Version classiqueVersion mobile

Apprentissage, travail et création

Transmission, réseaux et communautés

Quand le musée se rapproche de l’école : débats, desseins, dispositifs

Yannick Le Pape

Résumé

Invités à travailler ensemble, les musées et l’école ont du mal à s’entendre sur le lieu d’exercice le plus approprié. D’un côté, les institutions culturelles se sont un peu trop vite identifiées à une seconde salle de cours ; de l’autre, le monde enseignant reste attaché au travail en classe, quitte à considérer la sortie au musée comme une simple parenthèse ludique. Sous cette querelle de territoire se cache surtout une controverse éducative : à l’école, les activités artistiques souffriraient du manque de contact avec les œuvres ; au musée, elles perdraient en exigence tant le cadre insolite de la leçon perturberait l’attention des élèves. Face à cette impasse, un dernier modèle restait donc à tester : le musée qui se déplace vers l’école. Mallettes pédagogiques, expositions itinérantes, muséobus ou visites virtuelles… autant d’initiatives qui permettent non seulement de renouveler l’enseignement des arts en milieu scolaire mais aussi de s’adapter aux nouvelles exigences de solidarité éducative en temps de crise et aux modes de consommation des contenus culturels – continus et nomades – adoptées par les jeunes à l'ère du numérique.

Texte intégral

  • 1 Jacqueline Bloas-Gonin, « Les enseignants dans les musées, éducation et culture », dans Musée et se (...)
  • 2 Marie-Christine Bordeaux, « Une politique culturelle en faveur de l'éducation artistique et culture (...)
  • 3 Protocole d'accord du 17 novembre 1993, « Mission pour le développement artistique ».
  • 4 Voir sur ce point Véronique Castagnet-Lars, « L'éducation au patrimoine : les visées d'un dialogue (...)
  • 5 Voir en ligne : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Education-artistique-et-culture (...)
  • 6 Voir à ce sujet Marie-Christine Bordeaux, « L'éducation artistique et culturelle », dans Institutio (...)

1Au musée d’Orsay, près de trois-quarts des groupes sont des groupes scolaires. C’est dire combien le monde enseignant a identifié le musée comme un espace possible de sensibilisation à l’art. Cette rencontre (« ce déclic entre le milieu scolaire et l'art1 »), est d'ailleurs depuis longtemps placée sous le patronage d’un partenariat entre le ministère de l’Éducation nationale et celui de la Culture – le travail avec le ministère de la Ville et de la Jeunesse et des Sports n'ayant pas dépassé le stade des intentions en 1993 et 19972 –, qui s'attachent à faciliter l’accès au patrimoine pour tous, « de la maternelle à l’université » comme le précisaient le protocole signé en 19933 et la circulaire parue au Bulletin officiel en 19984. Les ambitions sont élevées : « L’éducation artistique et culturelle et sa généralisation constituent une priorité pour le Gouvernement » assure le ministère de la Culture5, qui s'inscrit dans la lignée du colloque d'Amiens de 1968, (Pour une école nouvelle), où la place des arts dans l'éducation avait été affirmée6. Reste à savoir comment se manifeste cet engagement dans la réalité même des élèves, dont l'initiation à l'art devra s'articuler entre deux « lieux » à la fois distincts et complémentaires : la salle de classe et la salle d'exposition.

1. Contexte : l'éducation artistique et ses « lieux »

2La loi de refondation de l'école de la République (juillet 2013) a rendu obligatoire dans le cursus scolaire le « parcours d’éducation artistique et culturelle » (PEAC)7. Si le Haut Conseil de l’Éducation Artistique et Culturelle rappelle que l'école demeure un « des lieux dédiés à l'art et à la culture8 », le guide de mise en application du PEAC insiste aussi sur « les lieux explorés » par les élèves au cours de leur scolarité9. Un des objectifs principaux est en effet « la fréquentation des lieux culturels », espaces légitimes du « territoire éducatif10 ».

1.1. Le musée comme (deuxième) école

  • 11 « Le parcours d'éducation artistique et culturelle ». Circulaire n° 2013-073 du 3-5-2013. http://ww (...)
  • 12 « Le parcours d'éducation artistique et culturelle de l'élève ». http://eduscol.education.fr/cid749 (...)

3La circulaire de 2013, qui précisait les modalités du PEAC, soutenait une nouvelle fois « l’activité de fréquentation des œuvres et des lieux culturels11 ». Eduscol, le portail pour les professionnels de l’éducation, évoque aussi les « rencontres » avec « des lieux de conservation12 ».

4Ce leitmotiv du « lieu » dans les discours officiels montre que l’apprentissage des arts est bel et bien pensé en regard de l’espace où il s’organise. On l’a bien perçu lorsque François Hollande a imposé aux musées parisiens en 2015 le principe de l’ouverture 7 jours sur 7 : ce qui constituait le jour de fermeture devra désormais être consacré à l’accueil des publics scolaires pour « offrir à la jeunesse de France toutes les conditions pour apprendre, s'émerveiller et s'émouvoir » (Le Figaro, 7 septembre 2015). Faire cours à l’intérieur du musée serait en quelque sorte le gage (la « condition ») d’une éducation aboutie dans ce domaine. Les dispositifs comme « La classe, l'œuvre » incitent précisément à solliciter les musées de proximité, et il s'agit en première instance de « renforcer les liens entre établissements scolaires et musées13 ». Le principe est ancien : on se souvient par exemple que le Fonds d'intervention culturel, créé en 1971, avait soutenu le programme « Les jeunes Français à la découverte de leurs musées », en 1978. Jacques-Louis David, deux siècles auparavant, interpellait lui-même le Muséum en ce sens : « Il faut qu’il devienne une école importante. Les instituteurs y conduiront leurs jeunes élèves14 ». Alexandre Lenoir, qui fit tant pour la sauvegarde du patrimoine à l’heure du vandalisme, insistait aussi sur l’importance du musée des Monuments français : « C’est là, écrivait-il, que la jeunesse trouvera des modèles sûrs15 ».

  • 16 Bernard Deloche, « Apprenons à changer de modèle », dans Tables rondes du premier Salon de la muséo (...)
  • 17 Cité par Micheline Debus, L’éducation artistique et culturelle en partenariat avec l’école, Strasbo (...)
  • 18 Sarah Cohen, Quand l'enfant devient visiteur : une nouvelle approche du partenariat école/musée, Pa (...)

5L’attribution d’ambitions pédagogiques au musée eut tant de succès que le modèle du « musécole16 » fit fortune à la fin des années 1980. Jack Lang, au moment de présenter son plan pour les arts et la culture, en 2000, n’hésitait pas non plus à croire que les équipements culturels constituaient « une véritable deuxième école17 » – Sarah Cohen évoqua à ce sujet le « phénomène de scolarisation de l'espace muséal18 ».

1.2. « Entrouvrir les portes »

  • 19 Madeleine Rebérioux, « Le musée, lieu d’apprentissage », dans Le futur antérieur des musées, éd. pa (...)
  • 20 École nationale d'Administration, promotion Victor Hugo, Seconde session de séminaire, Grands musée (...)
  • 21 Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé à l’occasion de (...)
  • 22 Ministère de l'Éducation nationale, Ministère de la Culture, Éducation et Culture, Paris, juin 1984 (...)
  • 23 Jean Desmeuzes, L'action culturelle à l'école, Paris, Enfance heureuse, 1986, p. 238-241.

6Madeleine Rébérioux, qui fut co-administratrice du musée d’Orsay à sa création, en était elle-même convaincue : « Les musées doivent s’ouvrir aux enfants19 ». C’est donc que les musées étaient considérés comme des espaces « fermés », repliés sur eux-mêmes, qu’il fallait reconquérir pour les élèves. L'ENA, fin 1990, l'avait d'ailleurs relevé : « Le musée s'efforce d'apparaître aujourd'hui comme un lieu vivant, accueillant et ouvert20 ». Fleur Pellerin, qui fut ministre de la Culture et de la Communication entre 2014 et 2016, constatait, elle aussi, qu'une circulation était nécessaire entre les deux mondes, mais elle préférait inverser le point de vue : « Il faut ouvrir les portes de l’école à l’art et à la culture 21 », jugeait-elle. Le protocole d'accord signé en avril 1983 entre les deux ministères avait précisément pour ambition d'« accroître l'ouverture des établissements scolaires sur leur environnement culturel22 ». Dès la fin des années 1970, les partenariats noués par l'école dans le cadre des PAE (projets d'actions éducatives), qui prolongeaient l'expérience du 10 % pédagogique de Joseph Fontanet (1973), incarnaient « la réalité et le sérieux de (cette) politique d'ouverture » des établissements scolaires23.

  • 24 Cité par Micheline Debus, op. cit., p. 83.
  • 25 Marshall McLuhan, Harley Parker et Jacques Barzun, Le musée non linéaire, texte du séminaire tenu a (...)
  • 26 Ministère de l’Éducation nationale, Direction de l’Enseignement scolaire, Mission de l’éducation ar (...)
  • 27 « L’éducation artistique de la maternelle à l’université. Anita Weber explique la circulaire du 22 (...)
  • 28 Pascal Colin, L'urgence de l'art à l'école : un plan artistique pour l'Éducation nationale, Montreu (...)

7Jack Lang se souvenait avoir été confronté à une véritable inimitié entre le monde de l'enseignement et celui de la culture, et il saluait la bonne volonté d’Alain Savary, de l’Éducation nationale, qui fut le premier à « accepte(r) d’entrouvrir les portes24 ». En 1967, lors d’un séminaire animé par Marshall McLuhan, Harley Parker soulignait en tout cas « cette espèce de situation schizophrénique qui sépare le monde extérieur de l’école25 ». En France, le ministère de l’Éducation utilisait des mots analogues en 2001 : « Il faut créer des passerelles entre l’école et le monde extérieur26 », lisait-on. Trois ans auparavant, l’éducation artistique et culturelle avait fait l’objet d’une nouvelle circulaire et, à cette occasion, le ministère de la Culture jugeait qu'il demeurait pertinent de « rapprocher les établissements (culturels) des établissements scolaires27 ». Comme le rappelle Pascal Colin, c'est là « un des enjeux les plus forts d'un plan national pour l'éducation artistique », dans la mesure où « la notion d'ouverture est consubstantielle à celle de démocratisation28 ».

1.3. Craintes mutuelles

  • 29 La revue de Paris, avril 1933, cité par François Dagognet, Le musée sans fin, Seyssel, Champ Vallon (...)
  • 30 Dominique Viéville, « Activité culturelle de Calais », Musées et collections publiques de France, n(...)

8Qu'à cela ne tienne, les musées ont d’emblée été anxieux à l’idée de voir des publics scolaires en leurs murs. En 1933, Paul Alfassa, conservateur au musée des arts décoratifs, relevait que si les musées s’étaient bien « convertis en théorie à (la) conception du musée qu’on pourrait appeler pédagogique », la mise en pratique de ces bonnes intentions se faisait attendre29. Les musées craignaient de perdre leur expertise en histoire de l’art, comme lorsque Dominique Viéville, du musée de Calais, insistait en 1978 sur le fait que le musée travaillant avec l’école à la mise en place d’activités artistiques « se réservait le droit d’en assurer seul la coordination » et devait se protéger de toute « animatiomanie » – avec en toile de fond l’idée que les enseignants et les élèves ne viendraient chercher au musée qu’un espace de détente à valeur ludique30.

  • 31 Élisabeth Caillet, « L'ambiguïté de la médiation culturelle : entre savoir et présence », Publics e (...)
  • 32 Bernard Darras, Anna M. Kindler, « Le musée, l’école et l’éducation artistique », Publics & Musées, (...)
  • 33 Frédéric Poulard, « Les musées », dans, Politiques et pratiques de la culture, éd. par P. Poirrier, (...)

9Élisabeth Caillet, de son côté, réprimande « la logique scolaire utilisant l’équipement culturel comme illustration pure et simple des concepts et phénomènes que souhaitaient étudier les enseignants31 » et les projets qui sont conçus sans aucune participation du musée. Il existe en effet une réticence du monde scolaire à l’égard des musées, comme le rappelaient Bernard Darras et Anna M. Kindler en 1998 lorsqu'ils constataient que la discipline des « arts plastiques (...) s’est longtemps construite contre l’histoire de l’art et les musées plutôt qu’avec eux32 ». On peut cependant reconnaître que c’est bien l’Éducation nationale qui supporta le plus les efforts d’« ouverture pédagogique » en développant dès les années 1960 différents dispositifs (tiers-temps pédagogiques, etc.) qui permettaient aux enseignants d’investir les musées33.

1.4. Apports et lacunes du musée et de l'école comme espaces d'apprentissage des arts

10L’Unesco s’est elle-même prononcée après la guerre pour que les élèves aillent plus au musée, avec un argument intéressant : « Ces visites affineront la sensibilité de l’enfant ; elles fourniront des exemples concrets qui préserveront l’enseignement scolaire de l’abstraction, pour le maintenir en contact étroit avec la réalité34 ». Ce qui est valorisé ici, c'est la réalité des musées, la « réalité du terrain » en quelque sorte, en opposition avec un autre espace, celui de la classe, jugé plus nébuleux et de nature trop conceptuelle. De quoi certainement agacer les enseignants, dont le travail est souvent mis en balance avec la liberté d'action du musée. Claire Merleau-Ponty le disait encore en 2014 : « À l’école, les programmes, le fait d’être en groupe de même niveau, la hiérarchie entre enseignants et apprenants et la centralisation pour faire des citoyens égaux, empêchent toute souplesse et toute adaptation aux originalités et besoins individuels. Le musée, lui n’a pas ces contraintes35 ». Pour Bernard Darras, l’école diffuserait une sorte de « discours unique », une « version scolaire » de la culture, alors même que le musée, « lieu de synthèse », suggérerait une approche plus problématique ; il questionnerait même la nature profonde de l’art et les processus de réception36.

  • 37 Nathalie Dupont, « Introduction », Les Sciences de l'éducation - Pour l'Ère nouvelle, 2010/4, p. 7- (...)
  • 38 Daniel Lagoutte, Pratiquer les arts visuels à l'école, Vanves, Hachette éducation, 2015, p. 185-186
  • 39 Bernard Deloche, Museologica : contradictions et logique du musée, Mâcon, W/MNES, 1989, p. 44.
  • 40 Vitor Matias et Tamara Lemerise, « Le partenariat musée-école aux yeux des enseignants du secondair (...)
  • 41 Jean-Paul Brighelli, La Fabrique du Crétin. La mort programmée de l’école, Paris, Gallimard, 2006, (...)
  • 42 Bajrne Sode Funch, « L'éducation artistique et le partenariat entre l'école et le musée », Museum, (...)

11Non que le musée soit toujours mis sur un piédestal. Nathalie Dupont rappelait en 2010 que l'endroit garde une réputation d’« espace peu attrayant37 », au mieux d'« un lieu passif de méditation (...), de pensée, puis d'ennui38 ». Si le musée est une école, c'est une « école de la répression », selon Bernard Deloche39, tant les interdits s'y accumulent pour les visiteurs, qui n'ont le droit ni de toucher, ni de parler trop fort ni de bouger trop vite. Le musée souffre aussi d’un déficit d’estime en ce qui concerne sa valeur pédagogique : pour une partie des enseignants consultés dans le cadre d'une étude canadienne en 2006, l’école restait « l’environnement principal d’apprentissage40 ». Pour Jean-Paul Brighelli, la sortie scolaire au musée se discrédite parce qu’elle vaut surtout pour la délocalisation qu’elle suppose : elle sert à sortir les élèves de l’environnement scolaire vers ce que « les néo-pédagogues » considèrent comme un « lieu de vie ». Loin d’être un espace d’apprentissage, le musée ne serait qu’une zone d’animation futile, aux antipodes du « monde des livres » que serait l’école41. Une étude menée au musée d'art Esbjerg en 1997 avait en tout cas montré que nombreux étaient les enseignants pour lesquels le musée devait être « un lieu d'accueil convivial et confortable, afin que la visite soit une expérience excitante et plaisante pour les enfants », avant même d'être instructive42.

  • 43 Muriel Ryngaert, « Ce qu’il faut taire », dans L’art peut-il se passer de commentaire(s) ?, éd. par (...)
  • 44 Michel Van Praët M. et Bruno Poucet, « Les musées, lieux de contre-éducation et de partenariat avec (...)
  • 45 Sylvie Octobre, « Les horizons culturels des jeunes », Revue française de pédagogie, no 163, avril- (...)
  • 46 Éric Triquet, La relation école-musée, Grand N, no  66, 1999-2000, p, 93-106 (97). Accessible en li (...)

12Au pire, si le musée est un lieu, il serait susceptible d’être pour les scolaires « un lieu de consommation culturelle desincarné43 », ou même « un lieu de contre-éducation », selon Michel Van Praët et Bruno Poucet44. À terme, la « pédagogisation » des visites au musée mènerait à un « désamour croissant » des équipements culturels chez les élèves, qui associeraient trop le lieu à l’école et à son quotidien45. De façon plus pragmatique, il a aussi été remarqué que « la salle d’exposition se révèle être un lieu matériellement peu adapté pour développer des apprentissages (…). La classe, avec ses limites bien définies, ses chaises et bureaux, possède dans ce domaine des atouts indéniables46 ».

2. Dispositifs : intervention en classe, dématérialisation et itinérance

13Pour assurer les activités de sensibilisation à l’art, ni l’école ni le musée ne font donc l’unanimité. Étudier l'art à l’école ne convient pas et aller au musée apparaît tout aussi décevant : resterait donc à expérimenter le mouvement inverse, du musée vers l’école.

2.1. Le musée dans la classe

  • 47 J. Van der Stigchel, « Programmes éducatifs et démonstrations pratiques », Museum, IV, 4, 1953, p.  (...)

14J. Van der Stigchel, du musée de La Haye, évoquait déjà cette idée en 1953 : « Lorsque l’emploi du temps des élèves ne permet pas des visites régulières au musée, l’un des éducateurs du musée se rend à l’école muni de diapositives et de matériel d’exposition. Le programme est alors appliqué non plus dans la salle de cours du musée, mais dans la salle de classe47 ». Ce sont les personnels du musée qui, mimant les élèves effectuant le trajet de leur école jusqu’aux salles d’exposition, parcourent en miroir le trajet du musée jusqu’à la salle de classe. L'idée perdura. Avec le programme Educalab, le palais de Tokyo, à Paris, a repris il y a quelques années ce principe de médiateurs se déplaçant jusque dans les écoles.

  • 48 Institut pédagogique national, Le musée à l'école. Catalogue, Paris, SEVPEN, 1963.

15On peut aussi se limiter au seul matériel pédagogique qui, cédé ou prêté aux écoles, fait entrer le musée dans la classe. En 1963-1964, l'Office central de la Coopération à l'École éditait déjà un recueil justement intitulé Le musée à l'école, qui comportait un ensemble de reproductions « agréées par le ministère de l'Éducation nationale » et accompagnées de fiches à destination des enseignants48. Ce type de proposition s'est étoffé, avec notamment les mallettes pédagogiques, qui permettent aux classes de disposer de ressources « multi-supports », comme le dit le Louvre, ou « multi-sensorielles », au musée de Barbizon (fig. 1) : fac-similés, manuels, contenus numériques, outils graphiques, etc. La mallette du Centre Pompidou, en 1979, était déjà riche en matériel créatif et les récentes « musées-valises » de la fédération Wallonie-Bruxelles comportent aujourd’hui des suggestions d'activités : prêtées gracieusement aux enseignants, elles intègrent des objets fournis par des musées de la région, des maquettes, des photos, des vidéos, des cartes, des moulages, etc.

Fig. 1 – La Malle pédagogique du musée départemental des peintres de Barbizon

Fig. 1 – La Malle pédagogique du musée départemental des peintres de Barbizon

© Yvan Bourhis / Musée départemental des peintres de Barbizon

2.2. Le musée à l'écran

16Le musée du quai Branly, de son côté, propose des « e-mallettes » présentées comme « un corpus de documents » pour la classe, avec des pistes de travail utilisant des œuvres provenant aussi des réserves du musée.

17L'évolution et la démocratisation des supports numériques ont en effet offert de nouvelles opportunités de dispositifs « hors les murs » et de visites à distance. Le module « Découverte » du site du musée d'Orsay permet ainsi aux enseignants de naviguer « depuis la salle de classe » parmi les collections, en suivant les suggestions de parcours et en bénéficiant de commentaires associés. Le château de Versailles a dès 2011 proposé une formule de « visites interactives à destination des scolaires », offrant aux élèves la possibilité d'échanger avec le conférencier en visiophonie. Le but était de s'adresser à des publics « éloignés de la culture49 » et près de 200 classes en ont profité la première année. En juin 2013, le British Museum avait quant à lui choisi de retransmettre en direct une visite de son exposition Pompeii dans 120 cinémas en Angleterre (« Pompeii Live »), avec une séance dédiée aux publics scolaires, qui pouvaient profiter d'un parcours au sein du musée en se rendant dans la salle de projection la plus proche.

2.3. Le musée sur la route

  • 50 Nous renvoyons ici à Tables rondes du 1er salon de la muséologie, op. cit., 1988, p. 75.
  • 51 Milena Chessa, « Architecture foraine pour le Centre Pompidou Mobile », Le Moniteur, https://www.le (...)
  • 52 Maureen Marozeau, « Un camion qui roule pour l'art », Le Journal des arts, no 359, 16 décembre-5 ja (...)
  • 53 Consultable en ligne : https://musee-mobile.fr/2/.

18L'idéal pour les élèves reste bien sûr de s'approcher réellement des œuvres du musée, dont on pourrait profiter à l'intérieur ou à proximité de l'école. C'est ce que proposent les différentes moutures de musées itinérants, « tous ces petits musées mobiles », comme les appelait Danielle Giraudy en 198850. On a beaucoup parlé du Centre Pompidou Mobile, pensé par Patrick Bouchain et Loïc Julienne en 2009 sur le modèle de l'architecture foraine. « Si le public ne vient pas à toi, à toi d'aller vers le public », résumait alors Le Moniteur51, et le Centre Pompidou capitalisa beaucoup sur la fréquentation des scolaires. L'expérience a été arrêtée après deux années et six étapes en France, victime d'un coût important pour les communes (200 000 €) et de la baisse des subventions. Le Mumo, le musée mobile, a été inauguré à la même époque et offrit aux écoles des visites gratuites52. Selon sa créatrice, Ingrid Brochard, le dispositif, récemment repensé (Mumo2, fig. 2), a été conçu en partenariat avec Matali Crasset pour « aller à la rencontre des enfants sur leur lieu de vie » : « Il permettra de reconnecter l'art (et) l'école » lit-on dans le dossier de présentation, et « la rencontre des publics scolaires » est une priorité53.

Fig. 2 – Mumo2 (conception Ingrid Brochart & Matali Crasset)

Fig. 2 – Mumo2 (conception Ingrid Brochart & Matali Crasset)

© Fanny Trichet

  • 54 An. B., « Le muséobus nivernais », Pérégrinations culturelles, 19 janvier 2011. En ligne : https:// (...)
  • 55 Consulter à ce sujet Museobus, animations 2, Melun, Préfecture de Seine et Marne, 1981, p. 67.
  • 56 Direction des musées de France, Faire un musée. Comment conduire une opération muséographique, Pari (...)

19Le « muséobus » est un dispositif finalement assez répandu : le Musée des Confluences inaugura le sien en 2014 et le destina aux collégiens, qui y trouvaient une maquette tactile du musée, des photographies et des outils multimédias. Il en existe ailleurs : en Belgique, où des expositions de 18-24 mois sont conçues en collaboration avec plusieurs musées ; dans la Nièvre, où le muséobus de la conservation départementale, pensé en regard de « l'effort de démocratisation culturelle54 », effectue des « tournée(s) d'écoles en collèges » ; ou encore en Seine-et-Marne, où le muséobus de la Direction du patrimoine est mis gratuitement à la disposition des collèges pour une durée d'une semaine. Ce muséobus a une longue histoire : on le doit au conservateur départemental chargé des arts et traditions populaires, en 1978, qui travailla avec l'Ensa pour l'aménagement du véhicule. Le dispositif était élaboré à l'intention des élèves : « Si l'école veut remplir son rôle, il est impérieux qu'elle soit ouverte sur l'extérieur, qu'elle ne soit plus un lieu clos où l'on parle de tout sauf de la vraie vie55 », écrivait-on en 1981. En 1973, les musées de Marseille avaient aussi lancé leur « mini-musée ambulant », où était aussi aménagé un espace atelier pour les élèves. Une douzaine d'années plus tard, le ministère de la Culture recensait 14 muséobus sur le territoire, notamment à Besançon, Chambéry, Le Mans. Le dispositif était alors envisagé comme « un instrument pédagogique de sensibilisation » et faisait office de « vitrine(s) itinérante(s) des musées56 ».

  • 57 Abraham Beer, "Recent Developments in Mobile Units", Museum, Vol. V, no 3, 1952, p. 186-195.
  • 58 L’histoire du projet est décrite dans "To Embroider Life". Art-Museum-on-Wheels Planned for this pu (...)
  • 59 Muriel B. Christison, « Le Muséobus du Virginia Museum of Fine Arts, Richmond, Virginia, Museum, Vo (...)

20Ce type de projet avait suscité un véritable intérêt aux États-Unis dès les années 1950, avec par exemple le Travelling Trailside Museum du Cleveland Museum ou le Museumobile de L’Illinois State Museum. Abraham Beer présenta devant l’ICOM en 1951 le principe d’Unité mobile pour exposition (Mobile Exhibition Unit) qui intégrait un espace pour les œuvres, une cabine de projection et un compartiment dépliant avec une scène pour le théâtre ou les concerts57. À la même époque, en 1955, le muséobus du Virginia Museum of Fine Arts fut imaginé pour offrir aux expositions itinérantes un cadre plus sûr et plus commode58. L'Artmobile, comme on l’appelait (fig. 3), parcourut plusieurs dizaines de villes de l'État, et l'entrée était réservée de 9 h à 15 h « à des groupes d'écoliers qui se succèdent tous les quarts d'heure59 ». Dans les années 1970, pas moins de trois conservateurs étaient dédiés au projet. Après une interruption en 1994, le musée a relancé l'opération en 2015 sous le titre « VMFA on the road », en intégrant un dispositif d'éducation à distance, qui permet de relier en direct les écoles et les médiateurs du musée.

Fig. 3 – Richmond visitors visiting the Virginia Museum of Fine Arts Artmobile, Exhibition 2, Art from Ancient Egypt. August 1957

Fig. 3 – Richmond visitors visiting the Virginia Museum of Fine Arts Artmobile, Exhibition 2, Art from Ancient Egypt. August 1957

VMFA Photo Archives © Virginia Museum of Fine Arts

2.4. Le musée nomade

  • 60 Annie Leroux, Enfants créateurs du futur, Paris, Altess, 2006, p. 37.
  • 61 Voir Nicole Pottrain, Arts plastiques, école Maternelle, école élémentaire, Arras, CRDP, 1988, p. 1 (...)
  • 62 Société nationale des arts à l'école. Statuts, membres, opinions, Paris, Larousse, 1907, p. 10.
  • 63 Ibid., p. 30.
  • 64 Charles Defodon, Promenade à l'Exposition scolaire de 1867. Souvenir de la visite des instituteurs, (...)

21En complément de ces dispositifs mobiles ou dématérialisés, les écoles peuvent aussi devenir elles-mêmes le musée. De nombreux enseignants ont d'ailleurs pris l'habitude de réserver un espace de leur salle à l'affichage de reproductions constituant un « musée de classe » : « Je ne conçois pas une école sans de beaux posters représentant des œuvres artistiques, sorte de références ou modèles, atmosphère dans laquelle les enfants doivent baigner très tôt », écrivait en 2006 Annie Leroux, une enseignante du premier degré60. L’Éducation nationale, dans les années 1980, conseillait d’ailleurs d’aménager un « coin musée » dans les classes61. Fondée en 1907 (sur un modèle suédois de 1897), la Société nationale des arts à l'école militait déjà pour l'utilisation en classe de reproductions de bonne qualité et préconisait de « choisir deux ou quatre emplacements pour les images d'art (et de) changer périodiquement ces images dans les cadres, les alterner de classe en classe, les varier62 ». Jean Lahor, un critique d'art, insistait en ce sens pour sensibiliser les enfants aux « œuvres admirables » : « Je ferais de chaque école un petit musée local », conseillait-il63. Cette culture visuelle faisait d'ailleurs partie de la formation des enseignants : de nombreuses copies, de tailles souvent importantes, décoraient les murs des classes normales (fig. 4). Les professeurs et les instituteurs avaient déjà coutume de recourir à « des spécimens d'imagerie », en grande partie des représentations pieuses ou des images d'Épinal, avec dans un second temps l'ambition d'initier les élèves au dessin, comme cela était évoqué lors de l'Exposition scolaire de 1867, à Paris64.

Fig. 4 – École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, salle de conférences. Photographie, vers 1900. Musée national de l’Éducation, inv. 1979.17251

Fig. 4 – École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, salle de conférences. Photographie, vers 1900. Musée national de l’Éducation, inv. 1979.17251

© Réseau-Canopé - Le Musée national de l’Éducation

  • 65 Volker Harms, « "Enfants africains constructeurs", exposition itinérante réalisée par l'ÜberseeMuse (...)
  • 66 P. Gilbert, « Le musée et l’art d’enseigner », Museum, Vol. XX, no 4, 1967, p. 291-295.

22Les écoles peuvent aussi accueillir des expositions itinérantes. Le musée de Bretagne décline ainsi sa programmation temporaire sous forme d'expositions sur panneaux que les structures éducatives peuvent louer (fig. 5). Le Centre Pompidou a développé une offre similaire à exploiter « dans le cadre scolaire », mais qui réclame un investissement plus important en termes de place (200 m2), de montage ou de budget (frais de déplacement des régisseurs, du commissaire, etc.). Ce ne sont là que la poursuite d'initiatives déjà anciennes : en 1979, l'Übersee-Museum de Brême avait imaginé une exposition en container suffisamment souple pour « la présenter aux élèves dans les cours de récréation65 ». En 1967, les Musées royaux d'art et d'histoire avaient déjà organisé « des expositions itinérantes de matériel documentaire » ayant vocation à « étendre l’action du musée aux milieux scolaires éloignés, au moyen de photographies, de moulages et de textes » : « Cette extension ne peut que stimuler l’intérêt des écoliers66 » lisait-on alors.

Fig. 5 – Exposition itinérante Odorico, mosaïste Art déco (Musée de Bretagne, du 2 avril 2009 au 3 janvier 2010)

Fig. 5 – Exposition itinérante Odorico, mosaïste Art déco (Musée de Bretagne, du 2 avril 2009 au 3 janvier 2010)

© Les Champs Libres, Musée de Bretagne, Rennes

23En France, la circulaire du 27 juillet 1988 préconisait la « création d’espaces pour l’art et la culture dans les établissements scolaires67 ». Le Plan Lang-Tasca pour les arts et la culture justifiait ce choix en arguant qu'« il faut que l’élève rencontre des œuvres et, pour beaucoup d’enfants, l’École est le seul lieu ou cette rencontre puisse se faire68 ». Les différentes activités des classes à PAC orientées vers les arts plastiques69 étaient d'ailleurs pensées pour « se dérouler(ont) majoritairement à l’intérieur de l’établissement », et les « sorties » étaient envisagées comme de simples compléments70. Le plan suggérait en contrepartie de « renforcer la circulation et la présence des œuvres d’art à l’école » en s’associant aux musées pour « développer l’aménagement de lieux d’exposition dans les écoles71 ». Le ministère constatait en tout cas en 2006 que « les musées ont trouvé depuis quelques années une sorte de relais dans les Espaces d’art et de culture ouverts au sein de nombreux établissements scolaires72 ». Nous pouvons citer l'Espace Rencontre avec l'œuvre d'Art que le collège de Wasquehal a inauguré en 2017, consacré à l'art contemporain ; ou la galerie ouverte au sein du collège Paul Éluard de Gennes, dans l'Anjou (fig. 6), qui expose des œuvres de l'artothèque d'Angers et d'artistes invités.

Fig. 6 – DAMM 49 (Direction Associée des Musées Municipaux 49), exposition Le combat dans l'œil (Céline Cléron), au collège Paul Éluard de Gennes, 06 novembre – 05 décembre 2018

Fig. 6 – DAMM 49 (Direction Associée des Musées Municipaux 49), exposition Le combat dans l'œil (Céline Cléron), au collège Paul Éluard de Gennes, 06 novembre – 05 décembre 2018

© photo J.-F. Masson

Conclusion : idéal et pragmatisme

  • 73 Jacques Hainard, « La muséologie de la rupture », dans Tables rondes du premier Salon de la muséolo (...)

24Le procédé soulève des réserves, telles celles qu'émettait Jacques Hainard, conservateur de musée, à la fin des années 1980 : « Le musée doit garder sa spécificité de lieu (...) Le musée doit (attirer) le public en ses murs, car en exposant ailleurs on n’interpelle pas autant qu’au musée73 ».

  • 74 Laurent Fleury, « L'invention des politiques de médiation au plus près des institutions et du publi (...)
  • 75 « Construire une éducation artistique et culturelle pour tous les élèves », communication de Christ (...)
  • 76 Voir Reate Friedländer, « Découverte du musée par la création. Expérience du Service éducatif des m (...)

25Reste que, dans la pratique, le principe du musée à l'école demeure souvent le seul palliatif à des contraintes de temps, de distance ou de budget qui pour certaines écoles sont discriminantes – ce que Laurent Fleury nomme « la problématique de l'écart », aux facteurs aussi bien symboliques que matériels74. Les musées sont parfois éloignés de l’école, et s’y rendre requiert l'organisation de déplacements laborieux et coûteux. Le problème est tel que, en 2008, Christine Albanel projetait de solliciter la SNCF pour favoriser les trajets des groupes scolaires jusqu’au musée et de concevoir un établissement national d’accueil pouvant héberger les élèves lors de leurs déplacements75. Des initiatives ont déjà été menées dans ce domaine, comme à Cologne en 1976, où un service de bus gratuit reliait les musées et les écoles de la ville76.

  • 77 Marie-Christine Bordeaux (dir.), avec la collaboration de Anne-Cécile Nentwig, « Donner accès à l'é (...)
  • 78 François Lazujan, L'action culturelle dans les rythmes scolaires, Voiron, Territorial, 2014, p. 24.
  • 79 Ibid.

26En 2013, pourtant, l’Observatoire des politiques culturelles constatait toujours que l'objectif du pôle « Voir » de l'éducation artistique et culturelle (les visites de musées) « est difficilement réalisé pour des raisons pratiques, telles que l'éloignement des équipements culturels, le coût des transports, et la difficulté de plus en plus grande de sortir les élèves des établissements scolaires77 ». On peut d'ailleurs relever que la récente réforme des rythmes scolaires a créé une nouvelle contrainte en fractionnant les après-midis en créneaux trop courts pour pouvoir organiser une visite à l'extérieur de l'école. Charge alors aux équipements culturels de s'adapter en développant des « actions nomades78 » : le principe est d'« aller au-devant des enfants là où ils sont, c'est-à-dire dans les locaux scolaires la plupart du temps, même en temps périscolaire »79.

  • 80 Margaret Pfenninger, « Qu'est-ce que le musée ? », dans L'École, le Musée : Croisement des savoirs, (...)
  • 81 Patricia Fraisse, « Le jeune public dans les musées », dans Au bonheur des enfants. Manuel à l'inte (...)
  • 82 Voir Hélios Privat, « Établissement intégré et innovation pédagogique », dans École ouverte et déve (...)
  • 83 Catherine Blain et René Borruey, « Le Centre éducatif et culturel "Les Heures Claires" d'Istres : u (...)
  • 84 Raymond Mallerin, « Les équipements intégrés : définition, objectifs, fonctionnement, situation », (...)
  • 85 Concernant cet impact des technologies de l'information et de la communication sur l'accès à la cul (...)
  • 86 Jean Caune, La médiation culturelle. Expérience esthétique et construction du Vivre-ensemble, Fonta (...)

27On comprend donc que le musée n'est pas seulement invité à franchir les portes de l'école, il y est en quelque sorte obligé pour répondre aux attentes des classes qui ne peuvent venir au musée ou qu'on ne peut accueillir faute de place, mais surtout pour accompagner les évolutions du cadre éducatif : évolution en termes de législation, qui restreignent les activités organisées hors du périmètre sécurisé de l'école ; évolution des didactiques, aussi, qui démultiplient les moments et les interlocuteurs de la journée à l'école, rendant difficile la mise en place de séquences longues ; évolutions des pratiques, enfin, sous l'effet notamment du numérique, qui a rendu possible la visite de substitution et l'accès à distance aux ressources culturelles. Margaret Pfenninger, des musées de Strasbourg, rappelait à ce titre en 1994 que l'enseignement des arts « n'est point une question de propriété exclusive – ni de la part des musées, ni de la part des écoles80 ». C'est ce que devinait déjà Patricia Fraisse, de la Direction des Musées de France, en 1994, lorsqu'elle jugeait que « les partenaires de la cité sont d'autres services publics, qui, comme "l'Institution muséale" peuvent aider les jeunes à construire du sens pour mieux se délecter devant une œuvre81 ». Dans les années 1970-1975, on avait d'ailleurs imaginé les équipements intégrés, qui faisaient cohabiter des établissements des ministères de l'Éducation nationale, de la Culture et du ministère de la Jeunesse et des Sports, l'objectif étant de disposer d'« un espace socio-culturel ouvert (et de) pratiques décloisonnées82  ». Le Centre Éducatif et Culturel de Yerres et celui d'Istres, qui s'en inspirait (avec un CES, une piscine, une bibliothèque, un théâtre de plein air et même un musée des technologies83), sont emblématiques de ce type de complexes. Sans doute le concept avait-il une dimension effectivement utopique – et il fut d'ailleurs abandonné assez rapidement par les collectivités84 – mais il y avait bien là une approche mutualisée de l'accès aux activités ludo-éducatives qui anticipait un peu les logiques de transmission et de consommation de la culture telles qu'elles sont aujourd'hui adoptées85 : dans un monde où les contenus sont accessibles partout et en permanence (un monde où s'est opérée « la conquête de l'ubiquité et de l'instantanéité », comme le dit Jean Caune86), le musée doit d'autant plus se confondre avec l'école que la séparation des deux univers paraît anachronique. Sans compter que, à une époque de repli sur soi et du recul de la tolérance, les enjeux d'apprentissage de la citoyenneté et d'acceptation des différences supposent une continuité des actions à l'égard de la jeunesse qui n'autorise plus les différents acteurs sociaux à travailler séparément.

  • 87 Paul Rasse, Le musée réinventé. Culture, patrimoine, médiation, Paris- CNRS Éditions, 2017, p. 273.
  • 88 « Le musée ouvert, une expérience pilote (1971), Entretien avec Peter F. Althaus », propos recueill (...)

28Du côté des musées, cela suppose une réelle mutation des pratiques, comme on l'a vu, mais aussi un bouleversement des mentalités et des habitudes de travail, sinon une refonte complète de ce lieu singulier. « Il reste à inventer des espaces où le public peut réellement construire sa propre opinion à partir des informations auxquelles il a accès », constatait récemment Paul Rasse qui poursuit : « Cela suppose de créer des (nouveaux) espaces de confrontation entre lui et l'œuvre, lui et le sujet de l'institution culturelle, lui et les autres visiteurs87 ». En 1974, Peter F. Althaus, le directeur de la Kunsthalle de Bâle, rêvait déjà d’« un musée ouvert », « un lieu où la ville se réfléchirait » et où se jouerait surtout, du côté des visiteurs, « une prise de conscience critique, intellectuelle et visuelle88 » plus qu'une simple expérience esthétique. « Mais peut-on encore le qualifier de musée ? », se demandait-il. On peut en tout cas comprendre que Patricia Fraisse, déjà citée, ait estimé à ce sujet – avec une malice que nous pouvons adopter pour conclure – que, face à de tels enjeux, « le musée doit sortir de ses murs, si ce n'est de ses réserves ».

Notes

1 Jacqueline Bloas-Gonin, « Les enseignants dans les musées, éducation et culture », dans Musée et service des publics, journées d'étude, éd. par Collectif, Paris, École du Louvre, Ministère de la Culture - Direction des Musées de France, 14-15 octobre 1999, Paris, 2001, p. 143-145. Jacqueline Bloas-Gonin était cheffe du bureau des actions éducatives au MESR.

2 Marie-Christine Bordeaux, « Une politique culturelle en faveur de l'éducation artistique et culturelle : En France », dans Pour un droit à l'éducation artistique et culturelle - Plaidoyer franco-allemand, éd. par J.-P. Saez, W. Schneider, M.-C. Bordeaux, C. Hartmann-Fritsch, Berlin, B&S Siebenhaar Verlag, Grenoble, 2014, p. 79-94.

3 Protocole d'accord du 17 novembre 1993, « Mission pour le développement artistique ».

4 Voir sur ce point Véronique Castagnet-Lars, « L'éducation au patrimoine : les visées d'un dialogue à trois voix », dans L'éducation au patrimoine. De la recherche scientifique aux pratiques pédagogiques, éd. par V. Castagnet-Lars, Villeneuve d'Asq, Presses Universitaires du Septentrion, 2013, p. 11-42.

5 Voir en ligne : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Education-artistique-et-culturelle.

6 Voir à ce sujet Marie-Christine Bordeaux, « L'éducation artistique et culturelle », dans Institutions et vie culturelles, éd. par G. Saez, Paris, La documentation Française, 2004, p. 65-69 (voir p. 67).

7 Cette exigence de sensibilisation des élèves à l'art et à la culture ne va en effet pas de soi, comme le regrette par exemple Sylvie Lacerte, de l'Uqam, qui rappelle qu'aucune obligation de cet ordre n'est inscrite dans les cursus pédagogiques québécois. Sylvie Laverte, « Ré-articulations éthiques et critiques de la médiation artistique et culturelle », dans Expériences critiques de la médiation culturelle, éd. par N. Casemajor, M. Dubé, J.-M. Lafortune et al., Montréal, Les Presses de l'Université Laval, 2017, p. 197-214 (en particulier p. 205).

8 Didier Lockwood, « Avant-propos », dans L'art à l'école. Réconcilier le sensé et le sensible, éd. par J.-M. Pire, Paris, La documentation Française, 2012, p. 7-10.

9 Ministère de l'Éducation nationale, Guide pour la mise en œuvre du parcours d'éducation artistique et culturelle, Paris, 2013, p. 12.

10 Voir en ligne : http://www.education.gouv.fr/cid20725/l-education-artistique-et-culturelle.html#Objectifs_de%20l%27%C3%A9ducation%20artistique%20et%20culturelle. Consulté le 09 avril 2019.

11 « Le parcours d'éducation artistique et culturelle ». Circulaire n° 2013-073 du 3-5-2013. http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=71673

12 « Le parcours d'éducation artistique et culturelle de l'élève ». http://eduscol.education.fr/cid74945/le-parcours-d-education-artistique-et-culturelle.html. Consulté le 09 avril 2019.

13 Voir en ligne : http://eduscol.education.fr/cid73643/la-classe-l-oeuvre-2017-2018.html ; http://eduscol.education.fr/cid73643/la-classe-l-oeuvre-2017-2018.html.

14 Dominique Poulot, Musée et muséologie, Paris, La découverte, 2009, p. 64. Voir aussi à ce sujet « Jacques-Louis David, … sur la nécessité de la suppression de la commission du Muséum, fait au nom des comités d'instruction publique et des finances, 1793 », dans L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, éd. par N. McWilliam, C. Méneux et J. Ramos, INHA, 2014, mis en ligne le 07 juillet 2014, consulté le 13 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/inha/6166

15 Description historique et chronologique des monuments de sculpture réunis au musée des Monuments français, Paris, an VIII.

16 Bernard Deloche, « Apprenons à changer de modèle », dans Tables rondes du premier Salon de la muséologie, éd. par O. de Bary, Fr. Wasserman, Savigny-le-Temple, MNES, 1988, p. 17-20.

17 Cité par Micheline Debus, L’éducation artistique et culturelle en partenariat avec l’école, Strasbourg, CRDP d'Alsace, 2001, p. 87.

18 Sarah Cohen, Quand l'enfant devient visiteur : une nouvelle approche du partenariat école/musée, Paris, L'Harmattan, 2001. Cité aussi par Cécile Fortin-Debart, Le partenariat école-musée pour une éducation à l'environnement, Paris, L'Harmattan, 2004, p. 43.

19 Madeleine Rebérioux, « Le musée, lieu d’apprentissage », dans Le futur antérieur des musées, éd. par D. Benassayag, Paris, Éditions du Renard, 1991, p. 121-130.

20 École nationale d'Administration, promotion Victor Hugo, Seconde session de séminaire, Grands musées et décentralisation culturelle : complémentarité ou concurrence ?, rapport présenté par L. Bassano, M.-L. Baudrez, M. Boccoz et al., décembre 1990, p. 1.

21 Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé à l’occasion de la Journée Nationale de Formation à l’éducation artistique et culturelle, au Musée National de l’Histoire de l’Immigration (Paris), le 14 décembre 2015. En ligne : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Presse/Archives-Presse/Archives-Discours-2012-2017/Annee-2015/Journee-Nationale-de-Formation-a-l-education-artistique-et-culturelle

22 Ministère de l'Éducation nationale, Ministère de la Culture, Éducation et Culture, Paris, juin 1984, p. 1.

23 Jean Desmeuzes, L'action culturelle à l'école, Paris, Enfance heureuse, 1986, p. 238-241.

24 Cité par Micheline Debus, op. cit., p. 83.

25 Marshall McLuhan, Harley Parker et Jacques Barzun, Le musée non linéaire, texte du séminaire tenu au musée de la Ville de New-York les 9 et 10 octobre 1967, Lyon, Aléas, 2008, p. 111.

26 Ministère de l’Éducation nationale, Direction de l’Enseignement scolaire, Mission de l’éducation artistique et de l’action culturelle, Le Plan pour les arts et la culture à l’école, Paris, Centre national de documentation pédagogique, 2001, p.  22.

27 « L’éducation artistique de la maternelle à l’université. Anita Weber explique la circulaire du 22 juillet 1998 », Lettre d’information du Ministère de la culture et de la communication, no 38, 18 novembre 1998, p. 6-8.

28 Pascal Colin, L'urgence de l'art à l'école : un plan artistique pour l'Éducation nationale, Montreuil, Éditions Théâtrales, 2013, p. 61.

29 La revue de Paris, avril 1933, cité par François Dagognet, Le musée sans fin, Seyssel, Champ Vallon, 1984, p. 119.

30 Dominique Viéville, « Activité culturelle de Calais », Musées et collections publiques de France, no 142, 3e trimestre 1978, p. 51-53.

31 Élisabeth Caillet, « L'ambiguïté de la médiation culturelle : entre savoir et présence », Publics et Musées, n°6, 1994, p. 53-73 (citation p. 61).

32 Bernard Darras, Anna M. Kindler, « Le musée, l’école et l’éducation artistique », Publics & Musées, no 14, juillet-décembre 1998, p. 15-38 (citation p. 25).

33 Frédéric Poulard, « Les musées », dans, Politiques et pratiques de la culture, éd. par P. Poirrier, Paris, La documentation Française, 2010, p. 103-108.

34 Voir en ligne : http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/08/07/emmener-ses-enfants-au-musee-a-t-il-un-sens/.

35 Marion Barratault, Justine Delassus, De l'école au musée, actes de la journée d’étude des 29-31 janvier 2014, Paris, CHCSC, École du Louvre, Université Paris 4, préface, p. 5-6. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01397580/document

36 Bernard Darras, « Éducation artistique et culturelle à l’école et au musée », Publics & Musées, no 14, juillet-décembre 1998, p. 9-14.

37 Nathalie Dupont, « Introduction », Les Sciences de l'éducation - Pour l'Ère nouvelle, 2010/4, p. 7-18.

38 Daniel Lagoutte, Pratiquer les arts visuels à l'école, Vanves, Hachette éducation, 2015, p. 185-186.

39 Bernard Deloche, Museologica : contradictions et logique du musée, Mâcon, W/MNES, 1989, p. 44.

40 Vitor Matias et Tamara Lemerise, « Le partenariat musée-école aux yeux des enseignants du secondaire : un appui au principe, mais une implication concrète encore hésitante », Nouveaux cahiers de la recherche en éducation, no 9 (1), 2006, p. 57–73 (citation p. 64).

41 Jean-Paul Brighelli, La Fabrique du Crétin. La mort programmée de l’école, Paris, Gallimard, 2006, p. 43-44.

42 Bajrne Sode Funch, « L'éducation artistique et le partenariat entre l'école et le musée », Museum, no 194, 1997, p. 38-42 (voir p. 41).

43 Muriel Ryngaert, « Ce qu’il faut taire », dans L’art peut-il se passer de commentaire(s) ?, éd. par S. Airaud, P. Coubertergues, A. Fabres et al., Vitry-sur-Seine, MAC/Val, 2006, p. 10-11.

44 Michel Van Praët M. et Bruno Poucet, « Les musées, lieux de contre-éducation et de partenariat avec l’école », Éducation et pédagogie, 1992, n° 16.

45 Sylvie Octobre, « Les horizons culturels des jeunes », Revue française de pédagogie, no 163, avril-juin 2008, p. 27-38 (citation p. 33).

46 Éric Triquet, La relation école-musée, Grand N, no  66, 1999-2000, p, 93-106 (97). Accessible en ligne : http://www-irem.ujf-grenoble.fr/revues/revue_n/fic/66/66n8.pdf, consulté le 02 avril 2019.

47 J. Van der Stigchel, « Programmes éducatifs et démonstrations pratiques », Museum, IV, 4, 1953, p. 246-248. Cité par Cora Cohen, Yves Girault, « Quelques repères historiques sur le partenariat école-musée ou quarante ans de prémices tombées dans l’oubli », Aster, no 29, « L’école et ses partenaires scientifiques », 1999, p. 9-25 (voir p. 13).

48 Institut pédagogique national, Le musée à l'école. Catalogue, Paris, SEVPEN, 1963.

49 Voir en ligne : http://www.culture.gouv.fr/Actualites/Visiter-Versailles-a-distance.

50 Nous renvoyons ici à Tables rondes du 1er salon de la muséologie, op. cit., 1988, p. 75.

51 Milena Chessa, « Architecture foraine pour le Centre Pompidou Mobile », Le Moniteur, https://www.lemoniteur.fr/, 9 novembre 2011. En ligne : https://www.lemoniteur.fr/article/architecture-foraine-pour-le-centre-pompidou- mobile-1020199, consulté le 18 mai 2018.

52 Maureen Marozeau, « Un camion qui roule pour l'art », Le Journal des arts, no 359, 16 décembre-5 janvier 2012, p. 21.

53 Consultable en ligne : https://musee-mobile.fr/2/.

54 An. B., « Le muséobus nivernais », Pérégrinations culturelles, 19 janvier 2011. En ligne : https://peregrinationsculturelles.wordpress.com/2011/01/19/le-museobus-nivernais/, consulté le 2 avril 2019.

55 Consulter à ce sujet Museobus, animations 2, Melun, Préfecture de Seine et Marne, 1981, p. 67.

56 Direction des musées de France, Faire un musée. Comment conduire une opération muséographique, Paris, La documentation française, 1985, p. 56.

57 Abraham Beer, "Recent Developments in Mobile Units", Museum, Vol. V, no 3, 1952, p. 186-195.

58 L’histoire du projet est décrite dans "To Embroider Life". Art-Museum-on-Wheels Planned for this purpose, Extension Division Bulletin, no 146, Charlottesville, novembre 1953.

59 Muriel B. Christison, « Le Muséobus du Virginia Museum of Fine Arts, Richmond, Virginia, Museum, Vol. VIII, no 1, 1955, p. 125-131.

60 Annie Leroux, Enfants créateurs du futur, Paris, Altess, 2006, p. 37.

61 Voir Nicole Pottrain, Arts plastiques, école Maternelle, école élémentaire, Arras, CRDP, 1988, p. 11.

62 Société nationale des arts à l'école. Statuts, membres, opinions, Paris, Larousse, 1907, p. 10.

63 Ibid., p. 30.

64 Charles Defodon, Promenade à l'Exposition scolaire de 1867. Souvenir de la visite des instituteurs, Paris, Hachette, 1868, p. 18-19 pour les citations, p. 139-143 pour les considérations relatives à l'apprentissage du dessin en classe.

65 Volker Harms, « "Enfants africains constructeurs", exposition itinérante réalisée par l'ÜberseeMuseum de Brême pour les enfants de la République fédérale d'Allemagne et de Berlin-Ouest », Museum, Vol. XXXI, no 3, 1979, p. 194-196.

66 P. Gilbert, « Le musée et l’art d’enseigner », Museum, Vol. XX, no 4, 1967, p. 291-295.

67 Voir Micheline Debus, op. cit., p. 18.

68 Ministère de l’Éducation nationale, Direction de l’Enseignement scolaire, Mission de l’éducation artistique et de l’action culturelle, Le Plan pour les arts et la culture à l’école, op. cit., p. 11.

69 « Les classes à PAC : présentation et état des lieux », dans L'éducation musicale, de la maternelle à l'université, éd. par H. Jarry, actes du colloque national, Dijon, 7-9 mars 2002, Dijon, CRDP de Bourgogne, 2003, p. 161-165.

70 Ministère de l’Éducation nationale, Direction de l’Enseignement scolaire, Mission de l’éducation artistique et de l’action culturelle, Le Plan pour les arts et la culture à l’école, op. cit, p. 14.

71 Ibid., p. 28.

72 https://www.ac-paris.fr/portail/jcms/p1_463967/-l-art-peut-il-se-passer-de-commentaire-s, consulté le 2 avril 2019.

73 Jacques Hainard, « La muséologie de la rupture », dans Tables rondes du premier Salon de la muséologie, op. cit., p. 57-59.

74 Laurent Fleury, « L'invention des politiques de médiation au plus près des institutions et du public. Pour une compréhension socio-historique d'un processus d'"action réciproque" », dans Les mondes de la médiation culturelle, Volume 1 : Approches de la médiation, éd. par C. Camart, F. Mairesse, C. Prévost-Thomas et al., Paris, L'Harmattan, 2015, p. 73-90 (p. 75).

75 « Construire une éducation artistique et culturelle pour tous les élèves », communication de Christine Albanel en conseil des ministres, Culture Communication, no 165, décembre 2008, p. 12-13.

76 Voir Reate Friedländer, « Découverte du musée par la création. Expérience du Service éducatif des musées de Cologne », Museum, Vol. XXVIII, no 1, 1976, p. 15-27.

77 Marie-Christine Bordeaux (dir.), avec la collaboration de Anne-Cécile Nentwig, « Donner accès à l'éducation artistique et culturelle pour tous les collégiens : le Contrat départemental de développement culturel de l'Oise », Observatoire des politiques culturelles, apport d'étude, septembre 2013, p. 29.

78 François Lazujan, L'action culturelle dans les rythmes scolaires, Voiron, Territorial, 2014, p. 24.

79 Ibid.

80 Margaret Pfenninger, « Qu'est-ce que le musée ? », dans L'École, le Musée : Croisement des savoirs, actes du colloque organisé par le musée des beaux-arts de Lille, Lille, 22-24 mars 1994, Lille, Palais des beaux-arts, 1995, p. 41-50.

81 Patricia Fraisse, « Le jeune public dans les musées », dans Au bonheur des enfants. Manuel à l'intention des conservateurs et des services d'action culturelle des musées, éd. par F. Dufreney et P. Dreyer, Lyon, Handicap international, programme France, 1994, p. 37-40 (p. 40).

82 Voir Hélios Privat, « Établissement intégré et innovation pédagogique », dans École ouverte et développement culturel. Un instrument d'ouverture : les équipements intégrés, éd. par R. Mallerin, Centre international d'études pédagogiques de Sèvres, CIEP, février 1985, p. 147-150. Hélios Privat était principal du collège Guillaume Budé, à Yerres, qui collaborait à un équipement intégré, le Centre éducatif et Culturel de la vallée de Yerres, regroupant un centre d'Action culturelle, une École nationale de musique et de danse, un centre sportif, une Maison pour tous, une bibliothèque et un centre social.

83 Catherine Blain et René Borruey, « Le Centre éducatif et culturel "Les Heures Claires" d'Istres : un éclat d'utopie dans la région marseillaise », Histoire urbaine, no 20, 2007/3, p. 101-124.

84 Raymond Mallerin, « Les équipements intégrés : définition, objectifs, fonctionnement, situation », dans École ouverte et développement culturel, op. cit., p. 101-103.

85 Concernant cet impact des technologies de l'information et de la communication sur l'accès à la culture, voir Didier Lockwood, « Trois enjeux : dissémination, mutualisation, formation », dans L'art à l'école. Réconcilier le sensé et le sensible, op. cit., p. 189-191.

86 Jean Caune, La médiation culturelle. Expérience esthétique et construction du Vivre-ensemble, Fontaine, Presses Universitaires de Grenoble, 2017, p. 36.

87 Paul Rasse, Le musée réinventé. Culture, patrimoine, médiation, Paris- CNRS Éditions, 2017, p. 273.

88 « Le musée ouvert, une expérience pilote (1971), Entretien avec Peter F. Althaus », propos recueillis par Irmeline Lebeer, L'art vivant, no 24, 1971, dans Vagues. Une anthologie de la nouvelle muséologie, volume 1, éd. par A. Desvallées, Mâcon, Éditions W/MNES, 1992, p. 424-432.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La Malle pédagogique du musée départemental des peintres de Barbizon
Crédits © Yvan Bourhis / Musée départemental des peintres de Barbizon
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Titre Fig. 2 – Mumo2 (conception Ingrid Brochart & Matali Crasset)
Crédits © Fanny Trichet
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4507/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Titre Fig. 3 – Richmond visitors visiting the Virginia Museum of Fine Arts Artmobile, Exhibition 2, Art from Ancient Egypt. August 1957
Crédits VMFA Photo Archives © Virginia Museum of Fine Arts
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4507/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Titre Fig. 4 – École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, salle de conférences. Photographie, vers 1900. Musée national de l’Éducation, inv. 1979.17251
Crédits © Réseau-Canopé - Le Musée national de l’Éducation
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4507/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Fig. 5 – Exposition itinérante Odorico, mosaïste Art déco (Musée de Bretagne, du 2 avril 2009 au 3 janvier 2010)
Crédits © Les Champs Libres, Musée de Bretagne, Rennes
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4507/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 6 – DAMM 49 (Direction Associée des Musées Municipaux 49), exposition Le combat dans l'œil (Céline Cléron), au collège Paul Éluard de Gennes, 06 novembre – 05 décembre 2018
Crédits © photo J.-F. Masson
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4507/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

Auteur

Musée d’Orsay
yannick.lepape@musee-orsay.fr

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search