Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignage d’Edgar d’Hallendre

Edgar d’Hallendre

Volltext

1Je suis un résistant-déporté. Mon père a été fusillé ici à Bondues, ma mère a également été déportée et je voudrais apporter mon témoignage sur la Résistance universitaire, mais d’une manière plus localisée, sur Lille et la banlieue.

2Je crois qu’on ne peut pas parler de la Résistance en Zone interdite sans évoquer la première guerre mondiale, parce que, dans ma famille, moi qui suis du Nord, l’occupant allemand on le connaît depuis 14-18. Il y a eu à l’état embryonnaire durant ce conflit des éléments de résistance, une presse clandestine avec L’Oiseau de France, les renseignements, un réseau d’évasion… Louise de Bettignies, Léon Trulin, le monument aux Fusillés, tout ça nous a laissé des marques indélébiles. On connaît bien aussi les Anglais pour les avoir vus se battre en 14-18 ou à la deuxième guerre.

3Je pense que le milieu social, familial, scolaire a été très important pour la suite, de même que la formation des étudiants, je pense à l’école Victor Hugo à La Madeleine où mon père était en classe avec Léon Trulin, où je vais également et dont le directeur, M. Roussel, était un lieutenant d’infanterie, le maître de la deuxième classe, M. Chabaut, un lieutenant d’aviation, ça vous donne une idée de la formation morale et civique qu’on pouvait avoir à cette époque.

4Je suis né en 1922, j’avais donc 18 ans en 1940 et je préparais les Arts et Métiers. Je devais passer le concours en juin 1940. Vous savez qu’en mai 1940 c’est l’invasion et les Allemands ont tout de suite complètement occupé les Arts et Métiers et l’IDN, on a eu l’impression que les Allemands n’avaient pas besoin d’ingénieurs. En ce qui nous concerne, après de longues vacances de mai à septembre pendant lesquelles nous avons assisté à l’évacuation, à des combats, aux premiers morts avec l’été, nous avons repris contact avec nos professeurs ! Notre avenir nous semblait stoppé et très indécis. En septembre, les Allemands ont laissé quelques locaux disponibles dans l’institut Denis Diderot, en nombre insuffisant bien sûr, et nous avons partagé ces emplacements avec les élèves de l’école Baggio qui fonctionnait le matin et nous l’après-midi. Nous cohabitions avec la troupe et la « 4e Arts et Métiers » occupait, au troisième étage, des salles et des couloirs qui se trouvaient côté cour. Nous pouvions tout à loisir observer tout ce qui s’y passait sans être vus et les jeunes recrues de la Wehrmacht qui étaient soumis à des exercices qui nous faisaient mal et qui nous étonnaient, en particulier par la brutalité avec laquelle on traitait ces jeunes de notre âge et qui nous révoltait. Ce n’était pas encore une question de résistance à ce moment-là, nous étions prêts simplement à prendre le parti de ces jeunes contre un régime qui nous oppressait. C’était une réaction fraternelle entre jeunes.

5Le 4 novembre 1940, on nous avertit qu’un concours d’entrée à l’IDN allait avoir lieu et que les cours seraient donnés dans différentes facultés, donc pas à l’IDN qui était toujours occupé. J’y suis reçu avec 46 autres candidats de préparations différentes. C’est une promotion tout à fait bizarre parce que ceux qui avaient préparé Centrale ou Polytechnique ne pouvaient plus aller sur Paris. On va donc se retrouver avec des éléments très forts en maths, forts en lettres, alors que nous, qui préparions les Arts et Métiers, nous pouvions nous rattraper dans les secteurs industriels ; ça s’est arrangé par la suite. Je suis donc reçu avec 46 autres candidats mais je ne suis donc plus à Diderot quand j’apprends, qu’en décembre, un grave incident a eu lieu dans une salle aménagée pour une fête allemande où un grand portrait en couleurs d’Hitler est installé ; celui-ci est lacéré à grands coups de couteau ; les officiers menacent les directeurs d’un ultimatum : les responsables doivent se livrer dans les 48 heures sinon les directeurs, les professeurs et un certain nombre d’élèves seront arrêtés. Les auteurs, je les connais bien, ce sont mes camarades de « 4e Arts et Métiers » qui redoublent ; ils se livrent. Florin est condamné à 6 mois de prison, Boda à 9 mois, Soulié et Langlois à 3 mois. Soulié entre, plus tard, dans le réseau Sylvère ; arrêté, il est déporté à Neuengamme où il meurt à 20 ans. Florin qui a réussi à quitter la France se tue en avion en étant élève-pilote aux USA et Boda, déporté, meurt sur une plate-forme de wagon alors qu’il travaille dans une mine de sel à Kockendorf.

6Pour aller plus vite et gagner du temps, je vais donner les points importants année par année, des événements, des occasions qui vont modifier la situation de notre action. Mon père, comme nous-mêmes, n’a aucune idée des moyens à rechercher pour aider les Alliés et pour assurer l’efficacité de notre action. En 40, nous avons été assommés par la défaite française, alors que nous pensions que l’armée française était la plus forte du monde ; j’avais les souvenirs de la Marne, de Verdun ; les Anglais ne pouvaient que capituler. Aussi la signature, le 22 juin 40, de l’armistice nous choque profondément : pour nous c’est une question d’honneur, un engagement a été signé avec les Anglais de ne pas faire d’armistice sans leur accord. Le 10 juillet naît l’État français ; le 7 juillet c’est la nouvelle frontière sur la Somme ; l’Alsace- Lorraine est annexée, nous pensons que nous allions vers une future annexion et le seul espoir pour nous de rester français, c’est une victoire anglaise ou des Forces Françaises Libres par la suite. Le 13 août, c’est la loi interdisant les sociétés secrètes, le 3 octobre le statut des juifs. Mais cela ne nous fait pas une impression comme celle que nous ressentons à présent. Nous pensions que c’était porter un jugement sur les responsabilités de la perte de cette première bataille. Un jugement, il devait y en avoir un, pour nous c’était certain, mais pas avec la présence des Allemands.

7Au point de vue « information », nous avons à l’époque L’Écho du Nord, Le Réveil du Nord, Le Journal de Roubaix qui étaient le reflet de la propagande allemande, tout comme la radio française. Nous n’avions comme moyen d’information que le courrier de l’air, la radio anglaise qui était plus honnête et plus réaliste que celle des Allemands et nous avions à l’époque une quantité de tracts communistes qui se sentaient mal dans leur peau à cause du pacte germano-soviétique. Le premier journal anti-allemand paraît en 40, Les petites ailes, qui étaient anti-allemand mais pas gaulliste. Nous allons prendre la décision de ne plus le distribuer à cause de sa tournure pétainiste et de ses attaques contre les agents de Londres. En 1941, c’est La Voix du Nord qui paraît et son premier numéro s’annonce gaulliste. Mon père qui avait fait des tracts, il en avait fait 24 avant ce journal, a décidé d’arrêter car ce n’était pas sa vocation. À peu près à la même époque paraît La Voix de la Nation avec Nelly Devienne. Je suis en relation avec ces deux journaux ; à La Voix de la Nation je demanderais des formateurs de préparation militaire et mon père a demandé à La Voix du Nord de former des groupes. On lui avait dit de faire très attention parce que l’ennemi pouvait très bien essayer d’y trouver des futurs résistants et de les arrêter.

8Le 31 janvier 1941, De Gaulle a fait une déclaration à la BBC annonçant la présence et la victoire des Français Libres à Tobrouk, à Koufra, Sidi Brahim, tout ça allait nous redonner une confiance inespérée.

9En juin 1941, c’est l’attaque de la Russie, en décembre, ce sont les USA qui, après Pearl Harbor, entrent dans la guerre. Mais fin 41, à La Madeleine, un employé de la mairie, M. Duprez, est arrêté et mon père qui était conseiller municipal, par l’enquête qu’il peut faire à la mairie, s’aperçoit qu’il faisait partie d’un réseau d’évasion, ce réseau s’appelait, on le saura après, Pat O’Leary. À proximité de chez nous, cela nous surprend beaucoup, Mme Ployart, héberge également des pilotes et des soldats anglais. Nous prenons contact avec elle et, par son intermédiaire, avec les agents de Pat O’Leary ; nous continuons l’action de M. Duprez. Par la suite, mon père sera obligé de renforcer ses refuges en en fondant un à Arras avec Mme Witton et un autre avec les Bricout à Beugny, près de Sars-Poteries, sur la frontière.

10Quand Pat O’Leary est arrêté, ce réseau est dénoncé ; nous sommes rattachés à Comète et je pense qu’il faut signaler que Comète a réussi à remettre en selle 288 aviateurs et qu’il a perdu 150 membres. Pendant cette période, mes camarades étudiants viennent parler en anglais à la maison ; c’est un plaisir pour eux de pouvoir s’exprimer avec de vrais anglais. J’ai essayé de retrouver le nombre de gaullistes qu’il pouvait y avoir à l’IDN ; on était, me semble-t-il, 8 à 10 % de gaullistes, il y avait à peu près autant de pétainistes ; le reste était indécis. On se connaissait tous ; je connaissais les pétainistes et ils savaient que j’étais gaulliste, mais je dois dire que jamais il n’y a eu de dénonciation. Je dois signaler, puisqu’on parlait tout à l’heure de ceux qui étaient entrés au WO, que M. Bizerte, qui habitait à Bondues et qui était président des étudiants, faisait partie de ce réseau.

  • 1 Marc Scaillerez n’est pas à l’époque préfet mais un syndicaliste agricole du Pas-de-Calais qui devi (...)

11En 1942, le 4 juillet, mon père qui distribue des Voix du Nord dans le secteur de Boulogne prend contact avec Farjon. Ce dernier lui demande d’avoir une réunion à Arras et il va y exposer ses idées sur l’organisation et le démarrage de l’OCM dans le Nord et le Pas-de-Calais. Il vient à Arras avec Scaillerez, qui est un ancien préfet1, et l’adjoint de mon père, Delassus un cheminot. Mon père est d’accord pour lancer l’OCM à condition que cet organisme soit rattaché à Londres. Il obtient cette certitude par un message en des termes qui sont convenus par les participants : « Les 4 amis d’Arras se sont rencontrés » ; ce message nous l’entendons les 11, 12 et 13 juillet.

12Je vais très vite car nous allons être rattachés au réseau Centurie qui est le réseau de renseignement de l’OCM et je deviens agent P1 de ce réseau. Étant élève-ingénieur, par exemple je fais des soi-disant stages à la Compagnie Lilloise de Moteurs, la CLM ; je vais chez Potez, l’usine d’aviation qui travaille pour Messerschmitt et Heinkel, je mets au propre des croquis des travaux qui sont exécutés sur la côte ; je fais des enquêtes sur les résultats des bombardements, etc. En 1942 également, j’entre en contact avec un nommé Marongin, étudiant à Paris ; il est question de coordonner les mouvements d’étudiants entre le Nord et Paris.

13Le 5 avril 1943 vient chez nous le colonel Dewavrin. C’était le chef du BCRA, il vient en inspection pour se rendre compte de l’état de la Résistance dans ce secteur et il vient surtout pour passer des consignes et répartir les tâches : l’armement, le renseignement et l’évasion. Les D’Hallendre doivent se consacrer à l’évasion des pilotes puisque nous appartenons déjà aux réseaux Comète et Pat O’Leary.

14Début 43, c’est Jean-Pierre Deshaies, responsable du BOA, qui intervient pour la réception des armes, à l’époque, je ne peux pas m’y étendre, le problème est posé de la création du CNR avec des opinions différentes de Jean Moulin d’un côté, et Brossolette-Dewavrin de l’autre.

15Le 20 juillet, pour en terminer, c’est l’arrestation. Nous sommes trahis de 3􏰀côtés : à Arras par Baillard, commissaire de police qui va faire 80 arrestations, par Besson et Denèque qui se sont introduits dans La Voix du Nord et qui m’ont trahi dans mon réseau d’évasion et en ce qui me concerne par Marongin, étudiant de Paris, qui est un agent allemand qui a livré une partie de Défense de la France, y compris Geneviève de Gaulle. Nous sommes arrêtés tous les trois, mes parents et moi. Je dispose d’un moyen de défense auquel je m’accroche : deux mois avant l’examen je suis reçu en 3e année d’IDN et mon père m’a autorisé à vivre avec 2 étudiants à Lille pour préparer cet examen. J’ai toujours pu dire à Kohl, chef du SD Nord, que j’ignorais ce qui se passait chez moi. Je me suis accroché à cette défense, ça ne prenait pas bien sûr, mais Kohl était très intéressé pour connaître les opinions des étudiants sur ce qu’il se passait et ce qu’on pensait des événements. Je suis condamné sans preuve et destiné au camp de concentration de KL Hertogenbosch en Hollande. Je serai libéré par les Américains, les SS qui nous gardaient s’en vont alors que la Wehrmacht occupait toujours le village de Huy. Je me trouvais à Huy à ce moment-là et avec 4 Français dont l’abbé Beun qui était un officier du 2e Bureau, nous nous retrouvons chez les bonnes sœurs. Mais avant de partir, au moment où tout le monde se sauve de la citadelle, je passe par le bureau du commandant et je récupère mon dossier… ce qui me permet de savoir que si je ne suis pas arrivé au camp de concentration, c’est que les Allemands, qui étaient très administratifs, réclamaient un papier qui manquait dans mon dossier. À trois reprises, ce papier fut réclamé et ne parvint pas aux autorités. Je pense que si je suis là aujourd’hui, je le dois à un administratif zélé ! J’en ai terminé. Mon père est fusillé le 23 décembre, ma mère est déportée à Grossrosen et rentre, libérée une première fois par les Russes et une seconde fois par les Américains ; les conditions de déportation des femmes ont été quelque chose d’épouvantable.

16Les félicitations qu’on nous adresse parfois sur l’attitude qu’on a pu avoir alors me surprennent toujours : je pense n’avoir fait que mon devoir.

Anmerkungen

1 Marc Scaillerez n’est pas à l’époque préfet mais un syndicaliste agricole du Pas-de-Calais qui devient préfet des Ardennes à la Libération.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Kaufen