Version classiqueVersion mobile

La recherche sur le patrimoine et les outils numériques à l'épreuve de l'expérimentation

 | 
Nicolas Asseray

Avant-propos

Foreword

Nicolas Asseray

Texte intégral

1Créée à l’initiative de l’université de Picardie Jules Verne et avec le soutien de la région des Hauts-de-France dans le but de faciliter les échanges, d’animer la recherche et de favoriser la formation, la Structure Fédérative de Recherche « Numérique & Patrimoine », ouverte à l’ensemble des unités de la région Hauts-de-France, s’emploie à favoriser le croisement des recherches en sciences du numérique (numérisation, virtualisation, traitement massif de données, etc.) avec celles sur le patrimoine.

2Dans le cadre de cette structure et avec le soutien de ses directeurs, El Mustapha Mouaddib (UPJV, MIS) et Étienne Hamon (Univ. Lille, IRHiS), une journée d’étude « jeunes chercheurs » s’est tenue le 12 septembre 2019 à l’université de Lille, dont les contributions sont réunies dans la présente publication. Rassemblant des doctorants ou des docteurs en informatique, histoire, histoire de l’art, archéologie et architecture autour de la question de l’expérimentation dans la recherche sur le patrimoine et le numérique, cette journée avait pour objectif de permettre à ces jeunes chercheurs – qu’ils soient établis dans la région Hauts-de-France ou non – de présenter leurs travaux en cours à l’occasion d’échanges et de débats sur l’apport et les perspectives qu’offrent ces outils à la recherche dans les domaines des sciences du numérique et du patrimoine.

3Plusieurs axes ont ainsi été développés, dont les contributions de ce volume se font l’écho :

  • les motifs qui amènent à privilégier un outil ou une méthode plutôt qu’un autre ;

  • l’adaptation des outils numériques aux problématiques et aux contraintes posées par l’objet d’étude ;

  • la constitution de corpus numériques (numérisation, modélisation, etc.) ;

  • le traitement des données et leur mise en forme (nuages de points, orthoimages, modèles 3D, bases de données, etc.) ;

  • les apports des outils numériques pour la connaissance fondamentale de l’objet d’étude, sa conservation ou encore sa valorisation auprès des publics.

4Qu’il nous soit enfin ici permis de remercier les personnes sans qui cette publication n’aurait pu voir le jour, en particulier El Mustapha Mouaddib, professeur en robotique (UPJV, MIS), et étienne Hamon, professeur d’histoire de l’art médiéval (IRHiS, Univ. Lille), pour leur continuel soutien et leurs précieux conseils, ainsi que Christine Aubry, ingénieur de recherche, chargée de la valorisation de la recherche de l’IRHiS (UMR 8529, Univ. Lille, CNRS) pour son aide inestimable dans l’organisation de la journée d’étude et l’édition numérique de ses actes. Nous exprimons également notre gratitude à Élise Baillieul, maîtresse de conférence en histoire de l’art médiéval (Univ. Lille, IRHiS), qui a procédé à la relecture de certains manuscrits, et à Marc Gil, maître de conférence en histoire de l’art médiéval (Univ. Lille, IRHiS) pour avoir accepté de présider les séances de la journée d’étude aux côtés d’El Mustapha Mouaddib. Nous souhaitons enfin exprimer notre reconnaissance à Stéphane Michonneau, professeur d’histoire contemporaine (Univ. Lille, IRHiS), qui a accepté d’accueillir la journée d’étude au sein des locaux de l’IRHiS lorsqu’il en était le directeur.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search