Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'épuration en Belgique et dans la zone interdite (1944-1949)

Le procès de l’abbé Gantois et du Vlaamsch Verbond von Frankrijk

Etienne Dejonghe

Texte intégral

Biographie de l’Abbé Gantois

L’enfance et l’adolescence (1904-1922)

121 juillet 1904 : Naissance à Watten (France) d’un père médecin Albert-Félix Gantois et de Marthe Gantois, née Courtois.

21916 : Humanités (Grec et Latin) à l’institution Sainte Marie à Aire-sur-la-Lys.

3Avril 1918 : Départ pour Lagrune-sur-Mer (Calvados) en raison de la guerre.

4Mai 1919 : Retour à Hazebrouck.

La formation sacerdotale (1922-1939)

51922 : Entrée au séminaire d’Arras.

61923 : Entrée au séminaire académique de Lille.

7Novembre 1927-Avril 1928 : Service militaire au 61e RAD de Metz. Y occupe le poste de bibliothécaire au cercle des officiers.

819 octobre 1931 : Ordination sacerdotale.

9Août 1932 : Intérim au Sacré-Cœur de Lille Sud.

10Octobre 1932 : Vicaire à la paroisse Saint Piat de Roncq.

1131 juillet 1938 : Vicaire à la paroisse de Notre-Dame de Roubaix.

L’évolution idéologique (1922-1940)

De Maurras à l’irrédentisme (1922-1931)

121922 : Gantois adhère à un des cercles d’études flamandes de la catho. Il est alors, en ses débuts, maurrassien.

131923 : Gantois crée son propre cercle d’études flamand « Le cercle Marcal de Swaen »

141924 : Fusion des cercles d’études existants. Gantois en devient le président.

151926 : Les cercles d’études deviennent le « Vlaamsh Verbond Von Frankrijk’. Gantois en devient le secrétaire général et Justin Blanckaert (un laïque), le président (afin d’échapper à la tutelle cléricale)

16Dès cette époque J.-M. Gantois s’est converti à l’irrédentisme.

171927-28 : Pendant son service militaire, Gantois est déjà l’objet de surveillance des services de renseignement.

181929 : Création du « Lion de Flandre » et de « De Torrewachter ».

De l’irrédentisme au séparatisme ethnique

19L’abbé Gantois subit de plus en plus l’influence des idées Thioises telles qu’elles sont définies par le Verdinaso dès 1931, puis par le VNV dès 1933.

201931 : Plusieurs articles du Lion de Flandre critiquent le comité flamand de France.

211934 : Camille Looten, président du comité flamand de France rompt avec le VVF.

221936 : Gantois publie « le règne de la race » sous le pseudonyme d’Arnold Decleene, afin d’échapper à l’obstacle de « l’imprimatur ecclésiastique ».

23Son idéologie évolue dans le sens de la Weltanshauung nazie.

24Juillet 1938 : 15e congrès du « Vlaamsch Verbond » à Boulogne. « Le Boulonnais appartient aux Pays-Bas Français et au monde Thiois, malgré la romanisation linguistique » (discours inaugural de l’abbé Gantois).

251938 : Démission du trésorier du VVF Alexis Ficheroulle, à cause de l’orientation du mouvement.

1939-1944 : Guerre et occupation

« La drôle de guerre »

262 septembre 1939 : Déclaration de guerre de la France à l’Allemagne. Le VVF est dissous.

2713 septembre 1939 : Mobilisation et affectation de l’abbé Gantois au service du contrôle postal à Boulogne-sur-Mer, pour le courrier avec la Hollande.

28Décembre 1939 : Une information est ouverte contre l’abbé Gantois. Des perquisitions ont lieu à la cure (Roubaix) et au domicile familial (Watten).

298 février 1940 : Gantois est réformé. Il reprend ses fonctions à Notre-Dame de Roubaix.

Les débuts de l’occupation. Les démarches « thioses » de Gantois (juin-décembre 1940). L’affaire de la lettre à Hitler

3011 juin 1940 : L’abbé Gantois et le docteur Blanckaert rédigent une mémoire sur la Flandre française et sur les perspectives qu’offre la victoire allemande pour la création d’un grand État Thiois.

3118 juin 1940 : Rapport de l’OFK 670 au MBB à Bruxelles sur la question flamande en France du Nord, d’après les mémoires de Gantois et Blanckaert.

3226 juin 1940 : Rapport du Docteur Petri, référent du groupe « Volksturm Kultur » à la MV du M.B.B., sur ses rencontres avec Gantois et sur les prétentions abusives de celui-ci. Analyse critique du mémoire.

3311 juillet 1940 : Le général Von Falken Hausen, commandant militaire de la Belgique et du Nord de la France écrit dans son rapport :

« Une certaine unanimité semble exister en général dans les milieux nationalistes flamands, quant au vœu de détacher la Flandre française de la France. Mis à part quelques rares porte-drapeaux comme l’abbé Gantois, le docteur Blanckaert et leurs partisans inconditionnels, que l’on peut estimer à une centaine, la population flamande du Nord de la France représente seulement un groupe dialectal et n’est nullement politisée »

341er décembre 1940 : Rapport de l’abbé Gantois à l’OFK 670 sur les flamands belges présents dans la région de Lille en « majorité de sang germanique ».

3510 décembre 1940 : Envoi à Berlin par des moyens détournés d’un nouveau mémoire qu’accompagne une lettre d’allégeance à Hitler, salué de « Führer de tous les germains ».

36Ce mémoire intitulé « Denschrift Über Die Zukunft Der Französichen Niederlande » (mémoire sur le retour des Pay-Bas français), Gantois a mis deux mois à le rédiger, avec l’aide du docteur Erfurt, qui en tant que Sonderfürhrer (et non référent) de la PRO/STA de l’OFK, est en relation avec les services de Goebbels et de Ribbentrop…

37Erfurt a notamment remis en bon allemand et en style protocolaire la lettre au Führer.

38Pour plus de sureté, afin que sa supplique arrive à Berlin, les auteurs l’ont rédigée en trois exemplaires, qui suivront trois cheminements différents : l’un passe par les services de la S.S., l’autre par ceux du « Parti à l’étranger », le dernier par celui de l’ABWEHR, section subversion (cf. Defoort, op.cit)

3917 décembre 1940 : Le « Lagebericht » de l’OFK 670 fait état du 2e mémoire de l’abbé Gantois et de son contenu. C’est ce rapport dont « l’orst Kommandantur » du Touquet a reçu copie et qui servira de base à l’accusation au procès du VVF en 1946.

Gantois et le VVF

40Novembre 1940 : Abandon par l’abbé Gantois de ses charges sacerdotales (« de lui-même et malgré moi » dixit le cardinal)

4110 décembre 1940 : Dossier de l’ABWEHR, section subversion sur Gantois, en réponse à une demande d’information de l’OFK 670.

42On y trouve notamment :

  1. Mention des tracts et autres manifestations hostiles dont il fut l’objet de la part de ses paroissiens à Roubaix.

  2. Un récit de son entrevue avec le cardinal Liénart en novembre 1940.

  3. L’annonce que Gantois s’engageant en politique ne fait plus partie des hommes de confiance de l’ABWEHR.

  4. Le conseil de lui fournir toutes facilités et laissez-passer.

43Janvier 1941 : Le VVF est autorisé à reprendre ses activités (pourvu qu’elles restent culturelles). Le « Lion de Flandres » et « De Torrewachter » reparaissent (mai 1941).

44Mars 1941 : La revue « De Vlag » publie l’article de Gantois intitulé « Ein Ethnographishes Bild der Franzosischen Niederland » (tableau ethnographique des Pays-Bas Français)

45Mai 1941 : Une maison d’édition d’Anvers publie l’ouvrage écrit en 1939 sous le pseudonyme d’H. Van Byleveld dans ses deux versions, la flamande (Nederland in Frankrijk) et la française : « Jusqu’où s’étendent en France les Pays-Bas ».

46Accueil enthousiaste dans les journaux belges et le Brusseler Zeitung.

47Juin 1941 : Gantois se plaint à la PRO/ABTEILUNG de Bruxelles de ce que la vente de l’ouvrage de H. Van Byleveld serait interdite dans le Nord de la France. La PRO/STA de Lille dément, mais renouvelle ses réserves sur ce genre de propagande.

48Janvier-février 1942 : Tournée de J.-M. Gantois dans les villes flamandes de Belgique et émissions radiophoniques sur le thème « Comment j’ai retrouvé mon peuple et ma langue ».

49Juillet 1942 : Fondation de la « Zuid Vlaamsch Jeudg » (jeunesse de la Flandre du sud).

5023 août 1942 : Tenue à Lille du 1er congrès flamand de la guerre.

51Octobre 1942 : Création de « La vie du Nord », magazine hebdomadaire illustré, destiné à un plus vaste public que celui des lecteurs du « Lion ».

5222 octobre 1942 : Décès de Staf de Clerck, chef du VMV. L’abbé Gantois célèbre la messe de funérailles.

53Janvier 1943 : Parution de « Jeunes de Flandre ».

54Février 1943 : Création par Gantois de « l’institut flamand de France » (organisation de conférences, de cinéclubs, de cours d’apprentissage du flamand)

5514 au 30 août 1943 : Quinzaine de l’Art Flamand, ouverture par Cyriel Verschaeve, invité d’honneur.

56Octobre 1943 : Gantois s’oppose avec succès aux manœuvres d’une poignée d’activistes soutenus par le SIPO/SD qui voudraient transformer le VVF en parti de combat, partisan de l’annexion (A. Cauvin, Docteur Quesnoy). Ils font scission.

57Janvier 1944 : Sur pression de la MV de Bruxelles, l’OFK est contrainte d’autoriser les extrémistes à lancer un nouveau journal, à créer un nouveau parti (la ligue des droits du Nord), à organiser un comité de vigilance antiterroriste. Trois projets morts-nés.

Septembre 1944-Noël 1946 (arrestation – instruction et procès)

Après la libération

586 septembre 1944 : Arrestation et incarcération à la prison de Loos de l’abbé Gantois.

5925 octobre au 5 novembre 1944 : Publication de 4 articles par la voix du Nord, stigmatisant la « trahison » de l’abbé Gantois et des dirigeants du VVF, avec reproduction les 2 et 5 novembre, de la lettre d’allégeance à Hitler et du rapport de l’OFK du 17 décembre 1940.

Les démarches de la défense (novembre 1946)

60Auprès du Cardinal Liénart (avril 45 – juin 45, juin 46) afin qu’il réfute les assertions de l’OFK à propos de son attitude à l’égard de Gantois.

61À la recherche de témoins de moralité.

Le procès (9 décembre – 28 décembre 1946)

62Lundi 9 décembre 1946 : Ouverture devant la cour de justice de Lille du procès de Gantois et de 16 autres membres du VVF (dont 2 par contumace).

  • 1 Darondel ou Darondelle les deux orthographes se retrouvent dans les divers documents.

63Président Darondelle1

64Commissaire du gouvernement Favereau.

65Avocat de Gantois : Maître Maréchal.

66Lecture de l’acte d’accusation et appel des témoins.

67La séance est émaillée d’incidents : Pas moins de 5 suspensions.

68Mardi 10 décembre 1946 : Poursuite de la lecture de l’acte d’accusation. 129 pages, puis interrogatoire de l’abbé Gantois.

69Mercredi 11 décembre 1946 : Poursuite de l’interrogatoire de l’abbé Gantois.

70Jeudi 12 décembre 1946 : Interrogatoire des autres accusés (dont Nicolas Bourgeois).

71Vendredi 13 décembre 1946 : Poursuite de l’interrogatoire des autres accusés (les membres du mouvement de jeunesse du VVF)

72Lundi 16 décembre 1946 : Audition des témoins à charge de l’accusation.

73Mardi 17 décembre 1946 : Audition des témoins de la défense.

74Mercredi 18 au vendredi 20 décembre au matin : Réquisitoire de l’accusation.

75Vendredi 20 décembre au mardi 24 décembre : Plaidoirie de l’avocat de l’abbé Gantois.

76Jeudi 26 décembre au vendredi 27 : Plaidoiries des avocats des autres accusés.

77Samedi 28 décembre 1946 : Verdicts.

L’après-guerre (1948-1968)2

Des années difficiles (1948-1953) à la stabilisation (1953-1968)

789 octobre 1948 : Gantois est libéré, il se retire à Watten.

79Juillet 1949 : Gantois se voit signifier son interdiction de séjour. Après un bref passage à Rouen, il obtient un poste de précepteur à l’institution Saint Gilles en Saône et Loire.

801950 : Gantois reprend ses activités sacerdotales. Il quitte la Bourgogne pour l’évêché de Langres.

81Il est nommé aumônier d’une institution de jeunes filles à Bachay et curé des villages environnants.

82Décembre 1952 : Amnistié définitivement, Gantois peut revenir à Lille.

83Mars 1962 : Il est nommé prêtre auxiliaire à la paroisse Saint Michel, à Lille, avec un statut strict.

Reprise du combat sous le signe du fédéralisme (2 périodes)

  1. De 1942 à 1952 : Gantois recherche des contacts, il attire l’attention des flamingants belges sur la Flandre française. Il publie sous un pseudonyme, « Veut-on faire l’Europe ? ».

  2. De 1952 à 1958 : Revenu à Lille, Gantois s’efforce en collaboration avec Jean Klaas et Édouard Cosmit, de relancer un mouvement flamand.

841952 : Création de la revue « Notre Flandre ». Parution de « l’abbé Lemire, tel qu’il fut » (dans « Notre Flandre »)

851955 : Parution sous un pseudonyme de son étude sur Michel de Swaen (dans « Notre Flandre »)

861956 : Parution des « Ons Vaderland boven de zomme ».

87Octobre 1958 : Fondation de l’association « Vlaamse Vrieden Von Frankrijk » (les amis flamands de France)

881962 : Élection à la Maatschappij der Nederlandse Letterkunde.

89Mars 1964 : Fête donnée en l’honneur de ses 60 ans à Male en Belgique.

901967 : Parution de « Zuidelijkste in Nerderlanden ».

9118 mai 1968 : Décès de l’abbé Gantois.

LE PROCÈS GANTOIS (et du VVF)

Avant le procès (septembre 1944 – décembre 1946)

  • 3 « Nous avions estimé en l’été de 1940, comme nous l’avions toujours estimé auparavant, qu’une seule (...)

92Dès juin 1944, l’abbé Gantois se soucie de préparer la VVF à affronter les lendemains difficiles de l’après libération. Il publie ce mois-là dans « Le Lion de Flandre » une « mise au point » sur le combat que la ligue avait mené depuis 1940, afin que les polémiques propres à ces temps troublés n’en déforment point le sens3.

  • 4 L’abbé Caquant un moment secrétaire, arrêté puis mis en liberté provisoire, s’enfuit en Belgique, c (...)
  • 5 Ce mémoire fut effectivement remis au commandement britannique lequel le transmit au commissaire de (...)

93Se doutant qu’il serait arrêté, il prépare sa succession : il prendra tout sur lui, l’abbé Caquant4 le relaiera au secrétariat, l’essentiel étant que la voix flamande continue à se faire entendre envers et contre tout. Puisqu’il apparaît que les troupes britanniques prendront la place des troupes allemandes, il rédige à l’intention de leur commandant un mémoire sur l’ancienneté des liens unissant la Flandre au Royaume d’Angleterre, pendant en quelque sorte de celui remis à l’OFK, en juin 19405.

  • 6 Le testament spirituel de l’abbé Gantois est reproduit inextenso dans la thèse de C.P. Ghillebaert (...)

94Le 6 septembre 1944, Gantois est arrêté, puis incarcéré à la centrale de Loos. Son moral est en berne. Il craint pour sa vie et se pose en martyr. Le « Testament spirituel » qu’il entreprend d’écrire se ressent de son humeur. S’y mêlent élans mystiques, discours à la jeunesse, propos mysogines, mises en garde contre les dangers de l’argent et de l’embourgeoisement6.

  • 7 Émile Coliche, membre des RIC confiait que lui et ses amis s’étaient demandé s’ils ne devaient pas (...)

95En vérité, Gantois n’a pas tort de redouter le pire. Les « Résistants d’inspiration chrétienne » et les notables du Comité Flamand de France ne lui ont pas pardonné ses engagements7. Et si la presse communiste pour le moment le dédaigne, la Voix du Nord, en revanche, se montre très agressive à son égard. Le 22 octobre, elle publie un premier article contre les dirigeants du VVF. Trois autres suivront en l’espace de deux semaines.

96Le premier dénonce la propagande séparatiste et anti-française que Gantois et ses « complices » ont de tout temps menée. Il s’étonne que nombre d’entr’eux soient encore en liberté. Le deuxième article revient sur le même thème, mais il met l’accent sur la période de l’occupation ; il s’attire un lettre rectificative de l’abbé Caquant avec « sommation d’insérer dans les 48 heures, sous peine de poursuites judiciaires pour diffamation ».

97La réplique est féroce. Le 8 novembre paraît en première page du journal, l’adresse au Führer que Gantois avait jointe à son mémoire du 10 novembre 1940. Trois jours plus tard, le journal récidive en publiant le rapport de l’OFK du 17 décembre 1940 sur Gantois et ses multiples démarches. Le texte de sa lettre à Hitler s’y retrouve, mais il contient aussi ses démêlés avec son évêque et notamment celui de l’entrevue au cours de laquelle le cardinal (prétendait le rapport) l’aurait traité de « mauvais prêtre et d’espion » (annexe 1).

Annexe 1a. Article du 2 novembre 1944

Annexe 1a. Article du 2 novembre 1944

La Voix du Nord

98Ces documents, La Voix du Nord les tenait des services de la mairie du Touquet, qui les avait récupérés dans les locaux de l’Orstkommandantur. Véritable brûlot, non seulement ils servirent de pièce maîtresse à l’accusation pour inculper Gantois du crime de trahison (dont la sanction était la peine de mort), mais en les rendant publics, le journal renseignait une opinion hier encore largement ignorante sur les menées antinationales du VVF et de son chef pendant la guerre.

Annexe 1b. Article du 5 novembre 1944

Annexe 1b. Article du 5 novembre 1944

La Voix du Nord

99Or s’il était un forfait impardonnable aux yeux des gens du Nord, c’était bien celui-là. Déjà sous l’occupation, les autorités allemandes avaient remarqué que même leurs partisans les plus ultras ne souffraient pas que l’on touchât à la « France une et indivisible ». Certains d’entre eux n’avaient pas hésité à alerter la préfecture sur les activités séparatistes des Rexistes et des Flamingants belges dans la région lilloise.

  • 8 Éric Defoort, Revue du Nord, 1988 (op. cit).

100Rien d’étonnant donc à ce qu’à la Libération, comme l’écrit Éric Defoort « il y eut chez beaucoup de Nordistes, une décalage très net entre leur acharnement contre Gantois et leur attitude plus indulgente envers une collaboration idéologique »8.

101Mais le temps joue en faveur de l’abbé Gantois. Deux pleines années s’écoulent avant qu’il ne passe en jugement. Deux années durant lesquelles l’accusation et la défense polissent leurs dossiers respectifs. Mais ce dans un contexte politique changeant, tandis que l’opinion publique évolue. Car à mesure que l’on sort du provisoire, que les illusions unanimistes de la Libération se dissipent, les clivages anciens refont surface ; de nouveaux apparaissent.

102Dès octobre 1944, communistes et socialistes polémiquent par presse interposée. En avril 1945, leurs relations se durcissent, suite aux élections municipales que la SFIO a perdues au profit du PCF. Mais les deux « partis frères » se retrouvent pour combattre le MRP. Contre lui, ils relancent la question scolaire et renouent avec l’anticléricalisme.

  • 9 Monseigneur Guerry avait répliqué dans la Croix du Nord. Mais plutôt que poursuivre la polémique, l (...)

103Le 9 décembre 1945, Nord Matin lance le premier d’une série de 5 articles sur le thème « qu’à fait l’épiscopat sous l’occupation ? ». Le 27 décembre, c’est au tour de Liberté d’intervenir en élargissant le débat : il s’agit de démontrer que le MRP et les cardinaux français nouvellement nommés sont les outils du Vatican, cette citadelle de l’antisoviétisme. L’épiscopat se retrouve sur la défensive. En vérité, depuis septembre 1944, il n’avait jamais cessé de l’être. Mais cette fois, il est directement attaqué et l’avènement du Tripartisme n’est pas fait pour le rassurer9.

1041946. Une période est en train de se clore. En janvier, de Gaulle s’en est allé. En mars, les commissaires de la République ont été sèchement congédiés. À l’automne, un tournant politique s’amorce. Le Tripartisme est miné de l’intérieur par les querelles partisanes, les difficultés économiques, les impatiences sociales. Des grèves spontanées éclatent, la droite, hier encore effondrée, ressurgit.

105Dans quelles mesures ces péripéties ont-elles servi la défense ?

106En août 1945, le Cardinal Liénart, dans le témoignage qu’il écrit en faveur du Maréchal Pétain, définit ce qui devient en somme la position officieuse de l’Église de France, sur la question de l’épuration.

« Après tant d’années d’oppositions fatales, l’heure n’est-elle pas enfin venue de la réconciliation nationale ? Que chacun s’élève au-dessus de ses positions personnelles ou partisanes, pour ne plus voir que la France meurtrie. »

107Concernant l’abbé Gantois, le cardinal par trois fois en réponse au juge d’instruction (avril 1945), puis aux sollicitations de la mère et de l’avocat de l’inculpé (juin 1945 et janvier 1946) réfute les allégations de l’OFK 670 reproduites dans La Voix du Nord, de novembre 1944, sur ses relations avec l’abbé : contrairement à ce que prétendait le rapport, il n’a jamais traité celui-ci de mauvais prêtre et d’espion, il ne l’a pas suspendu, ni interdit de célébrer la messe (annexe 2). C’était un premier coup porté à la crédibilité d’un document redoutable.

Annexe 2. Lettres du Cardinal Liénart à propos de ses relations avec l’abbé Gantois

2a. Lettre à l’OFK 670, le 13 septembre 1941

En réponse à la demande de l’OFK 670 « Monsieur l’abbé Gantois est-il réellement en suspens ? »

Le cardinal répond ce qui suit :

« Monsieur l’abbé Gantois s’est mis lui-même, par rapport à son évêque, dans une situation irrégulière, pour les deux chefs suivants :

En novembre 1940, il m’a demandé de quitter son poste de vicaire à la paroisse Notre-Dame de Roubaix. Je n’ai pas cru devoir accéder à ce désir. Malgré cela, il a quitté son poste, abandonnant son ministère, pour s’adonner à une action politique.

Quelques semaines plus tard, en janvier 1941, il a repris la direction et la rédaction d’une revue… « Le Lion de Flandre » sans avoir auparavant demandé et obtenu les autorisations épiscopales requises par le droit Canonique et les statuts diocésains de Lille.

Malgré la gravité de ces actes d’indiscipline que je réprouve vivement, je n’ai porté aucune censure ecclésiastique contre l’abbé Gantois et je lui ai même délivré un « celebret » spécialement rédigé à son intention. C’est lui qui par sa conduite, a perdu l’estime de ses chefs et des fidèles qu’il avait mission d’évangéliser. »

2b. Réponse à Mme Félix Gantois, mère de l’abbé, le 22 juin 1945

« Son éminence le cardinal Liénart, évêque de Lille, apporte un démenti formel à l’assertion apportée par un journal de Lille, d’après laquelle il aurait dit à Monsieur l’abbé Gantois qu’il était un mauvais prêtre et un espion. Il n’a jamais prononcé de telles paroles. »

2c. Réponse à Maître Marchal, le 9 janvier 1946

108Malgré la gravité de ces actes d’indiscipline que je réprouve vivement, je n’ai porté aucune censure ecclésiastique contre l’abbé Gantois et je lui ai même délivré un « celebret » spécialement rédigé à son intention. C’est lui qui par sa conduite, a perdu l’estime de ses chefs et des fidèles qu’il avait mission d’évangéliser. »

109À mesure que la date du procès approche, le cardinal sent la nécessité de prendre ses distances. Le 18 novembre 1946, c’est son vicaire général, Monseigneur Desaillly qui, en réponse à une demande de Maître Marchal atteste que l’abbé Gantois a été irréprochable dans sa vie privée et que ni sa foi, ni ses mœurs n’ont jamais donné pièce à aucune critique de nature à déshonorer son caractère sacerdotal.

110Ce même mois, au directeur de La Voix du Nord, Léon Chadé, qui lui écrit son désarroi sur la manière de rendre compte des prochains débats, le cardinal répond en déclarant que « l’évêché ne se mêlera pas d’entraver la justice » (en fait, c’est la Croix du Nord qui exprimera sa pensée).

111Ce Léon Chadé est celui qui, en novembre 1944, ordonné la publication de la lettre au Führer. Illustration du déplacement des mentalités en l’espace de deux ans… Le cas Gantois ne suscite plus une réprobation unanime ; elle est source d’embarras pour les uns, de discorde pour les autres.

112Cependant le juge chargé d’instruire l’accusation n’avait, lui non plus, durant ces deux années pas chômé. Il avait retrouvé 26 témoins à charge, recueilli en France comme en Belgique, le maximum de pièces disponibles, complété ses enquêtes par l’interrogatoire des détenus allemands de la prison de Loos.

  • 10 Au lieu de 16, deux des inculpés étant en fuite (Cauvin, Vandenbussche).

113Au terme de ses investigations, Gantois a été inculpé « d’espionnage, d’intelligence avec l’ennemi, de complot contre la sûreté extérieure de l’État, d’atteinte au moral de la Nation. » Avec de tels motifs, celui-ci aurait dû normalement comparaître devant une juridiction militaire. S’il passe devant une juridiction civile (en l’occurrence la cour de justice de Lille), c’est parce que son procès est aussi celui des membres du VVF sur qui pèsent des charges moins lourdes que les siennes. Ils seront 14 sur les bancs des accusés10, reliquat de 49 interpellations dont 33 laissées sans suite. À l’exception de Gantois, tous s’étaient librement constitués prisonniers.

Le procès et la presse

114Le procès se déroule en continu du lundi 9 au samedi 28 décembre 1946 avec seulement trois jours d’interruption (les dimanches 15 et 22 décembre et le mercredi, jour de Noël). Il est suivi quotidiennement par la presse dont les commentaires varient selon les journaux en fonction des tendances qu’ils expriment (annexe 4).

Annexe 4. Le procès du Vlaamsch Verbond Van Frankrijk (titres des articles de la presse régionale)

* Articles de la Voix du Nord, édition de Lille :

- « Procès du séparatisme flamand. Les membres du Vlaamsch Verbond seront jugés à Lille le 9 décembre. Il s’agit d’une affaire de haute-trahison dans laquelle sont inculpées seize personnes et dont les débats dureront plusieurs semaines » (Sa 29/11/1946).

- « Avant le procès du 9 décembre. Le rattachement de notre région à l’État thiois, vassal du Reich, tel était le but du Vlaamsch Verbond » (Sa 30/11/1946).

- « Le procès du Vlaamasch Verbond. L’abbé Gantois et ses complices comparaissent devant la Cour de Justice de Lille » (Ma 10/12/1946).

- « Le Vlaamsch Verbond en cour de justice. Après la longue lecture de l’acte d’accusation, l’abbé Gantois tient la vedette » (Me 11/12/1946).

- « Le procès des « séparatistes flamands ». L’abbé Gantois s’efforce de ramener l’activité du Vlaamsch Verbond dans le cadre folklorique » (Je 12/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. Du tailleur belge Van Haywegehm au normalien et avocat Nicolas Bourgeois » (Ve 13/12/1946).

- « Au procès du Vlaamsch Verbond. Les moins de 30 ans et le séparatisme » (Sa 14/12/1946).

- « Au procès du Vlaamsch Verbond. Tandis que s’affrontent témoins et avocats, l’abbé Gantois prend de notes et sourit » (Ma 17/12/1946).

- « Quand le séparatisme devient régionalisme scientifique ou journée de purification au procès du Vlaamsch Verbond » (Me 18/12/1946).

- « Vigoureusement le Ministère public stigmatise les menées séparatistes du Vlaamsch Verbond » (Je 19/12/1946).

- « La peine capitale est requise contre l’abbé Gantois. Les travaux forcés, la prison et la dégradation nationale sont demandés pour les autres accusés » (Ve 20/12/1946).

- « Fin du réquisitoire et première plaidoirie au procès du Vlaamsch Verbond » (Sa 21/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. Au milieu d’escarmouches entre la défense et l’accusation, la première plaidoirie se poursuit » (Di 22/12/1946).

- « Au procès de Vlaamsch Verbond. Philosophes, romanciers et historiens au secours de l’abbé Gantois » (Ma 24/12/1946).

- « Les plaidoiries au procès du Vlaamsch Verbond » (Me 25/12/1946).

- « Vers la fin du procès du Vlaamsch Verbond. Hier encore, quatre plaidoiries » (Ve 27/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. Derniers efforts de la défense et contre-attaque de l’accusation » (Sa 28/12/1946).

- « Épilogue du procès Vlaamsch Verbond. L’abbé Gantois fera cinq ans de travaux forcés. Les autres inculpés, sauf quatre, sont condamnés à des peines de prison » (Di 29/12/1946).

* Articles du Nouveau Nord, édition de Lille :

- « Le procès du Vlaamsch Verbond van Frankrijk » devant la cour de Justice de Lille. Une vaste et odieuse conspiration contre la France » (Sa 07/12/1946).

- « L’affaire du Vlaamsch Verbond. Des témoins à charge modifient l’atmosphère du procès » (Me 18/12/1946).

- « L’affaire du Vlaamsch Verbond. Le commissaire du gouvernement requiert la peine capitale contre Gantois et Cauvin et des peines moindres contre les autres inculpés » (Sa 21/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond ne prendra fin que la semaine prochaine. Me Marchal demande l’acquittement de Gantois » (Me 25/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond » (Sa 28/12/1946).

- « Épilogue de l’Affaire du Vlaamsch Verbond. Le verdict déconcertant a des suites stupéfiantes » (Me 01/01/1947).

* Articles de Liberté :

- « La procédure au secours du Vlaamsch Verbond van Frankrijk. La défense provoque 6 suspensions d’audience mais la Cour de Lille jugera l’abbé Gantois » (Ma 10/12/1946).

- « Le procès du V.V.V.F. Quand l’abbé Gantois écrivait son amour et sa confiance à Hitler » (Me 11/12/1946).

- « Le procès des séparatistes flamands. Historien et traître, l’abbé Gantois discourt sur Charles Quint pour ne pas parler de son maître : Hitler » (Je 12/12/1946).

- « Au procès des séparatistes flamands. Après son chef, l’avocat Bourgeois voudrait noyer sa culpabilité sous un verbiage ahurissant ! » (Ve 13/12/1946).

- « Au procès des séparatistes flamands. L’abbé Gantois préside et insulte » (Sa 14/12/1946).

- « Au procès des séparatistes flamands. Démasqué par les témoins à charge, Gantois perd pied et se tait » (Ma 17/12/1946).

- « Au procès des séparatistes flamands. De la cellule 25 de Loos, l’Oberleutnant Gino Dazzan vient au secours/ de son voisin de lit, Gantois » (Me 18/1946).

- « Au procès des séparatistes flamands. Réquisitoire accablant pour Gantois et ses complices » (Je 19/12/1946).

- « Au procès des séparatistes flamands. La peine de mort est réclamée contre Gantois » (Ve 20/12/1946).

- « Au procès des séparatistes flamands. Un ‘’loupé’’ de la défense » (Sa 21/11/1946).

- « Au procès des séparatistes flamands. Rien ne doit influencer les jurés. Gantois doit payer » (Di-Lun 22-23/12/1946).

- « Au procès des séparatistes flamands. Deux audiences pour rien ou la plaidoirie de Me Marchal » (Ma 24/12/1946).

- « Au procès des séparatistes flamands. Malgré des charges accablantes qui pèsent sur leurs clients, les défenseurs osent plaider l’acquittement » (Me 25/12/1946).

- « Au procès des séparatistes flamands. Dans sa réplique, le procureur Favreau ramasse l’accusation et réclame un juste châtiment » (Sa 28/12/1946).

- « Un verdict farce termine le procès des séparatistes flamands. L’abbé Gantois sauve sa tête et n’est condamné qu’à 5 ans de travaux forcés » (Di-Lun 29-30/12/1946).

* Articles de Nord Matin :

- « Devant la Cour de Justice de Lille. Le procès du Vlaamsch Verbond a failli ne pas avoir lieu… Hier : 5 suspensions d’audience » (9-10/12/1946).

- « Au procès du Vlaamsch Verbond. 112 pages d’accusations » (Me 11/12/1946).

- « Au procès du Vlaamsch Verbond. L’abbé Gantois a toujours le dernier mot » (Je 12/12/1946).

- « Au procès du Vlaamsch Verbond. De Philippe-Auguste à l’inculpé Nicolas Bourgeois » (Ve 13/12/1946).

- « Le procès du V.V.V.F.. L’abbé Gantois, le grand tentateur » (Sa 14/12/1946).

- « Le procès du V.V.V.F.. L’accusation mobilise un condamné à mort, un archiviste, un prêtre, un pharmacien moustachu… Mais l’abbé Gantois sourit encore » (Lu-Mar 16-17/12/1946).

- « Le procès du V.V.V.F.. Dans la cellule 25, le romantique Abbé Gantois convertit un témoin à décharge à son mouvement » (Me 18/12/1946).

- « Le procès du V.V.V.F.. Premiers mots du réquisitoire… » (Je 19/12/1946).

- « Réquisitoire au procès du V.V.V.F.. ‘’Je vous demande de condamner l’abbé Gantois à mort’’ » (Ve 20/12/1946).

- « Au procès du V.V.V.F. Me Marchal prêche l’absolution de l’abbé Gantois » (Sa 21/12/1946).

- « Au procès du V.V.V.F. Le retour de Dazzan » (Di 22/12/1946).

- « Au procès du V.V.V.F. Me Marchal demande l’acquittement de l’abbé Gantois » (Lu-Mar 23-24/12/1946).

- « Le procès du V.V.V.F. L’abbé Gantois croit-il encore au Père Noël ? » (Me 25/12/1946).

- « Au procès du V.V.V.F. Les avocats réclament l’acquittement pour tous… » (Ve 27/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond se termine. Verdict aujourd’hui » (Sa 28/12/1946).

- « Après un procès de 3 semaines. L’abbé Gantois s’en tire avec 5 ans de travaux forcés. Quatre accusés frappés d’indignité nationale sont relevés immédiatement de cette condamnation » (Di 29/12/1946).

* Articles de La Croix du Nord :

- « Le procès du Vlaamsch Verbond s’ouvrira le 9 décembre devant la Cour de Justice de Lille » (Ve 29/11/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond devant la Cour de Justice de Lille. Des conclusions déposées par la défense contestent la compétence de cette Cour. Les débats se poursuivent en attendant l’arrêt de la Cour de Cassation » (Ma 10/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond nous promet bien des surprises. L’état Thiois n’était qu’un mythe inventé par une certaine presse, déclare M. l’abbé Gantois au début de son interrogatoire » (Me 11/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. Pas une seule fois, l’accusation n’a pris l’abbé Gantois en défaut au cours de ses huit heures d’interrogatoire » (Je 12/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. Un procès de tendances, dit Nicolas Bourgeois » (Ve 13/12/1946).

- « Au procès du Vlaamsch Verbond. La journée des jeunes » (Sa 14/12/1946).

- « Au procès du Vlaamsch Verbond. L’audition des témoins cités par l’accusation » (Ma 17/12/1946).

- « Une décharge qui pèse lourd au Procès du Vlaamsch Verbond » (Me 18/12/1946).

- « Le commissaire du gouvernement essaie de prouver les menées séparatistes des dirigeants du Vlaamsch Verbond » (Je 19/12/1946).

- « Au procès du Vlaamsch Verbond. Le commissaire du gouvernement continue son réquisitoire » (Ve 20/12/1946).

- « Fin du réquisitoire et première plaidoirie au procès du Vlaamsch Verbond » (Sa 21/12/1946).

- « Au procès du Vlaamsch Verbond. La défense marque des points » (Di 22/12/1946).

- « Au procès du Vlaamsch Verbond. Une séance de nuit est nécessaire à Me Marchal pour conclure sa plaidoirie » (Ma 24/12/1946).

- « Au procès du Vlaamsch Verbond. Un procès nuisible et regrettable, estime Me Marchal » (Me 25/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. Avant dernière journée des plaidoiries » (Ve 27/12/1946).

- « Derniers débats au procès du Vlaamsch Verbond » (Sa 28/12/1946).

- « La Cour de Justice de Lille a prononcé son verdict dans le procès du Vlaamsch Verbond » (Di 29/12/1946).

* Articles de Nord Éclair, édition de Lille :

- « Les accusès du Vlaamsch Verbond comparaîtront le 9 décembre devant la Cour de Justice de Lille » (Ve 29/11/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. L’état Thiois n’était qu’un mythe, dit l’abbé Gantois qui se défend des menées séparatistes dont on l’accuse » (Me 11/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. Point par point, l’acte d’accusation est contesté par l’abbé Gantois » (Je 12/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. Les co-accusés de l’abbé Gantois plaident eux aussi non coupables » (Ve 13/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. À la fin de la première semaine du procès du Vlaamsch Verbond, tous les accusés ont été interrogés » (Sa 14/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. L’audition des témoins du procès du Vlaamsch Verbond » (Mar 17/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. Après ceux de l’accusation, les témoins de la défense ont défilé à la barre. Ce matin réquisitoire » (Me 18/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. Le commissaire du gouvernement a entrepris un long réquisitoire qu’il poursuivra aujourd’hui » (Je 19/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. Après deux jours de réquisitoire, le commissaire du gouvernement a réclamé la peine de mort pour l’abbé Gantois » (Ve 20/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. Le ministère public a réclamé une peine de travaux forcés pour Nicolas Bourgeois (op. cit).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. Tout est question d’appréciation dans ce procès, a dit Me Marchal » (Di 22/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. Le Vlaamsch Verbond n’est pas un parti » a dit Me Marchal qui plaide l’acquittement » (Ma 24/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. Il y a eu du régionalisme mais pas de séparatisme disent les avocats des accusés » (Ve 27/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond. Le verdict sera rendu aujourd’hui » (Sa 28/12/1946).

- « Le procès du Vlaamsch Verbond est terminé. L’abbé Gantois est condamné à 5 ans de travaux forcés. Quatre acquittements. Des peines d’emprisonnement pour les autres accusés ».

Ces titres se trouvent également dans l’ouvrage de Christian-Pierre Ghillebaert, sauf pour Nord Éclair (op. cit)

  • 11 (Le bâti) de l’accusation n’est qu’un « fragile échafaudage »…, Gantois n’a aucune peine « à réfute (...)
  • 12 « On a fouillé sa maison sans succès et terrorisé sa vieille mère ».

115Écrire que la Croix du Nord est favorable aux accusés serait une litote. En fait, elle soutient fermement et sans aucune réserve les thèses de la défense11. Elle est le seul journal à présenter Gantois comme une victime12 et le procès comme suspect. Prétendre qu’elle pouvait exprimer un point de vue différent de celui de l’évêché constituerait un anachronisme.

  • 13 Émile Coliche, ancien des RIC, très engagé dans les débuts de la démocratie chrétienne dans le Nord (...)

116Nord Matin apparaît comme le plus objectif. Nord Éclair, le plus neutre, assure le service minimum : court article en première page, non signé ; pas d’éditorial, pas de titres tapageurs, pas de jugements de valeur ou d’appréciation, mais des commentaires uniquement descriptifs, les plus détachés possibles… Cette prudente réserve s’explique. En 1946, le MRP du Nord dont il est l’organe a perdu le caractère progressiste qu’il avait à ses débuts pour s’aligner sur les positions « modérées » de la Démocratie Chrétienne de Bretagne. D’où le souci de ne pas indisposer la hiérarchie écclésiale, sans pour autant tomber dans le révisionnisme13.

117Nord Éclair n’est pas le seul à être embarrassé. Le directeur de la Voix du Nord, Léon Chadé, l’est également. Toutefois ses scrupules n’ont aucune incidence sur la copie des rédacteurs. Car le journal, s’il a évolué vers la droite, n’en continue pas moins de se réclamer des valeurs du mouvement de résistance dont il est issu. Contre les traîtres du VVF, il poursuit le combat des fondateurs et soutient l’accusation.

118Il en va de même pour Liberté lequel ne tarit pas d’éloges sur la pugnacité du commissaire du gouvernement et la solidité de sa démonstration. Mais s’il partage les certitudes de La Voix du Nord et du Nouveau Nord sur la culpabilité des « séparatistes », Liberté s’en sépare sur deux points. D’une part, il ne rate pas l’occasion de s’en prendre à l’épiscopat. « Comme on peut voir, le cardinal Liénart sait choisir ses prêtres… Il a toujours tenu Gantois pour un bon pasteur, il souhaite son acquittement ». D’autre part, face à la montée des « réactionnaires » il pose déjà le parti communiste en véritable héritier de la Résistance. Une ligne qui se durcira après la rupture de 1947 et durera pendant toute la 4e République et même après.

  • 14 La véhémence du Nouveau Nord allait jusqu’à regretter que les fonctionnaires et les policiers qui é (...)

119Le Nouveau Nord se distingue des deux quotidiens précédents par le souci qu’il a de l’avenir du Comité Flamand de France, victime innocente des agissements séparatistes du VVF. Car les accusés ne sont pas pour ses rédacteurs, des inconnus qu’ils découvrent sur le tard. Ils savent leur passé, résultat de longues enquêtes auprès des érudits. Et les menaces qui pèsent sur le comité Flamand leur semblent d’autant plus scandaleuses, que celui-ci n’avait cessé durant l’entre-deux guerres, d’alerter les Pouvoirs Publics sur les dangereuses dérives du VVF. En vain. De là, une véhémence dans la colère qui dépasse parfois celle de Liberté14.

Le déroulement du procès

120Le lundi 9 décembre 1946 s’ouvre sous la férule du Président Darondelle, le premier jour du procès avec l’appel des témoins et la lecture de l’acte d’accusation.

  • 15 L’arrêt de la Cour de Cassation parvint au tribunal le vendredi 13 décembre. Il donnait tort aux re (...)

121Mais à peine commencé, la séance est interrompue, la défense ayant au nom de la « suspicion légitime » contesté la compétence de la Cour et réclamé le renvoi du procès devant une autre instance. En cause les défauts d’une instruction qui avait uniquement enquêté à charge. Le tribunal rejette la demande : la cour de cassation tranchera. En attendant les débats se poursuivront15

122Ils continuent en effet, parsemés d’incidents : pas moins de cinq suspensions de séance, toutes motivées pour des erreurs de procédure. Les quotidiens ne manquent pas de les relever. La Croix du Nord et Nord Matin les jugent inadmissibles ; Voix du Nord et Liberté y voient des subterfuges imaginés par les avocats pour retarder les échéances et au final, enterrer l’affaire.

123Cependant, le commissaire du gouvernement, Favereau, a entrepris la lecture de l’acte d’accusation. Cela lui prit la journée entière et mordit sur le lendemain, si bien qu’à la longue, le Président l’obligea à abréger sa démonstration.

124Le dossier il est vrai, gros de 120 pages, frappait par sa minutie. On peut regrouper les différents chefs autour des points suivants :

    • 16 Voir glossaire.

    Dès avant la guerre, Gantois se rend coupable de menées antinationales et d’espionnage. Il est en relations suivies avec les autonomistes bretons et alsaciens et en Belgique, avec le chef du « Verdinaso », Joris Van Severen qui préconise la création d’un « État Grand Néerlandais » incluant la Flandre Française, avant de se convertir à l’idée pro Belge d’une résurrection des états de Charles Quint. Il est aussi en contacts avec le VVF accroché au rêve thiois, mais à l’époque moins actif et moins agressif que le « Verdinaso »16… Plus grave les services du renseignement le soupçonnent dès son service militaire d’espionnage ; mais ce serait en 1936 (selon les dépositions de certains témoins) qu’il aurait franchi le pas en fournissant aux Allemands des fascicules de l’armée Française.

  1. Mener des activités séparatistes en temps de paix est une chose, les poursuivre en temps de guerre avec le soutien de l’ennemi, en est une autre. Gantois a profité de la défaite française pour lancer, de connivence avec le VVF, le projet sécessionniste de l’État thiois. Le prouvent sa lettre au Führer, son livre « Jusqu’où s’étendent en France les Pays-Bas ? » publié à Anvers en 1941, sous le pseudonyme « d’Henri de Byleveld ».

  2. Pendant quatre ans, l’accusé a dirigé le VVF en étroite collaboration avec les autorités occupantes de qui il recevait subventions, matériaux, papiers et laissez-passer.

  3. Mais Gantois était plus qu’un simple client. Il avait ses entrées à l’OFK (il s’en vantait d’ailleurs) ainsi qu’aux échelons supérieurs de la Militarverwaltung bruxelloise, notamment à la Propaganda. Il en retirait bien des avantages, telles les possibilités de recours et les facilités de déplacement.

    • 17 August Borms, nationaliste flamand de Belgique, déjà condamné en 1919 pour son activisme pendant la (...)
    • 18 Cyriel Vershaeve (1874-1949), prêtre, d’abord attiré par le Verdinaso, épouse ensuite l’idéologie n (...)

    Fort de ses privilèges, Gantois circulait quasi librement en Belgique où il donna une série de conférences. Il en profita pour resserrer ses liens avec ses partenaires idéologiques et réfléchir avec eux à des actions concertées. Avec Staf de Clerq, chef du Vlaamsch Nationaal Verbond, avec August Borms17 qui lui inspira des démarches auprès de l’OFK, pour qu’elle impose l’enseignement du néerlandais dans les établissements scolaires et autorise l’installation dans la région lilloise d’écoles flamandes indépendantes. Avec Cyril Vershaeve, partisan de l’annexion des Flandres au Reich, pour lequel Gantois professait une affectueuse admiration, et qu’il invita à présider la quinzaine flamande de Lille en août 194318.

  4. Gantois est enfin jugé en tant que « personne morale » en lieu et place du Président , le Docteur Blankaert décédé. À ce titre, il est tenu responsable non seulement de ses propres écrits, mais également de tous ceux parus dans les revues, brochures et magazines du mouvement.

125Le 10 et 11 décembre, deuxième étape du procès :

126l’interrogatoire des inculpés : Gantois passe en premier. Pendant plus de huit heures avec un aplomb qui impressionne tous les commentateurs de quelque bord qu’ils soient, il répond point par point à tous les faits évoqués :

  1. Son adresse au Führer ? « Avant de me reprocher cette lettre, j’aimerais que l’accusation prouvât que j’en suis l’auteur »

  2. Le rattachement du Nord à un État thiois ? Un mythe belge, diffusé par la Propaganda et par elle seule. Le danger annexionniste venait des Rexistes.

  3. Ses écrits sous un pseudonyme ? Byleveld a bel et bien existé.

  4. Ses relations avec l’occupant ? Il n’en a reçu aucune aide. Au contraire, il a été censuré, persécuté pour ses idées. Les collabos, il faut aller les chercher du côté du Préfet Carles, des admirateurs de Vichy, du côté de la LVF ou autres égarés. Chaque fois que l’un d’eux s’est offert pour seconder nos travaux, il a été éconduit…

  5. Oui, il a exigé que le Flamand soit enseigné dans nos établissements scolaires. Après tout, Lyautey s’était engagé de la même manière en Lorraine. Est-il normal que lui-même ait dû attendre l’âge de 18 ans pour apprendre en solitaire la langue de ses ancêtres ?

  6. Oui, il a critiqué le système politique de l’État à l’égard de son pays natal, dénoncé l’ignorance de son passé, le mépris de ses habitants. « La Flandre incognita ».

  7. Oui, ses écrits ont été parfois très durs, mais c’est la teneur d’ensemble qu’il faut juger et non des extraits habilement sélectionnés. Et de citer Tailleyrand « Prenez 2 lignes (de cet auteur) et je le ferai pendre ».

  8. Bref son combat a été culturel et rien d’autre.

Commentaires de la Presse : « Gantois a toujours le dernier mot », constate sans s’en réjouir Nord Matin. « Il a mis à mal le fragile échafaudage de l’accusation affirme la Croix du Nord. Pas une seule fois elle n’a pris l’abbé Gantois en défaut ». Nord Éclair, pour sa part, se contente de restituer sans la juger, l’argumentation de l’abbé. La Voix du Nord et Liberté en revanche, dénoncent l’habileté avec laquelle l’accusé camoufle derrière un discours passéiste ses véritables desseins. « Il s’efforce de ramener l’activité du VVF dans une cadre folklorique (La Voix du Nord). « Historien et traître, il discourt sur Charles Quint, pour ne pas parler de son maître Hitler » (Liberté)

127Le jeudi 12 décembre, c’est au tour des autres éminents du VVF, d’être sur la sellette :

128Un ami très proche de Gantois (l’abbé Janssen), des membres du bureau (le docteur Drieux, Albert Von Hoyweghem) et sortant du lot, deux pointures : Jacques Florin, gestionnaire et administrateur des revues de la ligue chargé à ce titre des relations avec la Pro/Staffel ; et le normalien, Nicolas Bourgeois, autre grand érudit inculpé pour ses écrits, ses conférences régulières à l’institut flamand de Lille, sa contribution au ‘’Guide Allemand’’ sur le Nord, sous le nom germanisé de Nicolaus Bürger.

129Leur mode de défense est identique à celui de Jean-Marie Gantois : un engagement culturel et apolitique.

130Le cycle des interrogatoires se termine par celui des jeunes du mouvement, beaucoup moins important.

1313e étape dans le déroulement du procès, l’audition des témoins :

132Tout d’abord, le lundi 16, ceux de l’accusation. Parmi les plus marquants, on peut retenir :

  1. Paul Vershaeve, directeur de l’école de journalisme de la Catho et président du Comité flamand de France, cité par le ministère public pour opposer son loyalisme aux dérives du VVF.

  2. Alexis Ficheroulle, directeur du journal ‘’la Bailleuloise’’ qui, en 1938, se sépara avec fracas du VVF dont il était le trésorier, à cause de son évolution séparatiste. Un des adversaires les plus acharnés de Gantois.

  3. L’abbé Jean Catrice, condisciple de l’abbé Gantois, très choqué par les propos racistes que celui-ci lui aurait tenus, au moment de son départ, comme missionnaire en Afrique.

  4. L’abbé Agnus, curé de Notre-Dame de Roubaix, qui tout en ménageant son ancien vicaire (« il n’eut pas à se plaindre de lui ») ne cela point combien ses « fréquentations » avaient scandalisé ses paroissiens.

  5. Le directeur des archives départementales du Nord, Pietreson de Saint Aubin à qui le ministère public avait confié la tâche d’analyser l’ouvrage d’Henri Von Byleveld.

  6. Viktor Harnischfeger, ex-kriminal inspektor à la Madeleine, détenu à Bruxelles. Aurait entendu ses camarades de l’OFK se plaindre du mauvais usage que Gantois faisait des subventions qu’il recevait.

  7. Adolphe Callens à la fois membre du PPF et du VVF, recruteur pour la Waffen SS et vedette de la brigade des anges, l’un des assassins de Me Thellier. Condamné à mort et interné à Loos. C’est lui qui au cours de ses interrogatoires avait accusé Gantois d’avoir livré aux allemands des documents militaires en 1936. Il connaissait très bien le Docteur Quesnoy (fusillé) et André Cauvin (en fuite), éléments extrémistes du VVF dont ils cherchaient à s’emparer. Ils lui auraient confié leur volonté de faire arrêter Gantois. (Callens sera fusillé à Lille le 19 juin 1947).

  8. Classiquement enfin, les agents des Renseignements généraux, en poste avant la guerre ou sous l’occupation, chargés des enquêtes de longue haleine sur le VVF et ses principaux dirigeants : le Commissaire Auguste Caulvy et l’inspecteur Louis Lapereau.

133Le mardi 17 décembre, c’est au tour de la défense de présenter ses témoins :

134Ils ont été choisis selon deux critères. Soit comme témoins de moralité (Gantois eut les siens), soit pour réfuter point par point les allégations des témoins de l’accusation. La déposition de l’un deux fut l’objet d’aigres disputes entre les parties adverses. Il s’agit de l’OberLeutnant Gino Pazan, en poste sous l’occupation à la Pro/Sta de Lille, condamné à cinq ans de prison et interné à Loos. Convoqué à la barre, il avait dressé un tableau idéalisé des relations du VVF avec les autorités allemandes, affirmant que celles-ci n’avaient jamais versé le moindre subside à la Ligue et à son chef. Le commissaire du gouvernement réagit aussitôt. Se fondant sur un rapport du surveillant général de la centrale de Loos, il répliqua que les déclarations du témoin ne pouvaient être retenues, celui-ci ayant partagé pendant des mois, la cellule de l’accusé qui avait eu tout le temps de le circonvenir. Mal lui en prit, car Me Marchal s’enquit de la réalité de la chose auprès du ministre de la Justice, lequel certifia qu’à aucun moment, Gino Pazzan et l’abbé Gantois n’avaient cohabité dans la même geôle. La réponse arriva trop tard pour être entendue à l’audience, mais assez tôt pour que l’avocat en usât dans sa plaidoirie.

135Avec l’audition du dernier témoin se termine la partie du procès réservée aux débats. Lui succède celle du réquisitoire et des plaidoiries.

136Commencé le mercredi 18 décembre, le réquisitoire du Commissaire du gouvernement ne s’achève que le vendredi 20 au matin :

137Deux jours durant lesquels Gantois fut sa « cible » privilégiée.

138Dès sa prise de parole, le commissaire met en garde le jury contre l’habileté du système de défense de celui-ci, « une vaste mystification » qui ne résiste pas à l’examen. En particulier, il est deux points sur lesquels Gantois a tenté de masquer ses responsabilités, deux points capitaux sur lesquels son avocat et lui-même n’avaient cessé de rompre des lances avec le ministère public.

139En premier, la fameuse lettre au Führer, dont tous deux niaient l’authenticité alors que celle-ci ne faisait aucun doute. Certes, il s’agissait d’une copie, mais comment Gantois pouvait-il nier la paternité d’un texte si conforme à ses actes et à ses idées ? D’autant que le rapport de l’OFK dont il était extrait comprenait sur ses relations avec ses paroissiens, sur ses démarches auprès de l’occupant sur l’état d’esprit des populations, des analyses dont d’autres documents et certains témoignages avaient démontré la justesse.

140Autre poids lourd, le livre de Henri Byleveld « Jusqu’où s’étendent en France le Pays-Bas ? » dont Gantois niait être l’auteur. Malheureusement pour lui, au cours d’une perquisition chez l’imprimeur à Anvers, on avait trouvé le contrat et des papiers écrits de sa main qui révélaient la véritable identité de celui qui se cachait derrière ce pseudonyme. Et même si l’ouvrage n’était pas de lui, le fait qu’il eut œuvré à sa diffusion, chanté ses louanges, approuvé dans ses conférences les thèses Thioises, le rendait coupable de trahison.

141Pour le reste, le commissaire du gouvernement reprit les divers points de l’acte d’accusation en les ajustant à ce que les débats avaient apporté d’inédit ou de litigieux. En fait, il cherchait surtout à souligner le caractère séparatiste des activités du VVF et de son chef. De là, une énumération à la longue fastidieuse des actes et des écrits reprochés aux inculpés.

142Le vendredi 20 au matin, le Procureur Favereau rendait ses conclusions. Pour Gantois reconnu coupable de tous les chefs d’accusation, la peine capitale. Pour les autres inculpés, des peines plus légères de prison et d’indignité nationale. Sauf pour Caufin en fuite (la mort par contumace), Florin et Van Hoyweghem (les travaux forcés à perpétuité).

143Les avocats de la défense prenaient aussitôt le relais. Et en premier le champion de l’abbé Gantois, Me Marchal. Rappelons les principaux jalons de sa démonstration :

  1. En préambule, Me Marchal rappelle les irrégularités d’une instruction qui manqua totalement d’objectivité : « L’accusation n’a jamais cessé de procéder par affirmations. Jamais pendant 25 mois il n’a été permis à la défense de présenter un seul témoignage, un seul document susceptibles de détruire ces affirmations. »

  2. Il plaide l’irresponsabilité de son client en tant que « personne morale », le véritable animateur du mouvement était son président, le Docteur Blanckaert et non le secrétaire général, même si celui-ci a accepté avec panache de lui succéder.

  3. Il jette le doute sur la pièce maîtresse de l’accusation : le rapport de l’OFK et son contenu. Une critique en 4 points :

  1. D’abord comment expliquer qu’un document d’une telle importance ait pu se retrouver oublié pendant des années, dans les tiroirs d’une Kommandantur subalterne ?

  2. Quels crédits accorder à un document tronçonné puisque c’est seulement un fragment traduit du rapport que La Voix du Nord a remis à la cour ?

  3. Ce que le rapport conte des relations de l’abbé avec son évêque est un tissu de mensonges, démenti par le Cardinal lui-même (voir Annexe 2).

    • 19 Rien de plus exact puisque c’est le Docteur Erfurt qui l’avait traduite et corrigée (Cf. biographie (...)

    Enfin et surtout, la fameuse lettre au Führer, ou plus exactement sa copie, ne peut avoir Gantois pour auteur, car elle est rédigée en si bon allemand que seul un allemand a pu l’écrire19.

144Puis Maître Marchal aborde le chapitre des relations de Gantois avec l’occupant, qu’il dépeint distantes et conflictuelles.

145Brandissant la lettre rectificatrice du ministère de la justice, il réhabilite le témoignage de Gino Dazzan que l’accusation avait dénigré sous prétexte qu’il avait cohabité dans la même cellule que l’abbé Gantois (voir plus haut). « La défense marque un léger point », reconnaît le Nouveau Nord… qu’elle exploite aussitôt.

  • 20 Maître Marchal utilise ici un procédé qu’il reprendra plusieurs fois, celui de présenter un inciden (...)

146D’abord, il est faux que le VVF ait reçu de l’OFK une aide financière. La correspondance saisie au siège du mouvement et au domicile de l’abbé Gantois ne porte que sur des contributions anodines de petit matériel, de timbres, de feuilles et de papillons « mon client était si peu dans les papiers des Allemands qu’il n’obtint jamais l’autorisation d’avoir des machines à écrire et des téléphones »20.

147Si l’abbé Gantois n’était pas « persona-grata » auprès de l’administration militaire, c’est par ce qu’il eut le constant souci de maintenir son mouvement en dehors de toute compromission politique. Systématiquement, il rejetait toute invitation des collabos ou de la LVF à des conférences et la Pro/Staffel avec ses censures ne le ménagea guère (annexe 3).

Annexe 3. Le Vlaamsch Verbond Van Frankrijk et les censures allemandes éphémérides.

En 1940 dès leur formulation, les projets Thiois de constitution d’une « Grande Néerlande », que ce soit en Belgique ou en France, se sont heurtés à l’intérieur des pouvoirs allemands, à une triple opposition :

Celle du Führer qui ne voulait pas que des projets précoces, des promesses inconsidérées ne lui lient les mains et gênent ses propres desseins de remaniements territoriaux.

Celle de Himmler , qui préconisait l’annexion pure et simple de ces territoires au Grand Reich.

Celle enfin des autorités occupantes de l’OFK 670, soucieuses de maintenir l’ordre et le calme dans une région qui craignait par-dessus tout d’être détachée de la « Mère Patrie ».

Quelques exemples des réactions de l’OFK 670 et des Propaganda :

17 juin 1941 : Pro/Sta Lille à Pro/Ab Bruxelles : Contre la diffusion de 6 000 brochures intitulées « flamands de France » et de brochures rédigées en Néerlandais (incompréhensibles ici).

20 juin 1941 : PRO/AB à PRO/STA : Gantois s’est plaint que le livre de Byleveld a été dans le Nord interdit de vente ? – Réponse de la PRO/STA : C’est faux.

20 janvier 1942 : Pro/Sta à la rédaction de « Brüsseler Zeitung » ne publiez pas le texte de la conférence de Gantois « Comment j’ai retrouvé mon peuple ». Le Gouvernement Français a connaissance de vos articles.

14 août 1942 : L’OFK autorise l’ouverture d’un congrès flamand à Lille à la seule condition que le contenu des ordres du jour et des discours lui soit présenté à l’avance : La direction du VVF sera tenue pour responsable de tout manquement.

17 août 1943 : Pro/Sta Lille à Rédaction du Lion : « Interdiction de publier un article sur le statut des Flamands en France.

19 août 1943 : Pro/Sta Lille : « Interdiction d’employer l’expression « Pays-Bas Français ».

20 août 1943 : Pro/Sta Lille : « Interdiction au Lion de Flandre de publier un article de Cyril Vershaeve.

18 juillet 1944 : Note de l’OFK à la direction du VVF : « Expliquez par retour : Pourquoi l’autorisation de commémorer « la bataille des Éperons d’or » dans vos locaux, n’a pas été demandée ? 

148Bref, Maître Marchal reprend en la condensant, la démonstration que lui-même et son client ont développée tout au long des débats.

149Il lui restait cependant une tâche difficile : Comment dédouaner l’abbé Gantois du contenu des articles parus dans les périodiques de la ligue ? Car le bilan est lourd : charges contre la France, son histoire, sa culture, ses symboles, invectives au racisme sous-jacent contre les méridionaux, ritournelles sur l’irrémédiable décadence d’un État stérilisateur et d’un peuple abâtardi.

150Habilement l’avocat de l’abbé Gantois ne nie pas le caractère excessif de ces attaques, mais il met en garde les jurés contre toute lecture partielle des ouvrages incriminés et contre tout jugement hâtif des rédacteurs. « Le Lion de Flandre forme un tout. Prendre un mot par ci par là, c’est à coup sûr charger les auteurs de tous les maux… sans compter qu’il est dangereux de condamner un homme sur ses écrits et surtout sur des données fragmentaires ».

151Certes les récriminations régionalistes du VVF ont souvent dépassé la mesure. Elles recouvrent néanmoins certaines réalités. Car il est indéniable que la Flandre a souffert du centralisme étatique, que les Flamands ont été victimes de la condescendance méprisante des méridionaux. Si bien qu’on peut considérer les attaques contre les populations du Midi comme « une réplique de bonne guerre ! »

152En outre quelle que soit la violence avec laquelle elles ont été exprimées, ces doléances n’ont jamais débouché, dans les pages des revues, sur des discours sécessionnistes… « Entre le particularisme outrancier et le séparatisme brutal, il n’y a qu’un pas que ni l’abbé Gantois, ni ses collaborateurs n’ont franchi. »

153En conclusion, Maître Marchal réclamait l’acquittement de son client. Auparavant, il s’était élevé contre la menace de dissolution dont le VFF était l’objet : « le VVF n’est pas un parti politique, il n’est pas né en 1940, il n’a fait sous l’occupation que poursuivre son combat de toujours, en faveur de la renaissance flamande » et d’affirmer sans rire que « parmi les souscripteurs du Lion de Flandre, on comptait nombre de résistants authentiques ».

154La démonstration (dont les autres avocats s’inspirèrent dans leurs plaidoiries), éblouit le chroniqueur de la Croix du Nord qui laissa sa plume s’emballer : « Rien ne peut être retenu contre les accusés. C’est sur la seule compétence de juriste du commissaire du gouvernement et sur son éloquence que reposent les charges de l’accusation. Du régionalisme oui, du séparatisme non, du racisme, encore moins ».

155Il est cependant un point de l’accusation que la défense n’arrivait pas ou arrivait peu à réfuter : celui de l’identification de Gantois à Henri Byleveld comme auteur du livre « Jusqu’où s’étendent en France, les Pays-Bas ? » Le démenti ne prenait pas. Trop d’indices contraires. Et ce scepticisme était d’autant plus dommageable que l’ouvrage incriminé reflétait les thèses thioises d’unité Grand Néerlandaise que la défense s’acharnait à présenter comme étant le monopole de la propagande allemande et raciste.

156De là, un dernier effort, alors que le procès s’achève.

157Cette journée du 27 décembre est en effet la dernière du procès avant le verdict. Elle a été marquée par deux sévères affrontements entre les avocats et un commissaire du gouvernement visiblement ulcéré par le contenu des plaidoiries qu’il a entendues. Avant de la clore, le Président invite les accusés à s’adresser, s’ils le désirent, une dernière fois à la Cour. C’est alors que se produit un mini coup de théâtre. L’abbé Janssen se lève et solennellement annonce qu’il a une déclaration à faire : « le livre de Henri Byleveld n’a jamais été écrit par l’abbé Gantois, il en connait l’auteur, c’est l’abbé Jean Du Moulin, un belge… » Dernière tentative, dernière invention !

Les verdicts

  • 21 Pour Woestland, le jury s’était même montré plus sévère que le ministère public qui avait seulement (...)

158Le 28 décembre, tombent les verdicts. Ils sont nettement en retrait des réquisitions de l’accusation sauf pour André Cauvin condamné à mort par contumace (donc sujet à révision) et pour le jeune Marius Woestland puni d’un an de prison(annexe 5)21.

Annexe 5. Liste des accusés et verdicts de la Cour de justice : 26 décembre 1946

1. Abbé J.M. Gantois :

Confiscation de ses biens.

Dégradation nationale à vie.

Interdiction de séjour dans le Nord–Pas-De-Calais, la Somme et l’Aisne.

5 ans de prison.

2. André Cauvin :

Confiscation de ses biens.

Dégradation nationale.

Condamné à mort par contumace.

3. Jacques Florin (administrateur des revues du VVF. Rédacteur en chef de La Vie du Nord)

Quatre ans de travaux forcés.

Dégradation nationale.

Interdiction de séjour.

Confiscation de la moitié de ses biens.

4. Konrad Vandebusche (membre du VVF et rédacteur du Nord Maritime) :

2 ans de travaux forcés par contumace.

Confiscation de ses biens.

Dégradation nationale à vie.

Interdiction de séjour dans tous les départements français à vie, sauf Nord.

5. Henri Blanckaert (fils du président du VVF, articles dans « Jeunes de Flandre », Pèlerinage sur la tombe de Van Severen) :

2 ans de prison.

40 000 francs d’amende.

10 ans d’interdiction de séjoue.

10 ans d’indignité nationale.

6. Jean Hus (rédacteur en chef de « Jeunes de Flandre ») :

1 an de prison.

5 ans d’interdiction de séjour.

5 ans d’indignité nationale.

Libéré. Sa peine ayant été accomplie en préventive.

7. Étienne Pette (articles dans « Le lion de Flandre ») :

1 an de prison.

5 ans d’interdiction de séjour.

5 ans d’indignité nationale.

8. Albert Van Hoyweghem (trésorier du VVF, articles dans « de Torrewachter ») :

2 ans de prison.

Confiscation de la moitié de ses biens.

Dégradation nationale à vie.

Libéré. Sa peine ayant été accomplie en préventive.

9. Marius Woestland (articles antisémites dans « Jeunes de Flandre ») :

1 an de prison/

10 ans de dégradation nationale.

10 ans d’interdiction de séjour dans la région.

Libéré. Sa peine ayant été accomplie en préventive.

10. Edmond Desreuxmaux (articles dans « Jeunes de Flandre », présent aux obsèques de Staf De Clerk) :

6 mois de prison.

Confiscation de la moitié de ses biens.

10 ans de dégradation nationale.

Libéré. Sa peine ayant été accomplie en préventive.

11. Raoul Kerkoof (membre de la ZVJ) :

6 mois de prison.

10 ans de dégradation nationale.

Libéré. Sa peine ayant été accomplie en préventive.

12. Abbé Janssen :

Acquitté.

Dégradation nationale à vie.

Interdiction de séjour, sauf dans 4 départements.

13. Nicolas Bourgeois et Docteur Drieux :

Acquittés.

Relevés de la dégradation nationale.

14. Olivier Dubrulle (cheminot habitant Paris, sympathisant) :

Non-lieu.

159La cour prononce la dissolution du VVVF et la confiscation de ses biens.

160Le décalage est particulièrement net pour Gantois qui au lieu d’une sentence de mort, écope de cinq ans de travaux forcés assortis de peines d’interdiction de séjour et de confiscation des biens. Au total sur les seize inculpés, trois seulement le rejoignent à la Centrale de Loos, les autres sont soit acquittés, soit en fuite, soit ont purgé leur peine en préventive.

161Ces verdicts ne laissent pas la presse indifférente : Retenue satisfaite dans la Croix du Nord, compte-rendu neutre dans Nord Éclair, critique dans Nord Matin, déception affirmée dans la Voix du Nord. Colère dans Liberté : « Un verdict farce… une fois de plus, la justice vient de donner l’exemple de sa grande indulgence envers les traîtres »

162Le plus indigné reste néanmoins le Nouveau Nord. Tous ses pronostics pourtant à la baisse ont été déjoués. « Le verdict équivaut à un acquittement général… », « Avec le système des remises de peine et des libérations conditionnelles, Gantois et ses trois amis ne vont pas tarder à être relâchés… » Un épilogue douloureux et dangereux pour tous les amoureux de la culture flamande qui leur impose un devoir de vigilance « car la renaissance de leurs activités est plus que jamais compromise par l’impression désastreuse laissée par ce procès ».

163Mais comment expliquer une telle indulgence à l’égard du principal accusé ? Les causes sont externes et internes.

164La conjoncture a changé. Le Nouveau Nord n’a pas tort d’écrire que le verdict aurait été tout autre si l’affaire avait été jugée en 1944 sitôt après la découverte des documents dont « on se rappelle l’effet que leur publication provoqua dans la population ». Mais en cet hiver 1946, l’époque de la libération avec ses colères, ses espoirs et ses illusions semble bien lointaine, elle appartient au passé. L’opinion est lasse et désabusée. Le procès Gantois sent le réchauffé, il apparaît d’ailleurs comme devant être le dernier de l’épuration (du moins dans la région).

165Il a manqué au ministère public pour étayer son dossier les pièces dont disposent aujourd’hui les historiens, lesquelles prouvent indiscutablement la culpabilité de Gantois pour les faits les plus graves qui lui sont reprochés.

166Avec habileté, la défense a utilisé ces lacunes pour semer le doute dans l’esprit du jury. Elle a (disent ses détracteurs) « imprégné les débats d’une atmosphère artificieuse ».

167La tâche, il est vrai, lui fut parfois facilitée par des maladresses de l’accusation. On pense ici aux ragots, aux rumeurs invérifiables colportées par certains témoins. Citons en quelques un :

À Watten, Gantois s’est promené en uniforme d’officier allemand, on l’a vu maintes fois circuler dans des voitures de l’armée d’occupation, il a fait un stage à l’école SS d’Anvers, il s’est vanté dans une conférence en Belgique d’avoir été reçu en audience privée par Hitler. Selon un inspecteur des Renseignements généraux, il espérait devenir évêque de Saint Omer et Nicolas Bourgeois Gauleiter de Flandre. À l’avocat qui lui demandait quelles étaient ses sources, l’inspecteur avait refusé de répondre s’abritant derrière le secret professionnel.

168Pendant tout le procès, la personnalité de Gantois a été écrasante, il a dominé les débats. À l’exception peut-être de Nord Éclair peu soucieux de s’aventurer en terrain miné, tous les grands quotidiens en conviennent, qu’ils le déplorent ou qu’ils s’en félicitent. Tous reconnaissent sa redoutable érudition, ses qualités de débateur, son sens de la répartie, l’étendue de son emprise. Il est le « grand maître à penser » (La Voix du Nord), le « Grand tentateur » (Nord Matin), « l’âme damnée » des jeunes dont il a perverti l’esprit (le Nouveau Nord). Surtout il a rempli le prétoire de sa présence, intervenant sans relâche, à temps et à contretemps, ne laissant rien passer, volant au secours de ses coéquipiers chaque fois qu’ils étaient en difficulté. Même ses silences, son perpétuel et agaçant sourire recelaient une discrète arrogance. Dans quelle mesure, jusqu’à quel point, sa faconde à influencer les jurés ?

169En tous cas, il est certain que Gantois tira avantage d’être jugé en compagnie d’accusés inculpés pour des motifs moins graves que les siens et dont la vie privée et professionnelle était au-dessus de tout soupçon. C’était le cas de l’avocat Nicolas Bourgeois et du docteur Drieux. Tous deux acquittés. Le premier jouissait à Paris de relations haut placées, deux résistants et pas des moindres témoignèrent en sa faveur : Le compagnon de la libération Jean Cassou et Édouard Drepeux. Le second reçut un soutien actif de ses confrères. La pétition qu’ils lancèrent recueillit 300 signatures. Elle ventait l’humanité de ce « médecin des pauvres » toujours prêt à secourir les plus démunis, parmi lesquels de nombreux réfractaires.

170Indirectement, par contagion, Gantois bénéficia de leur aura. Après tout, lui aussi pouvait se targuer d’une vie privée et sacerdotale irréprochable, à laquelle nombre de notables avaient rendu hommage. Surtout, il n’avait pas de sang sur les mains, il n’avait dénoncé personne, il n’avait rien de commun avec les nervis du VVF qui avaient comploté contre lui. Pour beaucoup, le châtiment réclamé par le ministère public semblait disproportionné par rapport à la faute.

BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE

Sur Jean-Marie Gantois et le Vlaamsch Verbond Von Frankrijk, de l’avant-guerre à la libération

171- Éric De Foort, « Jean-Marie Gantois dans le mouvement flamand en France », dans Christian Gras Régions et régionalisations en France de 1877 à nos jours, PUF, Paris 1977.

172- Éric De Foort, « Aspects idéologiques d’une collaboration nationaliste, le cas de la collaboration flamigante et une démarche flamigante auprès d’Hitler (démonstration magistrale de la réalité de la lettre de Gantois au Führer) », Colloque L’occupation en France et en Belgique, dans Revue du Nord, tome 2, 1988.

173- Éric De Foort, Une châtelaine flamande, Marie-Thérèse Le Boucq de Ternas (1873-1961), éditions du Westhoek, 1985, 192 p.

Sur les relations de Jean-Marie Gantois avec les mouvements flamingants de Belgique

174- Willem C.M. Meyers, « Les collaborateurs flamands de France et leurs contacts avec les milieux flamingants belges », dans Revue du Nord, avril-juin 1978, n° 237.

175- À titre de comparaison : Sur la collaboration en Flandre belge et sa répression après la guerre : « Collaboration et répression, un passé qui résiste » ouvrage collectif de José Gotovitch et Chantal Kestellot.

176- Communications de : Bruno Wever, La collaboration en Flandre Marnix Beyen. Comment s’est formée l’image de l’occupation et de la répression en Flandre 1945-2000. Éditions Labor, Tournai 2000.

Sur la presse

177- Florence Traullé, « La vie du Nord », journal régionaliste sous l’occupation allemande pendant la seconde guerre mondiale, Mémoire d’histoire DES 1984, Excellent…

Sur l’abbé J.M. Gantois, de son emprisonnement à sa mort (septembre 1944 - 28 mai 1968)

178- Éric Deffort, « Le testament spirituel de Jean-Marie Gantois », Annales des Pays-Bas Français, 1970.

179- Florence Lartiseau, Blanche Leroy, « Le procès Gantois dans la presse du Nord », DES Info-com 1991 (Un exemplaire est déposé aux archives du Musée de la Résistance du Fort de Bondues).

180- Claude Engelaere, « Le mouvement flamand en France, de la libération au ‘Renouveau’ des années 70 », (fondamental), Université de Lille 3 (Un exemplaire est déposé aux archives du musée de la résistance au Fort de Bondues).

181- Christian-Pierre Thillebaert, Mysticisme et onirisme politique de l’abbé J.M. Gantois, Mémoire, Lille Octobre 2001 (Un exemplaire conservé au musée de la résistance du Fort de Bondues).

182- Christian-Pierre Thillebaert, L’abbé Jean-Marie Gantois, un prêtre égaré en politique ; étude d’un entrepreneur totalitaire, Université Lille 3, ANRT, 2009.

ARCHIVES – SOURCES PRINCIPALES

La question flamande en France

183Les activités des mouvements collaborateurs flamingants de France et de Belgique (VWF et VNV) quand elles sont abordées dans les rapports généraux des administrations militaires de Bruxelles et de Lille, le sont dans la partie politique des dits rapports (partie A) dans la rubrique « Volksturm ».

184Ainsi des rapports de la MV de l’OFK 670 :

185- AN – Aj40/448 rapports mensuels 1940-1941.

186- Aj 40/368 rapports trimestriels (octobre 1942-décembre 1943).

187- CEGES BA 22912 rapports trimestriels (janvier-juin 1944).

188- Des rapports mensuels de synthèse de la MV du Militärbefehlshaber.

189- Centre d’études « Guerres et Société » Bruxelles (CEGES).

190- Microfilms, série T501_104 à 106 (voir en particulier le bilan annuel juin 40-41).

191- T501_104 - 742 – 745 ou AN : Aj 40/71-A . 53 – 55.

Sur les memoranda de l’abbé Gantois et du Docteur Blanckaert (11, 18 et 23 juin 1940)

192Sur les commentaires qu’ils inspirent, sur les relations de l’ABWEHR et de l’OFK 670 avec Gantois et plus généralement sur la période cruciale de juin à décembre 1940, qui voit la relance du VVF et l’engagement progressif de son chef.

193- AN : Aj40/12 5 et suivants…

Sur les craintes qu’inspirent aux autorités françaises les menées séparatistes du Vlaamsch Verbond

  1. Les dossiers de la Direction des services de l’armistice : AN. Aj41/68 et 342.

  2. Les dossiers du Ministère des Affaires Étrangères.

194Il revenait en effet à ce ministère de préparer les négociations du traité de paix avec le Reich victorieux et en conséquence de percer le secret des intentions allemandes sur la « zone rattachée ».

195Cette seconde tâche incombait principalement à deux de ses services : le bureau d’études Jean Chauvel (série 169 à 29, 12 à 17) et le bureau Sarien (bobine 165/119, 228) – Celui-ci est très important puisqu’il avait la charge des questions frontalières du Nord.

196Parmi les dossiers, on trouve des compte-rendus de la presse allemande et belge, des transcriptions des émissions de Radio Bruxelles, des confidences de dignitaires comme Carlo Schmid, des analyses des articles tendancieux du « Lion de Flandre » et plus généralement les doubles des rapports de la D.S.A, du Préfet Carles, du commissariat spécial de Lille ou tout bonnement des notables du Nord sur les mesures séparatistes en « zone rattachée ».

Ce sont en effet les archives départementales du Nord qui possèdent le plus de pièces sur le V.V.F

  • 22 Une crise analogue secoue le VNV de Belgique et le mouvement nationaliste de Musser aux Pays-Bas.

197Sur sa vie interne, sa presse, son évolution, ses relations avec les autorités occupantes, ses liaisons avec les flamingants belges, ses discordes qui aboutirent en 1943, au départ des extrémistes et à la création de la « Ligue des droits du Nord ».22

198Ces informations, le chercheur les trouvera moins dans la série « M, Cabinet du Préfet, sinon sous une forme synthétique, que dans les rapports de base de la série Continue IW.

199Signalons à titre indicatif :

200- sur les activités diverses du VVF (enquêtes des R.G., compte-rendu d’incidents : IW 406, 1216, 1246, 1292 à propos des écoles flamandes dans le Nord, 1294).

201- sur la presse IW 817-823, la Vie du Nord (2693 et 4026), le Lion de Flandre (4525), sur l’évolution des tirages et des invendus (messageries Hachette IW 4030).

202- sur la jeunesse de Flandre du Sud (de Jong-Zuid Vlaamsch, IW 4521).

203- sur la « Ligue des droits du Nord » et le Comité de vigilance antiterroriste IW 1295, 2032, 2036.

Les archives départementales du Nord détiennent aussi, sous les côtes 4029 et 4030, des documents allemands

204Ils lui furent remis en septembre 1944 par les organisations résistantes qui les avaient saisis au siège du VVF, rue de l’Hôpital militaire et dans les locaux que la Propaganda Staffel partageait avec le Front Buch Handlung sur la Grand’place de Lille.

205Il s’agissait dans le premier cas, d’un lot important d’articles et de brochures de nature idéologique, envoyés par le « Kulturdienst du Militärbefelshaber » de Belgique et dans le second cas, de la correspondance de J.-M. Gantois avec les autorités de l’OFK et des échanges épistolaires assez aigres entre la PRO/STA lilloise et ses supérieurs hiérarchiques de Bruxelles, à propos des incartades, de langage et d’écriture du cher abbé susceptibles d’alarmer inutilement Vichy et une population déjà trop encline à écouter Radio Londres.

206Parmi les sujets évoqués : l’appartenance raciale du peuple flamand à la partie germanique. Ces publications du Kulturdienst voisinaient avec celles éditées par le VVF. L’une d’entre elles s’intitule « la francisque ou l’art d’accommoder les restes ». Elle démontre que ce symbole choisi par l’État français ne représente pas une arme franque, mais le « bipenne égésiastique », chef d’œuvre d’attentisme et d’ambiguïté, applaudi dans les loges et les ghettos, révélateur de la décadence d’une nation incapable depuis 1789, de se doter d’un emblème valable, d’un chant national, d’un drapeau véritable.

Concernant le procès des membres du VVF

207Les archives départementales du Nord ont rassemblé dans une seule série IW 4023 à 4030, tous les documents utilisés par le ministère public, pour construire ses actes d’accusation et dresser des réquisitoires.

208En revanche, la série U Justice, à part l’énonciation des verdicts, contient peu de choses (505 U 576).

209Si l’on s’interroge sur le rôle de la conjoncture, sur la façon dont l’état de l’esprit public, le poids des pressions politiques, ont pu influer sur la teneur des débats et le dénouement du procès, on se reportera aux rapports des renseignements généraux du Nord et du Pas-de-Calais.

210- ADN 1945-46, IW 37118, 38329, 38346.

211- AD Pas-de-Calais, 1945-46 – 1Z 1750, SC 8145.

Pour tout ce qui intéresse les relations de l’abbé Gantois avec son évêque et plus largement avec l’institution ecclésiale pendant et après la guerre, le recours aux archives diocésaines est indispensable

212Elles possèdent un fond « Liénart» et son répertoire pour la période de 1939-45 indique les séries suivantes :

213- 8M1 Deuxième guerre mondiale.

214- 8M7 Relations avec les autorités occupantes.

215- 9M01 Vlaamsch Verbond.

216- 9M02 Abbé Gantois.

217Parmi les liasses en dépôt, se trouve la correspondance du cardinal Liénart en 1945, avec l’avocat de l’abbé Gantois dans laquelle l’évêque revient sur le déroulement de son entrevue avec l’inculpé en novembre 1940, épisode célèbre, sujet à de douloureuses controverses, une des pièces maîtresses de l’accusation (Aj 117/140 selon les côtes de l’ancien classement.).

GLOSSAIRE ET ABREVIATIONS

218ADN : Archives du Nord

219ADP de C : Archives Départementales du Pas-de-Calais

220ADI : Archives Diocésaines

221CÉGÉS : Centre d’Études Guerres et Sociétés – Bruxelles

222DFA : Délégation Française à la Commission d’Armistice

223DSA : Direction des Services de l’Armistice

224MBB : Militärbefehshaber in Belgium und Nord Frankreich (Commandement militaire en Belgique et dans le Nord de la France)

225MBM : Militärbefehlshaber in Frankreich (Commandement militaire en France)

226MV : Militärverwaltung, administration militaire

227OFK 670 : Oberfeldkommandantur, structure du commandement à l’échelon régional du Nord-Pas-de-Calais. Dispose d’une grande autonomie de pouvoir.

228Se compose de deux États-Majors, l’un militaire (le Kommandostab), l’autre administratif (le Militärverwartung Stab)

229PCF : Parti Communiste Français

230PPF : Parti Populaire Français

231Pro/Ab : Propaganda Abteilung, département de la propagande (à l’échelon du MBB)

232Pro/Sta : Propaganda Staffel, section de propagande (à l’échelon de l’OFK, subordonnée à la Pro/Ab)

233R.I.C : Résistance d’inspiration chrétienne

234Verdinaso : (Verbond dan Dietsche Nationaal-solidaristen) Groupement des solidaristes nationaux Thiois. Fondé en 1931 par Joris Van Severen, d’abord anti-belgiciste, partisan d’un pays « Thiois » englobant les Flandres et les Pays-Bas, puis converti à l’idée d’un « État Bourguignon » réunissant Belgique, Pays-Bas, France du Nord, Luxembourg.

235Son chef Van Severen, emprisonné le 10 mai 1940, emmené avec d’autres détenus jusqu’à Abbeville où il fut tué par ses gardiens, des militaires Français, dans un moment de panique. Sa tombe fut un lieu de pèlerinage.

236De Vlag : Deutsch-Vlämisch Arbeitgemein schaft. Groupe d’études germano-flamand créé en 1936, contrôlé par la S.S. dès 1941, il défend l’idée d’un grand Reich germanique dans lequel s’intégreraient les Flandres belgo-françaises. Mouvement extrémiste, rival du VNV avec lequel Gantois eut des contacts.

237VVF : Vlaamsch Verbond Van Frankrijk (ligue flamande de France)

238VNV : Vlaamsch Nationaal Verbond (ligue nationale Flamande) fondée en 1933 dont le chef était Staf Declercq, décédé en 1941 et remplacé par Henri Élias. Gantois et Declercq étaient amis. Ils eurent près des autorités occupantes une action concertée (à propos des écoles flamandes, en France notamment)

239ZVJ : Zuid-Vlaamsch Jeugd (Jeunesse de la Flandre du Sud).

Notes

1 Darondel ou Darondelle les deux orthographes se retrouvent dans les divers documents.

2 Cf l’ouvrage de Claude Engelaer (op. cit.) dont cette chronologie s’est inspirée.

3 « Nous avions estimé en l’été de 1940, comme nous l’avions toujours estimé auparavant, qu’une seule attitude est condamnable, celle du négativisme, du passivisme, de l’abstentéisme… Et nous avions, une fois pour toutes, décidé que nous serions toujours et partout du nombre des présents… Nous n’ignorions pas les périls attachés à cette position et nous avions tenu compte de ce que l’acoustique propre à des temps aussi troublés risquerait d’apporter à notre voix… », Le Lion de Flandre, juin 1944

4 L’abbé Caquant un moment secrétaire, arrêté puis mis en liberté provisoire, s’enfuit en Belgique, condamné par contumace.

5 Ce mémoire fut effectivement remis au commandement britannique lequel le transmit au commissaire de la République.

6 Le testament spirituel de l’abbé Gantois est reproduit inextenso dans la thèse de C.P. Ghillebaert (op. cit).

7 Émile Coliche, membre des RIC confiait que lui et ses amis s’étaient demandé s’ils ne devaient pas « descendre ». Gantois à l’instar des résistants bretons qui avaient descendu l’abbé Perrot (confidence à l’auteur). Les communistes à l’inverse avaient tendance ‘’au début’’ à considérer le VVF comme un mouvement passéiste et désincarné.

8 Éric Defoort, Revue du Nord, 1988 (op. cit).

9 Monseigneur Guerry avait répliqué dans la Croix du Nord. Mais plutôt que poursuivre la polémique, le Cardinal Liénart, préconisa, en attendant la parution du livre de l’archevêque, sorti en 1947 (L’église catholique en France sous l’occupation) la tactique du silence. Cf. Alain Cherrier, Yves-Marie Hilaire, « l’épiscopat français a-t-il collaboré ? Les rebondissements d’une polémique et la genèse du livre de Monseigneur Guerry », Revue du Nord, juin 1978.

10 Au lieu de 16, deux des inculpés étant en fuite (Cauvin, Vandenbussche).

11 (Le bâti) de l’accusation n’est qu’un « fragile échafaudage »…, Gantois n’a aucune peine « à réfuter point par point les charges portées contre lui »…. les jeunes accusés sont « sans histoire ».

12 « On a fouillé sa maison sans succès et terrorisé sa vieille mère ».

13 Émile Coliche, ancien des RIC, très engagé dans les débuts de la démocratie chrétienne dans le Nord déclarait en 1978 : « À sa naissance, le MRP ne se voulait pas confessionnel. Pourtant l’hypothèque cléricale plana toujours sur cette organisation, très probablement à cause de son électorat » (dans Émile Coliche, brochure d’André Caudron).

14 La véhémence du Nouveau Nord allait jusqu’à regretter que les fonctionnaires et les policiers qui étaient restés sourds aux avertissements du Comité flamand de France ne soient pas jugés aux côtés de ceux qu’ils avaient laissé manœuvrer (édition du 1er janvier 1947).

15 L’arrêt de la Cour de Cassation parvint au tribunal le vendredi 13 décembre. Il donnait tort aux requérants.

16 Voir glossaire.

17 August Borms, nationaliste flamand de Belgique, déjà condamné en 1919 pour son activisme pendant la première occupation. Très engagé pendant la seconde pour un soutien actif au Vlaamsch Verbond Van Frankrijk et pour la création d’écoles flamandes en Flandre française. Fonda en ce but la commission Zannekin. Fusillé en 1946 (Cf. article du W.C Meyers, dans Revue du Nord, janvier 1978, op. cit).

18 Cyriel Vershaeve (1874-1949), prêtre, d’abord attiré par le Verdinaso, épouse ensuite l’idéologie nazie. En novembre 1940, placé par l’administration allemande à la tête d’un conseil culturel flamand. Été 1941, apporte son soutien entier à l’envoi d’une légion flamande en Russie.1944 rencontre Himmler, admet l’annexion de la Flandre au Reich. Se réfugie en 1945, meurt en 1949.

19 Rien de plus exact puisque c’est le Docteur Erfurt qui l’avait traduite et corrigée (Cf. biographie de l’abbé Gantois).

20 Maître Marchal utilise ici un procédé qu’il reprendra plusieurs fois, celui de présenter un incident comme un fait habituel. En mars 1944, l’abbé Gantois avait demandé aux PTT une deuxième ligne téléphonique. Les PTT ayant refusé, au motif qu’une telle faveur était accordée si elle servait l’intérêt général, Gantois fit appel à l’OFK… Qui le débouta.

21 Pour Woestland, le jury s’était même montré plus sévère que le ministère public qui avait seulement réclamé une peine d’indignité nationale. Sans doute parce qu’on avait trouvé de lui dans la revue Jeunes de Flandre, des lignes à consonance antisémite.

22 Une crise analogue secoue le VNV de Belgique et le mouvement nationaliste de Musser aux Pays-Bas.

Table des illustrations

Titre Annexe 1a. Article du 2 novembre 1944
Crédits La Voix du Nord
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Annexe 1b. Article du 5 novembre 1944
Crédits La Voix du Nord
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/595/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/595/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 317k

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr