Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'épuration en Belgique et dans la zone interdite (1944-1949)

Gendarmeries et transitions politiques (Nord de la France, Belgique, 1944-1948)

Jonas Campion

Texte intégral

  • 1 Sur les fonctions de la gendarmerie dans une perspective historique, voir les indispensables Jean-N (...)

1Instaurée sous sa forme moderne par la Révolution – période où elle s’est également implantée dans divers pays d’Europe au gré des conquêtes françaises –, la gendarmerie est une institution de police, d’ampleur nationale et au maillage territorial serré. D’identité militaire, elle est en charge de missions de police judiciaire (réprimer les crimes et délits), administrative (maintenir l’ordre et la sécurité publique), mais également de missions de police aux armées (tâches prévôtales). De par les fonctions que la gendarmerie exerce au cœur de l’État moderne, les soldats de la loi incarnent l’autorité centrale au niveau le plus local. En charge de la répression, titulaires de la violence légitime, les gendarmes sont des agents administratifs qui encadrent et régulent de multiples champs de la vie publique1.

  • 2 Sur le contexte des gendarmeries en guerre, nous renvoyons à la publication de notre thèse de docto (...)

2Par les conditions sociales et de violences qu’elle provoque, la Seconde Guerre mondiale crée des troubles identitaires et fonctionnels profonds au sein des gendarmeries occupées2. Alors que le conflit se caractérise par une concurrence exacerbée de l’ordre, il met sous pression les cadres de la légalité et de la légitimité de l’exercice des fonctions publiques. Les libérations, en tant que périodes de transitions politiques, sont de nouveaux épisodes de tensions, où se rétablissent les normes et la confiance mutuelle entre les autorités « démocratiques » de retour aux affaires, les agents de l’État, et la population, en même temps que se normalise le lien social.

  • 3 Sur ce concept, dans une perspective plus large que la seule fin de guerre, voir les stimulants Mar (...)

3Ce contexte de transition politique3 confirme le rôle majeur que jouent les gendarmes au cœur de l’État. À plus d’un titre, ils se définissent à l’été 1944, comme des atouts majeurs des autorités. Ils sont présents sur l’ensemble du territoire et aisément mobilisables. Les gendarmes sont d’abord des bras-armés du pouvoir central, pour garantir l’ordre et la sécurité. Ils participent à l’épuration, doivent contraindre les mouvements de résistance au désarmement pour éviter une mise sous tutelle par les Alliés concentrés sur la perpétuation de l’effort de guerre. Ils sont ensuite au cœur de l’extension des tâches d’un État qui se transforme (police économique, ravitaillement, contrôle des populations, mobilisation économique, …).

  • 4 Vincennes, SHD-DGN, 1D1 23, note n° 4/4 légion de Lille, Rapport du colonel Demougin sur l’état d’e (...)

4Mais les difficultés qui entourent les transitions politiques sont nombreuses : les institutions de gendarmerie sont désorganisées et profondément transformées par les occupations subies, que ce soit au plan de l’organisation, des effectifs, ou de la confiance des gendarmes envers leur situation. La libération induit un déficit de confiance et de légitimité au sein des gendarmeries, accentuant un trouble déjà largement présent sous l’Occupation. La crise est plurielle : mais plus que tout, elle interroge les fondements des valeurs professionnelles comme les notions de service, d’obéissance, de respect de la hiérarchie, d’enjeux politiques des tâches effectuées. Les gendarmes restent hésitants et craintifs sur le comportement à adopter en territoires libérés, face aux risques du service de l’autorité. Comme le dit ce rapport français, le gendarme hésite encore à aller de l’avant, ne sachant pas si son action passée demain au crible ne donnera pas matière à critique, à enquête ou à suspicion4. Face à ces hésitations, la chaîne hiérarchique interne aux armes se distend, les officiers étant souvent obligés de reconnaître leur faiblesse face à la situation.

  • 5 Frédéric Dauphin, La Belgique libérée (1944-1945) : faits, opinions, représentations, Bruxelles, CE (...)
  • 6 Jambes, Collection privée du colonel Claessens, doc 208, rapport manuscrit du major Godfroid, 13/10 (...)
  • 7 Jambes, Collection privée du colonel Claessens, doc 208, rapport du sous-lieutenant Claes concernan (...)

5Dans le Borinage, le cas du « commandant Jean », en réalité un simple maréchal des logis de la gendarmerie, est révélateur de cette faiblesse. Passé au maquis, il est à la tête d’un groupement de résistance non reconnu, les affranchis, revendiquant près de 300 membres. En septembre 1944, il participe à ce titre à plusieurs réunions de coordination entre Alliés-résistance-autorités belges5. Le mois suivant, malgré les rappels répétés de sa hiérarchie, il refuse de reprendre son service normal au sein du corps. Le numéro deux de la gendarmerie est obligé de négocier avec lui son retour au service, malgré les abus et la mauvaise réputation du groupement6. Le « commandant Jean » accepte à condition d’être muté à Charleroi, pour pouvoir s’occuper de son groupement de résistance, en même temps qu’il exerce ses tâches policières7. La plus haute hiérarchie de l’arme doit, dans un premier temps, donner suite à ces demandes, tant son emprise sur les hommes reste fragile.

6Pour répondre à ces difficultés, de multiples processus de réorganisations se mettent en place au sein des gendarmeries, en parallèle (en préalable ?) du rétablissement étatique alors à l’œuvre. Des hommes aux structures, des valeurs aux matériels, c’est une refondation « globale » des gendarmeries qui prend cours à l’été 1944, dans divers pays européens. Au centre de ces dynamiques, car elles en constituent un point d’articulation, se retrouvent les mesures épuratoires. Elles se définissent comme la répression tant pénale qu’interne, de la collaboration des gendarmes. Dans un contexte de forte demande sociale, il s’agit d’examiner, au regard de la loi, du droit administratif et des règlements professionnels, les comportements adoptés par les gendarmes depuis le début de la guerre, pour déterminer l’acceptable de l’inacceptable, et de ce fait le permis et le légitime.

7Dans le cadre de cette contribution, nous analysons les développements épuratoires au sein de deux gendarmeries européennes en croisant prioritairement la situation du Hainaut belge et du Nord–Pas-de-Calais français. Il s’agit de comprendre l’articulation du système épuratoire, d’en évaluer le fonctionnement et de réintégrer ces procédures au cœur de la transition politique. Par le biais d’une démarche croisée entre deux terrains d’analyse, aux similarités et dissemblances assumées, nous éclairons ainsi les enjeux sécuritaires de la restauration étatique en Europe occidentale en 1944-1945.

  • 8 Nico Wouters, « Davantage la France que la Belgique. L’unicité du Nord–Pas-de-Calais 1940-1944 », C (...)

8Le Hainaut et le Nord–Pas-de-Calais sont deux régions limitrophes aux caractéristiques socio-économiques proches (industries lourdes, charbonnages, urbanisation ouvrière), dépendant toutes les deux, durant l’Occupation, du Militärbefehlshaber in Belgien und Nordfrankreich (MBB) à Bruxelles8. Leur situation socio-politique diffère pourtant fondamentalement, de par la nature politique de l’État français et celle, administrative à l’origine, des Secrétaires généraux, exerçant l’autorité nationale en Belgique occupée. Durant la guerre, les deux régions se caractérisent par un contexte d’occupation difficile, à la violence croissante, avec une résistance communiste largement structurée sur des bases d’avant-guerre. Ces régions se caractérisent également par la présence de nombreuses institutions exerçant une concurrence para-policière, compliquant d’autant les interventions des gendarmes (Brigade A, Bande Dusquene, unités spéciales de Rex, garde wallonne en Belgique, Milice en France, Gestapo et ses auxiliaires belges ou français dans les deux pays).

9En ce qui concerne les gendarmeries, les similitudes sont également nombreuses. Ces deux régions se caractérisent par une forte implantation « gendarmique », tant parce qu’il s’agit d’une zone frontalière, industrielle, densément peuplée, que parce qu’elles comportent des infrastructures et axes de communications nombreux. La région du Nord–Pas-de-Calais est le siège de la 1ère légion de gendarmerie départementale (légion de Lille), composée de deux compagnies, regroupant près de 2 000 hommes (environ 5 % des effectifs de la gendarmerie départementale à la fin de l’Occupation). Dans le Hainaut, c’est le groupe territorial de Mons, fort de près de 530 hommes, et celui de Charleroi, 563 hommes en 1944 (les deux représentant environ 10 % des effectifs du corps en 1944) appuyés par les unités du 3e groupe mobile, qui exercent leurs fonctions.

De multiples épurations face à de multiples enjeux identitaires

10L’épuration, car elle concentre une soif de vengeance, constitue un risque pour les gendarmeries et pour leurs autorités : risque d’une explosion incontrôlée de violences, possibilité d’une multiplication des vendettas privées ou hors des cadres hiérarchiques, pouvant amener à un délitement de l’État et de ses structures, déjà affaiblies. L’enjeu majeur est donc d’encadrer le plus rapidement possible cette nécessité de vengeance, aux fins d’éviter de telles dérives. Il s’agit de garantir l’action future des gendarmeries sur les territoires libérés, en évitant leur désintégration institutionnelle (par la perte des repères hiérarchiques, le manque de solidarité et de confiance entre collègues, ….). L’urgence est d’autant plus grande que, tant dans le Hainaut que dans le Nord de la France, les derniers mois de l’Occupation se caractérisent par une augmentation des menaces et des faits de violence, notamment envers les agents de l’ordre. Le phénomène s’accentue dès les premiers instants de liberté, puisque des hommes sont victimes de violences tant symboliques, que physiques ou institutionnelles. Ces débordements sont orchestrés par des mouvements de résistance, par la population, mais aussi par des collègues, pour punir le comportement jugé collaborationniste de certains gendarmes.

  • 9 Jambes, Collection privée du colonel Claessens, doc 786, registre de correspondance du Groupe de Mo (...)
  • 10 Vincennes, SHD-DGN 59E37, note n° 3/2 section Douai, 09/09/1944.

11En septembre 1944, à Jemappes, un maréchal des logis est exposé à la vindicte publique et, puisqu’il ne peut plus exercer ses fonctions dignement ni faire respecter son uniforme, se retrouve rapidement muté dans une brigade voisine9 tant pour le protéger, que pour ne pas décrédibiliser l’ensemble de sa brigade d’origine. Le 9 septembre 1944, un rapport de la section de gendarmerie de Douai laisse entrevoir une situation délicate, où le corps ne peut que réagir aux événements. L’officier qui le rédige relate son impuissance par rapport au cas du gendarme J... (François) de la brigade d’Orchies […] transféré ce jour 9 septembre à la prison de Lille. D’après les explications fournies par les éléments des FFI qui sont venus le chercher, son transfèrement a été prescrit pour le traduire devant la Cour martiale départementale à Lille. L’adjudant commandant la brigade d’Orchies a essayé de connaître le motif de l’inculpation, mais il lui a été répondu évasivement10.

  • 11 Francis-Louis Closon, Commissaire de la République du général De Gaulle. Lille, septembre 1944-mars (...)
  • 12 Notamment, en Belgique, « l’instruction pour la gendarmerie dans les territoires libérés de l’occup (...)

12Le refus de cette concurrence épuratoire débouche sur la nécessité de rapidement mettre en œuvre des mesures officielles de répression de la collaboration. Ce premier temps de l’épuration se définit comme une dynamique collective, catégorielle. Il se définit également comme une période de mise sous tutelle des gendarmeries (par les Commissaires de la République, ou les officiers du Haut-Commissariat à la Sécurité de l’État). Tant en France qu’en Belgique, il correspond à la mise en application de mesures décidées dès avant la libération, par les autorités en exil (GPRF ou gouvernement belge de Londres). Dans ses mémoires, Francis-Louis Closon, Commissaire de la République à Lille, décrit clairement les mesures catégorielles prises au sein de la légion dans les premiers jours de septembre 1944 : À mon arrivée, j’avais trouvé cette arme dans une situation déplorable. Des officiers supérieurs avaient dû être mutés en raison de leur attitude pendant l’Occupation, les gendarmes avaient perdu toute autorité sur les populations […]. Je donnai alors l’instruction formelle et précise au colonel commandant la légion de gendarmerie de muter hors de la région les éléments les plus faibles, de déplacer une partie des autres et de procéder à l’épuration des indésirables. Il souligne ensuite le fort soutien politique dont il jouissait alors, obligeant l’officier de gendarmerie à obéir à ses injonctions : J’avais reçu sur ce point l’accord personnel de Diethelm, ministre de la guerre, dans un bref entretien téléphonique. Le colonel, commandant la gendarmerie, exécuta avec ponctualité mes instructions11. La logique est simpliste : il s’agit, sans tenir compte des détails de l’attitude adoptée par le gendarme sous l’occupation ennemie, de pouvoir prendre toute une série de mesures humaines (mises à pieds, suspensions provisoires, déplacement géographique) selon les besoins de l’ordre d’une part, et selon des critères catégoriels de l’autre (date entrée en service, promotion récente, …). Ces mesures sont systématisées et légalisées par des textes réglementaires, préparés de longue date et imposés aux gendarmeries de l’extérieur, pour amorcer les premières mesures de réorganisation12.

  • 13 Pour un aperçu généraliste sur la répression des collaborations en France et en Belgique, voir Luc (...)

13Progressivement, l’épuration s’institutionnalise. Au plan judiciaire, des poursuites sont engagés sur base des codes pénaux, durcis durant l’Occupation par les autorités en exil13. En France, comme le veut l’ordonnance du 26 juin 1944, ce sont les Cours de Justice et les Chambres civiques, organes civils, regroupant des magistrats et des jurés choisis parmi les listes dressées par les Comités départementaux de Libération, qui jugent les gendarmes poursuivis. En Belgique, suite à l’expérience de la Première Guerre mondiale, le législateur a décidé, en 1934, que les crimes et délits contre la sûreté extérieure de l’État, juridiquement constitutifs de la « collaboration avec l’ennemi » seraient jugés par les conseils de guerre et la Cour militaire, aux compositions simplifiées. C’est ce choix, confirmé durant l’Occupation, qui sera mis en place après la Libération du pays. Comme les autres citoyens belges, les gendarmes relèveront donc de la justice militaire pour l’examen des affaires de collaboration.

  • 14 Sur l’organisation des commissions d’épuration, voir Jonas Campion, Les gendarmes belges, français (...)

14Au plan interne, c’est le principe du jugement par les pairs qui prévaut. Dans un dialogue entre les injonctions centrales et leurs applications locales, les gendarmes redeviennent progressivement acteurs des mesures qui les concernent. Des commissions d’épuration sont établies au niveau de la légion (France) ou sur une base géographique régionale (Belgique) pour instruire les affaires et transmettre un avis au ministre de tutelle, qui décide d’une éventuelle sanction. En France, dans le contexte du rétablissement de la légalité républicaine, les commissions sont à la fois des organes de réintégration dans le service et d’épuration : le gendarme doit, pour reprendre du service, démontrer son investissement dans la lutte pour la libération du pays. La logique suivie en Belgique est moins systématiquement suspicieuse, car exclusivement épuratoire14.

  • 15 Vincennes, SHD-DGN, 1D1 9, note n° 114/2 légion de Lille, 23/09/1944.
  • 16 Vincennes, SHD-DGN, 1A 223, dossier n° 45 ; Vincennes, SHD-DGN, 1A 54, ministre de la Guerre au com (...)
  • 17 Vincennes, SHD-DGN, 62E 73, note n° 60/4 section de Béthune, 08/03/1945.

15Tant en France qu’en Belgique, l’organisation (difficile) d’un système épuratoire soulève nombre de difficultés pratiques et politiques. Car les choix posés heurtent à plus d’un titre des institutions à peine convalescentes. Ainsi, les débuts de l’épuration judiciaire au sein de la gendarmerie nationale française se caractérisent à la fois par une méconnaissance de ces organes judiciaires nouveaux15, puis par un profond malaise des gendarmes face à la compétence de ces organes civils que sont les cours de justice et chambres civiques. À différentes reprises, des gendarmes, demandent à être jugés par des tribunaux militaires, craignant le climat de passion de l’époque16. Sans comprendre la logique de restauration étatique induite par la compétence globalisante de ces organes, les gendarmes réclament d’être jugés par leurs pairs. En étant jugés par des civils tirés au sort sur des listes dressées par la résistance, ils craignent que leur spécificité en territoires occupés ne soit pas reconnue. Ils craignent également de faire l’objet de basses vengeances. Selon eux, le choix de les faire relever des cours de justice s’oppose également au rattachement de l’institution au ministère de la Guerre, formellement réaffirmé dès les premiers jours de la Libération. En décembre 1944, suite au procès de deux policiers civils où l’accusation a contesté leur service en territoires occupés, la section de gendarmerie de Béthune s’inquiète, dans un rapport, des procès à venir au sein du corps. Son rédacteur pousse un cri d’alarme sur ce qui est perçu comme un risque majeur pour le futur de l’arme et le moral des gendarmes : Compte tenu de cet état de choses, la plupart du temps et dans la plupart des cas, les jurés semblent être peu préparés pour apprécier sainement et objectivement la véritable ambiance dans laquelle ont dû vivre policiers et gendarmes pendant l’occupation. Il s’ensuit que de graves mécomptes et fautes d’appréciation peuvent être commis par des jurés de bonne foi, mais mal informés, mal renseignés et souvent aussi peu préparés aux fonctions graves qu’on leur confie17. L’officier préconise alors de mettre à la disposition des cours de justice, des « experts » au fait du vécu de la gendarmerie sous l’Occupation, pour éviter ce qu’il appelle une répression « tendancieuse ».

  • 18 Lille, ADN, 33W 388031, farde commission départementale d’épuration, 5e sous-commission. Sur ce pri (...)

16La question identitaire revient également dans les choix posés pour organiser l’épuration administrative. En Belgique, les officiers du corps, dont les dossiers sont soumis à une commission examinant également le cas des officiers de l’armée, s’en plaignent. À nouveau, ils soulignent combien il est injustifié de comparer leur vécu, en territoires occupés, à celui d’officiers d’une armée ayant capitulé dès 1940. En France, la direction de la gendarmerie, soucieuse de l’autonomie de ses unités face à des acteurs politiques ou issus de la résistance, entend réguler les relations entretenues par les commissions d’épuration de légions avec les comités départementaux de libération. Si des contacts peuvent exister, il n’est en réalité pas question que les comités locaux interviennent, à quelque titre que ce soit, dans le travail des commissions internes. À Lille, le comité départemental de libération du Nord instaure en son sein une commission d’épuration pour la police et la gendarmerie. Il y nomme, comme représentant de l’arme, l’adjudant Allumoz. La nomination ne sera évidemment pas entérinée par le commandant de légion, refusant cette immixtion dans le fonctionnement interne de la légion18.

17À la lecture de ces lignes, il est clair que l’organisation d’un système épuratoire au sein des gendarmeries n’a pas été chose aisée. Entre nécessités globalisantes et spécificités professionnelles, entre enjeux politiques et urgences du moment, c’est à la fois une concurrence et une complémentarité qui s’observent entre procédures judiciaires et administratives. Il en résulte un système qui évoluera dans le temps, face à une réalité épuratoire impérieuse mais trop lente à se solder.

Hainaut et Nord–Pas-de-Calais : épurer une institution d’ordre en pays industriel

18Au-delà de ce cadre institutionnel général, il convient maintenant d’appréhender la pratique des organes épuratoires, en concentrant notre propos sur d’éventuelles spécificités régionales propres au Hainaut et au Nord–Pas-de-Calais. Dit autrement, nous nous intéressons, pour ces régions, aux pratiques et fonctions policières considérées comme fautives ainsi qu’aux circonstances qui les entourent. Nous dressons ensuite une esquisse de bilan, en termes de sanctions et de proportions de gendarmes poursuivis et sanctionnés, mais aussi de réussites des objectifs poursuivis par la mise en œuvre d’une dynamique répressive au sein des corps.

19Si au niveau (trans)national, apparaissent de grandes catégories de faits poursuivis tant par les institutions pénales que par les institutions disciplinaires, des accentuations locales sont aisément perceptibles dans l’espace frontalier franco-belge. Les spécificités de ces régions tiennent aux facteurs économiques, sociaux, politiques, géographiques qui les structurent. Car ceux-ci influencent le lien social et ce faisant, les multiples visages du crime, de la déviance, et en corollaire, la situation locale de l’ordre.

  • 19 Jonas Campion, « Pratiques policières en temps de guerre : les gendarmes belges, français et néerla (...)
  • 20 Arrestations sur ordre, garde d’infrastructures, de personnalités, participation aux réquisitions, (...)
  • 21 Par exemple, selon le rapport de synthèse de l’épuration menée au sein de la 1ère légion de Lille, (...)

20Trois familles principales de comportements sont poursuivies par les instances épuratoires au niveau national. Elles mêlent à la fois attitudes générales constitutives d’une manière d’exercer le métier ; traits comportementaux des soldats de la loi et faits ponctuels et identifiés19. D’abord, l’épuration des gendarmeries réinterroge des valeurs traditionnelles au prisme de l’occupation militaire subie. À ce titre, l’épuration réaffirme avec force, au-delà des situations nationales et des expériences d’occupation, les logiques professionnelles et institutionnelles devant s’appliquer, quel que soit le régime national servi (obéissance, zèle, efficacité). Ensuite, des faits se rapportant à la vie privée des gendarmes mais également de leur famille sont invoqués comme motifs constitutifs de plaintes. Pour partie, il ne s’agit là que de la perpétuation du rôle disciplinaire et de contrôle de la hiérarchie. Enfin, l’épuration statue sur des griefs spécifiques à la présence allemande20. Puisqu’ils sont le plus aisément documentés, ce sont essentiellement ces griefs qui constituent la base des dossiers judiciaires, relatifs au crime de trahison (France) ou d’atteinte à la sûreté de l’État (Belgique). Au contraire, ces faits restent quantitativement peu importants dans la gamme des comportements poursuivis et condamnés par les commissions internes21.

21Dans la région lilloise, l’épuration de la gendarmerie est intimement liée à son action contre l’implantation communiste et plus largement, la vie ouvrière. À ce titre, elle s’inscrit dans une perspective de longue durée, remontant à l’interdiction du parti communiste dès 1939, mais également aux suites du contrôle et de la répression de mouvements sociaux de l’entre-deux-guerres. L’analyse des accusations portées contre les gendarmes, qui nous révèlent en miroir les cadres de leur action, est intéressante à plus d’un titre. Elle entraîne des débats sur la justification des pratiques policières, les modes d’enquêtes ou de gestion des foules, l’autonomie des soldats de la loi dans l’exercice de leur fonction. Sans aucun doute, l’épuration, car elle offre un espace inédit de parole, fait ressortir de larges interrogations, d’habitude largement moins mobilisées, sur les limites et pratiques professionnelles face à la contestation sociale.

  • 22 Vincennes, SHD-DGN, 59E 38, note n° 265/2 section de Douai, 06/02/1945.
  • 23 Vincennes, SHD-DGN, 1D1 11, note n° 158/2 légion de Lille, 12/01/1945.

22La problématique des violences policières est une question centrale de ces débats. Un sous-officier en poste à la section de Douai est accusé d’avoir porté des coups à des prévenus dans le cadre d’une enquête portant sur le meurtre d’un gendarme, durant l’Occupation. Son dossier est transmis à la commission d’enquête de la légion. L’avis que l’organe remet sur cette affaire est intéressant : selon lui, il ne s’agit nullement d’un acte antinational, seule une sanction disciplinaire « normale » pourrait être prise si les faits étaient avérés. C’est, selon elle, un comportement « classique » qui se retrouve ici soumis à enquête, dépolitisant largement le dossier. En outre, l’avis remis par la commission ne va nullement dans le sens d’une remise en cause de l’attitude du gendarme. Le contexte originel de mort d’un gendarme participe, dans un réflexe corporatiste, à la minimisation des faits, offrant des circonstances atténuantes au sous-officier incriminé22. Le gendarme L., de la légion de Lille, est accusé d’avoir donné des coups à deux personnes lors de leur arrestation. Pour sa hiérarchie, cette violence est légitime car, comme l’écrit le commandant de légion, on ne peut reprocher à des gendarmes chargés d’appréhender des individus de faire en sorte que ‘force reste à la loi’. J’émets un avis conforme à celui de la commission d’enquête de la légion et estime que le gendarme L. ne doit faire l’objet d’une sanction d’aucune sorte23.

  • 24 Nous rejoignons ici les conclusions faites par Jean-Marc Berlière, quant à l’action de la police pa (...)
  • 25 Vincennes, SHD-DGN Vincennes, SHD-DGN, 1D1 23, note n° 24/4 légion de Lille, 20/04/1945.
  • 26 Vincennes, SHD-DGN 59E 37, note n° 709/2 Section Douai, 19/12/1944 ; Vincennes, SHD-DGN, 1D1 14, no (...)
  • 27 Vincennes, SHD-DGN, 62E 123, note n° 215/2 section Saint-Pol-sur-Ternoise, 06/03/1945.
  • 28 Vincennes, SHD-DGN, 1D1 23, note n° 4/4 légion de Lille, Rapport du colonel Demougin sur l’état d’e (...)

23Au regard de la gestion policière de la mouvance communiste, l’épuration nous révèle d’abord l’étroite et ancienne connaissance du parti, de ses organisations et de ses membres dès avant le conflit, par les agents de l’ordre24. Celle-ci découle d’une surveillance poussée, étroite et naturelle des militants par les autorités. Elle nous éclaire ensuite sur les modes d’action, parfois naïfs, des militants face aux nécessités de la clandestinité. Enfin, l’analyse des dossiers d’épuration confirme l’existence d’un anticommunisme latent et ancien dans le travail des gendarmes25, avec qui des comptes restent perpétuellement en suspens. En termes de responsabilités, les dossiers insistent sur le caractère légal de la répression menée, au regard de la législation républicaine prise en 193926. Les archives de l’épuration témoignent de critiques plus larges envers l’action des gendarmes contre le monde ouvrier : s’y retrouvent des plaintes relatives à la répression de mouvements sociaux, comme les grèves de 194127, où le rôle des Allemands n’est finalement que secondaire. À l’analyse, il existe d’ailleurs une continuité évidente de reproches à cet égard entre l’avant-guerre et la période de l’Occupation, et l’on comprend combien militants et ouvriers entendent mobiliser la tribune épuratoire pour dénoncer le rôle répressif joué par la gendarmerie28.

  • 29 […] les condamnations prononcées par la Cour de Justice de Béthune ont causé une profonde émotion p (...)

24Dans la pratique épuratoire, un décalage se crée petit à petit entre la demande sociale de sanctions, et les comportements réellement considérés comme fautifs par la hiérarchie et le pouvoir politique. La politique de sanctions prononcées entend dépolitiser les griefs adressés aux gendarmes, et replacer les comportements reprochés dans le contexte de concurrence de l’ordre de la Libération, ou dans la continuité de rivalités anciennes, décrivant de facto les gendarmes comme des victimes de règlements de comptes. Plus important encore, il n’est nullement question de rentrer dans un processus de redéfinition des pratiques et valeurs professionnelles comme l’obéissance, la légitimité du service, la non-discussion des ordres reçus. Par ce biais, il s’agit évidemment de répondre au trouble et aux doutes que vivent les gendarmes29. Au final, l’institution reste globalement épargnée pour son service aux ordres de Vichy alors que localement, ce sont de grandes figures symboliques qui concentrent la culpabilité.

  • 30 Vincennes, SHD-DGN, 1A 181, note n° 78/4, rapport du sous-lieutenant Millischer sur l’exécution du (...)
  • 31 Vincennes, SHD-DGN, 62E 99, note n° 155/2 section Lens, 10/02/1945.
  • 32 Voir les dossiers judiciaires : Lille, ADN, 7W 326 ; 7W 485 ; 7W 495 ; 7W 496.

25Au sein de la 1ère légion, le cas du lieutenant Fleurose, commandant la section de Lens, incarne cette culpabilité individuelle. Considéré comme responsable de près de 300 arrestations, essentiellement de communistes, il est condamné à mort le 16 avril 1945 par la cour de justice de Béthune et exécuté un mois plus tard, tandis que son dossier administratif mènera à une révocation sans pension30. Coupable idéal permettant de restaurer l’unité de la légion, il concentre sur lui l’essentiel des responsabilités. Ainsi, lorsque le commandant de la brigade de Bailleul, dépendant de la section de Lens, est poursuivi pour diverses arrestations effectuées dans son ressort, le corps souligne la nécessité de prendre en compte le contexte local, où régnait une culture du chiffre quant aux arrestations, et où circulaient des consignes claires de Fleurose31. Au sein de la section de Lens, se construit l’image d’une « organisation criminelle », peu nombreuse mais largement active durant l’Occupation. Celle-ci est sévèrement sanctionnée tant par la justice pénale que par les procédures internes. Le sentiment est encore renforcé par le regroupement des procès de gendarmes issus de cette chaîne hiérarchique, devant la cour de justice de Béthune, du 16 au 19 avril 194532. Tant la trahison de cet officier et des complices est évidente, elle permet de dédouaner la responsabilité de la majorité des effectifs…

  • 33 Frédéric Dauphin, La Belgique libérée (1944-1945) : faits, opinions, représentations…
  • 34 Xavier Rousseaux, Frédéric Vesentini, Toon Vrints, « Violence and Wars. Measuring Homicide in Belgi (...)

26Dans le Hainaut belge, l’influence des facteurs sociopolitiques locaux se retrouve également au sein des dossiers épuratoires de gendarmes. La demande sociale quant à la sanction de la collaboration des gendarmes y est très forte, s’exprimant dès septembre 1944 mais également des mois plus tard – notamment autour de l’été 1945, lors du retour des déportés et des collaborateurs en exil – par des manifestations, des violences populaires, des campagnes de presse ou de lobbying. Il en résulte un climat difficile autour du corps, qu’il est aisé de lier au climat général de tensions33 sociales, économiques (grèves et relance de la production industrielle) et politiques (encadrement et désarmement de la résistance communiste, gestion d’un pic d’homicides aux motifs largement politiques34) dans cette région stratégique pour le redressement et la stabilité du pays.

  • 35 Bruxelles, SHP, dossier individuel gendarme A., rapport du SE, 18/02/1947.
  • 36 Dirk Luyten, Burgers boven elke verdenking ? Vervolging van economische collaboratie in België, Bru (...)
  • 37 Bruxelles, SHP, dossier maréchal-des-logis N., pv de la 2e commission d’avis de Bruxelles, 02/08/19 (...)

27La question industrielle est au cœur des procédures. On reproche aux gendarmes d’avoir exercé des gardes d’usines, d’infrastructures, de mines ou d’outils énergétiques35. Cette situation confirme l’exploitation économique du territoire belge au profit de l’effort de guerre allemand, mais surtout les débats relatifs à la « collaboration industrielle » et aux enjeux de la politique de présence qui la sous-tend36. Comme en France, les relations compliquées de la gendarmerie avec les militants communistes se retrouvent dans les chefs d’accusation. Si les arrestations y sont moins systématiques, au vu des différences de régimes politiques et de régimes d’occupation entre les deux pays d’une part et d’une moindre structuration du parti communiste belge de l’autre, elles y sont pourtant présentes37.

  • 38 Sur cette question, Jonas Campion, Les gendarmes belges, français et néerlandais…, pp. 193-197.
  • 39 Bruxelles, Palais de Justice, Archives de l’auditorat militaire, dossier capitaine P., procès-verba (...)
  • 40 Jambes, Collection privée du colonel Claessens, doc 338/28, registre confidentiel de Mons, note, 20 (...)

28Dans le Hainaut – comme au sein du reste de la gendarmerie belge –, les acteurs du processus de transformation institutionnelle survenue durant la guerre doivent rendre des comptes pour leur implication dans ces dynamiques. Tant les têtes pensantes des réformes, que des acteurs de moindre importance, ayant accepté une promotion, ou un poste au sein d’une nouvelle structure font l’objet de poursuites. Les arguments avancés pour justifier ces poursuites sont que par leur implication dans les réformes, les gendarmes ont, à la fois, facilité l’effort de guerre allemand, adhéré aux thèses collaborationniste, et porté atteinte à l’intégrité des institutions nationales (article 118bis du code pénal)38. Dans la région hennuyère, outre les cas des nouveaux engagés ou de promotions acceptées (notamment relatives à l’accession au cadre des officiers supérieurs)39, ce sont des membres des unités mobiles réformées, des escadrons de lutte contre la fraude ayant exercé, à l’un ou l’autre moment, leurs missions dans la province qui sont poursuivis40.

  • 41 Jambes, Collection privée du colonel Claessens, doc 468/20, auditeur militaire au colonel Sauvage, (...)

29Comme dans le cas français, la jurisprudence épuratoire dédouane, au final, la majorité des gendarmes « de tradition » et réaffirme les valeurs constitutives du métier. Il en résulte la même construction identitaire d’une majorité patriote, face à une minorité châtiée car fautive. Cette minorité est incarnée par quelques personnalités, regroupant de par leurs fonctions, les torts et responsabilités. Le capitaine-commandant Lessire en est l’archétype. Nommé major en 1942, il commande durant l’Occupation, le groupe territorial de Charleroi. Arrêté par l’autorité allemande, il est incarcéré durant plusieurs mois. Après sa libération, il reprend du service avant d’être à nouveau privé de liberté. Le 5 septembre 1944, alors que des plaintes se multiplient à son encontre, il est arrêté par un subordonné. Interné dans une caserne militaire en cellule collective, il est transféré dans une cellule individuelle et y est retrouvé pendu 4 jours plus tard. Rapidement, la rumeur enfle. Contrairement au bruit qui circule actuellement, le médecin légiste et moi-même n'avons constaté aucun élément qui nous aurait permis de dire qu'on ‘l'avait suicidé’, écrit un officier montois dans un rapport sur le décès41. Grâce à (malgré ?) ce suicide, les griefs à l’encontre de l’officier s’accumulent. On souligne sa réputation de rexiste, de collaborateur. On dénonce la pression constante qu’il exerçait sur ses subordonnés, on rappelle à de multiples reprises qu’il aurait donné l’ordre de poursuivre les auteurs d’attentats survenus dans le ressort de son groupe. Sans que cette affaire ne soit examinée plus en avant, Lessire concentre les débats, et c’est autour de lui que s’articule la construction d’une agissante minorité collaboratrice au sein de la gendarmerie présente dans le Hainaut.

Éléments de bilans

30Au terme de ce parcours, il convient maintenant de dresser un bilan des épurations menées au sein des gendarmeries dans le Nord–Pas-de-Calais et dans le Hainaut, pour à la fois replacer ces régions dans une optique nationale et pour en souligner les ressemblances et les dissemblances, au-delà de la frontière. Dresser le bilan des épurations est un exercice pluriel, où doivent être confrontés les objectifs poursuivis, ceux atteints, la chronologie et l’ampleur des phénomènes.

31Sans aucun doute, il faut reconnaître que, malgré leurs difficultés, les épurations ont réussi, au niveau macro, à progressivement restaurer une cohésion au sein d’institutions en crise, et à garantir le maintien des gendarmeries au cœur du système d’ordre. Les épurations ont permis aux gendarmeries de continuer à exercer leurs missions, dans la durée, même au sein de régions difficiles, comme l’est la zone frontalière franco-belge. En fait, l’épuration est une crise nécessaire. Aggravant dans un premier temps les facteurs centrifuges qui traversent les armes lors des transitions politiques de la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’épuration des gendarmeries constitue bien à terme, un facteur de renforcement de la cohésion institutionnelle et de faisant, de la légitimité et de la légalité de l’action des gendarmes.

32Par contre, il est indéniable qu’au niveau micro, celui des individus, l’épuration des corps ait pu laisser un goût d’inachevé et d’injustice tant pour certains gendarmes, que pour des résistants ou pour les populations. De tout point de vue, l’épuration est largement incomprise : jugée trop lente, trop discrète, trop compliquée, trop laxiste pour les uns, trop dure pour les autres.

33La dynamique épuratoire représente un épisode difficile pour les gendarmeries. Au-delà des questions morales qu’elle soulève sur la définition du bon gendarme, la crise tient au déroulement et à l’ampleur des procédures. En France et en Belgique, les faits vont mettre à mal les prévisions initiales. L’épuration s’ancre rapidement dans la durée à cause des rebondissements dans les affaires, tandis que le nombre de plaintes, au pénal et en interne dépasse les prospectives les plus sombres. Il en résulte des difficultés d’organisation et des nécessités d’adaptation des instances répressives. Tant dans leurs structures que dans leurs jurisprudences, les épurations sont des processus évolutifs, car pétris de tensions identitaires, hiérarchiques, politiques, régionales, nationales, sociales ou juridiques.

  • 42 Le taux varie de 1 à 4 entre la légion de Paris et la légion de Lille.
  • 43 Jonas Campion, Les gendarmes belges, français et néerlandais…., pp. 154-160.
  • 44 […] les nombreuses enquêtes ont jeté un trouble sérieux chez les gendarmes de la légion qui, ayant (...)

34La discussion de l’ampleur des procédures épuratoires menées au sein des gendarmeries dans le Nord–Pas-de-Calais, comme dans le Hainaut sont particulièrement éclairantes des tensions que vivent alors les corps. Il convient de prendre en compte les enjeux que ces chiffres et leur compréhension représentent, tant pour les gendarmes, leurs autorités, que pour les populations civiles. Au premier rang de ceux-ci, se retrouvent la distinction à opérer, tant au plan pénal que disciplinaire, entre poursuites engagées et sanctions effectivement prononcées. C’est en effet un véritable tamis qui existe, tout au long des procédures, au gré des classements sans suite, des non-lieux ou des abandons de poursuites pour divers motifs. Malgré de fortes variations régionales42, il est possible d’estimer qu’entre 40 et 60 % des procédures administratives initiées ne donnent finalement pas lieu à sanction, les faits reprochés étant non établis, jugés anodins, ou tout simplement normaux en termes professionnels43. Or, pour le gendarme, le seul fait d’être poursuivi et donc soumis à une méfiance de la part de l’institution est caractéristique d’une situation anormale et d’un sentiment d’avoir été injustement sanctionné44. Par contre, pour des populations en contacts quotidiens avec les soldats de la loi, voir ceux-ci reprendre du service malgré diverses plaintes à leur encontre est incompréhensible. Le décalage dans la perception des procédures menées et des décisions qui en découlent est évident.

  • 45 À partir des archives de la légion de Lille et de la direction générale de la gendarmerie nationale
  • 46 Sur cette question mêlant épuration, mesures d’économies et renouveau militaire, nous renvoyons aux (...)

35Du fait de facilités archivistiques, le cas de la légion de Lille est sans doute le plus facile est analyser. Les archives de l’épuration45 nous renseignent sur l’ouverture de 22 instructions pour des officiers ayant exercé tout ou partie de leur fonction dans la région lilloise et 223 affaires ouvertes à l’encontre de gendarmes et sous-officiers. Au plan hiérarchique, le constat est sans appel : il n’y a pas de grades épargnés par la suspicion. Sur les 223 instructions relatives à du personnel sous-officier, 142 sont proposées par la commission pour un classement sans suite (63,6 %) tandis que 63 gendarmes (28,2 %) sont proposés pour une mutation d’office, soit 91,8 % des gendarmes initialement incriminés. Le dépouillement des archives permet de connaître les sanctions véritablement prononcées par le ministre contre 57 gendarmes, parfois après les premières procédures d’appel. Les sanctions se répartissent de la manière suivante : 7 gendarmes ont été radiés ou exclus de l’arme, 14 placés en non-activité pour des périodes variables (de 3 mois à un an), 9 affaires se terminent par un déplacement ou la mutation du gendarme incriminé, 5 par une peine d’arrêt et 9 par une sanction d’une autre nature. Enfin, 18 affaires ont été classées sans suite. Nous observons la prééminence des dossiers sans suite, de mise en non-activité ou de mutations au sein des décisions prises. Autrement dit, si les sanctions sont présentes au sein de la légion de Lille, elles restent limitées. Peu de départs définitifs sont en effet observés. Les données relatives au personnel officier sont trop partielles pour être interprétées avec justesse, d’autant plus qu’aux premières sanctions, se superposent les effets des mesures ultérieures de dégagement des cadres de l’arme46.

36De ces observations, découle une appréhension nouvelle de l’épuration des gendarmeries en tant que politique publique. Indéniablement, les procédures qui débutent à la fin de l’été 1944 sont des moments de grandes difficultés pour les armes. Mais c’est un mal nécessaire. Car, et c’est là le succès des autorités, la jurisprudence suivie permet à terme, de rétablir la confiance dans et autour des gendarmeries, et par conséquent d’en assurer la pérennité au service de l’État. Le Hainaut et le Nord–Pas-de-Calais sont des cas exemplaires de ce succès. Alors qu’il s’agissait de régions « difficiles » en termes d’ordre, marqués par de profonds risques quant à la restauration étatique, la transition s’y effectue in fine de manière relativement pacifiée, malgré d’inévitables excès.

37Profondément contestées – et ce, dans la continuité de l’entre-deux-guerres – par des milieux ouvriers, militants et communistes structurés par leur implication dans la résistance, soumises durant l’Occupation à une concurrence para-policière, victimes de violences, les gendarmeries sont minorisés et dans le doute. Or, ce doute finira par s’estomper, les frontières du service légitime et légal des gendarmes étant définies et diffusées tant au sein des corps, que dans les sociabilités où ils s’intègrent. Les valeurs attendues des gendarmes sont réaffirmées avec conviction. Comme avant la guerre, le gendarme doit obéir, refuser toute intrusion politique dans son service, faire preuve d’efficacité. Cet objectif est atteint par la construction, tant au plan pénal qu’administratif, de minorités de traîtres, face à une majorité de « bons » gendarmes. Le processus de stigmatisation de minorités agissantes, au sein des armes, en est la clé. Ces groupements de gendarmes, articulés autour de personnalités d’officiers charismatiques (Lessire, Fleurose), largement ancrés dans des microcosmes locaux, concentrent les griefs et les responsabilités. Ils dédouanent de ce fait le reste des unités.

Épilogue

38Pour conclure, l’approche régionale des épurations menées au sein d’institutions d’ampleurs nationales a su démontrer son intérêt. Au prisme du local, nous éclairons à la fois des microcosmes régionaux, aux spécificités identifiées, mais aussi des logiques d’ampleurs nationales ou transnationales. L’analyse des dossiers ouverts à l’encontre de gendarmes illustre avec force leur intégration, au cœur de la vie sociale. Ces dossiers sont des révélateurs uniques des pratiques policières en temps de guerre, mais aussi de manière plus générale, des pratiques policières dans des régions frontalières, industrielles, à forte tradition communiste. Ce sont les multiples pans d’un « policing » particulier, à l’égard de populations suspectes et dangereuses qui apparaît. Les reproches adressés aux gendarmes, tout comme l’examen de leurs carrières qu’effectuent les instances épuratoires font ainsi largement le lien de l’avant-guerre aux semaines entourant la libération.

39Les dynamiques épuratoires en cours dans les unités de gendarmerie dans les régions hennuyère et du nord de la France sont, sans aucun doute, un élément central des transitions politiques qui y ont cours. Au sein de régions sous pression, elles constituent en effet le point d’articulation de la réaffirmation du monopole étatique de la violence légitime au sein du bras armé de l’État. La transition démocratique doit, sans aucun doute, s’appuyer sur des polices fortes. Pour les autorités, les gendarmeries sont l’outil indispensable pour contrôler à nouveau le territoire, maintenir l’ordre, mettre en œuvre une répression légale des collaborateurs. Dans ce but, il faut les rééquiper, les réorganiser, affermir leur chaîne hiérarchique. Autant de phénomènes qui sont conditionnés par les pratiques épuratoires, qui constituent le cœur du rétablissement de la légalité policière après la Seconde Guerre mondiale.

Notes

1 Sur les fonctions de la gendarmerie dans une perspective historique, voir les indispensables Jean-Noël Luc (dir.), Gendarmerie, État et Société au 19e siècle, Paris, PUPS, 2002 et Jean-Noël Luc (dir.), Soldats de la loi. La gendarmerie au 20e siècle, Paris, PUPS, 2010 ; Jean-Noël Luc, Frédéric Médard (dir.), Histoire et dictionnaire de la gendarmerie de la Maréchaussée à nos jours, Paris, Jacob-Duvernet/ Ministère de la Défense, 2013. Voir également Clive Emsley, Gendarmes and the State in Nineteenth-Century Europe, Oxford, OUP, 1999 ; Clive Emsley, « Gendarmerie Policing », in Gerben Bruinsma, David Weisburd (dir.), Encyclopedia of Criminology and Criminal Justice, New-York, Springer, 2014, pp. 1867-1876.

2 Sur le contexte des gendarmeries en guerre, nous renvoyons à la publication de notre thèse de doctorat. Jonas Campion, Les gendarmes belges, français et néerlandais à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, Bruxelles, André Versaille Éditeur, 2011.

3 Sur ce concept, dans une perspective plus large que la seule fin de guerre, voir les stimulants Marc Bergère, « Introduction. Gendarmerie et transition(s) politique(s) : un front pionnier pour les historiens ? », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 114, n° 2, juin 2007, pp. 103-108 et Marc Bergère, Jean Le Bihan (dir.), Fonctionnaires dans la tourmente. Épurations administratives et transitions politiques à l’époque contemporaine, Genève, Georg, 2009.

4 Vincennes, SHD-DGN, 1D1 23, note n° 4/4 légion de Lille, Rapport du colonel Demougin sur l’état d’esprit du personnel, 06/01/1945.

5 Frédéric Dauphin, La Belgique libérée (1944-1945) : faits, opinions, représentations, Bruxelles, CEGES, 1998, p. 51 (rapport de recherche, inédit).

6 Jambes, Collection privée du colonel Claessens, doc 208, rapport manuscrit du major Godfroid, 13/10/1944.

7 Jambes, Collection privée du colonel Claessens, doc 208, rapport du sous-lieutenant Claes concernant le commandant Jean, 13/10/1944.

8 Nico Wouters, « Davantage la France que la Belgique. L’unicité du Nord–Pas-de-Calais 1940-1944 », Cahiers d’histoire du temps présent, n° 15, mai 2005, pp. 205-223.

9 Jambes, Collection privée du colonel Claessens, doc 786, registre de correspondance du Groupe de Mons, note n° 14, 11/09/1944.

10 Vincennes, SHD-DGN 59E37, note n° 3/2 section Douai, 09/09/1944.

11 Francis-Louis Closon, Commissaire de la République du général De Gaulle. Lille, septembre 1944-mars 1946, Paris, Julliard, 1980, pp. 90-91

12 Notamment, en Belgique, « l’instruction pour la gendarmerie dans les territoires libérés de l’occupation ennemie » du 1er septembre 1944 ou la circulaire française du 7 septembre 1944 « relative à l’élimination pour attitude antinationale du personnel officier de la gendarmerie », complétée par une note du 13 septembre 1944, concernant l’ensemble des personnels. Voir Bruxelles, CEGES, Archives partielles du ministère de la Défense nationale et de l’Armée Belge en Grande-Bretagne, AA397, n° 8, instruction pour la Gendarmerie dans les territoires libérés de l’occupation ennemie, 01/09/1944 ; « Circulaire du 7 septembre1944 relative à l’élimination pour attitude antinationale du personnel officier de la gendarmerie », in Mémorial de la gendarmerie, fascicule de la Libération, p. 47 ; Vincennes, SHD-DGN, 1A 111, note n° 532/Gend-P du lieutenant-colonel Girard, 13/09/944.

13 Pour un aperçu généraliste sur la répression des collaborations en France et en Belgique, voir Luc Huyse, Stephen Dhondt, La répression des collaborations. 1942-1952. Un passé toujours présent, Bruxelles, CRISP, 1993 ; Koen Aerts, Repressie zonder maat of einde ?, De juridische reïntegratie van collaborateurs in de Belgische Staat na de Tweede Wereldoorlog, Bruxelles, Academic Press, 2014 ; Marc-Olivier Baruch, Une poignée de misérables, l’épuration de la société française après la Seconde Guerre mondiale, Paris, Fayard, 2003.

14 Sur l’organisation des commissions d’épuration, voir Jonas Campion, Les gendarmes belges, français et néerlandais…, pp. 125-144 ; Jonas Campion, « Solder l’Occupation... L’épuration interne de la gendarmerie belge (1944-1948) », in Pyramides, Revue du Laboratoire d’Études et de Recherches en administration publique, n° 13, 2007, pp. 83-105 ; Claude d’Abzac-Epézy « Épurations, dégagements, exclusions. Les réductions d’effectifs dans l’armée française (1940-1947) », in Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 59, juillet-septembre 1998, pp. 62-75.

15 Vincennes, SHD-DGN, 1D1 9, note n° 114/2 légion de Lille, 23/09/1944.

16 Vincennes, SHD-DGN, 1A 223, dossier n° 45 ; Vincennes, SHD-DGN, 1A 54, ministre de la Guerre au commandant la 6e région militaire, 06/01/1945. Vincennes, SHD-DGN, 1D1 23, note n° 41/4 légion de Lille, 20/12/1944.

17 Vincennes, SHD-DGN, 62E 73, note n° 60/4 section de Béthune, 08/03/1945.

18 Lille, ADN, 33W 388031, farde commission départementale d’épuration, 5e sous-commission. Sur ce principe de « non immixtion » dans les affaires disciplinaires, voir aussi Vincennes, SHD-DAT 3R 594, dossier 4, note n° 2877/2 1ère légion, 20/06/1945.

19 Jonas Campion, « Pratiques policières en temps de guerre : les gendarmes belges, français et néerlandais au prisme de l’épuration (1940-1948) », in Crimes, histoire & sociétés/ Crimes, History & Societies, t. 16, n° 2, 2012, pp. 79-97.

20 Arrestations sur ordre, garde d’infrastructures, de personnalités, participation aux réquisitions, aux barrages, aux rafles, garde de camps… Mais également travail de chauffeur ou d’interprète au profit de troupes allemandes.

21 Par exemple, selon le rapport de synthèse de l’épuration menée au sein de la 1ère légion de Lille, ce sont seulement 19 affaires (sur 245 instructions ouvertes en son sein) qui concernent des faits précis et identifiés de lutte contre la résistance. Vincennes, SHD-DGN, 1D1 16, note n° 3591/2 légion de Lille, Rapport du colonel Pellegrin sur les résultats des travaux de la CE de la 1ère légion de gendarmerie, 17/08/1945.

22 Vincennes, SHD-DGN, 59E 38, note n° 265/2 section de Douai, 06/02/1945.

23 Vincennes, SHD-DGN, 1D1 11, note n° 158/2 légion de Lille, 12/01/1945.

24 Nous rejoignons ici les conclusions faites par Jean-Marc Berlière, quant à l’action de la police parisienne. Voir par exemple Jean-Marc Berlière, Le Sang des communistes Les Bataillons de la jeunesse dans la lutte armée, automne 1941, Paris, Fayard, 2004 et Policiers français sous l’Occupation, Paris, Perrin-Tempus, 2009.

25 Vincennes, SHD-DGN Vincennes, SHD-DGN, 1D1 23, note n° 24/4 légion de Lille, 20/04/1945.

26 Vincennes, SHD-DGN 59E 37, note n° 709/2 Section Douai, 19/12/1944 ; Vincennes, SHD-DGN, 1D1 14, note n° 1987/2 légion de Lille, 15/05/1945.

27 Vincennes, SHD-DGN, 62E 123, note n° 215/2 section Saint-Pol-sur-Ternoise, 06/03/1945.

28 Vincennes, SHD-DGN, 1D1 23, note n° 4/4 légion de Lille, Rapport du colonel Demougin sur l’état d’esprit du personnel, 06/01/1945.

29 […] les condamnations prononcées par la Cour de Justice de Béthune ont causé une profonde émotion parmi les personnel de la Légion qui, dans l’ensemble, a conscience d’avoir fait tout son devoir de Français sous l’Occupation et qui n’a ménagé ni sa peine, si son sang dans la lutte contre les malfaiteurs et contre l’envahisseur écrit à ce propos, le commandant de légion dans son rapport final sur l’épuration. Vincennes, SHD-DGN, 1 D1 16, note n° 3591/2 légion de Lille, Rapport du colonel Pellegrin sur les résultats des travaux de la CE de la 1ère légion de gendarmerie, 17/08/1945.

30 Vincennes, SHD-DGN, 1A 181, note n° 78/4, rapport du sous-lieutenant Millischer sur l’exécution du lieutenant Fleurose, 19/05/1945.

31 Vincennes, SHD-DGN, 62E 99, note n° 155/2 section Lens, 10/02/1945.

32 Voir les dossiers judiciaires : Lille, ADN, 7W 326 ; 7W 485 ; 7W 495 ; 7W 496.

33 Frédéric Dauphin, La Belgique libérée (1944-1945) : faits, opinions, représentations…

34 Xavier Rousseaux, Frédéric Vesentini, Toon Vrints, « Violence and Wars. Measuring Homicide in Belgium (1900-1950) » in Sophie Body-Gendrot, Peter Spierenburg, Violence in Europe. Historical and Contemporary Perspectives, Berlin, Springer, 2008, pp. 177-205 ; Amandine Thiry, Le tribut des temps troubles » : la justice face aux homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (Avril 1943-novembre 1944), mémoire de maîtrise en histoire, UCL, 2013.

35 Bruxelles, SHP, dossier individuel gendarme A., rapport du SE, 18/02/1947.

36 Dirk Luyten, Burgers boven elke verdenking ? Vervolging van economische collaboratie in België, Bruxelles, VUB-Press, 1996.

37 Bruxelles, SHP, dossier maréchal-des-logis N., pv de la 2e commission d’avis de Bruxelles, 02/08/1946.

38 Sur cette question, Jonas Campion, Les gendarmes belges, français et néerlandais…, pp. 193-197.

39 Bruxelles, Palais de Justice, Archives de l’auditorat militaire, dossier capitaine P., procès-verbal de la prévôté à Londres, 16/06/1944.

40 Jambes, Collection privée du colonel Claessens, doc 338/28, registre confidentiel de Mons, note, 20/10/1944.

41 Jambes, Collection privée du colonel Claessens, doc 468/20, auditeur militaire au colonel Sauvage, 20/10/1945.

42 Le taux varie de 1 à 4 entre la légion de Paris et la légion de Lille.

43 Jonas Campion, Les gendarmes belges, français et néerlandais…., pp. 154-160.

44 […] les nombreuses enquêtes ont jeté un trouble sérieux chez les gendarmes de la légion qui, ayant l’entière conviction d’avoir fait tout leur devoir sous l’occupation ennemie, constituent un des seuls organismes où l’honnêteté est de règle en général, sont étonnés déçus, désabusés, d’être l’objet d’attaques injustifiées, d’enquêtes qui même classées sans suite, n’en laissent pas moins une trace qui n’est pas près de s’effacer. Vincennes, SHD-DGN, 1D1 23, note n° 24/4 à Monsieur le Colonel Inspecteur du 1er arrondissement de gendarmerie, 20/04/1945.

45 À partir des archives de la légion de Lille et de la direction générale de la gendarmerie nationale.

46 Sur cette question mêlant épuration, mesures d’économies et renouveau militaire, nous renvoyons aux travaux déjà cités de Claude d’Abzac-Epezy.

Auteur

FRS-FNRS, Centre d’histoire du droit et de la justice, UC Louvain

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr