Version classiqueVersion mobile

Histoire d'objets extra-européens : collecte, appropriation, médiation

 | 
Thomas Beaufils
, 
Chang Ming Peng

La culture zouloue en vitrine. Une collection d’Afrique australe au musée des Confluences

Showcasing Zulu culture. A collection from Southern Africa at the museum of Confluences

Marie Perrier

Résumé

Les objets d’Afrique australe sont rares dans les collections publiques françaises. L’ensemble conservé au musée des Confluences est, à ce titre, particulièrement précieux, d’autant qu’il constitue l’une des plus anciennes collections françaises provenant de cette partie du monde. Son achat, en 1879, est lié à la récente popularité des Zoulous gagnée malgré eux lors de leur victoire contre l’armée britannique. Mis en scène lors de spectacles caricaturaux, les « guerriers zoulous » attirent le public et offrent aux scientifiques des objets d’étude dont l’authenticité n’est pas discutée, au début du moins. Ernest Chantre, sous-directeur du Muséum d’histoire naturelle de Lyon, profite ainsi du passage d’une troupe sud-africaine pour acquérir une centaine d’objets labellisés « zoulous ». Il réalise une étude anthropométrique des cinq hommes de la troupe et fait mouler l’un d’entre eux pour étoffer la galerie d’anthropologie nouvellement créée. L’analyse des modalités d’acquisition et de la mise en exposition des objets et du moulage apporte un éclairage sur l’histoire de la constitution des collections ethnographiques du Muséum d’histoire naturelle de Lyon à la fin du 19e siècle et nous renseigne sur les représentations françaises concernant les Sud-Africains qui prédominent à l’époque. L’étude de la collection contribue quant à elle à une mise en valeur des productions des peuples du sud-est de l’Afrique dont la renommée des Zoulous a occulté l’existence, et témoigne des liens complexes d’alliance et de domination qu’ils entretenaient. Enfin, les sources archivistiques et historiques utilisées permettent d’esquisser, du moins en partie, l’identité et le parcours de quelques troupes « zouloues » en Europe.

Texte intégral

Les collections ethnographiques du Muséum d’histoire naturelle de Lyon à la fin du 19e siècle

  • 1 L’inauguration est relatée dans Société médicale des hôpitaux de Lyon, « Inauguration de la galerie (...)
  • 2 Louis Lortet, Rapport à M. Le préfet sur les travaux exécutés pendant l’année 1878, Muséum d’Histoi (...)

1Au cœur de la ville de Lyon, dans le palais Saint-Pierre, le Muséum d’histoire naturelle se dote, en 1878, d’une nouvelle galerie entièrement consacrée à l’anthropologie (fig. 1). Inaugurée le 2 février 1879 par Paul Broca1, pionnier de l’anthropologie physique française, la galerie d’anthropologie et d’ethnographie préhistorique a pour objectif de raconter « dans un nombre restreint de vitrines, l’histoire de l’homme dans le temps et dans l’espace : dans le temps depuis les époques les plus reculées jusqu’à nos jours ; dans l’espace, c’est-à-dire dans tous les pays du globe sur lesquels nous avons pu obtenir des documents anciens ou contemporains »2.

Fig. 1 – Galerie d'anthropologie du Muséum d'histoire naturelle de Lyon, palais Saint-Pierre à Lyon, avant 1923

Archives départementales du Rhône, côte 3757W4_32

  • 3 Un descriptif du contenu des vitrines est dressé par Ernest Chantre dans une communication concerna (...)
  • 4 Laurick Zerbini, « Masques et statuaire d'Afrique noire dans les collections du muséum d'Histoire n (...)
  • 5 Louis Lortet, Rapport à M. Le préfet sur les travaux exécutés pendant l’année 1879, muséum d’Histoi (...)
  • 6 Ibid., p. 7.
  • 7 Journal d’entrée du Muséum, 1879, Archives du Musée des Confluences, côte JE-1879-2.
  • 8 Ernest Chantre, « Observations anthropométriques sur cinq Zoulous de passage à Lyon », Bulletin de (...)
  • 9 Laurick Zerbini, « Masques et statuaire d'Afrique noire dans les collections du Muséum d'Histoire n (...)
  • 10 Ces missions ont fait l’objet d’une publication par Ernest Chantre : Recherches anthropologiques da (...)
  • 11 Raymond Corbey, « Chapitre 3. Vitrines ethnographiques : le récit et le regard », dans P. Blanchard (...)
  • 12 Marie Perrier, « La collection d’un organisateur de villages noirs » dans H. Lafont-Couturier (dir. (...)

2Sa conception s’inscrit dans un mouvement national de création de sections muséales ou de musées dédiés à l’anthropologie, dans un objectif d’étude « des races » humaines. Elle est concomitante avec la naissance du musée ethnographique du Trocadéro, à Paris et restera ouverte jusqu’en 1914, date à laquelle le Muséum amorce son déménagement vers le bâtiment édifié par Émile Guimet, boulevard des Belges, à Lyon. Bien qu’elle soit jugée petite par Louis Lortet, directeur du Muséum, la galerie d’anthropologie est un projet ambitieux initié par Ernest Chantre, sous-directeur de l’institution, dont les recherches portent sur l’archéologie et l’anthropologie. En 1878, les objets présentés sont au nombre de 18613 et proviennent majoritairement de la salle des antiquités du palais Saint-Pierre de Lyon4. Ils seront augmentés de 1000 pièces l’année suivante5. Dans ce contexte d’accroissement rapide des collections, Ernest Chantre fait l’acquisition en novembre 1879, de 123 objets d’Afrique australe pour 500 francs, somme jugée particulièrement avantageuse par le directeur du Muséum6. L’acquisition est réalisée auprès d’un certain Wood, dont le journal d’entrée précise qu’il est le « directeur d’une troupe de Zoulous de passage à Lyon »7. Chantre le qualifie de « Barnum anglais »8  sans donner davantage de précisions sur son identité. Entre 1878 et 1913, l’enrichissement des collections du Muséum9 repose sur des achats réalisés auprès de personnes privées (médecin, négociants), sur des dons privés ou institutionnels (de l’industriel et collectionneur Émile Guimet, de l’association des Amis des sciences naturelles ou de missionnaires) ainsi que sur des achats réalisés lors de rares missions scientifiques (en l’occurrence celles d’Ernest Chantre en Afrique orientale10). Aujourd’hui, on pourrait être surpris que des objets ethnographiques destinés à un musée soient achetés auprès d’un entrepreneur de spectacle dont l’objectif est avant tout de proposer une vision attractive de l’« Autre », quitte à la créer de toute pièce. Pourtant à cette époque, cette filière d’acquisition est plébiscitée par les Muséums. Ces derniers saisissent toutes les occasions d’obtenir des objets « exotiques » qui deviennent pour eux des objets de science, sans que l’on s’interroge sur la manière, dont ils ont été réunis, ni sur leur authenticité. De la même manière, les « exhibitions de spécimens vivants » proposées dans les expositions internationales, sont perçues comme éducatives, liées à des pratiques et des objectifs scientifiques11. Bien que dans les années 1880, de nombreux scientifiques doutent de la représentativité des indigènes parqués dans des enclos, la pratique d’enrichissement des collections par des entrepreneurs de spectacle est tenace. À Lyon, des centaines de pièces sont acquises entre 1885 et 1894 auprès des frères Marius et Ferdinand Gravier, négociants au Gabon et organisateurs de zoos humains en France et à l’étranger. Ils vendront également de nombreux objets du Gabon et du Bénin au musée Préhistorique et Ethnographique de Bordeaux (actuel musée d'Aquitaine) et au Muséum de Rouen12.

La « collection Wood », un (faux) témoignage de la culture matérielle zouloue

  • 13 Avant le début du 19e siècle, ce territoire était peuplé par divers groupes de langue nguni, dont l (...)
  • 14 Des objets sud-africains anciens sont notamment conservés au musée du quai Branly – Jacques Chirac (...)
  • 15 La langue néerlandaise était parlée par les colons (Boers) des Pays-Bas, de Belgique, d’Allemagne e (...)
  • 16 Bien qu’énigmatiques, ces étiquettes constituent des témoignages rares et précieux : la grande majo (...)

3Selon le journal d’entrée de l’année 1879, la « collection Wood » provient du Zoulouland. Cette appellation désigne à l’époque le territoire couvert par le royaume zoulou, bordé à l’est par l’océan Indien, au nord et au sud par les rivières Pongola (Phongla) et Tugela (Thukela)13. Cette zone est aujourd’hui incluse dans la province sud-africaine du KwaZulu-Natal. La collection était principalement composée d’objets de la vie quotidienne (appuie-nuques, cuillères, fourneaux de pipe, tasses, coupes, peignes), d’éléments de parures (bracelets, colliers), d’armes et de quelques spécimens de sciences naturelles (griffes de panthère). Il s’agit d’objets utiles et aisément transportables, conformément aux besoins des cultures pastorales et semi-nomades. Sur cet ensemble, 100 objets ont pu être associés à l’inventaire succinct consigné dans le registre d’entrée du Muséum. Ce recoupement a été rendu possible grâce aux anciennes étiquettes, aux comparaisons stylistiques avec d’autres productions d’Afrique australe14, aux renseignements fournis par les collègues sud-africains (Anitra Nettleton, Université de Johannesbourg et Carol Kaufmann, Iziko South African Museum, Le Cap) et français (Manuel Valentin, Musée de l'Homme, Paris), ainsi qu'à la rareté des objets de cette zone géographique dans le fonds ancien du musée. De plus, une dizaine d’objets de la collection possèdent des étiquettes en néerlandais15. Elles comportent des informations sur la désignation, l’usage, parfois la provenance ou le nom du l’ancien propriétaire (fig. 2). Leur sens n’a pas été déchiffré qu’en partie. De même, l’identité de l’auteur et l’objectif de ces étiquettes demeurent mystérieux16.

Fig. 2 – Étiquette collée à l’intérieur d’une tasse de la collection d’Afrique australe conservée au musée des Confluences. Inv. 60004925

Crédit photo Louis Chartier, musée des Confluences

4Dans une étude anthropométrique sur laquelle nous reviendrons ultérieurement, Chantre évoque sommairement ces pièces. Sur deux planches distinctes, il fait figurer les armes et ustensiles du Zoulouland (fig. 3), actuellement conservés au musée des Confluences, qu’il compare avec des objets provenant du Zambèze, dont l’actuel lieu de conservation n’a pas été identifié.

Fig. 3 – « Armes et ustensiles du Zoulouland ». Ernest Chantre, Bulletin de la Société d’anthropologie et de biologie de Lyon, H. Georg et G. Masson, Lyon et Paris, 1883, tome 2, planche II

Crédit photo Gallica, Bibliothèque nationale de France

  • 17 Manuel Valentin, « De l’Afrique du Sud à l’Afrique australe. Entre continuité et changement », dans (...)
  • 18 Constantine Petridis, « Art du quotidien. Objets portatifs d’Afrique du Sud », Tribal Art, n° 60, é (...)
  • 19 L’ensemble linguistique nguni inclut des sous-groupes (Zoulou, Xhosa, Ndébélé, Swati, …) eux-mêmes (...)
  • 20 Rayda Becker « Le nom, le style et la région : quelques réflexions sur les liens entre Tsonga et Ng (...)
  • 21 Ibid., p.  161.
  • 22 Henri-Alexandre Junod, Les Ba-Ronga, étude ethnographique sur les indigènes de la baie de Delagoa, (...)

5L’étude stylistique de la collection a confirmé qu’une partie des objets décrits comme « zoulous » dans le journal d’entrée provient en fait du Mozambique. Ce changement d’attribution semble assez courant dans les collections anciennes. Manuel Valentin notait en 2002 que depuis une dizaine d’année, l’attribution de certaines pièces entrées à la fin du 19e siècle dans les collections européennes est remise en question17. Il semble en effet, comme le souligne Constantine Petridis, qu’il existait un « label ‘zulu’ que l’on attachait jusqu’à récemment à presque tout objet sortant d’Afrique du Sud18 » ; ceci est probablement dû au fait que les Zoulous, un des clans de langue nguni19, constituaient la population la plus médiatisée d’Afrique du Sud à cette époque. À cela s’ajoute l’absence de provenances précises. Une grande majorité des objets ayant été collectés ou réquisitionnés pendant la guerre anglo-zouloue, leur origine est difficilement traçable. De plus, identifier le groupe culturel auquel appartenait l’artisan d’un objet de cette collection est complexe. D’abord, l’origine et l’usage des noms mêmes des peuples sont souvent contestés, n’ayant pas toujours été choisis par les populations en question20. En outre, dans cette partie du sud-est de l’Afrique  mais c’est aussi valable pour de nombreuses autres régions du continent  les identités ethniques sont souvent des constructions politiques qui en Afrique du Sud ont parfois visé à isoler les communautés les unes des autres. Figées à un instant donné, ces constructions masquent une histoire complexe faite de migrations, d’inclusions par la domination, de mariages, d’adoption d’une autre langue, etc. Comme le souligne ironiquement Rayda Becker : « Les identités sont ici plus mobiles, plus flexibles, plus manipulables (tant à l’intérieur qu’à l’extérieur) qu’il ne conviendrait pour ceux qui travaillent sur les objets et en particulier pour les historiens d’art »21. Enfin, les modes de vie semi-nomades, les échanges commerciaux et les compétences artisanales spécialisées de certains groupes ont contribué à ce que les usages, les styles et les objets voyagent bien au-delà de leur lieu originel de production. On ne peut cependant pas nier qu’il y ait des styles régionaux que, faute de mieux, les historiens d’art rattachent à la population jugée la plus représentative. Ainsi certaines tasses évoquent les productions des Chopi, population vivant sur la partie sud du littoral mozambicain (fig. 4), alors que d’autres (fig. 5) proviennent de chez leurs voisins, les Ronga, dont les royaumes entouraient la baie de Delagoa (actuelle baie de Maputo)22.

Fig. 4 – Tasse, avant 1879, Afrique du sud ou Mozambique, collecté à Sigabule, culture chopi ? bois, H. 17 x l. 23 x P. 14 cm. Musée des Confluences, inv. 60004928

Crédit photo Pierre-Olivier Deschamps - Agence VU’

Fig. 5 – Tasse, avant 1879, Mozambique, culture ronga ? bois, H. 20 x l. 15 x P. 12 cm. Musée des Confluences, inv. 60004925

Crédit photo Louis Chartier, musée des Confluences

  • 23 Anitra Nettleton, African Dream Machines, Style, Identity and Meaning of African Headrests, Johanne (...)
  • 24 Ibid., p. 252.
  • 25 Hendrik Müller et Joh. Snelleman, Industrie des Cafres du sud-est de l’Afrique : collection recueil (...)

6Une partie des plats rappelle les productions de la région d’Inhambane au Mozambique (fig. 6). Parmi les six appuie-nuques de la collection, plusieurs possèdent les caractéristiques du style zoulou (fig. 7) alors que d’autres s’apparentent davantage à ceux des Tsonga du Mozambique. L’un en particulier (fig. 8) est très proche d’un exemplaire reproduit dans l’ouvrage d’Anitra Nettleton23 à propos duquel elle précise que dans les années 1920, les locaux (Tsonga) allaient proposer leurs appuie-nuques aux missionnaires suisses d’Inhambane et Manjacaze (Mozambique) en échange d’un repas à base de maïs24. Un autre appuie-nuque figurant un éléphant (fig. 9) est semblable à celui collecté et reproduit par Müller et Snelleman25 indiqué comme provenant de Marabastad, dans le Transvaal (région nord-est de l’Afrique du sud, qui fut au 19e siècle un état boer indépendant, avant d’être annexé par la couronne britannique), aujourd’hui conservé au musée d’ethnologie de Leyde (inv. RV-2668-123) et attribué aux Tsonga.

Fig. 6 – Plat à viande, avant 1879, Mozambique, culture tsonga ? bois, H. 20 x l. 15 x P. 12 cm. Musée des Confluences, inv. 60004932

Crédit photo Louis Chartier, musée des Confluences

Fig. 7 – Appui-nuque, avant 1879, Afrique du sud, culture zouloue ou tsonga, bois, H. 16 x l. 34 x P. 8 cm, musée des Confluences, inv. 60003167

Crédit photo Pierre-Olivier Deschamps - Agence VU’

Fig. 8 – Appui-nuque, avant 1879, Mozambique, culture tsonga ? bois, H. 14 x l. 18 x P. 9 cm, Musée des Confluences, inv. 60003170

Crédit photo musée des Confluences

Fig. 9 – Appui-nuque, avant 1879, Afrique du sud, culture tsonga ? bois, H. 18 x l. 22 x P.  8 cm, musée des Confluences, inv. 60003172

Crédit photo Louis Chartier, musée des Confluences

  • 26 Manuel Valentin, cat. cit., p. 272, notice 97.
  • 27 H. Müller et Joh. Snelleman, op. cit., pl. 13.
  • 28 Carolee Kennedy, The Art and Material Culture of the Zulu-speaking Peoples, UCLA Museum of Cultural (...)

7Selon Manuel Valentin, il s’agit d’une production destinée à séduire les acheteurs européens26. À ces objets domestiques s’ajoutent les plats, verres, tasses et cuillères en bois décorés de motifs géométriques blancs et noirs, qui n’ont vraisemblablement jamais été utilisés, comme en atteste leur bichromie toujours très marquée. Notons également la présence d’un ensemble de vanneries, artisanat populaire chez les Zoulous et d’autres peuples de la région. Les récipients (fig. 10) sont formés d’une base ventrue et d’un large couvercle emboîtant rendus solidaires par des anses qui forment des charnières dans lesquelles peuvent passer des liens pour assurer la fermeture. Müller27 associe ces vanneries aux Zoulous, mais précise qu’elles viennent de la baie de Delagoa, ce qui est corroboré par Carolee Kennedy selon qui les vanneries (imbege, isichumu, isiqabetho et iqoma) faisaient partie du tribut annuel payé aux Zoulous par les Tsonga du Nord, vivant dans les environs de la baie de Delagoa28.

Fig. 10 – Contenant et son couvercle, avant 1879, Mozambique et Afrique du sud, culture zouloue ou ronga, fibres végétales, H. 30 x d. 45 cm. Musée des Confluences, inv. 2012.0.164

Crédit photo musée des Confluences

  • 29 Cette étiquette porte la mention Een kleine Mand gemaakt te Mavota genaamd Tengoula que l’on pourra (...)
  • 30 Gerhard Liesegang, «Dingane's Attack on Lourenco Marques in 1833», The Journal of African History, (...)

8Une étiquette collée à l’intérieur du panier29 précise qu’il vient de Mavota, un des royaumes de la baie de Delagoa30 et suggère donc une production des locuteurs ronga. La variété des formes était adaptée aux fonctions de conservation, de préparation et de service des aliments et des boissons, notamment la bière. Si les végétaux utilisés pour la réalisation des contenants dépendaient des saisons de récolte et des propriétés recherchées, la fibre la plus convoitée était l’ilala en zoulou (ou nnala en xitsonga) issue du palmier Hyphaene coriacea. Elle a la particularité de gonfler au contact d’un liquide, conférant au contenant une parfaite étanchéité.

9La collection comprend également des objets ayant trait à la personne, tels les bracelets en laiton, appréciés des Zoulous et d’autres populations d’Afrique australe. Ces anneaux souples, constitués de fils de laiton torsadés parfois agrémentés de fines sphères métalliques (fig. 11), étaient des ornements populaires à la fin du 19e siècle, succédant aux bracelets de cuivre qui ornaient jadis le cou, les bras et les jambes des personnes de haut rang et des guerriers zoulous.

Fig. 11 – Bracelet, avant 1879, Afrique du sud, culture nguni du nord (zouloue ?), alliage cuivreux, h. 0,4 x d. 7 cm. Musée des Confluences, inv. 60005260

Crédit photo musée des Confluences

10Plus rares, des fourneaux de pipes à eau en stéatite et trois boîtes à priser (figs. 12, 13 et 14) rappellent l’importance que revêt le tabac pour les peuples d’Afrique du Sud. Fumé ou prisé, il occupe une place fondamentale dans les relations sociales entre humains et permet d’établir le lien avec les ancêtres, qui sont censés l’apprécier. L’une de ces boîtes est constituée d’une fiole en bois délicatement ouvragée, montée sur un collier en poils d’éléphant agrémenté de perles de verre. La seconde est composée de quatre fruits fermés par un bouchon de cuivre et réunis par un savant travail perlier. La dernière, en corne, était conçue pour être piquée dans la chevelure. Toutes les trois contenaient du tabac à priser et faisaient office d’ornement.

Fig. 12 – Boîte à priser-collier, avant 1879, Afrique du sud, culture zouloue, perles de verre, bois, poils d'éléphant, D. 20 cm. Musée des Confluences, inv. 60005317

Crédit photo Olivier Garcin, musée des Confluences

Fig. 13 – Boîte à priser-ornement, avant 1879, Afrique du sud, culture zouloue, perles de verre, cordelette, coque de fruits, cuivre, H. 15 x l. 8 x P. 3 cm. musée des Confluences, inv. 60003594

Crédit photo musée des Confluences

Fig. 14 – Boîte à priser-ornement de coiffure (détail), avant 1879, Afrique du sud, culture zouloue, corne, H. 25 x l. 12 x P. 2,5 cm. Musée des Confluences, inv. 2020.0.1

Crédit photo Louis Chartier, musée des Confluences

  • 31 Karel Nel, « des esthétiques dans l’art sud-africain. Au fil d’un entretien », dans H. Joubert et M (...)

11Les sociétés nguni accordaient beaucoup d’importance au rang et au statut social pour définir l’identité d’un individu ou d’un groupe31. Cette identité pouvait se lire à travers la qualité des objets – armes, ornements, éléments de mobilier ou ustensiles – qu’une personne possédait. Au-delà de son rôle utilitaire, chaque pièce était liée à une fonction sociale, symbolique et métaphorique ; phénomène peut-être exacerbé par la pratique du nomadisme, qui nécessite de réduire la culture matérielle au strict nécessaire. Enfin, comme de nombreux ensembles constitués à cette époque, la collection compte des armes – lances, sagaies, flèches, haches, couteau, massue (fig. 15) – qui, avec les boucliers, faisaient partie des trophées préférés des soldats britanniques. Armes d’attaque ou de défense, elles constituaient également des insignes de prestige, des marqueurs de bravoure et précisaient l’origine du soldat.

Fig. 15 – Massue (détail), avant 1879, Afrique du sud, culture zouloue, bois et fibres végétales, H. 81 x d. 6 cm. Musée des Confluences, inv. 60002962

Crédit photo Louis Chartier, musée des Confluences

12Certaines proviennent de l’aire culturelle zouloue alors que d’autres sont plus proches des armes fabriquées dans le moyen et bas-Zambèze. Parmi les instruments de combat caractéristiques du « soldat zoulou » citons la sagaie iklwa (fig. 16) dont la paternité du design est traditionnellement attribuée à Shaka kaSenzangakhona, chef charismatique du clan zoulou assassiné en 1828. Excellent stratège militaire, il forma une armée de métiers constituée à son apogée de 100 000 hommes avec laquelle il conquit de nombreux territoires. Contrairement aux lances de jet, l’iklwa est utilisée lors de combats rapprochés, un peu à la manière d’une épée. La hache isizenze (fig. 17) dont faisaient usage les guerriers pour déstabiliser leurs adversaires pouvait également servir d’instrument rituel lors du sacrifice d’un buffle qui précédait chaque bataille. Cette cérémonie vise à attirer l’attention et la bienveillance des esprits.

Fig. 16 – Sagaie iklwa (détail), avant 1879, Afrique du sud, culture zouloue, bois, poils d’éléphant (?), fibre végétale, fer, H. 121 x l. 4 x P. 3 cm. Musée des Confluences, inv. 60002766

Crédit photo Louis Chartier, musée des Confluences

Fig. 17 – Hache isizenze, avant 1879, Afrique du sud, culture zouloue, bois et fer, H. 73 x l. 4 x P. 3 cm. Musée des Confluences, inv. 60000647

Crédit photo Louis Chartier, musée des Confluences

Les Zoulous, objets de curiosité scientifique

  • 32 Cette étude sera publiée quelques années plus tard sous la forme d’une communication : Ernest Chant (...)
  • 33 Échantillon toujours conservé dans les réserves du musée des Confluences (inv. 30002231).
  • 34 On peut être surpris qu’Ernest Chantre, photographe averti, n’ait pas profité de l’occasion pour ré (...)
  • 35 Édouard Papet reprend de nombreux extraits de l’ouvrage Le Moulage […] de Lebrun et Magnier, dont l (...)
  • 36 Édouard Papet, « Technique : saisir la nature sur le fait », dans E. Papet (dir.), A fleur de peau, (...)

13Bien que non-inscrits dans le journal d’entrée, d’autres « objets » seront obtenus par Chantre à l’occasion de sa rencontre avec Wood, qui se déplace à Lyon accompagné de cinq Sud-Africains. Dans le cadre de ses recherches en anthropologie, Chantre profite de la présence de la troupe zouloue pour réaliser une étude anthropométrique32. Il décrit le groupe comme « une bande », commandée par « Lamina, fils d’un grand chef ». Ce dernier est accompagné de Janesi, Abdula, Gobenzemba et Umpigwa. Conformément aux pratiques de l’époque, Chantre procède à une description physique de chacun (couleurs des yeux, des cheveux, de la peau, forme du nez, mesures anthropométriques)33. Il prélève un échantillon des cheveux34 de Lamina et demande à un statuaire de mouler le jeune homme dans son intégralité. Bien qu’il ne s’attarde pas sur la technique employée, on peut supposer qu’elle fut similaire à celle décrite par Édouard Papet dans un ouvrage consacré au moulage sur nature au 19e siècle35. Selon ce procédé, la peau du modèle est enduite d’une substance grasse, peut-être de l’huile ou du beurre. On a pris soin de couvrir ses parties intimes avec un textile et de lui faire prendre la pose souhaitée. Puis le plâtre a été appliqué au pinceau sur sa peau. Il a été invité à demeurer totalement immobile et à ne pas s’effrayer de la chaleur produite par le plâtre. Le moulage est réalisé en plusieurs parties car mouler un corps en une fois peut se révéler fatal pour le modèle36. Destiné à être exposé dans la salle d’anthropologie, il est peint puis orné de perles et de fourrure placées au-dessus des mollets, autour de la taille, du cou et de la tête. Conformément au stéréotype du sauvage et valeureux guerrier zoulou véhiculé à l’époque, il brandit une sagaie, pare les coups avec son bouclier et dispose d’armes de jet et d’une hache. La position offensive de Lamina qui résulte d’une véritable mise en scène suggère que l’objectif du moulage est avant tout didactique (fig. 18).

Fig. 18 – Photographie du moulage de Lamina représentant un guerrier zoulou, vers 1900, muséum d'Histoire naturelle de Lyon

Archives du musée des Confluences, côte PH2098.27

La réception et la représentation des Zoulous en France

  • 37 Sophie Narain, « 17. L’image du peuple Zoulou en France au xixe siècle », dans F.-X. Fauvelle-Aymar (...)
  • 38 E. Chantre, « Observations anthropométriques sur cinq Zoulous de passage à Lyon », art. cit., p. 72
  • 39 S. Narain, op. cit., p. 324.
  • 40 Ibid., p. 329.

14La mise en scène guerrière de la culture zouloue retenue par la muséographie de l’époque s’inspire de l’image véhiculée par les journaux illustrés et répond aux attentes du public. Comme le précise Sophie Narain dans son étude consacrée à l’image du peuple zoulou en France au 19e siècle, cette population « est avant tout envisagée par l’ensemble des sources comme une masse guerrière »37. Elle ajoute qu’à cette époque, le « corps zoulou » fait l’objet d’un véritable fantasme, souvent mis en relation avec le corps antique et originel, dont le moulage se fait d’ailleurs l’écho. Cet intérêt pour les populations de l’Afrique australe est tout à fait datable. Il fait suite à une série d’évènements qui font entrer les Zoulous dans l’histoire de l’Europe de manière fracassante. En effet, comme le souligne Chantre, avant 1879 les Français n’avaient que très peu entendu parler de la culture zouloue et « ce n'est guère que depuis sa lutte héroïque contre les Anglais que l'on a commencé à s'intéresser à elle »38. La guerre qui fait alors rage entre le royaume de Cetshwayo kaMpande et l’Empire britannique aboutit à la victoire des Zoulous lors de la bataille d’Isandlwana, le 22 janvier 1879. Pour les Européens, c’est la stupéfaction. La défaite des Britanniques est ressentie comme une profonde humiliation, un « scandale d’une grande importance symbolique »39. Parallèlement, elle véhicule l’image d’une armée zouloue belliqueuse et sanguinaire, mais aussi fière, résistant à la colonisation, stratégique et efficace, qui peut mettre en déroute une des plus puissantes armées du monde. « Les Zoulous sont des sauvages que l’on peut admirer »40.

15En France, cet épisode sera amplifié par la mort du prince impérial Eugène Louis Napoléon, tué le 1er juin 1879 alors qu’il participait à une mission de reconnaissance dans le Zoulouland. La presse s’empare de cette information et six mois plus tard, alors qu’une troupe d’Afrique australe monte sur la scène des Folies Bergères, le débat est encore vif entre les partisans du spectacle et ceux qui voudraient le voir condamner, en signe de respect pour le Prince défunt.

Les spectacles à Lyon, Paris, Marseille et Londres

  • 41 Dès 1853, l’imprésario Caldecott a élaboré un spectacle mettant en scène des repas, des combats ou (...)

16En Europe, les mises en scène de prétendus modes de vie « indigènes » sont devenues un filon commercial que des entrepreneurs n’hésitent pas à exploiter. Le paroxysme de ces exhibitions est probablement l’Exposition universelle à Paris en 1889 où 400 Africains ont été exposés dans le “village nègre” qui a attiré 28 millions de spectateurs. Si des troupes sud-africaines s’étaient déjà produites sur le Vieux Continent41, l’année 1879 marque une sensible augmentation de spectacles concernant les mœurs d’Afrique australe. Les Zoulous attirent tous les regards et suscitent une curiosité morbide : le public veut contempler les guerriers qui ont tué plus de 800 soldats de sa Majesté et assassiné le Prince.

  • 42 Le Petit Lyonnais, 16 novembre 1879, np.

17À Lyon, les membres de la troupe dirigée par Wood et étudiés par Chantre se produisent le 15 novembre au théâtre des Variétés, situé 39 Cours Morand à Lyon. La presse les décrit comme des « vrais sujets du roi Cettiwayo […] formant un groupe des plus pittoresques, revêtus de leurs vêtements nationaux. Tous sont fort agiles, et constituent de beaux spécimens de cette race, dont on s’est tant occupé depuis peu : leur chef surtout, un colosse aux formes larges et arrondies, et qui semblent coulées dans du bronze florentin, est superbe d’allure. Tous lancent la sagaie leur terrible arme de combat, avec une précision et une habileté remarquables »42. Le jour suivant, à Paris, une autre troupe est exhibée aux Folies Bergères (fig. 19).

Fig. 19 – Les Zoulous dans une loge des Folies-Bergère, dessin de Ferdinandus

dans Le Monde Illustré, n°1182, 22 novembre 1879, p. 337

  • 43 Henri Lambert, « les Zoulous aux Folies Bergères », Le gaulois, 18 novembre 1879, n° 65, p. 1-2.
  • 44 Il est fort probable que Châli soit en fait la déformation française du prénom Charley porté par un (...)
  • 45 Farini exhibe des femmes et des enfants zoulous dès le début de l’année 1879. En mai, alors que la (...)
  • 46 Nottinghamshire Guardian, “M.R. Farini and his Zulu Troupe”, Friday 19 December1879, p. 3.
  • 47 The Times, "Police,", December 29 1879, cité par Erin Bell, Beyond the Exhibit: Zulu Experiences in (...)
  • 48 Il s’agissait de Dingando, Possomon, Maguibi et Ousan.

18Le spectacle présente cinq hommes sud-africains dirigés par un « cornac américain ». Ils seraient venus du Natal à Londres et de Londres à Paris où ils résident au numéro 9 de la cité Bergère43. L’un d’eux s’appellerait Châli44. Les représentations s’enchaînent sous les huées d’une partie des spectateurs, mécontents de voir mis en avant ceux qu’ils considèrent comme les assassins du Prince. Aucun élément n’invite à penser que la troupe « lyonnaise » et la troupe « parisienne » sont une seule et même compagnie. En revanche, les informations concordent entre les « Zoulous parisiens » et ceux qui se produisent en Angleterre le mois suivant. En effet, mi-décembre à Londres, cinq hommes sont engagés par le Canadien William Leonard Hunt (1838-1929), plus connu sous son nom de scène, The Great Farini. Ils s’ajoutent aux Africains qui se produisent déjà pour l’entrepreneur de spectacle depuis le début de l’année 187945, à l’aquarium de Westminster où Farini proposait depuis plusieurs années des freak shows. Pour ce recrutement, ce dernier fait affaire avec un certain W. J. Culley. Les Zoulous seront payés 3 £ par mois pour « faire le spectacle, chanter, danser, utiliser la sagaie, selon leurs habitudes, comme ils le font au Zoulouland, chaque fois que Farini le juge utile, et ne jamais sortir dans la rue sans permission […] »46. Ces Zoulous – de leur vrai nom Nomanquansana, Inconda, Maquasa, Inguala et Istoi, devenus en Europe Squash, Jim, Sam, Charley et John – dénoncent des salaires trop bas et refusent de passer de main en main, vendus « comme des vaches »47 par leur manager. Ils portent l’affaire devant le tribunal de Westminster avant de trouver finalement un arrangement à l’amiable. Les shows continuent jusqu’au départ de Farini pour l’Amérique, en 1880, accompagné de quatre de ses vedettes48.

  • 49 Lloyd's Weekly Newspaper, “Paris Items”, Sunday 10 August 1879, p. 7.

19D’autres troupes sud-africaines parcourent l’Europe à cette même période, sans que leur renommée n’ait laissé beaucoup de traces. Ainsi en août 1879, le Lloyd’s Weekly Newspaper évoque une « caravane de Zoulous, composée d’hommes et de femmes, qui arrive à Marseille demain »49 avant de se produire à Paris.

  • 50 Le Petit Marseillais, « Chroniques locales, les tribulations d’un Zoulou d’Alger à Marseille », 18 (...)

20Les récentes études sur les exhibitions de peuples extra-européens ont largement mis en évidence la tromperie que constituaient ces spectacles, tant dans la forme que dans le fond ; il était courant qu’une personne noire puisse endosser une identité ethnique et culturelle qui n’était pas la sienne. Concernant l’Afrique du Sud, le journal Le Petit Marseillais se fait l’écho d’une telle supercherie en relatant l’histoire d’un Algérien appelé Misraoub qui réclame le paiement d’une créance à son imprésario, un « ingénieur commerçant » ayant formé plusieurs Algériens à devenir de véritables Zoulous. La troupe se serait produite dans les principales villes du sud de la France50.

Conclusion

21La collection achetée à Wood en 1879 apporte un témoignage précieux sur le savoir-faire des artisans qui produisent des objets répondant à la fois aux demandes de sociétés agro-pastorales, dont font partie les Zoulous, et aux sollicitations d’un marché extérieur émergeant. La simplicité d’exécution et l’absence de traces d’usage sur certaines pièces suggèrent en effet l’existence de filières d’exportation – par les soldats, les missionnaires ou les négociants probablement. La présence d’étiquettes en néerlandais, renseignant les usages et les lieux de production des objets, témoigne d’une volonté d’informer les destinataires, sans que l’identité de leur auteur et ses motivations ne soient connues. En France, l’acquisition de la collection auprès d’un imprésario et la mise en scène du « guerrier zoulou » apportent des informations sur la manière dont était perçue, à cette époque, la culture zouloue – objet de curiosité scientifique mais aussi société sauvage et guerrière plébiscitée par le public autant que haïe par les partisans du prince impérial. Au terme de cette étude, il subsiste de nombreuses zones d’ombre concernant l’identité de Wood, le parcours de vie des cinq Zoulous de passage à Lyon en novembre 1879 et les modalités d’acquisition des objets depuis leur pays d’origine. Cependant, l’intérêt croissant pour l’histoire des collections, les recherches menées par les musées sud-africains pour identifier les styles régionaux et le développement d’importants travaux sur le phénomène des exhibitions permettront probablement d’améliorer nos connaissances sur les arts du sud-est de l’Afrique et leur réception en France.

Bibliographie

Erin Bell, Beyond the Exhibit: Zulu Experiences in Britain and the United State (1879-1884), mémoire de master en histoire de l’art, Carleton University, Ottawa, 2011.

Rayda Becker, « Le nom, le style et la région : quelques réflexions sur les liens entre Tsonga et Nguni », dans H. Joubert et M. Valentin, Ubuntu, arts et cultures d’Afrique du Sud, Paris, Réunion des musées nationaux, 2002, p. 161-165.

Jean-Michel Bergougniou, Rémi Clignet et Philippe David, “Villages noirs” et autres visiteurs africains et malgaches en France et en Europe (1870-1940), Paris, Karthala, 2001.

Ernest Chantre, « Inauguration du musée anthropologique de Lyon », Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, III° série, tome 2, Lyon et Paris, H. Georg et G. Masson, 1879, p. 122-127.

Ernest Chantre, « Observations anthropométriques sur cinq Zoulous de passage à Lyon », Bulletin de la Société d’anthropologie et de biologie de Lyon, tome 2/1, Lyon et Paris, H. Georg et G. Masson, 1883, p. 72-75.

Collectif, Art and ambiguity: perspectives on the Brenthurst Collection of Southern African art, Johannesburg, Johannesburg art gallery, 1991.

Raymond Corbey, « Chapitre 3. Vitrines ethnographiques : le récit et le regard », dans P. Blanchard et al., Zoos humains et exhibitions coloniales, Paris, La Découverte, 2011, p. 85-94.

Arthur Grandjean, « L’invasion des Zoulous dans le sud-est africain », Le Globe. Revue genevoise de géographie, tome 37, 1898, p. 15-23.

Nanette Jacomijn Snoep, Lilian Thuram et Pascal Blanchard, Exhibitions : l’invention du sauvage, Musée du quai Branly - Jacques Chirac, Paris, 2011.

Hélène Joubert et Manuel Valentin, Ubuntu, arts et cultures d’Afrique du Sud, Paris, Réunion des musées nationaux, 2002.

Henri-Alexandre Junod, Les Ba-Ronga, étude ethnographique sur les indigènes de la baie de Delagoa, Neuchâtel, 1898.

Carolee Kennedy, The Art and Material Culture of the Zulu-speaking Peoples, UCLA Museum of Cultural History Pamphlet Series, Vol. 1, n° 3, Los Angeles, The Regents of the University of California, 1978.

Sandra Klopper et Karel Nel, Art de l’Afrique du Sud-Est : de la collection Conru, Milan, 5 continents, 2002.

Gerhard Liesegang, « Dingane's Attack on Lourenco Marques in 1833 », The Journal of African History, 1969, Vol. 10, n° 4, 1969.

Louis Lortet, Rapport à M. Le préfet sur les travaux exécutés pendant l’année 1878, Muséum d’histoire naturelle de Lyon, Lyon, H. Georg, 1879, p. 7.

Louis Lortet, Rapport à M. Le préfet sur les travaux exécutés pendant l’année 1879, Muséum d’histoire naturelle de Lyon, H. Georg, Lyon, 1880, p. 7.

Guillaume Henri Jean Meyners d’Estrey des Frames, « Les races de l'Afrique australe », Annales de Géographie, t. 1, n° 3, 1892, p. 323-330.

Hendrik Müller et Joh. Snelleman, Industrie des Cafres du sud-est de l’Afrique : collection recueillie sur les lieux et notices ethnographiques, Leyde, Brill, 1893.

Sophie Narain, « 17. L’image du peuple zoulou en France au xixe siècle », dans F.-X. Fauvelle-Aymar éd., Les ruses de l'historien. Essais d'Afrique et d'ailleurs en hommage à Jean Boulègue, Paris, Karthala, 2013, p. 323-330.

Karel Nel, « Des esthétiques dans l’art sud-africain. Au fil d’un entretien », dans H. Joubert et M. Valentin, Ubuntu, arts et cultures d’Afrique du sud, Paris, Réunion des musées nationaux, 2002, p. 156-165.

Anitra Nettleton, African Dream Machines, Style, Identity and Meaning of African Headrests, Johannesburg, Wits University Press, 2007.

Édouard Papet, « Technique : saisir la nature sur le fait », dans E. Papet (dir.), À fleur de peau, le moulage sur nature au xixe siècle, Paris, Réunion des musées nationaux, 2001, p. 76.

Édouard Papet, À fleur de peau, le moulage sur nature au xixe siècle, Paris, Réunion des musées nationaux, 2001.

Shane Peacock, « Africa Meets the Great Farini », dans B. Lindfors (ed) Africans on stage: studies in ethnological Show Business, Cape Town et Bloomington, Indiana University Press et D. Philip, 1999, p. 81-106.

Shane Peacock, « Chapitre 13. Le grand Farini en Afrique » dans P. Blanchard et al., Zoos humains et exhibitions coloniales, Paris, La Découverte, 2011, p. 180-192.

Marie Perrier, « La collection d’un organisateur de villages noirs » dans H. Lafont-Couturier (dir.), Musée des Confluences, une collection, Arles et Lyon, Musée des Confluences et Actes Sud, 2017, p. 258-259.

Constantine Petridis, « Art du quotidien. Objets portatifs d’Afrique du Sud », Tribal Art, n° 60, été, 2011, p. 66-71.

Bénédict-Henry Révoil, Le Pays des Zoulous et des Cafres, Limoges, Eugène Ardant et Cie, 1885.

Société médicale des hôpitaux de Lyon, « Inauguration de la galerie d'anthropologie du muséum », Lyon médical : Gazette médicale et Journal de médecine réunis, 05 janvier 1879, Lyon, Plantin-Chatelain, p. 207-210.

Manuel Valentin, « De l’Afrique du Sud à l’Afrique australe. Entre continuité et changement », dans H. Joubert et M. Valentin, Ubuntu, arts et cultures d’Afrique du Sud, Paris, Réunion des musées nationaux, 2002, p. 176-179.

Robert Trent Vinson et Robert Edgar, « Zulus Abroad: Cultural Representations and Educational Experiences of Zulus in America, 1880-1945 », Journal of Southern African Studies, Vol. 33, n° 1, 2007, p. 43-62.

Laurick Zerbini, « Masques et statuaire d'Afrique noire dans les collections du Muséum d'histoire naturelle de Lyon », Nouvelles archives du Muséum d’Histoire naturelle de Lyon, tome 34, 1996.

Presse

Le Petit Marseillais, Chroniques locales, les tribulations d’un Zoulou d’Alger à Marseille, 18 décembre 1879.

Le Monde illustré, 15 mars 1879.

Le Petit Lyonnais, 16 novembre 1879.

Henri Lambert, « les Zoulous aux Folies Bergères », Le gaulois, 18 novembre 1879, n° 65, p. 1-2.

Lloyd's Weekly Newspaper, “Paris Items”, Sunday 10 August 1879, p. 7

Nottinghamshire Guardian, “MR Farini and his Zulu Troupe”, Friday 19 December 1879, p. 3.

Archives

Journal d’entrée du Muséum, 1879, Archives du musée des Confluences, cote JE-1879-2.

Notes

1 L’inauguration est relatée dans Société médicale des hôpitaux de Lyon, « Inauguration de la galerie d'anthropologie du muséum », Lyon médical : Gazette médicale et Journal de médecine réunis, 5 janvier 1879, Lyon, Plantin-Chatelain, p. 207-210

2 Louis Lortet, Rapport à M. Le préfet sur les travaux exécutés pendant l’année 1878, Muséum d’Histoire naturelle de Lyon, H. Georg, Lyon, 1879, p. 7.

3 Un descriptif du contenu des vitrines est dressé par Ernest Chantre dans une communication concernant l’inauguration de la galerie. Ernest Chantre, « Inauguration du Musée Anthropologique de Lyon », Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, III° série, tome 2, Lyon et Paris, H. Georg et G. Masson, 1879, p. 122-127.

4 Laurick Zerbini, « Masques et statuaire d'Afrique noire dans les collections du muséum d'Histoire naturelle de Lyon », Nouvelles archives du muséum d’Histoire naturelle de Lyon, tome 34, 1996, p. 21.

5 Louis Lortet, Rapport à M. Le préfet sur les travaux exécutés pendant l’année 1879, muséum d’Histoire naturelle de Lyon, H. Georg, Lyon, 1880, p. 7.

6 Ibid., p. 7.

7 Journal d’entrée du Muséum, 1879, Archives du Musée des Confluences, côte JE-1879-2.

8 Ernest Chantre, « Observations anthropométriques sur cinq Zoulous de passage à Lyon », Bulletin de la Société d’anthropologie et de biologie de Lyon, H. Georg et G. Masson, Lyon et Paris, 1883, p. 73.

9 Laurick Zerbini, « Masques et statuaire d'Afrique noire dans les collections du Muséum d'Histoire naturelle de Lyon », op.cit., p. 24-26.

10 Ces missions ont fait l’objet d’une publication par Ernest Chantre : Recherches anthropologiques dans l’Afrique orientale : Égypte, 1904.

11 Raymond Corbey, « Chapitre 3. Vitrines ethnographiques : le récit et le regard », dans P. Blanchard et al., Zoos humains et exhibitions coloniales, Paris, La Découverte, 2011, p. 91.

12 Marie Perrier, « La collection d’un organisateur de villages noirs » dans H. Lafont-Couturier (dir.) Musée des Confluences, une collection, Arles et Lyon, Musée des Confluences et Actes Sud, 2017, p. 258.

13 Avant le début du 19e siècle, ce territoire était peuplé par divers groupes de langue nguni, dont les Zoulous, répartis en chefferies. Lors du règne de Shaka (environ 1818-1828), les Zoulous ont conquis un large territoire, dominant par la force les chefferies locales jusqu’à la rivière Mzimkhulu, située aux confins du Natal.

14 Des objets sud-africains anciens sont notamment conservés au musée du quai Branly – Jacques Chirac à Paris, au musée d’ethnographie de Genève, au British Museum à Londres, au musée d’ethnographie de Leyde, au Tropenmuseum à Amsterdam, au Iziko South African Museum de Cape Town et à la Johannesburg Art Gallery.

15 La langue néerlandaise était parlée par les colons (Boers) des Pays-Bas, de Belgique, d’Allemagne et de France lors de leur arrivée en Afrique du sud au 17e siècle. Elle a donné naissance à l’afrikaans, langue des Boers, qui est aujourd’hui une des onze langues officielles de l’Afrique du sud. Le néerlandais utilisé sur les étiquettes est plus récent et pourrait se rapprocher de celui parlé dans la partie flamande de la Belgique.

16 Bien qu’énigmatiques, ces étiquettes constituent des témoignages rares et précieux : la grande majorité des objets de cette région du monde collectés à cette époque ne possèdent aucune information. Cf. Sandra Klopper et Karel Nel, Art de l’Afrique du Sud-Est : de la collection Conru, Milan, 5 Continents, 2002, p. 16.

17 Manuel Valentin, « De l’Afrique du Sud à l’Afrique australe. Entre continuité et changement », dans H. Joubert et M. Valentin, Ubuntu, arts et cultures d’Afrique du Sud, Paris, Réunion des musées nationaux, 2002, p. 178.

18 Constantine Petridis, « Art du quotidien. Objets portatifs d’Afrique du Sud », Tribal Art, n° 60, été, 2011, p. 66-71.

19 L’ensemble linguistique nguni inclut des sous-groupes (Zoulou, Xhosa, Ndébélé, Swati, …) eux-mêmes divisés en dialectes. Les locuteurs nguni sont organisés en clans patrilinéaires.

20 Rayda Becker « Le nom, le style et la région : quelques réflexions sur les liens entre Tsonga et Nguni », dans H. Joubert et M. Valentin, Ubuntu, arts et cultures d’Afrique du Sud, Paris, Réunion des musées nationaux, 2002, p. 161.

21 Ibid., p.  161.

22 Henri-Alexandre Junod, Les Ba-Ronga, étude ethnographique sur les indigènes de la baie de Delagoa, Neuchâtel, 1898, n° 6, p. 233.

23 Anitra Nettleton, African Dream Machines, Style, Identity and Meaning of African Headrests, Johannesburg, Wits University Press, n° 287, 2007, p. 282.

24 Ibid., p. 252.

25 Hendrik Müller et Joh. Snelleman, Industrie des Cafres du sud-est de l’Afrique : collection recueillie sur les lieux et notices ethnographiques, Leyde, Brill, 1893, planche 27.

26 Manuel Valentin, cat. cit., p. 272, notice 97.

27 H. Müller et Joh. Snelleman, op. cit., pl. 13.

28 Carolee Kennedy, The Art and Material Culture of the Zulu-speaking Peoples, UCLA Museum of Cultural History Pamphlet Series, Vol. 1, n° 3, Los Angeles, The Regents of the University of California, 1978, p. 2.

29 Cette étiquette porte la mention Een kleine Mand gemaakt te Mavota genaamd Tengoula que l’on pourrait traduire par « Un petit panier fabriqué à Mavota, appelé Tengoula ».

30 Gerhard Liesegang, «Dingane's Attack on Lourenco Marques in 1833», The Journal of African History, 1969, Vol. 10, n° 4, 1969, p. 568.

31 Karel Nel, « des esthétiques dans l’art sud-africain. Au fil d’un entretien », dans H. Joubert et M. Valentin, Ubuntu, arts et cultures d’Afrique du sud, Paris, Réunion des musées nationaux, 2002, p. 156.

32 Cette étude sera publiée quelques années plus tard sous la forme d’une communication : Ernest Chantre, « Observations anthropométriques sur cinq Zoulous de passage à Lyon », Bulletin de la Société d’anthropologie et de biologie de Lyon, Lyon et Paris, H. Georg et G. Masson, tome 2/1, 1883, p. 72-75.

33 Échantillon toujours conservé dans les réserves du musée des Confluences (inv. 30002231).

34 On peut être surpris qu’Ernest Chantre, photographe averti, n’ait pas profité de l’occasion pour réaliser des clichés des jeunes Sud-Africains.

35 Édouard Papet reprend de nombreux extraits de l’ouvrage Le Moulage […] de Lebrun et Magnier, dont la première édition date de 1843.

36 Édouard Papet, « Technique : saisir la nature sur le fait », dans E. Papet (dir.), A fleur de peau, le moulage sur nature au xixe siècle, Paris, Réunion des musées nationaux, 2001, p. 76.

37 Sophie Narain, « 17. L’image du peuple Zoulou en France au xixe siècle », dans F.-X. Fauvelle-Aymar (éd.), Les ruses de l'historien. Essais d'Afrique et d'ailleurs en hommage à Jean Boulègue, Paris, Karthala, 2013, p. 326.

38 E. Chantre, « Observations anthropométriques sur cinq Zoulous de passage à Lyon », art. cit., p. 72.

39 S. Narain, op. cit., p. 324.

40 Ibid., p. 329.

41 Dès 1853, l’imprésario Caldecott a élaboré un spectacle mettant en scène des repas, des combats ou des mariages joués par des Zoulous. Son passage à Paris a été l’occasion pour le Muséum national d’Histoire naturelle de mouler le buste du Sud-Africain Mankanana (http://www.museedelhomme.fr/fr/musee/collections/buste-mankanana-3847).

42 Le Petit Lyonnais, 16 novembre 1879, np.

43 Henri Lambert, « les Zoulous aux Folies Bergères », Le gaulois, 18 novembre 1879, n° 65, p. 1-2.

44 Il est fort probable que Châli soit en fait la déformation française du prénom Charley porté par un des membres de la troupe lors de leur passage à Londres.

45 Farini exhibe des femmes et des enfants zoulous dès le début de l’année 1879. En mai, alors que la guerre fait rage, il charge son associé Nat Behrens d’aller chercher six sud-africains et demande à ce que leur « authenticité » soit certifiée par la police de Durban et les passagers du bateau qui les ramène vers l’Europe au mois de juin (Shane Peacock « Africa Meets the Great Farini », dans B. Lindfors (ed), Africans on stage: studies in ethnological Show Business, Cape Town et Bloomington, Indiana University Press et D. Philip, 1999, p. 86-87 ; Robert Trent Vinson et Robert Edgar, « Zulus Abroad: Cultural Representations and Educational Experiences of Zulus in America, 1880-1945 », Journal of Southern African Studies, Vol. 33, n° 1, 2007, p. 46).

46 Nottinghamshire Guardian, “M.R. Farini and his Zulu Troupe”, Friday 19 December1879, p. 3.

47 The Times, "Police,", December 29 1879, cité par Erin Bell, Beyond the Exhibit: Zulu Experiences in Britain and the United State (1879-1884), mémoire de master en Histoire de l’art, Carleton University, Ottawa, 2011, p. 30.

48 Il s’agissait de Dingando, Possomon, Maguibi et Ousan.

49 Lloyd's Weekly Newspaper, “Paris Items”, Sunday 10 August 1879, p. 7.

50 Le Petit Marseillais, « Chroniques locales, les tribulations d’un Zoulou d’Alger à Marseille », 18 décembre 1879, np.

Table des illustrations

Crédits Archives départementales du Rhône, côte 3757W4_32
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Crédits Crédit photo Louis Chartier, musée des Confluences
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Crédits Crédit photo Gallica, Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Crédits Crédit photo Pierre-Olivier Deschamps - Agence VU’
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Crédits Crédit photo Louis Chartier, musée des Confluences
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Crédits Crédit photo Louis Chartier, musée des Confluences
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Crédits Crédit photo Pierre-Olivier Deschamps - Agence VU’
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Crédits Crédit photo musée des Confluences
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Crédits Crédit photo Louis Chartier, musée des Confluences
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Crédits Crédit photo musée des Confluences
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Crédits Crédit photo musée des Confluences
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Crédits Crédit photo Olivier Garcin, musée des Confluences
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Crédits Crédit photo musée des Confluences
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Crédits Crédit photo Louis Chartier, musée des Confluences
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Crédits Crédit photo Louis Chartier, musée des Confluences
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Crédits Crédit photo Louis Chartier, musée des Confluences
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Crédits Crédit photo Louis Chartier, musée des Confluences
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Crédits Archives du musée des Confluences, côte PH2098.27
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Crédits dans Le Monde Illustré, n°1182, 22 novembre 1879, p. 337
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/6034/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 656k

Auteur

Chargée des collections Afrique et Océanie, Musée des Confluences, Lyon
marie.perrier@museedesconfluences.fr

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search