Version classiqueVersion mobile

La recherche sur le patrimoine et les outils numériques à l'épreuve de l'expérimentation

 | 
Nicolas Asseray

ROSER : une base de données numérique pour lire l’ornement sculpté à la Renaissance

ROSER, a numeric database to read Renaissance sculpted ornament

Jean Beuvier, Florian Hivert et Théo Roulet

Résumé

La base de données ROSER : Répertoire de l’Ornement Sculpté dans les Édifices de la Renaissance offre des ressources visuelles et documentaires aux chercheurs et au grand public sur l’ornement sculpté à la Renaissance, principalement en France, entre la fin du xve siècle et le début du xviie siècle. Cette base de données a été conçue en 2018-2019 par Florian Hivert, Marie Petit et Théo Roulet à partir du corpus étudié par Jean Beuvier dans le cadre de sa thèse de doctorat sur L’ornement sculpté dans l’architecture religieuse française (1500-1530), dirigée par Marion Boudon-Machuel au Centre d’études supérieures de la Renaissance, à Tours (2017-2021). Cet article revient sur cette démarche d’édition numérique d’un corpus d’histoire de l’art. Après avoir présenté le corpus et les objectifs de la thèse, est analysée dans un second temps la manière dont ces données ont été traitées pour les structurer en une base, ainsi que l’apport de ce nouvel outil numérique pour la recherche. Il approfondit ensuite les questions de modélisation et d’interopérabilité des données : comment épouser les contours d’un sujet inédit tout en recourant à des référentiels (modèles de données, vocabulaires contrôlés, etc.) garantissant la plus large compatibilité possible entre ROSER et les projets auxquels cette base pourrait se rattacher.

Texte intégral

  • 1 Ce doctorat est mené dans le cadre du Centre d’études supérieures de la Renaissance sous la directi (...)

1ROSER (Répertoire de l’Ornement Sculpté dans les Édifices de la Renaissance) est une base de données numérique développée à partir du corpus étudié par Jean Beuvier dans le cadre de sa thèse de doctorat sur L’ornement sculpté dans l’architecture religieuse française (1500-1530)1. Hébergée sur les serveurs de l’Université de Tours, la base ROSER a été conçue grâce au logiciel libre de gestion de bibliothèque numérique OMEKA-S par Marie Petit, Florian Hivert et Théo Roulet dans le cadre de leur formation de master en humanités numériques à l’École supérieure en Intelligence des Patrimoines (ESIPAT, Université de Tours – CESR) en 2018-2019 sous la direction de Marion Lamé, chercheuse associée au groupe Nemis (Istituto di Scienza e Tecnologie dell'Informazione - Consiglio Nazionale delle Ricerche) et collaboratrice du Studium Research Fellow dans le cadre de l’ARD Intelligence des Patrimoines. Sa création a également bénéficié du soutien de François Rosmann, développeur au CESR.

  • 2 Ces projets de recherche sont des APR-IR développés en 2014-2017 pour ARVIVA, sous la codirection s (...)

2Ce projet s’inscrit dans un double cadre de recherche. À court terme, ROSER sert au doctorant pour travailler son corpus en vue de la rédaction et de la soutenance de sa thèse, prévue au premier semestre 2021. L’édition numérique facilite la consultation et l’étude de centaines de motifs ornementaux, et elle s’impose comme un outil indispensable et complémentaire à la rédaction scientifique. À plus long terme, l’ambition est de publier et de valoriser les données de ce travail afin de proposer aux chercheurs et au grand public des ressources visuelles et documentaires sur l’ornement sculpté dans l’architecture au xvie siècle. Les données scientifiques interopérables de ROSER seront accessibles directement en ligne par la base, mais aussi, pour celles qui concernent plus spécifiquement la Région Centre-Val de Loire, par le biais des programmes de recherche du CESR/Intelligence des Patrimoines financés par la Région tels que ARVIVA (Art de la Renaissance en Val de Loire : Inventaire, Valorisation et Analyse2) et ChArtRes, ouvrant ainsi un nouveau champ sur l’ornement sculpté en France à la Renaissance.

Des solutions numériques pour l’étude et la valorisation de l’ornement sculpté dans l’architecture de la Renaissance

3par Jean Beuvier

4Fondée sur l’analyse d’un vaste corpus de motifs sculptés en pierre de l’architecture et du mobilier religieux (jubés, clôtures de chœur et de chapelles, retables, fonts baptismaux et tombeaux), cette thèse de doctorat sur L’ornement sculpté dans l’architecture religieuse française (1500-1530) se donne comme objectif de définir les caractéristiques iconographiques et typologiques du décor sculpté « à l’antique » dans l’architecture religieuse française des trois premières décennies du xvisiècle. L’étude de ce corpus s’articule autour de deux axes de recherche complémentaires : d’une part l’inventaire systématique des motifs sculptés en France à cette période, et l’identification des transferts artistiques dont ils peuvent témoigner entre la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal et la Flandre ; et d’autre part l’analyse des rapports formels et fonctionnels qui existent entre le décor et la structure. De fait, le vocabulaire et la grammaire de l’ornement français « à l’antique » sont adaptés à la fonction liturgique du monument et pensés en lien étroit avec des revendications identitaires des commanditaires, du clergé voire des artistes.

5Cette recherche requiert une large analyse qui demande un patient travail de récolement et de classement du corpus, d’identification de ses sources visuelles et écrites, et de recontextualisation des motifs (identification des formes et de leurs circulations entre foyers artistiques français et étrangers ; analyse de leur ordonnancement et de leur style) et de leur support mobilier ou immobilier (liens existants entre le décor, la liturgie, les pratiques dévotionnelles et la culture humaniste). Cette exigence de travail de terrain et d’analyse explique en partie que des décors importants comme ceux des clôtures de chœur de Notre-Dame de Chartres (vers 1514-1535), de Notre-Dame de Rodez (vers 1521-1529), de la Trinité de Vendôme (vers 1522-1528) mais aussi de la Belle Chapelle de Saint-Pierre de Solesmes (vers 1530-1553) ou du jubé de Saint-Étienne de Limoges (vers 1533-1541), malgré leur importance, n’ont encore fait l’objet d’aucune étude globale. Outre l’ampleur de l’enquête de terrain (environ 200 lieux), cette étude appelle également le développement d’outils spécifiques afin d’organiser ce type de répertoire pléthorique et complexe dans un format structuré dynamique, tant pour l’analyse que pour la valorisation des formes et des systèmes qui les régentent.

  • 3 Voir la classification donnée par Baltrusaitis Jurgis dans Formations, déformations : la stylistiqu (...)
  • 4 Sur la coexistence de l’art « à la moderne » et « à l’antique » au début de la Renaissance, voir Pi (...)

6Les décors étudiés mêlent deux « systèmes morphologiques3 » distincts, le végétal et le figuré, et se trouvent à la croisée des langages « à la moderne » et « à l’antique », pour reprendre la terminologie du xvie siècle4. Ils sont en effet constitués de types de compositions et de motifs issus de l’art de la fin du Moyen Âge, nourris et parfois remplacés par des modèles de l’art italien du Quattrocento connus par l’estampe, les plaquettes et les médailles, comme le candélabre et la chute d’ornements, enrichis de figures « à l’antique ». Le décor ornemental du Tour de chœur de la cathédrale de Chartres (ca. 1514-1535) en offre des exemples : les candélabres sont empruntés à des estampes de Giovanni Antonio da Brescia (ca. 1507, fig. 1) auxquels les sculpteurs français ont ajouté des motifs tirés de médailles italiennes, comme le Cupidon endormi (ca. 1500) attribué à Fra Antonio da Brescia, sculpté dans le décor de la septième travée (fig. 2) ; des plaquettes de Moderno figurant les travaux d’Hercule (fig. 3) ainsi qu’une médaille de l’Occasion réalisée par Giovanni Maria Pomedelli (fig. 4) ont également été utilisées pour concevoir certains bas-reliefs du soubassement.

Fig. 1 – a. Giovanni Antonio da Brescia, Satyre musicien, vers 1507, Londres, VAM, inv. E.2220-1920 ; b. Satyre musicien, vers 1521-1535, Chartres, Notre-Dame, Tour de chœur

a. détail © Victoria & Albert Museum ; b. © Jean Beuvier

Fig. 2 – a. Fra Antonio da Brescia, Cupidon endormi, vers 1500, Washington, National Gallery of Art, inv. 1942.9.186 ; b. Cupidon endormi, vers 1521-1535, Chartres, Notre-Dame, Tour de chœur

a. © National Gallery of Art ; b. © Jean Beuvier

Fig. 3 – a. Moderno, Hercule et Antée, vers 1500, Washington, National Gallery of Art, inv. 1957.14.325 ; b. Hercule et Antée, vers 1521-1535, Chartres, Notre-Dame, Tour de chœur

a. © National Gallery of Art ; b. © Jean Beuvier

Fig. 4 – a. Pomedelli, Occasion, Washington, National Gallery of Art, inv. 1957.14.775. inv. 1957.14.775b ; b. Occasion, vers 1521-1535, Chartres, Notre-Dame, Tour de chœur

a. crédit photo NGA de Washington ; b. © Jean Beuvier

7Ces modèles italiens cohabitent avec d’autres formes constitutives de l’ornement sculpté dans les églises au début du règne de François Ier, entre 1515 et 1530 environ. En France durant cette période, l’architecture religieuse sert en effet de cadre à l’invention d’un ornement « à l’antique » spécifique, constitué de plusieurs répertoires de formes qui font écho à l’histoire et la fonction des lieux qu’ils ornent. Le cas se présente avec les objets liturgiques (calices, burettes, patène, monstrances, etc., fig. 5), les motifs faisant référence aux craintes eschatologiques du temps (crânes, ossements, cercueils, pelles, pioches, etc., fig. 6), ou encore les bâtons de pèlerins (fig. 7) et les objets quotidiens (poêles, tournebroches, chenets de cheminée, etc., fig. 8) qui symbolisent les stations importantes des fidèles dans les cérémonies d’adoration des reliques. Enfin, d’autres motifs ornementaux sont plus intimement liés à l’histoire des lieux, à leurs légendes et à leurs mythes de fondation. La chemise de la Vierge à Chartres (fig. 9) fait ainsi référence au mythe de la Virgo parituræ (la « Vierge allant enfanter ») adorée par des druides avant l’Incarnation et à la relique insigne de Notre-Dame. De même, la Sainte Larme sculptée dans le décor de la clôture de chœur de la Trinité de Vendôme (ca. 1521-1528, fig. 10) offre une image de la larme versée par le Christ à la mort de Lazare, une relique conservée dans l’abbatiale. Quant au cercueil sculpté sur un des chapiteaux de la porte de la salle capitulaire de l’abbaye de Fontevraud (ca. 1540-1545, fig. 11) il évoque directement celui de Robert d’Arbrissel, fondateur du lieu sacré.

Fig. 5 – a. Calice et patène, vers 1540, Bordeaux, Saint-André, jubé ; b. Burettes, vers 1521-1528, Vendôme, Trinité, clôture de chœur ; c. Monstrance eucharistique, vers 1521-1535, Chartres, Notre-Dame, Tour de chœur

Fig. 6 – a. Crâne, vers 1521-1528, Vendôme, Trinité, clôture de chœur ; b. Ossements, vers 1534, Magny-en-Vexin, fonts baptismaux ; c. Cercueil avec pelle et pioche, vers 1540, Oiron, Saint-Maurice, retable de la chapelle Saint-Jean-Baptiste

Fig. 7 – a. Bâtons de pèlerins, vers 1521-1535, Chartres, Notre-Dame, Tour de chœur ; b. Bâton de pèlerin, vers 1520-1525, Rue, chapelle du Saint-Esprit, façade occidentale

Fig. 8 – a. Poêle et tournebroche, vers 1521-1535, Chartres, Notre-Dame, Tour de chœur ; b. Chenets, vers 1521-1535, Chartres, Notre-Dame, Tour de chœur

Fig. 9 – Chemise de la Vierge, vers 1521-1535, Chartres, Notre-Dame, Tour de chœur

Fig. 10 – Sainte Larme, vers 1521-1528, Vendôme, Trinité, clôture de chœur

Fig. 11 – Cercueil de Robert d'Arbrissel, vers 1540-1545, Fontevraud, Notre-Dame, portail de la salle capitulaire

  • 5 Évelyne Thomas, Vocabulaire illustré de l’ornement par le décor de l’architecture et des autres art (...)
  • 6 Laurence De Finance, Pascal Liévaux, Ornement. Vocabulaire typologique et technique, Paris, Édition (...)
  • 7 Voir notamment le Thésaurus iconographique et le Thésaurus de la désignation des œuvres architectur (...)

8Cette cohabitation entre motifs antiques, mythologiques, liturgiques, eschatologiques ou appartenant au quotidien des fidèles du xvie siècle concerne l’ensemble des décors religieux « à l’antique » réalisés dans le royaume de France au début de la Renaissance. Pour rendre compte de la variété de leur répertoire et de la complexité de leur système, tout en garantissant une consultation et une lecture aisée, l’outil numérique offre des solutions d’expression et de représentation idoines. ROSER compte aujourd’hui 1700 notices mais l’intégralité des motifs des 200 œuvres étudiées n’y est pas encore déposée. La base de données a été conçue pour faciliter la manipulation du corpus, affiner la définition du répertoire ornemental de chaque monument et rendre compréhensible les comparaisons à l’échelle européenne. S’appuyant sur les dictionnaires de l’ornement existants (Thomas, 20135 ; De Finance, Lievaux, 20146) et les thesauri qu’offrent les bases du Ministère de la Culture7, ROSER se nourrit de ces réflexions tout en profitant de l’avancée des moyens informatiques pour affiner les classements mais surtout les modes d’interrogation.

  • 8 Sur la construction de ce concept numérique voir Marion Lamé, Perrine Pittet, Federico Ponchio, Béa (...)

9Le développement de ROSER a ainsi été l’occasion d’un travail d’analyse du corpus. En effet, pour enrichir la base de données il s’est avéré nécessaire d’identifier et de nommer chaque motif ornemental – chaque candélabre ou chute d’ornements en compte au moins une dizaine – afin de créer et d’éditer numériquement une « terminologie de travail8 ». Celle-ci est constituée d’environ 500 termes primaires reliés à des termes secondaires. Par exemple, du terme primaire « oiseau » dépend une série de termes secondaires comme « oiseaux adossés », « oiseaux affrontés », « oiseau bicéphale », « oiseau se mordant l’aile », etc. Certains motifs majeurs comme le putto ont bénéficié d’une granularité de qualification plus fine afin de rendre compte des nombreuses variations dont il a pu faire l’objet sous le ciseau des sculpteurs : le terme primaire « putto » est ainsi relié à 33 termes secondaires, du « putto assis » au « putto chevauchant un animal marin », du « putto musicien » au « putto tirant à l’arc ».

10Une fois la terminologie créée, un classement des motifs par catégories a été réalisé afin de faciliter la consultation du répertoire. Cette organisation devait refléter également l’identité même du corpus en lien avec le cadre artistique et historique, politique et religieux, de la France du début du xvie siècle dont il relève. Neuf grandes catégories ont ainsi été retenues : « animal », « végétal », « humain », « quotidien », « militaire », « biblique », « mythologique », « liturgique » et « dévotion populaire ». À titre d’exemple, entrer « liturgique » dans la barre de recherche fait apparaître tous les termes liés : « missel », « mitre », « lutrin », « étole », « encensoir », etc. Un ensemble de motifs qui est propre au répertoire français de cette période.

11D’autres critères sont signifiants. Les informations de dates et de localisation sont des valeurs qui éclairent également l’ensemble du répertoire. Ces deux fonctionnalités peuvent être interrogées pour d’une part relier chaque motif à un édifice et à un monument, et d’autre part situer l’apparition et le développement du nouveau répertoire dans l’espace et dans le temps. Par exemple, la notice d’un calice sculpté dans le décor de l’ancienne clôture de chœur de l’abbaye du Mont-Saint-Michel précise que le motif appartient à l’édifice « Abbaye du Mont-Saint-Michel » et au monument « Clôture de chœur » situé dans le « Chœur » de l’abbaye (fig. 12a). Une carte situe également le monument dans l’édifice et dans le royaume de France (fig. 12b). Plus tard, l’objectif serait d’intégrer un outil plus sophistiqué offrant la possibilité de générer des cartes localisant toutes les occurrences d’un motif, accompagnées d’une date. Cela permettra de montrer de manière efficace son évolution, de son apparition au début du xvie siècle jusqu’au maniérisme des années 1540, comme par exemple le motif de l’anguipède musicien qui apparaît en France grâce à un candélabre gravé de Giovanni Antonio da Brescia daté de 1507 : le motif sert de socle au candélabre, avant de s’en libérer petit à petit pour devenir une figure autonome dans les années 1540-1550, comme dans le décor de la Belle Chapelle de Solesmes et dans celui de l’église Saint-Pierre d’Assier (fig. 13).

Fig. 12 –a. Fiche œuvre d’un calice sculpté dans le décor de la clôture de chœur de l’abbaye du Mont-Saint-Michel ; b. Carte localisant le Mont-Saint-Michel sur Geonames

a. © 2019-Répertoire de l’Ornement Sculpté des Églises de la Renaissance

Fig. 13 – a. Giovanni Antonio da Brescia, Anguipède musicien, vers 1507, Londres, VAM, inv. E.631-1890 ; b. Anguipède, vers 1530-1553, Solesmes, Saint-Pierre, Belle Chapelle ; c. Anguipède, vers 1540-1549, Assier, Saint-Pierre

a. détail © Victoria & Albert Museum ; b-c. © Jean Beuvier

  • 9 Évelyne Thomas, Op. cit.
  • 10 Laurence De Finance, Pascal Liévaux, Op. cit.
  • 11 Sur la notion d’ornementalité, voir Jean-Claude Bonne, « De l’ornement à l’ornementalité. La mosaïq (...)

12L’originalité de l’édition de corpus qu’est ROSER réside donc dans l’opportunité qu’elle offre de relier l’ornement non pas à une définition transhistorique ou à un champ décoratif lié au vocabulaire de l’architecture, comme c’est le cas pour le Vocabulaire illustré de l’ornement9 et le Vocabulaire technique et typologique de l’ornement10, mais d’associer des motifs ornementaux a priori sériels à un édifice et à un monument ainsi qu’à des éléments d’iconographie pour les distinguer, en éclairer le sens, voire participer à leur définition. Le modèle conceptuel de données de ROSER prends donc en compte à la fois l’édifice, le support et le motif ornemental afin de répondre aux questionnements actuels de l’histoire de l’art sur l’ornement et l’« ornementalité », une notion forgée par Jean-Claude Bonne11 qui prend en compte les rapports formels, fonctionnels et symboliques existants entre l’ornement et son support et qui est au cœur de l’approche adoptée par la thèse.

Expérimenter la modélisation d’un travail en Histoire de l’Art

13par Florian Hivert et Théo Roulet

14L’édition scientifique numérique de ROSER procède de la numérisation du corpus réuni par Jean Beuvier dans le cadre de sa thèse de doctorat, et d’un travail commun sur la création d’un outil pour nourrir sa réflexion. Pour nous, étudiants en humanités numériques, en plus d’être placés à la fois en situation de développeurs et de chargés de la modélisation des Connaissances, cela a été l’occasion d’expérimenter la manière dont nous pouvions apporter à un jeune chercheur les moyens permettant la représentation, l’expression et la publication de ses objets et de ses connaissances afin inscrire son travail dans les bases du CESR et sur le réseau Internet. Notre compréhension de sa méthodologie et de ses objectifs s’est ainsi forgée lors de réunions au cours desquelles nous avons dû adapter nos méthodes et vocabulaires respectifs afin de créer un langage commun dont ROSER résulte.

15Cette expérience a fait émerger plusieurs problématiques liées à la numérisation d’une recherche d’histoire de l’art en cours : comment structurer en un modèle de données le corpus et les grilles d’analyses produites dans le cadre d’une thèse en sciences humaines ? Comment les exprimer numériquement pour non seulement en permettre la publication, mais aussi créer un outil apte à répondre aux problématiques d’un travail de recherche sur le long terme ?

  • 12 Modèle Conceptuel de Données, ou modèle Entité-Association dans la méthode Merise. Représentation f (...)

16La première étape a été la modélisation conceptuelle12 de la base. Pour cela, il a été décidé de faire du motif ornemental – et non de la totalité du décor – l’entité centrale du modèle numérique du système informatique à construire. Sur le modèle de la base ARVIVA qui a nourri notre réflexion, chaque motif ornemental se traduit en une entité qui représente ses caractéristiques élémentaires. Illustré par une photographie, il est rattaché à l’édifice dans lequel il se trouve, au type d’élément architectural auquel il appartient, à une définition iconographique, à une date de réalisation, et voit signalés ses éventuels liens avec une personne (artiste, commanditaire, sujet représenté, dédicataire ; fig. 14a et b). Le réseau de ces informations et de ces entités (édifice, personne, iconographie, type de partie d’édifice, etc.) trouve dans les principes de fonctionnement d’une base de données l’explicitation de ses propres caractéristiques (par exemple, la situation géographique d’un édifice, la définition d’un élément architectural, etc.).

Fig. 14 – a. Formulaire de saisie de données ; b. Fiche œuvre signalant le nom, l’iconographie, la description, l’édifice et sa partie, l’artiste et le commanditaire de l’œuvre

© 2019-Répertoire de l’Ornement Sculpté des Églises de la Renaissance

Fig. 14 – b. Fiche œuvre signalant le nom, l’iconographie, la description, l’édifice et sa partie, l’artiste et le commanditaire de l’œuvre

© 2019-Répertoire de l’Ornement Sculpté des Églises de la Renaissance

  • 13 Ce mode de recherche s’appuie directement sur la distinction entre fiche-mère et fiche-œuvre propos (...)

17Le système de référencement mis en place permet ainsi de replacer chaque motif dans son contexte de création tout en facilitant la recherche dans la base, pour le chercheur comme pour le grand public. En effet, la structure de ROSER permet à l’utilisateur de créer des requêtes pour accéder aux motifs d’un édifice, d’un monument, d’un artiste ou d’un commanditaire. On peut ainsi rechercher « Cathédrale Notre-Dame de Chartres », « Clôture de chœur » et obtenir tous les motifs de la clôture de chœur de la Cathédrale Notre-Dame de Chartres13. Le croisement des résultats simplifie la manipulation du corpus et multiplie les possibilités d’études.

18Une fois le corpus conceptuellement organisé, il restait à choisir les outils adaptés pour implémenter notre modèle et créer son interface. Le choix a été dicté par l’expérience utilisateur : il fallait répondre aux nécessités d’une interface simple d’accès et proposant des outils pertinents pour la recherche comme pour le dépôt des données. Il a été décidé d’employer OMEKA-S14, qui fournit une interface administrateur poussée et intuitive, avec notamment la possibilité de créer des « modèles », des guides dans la saisie des données. OMEKA-S permet également de rassembler des objets en « Collection », regroupement passant outre les conditions du modèle de données et offre la possibilité de créer des articles, rubriques équivalentes à celles d’un blog, qui permettent à l’administrateur d’appeler et afficher les entités de la base pour en donner un commentaire scientifique plus poussé (fig. 15).

Fig. 15 – Exemple d’article (« Les sources de l’ornement sculpté du Tour de chœur de Chartres ») associant texte et images

© 2019-Répertoire de l’Ornement Sculpté des Églises de la Renaissance

19OMEKA « Semantics » offrait en outre l’avantage de reposer sur les schémas de métadonnées du web sémantique (RDFS15). Ces vocabulaires et ontologies sont constitués de classes et de propriétés explicitement définies par un schéma qu’il est possible d’intégrer, non sans quelques difficultés, à OMEKA-S. Ces classes et propriétés se substituent alors aux entités et aux relations des bases de données classiques, de manière à rendre leur nature et leur sens interprétables, au sens informatique du terme, par les machines. Ce pivot du web des données permet à différents entrepôts d’échanger automatiquement leurs contenus tout en en préservant le sens et l’articulation originale.

20Particulièrement sensibilisée à cette problématique de l’interopérabilité des données, l’équipe a décidé, en concertation avec tous les membres du projet, d’en faire l’un des objectifs centraux de notre travail. Nos échanges avec Jean Beuvier nous ont permis de comprendre la transversalité de son objet d’étude (au croisement de l’architecture, de la sculpture et de modèles gravés ou sculptés), l’interdisciplinarité dont devait nécessairement faire preuve son approche, et la variété d’autres recherches pouvant venir compléter ou exploiter les siennes (histoire de l’art, histoire religieuse et de la liturgie, culture matérielle, etc.). Il fallait donc faire en sorte à la fois que les données contenues dans la base ROSER répondent à des standards du Web Sémantique et pour être partagées par d’autres systèmes d’informations tout en respectant les problématiques scientifiques de la thèse.

  • 16 Pour un exemple de l’adaptation de l’ontologie du CIDOC CRM, nous vous invitons à consulter les tra (...)
  • 17 Pour plus d’informations, consultez la page https://dublincore.org/.

21Cependant, un objet aussi transversal que l’ornement n’est pas aisé à exprimer dans des langages qui nous sont apparus soit trop génériques, soit trop spécialisés et complexes à intégrer dans OMEKA-S. L’ontologie du CIDOC CRM semblait ainsi particulièrement prometteuse, mais son intégration nécessitait un travail d’adaptation que nous n’étions pas en mesure d’effectuer16. Le choix a donc été fait de créer notre propre ontologie, du nom de « ROSER », pour laquelle nous avons, afin d’en assurer l’interopérabilité, réalisé un mapping avec le standard du Dublin Core17.

22Si l’articulation des propositions posait problème, le vocabulaire lui aussi restait à définir. Là encore, pour répondre à l’exigence d’interopérabilité, mais également par souci d’assurer la qualité scientifique de la numérisation du corpus, nous avons fait le choix de recourir à un certain nombre de référentiels.

23La possibilité d’exploiter un vocabulaire contrôlé pour caractériser l’iconographie, comme IconClass18 ou le Art & Architecture Thesaurus19du Getty Institute, a ainsi été envisagée. Il est néanmoins apparu qu’aucun référentiel ne pouvait convenir exactement pour ce sujet spécifique de recherche. C’est donc directement la terminologie scientifique produite par Jean Beuvier qui a été intégrée au modèle de la base de données, encodée en SKOS (Simple Knowledge Organization System20), afin de répondre parfaitement à la problématique scientifique et historique de la thèse. Des référentiels ont cependant pu être mobilisés avec succès dans d’autres domaines. Ainsi, la description des parties de monuments repose sur le Thésaurus de la désignation des œuvres architecturales et des espaces aménagés créé par le service de l’Inventaire général du patrimoine21. Pour désigner les personnes, nous avons récupéré les fiches d’autorités des personnes citées dans le corpus à l’aide du Virtual International Authority File (VIAF22). Enfin, la localisation des lieux repose sur Geonames23. Ces deux dernières ressources ont été importées grâce à l’utilisation du module – ou plugin – Value Suggest disponible sous OMEKA-S. Le thésaurus de l’inventaire général a été importé manuellement en récupérant les entités désirées et en les organisant en SKOS.

24Ces choix d’import sont évidemment le résultat de discussions entre le jeune chercheur et nous-mêmes, apprentis développeurs – modélisateurs : nous lui avons soumis et avons examiné avec lui plusieurs pistes, parmi lesquelles il a tranché afin de garantir la correspondance entre l’expression des données et ses problématiques scientifiques.

Conclusion

  • 24 Les développements futurs de ROSER ont fait l’objet d’une communication par Jean Beuvier et Florian (...)

25La création de la base ROSER a été l’occasion de mener une réflexion sur l’apport du numérique dans la recherche en sciences humaines. Plus précisément, elle a permis de faire se rencontrer et dialoguer deux approches d’un même corpus : celle d’un travail de doctorat en histoire de l’art, et celle d’un travail de master en humanités numériques. Deux démarches d’apprentissage qui se sont soutenues l’une et l’autre, mais aussi deux démarches descriptives et analytiques, chacune selon ses propres critères méthodologiques, qui se sont nourries mutuellement pour offrir une base de données qui permette de lire l'ornement de la Renaissance. La modélisation du corpus et les possibilités de manipulation qu’elle a apportées ont ouvert de nouvelles perspectives au jeune chercheur et l’ont incité, en retour, à suggérer à ses développeurs de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux besoins auxquels répondre. Toutefois, si ROSER offre déjà un support essentiel pour la recherche et la valorisation, elle est loin d’être terminée24 : la première phase de modélisation est en cours d’achèvement et fera bientôt l’objet d’améliorations dans le cadre d’un stage réalisé par Florian Hivert au CESR sous la co-direction de Marion Boudon-Machuel, de Marion Lamé et de François Rosmann. L’objectif d’interopérabilité, en particulier avec la base ARVIVA, sera au cœur de ce travail afin que les données de ROSER puissent compléter les bases de données du CESR consacrées à l’image.

Bibliographie

Jurgis Baltrušaitis, Formations, déformations : la stylistique ornementale dans la sculpture romane, Paris, Flammarion, 1986

Jean-Claude Bonne, « De l’ornement à l’ornementalité. La mosaïque absidiale de San Clemente de Rome », dans John Ottaway (éd.), Le rôle de l’ornement dans la peinture murale du Moyen Âge, Poitiers, CESCM, 1997, p. 103-119

Jean-Claude Bonne, « De l’ornemental dans l’art médiéval (viie-xiiesiècle). Le modèle insulaire », dans Jérôme Baschet, Jean-Claude Schmitt (dir.), L’image. Fonctions et usages des images dans l’Occident médiéval, Paris, Le Léopard d’or, 1996, p. 207-240.

Laurence De Finance, Pascal Liévaux, Ornement. Vocabulaire typologique et technique, Paris, Éditions du patrimoine, 2014.

Évelyne Thomas, Vocabulaire illustré de l’ornement par le décor de l’architecture et des autres arts, Paris, Eyrolles, 2013.

Marion Lamé, Perrine Pittet, Federico Ponchio, Béatrice Markhoff, Émilio Sanfilippo, « Heterotoki: Non-Structured and Heterogeneous Terminology Alignment for Digital Humanities Data Producers », Proceedings of ODOCH 2019 – Open Data and Ontologies for Cultural Heritage– Rome, Italy, 3 June 2019, http://ceur-ws.org/Vol-2375.

Pierre-Yves Le Pogam, « Le paysage artistique vers 1500 : les mots et les choses », dans Geneviève Bresc-Bautier, Thierry Crépin-Leblond, Élisabeth Taburet-Delahaye (dir.), France 1500, entre Moyen Âge et Renaissance, cat. expo., Paris, Galeries nationales-Grand Palais (6 octobre 2010-10 janvier 2011, Paris, RMN, 2010, p. 31-37.

Notes

1 Ce doctorat est mené dans le cadre du Centre d’études supérieures de la Renaissance sous la direction de Marion Boudon-Machuel, professeure en histoire de l’art (CESR, Université de Tours – UMR 7323), que nous tenons à remercier, ainsi que Marion Lamé, pour leur aide dans la préparation de cet article.

2 Ces projets de recherche sont des APR-IR développés en 2014-2017 pour ARVIVA, sous la codirection scientifique de Marion Boudon-Machuel, Pascale Charron et David Rivaud (https://intelligencedespatrimoines.fr/arviva/ ; pour la base de données, voir http://arviva.univ-tours.fr/web/app.php), et depuis 2018 pour ChArtRes, que porte Marion Boudon-Machuel (https://cesr.cnrs.fr/recherche/projets-de-recherche, 2018-2021).

3 Voir la classification donnée par Baltrusaitis Jurgis dans Formations, déformations : la stylistique ornementale dans la sculpture romane, Paris, Flammarion, 1986, p. 7-8.

4 Sur la coexistence de l’art « à la moderne » et « à l’antique » au début de la Renaissance, voir Pierre-Yves Le Pogam, « Le paysage artistique vers 1500 : les mots et les choses », dans Geneviève Bresc-Bautier, Thierry Crépin-Leblond, Élisabeth Taburet-Delahaye (dir.), France 1500, entre Moyen Âge et Renaissance, cat. expo., Paris, Galeries nationales-Grand Palais (6 octobre 2010-10 janvier 2011, Paris, RMN, 2010, p. 31-37.

5 Évelyne Thomas, Vocabulaire illustré de l’ornement par le décor de l’architecture et des autres arts, Paris, Eyrolles, 2013.

6 Laurence De Finance, Pascal Liévaux, Ornement. Vocabulaire typologique et technique, Paris, Éditions du patrimoine, 2014.

7 Voir notamment le Thésaurus iconographique et le Thésaurus de la désignation des œuvres architecturales, des espaces aménagés et des objets mobiliers (http://www2.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/).

8 Sur la construction de ce concept numérique voir Marion Lamé, Perrine Pittet, Federico Ponchio, Béatrice Markhoff, Émilio Sanfilippo, « Heterotoki: Non-Structured and Heterogeneous Terminology Alignment for Digital Humanities Data Producers », Proceedings of Odoch 2019 – Open Data and Ontologies for Cultural Heritage– Rome, Italy, 3 June 2019, http://ceur-ws.org/Vol-2375.

9 Évelyne Thomas, Op. cit.

10 Laurence De Finance, Pascal Liévaux, Op. cit.

11 Sur la notion d’ornementalité, voir Jean-Claude Bonne, « De l’ornement à l’ornementalité. La mosaïque absidiale de San Clemente de Rome », dans John Ottaway (éd.), Le rôle de l’ornement dans la peinture murale du Moyen Âge, Poitiers, CESCM, 1997, p. 103-119 et Id., « De l’ornemental dans l’art médiéval (viie-xiie siècle). Le modèle insulaire », dans Jérôme Baschet, Jean-Claude Schmitt (dir.), L’image. Fonctions et usages des images dans l’Occident médiéval, Paris, Le Léopard d’or, 1996, p. 207-240.

12 Modèle Conceptuel de Données, ou modèle Entité-Association dans la méthode Merise. Représentation formelle (graphique ou mathématique) des données utilisées par le système d’information. Le modèle est dit « Conceptuel » car il est indépendant des outils ensuite choisis pour réaliser son implémentation.

13 Ce mode de recherche s’appuie directement sur la distinction entre fiche-mère et fiche-œuvre proposée par ARVIVA.

14 Sur OMEKA-S voir https://omeka.org/s/

15 Pour plus d’informations sur le Ressource Development Framework Schema, voir : https://www.w3.org/TR/rdf-schema/).

16 Pour un exemple de l’adaptation de l’ontologie du CIDOC CRM, nous vous invitons à consulter les travaux du consortium MASA (Mémoires des archéologues et des sites archéologiques) : https://masa.hypotheses.org/openarchaeo.

17 Pour plus d’informations, consultez la page https://dublincore.org/.

18 Système de classification créé pour l’art et l’iconographie disponible en Linked Open (http://www.iconclass.nl/home).

19 https://www.getty.edu/research/tools/vocabularies/.

20 Le Simple Knowledge Organization System est un langage recommandé par le W3C afin de représenter des thésaurus, classifications, vocabulaires contrôlées ou langages documentaires sur une base de modèle RDF (sujet – prédicat – objet) pour permettre leur publication et leur utilisation dans le web sémantique (cf. https://www.w3.org/2004/02/skos/).

21 Consultable en ligne sur http://data.culture.fr/thesaurus/page/ark:/67717/T96.

22 Le Virtual International Authority File est un ensemble de fiches d’autorités bibliographiques internationales fournies par des bibliothèques nationales partenaires du projet (cf. http://viaf.org/).

23 Base de données géographiques gratuite et accessible sur le Web couvrant la totalité des pays du monde et contenant les informations d’environ 11 millions de lieux (cf. http://www.geonames.org/).

24 Les développements futurs de ROSER ont fait l’objet d’une communication par Jean Beuvier et Florian Hivert (« Concevoir une plateforme numérique pour l'interopérabilité des données d'une thèse en histoire de l'art : l'exemple de ROSER ») lors de la journée d’études Plateformes numériques et patrimoines : quels apports pour la recherche et la médiation ? (Liège, 28 octobre 2019) organisée par Marc Gil et Pierre Halot (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02339185).

Table des illustrations

Crédits a. détail © Victoria & Albert Museum ; b. © Jean Beuvier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Crédits a. © National Gallery of Art ; b. © Jean Beuvier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Crédits a. © National Gallery of Art ; b. © Jean Beuvier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4793/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Crédits a. crédit photo NGA de Washington ; b. © Jean Beuvier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4793/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Crédits © Jean Beuvier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4793/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Crédits © Jean Beuvier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4793/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Crédits © Jean Beuvier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4793/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Crédits © Jean Beuvier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4793/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Crédits © Jean Beuvier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4793/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Crédits © Jean Beuvier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4793/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Crédits © Jean Beuvier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4793/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 747k
Crédits a. © 2019-Répertoire de l’Ornement Sculpté des Églises de la Renaissance
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4793/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Crédits a. détail © Victoria & Albert Museum ; b-c. © Jean Beuvier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4793/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Crédits © 2019-Répertoire de l’Ornement Sculpté des Églises de la Renaissance
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4793/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Crédits © 2019-Répertoire de l’Ornement Sculpté des Églises de la Renaissance
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4793/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Crédits © 2019-Répertoire de l’Ornement Sculpté des Églises de la Renaissance
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4793/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 434k

Auteurs

Doctorant au Centre d’études supérieures de la Renaissance (Tours, Université de Tours).

Étudiant en master 2 « Intelligence des données de la Culture et des Patrimoines » à l’École supérieure en Intelligence des Patrimoines (Tours, Université de Tours – Centre d’études supérieures de la Renaissance)

Étudiant en master 2 « Intelligence des données de la Culture et des Patrimoines » à l’École supérieure en Intelligence des Patrimoines (Tours, Université de Tours – Centre d’études supérieures de la Renaissance)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search