Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'épuration en Belgique et dans la zone interdite (1944-1949)

L'épuration dans le Pas-de-Calais

Un exemple d’épuration extra-légale : le premier attentat contre Julien Priem (1941)

Philippe Roger

Texte intégral

1Julien Priem, né en 1891 à Wizernes, est mineur à Harnes puis l’un des administrateurs du syndicat des mineurs du Pas-de-Calais. Fondateur de la section communiste de Noeux-les-Mines en 1921, il réintègre la CGT après 1925 et devient à la fin des années 1920, co-secrétaire du syndicat CGT des mineurs du Pas-de-Calais, responsabilité qu’il conserve jusqu’à la réunification en 1935. Après celle-ci, il devient l’un des trois secrétaires administratifs du syndicat unifié. Pendant l’Occupation, c’est un partisan actif de la charte du travail. Avec Clotaire Chopin et Kléber Legay, il anime alors le mouvement syndical. Incarcéré quelques mois en 1944-1945, il est condamné à l’indignité nationale. Julien Priem est décédé en 1971.

  • 1 Roger Pannequin, Ami, si tu tombes, Paris, Le Sagittaire, 1976, p. 111-112.

« Le soir convenu, je retrouvais Abel. Il savait l’heure à laquelle Priem rentrait chez lui, rue Étienne Dolet, à Lens, qu’il descendait de son vélo, ouvrait la porte et hissait sa bicyclette en haut de deux marches du couloir. On avait le temps de l’abattre de la rue, sans même monter sur le trottoir. Nous étions aux aguets, cent mètres plus loin. Priem arriva. Nous le suivîmes d’assez loin, en calculant notre vitesse afin de le rattraper juste à sa porte. Abel, qui devait tirer, était le premier. Je regardais sans cesse sur les côtés et derrière. Personne. Nous arrivâmes à sa hauteur au moment où il descendait de vélo et montait sur le trottoir. Abel s’arrêta, lâcha ses pédales et, à cheval sur le cadre, tira. À la première balle, le vélo de Priem resta un moment en équilibre avant de tomber à gauche, tandis que le corps de Priem s’aplatissait sur le trottoir. Nous sommes repartis en vitesse et, au carrefour convenu, nous nous sommes séparés sans un mot. Le surlendemain, les journaux annonçaient que deux terroristes avaient tiré sur Priem et l’avaient manqué. Ce jour-là, je vis mon père, venu à Lens. Il me dit :
- Priem, c’est tes copains qui ont fait le coup ?
- Je ne sais pas, je crois.
- Tu pourras leur dire qu’ils ne sont pas forts. Ils ne savent pas que, quand un ancien combattant entend une balle siffler, il lâche tout et se jette à plat ventre ? Et puis, tirer sur les gars, ça n’a jamais été un moyen de les convaincre.
Abel avait donc manqué sa première balle, et quand il envoya sa seconde, Priem se jetait déjà à plat ventre. Plus question maintenant de le reprendre. Il serait aux aguets et, sans doute, sous protection »1

Julien Priem est la cible d’un nouvel attentat en août 1944. Il est alors sur la liste noire du CDL et son épouse est membre du RNP. Un cycliste inconnu tire plusieurs balles sur le couple Priem : Madame Priem est blessée mais son mari, indemne et décidément coriace, échange des coups de feu avec son agresseur.

Notes

1 Roger Pannequin, Ami, si tu tombes, Paris, Le Sagittaire, 1976, p. 111-112.

Auteur

IRHiS – UMR 8529 (Univ. Lille, CNRS)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr