Desktop versionMobile Version

La recherche sur le patrimoine et les outils numériques à l'épreuve de l'expérimentation

 | 
Nicolas Asseray

Préface

Étienne Hamon und El Mustapha Mouaddib

Volltext

1Les deux années 2019 et 2020 ont été le théâtre de deux événements imprévus, de portée mondiale, qui marqueront à n’en pas douter un tournant majeur dans l’histoire des techniques de médiation appliquées à la connaissance du patrimoine culturel. L’incendie de la charpente de Notre-Dame de Paris en avril 2019 a mis en lumière la performance inégalée des maquettes numériques de haute densité pour la sauvegarde des ouvrages en péril et la restitution des œuvres disparues, en même temps qu’il a rappelé que la compréhension de ce patrimoine n’était possible que grâce aux scientifiques de toutes disciplines qui y consacrent leurs efforts. En 2020, c’est la pandémie causée par le Coronavirus qui a montré combien les technologies du numérique étaient essentielles pour maintenir le lien entre les populations et leur patrimoine culturel et pour assurer la continuité des activités de recherche et de diffusion de l’information scientifique, mais aussi que la visite virtuelle ne pouvait remplacer durablement le contact physique avec les œuvres et leur documentation.

2Les images spectaculaires et les données scientifiques inédites généreusement livrées au grand public à la faveur de ces deux événements n’auraient pas existé sans les recherches fondamentales de long cours et les expérimentations qui associent ces deux domaines du Numérique et du Patrimoine depuis une trentaine d’années, avec une démultiplication fulgurante depuis dix ans des applications, des perspectives mais aussi des problématiques de la préservation des données produites. Les contributions qui suivent témoignent de cette activité de terrain ou de laboratoire déployée patiemment, loin des regards médiatiques, par les jeunes chercheurs dans une démarche pluridisciplinaire. Elles illustrent, par la pratique, toute la diversité des outils mobilisés (drones, bases de données, photogrammétrie, lasergrammétrie...) et des objets étudiés, du plus petit au plus grand et de l’unique au multiple. Par leur dimension méthodologique, elles témoignent de la complexité des enjeux de l’adaptation de l’outil à la finalité du projet.

3Qu’on en juge à cette brève énumération : élaboration d’une base de données associant images et textes pour une approche méthodique d’un phénomène artistique jusqu’ici mal appréhendé (base de données ROSER) ; mise au point d’outils de gestion et de valorisation de collections muséales par l’enregistrement et la réalité augmentée (réseau Procitec ; MINSAR) ; inventaire des éléments patrimoniaux en préalable à la transformation d’un édifice fonctionnel contemporain (hôpital Beaujon) ; constitution d’un corpus de maquettes numériques en vue d’une typologie et d’une cartographie de monuments emblématiques d’une identité patrimoniale (tours du Cap Corse) ; étude comparative des outils disponibles pour l’acquisition et la restitutions de données sur un objet hors norme (cathédrale d’Amiens) ; exploitation fine de la maquette numérique d’un objet monumental complexe pour en comprendre la dynamique des structures (flèche de la cathédrale de Senlis)...

4L’actualité récente a donc scellé pour longtemps l’alliance de l’informatique et du patrimoine. Depuis 2016, cette communauté de destin a été accompagnée sur le plan de la recherche fondamentale et appliquée par la Structure fédérative de recherche « Numérique et Patrimoine » qui qui a su, à l’échelle du Nord de la France, encourager le travail en réseau des chercheurs des disciplines concernées et dynamiser leurs actions. La tenue de la journée d’études des jeunes chercheurs de septembre 2019 et la publication rapide de ses actes par leurs promoteurs comptent, à nos yeux, parmi les résultats les plus encourageants des premières années de l’existence de cette SFR.

Autoren

Professeur, histoire de l’art médiéval, IRHiS, Université de Lille — Directeur adjoint de la Structure Fédérative « Numérique & Patrimoine »
etienne.hamon@univ-lille.fr

Professeur, Vision par ordinateur, MIS (Modélisation, Information et Systèmes), Université de Picardie Jules Verne — Directeur de la Structure Fédérative « Numérique & Patrimoine »
mouaddib@u-picardie.fr

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2020

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search