Version classiqueVersion mobile

Histoire d'objets extra-européens : collecte, appropriation, médiation

 | 
Thomas Beaufils
, 
Chang Ming Peng

La Mort et son numéro d’inventaire. Quelques réflexions autour des crânes humains en collections muséales

Julien Volper

Résumé

Depuis quelques années déjà, de nombreuses études et colloques se sont consacrés à la place qu’ont eu, ont et auront les restes humains conservés dans les collections muséales. Par le biais d’exemples précis, cet article se focalise plus particulièrement sur la question des crânes d’Africains et d’Européens présents dans des institutions africaines et européennes. L’article s’articule autour de l’établissement de différentes catégories muséales permettant de distinguer les spécimens de crânes selon leur usage/intérêt scientifique.

Texte intégral

  • 1 Vingt années plus tôt, en 1979, une autre exposition intitulée Les rites de la mort se tint au Musé (...)

1Il y a maintenant vingt ans de cela se tint à Paris une exposition dont le titre, La Mort n’en saura rien, sonnait comme un hommage à un poème d’Apollinaire. J’ai eu la chance de visiter cette exposition brillante du commissaire Yves Le Fur au désormais défunt Musée National des Arts d’Afrique et d’Océanie (MAAO) vers la fin de l’année 1999 ou le début de l’année 2000… ma mémoire se perd ici un peu. En revanche, le jeune étudiant en histoire de l’art que j’étais se souvient parfaitement de l’impression que me produisit le reliquaire de saint Pancrace de l’église paroissiale de Wil (Suisse) exposé en cette occasion (fig. 1). Il est, de fait, assez difficile d’oublier ce squelette en armure à la digne gestuelle lorsqu’on l’a vu ne serait-ce qu’une fois. Il en est de même pour les rambaramp, ces mannequins funéraires du Vanuatu que surmontent un crâne humain surmodelé dont deux, ou ne serait-ce trois (?), exemplaires furent également présents. Pour moi, comme pour de nombreux visiteurs j’imagine, c’était véritablement la première fois qu’il était donné de découvrir de telles œuvres ; lesquelles servaient la très audacieuse thématique générale de l’exposition que l’on peut résumer brièvement comme une confrontation/comparaison entre les « rites des os » existant en Europe et en Océanie. Crânes d’ancêtres et crânes de saints, crânes d’ennemis et crânes d’ossuaire permettaient d’évoquer le rapport complexe qu’entretiennent les peuples des différentes cultures de ces deux parties du monde avec la Mort1. Le catalogue, aujourd’hui difficile à trouver, abordait dans ses différents chapitres aussi bien les chasses aux têtes en Nouvelle-Guinée que la fonction et l’histoire de reliquaires catholiques. D’autres textes, comme ceux d’Yves le Fur ou de Marine Degli, s’intéressaient plutôt aux regards portés sur le corps de l’Autre ; ce qui incluait les collectes de crânes et la place que jouèrent ces trophées venus d’au-delà les océans dans l’imaginaire populaire occidental.

Fig. 1 – Couverture du catalogue de l’exposition La mort n’en saura rien sur laquelle figure le reliquaire de Saint Pancrace de l’Église paroissiale de Wil réalisé au xviiie siècle par l’orfèvre Joseph A. Seethaler.

  • 2 Yves Le Fur (éd.), La mort n’en saura rien, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1999, p. 22.

2Un autre auteur, Jean-Hubert Martin, alors directeur du MAAO, proposait d’intéressantes réflexions sur la place de ces « objets » si particuliers dans les musées que résume assez bien la phrase suivante : « Organiser une exposition de crânes appartenant à des collections occidentales ne relève pas d’une conscience provocatrice, mais d’une réelle interrogation sur le rôle du musée et sur ses relations avec les sociétés concernées. Le sanctuaire des valeurs laïques et républicaines peut-il, au nom des droits de l’Homme, se transformer en sanctuaire religieux ? »2. Plus loin, le même auteur évoquait, déjà, le cas des restitutions des restes humains ainsi que la gêne ressentie par des peuples lorsque les restes mortels de leurs ascendants étaient présentés dans des expositions. J-H. Martin parlait alors des Maori qui avaient obtenu le retrait d’une tête momifiée lors d’une vente aux enchères et auprès de qui le MAAO s’était engagé à ne pas exposer de moko mokai afin de ne pas heurter croyances et susceptibilités.

  • 3 Yves-Bernard Debie, « Restitution des têtes maories : une décision critiquable ? », Tribal Art, n°  (...)

3Quelques années plus tard, la question du rôle des crânes dans les musées quitta le champ philosophique et ethnographique pour prendre une tournure politique. Le 4 mai 2010, un projet de loi porté par la sénatrice Catherine Morin-Desailly était adopté et enlevait aux musées français la totalité des moko mokai en leur possession pour les retourner à la Nouvelle-Zélande. À cette époque, peu de personnes surent pointer avec intelligence le danger d’un tel développement juridique basé moins sur l’histoire que sur l’éthique et la morale 3.

4Dans la deuxième décennie du 21e siècle, il fut également vain de rechercher une exposition dans un musée national français présentant un corpus semblable à celui de La Mort n’en saura rien. À ma connaissance, le seul évènement à la thématique passablement similaire avait pour nom Golgotha : The Cult of Skulls qui se tint durant Le Parcours des Mondes en 2015… mais il s’agissait là d’une exposition organisée par Martin Doustar dans une galerie d’art. Pour autant, les crânes n’ont pas tous disparu des musées, loin de là. Quelques-uns restèrent en vitrine alors que d’autres furent astreints à résidence, en réserve, pour être pudiquement mis à l’abri des regards. C’est de ces crânes rescapés et discrets dont nous allons parler maintenant.

Il y a crâne et crâne

5La première chose qu’il faut préciser lorsque l’on aborde ces reliques humaines conservées en collections publiques est qu’elles ne relèvent pas d’un ensemble homogène. Ainsi, tous les crânes n’ont pas servi de support aux mêmes études, ne racontent pas la même histoire. De notre point de vue, les crânes que nous allons présenter tout au long de ce travail peuvent se classer en trois catégories muséales : médico-anthropologique, ethnographique, historique. Les crânes relevant de la première catégorie concernent des exemplaires qui furent réunis en collection pour servir la recherche médicale. Par exemple, il peut s’agir de crânes présentant certaines malformations, certaines traces/cicatrices d’opérations chirurgicales ou de blessures, ou bien encore affichant des lésions caractéristiques de certaines maladies. Toutefois, nous croyons aussi utile de rattacher à cette première catégorie les crânes utilisés comme matériel à même de satisfaire les besoins propres de l’anthropologie physique. En effet, dans la deuxième moitié du xixe siècle, cette discipline en vogue dans divers pays européens, s’intéressa particulièrement aux supposées différentes « races humaines » et à leurs classifications.

  • 4 Alice Conklin, « Des crânes en vitrine : antiracisme, racisme & science raciale », dans Exposer l’h (...)
  • 5 L’anthropologie physique existe encore de nos jours. Toutefois, ses axes de recherches n’ont plus r (...)

6Le rôle important que joua la craniométrie dans ces recherches désormais considérées comme aussi obsolètes qu’erronées explique néanmoins aisément pourquoi de nombreux crânes de tous les coins du globe rejoignirent des collections muséales et/ou des instituts scientifiques à cette période. Parfois, ces collections de crânes du xixe siècle trouvèrent encore une place dans les salles muséales au xxe siècle. Ce fut le cas au Musée de l’Homme où se trouvait, à la fin des années 1930, une galerie d’anthropologie dans laquelle des crânes figuraient (fig. 2). Conçues par Paul Rivet, l’un des fondateurs de l’éphémère revue Races et Racisme, les salles de cette nouvelle institution parisienne devait présenter au visiteur une position progressiste de l’anthropologie à même de s’opposer aux théories racistes portées par des chercheurs tels que George Montandon4. Bien qu’héritier des classifications humaines du passé durablement implantées dans le paysage scientifique français, Paul Rivet souhaitait démontrer l’absurdité du concept de la pureté raciale et, dans la lignée de Durkheim, réfutait les liens dangereux que certains tressaient entre civilisation/culture et race5

Fig. 2 – La Vitrine 13 de la galerie d’Anthropologie du Musée de l’Homme notamment dévolue aux déformations crâniennes (1939). N°inv. PP0001596

Photo Hugo Paul Herdeg © musée du quai Branly-Jacques Chirac, Dist. RMN-Grand Palais / Image musée du quai Branly-Jacques Chirac

7Les exemplaires de la deuxième catégorie dite ethnographique sont d’un genre très différent. Leur acquisition/collecte vise avant tout à témoigner de pratiques culturelles et cultuelles accordant une place importante aux crânes humains. Entrent, par exemple, dans cette catégorie les crânes s’inscrivant dans un culte des reliques ou des ancêtres, ceux qui se rattachent à des pratiques martiales ou bien encore ceux qui attestent de l’usage d’ossements humains comme composant de charmes magiques. Une autre chose que l’on peut dire sur cette deuxième catégorie, et qui la distingue de la première, est que, pour les exemplaires ethnographiques, la séparation de la tête du reste du corps ne relève pas tant du besoin scientifique que de la pratique culturelle auquel le crâne se rattache.

8Si l’on aborde maintenant la dernière catégorie, nous pouvons dire que le critère principal ne concerne pas tant la fonction rituelle d’un crâne, qu’il n’a d’ailleurs pas forcément, mais bien la possibilité d’attribuer un nom et une biographie, fut-elle sommaire, à son défunt propriétaire. On peut néanmoins intégrer à cette catégorie des crânes anonymes pour peu qu’on puisse les rattacher à des évènements relativement bien documentés et marquants pour le peuple de la personne ayant « fourni » le crâne et/ou pour le peuple le possédant actuellement. Ainsi, une « tête trophée » acquise lors d’une bataille bien connue et déterminante dans l’histoire d’une chefferie ou d’un royaume peut tout à fait relever de la catégorie 3. Pour être plus clair, si les crânes de la catégorie 2 sont plutôt les témoins d’une pratique culturelle, ceux de la catégorie 3 sont avant tout les témoins d’une vie d’un individu ou d’un groupe d’individus.

9Bien entendu, les trois catégories que nous venons de brièvement présenter ne sont pas hermétiques. Certains crânes peuvent relever de plusieurs catégories ou bien, avec l’évolution de la recherche et la découverte de plus amples informations à leur sujet, passer d’une catégorie à une autre. Afin de mieux appréhender ces différents aspects, nous allons maintenant prendre des exemples précis issus de la collection muséale que nous connaissons le mieux : celle du Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC).

Illustration des catégories : le cas du MRAC

10Les quelques crânes présentés dans ce paragraphe proviennent des collections d’Ethnographie et de Biologie du MRAC. Le corpus de crânes dans ces deux collections se monte actuellement à dix-sept exemplaires provenant d’Océanie et d’Afrique. Les crânes de la catégories 1 conservés à Tervuren relèvent tous des collections de Biologie. Réduits au nombre de sept, ils étaient bien plus nombreux par le passé mais plusieurs centaines de spécimens rattachables à l’ancienne collection anatomique furent transférés dans les années 1960 à l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (IRSNB) où ils côtoient désormais les plus de 10.000 crânes d’individus d’origine européenne (principalement belge) conservés dans cette institution.

  • 6 Boma était d’ailleurs un centre important pour ce type de commerce dans le dernier quart du xixe si (...)
  • 7 Dans les années 1890, la construction du chemin de fer Matadi-Léopoldville amena aussi son hécatomb (...)

11Les trois exemplaires présentés en fig. 3 furent acquis par la Société des Amis du Musée auprès d’un certain Monsieur Huet. Ces crânes anciens furent tous trouvés au Bas-Congo durant l’année 1897. D’après quelques informations les accompagnant, il apparaît que l’exemplaire de gauche fut trouvé dans la région de Banana, au bord de l’Océan, parmi les roseaux. Celui du centre, vraisemblablement bruni par un incendie d’herbes, fut trouvé en brousse aux environs de Boma. Il est supposé être le crâne d’un porteur d’une de ces caravanes commerçantes autochtones venue de l’intérieur des terres6 et s’acheminant vers la côte à destination des factoreries européennes. Il est vrai qu’il n’était pas rare que des porteurs meurent d’épuisements durant ces trajets et que, habituellement, les chefs de caravane ne perdaient pas de temps à donner une sépulture à ces dépouilles de quasi-esclaves que l’on abandonnait donc simplement sur le bord du chemin7. Quant au dernier exemplaire, celui de droite, il provenait d’un cimetière indigène de cette même région de Boma où les corps mal enterrés affleuraient le sol… ce qui facilita le prélèvement. Nous nous permettons ici d’ouvrir une parenthèse en faisant remarquer que les modes d’acquisition de ces trois crânes africains ne sont guère différents de ce qui se pratiquait en Europe dans le but de fournir aux collections anthropologiques des spécimens de « races blanches ».

Fig. 3 – Trois crânes des collections de Biologie du MRAC

Photo : J. Volper. Copyright MRAC

12Dans la deuxième moitié du xixe siècle, les morts anonymes, les sans-familles des morgues, des hospices et des hôpitaux furent de bons fournisseurs de matériel craniologique.

  • 8 Cette question d’exhumation de cadavre dans un but scientifique a donné lieu à de nombreuses réflex (...)
  • 9 M. Simonot, « Rapport de la commission des archives », Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthro (...)
  • 10 Dans la droite ligne de l’initiative de Dumoutier s’ouvrit également à Bruxelles un musée de la phr (...)
  • 11 Marc Renneville, « Un musée d’anthropologie oublié : le cabinet phrénologique de Dumoutier », Bulle (...)
  • 12 Gustaf Retzius 1876, « Sur l’étude craniologique des races humaines », Extrait des Comptes rendus d (...)

13Les enterrés n’échappaient pas non plus toujours auxdits prélèvements8. Ainsi, les tombes individuelles et les fosses communes de cimetières français et basques, dont celui de Guipuscoa, fournirent un corpus de crânes datables approximativement du xixe siècle à la Société d’Anthropologie de Paris9. Plus tôt encore, dans la première moitié du xixe siècle, la vogue de la phrénologie, couplée parfois aux intérêts portés à l’anatomie comparée, amena également son lot de crânes dans des institutions parisiennes pour beaucoup aujourd’hui disparues telles que le Musée de la Société Phrénologique (ouvert en 1836) fondé par Pierre-Marie Dumoutier10 ou bien les cabinets d’anatomie comparée de la faculté de Médecine et du Museum d’histoire Naturelle11. Plusieurs études montrent que les têtes de nombreux condamnés à mort passés par le couperet de l’abbaye de Monte-à-Regret intégrèrent les collections de ces institutions. En Europe comme ailleurs, la mise à mort par décapitation facilitait effectivement l’acquisition de têtes. J’ai ainsi souvenir d’une lettre datée de 1882 écrite par Paul Reichard à Gondo/Ganda (Tanzanie) conservée dans les archives de l’Ethnologisches Museum de Berlin dans laquelle l’explorateur allemand réfléchissait à la possibilité d’acquérir pour la science les têtes de personnes condamnées à mort par décollation selon les lois locales. On peut donc ici parler de collectes d’opportunité. En revanche, je ne connais personnellement aucun cas de personnes ayant été tuées par des Européens pour le simple motif que leurs crânes étaient « intéressants pour un musée ». Comme le disait en son temps G. Retzius : « Mêmes les sauvages les plus infimes sont nos frères ; nous ne pouvons aller les traquer dans les bois et les abattre comme des fauves, quelle que soit la hauteur du but scientifique que nous nous proposons. C’est dès lors seulement à titre accidentel et d’une manière indirecte que les crânes… des races non européennes viennent en notre possession »12.

  • 13 Dans d’autres musées de par le monde, des crânes d’Européens, d’Africains ou d’Asiatiques sont util (...)

14Cette parenthèse étant faite, nous pouvons rapidement toucher un mot de l’utilité scientifique que peuvent avoir de nos jours les crânes de la fig. 3 au sein du musée de Tervuren. Elle est en fait assez limitée et concerne surtout d’éventuelles études et démonstrations comparatives entre crânes d’Homo sapiens et crânes d’autres espèces de primates… l’étude de certains de ces animaux (bonobos et chimpanzés notamment) étant particulièrement développée au MRAC13. Si les collections de Biologie fournissent sans hésitation les crânes de la catégorie 1 du MRAC, il faut se tourner vers la petite dizaine de spécimens des collections ethnographiques pour illustrer la catégorie 2.

  • 14 Julien Volper (éd.), 2018, Art sans Pareil : objets merveilleux du Musée royal de l’Afrique central (...)
  • 15 Kibawe constitue une variante probable de Kibawa qui est le nom d’un puissant esprit du Panthéon lu (...)
  • 16 L’administrateur-territorial Robert Maes, qui donna l’objet au musée en 1937, précise que cet homme (...)
  • 17 Lionel C. Ikogou-Renamy, L’or blanc : le marché occulte et illégal du corps humain à Libreville, Li (...)
  • 18 Ibid., p. 86.

15Nous pouvons ainsi évoquer un des très rares exemplaires de crânes possiblement attribuables aux Vili du Gabon (fig. 4). Presque aucune donnée précise n’existe au sujet de ces têtes rituelles surmodelées qui ont pu relever de confréries de devins comme le bwete misoko ou bien d’une société initiatique comme le mboïo14. Moins spectaculaire par son aspect, un autre exemplaire provient du Sud-Est de l’actuelle RDC (fig. 5). Avec la boule de terre agrémentée de trois cornes qui l’accompagne, ce crâne formait un dawa (charme/fétiche en swahili / nkishi en kiluba) connu sous le nom de Kibawe15. Il avait été utilisé par un « expert en magie »16 à la demande du chef du village luba de Mbidi situé sur le territoire de Kamina. L’utilisation du Kibawe devait permettre de mettre fin à un mauvais sort qui frappait la localité en faisant mourir les hommes et en rendant les champs infertiles. Du point de vue des croyances locales, le Kibawe sembla avoir rempli sa mission car le nombre de morts diminua à Mbidi. Toutefois, peu de temps après cette amélioration, un proche parent du chef tomba gravement malade. On accusa alors le praticien d’être responsable de la chose et on le força à dévoiler aux yeux de tous l’aspect de son dawa qui, pour le moment, n’avait été vu d’aucun villageois. Par la suite, les habitants de Mbidi, convaincus de la culpabilité de l’homme de magie, demandèrent un jugement ; qui fut rendu par l’administrateur-territorial Robert Maes lequel récupéra le Kibawe vraisemblablement comme pièce à conviction. Une dernière-chose peut être dite sur ce Kibawe au sujet de son mode de fabrication. Le crâne humain qui en constitue l’élément principal devait, apparemment, être celui d’une personne morte depuis plusieurs années. Une profanation de tombe devait donc bien faire partie intégrante du processus de fabrication du dawa. Ce type de pratique n’est pas spécifique au Kibawe et fut constatée en d’autres cultures et d’autres pays… et ce même à une date assez récente. L’une des bonnes sources universitaires sur ce sujet très particulier est le mémoire de DEA en anthropologie d’un étudiant gabonais : Lionel C. Ikogou-Renamy. Ce dernier, lors de ses enquêtes de terrain menées à Libreville durant la première décennie du xxie siècle, s’intéressa au trafic de ce que l’on appelle dans l’argot du cru « les pièces détachées » ou « l’or blanc », c’est-à-dire les ossements humains. Une pratique certes illégale au regard de la loi gabonaise actuelle, mais peu, voire pas, inquiétée par la justice. Une grande partie de ces reliques humaines prises nuitamment dans les tombes servent à la confection de charmes puissants destinés, dit-on, à une élite politique17. Ceci est d’ailleurs bien relaté par des informateurs de L. C. Ikogou-Renamy dont certains sont des pilleurs repentis comme le désigné monsieur M. D. qui avoua la chose suivante au chercheur en 2008 : « La profanation des tombes pour moi, c’est pénétrer sans autorisation dans le cimetière, surtout la nuit pour faire le travail pour lequel on te paie très bien, c’est-à-dire aller récupérer les os, surtout le crâne ou ce que l’on appelle sur le réseau et ce que les grands féticheurs du pays appellent articles ou ingrédients et qui sont utiles pour les grands hommes du pays »18.

Fig. 4 – Crâne surmodelé des collections d’Ethnographie du MRAC. N°inv. EO.1980.27.3

Photo : J. Volper. Copyright MRAC

Fig. 5 – Fétiche Kibawe des collections d’Ethnographie du MRAC. Le trou de l’os occipital du crâne est comblé par une corne chargée. N°inv. EO.0.0.37722

Photo : J. Volper. Copyright MRAC

  • 19 L’akokoto (appelée aussi etambo) est une hutte de taille modeste tenant lieu de temple/sanctuaire p (...)
  • 20 Ces crânes étaient consultés en diverses occasions : épidémies, décès réguliers dans un village, av (...)
  • 21 Le doute concernait le crâne du soma Muengo Νjamba (dernier quart du xixe siècle), un despote cruel (...)
  • 22 Le kambata était un dignitaire en charge, entre autres-choses, de couper et de préparer la tête du (...)

16Un autre crâne de la catégorie 2 du musée de Tervuren relevait initialement des collections des Musées royaux d’Art et d’Histoire avant d’être transféré au MRAC en 1967. Ce spécimen (fig. 6) fut acquis par Robert Verly dans les années 1940 en territoire ovimbundu dans le village de Kibula (région de Balombo / Angola). Décrit sur la fiche technique du musée comme étant un crâne de chef conservé dans son coffret, cet ensemble fut présenté dans un article de R. Verly. Ce dernier avait pu en effet voir les crânes cheffaux décharnés ou momifiés conservés dans ce que l’on appelle l’akokoto19 du village de Kibula. Ce privilège lui fut accordé en présence du Kesongo, c’est-à-dire le « 1er ministre » du soma (chef) qui entretient un lien de parenté avec lui, et d’un ocimbanda (devin tradi-praticien) probablement attaché à la personne du soma. R. Verly décrit de manière détaillée la question des rites existant autour de ces reliques chez les Ovimbundu et se livre par ailleurs à d’intéressantes comparaisons avec ceux qui accompagnent les momies de chefs chez les Kimbundu. En revanche, il ne fournit aucune information sur la manière dont il put acquérir une si précieuse relique20 ; ni sur le nom et l’histoire du défunt soma auquel appartenait le crâne. Ce que l’on connaît du tempérament de Robert Verly couplé au fait qu’il était à ce moment un chercheur belge isolé œuvrant dans une colonie ne dépendant pas de sa nation (donc sans réel soutien administratif) me laisse entendre qu’il n’usa pas de force ou de menace pour acquérir cette pièce. Une des hypothèses qui me semble la plus plausible est qu’on lui ait donné ou vendu un crâne d’un dirigeant honni/ peu légitimé ou bien un crâne pour lequel il y avait une hésitation sur le fait qu’il s’agisse bien de celui d’un soma. Le chercheur Alfred Hauenstein, qui s’est intéressé au système de pouvoir chez d’autres groupes ovimbundu, donne d’ailleurs un exemple concret de ce type de doute identificatoire pour l’etambo/akokoto de Caluquembe21. La seule chose que l’on puisse ajouter sur ce crâne de la fig. 6 est qu’il semble bien avoir subi des libations du type de celles qu’effectuait le kambata22 sur les reliques de l’akokoto en diverses occasions. Par ailleurs, le fait qu’il s’agisse d’un crâne décharné et non momifié me fait dire qu’il s’agit de celui d’un mort relativement récent. D’après Robert Verly, les crânes décharnés se firent plus fréquents dans la zone de Kibula à partir du moment où les missions religieuses et les autorités coloniales obligèrent à abandonner les rites funéraires traditionnels et à adopter les enterrements chrétiens…ce qui amena les Ovimbundu à déterrer discrètement les crânes des soma quelques années plus tard afin de leur faire intégrer l’akokoto.

Fig. 6 – Crâne, tissu blanc et coffret provenant d’Angola. N°inv. EO.1967.63.2153

Collections d’Ethnographie du MRAC. Photo : J. Volper. Copyright MRAC

17On comprendra que les crânes des fig. 5 et fig. 6 pourraient potentiellement relever tout autant de la catégorie 2 que de la catégorie 3 si des renseignements complémentaires étaient connus à leur sujet. Dans le cadre de celui de la fig. 5, il serait en théorie intéressant de savoir si la période de disette et d’épidémie qui avait nécessité l’intervention du dawa Kibawe a suffisamment marqué les mémoires dans la région… ce qui est loin d’être certain. Dans le cas de celui de la fig. 6, le point important pour une véritable ouverture vers la catégorie 3 serait bien entendu de connaître le nom et la vie du soma concerné. En l’absence de ces informations historiques, le crâne de la fig. 6 demeure un exemplaire de la catégorie 2. On peut maintenant se demander s’il existe des spécimens de crânes conservés ou ayant été conservés au MRAC que l’on peut indubitablement rattacher à la catégorie 3. À cela on peut répondre au moins trois fois par l’affirmative comme nous allons le voir dans le paragraphe suivant.

Les crânes d’Émile Storms

  • 23 Julien Volper, « À propos de sculptures & de crânes : les collectes d’Émile Storms », Tribal Art, V (...)

18En 1935, une certaine Madame Storms faisait don au musée de Tervuren de trois crânes humains. Ces spécimens avaient été acquis par son défunt mari, l’officier Émile Storms, lequel fut en charge de la quatrième mission d’exploration mise en place par l’A.I.A (Association Internationale Africaine). Surnommé « l’Empereur du Tanganyika », Storms s’allia mais aussi s’opposa à différents potentats locaux de la région anciennement dite du Marungu dans les années 1880. Les crânes du don Storms qui nous concernent ici (fig. 7) sont ceux de trois de ces seigneurs locaux qui s’opposèrent au conquérant belge : Lusinga, Maribou/Malibu et Mpampa. Lusinga était un puissant chef des « Watombwa » (Tumbwe) contrôlant une part importante du commerce des esclaves dans le Marungu. Ennemi déclaré de Storms, il fut vaincu, tué et décapité le 4 décembre 1884. Maribou était lui aussi un dirigeant du Marungu… ce qui n’était pas le cas du prince Mpampa du village d’Uriro. Ce dernier était situé dans la région/province d’Itawa située au Sud du Marungu. Mpampa était très probablement d’origine bemba-tabwa. Les crânes de Maribou et de Mpampa furent apportés à Storms par ses hommes le 18 avril 1885. J’ai déjà abordé dans un autre article les raisons qui poussèrent l’officier belge à se saisir de ces trois trophées et j’y renvoie donc pour plus de détails23.

Fig. 7 – Dessins des crânes des chefs Lusinga, Malibu/Maribou et Mpampa

In Houzé 1886, pl. I

  • 24 La monstration de la tête de Rabah prit également une forme journalistique en 1901 (fig. 8). Pour a (...)

19À bien des égards, l’histoire des crânes de Storms s’apparente à celle du Sultan du Bornou et potentat esclavagiste Rabah tué par les Français le 22 avril 1900 et dont le crâne fut ramené en Europe à l’initiative de l’officier Émile Gentil. Ce crâne est actuellement conservé au Musée de l’Homme24 (fig. 10).

Fig. 8 – Première page du journal L’Illustration du 9 mars 1901. La gravure réalisée d’après photo est intitulée sobrement « La tête de Rabah »

Fig. 9 – Photo des têtes coupées des quatre membres de la bande des frères Pollet prise à l’hôpital de Béthune. Ce cliché fut publié en première page du quotidien Le Journal du 12 janvier 1909. Un moulage de la tête d’Abel Pollet fut vendu aux enchères en 2010 et acheté par Le Musée La Piscine à Roubaix

Fig. 10 – Photographie du crâne de Rabah actuellement conservé au Musée de l’Homme à Paris (début du xxe siècle). N°inv. PV0060109 

© musée du quai Branly-Jacques Chirac, Dist. RMN-Grand Palais / Image musée du quai Branly-Jacques Chirac

  • 25 Daniel Foliard, « La tête de Rabah et le Crâne du Mahdi », Monde(s), n° 17, 2020, p. 115-122.

20En ce qui concerne ce « cas Rabah » Je rejoins d’ailleurs tout à fait les analyses du chercheur Daniel Foliard qui parle d’hybridation des pratiques martiales25. J’ajouterai juste que cette hybridation me semble encore plus poussée dans le cas d’Émile Storms ; probablement dû au fait que ce militaire s’est pleinement appuyé sur ses alliés locaux et sur les mercenaires ruga-ruga qu’il embaucha.

  • 26 Lancelot Arzel 2020, « Les "sanglants trophées" de la conquête », Monde(s), n° 17, 2020, p. 85-86.
  • 27 Au Congo, durant le dernier quart du xixe siècle, l’hybridation des pratiques n’était pas spécifiqu (...)
  • 28 Émile Houzé 1886, « Les tribus occidentales du lac Tanganyika », Bulletin de la Société d’anthropol (...)

21Il est vrai que, au xixe siècle, la mise en spectacle du crâne de l’ennemi était une pratique bien présente dans l’actuel Sud-Est congolais26. Des hommes comme Storms implantés parmi les populations sur une longue période comprirent, souvent bien plus que l’on ne l’imagine, les intérêts militaires, politiques, voire même religieux, que l’on pouvait retirer de l’adoption de cette sinistre pratique27. Cela étant, une fois ramenés en Belgique, les crânes de Storms connurent une gloire assez limitée. Ces trophées de guerre furent brièvement « civilisés » en s’inscrivant dans le cadre d’un exposé scientifique d’anthropologie physique qui se tint à la Société d’Anthropologie de Bruxelles en 188628. Ils tombèrent ensuite dans un oubli que ne bouscula pas leur arrivée dans les collections muséales de Tervuren. Durant leur séjour au sein de l’institution Les trois exemplaires restèrent en réserve, ne furent jamais exposés et ne furent jamais vraiment non plus des pièces d’études historiques. En 1964, le crâne de Lusinga et celui de Maribou firent partie des spécimens qui quittèrent le MRAC en direction de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique. En ce qui concerne le crâne de Mpampa, on peut préciser que malgré ce qui a été parfois dit, celui-ci n’a jamais été « perdu » ou mal référencé par l’IRSNB. En fait, comme je l’ai découvert récemment, le crâne semble avoir été oublié lors du transfert et est demeuré à Tervuren…où il intégra les collections de Biologie (fig. 11). Porteur d’un nom qui n’évoquait rien pour les chercheurs des sciences naturelles et inconnu des chercheurs en sciences humaines du MRAC qui se désintéressent habituellement des collections biologiques ; le crâne de Mpampa fut, d’une certaine manière, « rétrogradé » en crâne de catégorie 1. Son identification récente permet de le réinscrire pleinement dans la catégorie 3 dévolue aux crânes historiques.

Fig. 11 – Crâne du prince Mpampa (ancien n°Inv. A.A.150)

Collections de Biologie du MRAC. Photo : J. Volper. Copyright MRAC

  • 29 Boris Wastiau, « The Violence of Collecting: Objects, Images, and People from Colonial Congo », His (...)

22De leur côté, les crânes de Lusinga et de Maribou connurent aussi une vie muséale relativement discrète dans la mesure où, comme à Tervuren, ils intégrèrent les réserves et ne furent jamais exposés. Dans les années 2000, les chercheurs du MRAC, Boris Wastiau et Maarten Couttenier29 s’intéressèrent à ces crânes, redevenus anonymes dans les collections de l’IRSNB… et les firent rentrer dans l’Histoire.

  • 30 Erwin Ackerknecht, « P. M. A. Dumoutier et la collection phrénologique du Musée de l’Homme », Bulle (...)

23Bien entendu, l’anonymat relatif et la relégation en réserve ne furent pas le lot de toutes les têtes décapitées comme en témoignent celles de certains condamnés à mort européens. Je prendrai ici l’exemple du crâne de Virgilio Malaguti, un serrurier-mécanicien italien de 22 ans qui fut jugé en France et condamné à la peine capitale avec son complice pour tentative d’assassinat et vol sur la personne d’un agent de change. Guillotiné le 24 avril 1826, un moulage de sa tête fut réalisé par P. M. Dumoutier et fut inscrit dans les collections du Musée de l’Homme30. Le crâne de Malagutti ainsi qu’un moulage intégrèrent les salles permanentes du Musée d'Anatomie Delmas-Orfila-Rouvière où ils étaient encore visibles dans les années 2000 avant le déménagement des collections vers l’Université de Montpellier (fig. 12).

Fig. 12 – Crâne et moulage de la tête (plâtre peint) de Malagutti (en haut à gauche), complice de Rata. 19e siècle, collections Delmas-Orfila-Rouvière, classées au titre des monuments historiques en 2004, faculté de médecine de l’Université de Montpellier.

Photo prise entre 2005 et 2007 au Musée Delmas-Orfila-Rouvière. Copyright Université de Montpellier

Crânes et musées africains

24Depuis maintenant quelques années, le débat sur les restes humains conservés et/ou exposés dans les collections muséales a donné lieu à de nombreux articles et colloques qui se consacrèrent surtout à ceux d’origines extra-européennes présents en Occident. Plus curieusement, on peut noter que peu de mentions furent faites de l’existence de spécimens similaires dans des musées extra-européens… et notamment africains. Dans ce paragraphe, nous allons donc faire une rapide présentation de cette réalité avec quelques exemples concrets.

  • 31 En France, les Musées d’Histoire Naturelle du Havre et de Nantes possèdent eux aussi des crânes hum (...)
  • 32 Gaëlle Beaujean, 2015, L’art de cour d’Abomey : le sens des objets, Paris, Thèse de doctorat, École (...)

25Ce tour d’horizon commence avec le Musée Historique d’Abomey (Bénin) qui expose deux objets à crânes qui relèvent conjointement des catégories 2 et 3 (fig. 13, 14). Ces deux regalia étaient la possession de Ghezo roi du Dahomey (règne de 1818 à 1858) et sont l’œuvre de deux grandes familles d’artisans que sont les Hountondji et les Metakonto31. Durant le processus de création, c’était aux Metakonto que revenait la préparation des crânes. Cette spécialité familiale de décarnation des têtes de personnes exécutées a permis de fournir une ornementation bien particulière des murs des palais appréciée par les souverains d’Abomey. Selon certaines hypothèses, les crânes visibles aux fig. 13 et 14, pourraient être ceux de dignitaires et du roi de l’empire d’Oyo (Nigéria actuel) qui furent défaits par l’armée de Ghezo en 182732.

Fig. 13 – Le « chasse-mouches » rituel so si du roi Ghezo

Photo prise en 2020 au Musée Historique d’Abomey

Fig. 14 – L’imposant trône du roi Ghezo

Photo prise en 2020 au Musée Historique d’Abomey

26Bien plus à l’Est, un autre pays possède également de telles « reliques » : le Cameroun. Il existe en effet dans la région dite des Grassfields, un ensemble de musées en relation avec d’importantes chefferies dont les collections sont fondées notamment sur ce que l’on appelle les « Choses du Palais ». Ces dernières, qui tiennent lieu de trésors cheffaux, sont composées d’objets rituels, de matériaux considérés comme précieux, d’anciens objets importés d’Europe, de prises de guerre…mais aussi de restes humains. Ainsi, le musée de la chefferie bamoum de Foumban possède trois ngwetu mun (« crâne d’homme »). L’un était celui d’un guerrier du nom d’Ankuem exécuté pour avoir tué des compagnons d’armes afin d’augmenter le nombre de ses crânes-trophées. Le second était celui du dénommé Ngüönkuön (fig. 15), un serviteur déloyal mis à mort sous le règne de Nsangu (décédé dans les années 1880). Le dernier porte la mémoire d’un homme appelé Messa, un ennemi de la puissante Reine-Mère Njapundunke que son fils Njoya, le successeur de Nsangu, fit décapiter.

Fig. 15 – Le crâne de Ngüönkuön du Musée de Foumban. Ce crâne, surmonté d’une figurine en métal affectant la forme d’un toby jug, tenait lieu de coupe cérémonielle pour le roi Nsangu

Image extraite de Geary 1984, Fig. 19

  • 33 Christraud Geary, « Les choses du palais » : Catalogue du Musée du Palais Bamoum à Foumban (Camerou (...)

27En annexe des crânes, on peut aussi mentionner l’existence dans les collections de ce musée d’une imposante calebasse nka’a kügha du type de celles possédées par les guerriers les plus courageux et auxquelles pendaient les mâchoires inférieures de leurs victimes. Celles de femmes, d’hommes et d’enfants qui ornent l’exemplaire du musée sont à rattacher aux campagnes militaires menées par les Bamoum contre les Peuls33.

  • 34 Mentionnons que, durant la première guerre mondiale, d’autres crânes d’Occidentaux furent « collect (...)
  • 35 Nathalie Nyst 2007, « Des butins de guerre à l’arme muséale : un exemple du Nord-Ouest camerounais  (...)
  • 36 Ce qui sera peut-être difficile car le musée a été vandalisé et pillé par des militaires en 2019.

28Une autre chefferie des Grassfields, Bafut, possède également dans son musée, des reliques macabres. Il s’agit de quatre crânes de soldats allemands34 tués en 1891 lors de la Bataille dite de Mankon qui opposa l’armée coalisée de Mankon-Bafut aux troupes du chef de Bali allié à l’explorateur germanique Eugène Zintgraff35. Dans le musée rénové dans les années 2000, ironiquement grâce à des fonds allemands, une section est dédiée à cet important conflit et il semblerait que les crânes y aient été exposés… ce qui reste à confirmer36.

29En République Démocratique du Congo, des informations récentes qui m’ont été communiquées attestent la présence d’un ensemble de crânes humains conservés au Musée Géologique de Bukavu. Il y a quelques années, ces crânes étaient exposés dans les salles au côté de matériel lithique archéologique. Cependant, jusqu’à maintenant, aucune information n’est connue sur ces crânes et il est même impossible de confirmer qu’il s’agisse bien d’exemplaires trouvés dans un contexte de fouilles. De nos jours, ces crânes ont été remisés en réserve.

  • 37 Voir notamment : Rémi Korman, « L’État rwandais et la mémoire du génocide : commémorer sur les ruin (...)

30Un dernier cas situé en marge de la présentation muséale se doit d’être évoqué et concerne différents mémoriaux rwandais consacrés au Génocide. Ainsi, dans le centre commémoratif de Murambi, on trouve exposés des corps chaulés et des crânes de victimes de l’un des plus terribles évènements du xxe siècle (fig. 16). Des armes utilisées par les génocidaires et divers éléments ayant servi à identifier certains des morts sont également exposés en ce lieu. La question complexe de ces mémoriaux quant à leurs rôles commémoratif, politique, religieux et éducatif a donné lieu à différentes études auxquelles nous renvoyons plus volontiers37.

Fig. 16 – Crânes de victimes du Génocide rwandais présentés au Mémorial de Murambi (janvier 2009)

www.alamy stock photo. Photographe : Michael Hanson

Conclusion

  • 38 Présentation intitulée Shrunken Heads accessible via le lien internet suivant : https://www.prm.ox. (...)
  • 39 Michel Van Praët, Claire Chastanier et al., Les restes humains dans les collections publiques, Dijo (...)

31Comme nous l’avons déjà laissé poindre dans les paragraphes précédents, les crânes et autres restes humains conservés dans les musées font l’objet de recherches et de débats concernant notamment l’origine de ces collections, le bien-fondé de leur éventuelle exposition et aussi la possibilité de leur restitution. Récemment, la direction du Pitt-Rivers Museum d’Oxford a décidé de retirer des salles l’ensemble de ses restes humains en se basant notamment sur le fait que leur exposition servait surtout à véhiculer une image « barbare » et « sauvage » des cultures présentées. Le cas le plus significatif avait trait à un ensemble de têtes réduites tsantsa (fig. 17). Comme il est indiqué sur le site du Pitt-Rivers Museum38, ce retrait s’accompagne de discussion avec des représentants des communautés chuar et achuar de l’Équateur afin de savoir de quelles manières les tsantsa pourraient être exposées de nouveau ou, éventuellement, si elles devraient être restituées. À priori, cette manière de procéder peut trouver sa place dans le code de déontologie de l’ICOM concernant les restes humains qui doivent, nous dit-on, être exposés : « avec le plus grand tact et dans le respect de la dignité de tous les peuples »39.

Fig. 17 – Tête réduite tsantsa. Cette gravure illustre un article ayant pour point de départ deux tsantsa collectées par Clarence Buckley. Ce naturaliste britannique avait ramené de l’Equateur quatre trophées de ce type dont l’un au moins, réalisé à partir d’une tête d’uyushi (paresseux), fut acquis par le Général Pitt-Rivers et figure toujours aujourd’hui dans les collections du musée homonyme.

John Lubbock, « Note on the Macas Indians », Journal of the Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, Vol. III, 1874, pl. I

  • 40 Les Huambisa et Aguarana fournirent notamment du « matériel » aux Shuar pour leurs tsantsa. Voir : (...)
  • 41 Irma Novljanin-Grignard, « Les musées et leurs restes humains : différents regards et nouveaux enje (...)
  • 42 L’intérêt pour les tatouages sur peau humaine ne concerna pas que ceux arborés par les peuples d’Oc (...)
  • 43 Voir : Wayne Orchiston, « Preserved Human Heads of the New Zealand Maoris », The Journal of the Pol (...)

32Le problème est que l’avis des Chuar et des Achuar ne devrait constituer l’Alpha et l’Omega de la présentation muséale… à moins d’imaginer que les communautés dites sources soient les seules à « parler vrai » et n’auraient aucune raison de modifier l’Histoire selon leurs intérêts. Ceci me semble difficile à croire surtout lorsque certains desdits représentants semblent vouloir largement amoindrir l’encombrant symbolisme guerrier des tsantsa. Un autre problème réside dans le fait qu’il est pourtant attesté que ceux qui « fournirent » les têtes ne relevaient habituellement pas des mêmes groupes que ceux qui les décapitèrent et leurs écorchèrent le crâne40. Il est donc très curieux de voir un musée demander exclusivement à ceux dont les ascendants ont tué ce qui doit être fait et dit à propos des victimes que matérialisent les tsantsa authentiques ! Cette manière de faire n’est pas spécifique au Pitt-Rivers, loin de là. Ainsi, en France, la restitution des moko mokai (fig. 18) amena de nombreux intervenants s’emparant du sujet à parler volontiers dans la presse de tête d’ancêtres et de valeureux guerriers pieusement conservés41. D’autres insistèrent sur le fait que l’intérêt des Européens pour ces « curiosités ethnographiques » suscita un marché de fausses têtes mis en place par des Maori et alimenté notamment par des têtes d’esclaves que l’on tatouait spécifiquement dans ce but avant de les décapiter42. Dans tous les cas, il était surtout question de souligner les crimes des Occidentaux coupables soit de sacrilège, s’exprimant par l’acquisition des têtes vénérées, soit d’avoir encouragé un criminel marché à propos duquel la part de responsabilité maorie ne saurait être prise en considération. En revanche, d’autres données historiques et ethnographiques furent soigneusement oubliées. Par exemple, rien ne fut dit sur les cérémonies maori traditionnelles d’humiliations des têtes d’ennemis vaincus43 ou bien sur l’engagement personnel du Gouverneur britannique Ralph Darling en 1831 qui mit officiellement le trafic de tête hors-la-loi. Enfin, on se désintéressa totalement de la question touchant aux Européens tués et dont les têtes furent conservées au xixe siècle par les Maori.

Fig. 18 – Exemplaire de moko mokai de la collection personnelle de H. G. Robley. Constituée d’une trentaine de spécimens, cette collection fut proposée à la vente en 1908 au Gouvernement de Nouvelle-Zélande. L’offre ayant été refusée, ce fut l’American Museum of Natural History de New York qui en fit l’acquisition

Image extraite de Robley 1896, p. 163

  • 44 Denis Roland, « Les restes humains : questions de médiation », Technè, n° 44, 2016, p. 46.

33Au travers des différents paragraphes qui composent cet article, nous avons tenté de montrer que, pour éviter de tels écueils, il était nécessaire de ne faire abstraction d’aucune donnée si l’on veut pleinement réfléchir à la présence et à l’usage muséaux possibles de ces sujets sensibles que sont les crânes humains. Un autre point important fut également de casser le postulat parfois avancé faisant de chaque sujet d’étude un cas unique. Cette volonté de ne pas se livrer à des comparaisons est, hélas, particulièrement prégnante avec des spécimens impliqués dans des opérations politiques et/ou associatives de réparations mémorielles si fréquentes de nos jours. Dans ces contextes, il est troublant de constater que la moindre comparaison sera perçue comme une tentative d’atténuer, voire de profaner, un évènement perçu ou présenté comme d’autant plus douloureux qu’il est singulier. Pour autant, il apparaît évident que pour déterminer la part de singularité d’un cas d’étude, une approche scientifique rationnelle, impose de le comparer à d’autres. Qui plus est, le travail comparatif permet aussi souvent de mieux désamorcer certains aprioris, certaines tensions. Lorsqu’en 1999, l’exposition La Mort n’en saura rien mit en dialogue crânes européens et crânes océaniens, elle sut, répétons-le, créer un admirable espace de réflexion. Organiser de nos jours un événement d’un genre similaire contribuerait intelligemment au débat touchant à la question des restes humains dans une optique muséale. Je laisserai ici le mot de la fin à Denis Roland, conservateur au Musée national de la marine à Rochefort, qui, parlant des restes humains muséaux, dit la chose suivante : « Cacher, c’est donner libre court aux fantasmes les plus débridés ; montrer, c’est faire le pari de l’intelligence des visiteurs44.

Notes

1 Vingt années plus tôt, en 1979, une autre exposition intitulée Les rites de la mort se tint au Musée du Trocadéro et traita d’un sujet assez similaire. Cependant, à la différence de La Mort n’en saura rien, cette exposition mise en place par Jean Guiart ne s’axa pas sur les restes humains. Voir Jean Guiart (éd.), Les Hommes et la mort : rituels funéraires à travers le monde, Paris, Le Sycomore / Objets & Mondes, 1979.

2 Yves Le Fur (éd.), La mort n’en saura rien, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1999, p. 22.

3 Yves-Bernard Debie, « Restitution des têtes maories : une décision critiquable ? », Tribal Art, n° 57, 2010, p. 104-107.

4 Alice Conklin, « Des crânes en vitrine : antiracisme, racisme & science raciale », dans Exposer l’humanité : race, ethnologie et empire en France (1850-1950), Paris, Museum National d’Histoire Naturelle, Archives n° 21, 2015, p. 217-277.

5 L’anthropologie physique existe encore de nos jours. Toutefois, ses axes de recherches n’ont plus rien à voir avec ceux du xixe siècle et de la première moitié du xxe siècle dont nous venons de parler. Des articles récents comme ceux de l’American Journal of Physical Anthropology en témoignent.

6 Boma était d’ailleurs un centre important pour ce type de commerce dans le dernier quart du xixe siècle. Alexandre Delcommune évoque ainsi l’arrivée en 1877 dans cette localité d’une caravane d’ivoire et de caoutchouc venue d’Angola après négociations avec le roi de Kongo Pedro V. Voir : Alexandre Delcommune, Vingt années de vie africaine (Tome 1), Bruxelles, F. Larcier, 1922, p. 46-49.

7 Dans les années 1890, la construction du chemin de fer Matadi-Léopoldville amena aussi son hécatombe de travailleurs (officiellement près de 2000) dont certains ne furent pas enterrés. On connaît au moins un cas bien documenté de prélèvement de crâne à destination scientifique sur le cadavre abandonné et desséché d’un de ces misérables anonymes « morts pour le progrès ». Voir : Maarten Couttenier, « Et on ne peut s’empêcher de rire » : la physio-anthropologie en Belgique et au Congo (1882-1914) », dans L'invention de la race. Des représentations scientifiques aux exhibitions populaires, Paris, La Découverte, 2014, p. 124-125.

8 Cette question d’exhumation de cadavre dans un but scientifique a donné lieu à de nombreuses réflexions juridiques concernant notamment la possibilité de les assimiler à des profanations de sépultures. Ce sujet mérite un article à part entière, mais nous dirons simplement que, actuellement en droit français, la fouille officielle d’une tombe ne relève pas de l’article 225-17 du Code pénal relatif à la violation ou la profanation de sépulture. Ceci s’explique par le fait qu’une telle activité est protégée par l’article 122-4 qui déclare pénalement non responsable : « la personne qui accomplit un acte prescrit ou autorisé par des dispositions législatives ou réglementaires ». Voir : Colette Saujot-Besnier, « Chronique juridique : La protection pénale des vestiges archéologiques terrestres », Revue Archéologique de l'Ouest, tome XVI, 1999, p. 230.

9 M. Simonot, « Rapport de la commission des archives », Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, Tome V, N°1, 1864, p.356-357.

10 Dans la droite ligne de l’initiative de Dumoutier s’ouvrit également à Bruxelles un musée de la phrénologie. Voir : Napoléon Barthel, Manifeste philosophique à l’occasion de la prochaine ouverture du musée phrénologique de Bruxelles, Bruxelles, éditeur inconnu, 1839.

11 Marc Renneville, « Un musée d’anthropologie oublié : le cabinet phrénologique de Dumoutier », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, Tome XI, n° 3-4, 1998, p. 478-479.

12 Gustaf Retzius 1876, « Sur l’étude craniologique des races humaines », Extrait des Comptes rendus du Congrès d’Anthropologie et d’Archéologie Préhistorique ; session de Stockholm 1874, Stockholm, Imprimerie Centrale, 1876, p. 41.

13 Dans d’autres musées de par le monde, des crânes d’Européens, d’Africains ou d’Asiatiques sont utilisés indistinctement pour servir les mêmes buts d’études comparatives en primatologie. En résumé, la couleur de peau ou « l’origine ethnique » de l’exemplaire de crâne d’Homo sapiens n’a strictement aucune importance pour les zoologistes actuels qui, malgré ce que pourrait faire accroire une certaine propagande indigéniste, ne sont en rien les « disciples racistes » d’un Julien-Joseph Virey.

14 Julien Volper (éd.), 2018, Art sans Pareil : objets merveilleux du Musée royal de l’Afrique centrale, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale, p. 163.

15 Kibawe constitue une variante probable de Kibawa qui est le nom d’un puissant esprit du Panthéon luba lié au monde des morts et à la lune. Voir : Julien Volper, Autour des Songye, Montreuil, Gourcuff-Gradenigo, 2012, p. 77-79.

16 L’administrateur-territorial Robert Maes, qui donna l’objet au musée en 1937, précise que cet homme était un muloshi/muloki c’est-à-dire un sorcier, un homme pratiquant potentiellement une magie néfaste qui est bien distinct du nganga (tradi-praticien). R. Maes semblant d’ailleurs au fait de cette distinction nganga / muloki, je pense donc qu’il n’a pas utilisé ce terme de muloshi par erreur.

17 Lionel C. Ikogou-Renamy, L’or blanc : le marché occulte et illégal du corps humain à Libreville, Libreville, Mémoire de DEA, Université Omar Bongo, 2010, p. 85-89.

18 Ibid., p. 86.

19 L’akokoto (appelée aussi etambo) est une hutte de taille modeste tenant lieu de temple/sanctuaire pour les crânes cheffaux. Ces têtes reliques sont normalement toutes enveloppées dans un linge blanc rituel appelé elembe (voir fig. 5).

À côté des crânes des soma (chefs) on trouve également en certaines localités ceux des premières épouses desdits dirigeants. L’akokoto est situé dans l’elombe, un quartier réservé au soma et à sa famille. Voir : Robert Verly, « Le « Roi divin » chez les Ovimbundu et les Kimbundu de l’Angola », Zaïre, Vol. IX, n° 7, 1955, p. 694-695.

20 Ces crânes étaient consultés en diverses occasions : épidémies, décès réguliers dans un village, avènement d’un nouveau chef…

21 Le doute concernait le crâne du soma Muengo Νjamba (dernier quart du xixe siècle), un despote cruel et détesté de son peuple qui connut une fin misérable. À la différence de Verly, Hauenstein releva le nom et les biographies de plusieurs soma de Caluquembe… notamment le plus important d’entre eux, Pomba Kalukembe, dont il photographia le crâne-relique. Voir : Alfred Hauenstein, « L'Ombala de Caluquembe : Histoire, traditions, coutumes et rites des familles royales de Caluquembe, de la tribu des Ovimbundu (Angola) », Anthropos, Vol. LVIII, n° 1-2, 1963, p. 6, Pl. 2.

22 Le kambata était un dignitaire en charge, entre autres-choses, de couper et de préparer la tête du chef défunt afin de la transformer en relique de l’akokoto.

23 Julien Volper, « À propos de sculptures & de crânes : les collectes d’Émile Storms », Tribal Art, Vol. XVII-1, n° 66, 2012, p. 91-95.

24 La monstration de la tête de Rabah prit également une forme journalistique en 1901 (fig. 8). Pour autant, il serait faux de voir dans ce type de publication une spécificité réservé aux guerres coloniales. Ainsi, en 1909, le quotidien Le Journal publiait « un portrait de famille » des frères Pollet et de leurs complices jugés coupables et condamnés à mort pour vols, assassinats et tortures (fig. 9). « Tyrans ennemis de la France » et « criminels ennemis des français » semblent ici unis dans la représentation.

25 Daniel Foliard, « La tête de Rabah et le Crâne du Mahdi », Monde(s), n° 17, 2020, p. 115-122.

26 Lancelot Arzel 2020, « Les "sanglants trophées" de la conquête », Monde(s), n° 17, 2020, p. 85-86.

27 Au Congo, durant le dernier quart du xixe siècle, l’hybridation des pratiques n’était pas spécifique au fait militaire. On observe également cette mixité dans d’autres domaines tels que le juridique et le commercial. Ainsi, en 1878, lorsque le gérant de factorerie A. Delcommune s’oppose à l’augmentation des taxes des caravanes par les dirigeants de Boma… il s’appuie sur une mukaka (loi locale) de 1872 que transgressent les souverains. Pour rester en rapport avec notre sujet, nous mentionnerons simplement que le « contrat de la mukaka » prenait la forme du crâne d’un esclave exécuté fiché aux abords du marché de Boma. Voir : Alexandre Delcommune, op.cit., p. 91.

28 Émile Houzé 1886, « Les tribus occidentales du lac Tanganyika », Bulletin de la Société d’anthropologie de Bruxelles, Tome V, 1886, p. 43-64.

29 Boris Wastiau, « The Violence of Collecting: Objects, Images, and People from Colonial Congo », History, Museums, and the Politics of Memory: The Congo in Belgium after King Leopold’s Ghost, New York, American Historical Association, annual meeting 2009, 2010, p. 25. Maarten Couttenier, « Fysieke antropologie in Belgie en Congo (1883–1964) », dans De Exotische Mens: Andere culturen als amusement, Gand, Lannoo, 2009, p. 111.

30 Erwin Ackerknecht, « P. M. A. Dumoutier et la collection phrénologique du Musée de l’Homme », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, Tome VII, n° 5-6, 1955, p. 303.

31 En France, les Musées d’Histoire Naturelle du Havre et de Nantes possèdent eux aussi des crânes humains dahoméens embellis par un sertissage métallique. Ces créations portent également la marque des forgerons-orfèvres Hountondji et des préparateurs de crânes Metakonto.

32 Gaëlle Beaujean, 2015, L’art de cour d’Abomey : le sens des objets, Paris, Thèse de doctorat, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2015, p. 74-75, fig. 53.

33 Christraud Geary, « Les choses du palais » : Catalogue du Musée du Palais Bamoum à Foumban (Cameroun), Wiesbaden, F. Steiner, 1984, p. 202-203.

34 Mentionnons que, durant la première guerre mondiale, d’autres crânes d’Occidentaux furent « collectionnés » par des Africains… mais sur les champs de bataille européens. Ce fut le cas ainsi le cas à Arras en 1914 où des troupes du Maghreb (probablement des spahis algériens) avaient suspendu à leurs selles des têtes d’Allemands. Il fut, semble-t-il, difficile pour les officiers de convaincre leurs soldats de se débarrasser de ces trophées. Voir : Michel Vallo, Le corps de l’ennemi : Pratiques et représentations autour des cadavres ennemis dans la première guerre mondiale, Paris, Thèse de doctorat, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2009, p. 158-159.

35 Nathalie Nyst 2007, « Des butins de guerre à l’arme muséale : un exemple du Nord-Ouest camerounais », dans Des musées au-dessus de tout soupçon, Paris, Armand Colin, 2007, p. 49-50.

36 Ce qui sera peut-être difficile car le musée a été vandalisé et pillé par des militaires en 2019.

37 Voir notamment : Rémi Korman, « L’État rwandais et la mémoire du génocide : commémorer sur les ruines (1994-1996) », Vingtième Siècle, n° 122, 2014, p. 87-98. Rémi Korman & Hélène Dumas, « Espaces de la mémoire du génocide des Tutsis au Rwanda : mémoriaux et lieux de mémoire », Afrique Contemporaine, n° 238, 2011-2012, p. 11-27. Claudine Vidal, « La commémoration du génocide au Rwanda : Violence symbolique, mémorisation forcée et histoire officielle », Cahiers d’Études Africaines, n° 175, 2004, p. 575-592.

38 Présentation intitulée Shrunken Heads accessible via le lien internet suivant : https://www.prm.ox.ac.uk/shrunken-heads

39 Michel Van Praët, Claire Chastanier et al., Les restes humains dans les collections publiques, Dijon, Ocim, 2018, p. 8.

40 Les Huambisa et Aguarana fournirent notamment du « matériel » aux Shuar pour leurs tsantsa. Voir : James Castner, Shrunken Heads: Tsantsa Trophies and Human Exotica, Gainesville, Feline Press, 2002, p. 86.

41 Irma Novljanin-Grignard, « Les musées et leurs restes humains : différents regards et nouveaux enjeux », Publications du Musée des Confluences, n° 3, 2012, p. 14.

42 L’intérêt pour les tatouages sur peau humaine ne concerna pas que ceux arborés par les peuples d’Océanie. Ainsi, des collections muséales françaises conservaient des spécimens d’Européens. On citera ici le cas du Musée d’anatomie Testut-Latarjet de Lyon (fermé en 2015), consacré notamment à l’anatomie et à l’anthropologie criminelle, qui conservait plusieurs exemplaires de tatouages prélevés sur des corps de condamnés à mort. Cette collection particulière, mise sur pied entre la fin du xixe et le début du xxe siècle, était étroitement liée aux travaux du médecin Alexandre Lacassagne. Voir : Éloïse Quétel, « Les collections de peaux humaines tatouées », Technè, n° 44, 2016, p. 114-117. Alexandre Lacassagne, « Les tatouages : étude anthropologique et médico-légale, Paris, J. B. Baillière, 1881.

43 Voir : Wayne Orchiston, « Preserved Human Heads of the New Zealand Maoris », The Journal of the Polynesian Society, Vol. LXXVI, n° 3 1967, p. 306 -309. Horatio G. Robley, Moko or Maori Tattoing, Londres, Chapman & Hall, 1896, p. 136-137.

44 Denis Roland, « Les restes humains : questions de médiation », Technè, n° 44, 2016, p. 46.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Crédits Photo Hugo Paul Herdeg © musée du quai Branly-Jacques Chirac, Dist. RMN-Grand Palais / Image musée du quai Branly-Jacques Chirac
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Crédits Photo : J. Volper. Copyright MRAC
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Crédits Photo : J. Volper. Copyright MRAC
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Crédits Photo : J. Volper. Copyright MRAC
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Crédits Collections d’Ethnographie du MRAC. Photo : J. Volper. Copyright MRAC
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Crédits In Houzé 1886, pl. I
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Crédits L’Illustration
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Crédits Le Journal
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Crédits © musée du quai Branly-Jacques Chirac, Dist. RMN-Grand Palais / Image musée du quai Branly-Jacques Chirac
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Crédits Collections de Biologie du MRAC. Photo : J. Volper. Copyright MRAC
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Crédits Photo prise entre 2005 et 2007 au Musée Delmas-Orfila-Rouvière. Copyright Université de Montpellier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Crédits Photo prise en 2020 au Musée Historique d’Abomey
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Crédits Photo prise en 2020 au Musée Historique d’Abomey
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Crédits Image extraite de Geary 1984, Fig. 19
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Crédits www.alamy stock photo. Photographe : Michael Hanson
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Crédits John Lubbock, « Note on the Macas Indians », Journal of the Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, Vol. III, 1874, pl. I
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Crédits Image extraite de Robley 1896, p. 163
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/5897/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 598k

Auteur

Conservateur, Maître de conférences, Musée royal de l’Afrique centrale & Université Libre de Bruxelles
Julien.volper@africamuseum.be

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search