Version classiqueVersion mobile

Histoire d'objets extra-européens : collecte, appropriation, médiation

 | 
Thomas Beaufils
, 
Chang Ming Peng

Prosper Alfaric, Sylvain Lévi et le premier musée asiatique de Strasbourg durant les Années folles

Guillaume Ducœur

Résumé

Dès la fin de la Première Guerre mondiale, le ministère de l’Instruction publique aida l’Université de Strasbourg à se structurer, notamment par l’envoi d’universitaires parisiens tel Prosper Alfaric (1876-1955), nommé professeur d’histoire des religions. À la demande de la Société asiatique de Paris, un pôle d’études orientales fut aussitôt créé sous la direction de Sylvain Lévi (1863-1935). Grâce aux nombreuses relations de P. Alfaric et à l’aide apportée par S. Lévi, le nouvel Institut d’histoire des religions put se doter d’une collection de plusieurs centaines d’objets orientaux, et en particulier d’un fonds remarquable en provenance d’Asie (Inde, Birmanie, Asie du Sud-Est, Chine, Japon) légué par le musée Guimet de Paris.

Entrées d'index

Texte intégral

1Le 22 novembre 1919, lors de l’inauguration de l’université de Strasbourg redevenue française, le président Raymond Poincaré (1860-1934) donna l’orientation générale à venir :

  • 1 Université de Strasbourg, Fêtes d’inauguration 21, 22, 23 Novembre 1919, Imprimerie Alsacienne, Str (...)

« L’Université de Strasbourg deviendra ainsi, à la frontière de l’Est, le phare intellectuel de la France, dressé sur la rive où vient expirer le flot germanique, comme autrefois cette enceinte celtique qui couronnait la montagne de Saint-Odile et dont les gardiens surveillaient à l’horizon les mouvements du monde barbare »1.

  • 2 Sur l’histoire de l’université de Strasbourg pendant les Années folles, voir Françoise Olivier-Utar (...)

2Le ton patriotique, au lendemain de la Grande Guerre, prenait ainsi le contrepied des ambitions intellectuelles et scientifiques qui furent celles du Deutscher Kaiser Guillaume Ier (1797-1888), au lendemain de la guerre de 1870, qui avait eu pour ambition de faire de l’université de Strasbourg la capitale culturelle et scientifique à la frontière occidentale du nouveau Reich. En décembre 1918, l’historien Christian Pfister (1857-1933), professeur à l’École normale supérieure, vice-président de l’université de Strasbourg et doyen de la faculté des Lettres, prépara à la demande du ministère le renouveau de l’enseignement universitaire strasbourgeois et invita nombre de normaliens parisiens, pour beaucoup d’origine alsacienne, à rejoindre la nouvelle université de Strasbourg2 pour y enseigner. Un an plus tard, tous y répondirent par leur présence aux fêtes inaugurales, puis par leur charge de cours afin de former les nouveaux étudiants alsaciens.

  • 3 Guillaume Ducœur, « Langues orientales », Roland Recht et Jean-Claude Richez (s. la dir.), Dictionn (...)

3Ainsi, pour contrecarrer l’Allemagne, alors au faîte des études orientales et notamment de la philologie indo-iranienne, et afin de maintenir un enseignement à la hauteur de celui qui avait été mis en place dès 1872 à la Kaiser-Wilhelms-Universität de Strasbourg par Franz von Roggenbach (1825-1907)3, Émile Senart (1847-1928), président de la Société asiatique de Paris, accompagné du vice-président Clément Huart (1854-1926) et du sinologue Henri Cordier (1849-1925), en avisa directement le ministre Louis Lafferre (1861-1929) :

  • 4 « Séance du 14 février 1919 », Journal asiatique, 11e série, t. 13, 1919, p. 138.

« M. le Président rend compte d’une démarche qu’il a faite, avec MM. Huart et Cordier, auprès du Ministre de l’Instruction publique, pour lui exprimer, au nom de la Société asiatique, le vœu pressant que, dans la nouvelle université de Strasbourg, une part légitime et suffisante, pour le moins égale à celle qu’il y occupait sous la domination allemande, soit assurée à l’enseignement des langues et des antiquités de l’Orient »4.

  • 5 Sylvain Lévi, « Lettre de Sylvain Lévi à Sergej F. Ol’denburg, À bord du Paul Lecat, 18 octobre 192 (...)
  • 6 Dix de ces conférences strasbourgeoises furent regroupées et publiées en 1938. Sylvain Lévi, L’Inde (...)
  • 7 Louis Renou, « Sylvain Lévi, L’Inde civilisatrice », Revue historique, T. 193, 1942/43, p. 155.

4Ce fut Sylvain Lévi (1863-1935), professeur de langue et littérature sanskrites au Collège de France et dont les parents alsaciens avaient émigré à Paris au milieu du xixe siècle, qui fut donc missionné par le ministre de l’Instruction publique et nommé « directeur dans les études orientales » à la faculté des Lettres, « un titre tout nouveau », écrivit-il à l’indianiste russe Sergueï Oldenbourg (1863-1934), « qui m’a fait grande joie en me liant pour la vie à cette Alsace chérie »5. Il vint donc à Strasbourg durant les années académiques 1919-1920 et 1920-1921 puis, plus rarement entre ses missions en Asie, jusqu’en 1924, pour organiser l’Institut de langues et civilisations de l’Orient strasbourgeois. Ses conférences sur la langue et la littérature sanskrites, sur l’histoire de l’Inde, depuis l’époque védique jusqu’à la fin de l’empire Gupta, qu’il dispensa aux étudiants de Strasbourg durant l’année universitaire 1919-19206, eurent assurément pour finalité, comme le rappela Louis Renou (1896-1966), d’« éveiller le goût des choses indiennes, susciter des vocations de savant et d’artiste. N’est-ce pas après tout ce qui tenait à cœur au maître, dont ces pages vibrantes reflètent le rayonnement et résument l’humanisme ? »7.

  • 8 Guillaume Ducœur, « Max Müller (1823-1900), de l’édition textuelle du Ṛg veda à l’histoire comparée (...)
  • 9 Grigorij Bongard-Levin, Roland Lardinois, Aleksej A. Vigasin, Correspondances orientalistes entre P (...)

5L’arrivée de Sylvain Lévi à Strasbourg peut être considérée comme la contre-réponse à la venue, en 1872, du grand indianiste et historien des religions allemand Max Müller (1823-1900) qui, professeur à Oxford, s’était vu inviter par Guillaume Ier à enseigner la linguistique comparée et le sanskrit à la nouvelle Kaiser-Wilhelms-Universität de Strasbourg8. La mission de Sylvain Lévi avait ainsi eu pour but de faire de l’université de Strasbourg un « pôle d’attraction des études orientales pour l’ensemble de l’Europe centrale et orientale, à même de concurrencer les grandes universités de la puissance vaincue »9. Mais les difficultés pour organiser un tel pôle ne manquèrent pas et Sylvain Lévi en avisa directement le ministre de l’Instruction publique :

  • 10 Idem, p. 46-47.

« J’aurais souhaité de voir à Strasbourg un foyer modèle des études orientales ; mais par ces temps de vie chère et de restrictions, il faut tenir compte des réalités implacables qui imposent l’économie. Il faut tenir compte aussi des leçons de l’expérience acquise depuis notre retour ; le temps n’est pas encore venu où l’université française de Strasbourg devra jouer le grand rôle que l’avenir lui réserve »10.

  • 11 Guillaume Ducœur, « Des manuscrits indiens sur feuilles de palme (14e-15e siècles) », in Ch. Didier(...)
  • 12 Émile Senart était président de l’AFAO et Sylvain Lévi, vice-président. La Section de Strasbourg fu (...)
  • 13 « Séance du 13 février 1920 », Journal asiatique, 11e série, tome 15, 1920, p. 123.
  • 14 Albert Grenier, « Réunions du samedi », Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1ère anné (...)

6Néanmoins, Sylvain Lévi concrétisa sa mission ministérielle par ses enseignements, par le développement de l’Institut de langues et civilisations de l’Orient de la faculté des Lettres, par la conservation des manuscrits indiens de la Bibliothèque universitaire de Strasbourg11, notamment la vaste collection de manuscrits jaïna acquise par Ernst Leumann (1859-1931) durant la période allemande, par les créations des branches strasbourgeoises de la Société asiatique de Paris, en 1920, et de l’Association française des amis de l’Orient12, en 1924. Le 1er février 1920, près d’un siècle après la création de la Société asiatique de Paris, Émile Senart pouvait annoncer que sa branche strasbourgeoise avait tenu sa première séance et d’ajouter qu’au-delà du caractère intéressant de cette innovation, il était à espérer que « l’exemple de décentralisation scientifique donné par les orientalistes de Strasbourg provoque la fondation de groupements analogues dans d’autres villes universitaires »13. En 1921, Sylvain Lévi fit également venir à Strasbourg son ami Rabindranath Tagore (1861-1941), prix Nobel de littérature en 1913. L’université de Strasbourg mit alors en place une convention avec l’université de Shantiniketan que le poète indien avait fondée en 1901. Dès janvier 192014, S. Lévi initia aussi les « Réunions du samedi » en recevant dans son appartement strasbourgeois, au 37 de la rue Schweighaeuser, ses collègues, un samedi par mois à l’heure du thé, selon la coutume établie en Inde même par ses confrères indianistes britanniques – coutume qu’il avait lui-même perpétuée à Paris après ses voyages en Inde –, pour discuter librement des dernières découvertes et publications scientifiques. En 1935, dans son éloge funèbre, Gabriel Maugain (1872-1950), doyen de la faculté des Lettres, ne manqua pas de rappeler la pierre angulaire et le ciment que fut Sylvain Lévi lors de la reconstruction de l’université de Strasbourg :

  • 15 Gabriel Maugain, « Nécrologie de Sylvain Lévi », Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, (...)

« La mort récente de M. Sylvain Lévi met en deuil la Faculté des Lettres de Strasbourg. Le maître avait passé au milieu de nous la première année de notre existence et figuré sur la liste des professeurs enseignant à notre Université en 1919-1920. Il avait ainsi mis à notre service les conseils de sa longue expérience et aussi sa grande réputation scientifique, bien faite pour rehausser le prestige de notre œuvre naissante. Il s’était en outre employé, durant ce séjour, à rapprocher les membres du grand corps universitaire, qui se trouvait depuis peu constitué ici. Il comptait quelques-uns de nous parmi ses anciens élèves. Plusieurs étaient ses amis. Tous le connaissaient de nom et l’estimaient. Il servit de ciment entre nous. Il nous réunissait chaque samedi chez lui. Sous ses yeux bienveillants et ceux de Mme Lévi, nous entrions en rapport plus fréquents et plus amicaux les uns avec les autres. Nous n’oublierons jamais leur commune aménité ni leur ineffable bonté. Si on n’écrit jamais l’histoire de la nouvelle Université française de Strasbourg, on devra rappeler le beau rôle joué ici par Sylvain Lévi et sa noble compagne »15.

  • 16 Marcel Simon, « Une originalité à l’Université de Strasbourg : la chaire d’Histoire des Religions » (...)
  • 17 Né en 1876 dans l’Aveyron, ordonné prêtre en 1899, P. Alfaric sortit, en 1910, de l’Église catholiq (...)
  • 18 Guillaume Ducœur, La vie du Buddha. Lalitavistara sūtra (le sūtra du Développement des jeux [du Bod (...)
  • 19 Prosper Alfaric, « Zoroastre avant l’Avesta », Revue d’histoire et de littérature religieuses, tome (...)
  • 20 Prosper Alfaric, De la foi à la raison : scènes vécues, Publication de l’Union rationaliste, Paris, (...)
  • 21 Prosper Alfaric, « Institut d’histoire des religions », Bulletin de la Faculté des Lettres de Stras (...)

7Mais au-delà de toutes ces activités scientifiques et d’organisation, l’éminent indianiste fut encore le médiateur efficace entre les institutions parisiennes et strasbourgeoises et permit l’obtention d’un dépôt d’objets asiatiques, conservés au Musée Guimet de Paris, pour l’Institut d’histoire des religions16 que dirigeait Prosper Alfaric17 (1876-1955). De fait, les deux hommes se connaissait bien. Prosper Alfaric avait fait ses études à Paris et était membre de la Société asiatique. En 1917, dans le Journal asiatique, il avait publié un long article sur « La vie chrétienne du Bouddha ». Au xixe siècle, la lecture du Lalitavistara, biographie traditionnelle du Buddha18, avait permis de reconnaître dans le récit hagiographique de Barlaam et Joasaph une réécriture chrétienne partielle de la vie du Buddha. Spécialiste du manichéisme, Alfaric réexamina les sources persanes, arabes et gnostiques afin de comprendre comment Mani (216-274) avait pu prendre connaissance de la vie et de la doctrine du Buddha dont il clamait être le continuateur. Le 30 juillet 1920, Alfaric présenta devant les membres de l’Académie des inscriptions et belles lettres une étude sur « Zoroastre avant l’Avesta »19 dans laquelle il tenta de montrer que la théologie zoroastrienne telle qu’elle avait été conservée dans les sources grecques, différait de celle du recueil avestique et que, de ce fait, elle s’apparentait bien plus à la doctrine orphique. Comme il l’avoua trente-quatre ans plus tard, sa nomination à la nouvelle université de Strasbourg en 1919, l’« éloigna et dans une trop large mesure, [le] détacha de la sélection d’esprits d’élite que les circonstances [l’]avaient amené à connaître et qu[’il] pouvai[t] rencontrer à maintes occasions dans la capitale. Loisy, Guignebert, Lévy-Bruhl et Jullian, Salomon Reinach, Sylvain Lévi, Paul Pelliot, pour ne citer que ceux-là, représentaient pour [lui] des guides hors pair, dont rien ne suppléerait l’absence. Ils étaient aussi des agents de liaison d’un prix exceptionnel avec qui le cercle de [ses] relations était toujours allé en s’élargissant pour [son] plus grand profit. »20 Lorsque Sylvain Lévi quitta Strasbourg, Alfaric prit le relais des « Réunions du samedi » en invitant ses collègues à l’Institut d’histoire des religions afin de présenter et d’apprécier « en libre causeries, les publications récentes qui peuvent servir à une étude objective des croyances et des pratiques religieuses »21.

8Les relations tissées par Prosper Alfaric durant ses années passées à Paris lui offrirent donc l’opportunité d’obtenir un ensemble d’objets à partir duquel il put former un musée d’études. Dans la chronique du Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg de novembre 1922, une brève notice y fit allusion :

  • 22 « Chronique », Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1ère année, n°1, 1er novembre 1922 (...)

« L’Institut d’histoire des religions s’est enrichi de nombreux objets propres à illustrer l’enseignement qui s’y donne. Ils lui ont été offerts par M. Salomon Reinach, directeur du musée Saint-Germain-en-Laye, M. Alexandre Moret, directeur du Musée Guimet, M. Bénédite et M. Pottier, directeurs, l’un de la section des antiquités égyptiennes, l’autre de la section des antiquités de la Grèce et de l’Asie au musée du Louvre, M. Emile Nourry, libraire à Paris, M. Ginsburger, de Strasbourg »22.

  • 23 Les actuelles salles 104 et 105, l’ancienne salle 46 ayant été divisée en deux pièces par la mise e (...)
  • 24 « Jeudi 17 h. 3/4. Salle 46. Cours : Revue du Musée d’histoire des religions », Bulletin de la Facu (...)

9Prosper Alfaric évoqua lui-même la constitution de ce musée d’études conservé à l’Institut d’histoire des religions, en salle 4623 au premier étage du Palais universitaire, et à partir duquel il dispensa un enseignement d’histoire des religions les jeudis à 17h45 au premier semestre de l’année 1922-192324 :

  • 25 Prosper Alfaric, « Institut d’histoire des religions », Bulletin de la Faculté des Lettres de Stras (...)

« Dans un meuble vitré sont rassemblés les premiers éléments d’un Musée d’études, qui complète avantageusement la Bibliothèque. Il a été constitué par des “dépôts permanents” d’objets possédés en double par le Musée Guimet et celui du Louvre (antiquités égyptiennes et grecques) ou des moulages du Musée de Saint-Germain, comme aussi par des dons de M. Émile Nourry, libraire à Paris, et de M. Ginsburger, bibliothécaire à la Bibliothèque universitaire de Strasbourg. Il est encore bien modeste. Mais il ne demande qu’à s’agrandir. D’autres dépôts et d’autres dons viendront sans doute l’y aider »25.

  • 26 Les pourparlers de 1918, visant à fermer les deux facultés de théologie strasbourgeoises, la protes (...)
  • 27 Prosper Alfaric, De la foi à la raison : scènes vécues, Publication de l’Union rationaliste, Paris, (...)

10Les Bulletins de la Faculté des Lettres de Strasbourg montrent néanmoins que P. Alfaric ne proposa plus d’autres enseignements à partir de ce musée d’études au cours des années suivantes. Et malheureusement, dans son ouvrage autobiographique, il jugea préférable de taire ses années passées à l’Institut d’histoire des religions de la Faculté des Lettres « enserrée entre les deux Facultés de théologie26. […] Les “laïques”, étrangers par définition aux clans confessionnels, ne représenteraient qu’une faible minorité dans ce milieu concordataire et traditionaliste, où d’ailleurs ils n’avaient pas de place officielle. […] Je n’ai point l’intention d’examiner ici jusqu’à quel point ces inquiétudes étaient fondées, encore moins d’égrener mes souvenirs d’Alsace. Un fait est certain. Mon départ pour Strasbourg modifia sensiblement le cours de ma vie intellectuelle. »27

  • 28 « Revenant sur l’avis exprimé en octobre dernier, la Faculté des lettres de Strasbourg désirerait r (...)
  • 29 Prosper Alfaric, De la foi à la raison : scènes vécues, Publication de l’Union rationaliste, Paris, (...)
  • 30 Archives des musées nationaux, Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye (série G) : (...)
  • 31 Archives des musées nationaux, Département des Antiquités grecques et romaines du musée du Louvre ( (...)

11Ces deux notices, bien trop succinctes, ne renseignent donc que sur la seule provenance des objets et le nom de leur conservateur d’alors. Selon les documents conservés aux Archives nationales, le premier prêt fut celui effectué par Georges Aaron Bénédite (1857-1926), directeur du département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre, le 4 juillet 1921, sur demande du ministre de l’Instruction publique28. La centaine d’objets mis en dépôt à l’Institut d’histoire des religions provenait des fouilles archéologiques faites à Éléphantine par l’orientaliste Charles Clermont-Ganneau (1846-1923) et à Antinoé par l’égyptologue Albert Gayet (1856-1916) ainsi que des réserves du Louvre (voir Annexe 1). Le 11 mars 1922 fut signé un décret présidentiel pour le dépôt de soixante-cinq objets appartenant au musée Guimet dont le directeur était alors l’égyptologue Alexandre Moret (1868-1938). Le 11 juillet 1922, le directeur du musée de Saint-Germain-en-Laye, l’académicien Salomon Reinach (1858-1932), qui avait été membre de jury de la thèse d’Alfaric et qui avait présenté à ce dernier l’orientaliste Franz Cumont (1868-1947) lors d’un « déjeuner intime »29, lui confia des moulages30. Il en fut de même, le 15 juillet de la même année, par l’archéologue Edmond Pottier (1855-1934), directeur du département de la Grèce et de l’Asie du Musée du Louvre31. Ce fut donc quatre-vingt-seize objets en provenance de sites archéologiques méditerranéens (voir Annexe 2) que Prosper Alfaric obtint pour son musée d’études après en avoir fait la demande au ministre de l’Instruction publique le 16 janvier 1922 :

  • 32 Lettre de Prosper Alfaric au Ministre de l’Instruction publique, datée du 16 janvier 1922. Archives (...)

« Permettez-moi de solliciter votre bienveillance en faveur de l’Institut d’Histoire des Religions que j’ai reçu la mission d’organiser à la Faculté des Lettres de Strasbourg. Je m’applique à y constituer un petit Musée d’études et je voudrais y faire figurer divers objets qui existent en double au service des antiquités assyriennes du Musée du Louvre et que le conservateur, M. Pottier, avec qui je me suis entendu, me confierait en dépôt, si vous le permettez. Je vous serais très reconnaissant si vous vouliez bien lui accorder cette autorisation »32.

  • 33 Sur Émile Nourry, voir « Un grand folkloriste : P. Saintyves (Émile Nourry) 1870-1935 », Revue de F (...)
  • 34 Jean Daltroff et Jean-Claude Richez, « Ginsburger, Moïse », Roland Recht et Jean-Claude Richez (s. (...)

12Des legs furent également faits par le libraire et folkloriste Émile Nourry33 (1870-1935), futur président de la Société du folklore français fondée en 1929 sous le patronage de James Frazer (1854-1941) à l’initiative d’André Varagnac (1894-1983), pour laquelle P. Alfaric serait membre du Comité-conseil en 1930 aux côtés de Lévy-Bruhl, Marcel Mauss ou encore Alexandre Moret. Enfin, l’historien Moïse Ginsburger34 (1865-1949), chargé d’enseignement en littérature rabbinique à la faculté des Lettres et conservateur des manuscrits sémitiques à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg fit don à P. Alfaric de quelques objets pour compléter le musée d’études. Au total, ce « petit Musée d’études » ne comprenait pas moins de deux cent quatre-vingts objets.

  • 35 Le Musée Guimet (1918-1927), Annales du Musée Guimet, Bibliothèque de vulgarisation 48, P. Geuthner (...)
  • 36 Le Musée Guimet (1918-1927), Annales du Musée Guimet, Bibliothèque de vulgarisation 48, P. Geuthner (...)
  • 37 Voir ci-dessous la reproduction de ce décret.

13Le dépôt le plus original pour l’université de Strasbourg, qui possédait déjà depuis la période allemande une collection d’objets archéologiques égyptiens et grecs, fut assurément celui du musée Guimet. Lorsque son directeur Émile Guimet décéda le 12 octobre 1918, un Comité-conseil fut institué par un arrêté ministériel de L. Lafferre le 22 novembre 1919. Mais la mort de son fils, Jean Guimet (1880-1920), nouvellement directeur du musée, dans un accident de voiture survenu le 25 janvier 1920, obligea le Comité-conseil à demander à É. Senart de présider ce dernier35. Parmi ses membres se trouvaient S. Lévi, A. Moret et E. Pottier36. La place qu’occupait alors Lévi, entre Paris et Strasbourg, fut assurément le lien qui permit à P. Alfaric et à son Institut d’histoire des religions, dont la salle 46 jouxtait celle de l’Institut de langues et civilisations de l’Orient (salle 45, actuelle salle 103), d’obtenir un dépôt conséquent de 65 objets listés dans un décret présidentiel daté du 11 mars 192237 (voir Annexe 3).

14Parmi ces soixante-cinq artefacts, outre les treize provenant d’Égypte, cinquante-deux étaient originaires d’Asie : quatorze de l’Inde, un du Tibet, dix-huit de Birmanie, deux de l’Indochine, treize de la Chine et quatre du Japon. Il apparaît donc que cet ensemble d’objets religieux en provenance du musée Guimet de Paris représentait le premier musée asiatique dans l’histoire de la ville de Strasbourg et plus largement de l’Alsace. Cette ouverture à l’histoire des cultures autres que chrétiennes dans une Alsace conservatrice et traditionaliste fut conséquente à la venue de Sylvain Lévi et de Prosper Alfaric, qui, dans un esprit de laïcité, avaient essayé d’ouvrir les étudiants alsaciens à l’étude des religions que l’humanité avait produites tout au long de son histoire afin que le monde fût enfin rond et ne résultât plus d’une vision simplement christianocentrée.

  • 38 Le Jubilé du Musée Guimet, vingt-cinquième anniversaire de sa fondation 1879-1904, E. Leroux, Paris (...)
  • 39 Le Jubilé du Musée Guimet, vingt-cinquième anniversaire de sa fondation 1879-1904, E. Leroux, Paris (...)
  • 40 Sylvain Lévi, « Préface », in Hermann Oldenberg, Le Bouddha, sa vie, sa doctrine, sa communauté, tr (...)

15De fait, ce musée d’étude asiatique de Strasbourg dut son existence à deux facteurs importants à cette époque d’après-guerre : les prêts considérables d’objets archéologiques orientaux et asiatiques par les musées parisiens à des institutions académiques régionales, et l’interaction entre les collections d’objets religieux asiatiques et la discipline de l’histoire des religions, consolidée en France par la loi de séparation des Églises et de l’État adoptée en 1905. Dès 1879, en effet, le projet d’Émile Guimet avait été de créer « une usine scientifique »38 exclusivement productrice d’études académiques sur l’histoire des religions asiatiques. Le musée de Lyon, transféré par la suite à Paris, fut à l’initiative de champs de recherche scientifique fondamentaux dans le domaine des religions d’Extrême-Orient. Soutenu par le ministère de l’Instruction publique, E. Guimet fut également le fondateur39 de la Revue de l’histoire des religions dont le premier numéro, paru en 1880, fut l’une des nombreuses publications rattachées aux Annales du musée Guimet – « Grande bibliothèque » – à l’égal de la « Bibliothèque d’études » et de la « Bibliothèque de vulgarisation », puis plus tard de la « Bibliothèque d’art ». Les plus grands orientalistes français écrivirent dans cette revue et, entre 1880 et 1904, pas moins de vingt-six contributions sur l’histoire du bouddhisme y furent publiées. Rien d’étonnant en ce domaine puisque, depuis la fondation de la bouddhologie européenne par Eugène Burnouf (1801-1852), professeur de sanskrit au Collège de France, tout restait à faire dans la restitution de l’histoire de ses origines indiennes et de ses développements ultérieurs sur l’ensemble des territoires extrême-orientaux. Si, en 1903, Sylvain Lévi affirmait encore que « le bouddhisme est à la mode ; on en parle beaucoup, on ne le connaît pas. »40, le projet initial d’exposition et de publication d’E. Guimet montre, quant à lui, l’importance qu’il porta immédiatement à l’étude scientifique du bouddhisme et à ses productions artistiques :

  • 41 Le Jubilé du Musée Guimet, vingt-cinquième anniversaire de sa fondation 1879-1904, E. Leroux, Paris (...)

« Ce musée n’est pas seulement une collection d’objets curieux, c’est, avant tout, une collection d’idées. Chaque vitrine représente un dogme, une croyance, une secte : il a donc fallu, en dehors du catalogue qui ne peut donner que des esquisses à grands traits, publier un ensemble d’études destinées à déterminer et à mettre en lumière les idées représentées par les objets. C’était, à tout prendre, l’exposé complet de toutes les religions de l’antiquité et de l’Orient qu’il s’agissait de présenter au public. […] C’est à l’Asie qu’on a voulu d’abord s’attaquer. On a l’espérance de trouver là l’origine d’un certain nombre d’idées religieuses, et puis, il y a là au point de vue chronologique une masse d’inconnues à dégager. Or, la religion la plus répandue en Asie est le Bouddhisme, et c’est aussi celle qui nous fournit la littérature la plus abondante. C’est donc par le Bouddhisme qu’on a commencé »41.

16Force est de constater que, non seulement, cet élan fut suivi par P. Alfaric qui conçut l’un de ses cours à partir de la présentation d’objets asiatiques, mais encore, le musée d’étude de l’Institut d’histoire des religions de Strasbourg était constitué, dans sa majeure partie, d’objets bouddhiques. Sur les cinquante-deux artefacts (voir Annexe 4), trente-cinq sont issus des milieux bouddhiques de Birmanie (18), de Chine (11), du Japon (4), d’Indochine (1) et du Tibet (1), quinze des courants religieux indiens (Inde : 14 ; Indochine : 1) et deux seulement du taoïsme (Chine).

  • 42 Bernard Dupaigne, « Histoire des collections d’Asie du Musée de l’Homme », Outre-Mers. Revue d’hist (...)
  • 43 Josette Rivallain, « Cabinets de curiosité, aux origines des musées », Outre-Mers. Revue d’histoire(...)
  • 44 William Wilson Hunter, A History of British India, vol. II, To the union of the Old and New Compani (...)

17Le musée d’étude asiatique de l’Institut d’histoire des religions de Strasbourg était donc constitué en majeure partie de sculptures bouddhiques, notamment en provenance de Birmanie. Dix d’entre elles provenaient de la collection de Charles-Philippe Fayolle, commis au Bureau des Colonies d’Amérique entre 1756 et 178642 et conservateur du cabinet d’histoire naturelle du château de Versailles43. Toutes ces statuettes bouddhiques dataient, de ce fait, du xviiie siècle, voire étaient plus anciennes encore. Cela dut être le cas de la statuette d’une divinité indéterminée (n° inv. 5975) qui appartenait à la collection de Sir Edward Littleton (1653-1705) qui, après avoir été exclu pour corruption de l’East India Company en 1682, avait été nommé président de la New East India Company du Bengal44.

  • 45 Bernard Dupaigne, « Histoire des collections d’Asie du Musée de l’Homme », Outre-Mers. Revue d’hist (...)
  • 46 Le Jubilé du Musée Guimet, vingt-cinquième anniversaire de sa fondation, 1879-1904, Paris, Ernest L (...)
  • 47 Le Jubilé du Musée Guimet, vingt-cinquième anniversaire de sa fondation, 1879-1904, Paris, Ernest L (...)

18Pour le reste, notons que plusieurs objets avaient également fait partie de collections privées avant d’avoir été légués au musée Guimet et déposés à Strasbourg. Deux statuettes en bois représentant des moines bouddhistes et originaires de Birmanie (n° inv. 8521-22) avaient d’abord appartenu à la collection de De Bouteiller, consul de France en Birmanie à la fin des années 188045. Une partie de sa collection rejoignit celle d’Asie orientale du Trocadéro avant que cette dernière ne fût transférée à son tour au musée Guimet à la demande d’Émile Guimet, en 1891, auprès du ministre de l’Instruction publique. Par ailleurs, De Bouteiller fit directement don d’objets en provenance de Birmanie au musée Guimet46. De même en fut-il pour les legs de 97 objets par le Dr Brazier et H. Dublain parmi lesquels des divinités en provenance du Siam, du Cambodge, de l’Inde, de la Chine, de l’Annam, du Tibet, du Japon47. Les statuettes de Śiva (n° inv. 11240), Viṣṇu et Lakṣmī (n° inv. 11247), Gaṇeśa (n° inv. 11249) ainsi que Kṛṣṇa et Rādhā (n° inv. 11250) provenaient certainement de ce don effectué au musée Guimet avant 1904.

  • 48 Bernard Dupaigne, « Histoire des collections d’Asie du Musée de l’Homme », Outre-Mers. Revue d’hist (...)
  • 49 Le Jubilé du Musée Guimet, vingt-cinquième anniversaire de sa fondation, 1879-1904, Paris, Ernest L (...)

19Le 21 avril 1896, le musée Guimet organisa une « Exposition des voyages et Missions scientifiques »48 afin de présenter des collections privées dont celle du Prince Henri d’Orléans (1867-1901) qui avait rapporté de ses voyages des objets en provenance de l’Inde, de l’Indochine, de la Chine et du Japon. Parmi les dons qu’il fit au musée Guimet, « deux divinités tonkinoises, bois »49 correspondent aux deux sculptures du bodhisattva Guān yīn (觀音菩薩) originaires du Tonkin (n° inv. 2116 et 11341).

  • 50 Joseph Hackin, « Inde, Tibet, Japon. Collection Péralté », in Exposition temporaire au Musée Guimet (...)
  • 51 Joseph Hackin, « Inde, Tibet, Japon. Collection Péralté », in Exposition temporaire au Musée Guimet (...)

20Du 27 mai au 31 juillet 1908, une exposition temporaire regroupa un ensemble de collections privées (Wasset, Bacot, Lebaudy) dont celle des époux Péralté. Parmi les dons faits au musée Guimet se trouvait un « Kṛṣṇa dansant sur le serpent »50 qui pourrait correspondre à celui déposé à Strasbourg (n° inv. 4273). Le moulin à prières tibétain (n° inv. 2567), ayant appartenu à la collection Péralté, pourrait également provenir du même lot de legs51.

21Enfin, les quatre gardiens bouddhiques ou lokapāla (n° inv. 1635-38) avaient compté parmi la vaste collection d’objets chinois et japonais de l’alsacienne Florine Langweil (1861-1958) qui, à partir de 1913, légua aux musées parisiens ainsi qu’à ceux de Strasbourg, Colmar et Mulhouse de nombreuses pièces.

  • 52 « À nos collègues mobilisés », Bulletin de la faculté des Lettres de Strasbourg, 18e année, n° 2, j (...)

22Ce fut donc à partir de ces objets issus de collections privées et ayant transité par le musée Guimet que P. Alfaric put à son tour présenter l’histoire des religions asiatiques, notamment le bouddhisme, le śivaïsme et le viṣṇuïsme. Mais, en 1939, l’université de Strasbourg dut se replier à Clermont-Ferrand. Si Alfaric fit emporter un grand nombre d’ouvrages de la bibliothèque et revint en mission au Palais universitaire, au début de l’année 1940, accompagné de Pierre Fabre et Émile Pons ainsi que l’appariteur Lucas, pour effectuer « dans nos Instituts des prélèvements copieux »52 d’instruments de travail, nous ne savons pas ce qu’il advint du musée d’étude asiatique. Il est probable que ces objets furent tous emportés à Clermont-Ferrand à légal des collections des autres instituts universitaires strasbourgeois.

  • 53 Plusieurs objets égyptiens provenant du musée du Louvre et mis en dépôt à l’Institut d’histoire des (...)
  • 54 Cédric Gourin, « Une Puydômoise trouve deux chefs d’œuvre japonais dans une cave », La Montagne du (...)
  • 55 François Blanchetière, professeur à l’Institut d’histoire des religions jusqu’en 1999, nous a confi (...)

23Sur les 65 artefacts, seuls deux objets égyptiens (n° inv. 798 et 2553) se trouvent être conservés actuellement dans la collection de l’Institut d’égyptologie de l’université de Strasbourg53, et deux kakemono (n° inv. 7945 et 8007) ont été restitués au musée Guimet par la petite-fille de P. Alfaric en 201154. Il semble que durant le repli de l’université strasbourgeoise à Clermont-Ferrand ou bien qu’au lendemain de la Libération, le musée d’étude asiatique ait été dispersé, voire les objets volés55.

  • 56 François Blanchetière, « Marcel Simon (1907-1986) », Numen 34/1, 1987, p. 139-142.

24Deux raisons peuvent être évoquées au sujet de cette disparition malheureuse. Premièrement, les Alsaciens, très conservateurs et traditionalistes, n’eurent que peu d’intérêt, voire aucun, pour l’histoire des religions asiatiques et plus généralement pour les cultures non-chrétiennes ou ne relevant pas de l’héritage de cultures antiques du Bassin méditerranéen. Un tel désintérêt se confirma encore, en 2008, par la fermeture de la chaire de sanskrit, créée en 1872, à la faculté des Lettres de Strasbourg, qui avait pourtant été la garante de la venue de Sylvain Lévi et de l’intérêt qu’avaient alors porté la Société asiatique de Paris et le ministère de l’Instruction publique à reconstruire une université strasbourgeoise dépourvue d’indianistes et plus généralement d’extrême-orientalistes alsaciens. Deuxièmement et conséquemment, lors du départ à la retraite de P. Alfaric, le 5 novembre 1945, son successeur, Marcel Simon56 (1907-1986), spécialiste du christianisme primitif, orienta les travaux de recherche de l’Institut d’histoire des religions sur l’étude des systèmes religieux antiques du pourtour méditerranéen, délaissant ceux d’Asie et d’Extrême-Orient. De fait, le temps n’était plus au comparatisme entre le christianisme et les religions indo-iraniennes tel qu’il avait été encore pratiqué dans les premières décennies du xxe siècle, car l’actualité scientifique mondiale d’après-guerre était alors accaparée par les découvertes de la bibliothèque de Nag Hammadi, en 1945, puis des manuscrits de la mer Morte, en 1947. Ces deux facteurs eurent probablement raison d’un quelconque intérêt porté à la conservation de ce musée d’étude datant des années 1920.

25Il aura finalement fallu le concours de deux universitaires parisiens, Alfaric et Lévi, pour que l’Alsace ait eu une occasion historique d’obtenir les prémices d’un musée asiatique durant les Années folles, musée asiatique dont Strasbourg est dépourvu depuis, à la différence d’autres grandes villes de France. Aujourd’hui, un long travail de recherche reste encore à mener afin de restituer, tant faire se peut, l’histoire de chacun des objets ayant composé cette collection asiatique qui fut un instrument de travail majeur à l’université de Strasbourg, au lendemain de la Grande Guerre, dans le domaine de l’histoire comparée des religions.

  • 57 Archives des musées nationaux, Département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre (série AE) (...)

Annexe 1. Inventaire des objets du musée du Louvre mis en dépôt à l’Institut d’histoire des religions57

1./ Objets provenant des fouilles Clermont-Ganneau à Éléphantine

Une femme nue, couchée sur un lit funèbre, un enfant à côté d’elle, terre cuite

Trois fragments de pièces semblables

2./ Objets provenant des fouilles Gayet à Antinoé

Trois masques funéraires, en plâtre stuqué et peint

Un lot de perles de collier (matière, forme et dimensions diverses) contenues dans une coupe en terre cuite

Neuf flacons et coupes en verre (dont quatre fragmentaires)

Une statuette de femme (ou de déesse) en bois

Une statuette de Touéris hippotame en bois (ces deux objets sont très abimés)

Une balle en cuir

Un jouet d’enfant, en forme d’animal, autrefois monté sur des roulettes, bois

Fragment de fuseau à double tête, encore garni de son fil, bois

Un peigne double (fragmentaire), en bois

Deux anneaux et une épingle (fragmentaire) en os

Deux Harpocrates cavaliers

Trois Harpocrates au pot (dont un sans tête)

Trois Harpocrates à la corne d’abondance (dont un sans tête)

Partie supérieure d’un Harpocrate au coq, un Horus nu accroupi, les jambes écartées

Trois Isis jouant du tympanon ; une tête de Bès ; sept têtes de divinités diverses

Partie supérieure d’une pleureuse accroupie les bras levés

Divinité nue, portant les mains à ses seins

Divinité (la tête manque) relevant sa robe

Homme nu, debout sur une base

(Figurines en terre cuite plus ou moins fragmentaires)

Un lot de quinze lampes en terre cuite

Un lot de vingt poteries (vases, coupes, assiettes etc.) en terre cuite (dont une grande jarre à base pointue)

3./ Objets provenant des réserves du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre

Une statuette d’Horus assis (le siège manque) portant la main à sa bouche

Une statuette « ushabti » en bois (N° 701)

Une statuette en terre émaillée (N°s 793 bis et 5777)

Une statuette en terre émaillée (N°s 108 et 812)

Une statuette en terre émaillée (N° 738)

Une statuette en terre émaillée (N° 795)

Une grande statuette « ushabti » en bois stuqué et peint (1 4019)

Un oiseau âme en bois peint (1 4370)

Un oiseau « Akhen » en bois peint (N° 317 et 1 4007)

Un chacal en bois (N° 70 et 189 et 1 4094)

Un lot de bronzes sans numéro comprenant outre des pièces à décaper

Un faucon coiffé de la double couronne (les pattes manquant)

Une statuette d’Osiris debout, coiffé de l’atef et tenant le fouet et le crochet

Tête et bec d’ibis

  • 58 Archives des musées nationaux, Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye (série G) : (...)

Annexe 2. Inventaire des objets des musées de Saint-Germain-en-Laye et du Louvre mis en dépôt à l’Institut d’histoire des religions58

Provenance

N° d’inventaire

Descriptif

Chypre

AM-1433

Porteuse d’offrande (fragment)

 

AM-1424

Porteuse d’offrande (fragment)

 

AM-1425A

Porteuse d’offrande (fragment)

 

AM-1425B

Porteuse d’offrande (fragment)

Chypre (Lapithos)

AM-1480

Porteuse de tympanon

 

AM-1617

Déesse nue

Carthage

RS-838

Lampe ouverte de genre phénicien

 

RS-839

Lampe demi-ouverte de genre phénicien

 

RS-841

Lampe fermée, forme grecque

 

AO-3853

Brûle parfum en forme de tête de femme

 

RS-843

Lampe chrétienne (fragment)

Lemta

RS-842

Lampe à bec en forme d’enclume

Eldjem

RS-840

Lampe à bec rond marque MNOVIVST incisée

Bizerte

RS-844

Lampe chrétienne

Tarente

MNB-2625

Coré assise, type de fig. de l’acropole (fragment)

Temple de Dionysos

MNB-2633

Coré ou Déméter assise (fragment)

 

MNB-2621

Homme barbu couché, coiffé d’un bonnet conique (fragment)

 

MNB-2598

Homme couché, coiffé d’une tiare cheveux en boucles, tenant une coupe

Tarente

MNB-2609

Femme couchée, la tête ornée de bandelettes, tenant un objet indéterminé (fragment)

Temple de Dionysos

MNB-2549

Tête d’homme barbu casqué (fragment)

 

MNB-2400

Tête d’Hercule ? barbu portant une couronne ornée de deux grosses fleurs (fragment)

Région de l’Emesène

AO-6586A

Deux idoles, basse époque barbare, déesses nues, l’une A ornée d’un collier

 

AO-6586B

 

 

AO-6588

Figurine, petit cavalier, style phénicien (fragment)

Région de Beyrouth

AO-6591A

Lampe chrétienne, sur le fond un chrisme

 

AO-6591B

Lampe à deux becs, anse plate triangulaire, emblème de l’aigle

Éphèse

CA-991

Tête de femme avec bandeau dans les cheveux (fragment)

 

CA-1483

Tête de satyre en relief sur un fragment de vase

Sardes

CA-1082

Tête de taureau (fragment)

Orta-Kein (Eolide)

CA-1488

Déméter voilée (fragment)

Erythrée

RS-879

Tête grimaçante, enfant rieur (fragment)

(Asie mineure)

 

Ismit (Asie mineure)

CA-1497A

Tête de génie du feu

 

CA-1497B

Tête de génie du feu

Asie mineure

CA-1495

Figurine d’Aphrodite debout drapée (fragment)

 

RS-880

Figurine d’Hermès debout tenant une bourse et un caducée

Smyrne

CA-1112A

Lampe à bec rond et anse verticale marque A I O N V incisée

 

CA-1112B

Lampe à bec rond, anse verticale marque A incisée

 

CA-1112C

Lampe à bec allongé de forme triangulaire marque

 

A C K V H M I A V O Y incisée

 

CA-1112D

Lampe à bec accosté de deux croissants, anse verticale marque en relief

 

CA-1112E

Lampe ornée d’incisions, anse brisée, marque K en relief

 

CA-1111A

4 lampes à bec rond, ornements linéaires incisés

 

CA-1111B

 

 

CA-1111C

 

 

CA-1111D

D porte sur le fond un chrisme

 

CA-1110A

Lampe avec relief : Victoire, marque en creux fragment

 

CA-1110B

Lampe avec relief : cavalier avec deux chevaux, marque en creux (fragment)

 

CA-663A

Tête de femme coiffée d’un diadème (fragment)

Mont Pagus

CA-663B

Tête de femme coiffée d’un diadème (fragment)

 

CA-663C

Tête de femme coiffée d’un diadème recouvert d’un voile (fragment)

 

CA-663D

Tête de femme avec un nœud de cheveux barrette ornée d’une boule (fragment)

 

CA-663F

Fragment de tête de femme, Isis hellénisée ? (deux petites cornes)

 

CA-663G

Canéphore (tête de femme) fragment

 

CA-663H

Canéphore (tête d’homme barbu) fragment

 

CA-663I

Tête d’Hélios, style barbare (fragment)

 

CA-663J

Tête d’Eros, couronne de feuillage

 

CA-663K

Tête d’Hélios ou Dionysos portant des fruits en couronne (fragment)

 

CA-663L

Fragment de figurine, Dionysos portant un thyrse

 

CA-663M

Centre de lampe, ornement en relief : tête de femme portant une grosse couronne

Smyrne

CA-663N

Fragment de figurine Artémis d’Ephèse

 

CA-663O

Figurine : Télesphore

 

CA-663P

Fragment de coquille d’escargot

 

CA-831

Canéphore (tête de femme) fragment

 

CA-695A

Fragment de figurine Artémis d’Ephèse

 

CA-695B

Tête de Dionysos ? ou Ariane ? couronnée de feuillage (fragment)

 

 

CA-695C

 

Mont Pagus

CA-695D

Tête de jeune Bacchant ? (fragment)

 

CA-695E

Tête de Dionysos archaïque (fragment)

 

CA-695F

Canéphore (tête de femme) fragment

 

CA-695G

Tête d’enfant à chevelure bouclée (fragment)

 

CA-695H

Tête de femme chadémée (fragment)

 

CA-695I

 

CA-695J

Tête d’Ephèbe coiffé d’une grosse couronne (fragment)

 

CA-696

Empreinte sur une bulle de terre cuite percée de deux trous (homme luttant avec un animal)

 

CA-1085A

Trois déesses mères portant un enfant dans leurs bras (bas-relief)

 

CA-1085B

 

 

CA-1085C

 

 

CA-1086

Petit cavalier, style barbare

 

CA-1091

Fragment de bas-relief : femme faisant une libation à un serpent Hygie ?

 

CA-1092

Tête de femme coiffée d’un diadème surmonté d’un polos (fragment)

 

CA-1093A

Lièvre courant (bas-relief)

 

CA-1093B

Bélier ? courant, bas-relief, fragment

 

CA-1437

Tête d’enfant coiffé d’un bonnet pointu (fragment)

Région de Smyrne

CA-1078A

Une noix

 

CA-1078B

Une grenade

 

CA-1078C

Une figue

 

CA-1078D

Une pomme

 

CA-1078E

Une coquille

 

RS-848

Deux doigts bénissant ? ex-voto ? fragment

 

RS-849

Coq

 

RS-850

Coq d’une autre race

 

RS-851

Tête de bélier surmontée d’un col de vase (fragment)

 

RS-852

Fragment de figurine (tête de Dionysos couronnée de feuillage et de raisins, bras droit tenant un canthare)

 

RS-853

Bouclier romain décoré d’un buste d’Hélios, de deux croissants et de deux étoiles

 

RS-54

Bec de lampe en forme de tête de taureau

 

RS-855

Trophée formé d’une tête de bœuf et d’une guirlande de feuillage avec ruban (fragment de vase)

 

RS-856

Chapiteau ou console décoré d’un torse de sphinx ailé à tête de femme (fragment)

 

RS-857

Bouc dressé (bas-relief)

 

RS-858

Chien couché (vase plastique) fragment

 

RS-859

Coq marchant, le cou tendu (fragment)

 

RS-860

Table d’offrande (fleurs et fruits)

 

RS-861

Chapiteau ou console décoré de fleurs et de fruits

 

RS-862

Tête de coq (bas-relief) fragment

 

RS-863

Femme assise voilée (Néobé ?)

 

RS-864

Tête de sanglier (fragment)

 

RS-865

Haut de thyrse en forme de pomme de pin (fragment)

 

RS-866

Tête d’Hermès (bas-relief) fragment

 

RS-867

Tortue ?

 

RS-868

Tortue (fragment)

 

RS-869

Emblème isiaque (fragment)

 

RS-870

Tête de serpent (bas-relief) fragment

 

RS-871

Poisson (bas-relief) fragment

 

RS-872

Autre poisson (fragment)

 

RS-873

Pomme

 

RS-874

Bouton de fleur

 

RS-875

Pomme

Priène

RS-876

Hermès et éphèbe (fragments de figurines)

Césarée

de Cappadoce

CA-1356

Figurine de femme, la tête couverte d’un diadème surmonté d’un voile (fragment)

 

RS-877

Tête d’éphèbe de face, bas-relief, fragment de vase

 

RS-878

Goulot de vase en forme de tête de bouquetin

 

RS-881

Taureau ? couché

Macédoine

RS-845

Figurine Elys assis jouant de la flûte de Pan

 

RS-846

d° (fragment)

Italie ?

Ancienne collection Durand

ED-2124

Crapaud

Provenance inconnue

RS-847

Bas-relief Aphrodite, deux Eros et un cygne auprès d’un autel

  • 59 Archives départementales du Bas-Rhin, « Décret présidentiel du 11 mars 1922 : objets du musée Guime (...)

Annexe 3. Inventaire des objets du musée Guimet mis en dépôt à l’Institut d’histoire des religions59

(1)

M.G.

8007

Un schitenne

(2)

7945

Kouan-yin

(3)

8821

Foudos-Bodhisattva shitenne

(4)

2861

Bouddha et deux bodhisattvas (Japon)

(5)

2882

Bouddha Birman

(6)

2747

Moine bouddhique (Indochine)

(7)

11249

Ganoça, marbre de Jainoor

(8)

11239

Krisna et Rada (Inde) - marbre de Jaipoor

(9)

11247

Visnou et Laksmi (Inde)

(10)

11341

Kouan-yin (Chine)

(11)

1602

Un arhat-disciple du Bouddha (Chine)

(12)

8910

Bouddha mourant (Siam)

(13)

3357

Civa ( ?) – (Inde)

(14)

9555

Bouddha (Birmanie)

(15)

5470

Moine Bouddhiste (Birmanie)

(16)

5429

_______ d° ________

(17)

8521

_______ d° ________

(18)

5428

La déesse Terre (Birmanie)

(19)

798

Moule d’Osiris végétant

(20)

11240

Civa (Inde)

(21)

2116

Kouan-Yin (Chine méridionale)

(22)

1438

Kouei-sing (dieu des lettres) – Chine

(23)

8522

Moine Bouddhiste (Birmanie)

(24)

980

Divinité indéterminée (Inde méridionale)

(25)

5426

Bouddha (Birmanie)

(26)

5425

_______ d° ________

(27)

11414

Laksmi (Inde)

(28)

5422

Raksasa (ogre) (Birmanie)

(29)

5975

Divinité indéterminée (Inde méridionale)

(30)

2647

Avatar de Visnou, Narasimha (homme-lion) (Inde)

(31)

4976

Krisna voleur de beurre (Inde)

(32)

5421

Déesse Terre (Birmanie)

(33)

4888

Civa (Siam) sur le bœuf Nandin

(34)

5419

Lion (Birmanie)

(35)

5480

_______ d° ________

(36)

13584

Kouan-Yin (Chine)

(37)

1077

Brahma (Inde)

(38)

4273

Krisna dansant sur le serpent (Inde)

(39)

5427

Le Bouddha (Birmanie)

(40)

M.G.

1316

Lao-Sseu (Chine) Fondateur du Taoisme

(41)

876

Moine Bouddhiste (Birmanie)

(42)

845

Moine bouddhiste muni du bol à aumônes et du Khakkhara (Chine)

(43)

2567

Moulin à prières (Tibet)

(44)

M.G.

1842

Le Bouddha, Ananda et Kacypa – pierre de lard (Chine)

(45)

1635

Les quatre gardiens des Points cardinaux

(46)

1636

_______ d° _______ d° ________

(47)

1637

_______ d° _______ d° ________

(48)

1638

_______ d° _______ d° ________

(49)

2265

Isis allaitant Horus – Bronze

(50)

2537

Thotibiocéphale – bronze

(51)

2553

Horus assis, portant le doigt à la bouche – bronze

(52)

2697

Ousbabti – terre émaillée

(53)

2620

Sekhmet, assise, bronze

(54)

2415

Un bœuf assis, bronze

(55)

2455

Coffret à oushabtis – Bois – dessins au trait et peints

(56)

2512

Fragment d’une stèle d’Horus sur les crocodiles – pierre

(57)

2463

Un chevet de momie – bois

(58)

2525

Anubis debout – bronze

(59)

16985

Un Osiris – bronze

(60)

B.N.

182

Bouddha Birman

(61)

271

Divinité indienne sans attributs

(62)

16932

Visnu et Laksmi, sur le socle Garuda

(63)

16983

Kaccayana (Indochine)

(64)

16984

Bouddha naissant (Chine)

(65)

Stèle 33 – Inventaire 2655 – Stèle funéraire (Voir catalogue)

Annexe 4

Notes

1 Université de Strasbourg, Fêtes d’inauguration 21, 22, 23 Novembre 1919, Imprimerie Alsacienne, Strasbourg, 1920, p. 32.

2 Sur l’histoire de l’université de Strasbourg pendant les Années folles, voir Françoise Olivier-Utard, Une université idéale ? Histoire de l’université de Strasbourg de 1919 à 1939, Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 2015.

3 Guillaume Ducœur, « Langues orientales », Roland Recht et Jean-Claude Richez (s. la dir.), Dictionnaire culturel de Strasbourg 1880-1930, Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 2017, p. 308-309.

4 « Séance du 14 février 1919 », Journal asiatique, 11e série, t. 13, 1919, p. 138.

5 Sylvain Lévi, « Lettre de Sylvain Lévi à Sergej F. Ol’denburg, À bord du Paul Lecat, 18 octobre 1921 », Grigorij Bongard-Levin, Roland Lardinois, Aleksej A. Vigasin, Correspondances orientalistes entre Paris et Saint-Pétersbourg (1887-1935), Paris, De Boccard, p. 137.

6 Dix de ces conférences strasbourgeoises furent regroupées et publiées en 1938. Sylvain Lévi, L’Inde civilisatrice : aperçu historique, Paris, A. Maisonneuve, 1938.

7 Louis Renou, « Sylvain Lévi, L’Inde civilisatrice », Revue historique, T. 193, 1942/43, p. 155.

8 Guillaume Ducœur, « Max Müller (1823-1900), de l’édition textuelle du Ṛg veda à l’histoire comparée des religions », Source(s), Cahiers de l’équipe de recherche Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe, Université de Strasbourg, n°2, 2013, p. 81-104.

9 Grigorij Bongard-Levin, Roland Lardinois, Aleksej A. Vigasin, Correspondances orientalistes entre Paris et Saint-Pétersbourg (1887-1935), Paris, De Boccard, p. 46.

10 Idem, p. 46-47.

11 Guillaume Ducœur, « Des manuscrits indiens sur feuilles de palme (14e-15e siècles) », in Ch. Didier et M. Zeller (s. la dir.), Métamorphoses. Un bâtiment, des collections, Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, 2015, p. 206-209.

12 Émile Senart était président de l’AFAO et Sylvain Lévi, vice-président. La Section de Strasbourg fut fondée à l’initiative d’Albert Spaeth. « Le milieu de l’Université de Strasbourg est particulièrement favorable du fait que M. Sylvain Lévi, vénéré par la jeunesse intellectuelle asiatique, en a préparé le terrain et y a fait acclamer Rabindranath Tagore en 1921. », Bulletin de l’AFAO, Nouvelle série, n°1, mars 1925, p. 7.

13 « Séance du 13 février 1920 », Journal asiatique, 11e série, tome 15, 1920, p. 123.

14 Albert Grenier, « Réunions du samedi », Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1ère année, n°3, 1er janvier 1923, p. 107.

15 Gabriel Maugain, « Nécrologie de Sylvain Lévi », Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 14e année, 1935-1936, p. 6.

16 Marcel Simon, « Une originalité à l’Université de Strasbourg : la chaire d’Histoire des Religions », Charles-Olivier Carbonell et Georges Livet (s. la dir.), Au berceau des Annales. Le milieu strasbourgeois. L’histoire en France au début du XXe siècle, Presses de l’Institut d’études politiques de Toulouse, p. 59-63. Guillaume Ducœur, « Histoire comparée des religions », Roland Recht et Jean-Claude Richez (s. la dir.), Dictionnaire culturel de Strasbourg 1880-1930, Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 2017, p. 251-253.

17 Né en 1876 dans l’Aveyron, ordonné prêtre en 1899, P. Alfaric sortit, en 1910, de l’Église catholique frappée par la crise moderniste et reprit le chemin des études universitaires et de l’exégèse biblique. En 1918, il soutint en Sorbonne sa thèse principale sur l’Évolution intellectuelle de saint Augustin et sa thèse complémentaire sur Les écritures manichéennes. La qualité incontestable de son travail de recherche lui permit d’être inscrit sur la liste d’aptitude en janvier 1919 et de se voir encouragé à postuler à la faculté des Lettres de Strasbourg à la demande de l’historien Camille Jullian (1859-1933), disciple de Fustel de Coulanges et professeur au Collège de France, avec l’appui d’Ernest Lavisse (1842-1922), Lucien Lévy-Bruhl (1857-1939), Salomon Reinach (1858-1932) et Charles Guignebert (1867-1939) qui obtinrent la levée du véto opposée à sa nomination par Alexandre Millerand (1859-1943), commissaire général de la République à Strasbourg. Finalement nommé à la chaire d’histoire des religions en 1919, ses recherches sur le Jésus historique et ses positions scientifiques sur l’histoire du christianisme primitif entraînèrent son excommunication par Rome en 1933, comme, avant lui, en 1908, Alfred Loisy (1857-1940), professeur d’histoire des religions au Collège de France de 1909 à 1932.

18 Guillaume Ducœur, La vie du Buddha. Lalitavistara sūtra (le sūtra du Développement des jeux [du Bodhisattva]), PUS (collection « Classiques d’ailleurs / commentaire »), Strasbourg, 2018.

19 Prosper Alfaric, « Zoroastre avant l’Avesta », Revue d’histoire et de littérature religieuses, tome 7, 1921, p. 1-32 et 145-180.

20 Prosper Alfaric, De la foi à la raison : scènes vécues, Publication de l’Union rationaliste, Paris, 1955, p. 277.

21 Prosper Alfaric, « Institut d’histoire des religions », Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 2e année, n°1, 1er novembre 1923, p. 2.

22 « Chronique », Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1ère année, n°1, 1er novembre 1922, p. 59.

23 Les actuelles salles 104 et 105, l’ancienne salle 46 ayant été divisée en deux pièces par la mise en place d’une cloison et l’ouverture de l’entrée de la salle 105 donnant sur le corridor.

24 « Jeudi 17 h. 3/4. Salle 46. Cours : Revue du Musée d’histoire des religions », Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1ère année, n°1, 1er novembre 1922, p. 48.

25 Prosper Alfaric, « Institut d’histoire des religions », Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 2e année, n°1, 1er novembre 1923, p. 2.

26 Les pourparlers de 1918, visant à fermer les deux facultés de théologie strasbourgeoises, la protestante n’ayant pu être fermée en 1885, durant l’occupation allemande, à la différence de toutes les autres facultés de théologie sur le territoire français, et la catholique ayant été créée par les Allemands en 1902, ne purent aboutir dans une Alsace très conservatrice. Les pouvoirs politiques français décidèrent donc de créer une chaire d’histoire des religions afin d’assurer un enseignement non confessionnel à l’université de Strasbourg redevenue française. Comme le souligna, en 1880, Maurice Vernes (1845-1923), qui avait lui-même soutenu sa thèse à la faculté de théologie protestante de Strasbourg en 1874 : « S’il est permis à celui qui a l’honneur de tenir la plume en cet instant, de dire toute sa pensée à cet égard, il déclarera qu’à ses yeux le protestantisme est une médiocre école d’histoire religieuse. L’histoire y est trop souvent détournée de son sens naturel pour venir témoigner au profit d’un dogme, lui-même variable. La théologie protestante étudie rarement le passé sans quelque préoccupation d’y retrouver ses idées favorites. Ce n’est donc point-là que nous irons chercher nos modèles. L’historien qui se double d’un dogmatiste ne fera jamais qu’une histoire suspecte. », Maurice Vernes, « Introduction », Revue de l’histoire des religions, t. 1, 1880, p. 10.

27 Prosper Alfaric, De la foi à la raison : scènes vécues, Publication de l’Union rationaliste, Paris, 1955, p. 279.

28 « Revenant sur l’avis exprimé en octobre dernier, la Faculté des lettres de Strasbourg désirerait recevoir, pour les collections de son Institut de l’histoire des religions, un certain nombre d’objets provenant des fouilles d’Éléphantine et d’Antinoë, ainsi que quelques « menus échantillons » des réserves que possède la Section des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre. J’ai l’honneur de vous prier de vouloir bien me faire connaître dans quelle mesure il serait possible de donner satisfaction à cette Faculté. », Lettre du Ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts à Monsieur le Directeur des Musées Nationaux et de l’École du Louvre, datée du 12 mai 1921. Archives des musées nationaux, Département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre (série AE) : « 1921, 4 juillet : Affectation à la faculté des lettres de Strasbourg pour les collections de son Institut de l’histoire des religions d’objets provenant des fouilles de Clermont-Ganneau à Éléphantine et de Gayet à Antinoë. 12 mai - 4 juillet 1921 », (Prêts du département, cote : 20144775/15)

29 Prosper Alfaric, De la foi à la raison : scènes vécues, Publication de l’Union rationaliste, Paris, 1955, p. 277.

30 Archives des musées nationaux, Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye (série G) : « 1922, 11 juillet. Mise en dépôt de quelques objets à la Faculté des Lettres de Strasbourg. », (Concessions à titre de prêts, cote : 20144782/29).

31 Archives des musées nationaux, Département des Antiquités grecques et romaines du musée du Louvre (Série A) : « Objets des départements antiques du Louvre et de moulages du musée de Saint-Germain à la faculté des lettres de Strasbourg. 16 janvier au 15 juillet 1922. 1922, 15 juillet. », (Dons et prêts consentis, cote : 20140044/37).

32 Lettre de Prosper Alfaric au Ministre de l’Instruction publique, datée du 16 janvier 1922. Archives des musées nationaux, Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye (série G, Concessions à titre de prêts, cote : 20144782/29).

33 Sur Émile Nourry, voir « Un grand folkloriste : P. Saintyves (Émile Nourry) 1870-1935 », Revue de Folklore français et de folklore colonial, 1935.

34 Jean Daltroff et Jean-Claude Richez, « Ginsburger, Moïse », Roland Recht et Jean-Claude Richez (s. la dir.), Dictionnaire culturel de Strasbourg 1880-1930, Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 2017, p. 227.

35 Le Musée Guimet (1918-1927), Annales du Musée Guimet, Bibliothèque de vulgarisation 48, P. Geuthner, Paris, 1928, p. 7-8.

36 Le Musée Guimet (1918-1927), Annales du Musée Guimet, Bibliothèque de vulgarisation 48, P. Geuthner, Paris, 1928, p. 99-100.

37 Voir ci-dessous la reproduction de ce décret.

38 Le Jubilé du Musée Guimet, vingt-cinquième anniversaire de sa fondation 1879-1904, E. Leroux, Paris, 1904, p. xiii.

39 Le Jubilé du Musée Guimet, vingt-cinquième anniversaire de sa fondation 1879-1904, E. Leroux, Paris, 1904, p. xiii.

40 Sylvain Lévi, « Préface », in Hermann Oldenberg, Le Bouddha, sa vie, sa doctrine, sa communauté, trad. de l’allemand par A. Foucher, F. Alcan, Paris, 1903(2), p. v.

41 Le Jubilé du Musée Guimet, vingt-cinquième anniversaire de sa fondation 1879-1904, E. Leroux, Paris, 1904, p. 3. Sur Émile Guimet, voir en dernier lieu Frédéric Girard, « Émile Guimet, le Japon (1876) et l’Histoire des religions », Journal of International Philosophy, Toyo University, 2016/5, p. 287-318 et « Émile Guimet, the History of Religions, and Japanese Buddhism », Eastern Buddhist, vol. 48/1, 2017, p. 49-109. Sur le voyage d’E. Guimet en Asie, voir Pierre Baptiste, Cristina Cramerotti et alii, Enquêtes vagabondes : le voyage illustré d’Émile Guimet en Asie, catalogue d’exposition, Musée Guimet, Gallimard / MNAAG, 2017.

42 Bernard Dupaigne, « Histoire des collections d’Asie du Musée de l’Homme », Outre-Mers. Revue d’histoire, 2001/332-333, p. 133.

43 Josette Rivallain, « Cabinets de curiosité, aux origines des musées », Outre-Mers. Revue d’histoire, 2001/332-333, p. 24.

44 William Wilson Hunter, A History of British India, vol. II, To the union of the Old and New Companies under the Earl of Godolphin’s Award, London, Longmans, Green and Co, 1900, p. 343.

45 Bernard Dupaigne, « Histoire des collections d’Asie du Musée de l’Homme », Outre-Mers. Revue d’histoire, 2001/332-333, p. 131.

46 Le Jubilé du Musée Guimet, vingt-cinquième anniversaire de sa fondation, 1879-1904, Paris, Ernest Leroux, 1904, p. 35.

47 Le Jubilé du Musée Guimet, vingt-cinquième anniversaire de sa fondation, 1879-1904, Paris, Ernest Leroux, 1904, p. 35-36.

48 Bernard Dupaigne, « Histoire des collections d’Asie du Musée de l’Homme », Outre-Mers. Revue d’histoire, 2001/332-333, p. 131.

49 Le Jubilé du Musée Guimet, vingt-cinquième anniversaire de sa fondation, 1879-1904, Paris, Ernest Leroux, 1904, p. 46.

50 Joseph Hackin, « Inde, Tibet, Japon. Collection Péralté », in Exposition temporaire au Musée Guimet, 27 mai-31 juillet 1908, Paris, Annales du Musée Guimet. Bibliothèque de vulgarisation 28, 1908, p. 25.

51 Joseph Hackin, « Inde, Tibet, Japon. Collection Péralté », in Exposition temporaire au Musée Guimet, 27 mai-31 juillet 1908, Paris, Annales du Musée Guimet. Bibliothèque de vulgarisation 28, 1908, p. 26.

52 « À nos collègues mobilisés », Bulletin de la faculté des Lettres de Strasbourg, 18e année, n° 2, janvier 1940, p. 43.

53 Plusieurs objets égyptiens provenant du musée du Louvre et mis en dépôt à l’Institut d’histoire des religions en 1921 furent regroupés par Paul Bucher (1887-1966), en 1950, dans la collection de l’Institut d’égyptologie. Quant aux quatre-vingt-seize objets archéologiques du musée du Louvre, certains vinrent grossir la collection du musée de l’Institut d’archéologie classique, actuel musée Michaelis.

54 Cédric Gourin, « Une Puydômoise trouve deux chefs d’œuvre japonais dans une cave », La Montagne du 18 octobre 2011.

55 François Blanchetière, professeur à l’Institut d’histoire des religions jusqu’en 1999, nous a confirmé qu’il n’a jamais vu ces objets originaires d’Asie du Sud, du Sud-Est, de Chine et du Japon lors de son arrivée à Strasbourg en 1967.

56 François Blanchetière, « Marcel Simon (1907-1986) », Numen 34/1, 1987, p. 139-142.

57 Archives des musées nationaux, Département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre (série AE) : « 1921, 4 juillet : Affectation à la faculté des lettres de Strasbourg pour les collections de son Institut de l’histoire des religions d’objets provenant des fouilles de Clermont-Ganneau à Éléphantine et de Gayet à Antinoë. 12 mai - 4 juillet 1921 », (Prêts du département, cote : 20144775/15)

58 Archives des musées nationaux, Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye (série G) : « 1922, 11 juillet. Mise en dépôt de quelques objets à la Faculté des Lettres de Strasbourg. », (Concessions à titre de prêts, cote : 20144782/29) et Département des Antiquités grecques et romaines du musée du Louvre (Série A) : « Objets des départements antiques du Louvre et de moulages du musée de Saint-Germain à la faculté des lettres de Strasbourg. 16 janvier au 15 juillet 1922. 1922, 15 juillet. », (Dons et prêts consentis, cote : 20140044/37).

59 Archives départementales du Bas-Rhin, « Décret présidentiel du 11 mars 1922 : objets du musée Guimet affectés à l’Institut d’Histoire des Religions de la Faculté des Lettres de l’Université de Strasbourg », (cote 1161W72, Centre de recherche d’histoire des religions).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6179/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 810k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search