Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignage de Térèse Bonte, Bonduoise

L’impact de Maurice Schumann sur les Français de la Zone interdite

Térèse Bonte

Texte intégral

1Fille et sœur de menuisiers, j’ai 13 ans en 1940. Depuis la mobilisation de mes deux frères, en septembre 1939, plus un sou ne rentre à la maison. Et en mai 1940, l’atelier est occupé par les Allemands.

  • 1 Pour Voix du Nord, Henri, alias « Le Tordu », matricule 1200, regroupe les renseignements concernan (...)
  • 2 Elle va aider une fermière mère de 3 enfants dont le mari est prisonnier. L’exploitation Montagne e (...)
  • 3 Au dernier mois de leur grossesse, les futures mamans internées à Loos étaient transférées dans une (...)

2L’aîné de mes frères rentre de France Libre en 1941 et tente de bricoler ici et là. Le second, prisonnier en Allemagne, s’évade en janvier 1943 et devient agent de renseignements, chef de groupe dans le Mouvement Voix du Nord et dans un réseau polonais : F21. Ma sœur aînée participe à son action2. Ma belle-sœur, arrêtée à la place de son mari, subit six mois de prison. Un bébé naît pendant son incarcération3.

3Toute la guerre, nous vivons d’expédients. Je n’ai pas eu conscience d’avoir faim, mais ma croissance s’est arrêtée : à 13 ans, je pesais 37 kg, à 17 ans aussi. J’étais restée une petite fille, une gamine nouée par la peur, et isolée par une sorte de honte.

4Car les mots pour moi avaient valeur de vérité : Travail, Famille, Patrie, Maréchal de France, Vainqueur de Verdun… des mots nobles. Nous, nous étions Terroristes, avec la traque, les planques, les scandales en pleine rue et les parloirs de la prison de Loos. J’étais fière de ce que nous faisions, mais incapable d’avouer cela, fût-ce à ma meilleure amie.

5Nous avons découvert Radio-Londres et la BBC en décembre 1940. Il y avait, à 20 h 15, les informations. Ça commençait le plus souvent par : « Ce soir, les nouvelles sont mauvaises ». Puis il fallait attendre les messages personnels, les slogans et les chansons. Entre ces deux temps forts pour moi, il y avait, à 20 h 20, « le Porte-parole de la France Libre ».

Pour moi, il fut d’abord agaçant

6Aucun nom, aucune identité. On ne sait rien de lui. Ce n’est qu’une voix.

7Une voix qui me semble d’un prédicateur : contenue, puis chaleureuse, âpre et dramatique. Il joue de sa voix. Il essaie de m’avoir !

8Il dit des choses trop optimistes. Je voudrais le contredire, lui clouer le bec :
« - Que les temps ont changé ! On gagne ! On gagne ! » (5.12.41)

9- Quel culot ! Ici, plus ça change et plus c’est pire ! ou bien :
« - Cette fin d’année 41, chaque Français mesure le chemin parcouru vers la délivrance. » (30-12-41)

  • 4 Cet agacement, ce besoin de rétorquer sera permanent ; la soupape fonctionnera tout au long de mes (...)

10- Qu’il vienne donc y voir sur place ! On recule plutôt !
Il m’agace ! mais il me permet un transfert, dirait aujourd’hui un psychanalyste
4.

Il m’a apprivoisée

11Avec des consignes précises et faciles :

12Tout d’abord ce 1er janvier 41. Il ne fallait pas sortir entre 15 et 16 heures, consigne du général de Gaulle - c’était cette consigne qui nous avait fait découvrir la BBC. - Après cette heure de « reste-chez- soi », la Voix de la France Libre retentit :
« L’heure d’espérance s’achève. Les raisons d’espérer demeurent. Rouvrez vos portes. Regardez l’ennemi en face : c’est lui qui a peur ! »

13Quelques jours plus tard :
« - V, V, V ; faites des V. Écrivez-en partout ! » (14-01-41)

14Le 11 mai 41, j’étais conquise :
« - Barrès, sur la Colline inspirée, déposait en 1873 une croix de Lorraine brisée, avec la sentence : Ce n’est pas pour toujours ! » - Demain, de 15 à 16 heures, vous vous promènerez en silence, avec le même regard et le même serment silencieux : « Ce n’est pas pour toujours ! » Mais cette flamme dans vos yeux, c’est pour toujours !

15Toute la journée, j’ai caressé dans ma poche une croix de Lorraine déchirée : « Pas pour toujours ! Pas pour toujours ! »

16Quand on l’entend évoquer ce qui se passe en France, c’est comme un acte de justice qui nous est rendu :
En août 1942, il raconte la mort de quatre garçons de Chartres, je crois, et il dit : « Le dimanche suivant, leur tombe disparaissait sous les lilas. »

17Et donc il a su ! il sait !.. À Londres, on sait !

18En novembre 1943, il cite les journaux clandestins. Beaucoup de titres me sont inconnus : les Cahiers de la Libération, les Éditions de Minuit, Combat

  • 5 On appelait tract, indifféremment, les journaux clandestins reçus de la main à la main, et les mess (...)
  • 6 Il avait dit : « Les Cahiers de la Libération, on se les repasse, comme un fusil ! »


19Mais après l’avoir entendu, je vais porter chez Madame Talfer, la directrice de l’école primaire, un « tract »5 qu’elle a sans doute déjà, rien que pour traverser la place du village avec ce tract « comme un fusil »6.

  • 7 Lidice : Village de Tchécoslovaquie à l’Ouest de Prague, détruit en 1942. Représailles allemandes a (...)

20Et Ascq ! J’ai cherché dans tous les dictionnaires le sens du mot Lidice7.

21« Que manquait-il à la France ? un Lidice ? Elle l’a ! Ascq, dans le Nord, près de Lille, a vu sa population masculine massacrée… »

22Il y avait des erreurs de détail. Mais ça y était : ce n’était plus seulement l’horreur, c’était l’Histoire !

Peu à peu, il se fait pour moi directeur de conscience

23J’ai dit ma honte sous les étiquettes qu’on nous collait. Il y avait plus grave : Toute information m’était incontrôlable. Le vrai et son contraire pouvaient passer l’un pour l’autre. Où était le noir, et où le blanc ? Où la photo, et où le négatif ?

24Lui m’éclairait.

25« - Terroriste ? Bolchevik ? Les terroristes, ils portent l’uniforme allemand, ou, comme Henriot, celui des miliciens ! »

26Après les bombardements d’usines, les journaux affichaient : « Les Anglais ont tué des ouvriers français ! » Lui, il dit :
« - Ne mourez pas pour Hitler ! » (5 mars 42)

27Laval, pour plaider la Relève, n’hésite pas : « Pour le bonheur de la France, je souhaite la victoire de l’Allemagne ». À Londres, l’invective cingle, immédiate, le même soir :
« - Négrier ! Judas ! Maître-chanteur ! Laval vient de s’exclure lui-même de la France. Il s’est condamné à mort ». (22.06.42)

28Quand, après l’échec de la Relève, le STO est organisé pour les classes 20, 21 et 22 (mars 1943), Londres appelle à la résistance collective :
« - Tout vaut mieux que partir en Allemagne ! Ton travail de Français n’appartient qu’à la France ».

29Tout au long de ces années 42-43, il redresse ma conception des Juifs :
Je n’ai jusqu’alors rencontré aucun juif. En bonne petite chrétienne, j’ai appris à prier le Vendredi Saint pour « les Juifs perfides qui ont mis à mort Notre Seigneur ». Maintenant on chuchote que, rue de Béthune à Lille, des clientes entrent dans des magasins tenus par des Juifs et disparaissent à jamais. « Heureusement, ajoute-t-on, ils doivent désormais indiquer sur une vitrine qui ils sont et porter une étoile jaune«  »

30Peu à peu, la Voix de la France Libre refait mon éducation :
« Il était jeune, ce héros allemand abattu ? Voyons, il avait quand même plus de huit ans, l’âge de cet enfant juif qu’on a torturé ? » (21.12.43)

31Ceux qui souffrent persécution pour la justice, Chrétiens ou non, Juifs ou communistes…

32« Ce petit enfant, qui tirait par la main sa maman terrifiée, en répétant : dépêche-toi, maman, dépêche-toi… le train va partir sans nous… »

33Le train. Le train de Juifs qui quittait Lille le 11 septembre 42, emportant plus d’un millier de condamnés, dont 264 enfants.

Il a redressé en moi ce qui était tordu : mon jugement, ma colonne vertébrale aussi

34Avec lui, on découvrait que d’autres, comme nous…

35Nos petites révoltes individuelles, nos actions isolées se reliaient à d’autres, tissaient une toile, un réseau, formaient « la Résistance ».

36Un ami de ma famille se pose la question de participer à la Relève : remplacer un prisonnier père de famille, c’est généreux. Au Bureau de renseignements, Hôtel de Ville de Tourcoing, l’employé contacté utilise, pour l’éclairer, pour le dissuader, des arguments entendus la veille à Londres… Et une complicité est née.

37Le soir de mon arrivée à l’École Normale Diocésaine, en 1941, Mademoiselle Dewintre, mon professeur de français, m’interroge :
« - Et que faites-vous le soir, à Bondues ?
- Euh…
- Ici aussi, les Français parlent aux Français ».
Je suis allée écouter Londres, chaque soir, dans la chambre de cette Dunkerquoise, y retrouvant
d’autres…

38Au fil des jours, la voix s’est faite de plus en plus précise, exigeante :
« Ayez des armes. Il faut que la libération de la France soit l’œuvre des Français ». (21 avril 43)
« Jeunes gens de la classe 43, préparez dès maintenant de fausses identités. Quittez votre domicile. » (Janvier 1944)
« Patience. Patience. La France d’aujourd’hui aura toujours trop de martyrs. La France de demain n’aura jamais assez de soldats ».

39Ces appels directs, on les écoutait comme si c’était pour soi. Parce qu’on n’était plus un Français près d’un Français, mais la France. On écoutait comme si on était la France.

40Ainsi ces appels à ceux des Glières, en 1944. Vous savez, les Glières, pour une petite Bonduoise… Grâce à la Voix de la France Libre, je vibrais avec eux. J’en étais !

  • 8 Du 2 février au 8 avril 44. Le dialogue a duré deux mois.

41« - Alerte au maquis ! alerte à la Haute-Savoie ! une attaque se prépare ! »
« - Français de la garde mobile, allez-vous faire la guerre à la France ? »
« - Allô, ceux des Glières ! Merci ! »8

42On a toujours, chez moi, évoqué la Voix de la France Libre, par habitude acquise. Pourtant nous avions eu une grande joie, en juillet 1942, quand cet énoncé s’est transformé en Voix de la France Combattante.

43La Voix de la France Libre, c’était ceux qui avaient de la chance, qui s’adressaient, au hasard, à de pauvres types.

44La Voix de la France Combattante, c’était nous, nous avec eux, et de Gaulle était un peu plus fort, grâce à nous.

45Et De Gaulle, à la Libération, vint en visite officielle à Lille.

46Quand sous la drache, place de la République, ce 1er octobre 44, après une attente interminable, un homme maigre et voûté, un officier à lunettes, est monté au micro, on a chuchoté : « Schumann, Maurice Schumann… ». Ça ne m’a rien dit. Et puis j’ai entendu sa voix, cette voix inoubliable : « Honneur et Patrie. Voici le général de Gaulle » et j’ai sangloté...

Notes

1 Pour Voix du Nord, Henri, alias « Le Tordu », matricule 1200, regroupe les renseignements concernant l’aérodrome de Bondues-Marquette-Wambrechies et celui de Ronchin, la centrale électrique de Comines et les villages environnants : Quesnoy-sur-Deûle, Wervicq, Bousbecque et Linselles. Pour le réseau F2, il est agent de liaison Sedan-Lille et Lille-Paris.

2 Elle va aider une fermière mère de 3 enfants dont le mari est prisonnier. L’exploitation Montagne est située aux confins de l’aérodrome de Bondues. Vachère, avec son troupeau et son laissez-passer, Marie a toute liberté de circuler dans le champ d’aviation et elle relève quotidiennement l’état des lieux et du matériel. Ses instruments : un vélo, au développement de 7 m par tour de pédale pour les distances, et le soleil comme repère.

3 Au dernier mois de leur grossesse, les futures mamans internées à Loos étaient transférées dans une salle commune de l’hôpital de la Charité à Lille. Nicolas y naquit le 9 mars 1944, avec l’aide d’une sage-femme allemande, et des soldats en armes dans les couloirs : la maternité servait d’appeau : les clandestins ne résistaient pas toujours à l’envie d’embrasser leur nouveau-né et étaient pris au piège. Un détail : Marie-Thérèse accueillit son petit garçon, l’allaita et le langea, les mains entortillées de chiffons sous des gants de coton : comme beaucoup de prisonnières, en cet hiver 43, elle avait contracté la gale, et les engelures n’arrangeaient pas les cloques suppurantes et contagieuses, ni les démangeaisons.

4 Cet agacement, ce besoin de rétorquer sera permanent ; la soupape fonctionnera tout au long de mes écoutes, d’où le pêle-mêle des citations.

5 On appelait tract, indifféremment, les journaux clandestins reçus de la main à la main, et les messages lancés par les avions anglais.

6 Il avait dit : « Les Cahiers de la Libération, on se les repasse, comme un fusil ! »


7 Lidice : Village de Tchécoslovaquie à l’Ouest de Prague, détruit en 1942. Représailles allemandes après l’assassinat de Heydrich.

8 Du 2 février au 8 avril 44. Le dialogue a duré deux mois.

Auteur

Bonduoise

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter