Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique)

 | 
Robert Vandenbussche

Par dessus la Manche, « des Français parlent aux Français » : Les gens du Nord à l’écoute des émissions de la France libre

Dominique Balvet

Texte intégral

  • 1 Rapports du préfet F. Carles, Bull. d’information Memor, Lille 3, 1998, n° 26 & 27, (reproduit les (...)

« Les émissions françaises dissidentes sont très écoutées. Elles ont une fâcheuse influence sur une partie de la population, qui se laisse entraîner à des actes de terrorisme, sous le prétexte trompeur de patriotisme. Les émissions les plus écoutées continuent d’être celles des postes radio de Londres et d’Alger » (5 décembre 1943)1.

« On a souvent dit qu’il n’existe pas de parti gaulliste à proprement parler. En effet, il existe plutôt une tendance qui cherche à se préciser dans un sens hostile à la collaboration réclamée par le gouvernement. Ce n’est souvent pas par ses chefs que se fait la propagande d’opposition ; elle arrive directement d’outre-mer par les émissions anglaises qui sont toujours suivies et dont les directives se transmettent très vite [...] ».

  • 2 Rapports du préfet du Pas-de-Calais, Arch. dép. Nord, 1 W 2017.

« Il faut relever que la radio anglaise, si elle n’est pas écoutée par une majorité d’auditeurs, n’en garde pas moins une grande influence, en ce sens que ses informations sont très vite et très largement diffusées »2.

1Les deux premières citations sont extraites des rapports du préfet du Nord Fernand Carles, du 2 janvier 1941 et du 5 décembre 1943, la dernière mention est celle d’un rapport du préfet du Pas-de-Calais, Bussière, daté du 3 août 1942. Ces propos, dont nous pourrions citer nombre d’autres exemples, témoignent de l’audience des émissions britanniques auprès d’une population dont, aux dires encore du préfet Carles (7 juin 1941) :

« L’immense majorité est de sentiment pro – anglais et sympathisante du mouvement gaulliste. Cet état d’esprit, latent depuis l’occupation et renforcé par les sanctions prises par l’autorité occupante à tout propos, se manifeste quotidiennement, soit par la distribution de tracts, soit par l’exécution fidèle de consignes propagées par les radios étrangères ».

2Cette audience s’explique par le fait que la population « se refuse le plus souvent à tenir pour totalement exacte les informations de la radio officielle française », et l’on conçoit la part d’euphémisme que recèle cette constatation du préfet Bussière (3 avril 1942). Elle rend aussi compte d’une réalité, celle que constatait, à sa façon, le service de contrôle postal et téléphonique de Vichy :

  • 3 Arch. nat., AJ 41/25, cité par J.-L. Crémieux–Brilhac, La France libre, p. 224.

« Tandis qu’en zone libre gaullisme et anglophilie sont plutôt l’affaire des gens de gauche, « plus politiciens que patriotes », en zone occupée être gaulliste, c’est avant tout être anti-Allemand, ce qui explique le succès de cette tendance. On souhaite nettement l’écrasement de l’Allemagne, même au prix de souffrances supplémentaires. Le juif devient sympathique »3.

3À plus forte raison, ce sentiment viscéral d’attachement national est le lot commun des habitants de départements qui, non seulement se souviennent de l’occupation de la guerre précédente, mais redoutent à juste titre les projets nazis de rattachement à Bruxelles.

4Que la radio d’« youtre Manche » – comme l’appelle Radio-Paris –, se fasse l’écho de la volonté de la France libre de défendre l’intégrité du territoire, ne peut que renforcer son audience.

5Ainsi, René Cassin intervient, à différentes reprises, sur les ondes de la BBC, pour dénoncer ceux qui porteraient atteinte à l’intégrité du territoire ; rapprochant significativement les situations de l’Alsace-Lorraine annexée, du Nord rattaché à Bruxelles et de la Bretagne, où les Allemands tentent de susciter un mouvement autonomiste qui leur soit dévoué.

6« Sauvons l’unité de la France », déclare-t-il le 29 juillet 1940, en des termes où trouve à s’exprimer, quelques semaines après la chute de la IIIe République, cette tradition républicaine, qu’à travers l’évocation des fêtes du 150e anniversaire de la Révolution, le « juriste de la France libre » relie significativement à l’alliance anglaise :

« Français, vous vous rendez tous compte du péril que court l’unité de la patrie. Ce n’est plus seulement l’Alsace et la Lorraine que l’ennemi veut lui arracher. Déjà Hitler a fondé, à l’Ouest, avec cinq départements bretons, un État soi-disant autonome. Il médite d’incorporer Lille et le Nord de la France à un nouvel État débordant sur la Belgique et la Hollande [...].

« Français, la pseudo-constitution de Vichy vise à bâillonner illégalement, Alsaciens, Lorrains, Bretons, Flamands. Mais, fidèles au serment de la Révolution, prêté par nos aïeux le 14 juillet 1790, au Champ-de-Mars, serment commémoré en ce 14 juillet 1939, qui fut aussi la fête de l’alliance franco-anglaise, vous saurez témoigner à la face du monde, votre attachement à la France une et indivisible ».

7Le 18 octobre 1940, il dénonce le non-respect des clauses de l’armistice, ce qu’il qualifie de « Diktat violé » :

  • 4 R. Cassin, Les hommes partis de rien, Plon, 1975.


« L’article 3 (de l’armistice) dispose que, dans les territoires occupés, l’Allemagne aura tous les droits d’une puissance occupante, mais non l’administration locale. Aucun texte de l’armistice, à moins qu’il n’y ait une clause secrète institutionnelle, ne préjuge d’un sort particulier, soit pour l’Alsace et la Lorraine, soit pour la Bretagne ou les régions du Nord. Jusqu’au traité de paix, si jamais il en est signé un, la France demeure, en droit, intacte. Mais, au su de tous, la réalité ne répond en rien aux apparences. L’Allemagne a décomposé les régions occupées de la France en plusieurs zones soumises à un régime inégal ; elle s’est effrontément emparée de l’administration locale de certaines d’entre elles »4.

  • 5 P. Barral, L’Alsace-Lorraine, trois départements sous la botte, dans J.-P. Azéma & F. Bédarida, La (...)

8Le 20 novembre 1940, le chef de la France libre, lui-même, dénonçait « la déportation des Lorrains, après celle des Alsaciens et en attendant celle des Flamands, des Picards et des Champenois »5.

9L’audience de ces émissions radiophoniques se mesure, dès 1941, à la façon dont la population suit les consignes diffusées sur les ondes. Ainsi, les Nordistes, comme les Bretons ou les habitants de la banlieue parisienne, restent- ils chez eux, le 1er janvier 1941, comme le porte-parole de la France libre les y avait invités – le préfet du Nord parle d’une « quasi-unanimité » de la population concernée (2 janvier 1941).

10De même, la campagne des V, lancée par le député et ancien ministre belge Victor de Laveley (V qui peut tout aussi bien signifier Virjheid, liberté en flamand, que victoire), campagne qui est reprise par les speakers de la France libre, connaît dans les départements nordistes, un succès certain. Le préfet du Nord déplore, le 7 avril 1941 :

« Un très grand nombre de sympathisants, plus particulièrement dans les jeunes couches de la population [...] sont exécutées à la lettre toutes les recommandations de la propagande diffusées par la TSF anglaise [...], une multitude d’inscriptions [...] (ce) qui a donné lieu aux mesures de représailles ».

11Cette concordance de vues entre Belges et Français, à Londres, invite à insister sur l’exemplarité de l’attitude du clergé et des autorités belges, évoqués par Maurice Schumann, dans l’émission « Honneur et Patrie » du 30 août 1942, stigmatisant à l’inverse l’attitude du clergé et des autorités de Vichy (il est vrai, concernant le clergé, qu’à Londres on ne connaissait pas alors la teneur de la lettre pastorale de Mgr Saliège) :

  • 6 Les Voix de la Liberté. Ici Londres. 1940–1944. Édition établie sous la dir. de J.-L. Crémieux-Bril (...)

« Quand les Déat et les Doriot belges voulurent envoyer leurs compatriotes mourir pour Hitler en Russie, savez-vous ce que firent les Procureurs du Roi à Bruxelles, à Malines et à Charleroi ? Ils firent arrêter les recruteurs de la Légion anti – bolchevique, au nom de la loi belge, qui interdit le recrutement de sujets belges au bénéfice d’une armée étrangère sur le territoire national. Vichy n’est pas en Belgique.
« Quand les Allemands couvrirent les murs de Belgique d’une affiche que vous connaissez bien et qui fait suivre une caricature de Churchill de l’invective suivante : « Monstre, c’est toi qui nous affames », vous savez ce que firent les passants ? Tout comme vous, ils s’empressèrent de transformer la tête de Churchill en celle de Adolf Hitler. Mais savez-vous ce que fit le Procureur du Roi ? Il fit arrêter l’imprimeur et l’éditeur de l’affiche, pour infraction à la loi belge qui interdit les insultes envers les hommes d’État étrangers. Vichy n’est pas en Belgique.
« Le clergé belge refuse l’entrée des églises aux porteurs d’uniformes paramilitaires : il refuse les sacrements aux volontaires de la Légion anticommuniste ; il refuse de célébrer les services funèbres à la mémoire des sujets belges tombés pour l’Allemagne sur le front russe. Vichy n’est pas en Belgique »6.

12Quelques jours avant cette émission, s’était déroulée l’opération aéronavale anglo-canadienne sur Dieppe (avec participation de soldats des FFL), opération relatée sur les ondes de la BBC par Jean Marin, qui déclare :

  • 7 Jean Marin, le 20 août 1942, op. cit., p. 194.

« Les populations françaises ont observé pendant les opérations une attitude au- dessus de tout reproche. En prononçant cette phrase, l’ennemi (qui – soit dit en passant – montre ainsi jusqu’à quel point il craint les réactions des Français, et se fait peu d’illusions sur leurs sentiments à son égard) rend involontairement hommage à la discipline nationale, au sens de la solidarité alliée des Français, qui ont scrupuleusement observé les consignes que leur ont donné les Alliés »7.

13Or, ici encore, les relations des préfets du Nord et du Pas-de-Calais corroborent en quelque sorte ces propos, en rendant compte de la réaction de l’opinion :

  • 8 Préfet du Nord, 3 octobre 1942

« Évidemment, l’affaire marquante de ces derniers temps a été celle de Dieppe [...]. Après l’espoir des premières heures, une grande déception s’en est suivie »8.

14Et son collègue d’Arras d’écrire, à la même date (les rapports envoyés au gouvernement étant devenus bimestriels) :

« Vivement déçue par la tentative avortée de Dieppe, la population avait immédiatement fait sienne, la thèse anglaise qui présentait cette opération comme un simple coup de main ».

15Nous achèverons cette évocation rapide, en cette commune marquée par le souvenir des martyrs de la résistance, par la relation faite à la radio par Maurice Schumann, d’un autre drame, celui d’Ascq, le massacre de 86 hommes, en représailles de l’attentat qui fit dérailler, dans la nuit du 1er avril 1944, un train de SS :

  • 9 Les Voix de la Liberté, t. 5 : La forteresse Europe, 10 juillet 1943–8 mai 1944. 15 avril 1944, p.  (...)

« Que manquait-il au martyre de la France ? Un Lidice ? Elle l’a. C’est le village d’Ascq, aux environs de Lille, dont la population mâle a été massacrée, dans la nuit du 1er au 2 avril, par un détachement de SS. Avant de faire appel à la conscience armée du monde, le Comité Français de la Libération nationale en appelle, non pas à la douleur, mais à la colère de la Nation [...].
« Fixons, pour jamais, cette image dans la mémoire de la France : à l’aube du dimanche des Rameaux, dans un pauvre village du Nord, une bande de soudards, ivres déjà du sang qu’ils ont versé, tirent à bout portant sur un prêtre qui, pour toute arme, n’a que ses sacrements et vient les dispenser à des mourants dont la plupart ignore – comme lui-même – pourquoi on les a tués ; quelques heures plus tard, quand le soleil se lève, il n’y a plus un prêtre pour lire dans l’église d’Ascq l’évangile du dimanche des Rameaux, l’évangile du Calvaire et de la Crucifixion. Mais jusqu’à la voie ferrée devenue la voie sanglante, chaque maison d’Ascq est la station d’un Calvaire jalonné par 86 morts »9.

Annexes

Structure du service d’information gaulliste et de l’organisation Radio

(Bondues, Musée de la Résistance, Boite 6)

Notes

1 Rapports du préfet F. Carles, Bull. d’information Memor, Lille 3, 1998, n° 26 & 27, (reproduit les rapports du préfet, déposés aux Archives départementales, du Nord sous la cote 1 W 2012 à 2014).

2 Rapports du préfet du Pas-de-Calais, Arch. dép. Nord, 1 W 2017.

3 Arch. nat., AJ 41/25, cité par J.-L. Crémieux–Brilhac, La France libre, p. 224.

4 R. Cassin, Les hommes partis de rien, Plon, 1975.


5 P. Barral, L’Alsace-Lorraine, trois départements sous la botte, dans J.-P. Azéma & F. Bédarida, La France des années noires, t. 1 : De la défaite à Vichy, Seuil, 1993.

6 Les Voix de la Liberté. Ici Londres. 1940–1944. Édition établie sous la dir. de J.-L. Crémieux-Brilhac, Documentation française, 1975–1976, t. 2 : Le monde en feu. 8 déc. 1941–7 nov. 1942, p. 201

7 Jean Marin, le 20 août 1942, op. cit., p. 194.

8 Préfet du Nord, 3 octobre 1942

9 Les Voix de la Liberté, t. 5 : La forteresse Europe, 10 juillet 1943–8 mai 1944. 15 avril 1944, p. 235.

Table des illustrations

Crédits (Bondues, Musée de la Résistance, Boite 6)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/538/img-1.png
Fichier image/png, 142k

Auteur

Université de Lille 3 – CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter