Version classiqueVersion mobile

Histoire d'objets extra-européens : collecte, appropriation, médiation

 | 
Thomas Beaufils
, 
Chang Ming Peng

Origine de la collection des objets des peuples Saho issue de la Mission en Érythrée en 1905-1906 exposée au Museo di Antropologia ed Etnologia de Florence (Italie)

Origin of the Saho’s collection of the Museo di Antropologia ed Etnologia in Florence (Italy) collected during an Italian scientific exploration in Eritrea (1905-1906)

Marta Caradonna

Résumé

Pendant la période coloniale italienne la première expédition ethnographique est la Mission en Érythrée du 1905-1906 dans la région de l’Assaorta, un territoire qui s'étend de la Mer Rouge aux confins nord-occidentaux d'Érythrée. Elle fut confiée à une équipe pluridisciplinaire composée de professionnels comme les géographes Giotto Dainelli (1878-1968) et Olinto Marinelli (1876-1926), pour les relevés géologiques et géographiques, le paléontologue et anthropologue physique Aldobrandino Mochi (1875-1931), et l’ethnologue Lamberto Loria (1855-1913) pour la partie ethnologique et photographique. En ce qui concerne les tâches confiées à Mochi et à Loria, il est possible de reconstruire l’organisation et le déroulement de l’expédition, les méthodes d’enquête et les conditions matérielles ainsi que politiques de production des données historiques et ethnographiques. Une des finalités officielles de la Mission était de collectionner des matériaux qui auraient enrichi les collections du Museo Nazionale di Antropologia e Etnologia fondé par Paolo Mantegazza en 1869 à Florence.

During the Italian colonial period the first ethnographic expedition was the Eritrean Mission (1905-1906) in the Assaorta region, a territory stretching from the Red Sea to the north-western borders of Eritrea. It was entrusted to a multidisciplinary team composed of professionals such as geographers Giotto Dainelli (1878-1968) and Olinto Marinelli (1876-1926), for geological and geographical surveys, paleontologist and physical anthropologist Aldobrandino Mochi (1875-1931), and ethnologist Lamberto Loria (1855-1913) for the ethnological and photographic part. With regard to the tasks assigned to Mochi and Loria, it is possible to reconstruct the organization and conduct of the expedition, the methods of investigation and the conditions as well as the policies of production of historical and ethnographic data. One of the official aims of the Mission was to collect materials that would have enriched the collections of the Museo Nazionale di Antropologia e Etnologia founded by Paolo Mantegazza in 1869 in Florence.

Texte intégral

  • 1 Nicola Labanca, Oltremare. Storia dell’espansione coloniale italiana, Bologna, Il Mulino, 2007.

1Pendant la période coloniale italienne la première expédition ethnographique est la Mission en Érythrée du 1905-1906 dans la région de l’Assaorta, un territoire qui s'étend de la Mer Rouge aux confins nord-occidentaux d'Érythrée. La Mission en Érythrée s’est déroulée lors du Congrès géographique d’Asmara, sous l’impulsion de le Regio Istituto di Studi Superiori de Florence et financée par le Ministère de l’Education Nationale italien1. Elle fut confiée à une équipe pluridisciplinaire composée de professionnels comme les géographes Giotto Dainelli (1878-1968) et Olinto Marinelli (1876-1926) pour les relevés géologiques et géographiques, le paléontologue et anthropologue physique Aldobrandino Mochi (1875-1931), et l’ethnologue Lamberto Loria (1855-1913) pour la partie ethnologique et photographique. Ils furent chargés d’étudier les différents groupes Saho, des bergers transhumants de l’Érythrée. Ils traversèrent l’Érythrée septentrionale et la Dancalie centrale.

  • 2 Sara Ciruzzi, Marco Piccardi, Rachela Riccio, M. Gloria Roselli (dir.), « Missione Eritrea, 1905-19 (...)

2Lamberto Loria, un des plus grands représentants de l’ethnologie et de la muséologie en Italie, ne publia rien sur la Mission mais, en 2002, la revue Archivio per l’Antropologia e l’Etnologia de Florence a édité les carnets de voyage d’Aldobrandino Mochi, composés de sept petits cahiers, restés inédits pendant presque cent ans, illustrés d’une iconographie riche en photos, croquis et dessins faits sur le terrain2. En ce qui concerne les tâches confiées à Mochi et à Loria, il est possible de reconstruire l’organisation et le déroulement de l’expédition, les méthodes d’enquête et les conditions matérielles ainsi que politiques de production des données historiques et ethnographiques. Le voyage débuta dans la région de Akkälä Guzay le 8 novembre 1905 et, pour Mochi, Marinelli et Dainelli, prit fin avec le retour à Massawa le 15 janvier 1906 et le départ avec le bateau à vapeur Vespucci le lendemain. Loria resta encore quelques jours dans la région de l’Assaorta. Le 8 janvier 1906, Mochi écrit :

  • 3 Ibid. p.215. Toutes les traductions sont de l’auteur.

« Ils sont tout autour de moi, Alì, Mohamed Sali, Belai, Omar Aga, Bata, Ligg. Aussi les Ascari, tous pour me saluer : certains sont vraiment émus. Je les laisse, ils m'ont touché moi aussi. Je ramène un doux souvenir de ces braves gens. Je vais quitter Loria avec préoccupation parce que vraiment l’idée qu’il reste seul me fait mal »3.

  • 4 Le Museo Nazionale di Antropologia e Etnologia en 2019, le 28 novembre, a fêté ses 150 ans de fonda (...)

3La Mission de 1905-1906 fut le premier épisode d’une courte série d’expéditions représentant le lien entre la politique coloniale italienne et le monde scientifique (les autres sont 1934-1935 dans le Fezzan libyen et 1937 dans la région du lac Tana en Éthiopie). Pour le Gouvernement colonial, la participation de Loria et Mochi a pour objectif d’étudier comment les Saho s’habillent, comment ils vivent et comment ils fabriquent leurs objets. Donc deux stratégies se recoupaient : celle des fonctionnaires, intéressée surtout à un contrôle des colonisés, et celle des anthropologues, qui montraient un intérêt pour la politique coloniale pour obtenir des objets et des informations. En effet, une des finalités officielles de la Mission était de collectionner des matériaux qui auraient enrichi les collections du Museo Nazionale di Antropologia e Etnologia fondé par Paolo Mantegazza en 1869 à Florence4. Le but était de reconstruire en entier dans les salles du musée la vie de la Colonie Érythréenne.

Fig. 1 – Disposition actuelle des pièces des populations Saho exposées dans les vitrines conçues par Aldobrandino Mochi. Museo di Antropologia ed Etnologia, Florence

© Marta Caradonna

4Dès le début de la Mission, le géographe Dainelli écrit :

  • 5 Giotto Dainelli, In Africa (lettere dall’Eritrea) (parte prima), op. cit., p. 35.

« Hier il y a eu une fête et une foire de bienfaisance (...) ; nous y sommes allés nous aussi, d’autant plus que des objets indigènes devaient être mis en vente. Et effectivement Loria en a achetés, pour notre collection, en grande quantité. Entre ceux-là et les autres, plusieurs achetés au marché et dans le village indigène, nous avons une collection tellement riche et abondante, que nous avons été contraints de demander à Martini rien moins qu’un entrepôt, pour l’y déposer ; et ce n’est que le début ! Quant à son importance, elle est certes grande ; la valeur, également commerciale, en Europe pourrait s’évaluer à plusieurs milliers de lires ; quand elle sera terminée je crois qu’elle sera unique, pas tant pour le nombre des objets, que pour leur valeur scientifique »5.

  • 6 James Clifford, The Predicament of Culture: Twentieth- Century. Ethnography, Literature, and Art, C (...)

5Dans les mots de Dainelli, on retrouve l’évidence d’un passage d’une muséographie de quantité à une muséographie de qualité. Dainelli se réjouit du grand nombre d’objets qui ont été recueillis pour le nouveau musée mais il en souligne la remarquable valeur scientifique. Entre le xviiie et le xixe siècle, les musées sont la vitrine des théories évolutionnistes et les objets collectés s’insèrent dans une optique positiviste en guise de témoignages de l’évolution humaine. Les scientifiques cherchent dans les objets conservés dans les musées des confirmations de leurs théories, parmi lesquelles il y en a qui serviront à renforcer les idées colonialistes et racistes qui petit à petit prenaient racine tant en Italie que dans les autres Pays d’Europe. Parfois les objets représentaient des “trophées” coloniaux. Avant cette période les objets “exotiques” étaient collectés comme curiosités ou merveilles. À partir du 20e siècle, comme James Clifford nous le rappelle, on commence à attribuer aux objets “autres”, puisqu’ils viennent de sociétés extra-européennes, la capacité de fournir des “témoignages” objectifs en mesure de représenter la « totalité multidimensionnelle de la vie d’une culture »6.

  • 7 Lamberto Loria, « Usi matrimoniali assaortini (Missione scientifica eritrea del 1905) », Archivio p (...)
  • 8 Società di studi geografici e coloniali et Società italiana di antropologia ed etnologia, Istruzion (...)

6Presque un siècle avant la Convention pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel approuvée par l’UNESCO en 2003, Loria et Mochi, durant la Mission en Érythrée, se sont aussi intéressés à collecter les biens, appelés de nos jours “immatériels” ou “volatiles”, consistant en des croyances, des rituels, de la littérature orale, des mythes, etc. On a pu tirer toute une série de références de la relation de voyage de Mochi, tandis que les notes de Loria, qui n’aimait pas publier ses écrits, furent collectées par ses héritiers pour en faire un court essai sur les légendes et les usages matrimoniaux en Assaorta7. Ces données constituaient aussi l’explication ethnographique des objets collectés, à savoir des contextes d’utilisation, de leurs utilisateurs locaux et des attributions symboliques permettant de comprendre les objets dans le cadre des rapports sociaux qui les avaient engendrés. Mochi remarque une différence substantielle entre les différents types d’objets. « Pour les collectes d’objets et matériaux ethnographiques en général il est conseillé de préférer plutôt les types les plus courants et utilisés par le peuple dans la vie quotidienne, évitant ceux d’importation récente »8.

  • 9 Lamberto Loria, « Come si deve usare la macchina fotografica », dans Istruzioni per lo studio della (...)
  • 10 Aldobrandino Mochi, « Gli oggetti etnografici delle popolazioni etiopiche posseduti dal Museo Nazio (...)
  • 11 Giotto Dainelli, In Africa (lettere dall’Eritrea) (parte prima), Bergamo, Istituto Italiano d’Arti (...)

7Pour ce qui est de la méthodologie d’observation, Lamberto Loria9, et Aldobrandino Mochi10 entre les premiers en Italie, théorisent l’importance de la photographie dans la recherche ethnographique et l’expérimentent avec efficacité durant la mission. Les deux se partagent les tâches : tandis que Mochi va s’occuper prioritairement de la transcription des mesures anthropométriques et ostéologiques des habitants, Loria va photographier les objets, les individus, les maisons et les scènes de vie dans les villages11.

  • 12 Società di studi geografici e coloniali et Società italiana di antropologia ed etnologia, Istruzion (...)
  • 13 Arturo Issel (dir.), Istruzioni Scientifiche pei Viaggiatori, Ministero di Agricoltura, Industria e (...)

8Lors du Congrès géographique d’Asmara fut présentée une ébauche du guide, Istruzioni per lo Studio della Colonia Eritrea12, dans lequel on précise méticuleusement les indications pour une acquisition correcte de données et d’échantillons naturalistes et anthropologiques. Ce travail succédait au précédent publié en 1881 par Arturo Issel13 et s’insérait dignement dans les questionnaires internationaux. Étant donnée la nouvelle ambiance dans laquelle évoluent les Istruzioni per lo studio della colonia Eritrea, on peut les définir comme le premier véritable exemple italien d’outil de recherche dans un but colonial de domination. En même temps, elles reflètent aussi les liens directs de la communauté scientifique avec les organismes et les pratiques coloniaux. Parmi les éléments de continuité avec la tradition des instructions pour les voyageurs, demeurent l’organisation textuelle et quelques grands thèmes classiques de l’évolutionnisme, comme l’intérêt pour les pièces ostéologiques, pour les exemplaires de la flore et de la faune pour les pratiques indigènes offrant des ressemblances avec celles des hommes préhistoriques et l’intérêt pour la survie de formes religieuses antécédentes.

  • 14 Sandra Puccini, Il corpo, la mente, le passioni. Istruzioni, guide e norme per l’osservazione e la (...)

9Dans les Instructions nous trouvons aussi des nouveautés pour la recherche, comme l’observation et la collecte des informations sur les légendes généalogiques, des données statistiques sur les populations et les villages, des documents photographiques des gens et des habitations. Chaque élément est important au sein de ce tableau scientifique, car chacun peut contribuer à l’étude de la région. De même, l’urgence qui traverse les indications sur la collecte reste un élément de continuité avec le passé14. Déjà en 1900, lors de ses réflexions sur les objets ethnographiques des populations éthiopiennes possédés par le Museo Nazionale di Antropologia e Etnologia, Mochi écrivait :

  • 15 Aldobrandino Mochi, op. cit., p.93.

« Il ne nous est pas permis, d’ailleurs, dans l’état adulte de notre science, de laisser décliner sous nos yeux une phase aussi importante de la vie d’un peuple si proche et avec qui nous entretenons des rapports constants, sans recueillir et conserver dans nos livres et nos musées tout ce qu’il est possible de conserver fidèlement et dans les moindres détails de sa mémoire »15.

  • 16 Elena Pacini, « Dal territorio eritreo al Museo. Gli scopi e le tecniche di collezione degli oggett (...)

10S’il est vrai que le Museo Nazionale di Antropologia e Etnologia de Paolo Mantegazza ne soutenait jamais directement les expéditions coloniales, il est aussi vrai qu’une grande partie des collections africaines conservées dans ses salles a été rassemblée en période coloniale et essentiellement dans les possessions italiennes16. D’après les Istruzioni, la collecte s’effectuait très librement, selon, pour ainsi dire, l’inspiration des chercheurs et leur critère d’évaluation sur chaque pièce. Cependant, on devait acheter au moins un exemplaire de tout ce qui se trouve sur place, dans les villages, et que les propriétaires étaient disposés à vendre. Par ces mots de Mochi, il faut en déduire qu’il trouve tous les objets natifs importants et instructifs, il écrit :

  • 17 Sara Ciruzzi, Marco Piccardi, Rachela Riccio, M. Gloria Roselli (dir.), « Missione Eritrea, 1905-19 (...)

« Nous achetons plusieurs autres choses très intéressantes (...) un veau empaillé (...), un tapis en peau tannée et ornée servant aux fonctions nuptiales, un coffret à bijoux de femme, une tablette avec des essais d’écriture arabe du fils du chef (accompagnée de la plume et de l’encrier), des boucles d’oreille de fiancée, des récipients à lait, un éventail pour alimenter le feu, une ceinture de femme, une mesure à beurre, un filtre pour le lait et d’autres petites choses »17.

Fig. 2 – Planchette de bois utilisée par les enfants pour apprendre à écrire, pour la réutiliser il suffit de laver l’encre

© Marta Caradonna

Fig. 3 – Récipient pour lait en fibre végétale, agrémenté en cuir et orné de coquillages (cyprées) et perles colorées en pâte de verre

© Marta Caradonna

Fig. 4 – Cuir de chèvre avec franges orné de coquillages (cyprées) et perles colorées en pâte de verre et ceinture de suspension utilisée pour le mariage

© Marta Caradonna

Fig. 5 – Filtre pour le lait recouvert de fibres végétales avec entonnoir et cordon de suspension

© Marta Caradonna

Fig. 6 – Éventail pour alimenter le feu

© Marta Caradonna

  • 18 Sara Ciruzzi, Marco Piccardi, Rachela Riccio, M. Gloria Roselli (dir.), « Missione Eritrea, 1905-19 (...)

11Mochi et Loria sont engagés dans l’étude des différents types de cabanes indigènes pour comprendre au mieux leurs habitudes quotidiennes : « En entrant dans une cabane on dirait qu’il n’y a presque rien. Et puis on s’aperçoit de tous les bibelots qu’ils ont dans leurs débarras »18. C’est pourquoi, dans les cahiers de Mochi, nous trouvons de nombreuses pages consacrées à l’explication de la structure et de la distribution interne de ce type d’habitat. Chaque description est accompagnée du dessin de la cabane et de l’espace à l’extérieur. En même temps, Loria utilise l’outil qui va changer la façon de faire l’ethnographie : l’appareil photo. Grâce à sa minutie, nous avons des photos de toutes les maisons, les cabanes, les églises, ainsi que des portraits des habitants et des clichés représentant la vie du village. Dainelli écrira dans une de ses premières lettres de l’Érythrée :

  • 19 Giotto Dainelli, In Africa (lettere dall’Eritrea) (parte prima), op. cit., p. 38-39.

« toutes les cabanes étaient ouvertes ; nous avons pu ainsi en tracer le plan, prendre des photographies, des mesures, avoir des noms d’objets, d’ustensiles, de toutes les parties de l’habitation abyssinienne, des informations sur les us et coutumes, des traditions et des généalogies : des arguments très intéressants »19.

  • 20 Elena Pacini, « Dal territorio eritreo al Museo. Gli scopi e le tecniche di collezione degli oggett (...)

12Quand les objectifs de la Mission furent connus des habitants des villages Saho, ils proposèrent eux-mêmes l’achat de leurs marchandises20 :

  • 21 Un mélange d'épices de la cuisine éthiopienne (cumin, paprika, coriandre, carvi, poivre, menthe, ca (...)
  • 22 Sara Ciruzzi, Marco Piccardi, Rachela Riccio, M. Gloria Roselli (dir.), « Missione Eritrea, 1905-19 (...)

« (…) désormais notre petite salle (...) est devenue une boutique, une boutique où les acheteurs sont au comptoir et où les vendeurs affluent avec la marchandise. On achète des mortiers, un collier, un coffret où la femme met ses choses, des récipients pour le lait, le berbère21 et l’antimoine. Ils voient qu’on paye plutôt bien et se disputent pour enrichir le Musée de Florence (...). Qui aurait dit que le Musée aurait trouvé des amis aussi solides chez ces pauvres diables ! »22.

Fig. 7 – Ham ham, Récipients à beurre fabriqués à partir de citrouilles de différentes tailles, recouverts de cordes de suspensions, destinés à être accrochés à la maison

© Marta Caradonna

Fig. 8 – Collier

© Marta Caradonna

  • 23 Ibid., p. 31.

13Même si Mochi répète souvent que la raison pour laquelle les habitants vendent facilement leurs objets est que les chercheurs paient assez bien, de fait, pour une population nomade basée sur l’élevage, où le terrain est plutôt aride et la végétation éparse et rabougrie, un atout supplémentaire est attractif. De temps en temps les vivres ou le tabac remplacent l’argent comme monnaie d’échange. Souvent Mochi déclare en tout cas que les objets ont été offerts. En décrivant sa visite au village des Amptò, Mochi écrit : « Je crois qu’il y a peu à acheter à ces pauvres gens qui sont si pauvres en outils, et qui ont une vie misérable, très simple et si peu de besoins »23.

14Il n’est pas rare que la méfiance prévale parmi les habitants :

  • 24 Ibid., p. 120

« Chez les Macò, nous recevons un accueil très froid. Ils ne veulent pas nous vendre des objets pour notre collection, ils ne nous souhaitent même pas le bonjour et ils nous refusent même une tasse de café. Ils font tout pour nous éviter et pour se cacher »24.

  • 25 Ibid., p. 17.

15Mochi ne donne pas son avis sur ces comportements, mais il met souvent en évidence dans ses cahiers la dignité de ces populations. Dans certains cas, il est probable que les habitants, habitués au commerce, à cause de la nécessité d’acheter des céréales, des tissus et des outils en fer, n’étaient pas complètement imprudents ou pas au courant de la valeur de leurs objets. « D’autres outils que nous aimons nous sont refusés ou offerts à un prix relativement trop cher »25. En ayant un budget prédéfini, Mochi et Loria considèrent à chaque fois la faisabilité économique de l’achat. Le désir de posséder des objets rituels est souvent si fort que les chercheurs brisent les règles sociales et religieuses des villages :

  • 26 Le “cika” ou Cicca est le véritable maire élu des Communautés Abyssiniennes. Voir Sara Ciruzzi, Mar (...)
  • 27 Giotto Dainelli, In Africa (lettere dall’Eritrea) (parte prima), op. cit., p. 35.

« Nous avons même incité le cika26 à nous vendre une des cloches de l’église, (...) composée d’un morceau de roche allongé qui, suspendu et battu, donne un son métallique argentin, plus ou moins aigu. Quand les paysans se sont aperçus du genre de contrat qu’avait fait leur chef, ils se sont presque insurgés contre ce qui à leurs yeux devait sembler une espèce de profanation »27.

16L’honnêteté intellectuelle des chercheurs est ternie aussi par un épisode que Mochi raconte sans faire preuve de regret :

  • 28 Sara Ciruzzi, Marco Piccardi, Rachela Riccio, M. Gloria Roselli (dir.), « Missione Eritrea, 1905-19 (...)

« Je m’associe avec Marinelli et Dainelli pour une curieuse entreprise. (...) Dans cette grotte (...) ce sont des squelettes et des momies de saints. (...) nous avons pensé voler au moins une des reliques vénérées et pour ce faire nous nous sommes promenés en parlant dans le campement et puis nous nous sommes éloignés comme si l’on voulait faire quelque pas (...). Parvenus au pied de la grotte, Giotto et moi avons aidé Marinelli à escalader. Celui-ci, une fois entré dans la cavité sacrée a pris le crâne (...) puis il est descendu rapidement. Très vite, et l’air indifférent, nous sommes retournés au camp où personne ne s’était aperçu de rien. J’avais la précieuse relique toujours cachée dans le manteau (...) jusqu’à ce que, profitant d’un moment de solitude, j’ai réussi à la placer dans ma malle que j’ai soigneusement fermée à clé »28.

17Tels gestes ne peuvent qu’être interprétés comme une preuve d’autorité et de domination, surtout parce que les chercheurs étaient au courant de la valeur religieuse d’une telle relique :

  • 29 Sara Ciruzzi, Marco Piccardi, Rachela Riccio, M. Gloria Roselli (dir.), « Missione Eritrea, 1905-19 (...)

« Nous avons dû prendre beaucoup de précautions parce que nous savons bien ce que les indigènes ressentent à cet égard. Le respect effrayant et la religion et la superstition envers les tombes en général et particulièrement envers celles anciennes et mystérieuses sont si enracinées entre eux que même les serviteurs se mettraient en colère contre nous s’ils s’estimaient offensés dans leur culte des morts, et d’autre part n’étant pas en mesure d’apprécier la raison scientifique, ils interpréteraient notre conduite comme sacrilège. J’espère que personne n’en saura rien »29.

18Nous ne savons pas si les propriétaires du crâne, les Miniferi, ont remarqué le vol, certainement Mochi en racontant l’épisode ne savait pas d’entacher la réputation de la Mission et, en quelque façon, le travail méticuleux fait par toute l’équipe en Erythrée.

19La Mission obtint en tout cas un résultat important pour enrichir la collection ethnographique destinée au Museo Nazionale di Antropologia e Etnologia de Florence. Les objets Saho et Amhara réunis en Érythrée arrivèrent en Italie, bien enfermées dans des malles et des coffres en bois, en février 1906. La collection comptait environ 1300 objets qui, documentant la culture matérielle et cérémonielle, furent énumérés et catalogués, mais ils restèrent essentiellement entassés dans des locaux vétustes de l’ancien siège de la rue Gino Capponi pendant de nombreuses années avant que l’aménagement du Musée au nouveau siège du Palazzo Nonfinito, aux débuts des années Trente, ne leur donne leur juste place. Une centaine d’objets de toute la collection sont exposés actuellement au Musée dans les vitrines consacrées à la culture matérielle Saho.

Fig. 9 – Récipient en bois et terre cuite orné de coquillages (cyprées) et perles colorées en pâte de verre, avec couvercle utilisé comme tasse à café

© Marta Caradonna

Fig. 10 – Récipient obtenu à partir d’une citrouille avec des sangles de suspension orné de coquillages (cyprées) et perles colorées en pâte de verre, où les femmes Assaorta conservent le beurre avec lequel ils graissent les cheveux

© Marta Caradonna

Fig. 11 – Récipient utilisé par les populations des Miniferi et des Hasu pour transporter l’eau pour les ablutions rituelles avant les prières quotidiennes, comme prescrit par la religion musulmane

© Marta Caradonna

Fig. 12 – Appuie-tête en bois de différentes formes et tailles utilisées aussi pour ne pas décomposer les coiffures élaborées. Ceux orné de coquillages (cyprées) et perles colorées en pâte de verre appartiennent aux mariées Assaorta

© Marta Caradonna

20Le concept d’exposition est celui des musées ethnographiques du 19e siècle et des premières décennies du xxe. Elle reflète et renvoie en même temps à la relation entre recherche sur le terrain, destination muséale, orientations théoriques et méthodologies d’exposition de l’époque. Cette disposition est aujourd’hui volontairement maintenue par les conservateurs comme document de la structure originale.

Fig. 13 – Les armoires originales construites pour exposer les collections Saho au Museo di Antropologia e Etnologia

© Marta Caradonna

  • 30 Lidio Cipriani, « Aldobrandino Mochi », Liburni Civitas: rassegna di attività municipale, I, 1932, (...)

21Elle fut réalisée sur la base des instructions amples et précises qu’a laissées Mochi lui-même au moment de sa mort, advenue en 1931, et théorisée en 1911 lorsque, lors du débat sur la disposition des objets ethnographiques animé par Loria au Premier Congrès d’Ethnographie Italienne, l’anthropologue avait proposé de mettre côte à côte, et pas de remplacer, la disposition géographique consolidée des collections, et celle selon la fonction et le matériau30.

22Ce qui frappe, en parcourant les couloirs sombres, c’est que dans les armoires les objets sont extrêmement rapprochés, disposés sur plusieurs rangées où ils ne sont pas véritablement entassés mais ne sont pas non plus séparés les uns des autres, dans un style semblable aux musées d’histoire naturelle.

Fig. 14 – Les armoires originales construites pour exposer les collections Saho au Museo di Antropologia e Etnologia

© Marta Caradonna

Fig. 15 – Les armoires originales construites pour exposer les collections Saho au Museo di Antropologia e Etnologia

© Marta Caradonna

Fig. 16 – Les armoires originales construites pour exposer les collections Saho au Museo di Antropologia e Etnologia

© Marta Caradonna

  • 31 Elena Pacini, « Dal territorio eritreo al Museo. Gli scopi e le tecniche di collezione degli oggett (...)

23Si un processus de renouveau doit être mis en œuvre, alors on doit se démarquer de la traditionnelle objectivation à laquelle les cultures étaient soumises dans les expositions du xixe siècle, et se débarrasser des paradigmes scientifiques et politiques muséaux marqués par des visions évolutionnistes, colonialistes31. Pour restituer son utilité et sa vitalité au travail de collecte, il faudrait qu’une partie consistante de l’exposition Saho se consacre à la reconstruction du contexte historique dans lequel se sont effectués les achats et au récit des opérations de muséographie comme résultat d’un contact et d’une rencontre entre ce “nous” et ce “eux”. Omettre l’histoire des rapports entre les populations qui produisent les objets et celle italienne qui d’abord les prélève et puis les expose, signifie nier au public la possibilité d’une réflexion critique sur le collectionnisme ethnographique italien de la période et sur ses rapports étroits avec le colonialisme. Pour mieux comprendre les dynamiques de collecte et de muséographie, et pour faire en sorte que les connaissances acquises à travers les premières études anthropologiques italiennes reprennent force et légitimité, il serait intéressant d’exposer la vie sociale de chaque objet, afin de mettre en relief son parcours complet, au sein et hors de la culture d’origine, tout comme son rapport avec le producteur et avec le contexte d’usage originaire, et de relire ces mêmes objets à la lumière des sens et des valeurs qu’on leur attribue actuellement.

  • 32 Lamberto Loria, Aldobrandino Mochi, Museo di Etnografia Italiana in Firenze. Sulla raccolta di mate (...)
  • 33 Ibid., p. 5.

24Mochi et Loria de retour de l’expédition en Assaorta se dédièrent entièrement au projet de la constitution d’un nouveau musée à Florence, le Museo di Etnografia Italiana. Ils intensifièrent les contacts avec les chercheurs italiens afin de créer un réseau de collaborateurs ayant pour tâche de collecter objets et outils populaires représentatifs de la réalité culturelle des régions italiennes, car les collections rassemblées jusque-là ne suffisaient pas à documenter les us et coutumes populaires italiens, « traditionnels et caractéristiques des diverses régions de notre pays »32. Les premiers outils de divulgation mis au point pour le nouveau musée furent un catalogue des objets contenus et un « opuscule destiné à faire connaître l’utilité et le programme du nouveau musée, les catégories d’objets et de documents qu’il renferme »33 intitulé Sulla raccolta di materiali per la etnografia italiana, Opuscolo. Cet opuscule, qui fut distribué sur tout le territoire national, finit très vite par devenir la “carte de visite” des deux chercheurs, qui ne perdirent pas une occasion de le remettre à leurs interlocuteurs, ou de l’expédier à ceux qui s’intéressaient au développement du Museo di Etnografia Italiana. Ce “bréviaire” d’Ethnographie Italienne, où sont exposés les principes qui sont à la base de leur initiative, et qui reporte les mots par lesquels Mochi avait plaidé la cause de l’Ethnographie Italienne en 1902 devant les membres de la Società Italiana di Antropologia, se termine par une série d’avertissements généraux, où sont résumées les règles auxquelles se conformer pour collectionner de façon scientifique documents et témoignages de la culture populaire. Parmi les normes à observer, l’invitation à faire parvenir au Musée, lorsqu’ils manquent, les originaux, copies et modèles, reproductions ou reconstructions des objets. Mochi et Loria, tout en constatant le décalage entre cette façon de procéder et un processus scientifique correct, qui suppose une collecte d’objets toujours originaux même abîmés, non artistiques, ou non complets, semblent donner plus d’importance à la représentation complète de la collection plutôt qu’à son authenticité. Il ne s’agit donc pas de mauvaise foi intellectuelle, mais de la nécessité qu’ils s’imposent de témoigner par les objets et outils, des traces de la culture matérielle des peuples italiens. Dans les Istruzioni que Mochi et Loria ajoutent à l’opuscule, où ils classent en paragraphes distincts les principaux groupes des manifestations et des produits de la vie populaire sur lesquels l’attention des chercheurs doit se porter, ils proposent une recherche en mesure d’enquêter sur tout l’éventail des manifestations de la vie populaire: des coiffures aux aliments, des objets domestiques aux commerces, des moyens de transmission à distance des idées d’usage populaire aux industries individuelles et domestiques, des moyens populaires pour fixer et exprimer graphiquement des idées aux moyens de transport et de locomotion. Mochi et Loria se consacrent surtout aux formes traditionnelles et symboliques liées à la fabrication et à l’usage des objets, mais aussi aux manifestations de religiosité populaire, de superstitions et de préjugés. Le chercheur doit par ailleurs s’intéresser aux informations sur la morale populaire et les manifestations artistiques des populations italiennes, ainsi qu’aux chants populaires, aux poésies, aux refrains, aux couplets, et au recueil de légendes et nouvelles. Dans leur essai Sulla Raccolta di Materiali per l’Etnografia Italiana, Mochi et Loria soutiennent que le peuple de la civilisation italienne, considérée comme “évoluée”, présente de nombreux points communs avec les peuples considérés comme “sauvages” et, pour en témoigner, ils mettent en vis-à-vis des photographies de produits de la vie populaire des différentes régions italiennes et ceux des peuples “primitifs”.

25L’intérêt positiviste pour l’anthropologie physique pousse les créateurs de la Raccolta à mettre au premier rang les catégories d’objets en corrélation, au sens matériel, avec les individus, à savoir leur façon de se montrer, de s’habiller, de se parer. On trouve, en effet, au début de la description, les coiffures, les habits et les parures personnelles. La seconde répartition concerne le milieu physique où ils vivent : il s’agit d’objets et d’outils, d’habitations, de dépôts, de caves, de meubles, de foyers et cheminées (ces derniers ont un chapitre à part dans la description). La troisième s’occupe de l’alimentation et du travail : elle comprend les aliments, les outils et pratiques agricoles, l’élevage, la chasse et la pêche, les fabrications individuelles et domestiques, les informations et descriptions des commerces, des moyens de transport ou de locomotion. De la vie matérielle, on passe à celle de groupe par la description des différentes coutumes traditionnelles, comme les cérémonies, les fêtes populaires, les jeux, les danses, etc. La liste des objets et des documents, rangés par catégories, que contient l’opuscule publié par Loria et Mochi le 20 septembre 1906, comprend en outre les recueils de nouvelles, les sonnets, légendes, proverbes, dictionnaires, grammaires, les textes ecclésiastiques, musicaux, les chants, les photographies, les images de scènes ou coutumes, les modèles de maisons, de barques, de véhicules, d’outils agricoles et industriels, les outils, les ustensiles domestiques, les produits artistiques, etc. Dans cette classification, on découvre les orientations et les développements futurs des études sur le folklore en Italie. Le critère de collecte proposé par Loria et Mochi est extrêmement intéressant pour ce qui est de la reconnaissance de la valeur documentaire des objets qui, renvoyant aux contextes d’origine, deviennent ainsi des produits et des documents d’une culture folklorique classable et compréhensible.

26Mochi et Loria se plaignent, pourtant, d’un manque de recherche spécifique sur la culture “immatérielle” des peuples italiens, ils envisagent l’extension de la recherche ethnographique, en fonction, semble-t-il, de son rapport avec tout ce qui concerne, en général, la production culturelle populaire; un rapport qui, transcendant le sens de l’étude de la culture matérielle des peuples, arrive à faire de la “culture populaire” et de l’ensemble de ses manifestations, l’objet même de l’Ethnographie. Mochi et Loria soutiennent que, théoriquement :

  • 34 Lamberto Loria, Aldobrandino Mochi, Sulla raccolta di materiali per la Esposizione di Etnografia it (...)

(…) on ne devrait même pas faire de distinction entre les produits et les documents demopsychologiques d’autre nature, qu’il s’agisse de matériaux linguistiques, de transcriptions de légendes ou de descriptions de coutumes. Car il serait presque superflu de gaspiller des mots pour le montrer, en réalité toutes ces diverses catégories de documents ne diffèrent pas entre elles, elles s’intègrent et s’illustrent les unes avec les autres. Dans nombre de cas, même, on peut dire qu’elles se superposent et se pénètrent si intimement qu’elles ne supportent pas de scission34.

27Sur le plan pratique ils proposent donc l’unification des objectifs et des efforts de ceux qui s’intéressent à l’étude de la culture populaire, soutenant l’importante identité des « documents objectifs » à travers lesquels elle se manifeste. Faisant référence à l’œuvre de Giuseppe Pitrè, le grand folkloriste sicilien, ils affirment que :

  • 35 Lamberto Loria, Aldobrandino Mochi, Museo di Etnografia Italiana in Firenze. Sulla raccolta di mate (...)

(…) il ne serait pas logique de garder distincts et de considérer comme différents les documents objectifs de la demopsychologie consistant dans les habits, les parures, les couronnes utilisés dans la cérémonie matrimoniale d’un village donné, et les autres documents (différents dans la forme parce que écrits, mais identiques aux premiers par leur nature) qui nous offrent de la cérémonie même la description et nous mettent sous les yeux les strophes du chant nuptial prescrit en cette circonstance de la coutume locale, ou les autres encore qui nous reproduisent la musique et les chants qui l’accompagnent (…). Donner la préférence à l’une ou l’autre de ces catégories de documents, en recueillir une et en négliger le reste est faire une chose incomplète, est une œuvre scientifique imparfaite ou mal comprise35.

28Après ces préliminaires, les deux chercheurs soutiennent « qu’il reste encore beaucoup à faire pour l’étude de nos populations » et c’est précisément pour cela qu’ils ont :

  • 36 Lamberto Loria, Aldobrandino Mochi, Museo di Etnografia Italiana in Firenze. Sulla raccolta di mate (...)

(…) institué à Florence un Musée d’Ethnographie Italienne, voué à accueillir et conserver tous les documents ethnographiques, démo psychologiques ou folkloriques, quelle que soit leur nature et forme sous laquelle ils se présentent, des recueils de nouvelles, légendes et proverbes, des dictionnaires, grammaires et textes dialectaux, des transcriptions de musique et chants, aux photographies ou aux images de scènes et de costumes, aux modèles de maisons, barques, véhicules, aux meubles, aux outils agricoles et industriels, aux poteries, aux ustensiles domestiques, aux produits artistiques, etc., de cette partie des populations italiennes pas encore complètement modifiées par la civilisation moderne36.

29Loria écrit que l’ethnographie italienne devrait, de manière indirecte, avertir et renseigner les hommes d’État et les législateurs. Loria, qui ne s’éloigne jamais des théories évolutionnistes, compare les traditions culturelles italiennes survécus au passer du temps aux stades primitifs du développement social. Sa première pensée est que, pour s’émanciper de la barbarie, les populations sous-développées, soient-elles italiennes ou de l’Erythrée, devraient faire confiance aux organes politiques illuminés qui devraient avoir comme objectif l’assainissement de la dégradation et la moralisation des usages. Et pourtant, des fois Loria se plaint de l’effet égalisateur de ces actions, ainsi que de la valeur humaine des personnages politiques responsables, en démontrant un déchirement personnel lorsqu’il assiste à ces processus. Ces contradictions font de Loria un scientifique qui marque un tournant entre l’ethnographie italienne du type du 19e siècle et celle qui s’apprête à venir au monde et qui va bénéficier, de manière pas toujours consciente, de ses études.

Bibliographie

Ciruzzi Sara, Piccardi Marco, Riccio Rachela, Roselli M. Gloria (dir.), « Missione Eritrea, 1905-1906, Diario di Aldobrandino Mochi », Archivio per l’Antropologia e la Etnologia (AAE), Firenze, Tipografia Latini, CXXXII, 2002, p. 3-252.

Clifford James, The Predicament of Culture: Twentieth- Century. Ethnography, Literature, and Art, Cambridge, Harvard University Press, 1988.

Dainelli Giotto, In Africa (lettere dall’Eritrea) (parte prima), Bergamo, Istituto Italiano d’Arti Grafiche, 1908.

Issel Arturo (dir.), Istruzioni Scientifiche pei Viaggiatori, Ministero di Agricoltura, Industria e Commercio, Roma, Tipografia Eredi Botta, 1881.

Labanca Nicola, Oltremare. Storia dell’espansione coloniale italiana, Bologna, Il Mulino, 2007.

Lidio Cipriani, « Aldobrandino Mochi », Liburni Civitas: rassegna di attività municipale, I, 1932, p. 31-44.

Loria Lamberto, Aldobrandino Mochi, Museo di Etnografia Italiana in Firenze. Sulla raccolta di materiali per la etnografia italiana, Opuscolo, Milano: Tipografia Maruccelli, 1906.

Lamberto Loria, Aldobrandino Mochi, Sulla raccolta di materiali per la Esposizione di Etnografia italiana in Roma nel 1911, Roma: Comitato esecutivo per le feste del 1911, 1908.

Loria Lamberto, « Come si deve usare la macchina fotografica », dans Istruzioni per lo studio della colonia Eritrea, Società Italiana d'Antropologia, Etnologia e Psicologia Comparata, Firenze, Tipografia Galileiana, 1907, p. 10-12.

Loria Lamberto, « Usi matrimoniali assaortini (Missione scientifica eritrea del 1905) », Archivio per l’Antropologia e la Etnologia, Società Italiana d’Antropologia ed Etnologia, Firenze, Tipografia Galileana, LXVI, 1936, p. 7-24.

Mochi Aldobrandino, « Gli oggetti etnografici delle popolazioni etiopiche posseduti dal Museo Nazionale di Antropologia », Archivio per l’Antropologia e la Etnologia, Società Italiana d’Antropologia ed Etnologia, Firenze, Tipografia Galileana, XXX, 1900, p. 87-172.

Pacini Elena, « Dal territorio eritreo al Museo. Gli scopi e le tecniche di collezione degli oggetti etnografici », Ethnorêma, 5, 2009, p. 29-49.

Puccini Sandra, Il corpo, la mente, le passioni. Istruzioni, guide e norme per l’osservazione e la ricerca sui popoli, Roma, CISU, 1998.

Società di studi geografici e coloniali et Società italiana di antropologia ed etnologia, Istruzioni per lo studio della colonia Eritrea, Società Italiana d'Antropologia, Etnologia e Psicologia Comparata, Firenze, Tipografia Galileiana, 1907.

Notes

1 Nicola Labanca, Oltremare. Storia dell’espansione coloniale italiana, Bologna, Il Mulino, 2007.

2 Sara Ciruzzi, Marco Piccardi, Rachela Riccio, M. Gloria Roselli (dir.), « Missione Eritrea, 1905-1906, Diario di Aldobrandino Mochi », Archivio per l’Antropologia e la Etnologia (AAE), Firenze, Tipografia Latini, CXXXII, 2002, p. 3-252.

3 Ibid. p.215. Toutes les traductions sont de l’auteur.

4 Le Museo Nazionale di Antropologia e Etnologia en 2019, le 28 novembre, a fêté ses 150 ans de fondation.

5 Giotto Dainelli, In Africa (lettere dall’Eritrea) (parte prima), op. cit., p. 35.

6 James Clifford, The Predicament of Culture: Twentieth- Century. Ethnography, Literature, and Art, Cambridge, Harvard University Press, 1988, p. 228.

7 Lamberto Loria, « Usi matrimoniali assaortini (Missione scientifica eritrea del 1905) », Archivio per l’Antropologia e la Etnologia, Società Italiana d’Antropologia ed Etnologia, Firenze, Tipografia Galileana, LXVI, 1936, p. 7-24.

8 Società di studi geografici e coloniali et Società italiana di antropologia ed etnologia, Istruzioni per lo studio della colonia Eritrea, Società Italiana d'Antropologia, Etnologia e Psicologia Comparata, Firenze, Tipografia Galileiana, 1907.

9 Lamberto Loria, « Come si deve usare la macchina fotografica », dans Istruzioni per lo studio della colonia Eritrea, Società Italiana d'Antropologia, Etnologia e Psicologia Comparata, Firenze, Tipografia Galileiana, 1907, p. 10-12.

10 Aldobrandino Mochi, « Gli oggetti etnografici delle popolazioni etiopiche posseduti dal Museo Nazionale di Antropologia », Archivio per l’Antropologia e la Etnologia, Società Italiana d’Antropologia ed Etnologia, Firenze, Tipografia Galileana, XXX, 1900, p. 87-172, p. 93.

11 Giotto Dainelli, In Africa (lettere dall’Eritrea) (parte prima), Bergamo, Istituto Italiano d’Arti Grafiche, 1908, p. 175.

12 Società di studi geografici e coloniali et Società italiana di antropologia ed etnologia, Istruzioni per lo studio della colonia Eritrea, Società Italiana d'Antropologia, Etnologia e Psicologia Comparata, Firenze, Tipografia Galileiana, 1907.

13 Arturo Issel (dir.), Istruzioni Scientifiche pei Viaggiatori, Ministero di Agricoltura, Industria e Commercio, Roma, Tipografia Eredi Botta, 1881.

14 Sandra Puccini, Il corpo, la mente, le passioni. Istruzioni, guide e norme per l’osservazione e la ricerca sui popoli, Roma, CISU, 1998.

15 Aldobrandino Mochi, op. cit., p.93.

16 Elena Pacini, « Dal territorio eritreo al Museo. Gli scopi e le tecniche di collezione degli oggetti etnografici », Ethnorêma, 5, 29-49, 2009, p. 36.

17 Sara Ciruzzi, Marco Piccardi, Rachela Riccio, M. Gloria Roselli (dir.), « Missione Eritrea, 1905-1906, Diario di Aldobrandino Mochi », op. cit., p. 16 et p. 31.

18 Sara Ciruzzi, Marco Piccardi, Rachela Riccio, M. Gloria Roselli (dir.), « Missione Eritrea, 1905-1906, Diario di Aldobrandino Mochi », op. cit., p. 51.

19 Giotto Dainelli, In Africa (lettere dall’Eritrea) (parte prima), op. cit., p. 38-39.

20 Elena Pacini, « Dal territorio eritreo al Museo. Gli scopi e le tecniche di collezione degli oggetti etnografici », op. cit., p. 39.

21 Un mélange d'épices de la cuisine éthiopienne (cumin, paprika, coriandre, carvi, poivre, menthe, cannelle, oignons, piment, échalote, macis).

22 Sara Ciruzzi, Marco Piccardi, Rachela Riccio, M. Gloria Roselli (dir.), « Missione Eritrea, 1905-1906, Diario di Aldobrandino Mochi », op. cit., p. 32.

23 Ibid., p. 31.

24 Ibid., p. 120

25 Ibid., p. 17.

26 Le “cika” ou Cicca est le véritable maire élu des Communautés Abyssiniennes. Voir Sara Ciruzzi, Marco Piccardi, Rachela Riccio, M. Gloria Roselli (dir.), « Missione Eritrea, 1905-1906 - Diario di Aldobrandino Mochi », Archivio per l’Antropologia e la Etnologia, CXXXII, 2002, p. 61.

27 Giotto Dainelli, In Africa (lettere dall’Eritrea) (parte prima), op. cit., p. 35.

28 Sara Ciruzzi, Marco Piccardi, Rachela Riccio, M. Gloria Roselli (dir.), « Missione Eritrea, 1905-1906, Diario di Aldobrandino Mochi », op. cit., p. 119-120.

29 Sara Ciruzzi, Marco Piccardi, Rachela Riccio, M. Gloria Roselli (dir.), « Missione Eritrea, 1905-1906, Diario di Aldobrandino Mochi », op. cit., p. 120.

30 Lidio Cipriani, « Aldobrandino Mochi », Liburni Civitas: rassegna di attività municipale, I, 1932, p. 41.

31 Elena Pacini, « Dal territorio eritreo al Museo. Gli scopi e le tecniche di collezione degli oggetti etnografici », Ethnorêma, 5, 29-49, 2009, pp. 48-49.

32 Lamberto Loria, Aldobrandino Mochi, Museo di Etnografia Italiana in Firenze. Sulla raccolta di materiali per la etnografia italiana, Opuscolo, Milano: Tipografia Maruccelli, 1906, p. 5.

33 Ibid., p. 5.

34 Lamberto Loria, Aldobrandino Mochi, Sulla raccolta di materiali per la Esposizione di Etnografia italiana in Roma nel 1911, Roma: Comitato esecutivo per le feste del 1911, 1908, p. 19-23.

35 Lamberto Loria, Aldobrandino Mochi, Museo di Etnografia Italiana in Firenze. Sulla raccolta di materiali per la etnografia italiana, Opuscolo, op. cit., p. 19-20.

36 Lamberto Loria, Aldobrandino Mochi, Museo di Etnografia Italiana in Firenze. Sulla raccolta di materiali per la etnografia italiana, Opuscolo, op. cit., p. 20.

Table des illustrations

Crédits © Marta Caradonna
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5964/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Crédits © Marta Caradonna
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5964/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Crédits © Marta Caradonna
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5964/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Crédits © Marta Caradonna
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5964/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Crédits © Marta Caradonna
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5964/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Crédits © Marta Caradonna
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5964/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Crédits © Marta Caradonna
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5964/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Crédits © Marta Caradonna
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5964/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 622k
Crédits © Marta Caradonna
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5964/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Crédits © Marta Caradonna
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5964/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Crédits © Marta Caradonna
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5964/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Crédits © Marta Caradonna
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5964/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Crédits © Marta Caradonna
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5964/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Crédits © Marta Caradonna
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5964/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Crédits © Marta Caradonna
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5964/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Crédits © Marta Caradonna
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5964/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

Auteur

Consiglio Nazionale delle Ricerche (CNR) Rome et EHESS Centre Norbert Elias (CNE) Marseille
marta.caradonna@cnr.it

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search