv. MC1545.

40 Ce que montre peut-être d'autres photographies du fonds Renel de Confluences, présentant de grands bois de lit dans un intérieur bourgeois.

41 Louis David, « Histoire du Muséum d’Histoire Naturelle de Lyon », Nouvelles archives du Muséum d'histoire naturelle de Lyon, tome 35, Lyon, Museum d'histoire naturelle de Lyon, 1997, p. 5‑56.

42 Christine Athénor, « Charles Renel, un parcours de vie en période coloniale française à Madagascar », Michel Côté (dir.), La passion de la collecte : aux origines du Musée des Confluences : xvii-xixe siècles, Lyon, Musée des Confluences, 2008, p. 146.

43 Émile Guimet ouvre son premier musée boulevard des Belges à Lyon en 1879, avant de déplacer ses collections dans l'actuel musée parisien en 1889. En 1909 le bâtiment lyonnais est réinvesti par le museum d'histoire naturelle de la ville, puis sous l'impulsion d'Edouard Herriot accueille de nouveau une partie des collections de Guimet à partir de 1913. Fermé en 2007, les collections du musée Guimet ont rejoint celles du nouveau musée des Confluences ouvert en 2014.

44 [Lettre de Mme Renel], Marthe Pitaud-Renel, archives départementales du Rhône, 4 T 275.

45 « Collections destinées au musée colonial de Lyon », Gouvernement général de Madagascar et dépendances, janvier 1927, archives départementales du Rhône, 4 T 275.

46 [Lettre de Mme Renel, 26 janvier], Marthe Pitaud-Renel, archives départementales du Rhône, 4 T 275.

47 C. Athénor, op. cit., p. 145.

48 Déjà en 1925 le musée possédait neuf caisses d'objets en provenance de Madagascar, sa deuxième plus grande collection derrière celle algérienne. « Récapitulation par colonies et collections », musée colonial de Lyon, 1925, archives départementales du Rhône, 4 T 275.

49 Le « musée permanent des colonies » prend ce nom en 1933, avant de devenir en 1960 le « musée des Arts africains et océaniens », puis en 1991 le « musée des Arts d'Afrique et d'Océanie ». Étienne Féau, « L’art africain au musée des Arts d’Afrique et d’Océanie : collections et perspectives pour le musée du quai Branly », Cahiers d’Études africaines, vol. 39, n° 155, 1999, p. 923‑38.

50 « Don Renel (objets et livres sur Madagascar) », Musée de France d'Outre-Mer et Mme Charles Renel, 1935, musée du quai Branly–Jacques Chirac, DA000712/59283.

51 C. Renel, M. Pitaud-Renel et M. Pottecher, Contes de Madagascar III, op. cit., p. V-VI.

52 Inv. 71.1946.43.1, Inv. 71.1946.43.2 et Inv. 71.1946.44.1.

53 Inv. MC1545.

54 Maurice Bloch, « 7. Devenir le paysage : La clarté pour les Zafimaniry », dans Paysage au pluriel  : Pour une approche ethnologique des paysages, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013, p. 88‑102.

55 L. David, op. cit., p. 5‑56.

56 Flora, base de données interne du musée des Confluences, « MHNL.MC1545 : Panneau de bois sculpté », notice saisie par Christine Athénor (17/12/2007), modifiée par Marie Perrier (29/03/2019).

57 Bénédicte Savoy « À qui appartient la beauté ? Arts et cultures du monde dans nos musées », cours donné au Collège de France (Paris, France) le 19 avril 2017.

58 Arjun Appadurai (dir.), The social life of things, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

59 Benoît de l'Estoile, Le goût des autres : de l'Exposition coloniale aux arts premiers, Paris, Flammarion, 2010, p. 556-568.

60 Jean-Jacques Breton, Les arts premiers, Paris, Presses universitaires de France, 2008.

61 Pauline Monginot, « Artiste ou mpanakanto ? Construction sociale et stylistique de la figure du peintre dans les villes des Hautes Terres malgaches (1880-1972). L’exemple de Tananarive », thèse dirigée par Faranirina Rajaonah et Alain Bonnet, Paris, Université Paris 7, 2019.

62 Alexandre Girard-Muscagorry, « L'artisanat « touristique » malgache dans les collections du Quai Branly », mémoire d'étude deuxième cycle dirigé par Carine Peltier-Caroff, Paris, Ecole du Louvre, 2013.

63 Ibid, p. 4. Le travail d'Alexandre Girard-Muscagorry sur l'artisanat « touristique » malgache au musée du quai Branly recensait ainsi 380 items.

64 Citons par exemple les expositions « Du Jourdain au Congo – Art et christianisme en Afrique Centrale » (23 novembre 2016 – 02 avril 2017), « L'Afrique des routes » (31 janvier 2017 – 12 novembre 2017) ou justement « Madagascar – Arts de la Grande Île » (18 septembre 2018 – 01 janvier 2019).

65 Jean-Loup Amselle, Le musée exposé, Fécamp, Lignes, 2016, p. 30-31. Des vitrines offrent cependant quelques contre-exemples aux propos d'Amselle sur le musée du quai Branly–Jacques Chirac, comme celles consacrées aux ivoires sapi-portugais.

66 Yaëlle Biro, Fabriquer le regard : marchands, réseaux et objets d’art africains à l’aube du xxe siècle, Dijon, Les presses du réel, 2018, p. 214-216.

67 F. Sarr et B. Savoy, op. cit., p. 101-102.

68 Gustave Julien, « Madagascar » in La Renaissance de l'art français et des industries du luxe, avril 1922, p. 228-232.

69 Pauline Monginot, « Les sculpteurs des écoles coloniales d'art » in Aurélien Gaborit (dir.), Madagascar: arts de la grande île, Arles, Actes Sud et Musée du quai Branly–Jacques Chirac, 2018, p. 144.

70 Sally Price, Arts primitifs ; regards civilisés, Paris, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, 2012, p. 42-44 et 91-104.

71 Bernard Dupaigne, Le scandale des arts premiers, Paris, Mille et une nuits, 2006, p. 209.

72 Le musée de l'Homme rénové fait par exemple la part belle à des objets montrant les adaptations aux nouveautés de la mondialisation à travers le monde.

Table des illustrations

Crédits Fonds photographie Renel du musée des Confluences, n°82887
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6262/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Crédits Musée des Confluences, n°MC304
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6262/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Crédits Fonds photographie Renel du musée des Confluences, n°82432
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6262/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Crédits Musée des Confluences, n°MC1545 »
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6262/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search