Version classiqueVersion mobile

Apprentissage, travail et création

Transmission, réseaux et communautés

Enseigner l’art par l’art

Nathalie Poisson-Cogez

Résumé

En 1984, à Dunkerque commence au sein de l’École Régionale des Beaux-Arts Georges Pompidou une aventure collective initiée par son directeur Jean Geslin. La pédagogie s’y articule autour d’expositions d’art contemporain (Sophie Calle, Roman Opalka, Marcel Mariën, …) et de la contribution de critiques tels Jan Hoet ou Régis Durand. L’artiste Pierre Mercier (1946-2016) figure parmi les premiers enseignants et impulse une dynamique en revendiquant à l’instar de Robert Filliou : « Enseigner et apprendre comme activités artistiques ». Il met alors en place « des ateliers à la fois théoriques et pratiques dans lesquels plusieurs enseignants artistes ou non, interviennent simultanément ». La disparition de Pierre Mercier en mars 2016, la journée d’étude, les expositions et la publication qui lui ont été consacrées en 2017 au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg et au Lille Métropole, musée d’Art moderne, d’Art contemporain et d’Art brut de Villeneuve d’Ascq ont donné l’occasion de plonger dans l’histoire de cette institution placée sous tutelle du Ministère de la Culture devenue - via le processus de Bologne et la réforme LMD - un établissement d’enseignement supérieur. Que s’est-il joué à cet endroit ? Quelles prémices y ont été posées qui puissent encore être revendiquées aujourd'hui ? À partir de cette étude de cas, il s’agira également d’étudier plus largement en quoi et comment les écoles supérieures d’art revendiquent d’être aujourd’hui des espaces spécifiques pour l’apprentissage de la création.

Texte intégral

« Moi, qui crois que tout artiste doit être son propre maître, je ne puis songer à me constituer professeur. Je ne puis pas enseigner mon art, ni l’art d’une école quelconque, puisque je nie l’enseignement de l’art, ou que je prétends, en d’autres termes, que l’art est tout individuel, et n’est pour chaque artiste, que le talent résultant de sa propre inspiration et de ses propres études sur la tradition. J’ajoute que l’art ou le talent, selon moi, ne saurait être, pour un artiste, que le moyen d’appliquer ses facultés personnelles aux idées et aux choses de l’époque dans laquelle il vit »

  • 1 Gustave Courbet, Peut-on enseigner l’art ? Caen, L’Échoppe, coll. Envois, 2016, p. 10.

Gustave Courbet, Paris, 25 décembre 18611

1Peut-on enseigner l’art ? Comment former les artistes ? Quelle pédagogie et quel mode de transmission pour la création ? En étudiant l’exemple singulier de l’école d’art de Dunkerque à partir de la figure de l’artiste-enseignant Pierre Mercier, il s’agit d’analyser le contexte plus global de l’enseignement en école d‘art aujourd’hui. Basée sur le « projet » personnel de l’étudiant, la pédagogie propre aux écoles d’art placées sous tutelle du Ministère de la Culture mérite d’être explicitée. En ce début du xxie siècle, les écoles des « beaux-arts » se sont transformées en « écoles supérieures d’art » au travers d’une réforme structurelle. Comment parviennent-elles à poursuivre leurs missions et à conserver leurs particularités tout en s’adaptant au contexte spécifique de l’enseignement supérieur auquel elles sont désormais associées ?

  • 2 Artiste, commissaire d’exposition, attaché de conservation au LAM de Villeneuve d’Ascq. Étudiant à (...)
  • 3 28 avril 2017 – Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg.

2En janvier 2017, Christophe Boulanger2 m’a invitée à contribuer à la journée d’étude Pierre Mercier. D’Ici-là3, organisée par le Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg en collaboration avec la HEAR (Haute École des Arts du Rhin). J’ai alors proposé de m’intéresser à la figure de « l’artiste pédagogue ». Ce fût l’occasion d’explorer la façon dont Pierre Mercier a assuré sa mission d’enseignant à l’ERBA (École Régionale des Beaux-Arts) de Dunkerque mais aussi d’étudier plus globalement l’histoire de cette institution née d’une aventure collective à laquelle il a collaboré.

  • 4 Archives personnelles de Pierre Mercier en dépôt temporaire au LAM – Musée d'art moderne, d'art con (...)
  • 5 Philippe Robert, Douces Épisodes, en forme d’adresse, Steenvoorde, Éditions du carreau, 2017.

3Dès lors, de nombreux contacts ont été pris avec différents acteurs de l’école : Jean Geslin (directeur de 1984 à 1992) ; Veerle van Durme (directrice de 1993 à 1999) ; des enseignants encore actifs à l’école : Philippe Robert, Albert Clermont, Catherine Delvigne, Richard Skryzak, mais aussi ceux l’ayant quitté plus ou moins récemment comme Jean Attali, Jean-Sylvain Bieth ou encore Bertrand Gadenne… Ont aussi été interrogés d’anciens étudiants, comme Richard Schotte (élève en 1985 et aujourd’hui responsable du Département art et médiation des musées Dunkerque) ; l’artiste Mohamed El Baz. Enfin, les archives de Pierre Mercier mises à disposition par ses ayants droits ont été consultées au LAM de Villeneuve d’Ascq et ont permis d’accéder à des références, de nombreuses notes manuscrites, des cahiers, des comptes-rendus, sachant qu’il n’était pas toujours aisé de dater ces documents et de distinguer la période dunkerquoise de la période strasbourgeoise4. À noter également, que dans l’état actuel de nos recherches, nous n’avons pas retrouvé d’archives documentaires, ni photographiques dans les fonds conservés par l’école de Dunkerque. Nous renvoyons donc aux images présentes dans la publication Douces Épisodes5 de Philippe Robert éditée à cent exemplaires en 2017 qui comporte aussi nombre d’anecdotes qui esquissent l’histoire de cette aventure humaine partagée.

4Le contexte de la réforme qui a touché les écoles d’art depuis les années 2000 sera posé en guise de propos liminaire. Suivront trois parties qui concernent plus spécifiquement les expérimentations pédagogiques mises en œuvre à l’école d’art de Dunkerque depuis sa création en 1984 : Pierre Mercier artiste-pédagogue – Face à l’art – Enseigner et apprendre.

Propos liminaire : La réforme des écoles d’art

  • 6 Pierre Bourdieu, « Questions sur l’art pour et avec les élèves d’une école d’art mise en question » (...)

« Une institution en crise est plus réflexive, plus incline à l’interrogation sur soi, qu’une institution pour laquelle tout va de soi »6

Pierre Bourdieu, 1998-1999

  • 7 http://www.andea.fr. Créée en 1995, elle réunit initialement les directeurs et s’ouvre à partir de (...)
  • 8 Jésus de Carlos, Rapport, Filière enseignement artistique, Conseil supérieur de la fonction publiqu (...)

5Il existe en France un réseau des écoles supérieures d’art publiques sous tutelle du Ministère de la Culture constitué de quarante-quatre écoles (10 écoles nationales et 34 écoles territoriales) dont la majorité fait partie de l’Andéa – Association Nationale des Écoles d’Art7. Elles accueillent à ce jour plus de 11 000 étudiants8. La plupart de ces établissements sont issus des écoles municipales des Beaux-Arts qui dispensaient sur l’ensemble du territoire un enseignement académique basé sur le dessin formant les peintres, les sculpteurs, les graveurs et les architectes, ou encore pour certaines d’entre elles aux différents métiers d’art.

  • 9 Jean-Louis Violeau, « L’École des Beaux-Arts en 1968, disparition d’un système. Contestation et mod (...)
  • 10 Voir « Écoles d’art, nouveaux enjeux », Art press 2, août 2011.
  • 11 Le statut d’EPCC est créé par la loi du 4 janvier 2002, modifiée par la loi du 22 juin 2006, il a p (...)

6À l’issue des évènements de mai 1968, une première réforme de l’enseignement avait conduit à la modernisation du Prix de Rome (supprimé en 1971) et à l’autonomisation des écoles d’architecture9. En ce début du xxie siècle, les écoles ont traversé une nouvelle période de mutation décisive10. Alors que les écoles nationales bénéficient du statut d’Établissement Public National (EPN), à compter de 2007, les écoles territoriales ont été contraintes dans le cadre de la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) par le Ministère de la Culture et de la Communication et les collectivités territoriales qui les financent de changer de statut afin d’accéder à l’« autonomie ». La constitution en EPCC11 (Établissement Public de Coopération Culturelle) a occasionné simultanément un certain nombre de regroupements de sites : TALM (Tours-Angers-Le Mans) ; EESAB (École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne qui réunit Rennes, Brest, Quimper, Lorient) ; École supérieure d’art du Nord-Pas de Calais (Dunkerque-Tourcoing), … À noter également cette singularité française qui positionne les écoles sous tutelle du Ministère de la Culture alors que dans d’autres pays – notamment anglo-saxons – l’enseignement supérieur artistique est pleinement intégré aux universités.

  • 12 http://www.ehea.info/page-ministerial-declarations-and-communiques
  • 13 Voir site de l’Andéa.
  • 14 Chercher sa recherche – Les pratiques et perspectives de la recherche en école supérieure d’art, Na (...)
  • 15 Jehanne Dautrey (dir.), La recherche en art(s), Paris, Éditions MF, 2010.
  • 16 Pierre Gosselin, Éric Le Coguiec (dir.), La recherche création, Pour une compréhension de la recher (...)
  • 17 Séminaire du CEAC (université de Lille) 2012 repris dans Pierre-Damien Huyghe, Contre-temps, de la (...)
  • 18 Ibid., p. 13.

7Le second point de réforme concerne l’intégration des écoles d’art à l’espace européen de l’enseignement supérieur suite aux déclarations de Bologne (1999) et aux différentes étapes de structuration qui les ont suivi12. Ce processus a conduit à la mise en place de la semestrialisation et des crédits ECTS (European Credit Transfer System) ; au développement de la recherche et de la professionnalisation ; à l’amplification de la mobilité internationale des étudiants, des enseignants ainsi qu’à une procédure d’habilitation des diplômes via l’autorité administrative qu’est l’HCÉRES (Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur). Ainsi, le DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique) qui valide le second cycle de deux ans confère au grade de Master (depuis 2012) et le DNA (Diplôme National d’Art) qui valide le premier cycle de trois ans confère au grade de Licence (depuis 2018). En ce qui concerne le troisième cycle, les réflexions sont en cours depuis plusieurs années. Certains établissements délivrent un DSRA (Diplôme Supérieur de Recherche en Art), d’autres délivrent un doctorat en co-tutelle avec l’université13. En matière de recherche, la question a suscité nombre de réflexions donnant lieu à plusieurs colloques et publications menées tant du côté du Ministère de la Culture que par les Départements Arts des universités. Pour n’en citer que quelques-unes notons : le colloque international « Chercher sa recherche – Les pratiques et perspectives de la recherche en école supérieure d’art »14 organisé à Nancy par la Délégation aux arts plastiques du Ministère de la Culture et de la Communication (12, 13 décembre 2005) ; le séminaire pluridisciplinaire « La recherche en art(s) » 15organisé en partenariat avec le Collège international de philosophie sous la direction de la philosophe Jehanne Dautrey (décembre 2007 – septembre 2008) ; les « Rencontres de la Recherche » qui se sont tenues aux Laboratoires d’Aubervilliers et au Théâtre de la Commune (1, 2 et 3 décembre 2014). Au cœur de ces réflexions se trouve en particulier la question de la recherche-création16 abordée par Pierre-Damien Huyghe sous l’angle de la recherche « en » art17 qu’il distingue de la recherche « sur » l’art (histoire de l’art, sociologie et philosophie de l’art) et de la recherche « avec » l’art qui s’opère à partir d’une expérience artistique donnée. Il s’interroge : « Qu’est-ce que cela peut vouloir dire de chercher « dans » l’opération elle-même, dans le « fait de faire », dans le fait de faire œuvre d’art ?»18

  • 19 Pascal Simonet, « Enseigner la création par la création » dans Demain l’école d‘art - Actes des Ass (...)

8Dans les écoles supérieures d’art, la pédagogie par le projet se développe notamment au travers des ARCs (Ateliers de Recherche Création), dont la particularité réside dans l’articulation théorie/pratique, l’encadrement collectif et la place accordée à l’expérimentation. Pascal Simonet, artiste et enseignant à l’ESAD Toulon Provence Méditerranée précise : « Enseigner la création par la création, cette expression sonne un peu comme un postulat de tautologie. Pour autant, la création, l’art ne s’enseignent pas. Seules les modalités, les processus de la création peuvent s’enseigner par une approche de l’expérience, par une approche empirique, quasi phénoménologique. »19

  • 20 Ce dossier est en suspens et nécessite un travail interministériel entre le Ministère de la culture (...)

9Dans ce contexte de mutation, les restrictions budgétaires, les dissensus politiques, les enjeux de développement stratégique ont conduit à des bras de fer entre l’État, les régions et les villes pour le financement de ces établissements et à une mise en concurrence des écoles entre elles. Certaines ont été contraintes à la fermeture, à l’instar de l’école d’art de Rueil-Malmaison en 2011 ou celle de Perpignan fermée le 30 juin 2016. Menace qui pèse encore à ce jour sur d’autres établissements. L’autre point de tension reste le statut des enseignants qui occupent les postes de PEA (Professeur d’Enseignement Artistique) et dont les missions ont nettement évolué sans que ne soient révisés leurs cadres d’emploi au sein de la fonction publique territoriale20. Les notes trouvées dans les archives de Pierre Mercier témoignent de sa vigilance permanente face à ces mutations, ses interrogations au cours de ses missions de coordinateur pédagogique notamment.

1. Pierre Mercier (Mercus-Garrabet 1946  Lille 2016)

  • 21 Pierre Mercier, « Enseigner et apprendre comme activités artistiques », note dactylographiée non da (...)

« Je considère en effet que l’enseignement (et l’apprentissage qu’il peut induire) est une de mes activités artistiques essentielle, même si cette activité et les productions qu’elle entraine n’ont pas pour public, celui officiel, des galeries, des musées ou institutions académiques »21

Pierre Mercier, 2004

  • 22 Christophe Boulanger, Barbara Forest, Lidwine Prolonge, Pierre di Sciullo, (dir.), Pierre Mercier – (...)
  • 23 https://heuredepointe.net/spip/spip.php?article176

10Décédé en 2016, Pierre Mercier a bénéficié d’un hommage rendu conjointement par le Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg (MAMCS) et au Lille Métropole, musée d’Art moderne, d’Art contemporain et d’Art brut de Villeneuve d’Ascq (LAM) avec les expositions : « Pierre Mercier - Rien n’a jamais cessé de commencer » présentée du 28 avril au 30 juillet 2017 à Strasbourg et « Pierre Mercier - Les règles du jeu » présentée du 18 novembre 2017 au 22 avril 2018 à Villeneuve d’Ascq. Parallèlement, la journée d’étude « Pierre Mercier. D’ici là », organisée au MAMCS à Strasbourg en partenariat avec la HEAR (Haute École des Arts du Rhin) en avril 2017 a été suivie de l’édition de Pierre Mercier - Catalogue déraisonnable22 en novembre 2017 avec les contributions d’artistes – notamment d’anciens étudiants – et d’historiens de l’art. L’artiste Pierre Mercier, qui produit à ses débuts par le biais de la photographie, puis par celui de la vidéo et de la performance, a été Professeur à l’École Régionale des Beaux-Arts de Dunkerque de 1984 à 1998, puis Professeur d’Enseignement Artistique à la HEAR de Strasbourg de 1998 à 2011. Dans un texte daté du 12 décembre 2006 titré : Les Bourgeois de Calais à Kinshasa et publié sur son site personnel, il énonce : « C’est dire que tous les dispositifs de transmission d’un projet, d’une idée, d’une information, d’un savoir ou d’une mémoire « m’intéressent ». Mais, ces « choses » sont depuis plusieurs années maintenant au cœur de mon travail artistique et de mon travail d’enseignant qui, pour moi, sont une seule et même « chose » »23.

Fig 1. Pierre Mercier (Lille, 1985), Photographie (détail) auteur anonyme

Fig 1. Pierre Mercier (Lille, 1985), Photographie (détail) auteur anonyme

Archives Pierre Mercier

11Cette aventure de « pédagogie artistique » commence à Dunkerque en 1984 où Pierre Mercier est recruté par le directeur Jean Geslin. Le curriculum vitae qui accompagne sa lettre de candidature à l’École des arts décoratifs de Strasbourg en avril 1998 pour le poste de Professeur de sculpture spécifie :

« 1984 : Est sollicité pour assurer à l’école des beaux-arts de Dunkerque le poste de Professeur de culture générale. 

1986-1993 : Expositions et publications. Éditions : À bruit secret avec Philippe Robert.

  • 24 Catherine Delvigne. Née en 1955. Professeur d’histoire de l’art à temps partiel en 1986. À temps co (...)
  • 25 Jean Attali. Né en 1950. Professeur de philosophie contractuel à temps partiel de 1995 à 2007.

1986 : Met en place une cellule de culture générale avec un professeur d’histoire de l’art24 et un professeur de philosophie25 devient coordinateur pédagogique et favorise toute tentative qui permet de rendre évidentes et pertinentes les interventions théoriques de chaque enseignant.

  • 26 Archives Pierre Mercier en dépôt au LAM - Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut de (...)

1996 : Met en place, avec l’ensemble des enseignants de l’école, des ateliers à la fois théoriques et pratiques dans lesquels plusieurs enseignants artistes ou non, interviennent simultanément. »26

Fig. 2.  Pierre Mercier, Carnet (2008-2009)

Fig. 2.  Pierre Mercier, Carnet (2008-2009)

Archives Pierre Mercier

2. Face à l’art

  • 27 Cité par Isabel Rith-Magni dans « Académie de Düsseldorf, sous le signe de l’autonomie », Goethe-In (...)

« La mission la plus noble consiste à plonger les élèves dans l'atmosphère de l'art et de les y laisser respirer librement »27

  • 28 Artiste, Recteur de l’Académie de Düsseldorf de 1988 à 2009.

Markus Lüpertz, 201328

  • 29 Né en 1938, Jean Geslin est directeur de l’ERBA de 1984 à 1992, date à laquelle il prend la directi (...)
  • 30 Jean Geslin, François Morellet, Paris, Liliane et Michel Durand-Dussert / Dunkerque, École Régional (...)
  • 31 Né en 1954, artiste et Professeur d’Enseignement Artistique à l’ERBA de 1986 à 2019, il est directe (...)
  • 32 Entretien mars 2017.
  • 33 Né en 1955, artiste et professeur à l’ERBA de 1984 à 1999.
  • 34 Entretien téléphonique avril 2017.

12Le premier directeur de l’ERBA, Jean Geslin29 qui, à l’époque, arrive de l’école d’art de Poitiers adopte pour son projet pédagogique une posture délibérée qui est celle de permettre aux élèves d’être confrontés directement aux œuvres. En 1988, dans le catalogue consacré à François Morellet, il affirme qu’« une des idées directrices qui commande le projet de l’école consiste à établir des liaisons entre la présentation de l’art dans un lieu d’enseignement et la prise en charge d’une formation artistique. »30 Cette revendication est assumée également par les artistes enseignants Albert Clermont31 qui affirme : « Enseigner l’art par l’art »32 et Jean-Sylvain Bieth33 qui signale « Comme si on étudiait la littérature sans jamais lire un livre »34.

Fig. 3. Pierre Mercier, Notes (1996)

Fig. 3. Pierre Mercier, Notes (1996)

Archives Pierre Mercier

  • 35 Né en 1946, Maire de Dunkerque de 1989 à 2014.
  • 36 Jean-François Broch, Catalogue de l’exposition inaugurale, Dunkerque, ERBA, 1984, n.p. Ces locaux s (...)
  • 37 Entretien avril 2017.
  • 38 Céline Ahond, World Wants Words, Annecy, ESAA Éditions, 2006, 08:42:11.

13La plaque située dans l’actuelle EMAP (École Municipale d’Arts Plastiques) de Dunkerque rappelle que l’École Régionale des Beaux-Arts « Georges Pompidou » a été inaugurée le samedi 29 novembre 1984 par Claude Prouvoyeur, Sénateur maire de Dunkerque et Jean-François Broch, adjoint à la culture en présence de Michel Delebarre35, Ministre du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle. Au départ, l’école municipale a pour vocation de développer la pratique pour les amateurs. Elle bénéficie d’ateliers de techniques et de pratiques, d’une salle d’exposition, d’une bibliothèque-documentation et d’une salle audio-visuelle36. Jean Geslin décide d’en faire une école diplômante contre l’avis du Ministère de la Culture qui finira par valider ce choix37. Jean-Pierre Greff (Directeur de la Haute école des arts décoratifs de Strasbourg de 1993 à 2004) note la spécificité de cet établissement au sein de la carte nationale des enseignements artistiques de l’époque : « J’ai suivi d’assez près le projet auquel il [Pierre Mercier] a contribué à l’école de Dunkerque. Ce fut à une échelle très réduite – c’est une très petite école, les choses sont beaucoup plus simples à organiser – mais il s’est produit aussi ce moment de cristallisation justement assez étonnant, où cette école de taille modeste est devenue l’un des lieux laboratoires les plus inventifs de l’enseignement artistique en France »38.

  • 39 Entretien mars 2017.

14Très vite, les locaux deviennent trop étroits. Alors que les pratiques amateurs restent rue du Jeu de Paume où elles demeurent encore aujourd’hui, l’école diplômante déménage dans le quartier de Rosendaël en 1987-1988 et s’installe dans l’ancien hôpital de Dunkerque. Bertrand Gadenne raconte : « Déjà à l’intérieur des locaux, il y avait des tensions fortes. Les professeurs de pratiques amateurs étaient très traditionnels : la peinture, le dessin… L’ERBA au contraire se tournait vers l’art minimal, l’art conceptuel. Les enseignants étaient engagés dans les expositions et les éditions. L’organisation de cette programmation était très culturelle et très politique. C’était devenu une sorte de nébuleuse. On ne comptait pas nos heures… »39

  • 40 Message électronique. Mars 2019.

15Jean Attali quant à lui rapporte : « Je continue de penser que cette école, que je n'ai connue qu'à l'époque où elle occupait les bâtiments de l'ancien hôpital de Dunkerque, à Rosendaël, qui était maintenue dans un état de dénuement permanent, qui ne parvenait à recruter qu'un petit nombre d'étudiants… était un lieu exceptionnel de liberté et d'émancipation personnelle, un lieu d'incubation, un foyer de dialogue et de passion »40.

  • 41 Entretien avril 2017.
  • 42 L’École Supérieure d’Art du Nord-Pas de Calais / Dunkerque-Tourcoing est un EPCC - Établissement Pu (...)
  • 43 https://www.fructosefructose.fr/
  • 44 https://www.laplateforme-dunkerque.com/
  • 45 http://www.50degresnord.net/

16En 1992, Jean Geslin quitte la direction et propose à Pierre Mercier de prendre sa succession, celui-ci décline en affirmant : « Je ne suis pas un premier, je suis un bon second »41. En effet, il sera coordinateur pédagogique dès 1986 et il assure néanmoins l’intérim de direction avant la nomination de la collaboratrice de Jan Hoet, Veerle van Durme (Directrice artistique et pédagogique de 1993 à 1999). Rejointe par le FRAC en 1996, l’école restera à Rosendaël jusque 2012, date à laquelle elle déménage à nouveau dans l’ancien collège Arthur Van Eyck situé avenue de l’Esplanade à proximité du Conservatoire de musique et d’arts dramatiques. En décembre 2010, l’ERBA fusionne avec l’ERSEP de Tourcoing pour former un EPCC commun. Le site dunkerquois de l’esä42 est identifié aujourd’hui comme une composante du Pôle art contemporain de Dunkerque avec le LAAC (Lieu d’Art et d’Action Contemporaine) et le FRAC – Grand Large Hauts-de-France (Fonds Régional d’Art Contemporain). Inscrite dans un territoire spécifique marqué par l’espace maritime et l’héritage industriel, l’école bénéficie de la dynamique portée par le Learning center ville durable, mais aussi de celle des structures associatives liées aux arts contemporains telles que Fructôse43 et La Plate-Forme – Laboratoire d’art contemporain44 qui sont – comme l’esä - membres de 50° Nord, Réseau transfrontalier d’art contemporain45.

  • 46 Mandat du Maire Claude Prouvoyeur (1966-1989)
  • 47 Jean-François Broch, 4/3 fig., Dunkerque, À bruit secret, 1985, n.p.
  • 48 Marcel Duchamp, À bruit secret, 1916/1964. Original réalisé à New York en 1916. Réplique, réalisée (...)

17Après cette brève chronologie, revenons-en aux débuts de l’aventure. Deux axes forts seront développés par la direction et l’équipe pédagogique alors en place : les expositions et les publications. Dès 1984-1985, débute un programme d’expositions assorties de l’édition de catalogues. François Broch, adjoint au Maire délégué à la culture46 écrit : « Entre Galerie et Musée, Artistes et Collectionneurs, Producteurs et Public, Formation et Professionnalisation, l’école désormais doit se situer comme un relais actif, sans pudeur vis-à-vis du marché et comme acteur dans le débat à propos de l’art contemporain sur le terrain professionnel »47. En ce qui concerne, les éditions elles sont nommées : Éditions « À bruit secret ». Ce titre choisi par Pierre Mercier et Jean-Sylvain Bieth est une référence à une œuvre de Marcel Duchamp datant de 191648 et marquera durablement l’Atelier Édition de l’école. Ce travail éditorial est poursuivi encore aujourd’hui par Philippe Robert (professeur depuis 1986, invité à rejoindre l’équipe pour développer cet axe) et Nicolas Cabos avec des workshops, et expositions. À partir de 2012, la mise en place du mémoire de DNSEP a été l’occasion de proposer des formes éditoriales singulières qui se distinguent des modèles universitaires.

18Le programme des expositions que nous avons pu établir ainsi que l’inventaire des catalogues et livres d’artistes des éditions À bruit secret (fig. 4) dévoilent une programmation assez audacieuse, axée sur l’art en train de se faire. Les différents témoignages recueillis laissent transparaitre aussi l’autonomie laissée aux étudiants dans la réalisation des expositions : choix des œuvres, scénographie, accrochage, publication… Retenons entre autres : Sophie Calle, Anatoli en 1986 (ERBA – Centre d’art contemporain Orléans) ; Marcel Mariën, À la recherche de l’heure exacte, 1013 ans avant l’an 3000 en 1987 (Galerie Isy Brachot Bruxelles-Paris) ; François Morellet en 1988 (Dunkerque – Galerie Liliane et Michel Durand-Dessert Paris) ; Roman Opalka en 1990 (Isy Brachot Éditeur) ; Claude Rutault, La peinture ne tombe pas du ciel N° 4 en 1995. Dans les expositions collectives, on note la présence d’œuvres de : Christian Boltanski, Philippe Cazal, Erik Dietman, Ange Leccia, Bernd Lohaus, Annette Messager, Gaetano Pesce, Arnulf Rainer, etc. La place accordée également très précocement à l’art vidéo doit être soulignée, notamment avec l’exposition titrée : On s’émerveille qu’une image arrive. Il pourrait ne rien y avoir, dès 1986 sous le commissariat de Bertrand Gadenne et Richard Skryzak avec des œuvres de Naim Jun Paik pour laquelle Pierre Mercier est mentionné comme ayant participé au montage ; une exposition Jean-François Guiton en 1990 ou encore Thierry Kuntzel, été, hiver en 1991 en collaboration avec Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains. Cet inventaire révèle aussi les collaborations mises en place avec des galeries du secteur marchand et des institutions muséales à l’échelle régionale, nationale et internationale et la contribution de critiques visionnaires tels que Régis Durand (né en 1941) et Jan Hoet (1936-2014). Ce dernier interviendra en tant que professeur d’histoire de l’art et de culture générale, il siègera au conseil d’orientation de l’école et au comité technique du FRAC. Il est l’un des fondateurs du SMAK à Gand (Stedelijk Museum voor Actuele Kunst) et en assure la direction de 1975 à 2003.

Fig. 4.  Éditions À bruit secret, Bibliothèque de l’esä Dunkerque-Tourcoing

Fig. 4.  Éditions À bruit secret, Bibliothèque de l’esä Dunkerque-Tourcoing

Photo : Nathalie Poisson-Cogez

3. Enseigner et apprendre

  • 49 Robert Filliou, Enseigner et apprendre, arts vivants par Robert Filliou et lecteur s’il le désire, (...)

« Les jeunes doivent être impliqués dans un art de vivre enseigné aussi tôt que possible dans les écoles (ou dans ce qui les remplacera) – ou plutôt qu’enseigné, vécu par toutes les personnes concernées, de sorte que disparaisse la distinction entre enseigner et apprendre »49

Robert Filliou, 1970

  • 50 Texte dans les Archives Pierre Mercier (2004), publié dans Pierre Mercier, Catalogue déraisonnable, (...)
  • 51 Céline Ahond, World wants words, op. cit., 00:05:17
  • 52 Voir : Alan Speller, Le Black Mountain College, Enseignement artistique et avant-garde, La Lettre V (...)
  • 53 John Dewey, L’art comme expérience, Paris, Folio essais, Gallimard, 2010. Voir également les travau (...)
  • 54 Allan Speller, op. cit., p. 11.

19Le titre de cette partie est emprunté à un ouvrage de Robert Filliou publié en 1970 qui entre en résonnance avec une revendication de Pierre Mercier : « Enseigner et apprendre comme activités artistiques »50. Pierre Mercier explique « Je n’ai jamais pris le temps d’écrire quoi que ce soit, bien que j’ai toujours dit qu’il fallait absolument que les enseignants se mobilisent pour montrer que le travail qu’ils fournissaient dans les écoles d’art était susceptible d’être théorisé, et non une chose intuitive, donnée ainsi »51. En 2004, il apporte sa contribution au colloque « Art Enseignement Expérimentation » organisé par les Musées de Strasbourg où sont abordées d’autres expériences de pédagogie artistique du xxe siècle, notamment celles du Bauhaus et du Black Moutain College. Le Black Mountain College (1933-1957)52 est installé à Asheville en Caroline du Nord (États-Unis), où a émigré Josef Albers après la fermeture du Bauhaus fermé par les nazis en 1933. Le Black Mountain College – inspiré par les théories du philosophe pragmatique John Dewey (1859-1952)53 – prônait le droit à l’expérimentation, la transversalité des pratiques, la suppression des hiérarchies traditionnelles, ainsi que des modes de gestion démocratiques et collectifs. Cette utopie qui traverse les questions artistiques, éducatives et politiques est défendue par son fondateur John Rice, qui soutient que « l’éducation qui y serait expérimentée devrait concerner l’individu dans sa totalité : « la tête, le cœur et les mains », et non pas l’individu divisé »54.

Fig. 5.  Robert Filliou. Édition 1998

Fig. 5.  Robert Filliou. Édition 1998

Exemplaire conservé à la bibliothèque de l'esä Dunkerque

  • 55 Isabel Rith-Magni, « Académie des Beaux-arts de Düsseldorf sous le signe de l’autonomie », Goethe-I (...)

20Un autre modèle existe en Allemagne, à l’Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf dans laquelle Joseph Beuys sera étudiant (1947 – 1952) puis professeur (1961 - 1972) avant de fonder la Freie Internationale Hochshule für Kreativität und Interdisziplinäre Forschung en 1974. Markus Lüpertz (né en 1941), recteur de cette institution de 1988 à 2009, parviendra à « conserver la liberté de l'Académie contre cette tendance à la standardisation et à l'uniformisation »55 énoncée en première partie.

21Sans que nous ayons pu établir qu’il s’agisse là de modèles identifiés par les acteurs de l’ERBA, ces expériences partagent des caractéristiques communes. Pierre Mercier et l’équipe pédagogique de l’école d’art de Dunkerque défendent des principes fondamentaux que sont l’intérêt du travail collectif, la revendication de l’expérimentation permanente au travers du concept de « bricolage » ainsi que l’attention portée à l’émancipation des étudiants.

3.1. Du collectif

  • 56 Entretien avril 2017.
  • 57 Céline Ahond, World wants words, op. cit., p. 00:26:25

22Jean Geslin à l’occasion d’un entretien explique que « c’est avec lui [Pierre Mercier] que j’ai pu développer le projet, d’une très haute qualité humaine, c’était quelqu’un de très intéressant sur le plan de la pédagogie »56. Dans Word wants words de Céline Ahond, Pierre Mercier explique comment, au lieu de passer lui-même à temps complet, il incite le directeur à recruter d’autres enseignants de culture générale d’abord en histoire de l’art (Catherine Delvigne), puis en philosophie (Jean Attali). Il poursuit en disant : « J’avais monté ça en coordonnant, en faisant en sorte que les trois enseignants chargés de la « théorie » fassent un programme cohérent avec parfois des cours ensemble, pour analyser une problématique, un sujet ou un tableau »57.

23Aux enseignants déjà cités, s’ajoutent les figures – exclusivement masculines – de Gilles Bauthian, Pat Bruder, Laurent-Marie Joubert, Arnaud Labelle-Rojoux, Jean-Luc Poivret… Au-delà des moments intensément vécus, il faut noter que les fortes personnalités, les dissensions, les écarts de visions ont pu générer également de franches engueulades, des brouilles temporaires voire définitives…

  • 58 Devenue la HEAR en 2008 par sa fusion avec l’école des Beaux-arts de Mulhouse-Le Quai et l’Académie (...)
  • 59 Fax envoyé par Francisco Ruiz de Infante. Archives Pierre Mercier en dépôt au LAM - Musée d'art mod (...)

24Pierre Mercier poursuivra ces expérimentations pédagogiques collectives à l’école supérieure des arts décoratifs de Strasbourg58 où il arrive en 1998, notamment au sein du Groupe Art3 fondé en 2001 avec Éléonore Hellio et Francisco Ruiz de Infante. Ce groupe pédagogique est né suite au Festival Avant les mouches (La Chaufferie – Strasbourg 8-24 mars 2001) dont l’intention est spécifiée dans une note de travail : « On veut activer le temps du processus créatif, comme temps à partager publiquement ; On veut organiser un évènement de 15 jours pleins à la Chaufferie dans lesquels la danse, les arts plastiques, la musique, le théâtre, le cinéma, et autres manifestations humaines puissent dialoguer ; On veut mettre en place des manières intenses de rentrer en contact avec le spectateur »59. D’autres événements suivront comme le Festival La friche à feu (1-16 mars 2002), Espèces d‘interzone (27 mars – 10 avril 2003) qui poursuivent le triple objectif de : décloisonner les pratiques ; investir un espace-temps continu ; favoriser les porosités entre « créateur » et « spectateur ».

3.2. Bricolage

  • 60 Philippe Robert, Douces Épisodes, op. cit., p. 21.
  • 61 Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962, p. 27.
  • 62 Ibid., p. 33.
  • 63 http://www.mohamedelbaz.com/

25Cette idée d’une pédagogie expérimentale se développe au travers du concept de « Bricolage » adopté par Pierre Mercier. Cette approche est empruntée à Robert Filliou, au travers du « bien fait - mal fait - pas fait ». Philippe Robert raconte que ce « programme » consacré au bricolage débute lorsque Pierre Mercier lui propose de mettre en place un premier atelier consistant à fabriquer de la soupe60. Claude Levis-Strauss dans La pensée sauvage (1962)61 distingue le bricoleur de l’ingénieur. Alors que l’ingénieur aborde son travail de façon programmatique ; le bricoleur compose de manière hétérogène, informelle, non linéaire en usant largement de la sérendipité et du recyclage. Le bricoleur prend appui sur un environnement et des ressources données, avec une forte capacité d’adaptation voire d’improvisation. Claude Lévi-Strauss affirme que « l’artiste tient à la fois du savant et du bricoleur : avec des moyens artisanaux, il confectionne un objet matériel qui est en même temps un objet de connaissance »62. Mohamed El Baz, étudiant à l’ERBA de 1986 à 1989, reprend ce terme dans le titre générique « Bricoler l’incurable »63 qu’il donne à son travail (1993-2003).

  • 64 Archives Pierre Mercier en dépôt au LAM - Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut de (...)
  • 65 Tim Ingold, Faire : anthropologie, archéologie, art et architecture, Bellevaux, Édition Dehors, 201 (...)

26Dans un texte intitulé « Les débuts ont une fin » rédigé en 1992 à l’occasion de l’installation du FRAC à Dunkerque, Pierre Mercier écrit : « Il nous parait important de signaler ici le fait que le laboratoire qu’est l’école de Dunkerque permet non pas de réitérer toujours les mêmes expériences mais d’inventer, c’est-à-dire découvrir, au fil des ans de nouveaux protocoles de formation avec les étudiants. L’école est ainsi traversée de flux dont elle est à l’affût. Ainsi nous bricolons au sens le plus noble de ce terme, avec les étudiants, des machines à penser, à représenter, à vivre, nous projetant dans le futur »64. Cette importance du « faire » est revendiquée par l’anthropologue Tim Ingold, au travers de ses propres expériences pédagogiques à l’Université d’Aberdeen en Ecosse65.

3.3. Émancipation 

  • 66 Archives Pierre Mercier en dépôt au LAM - Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut de (...)
  • 67 World wants words, op. cit., 00:52:50
  • 68 Jacques Rancière, Le maître ignorant, cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Paris, Fayard, (...)
  • 69 Ibid., p. 29.
  • 70 Entretien de mars 2019.

27Dans un document intitulé « Ébauche de quelques réponses de principe à la proposition d’ordre du jour énoncée par Bertrand (Gadenne), Philippe (Robert), Jean-Sylvain (Bieth) » Pierre Mercier écrit : « On n’est pas là pour fabriquer de bons étudiants qui répondent à nos attentes, mais pour permettre à des individus de devenir des êtres libres et clairvoyants »66. Il affirme aussi « il faut aller dans le sens de ce que [les étudiants] produisent, de ce qu’il font, pas contre »67. Ces propos peuvent être rapprochés des réflexions de Jacques Rancière énoncées dans Le maître ignorant, cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle68, ouvrage dans lequel le philosophe énonce l’idée que tout individu est en capacité d’apprendre, de comprendre n’importe quelle connaissance. Partant de ce postulat d’une égalité des intelligences, il affirme que « on peut enseigner ce qu’on ignore, si l’on émancipe l’élève, c’est-à-dire si on le contraint à user de sa propre intelligence »69. Benoît Villain, étudiant à l’ERBA de 1996 à 2001, explique que ce qui l’a marqué durant sa formation était cette relation particulière avec les enseignants qui tendaient par leur attitude à supprimer toute hiérarchie verticale et descendante pour considérer les élèves comme des artistes, certes des artistes jeunes, en devenir, mais des artistes70.

  • 71 Thierry de Duve, Faire école (ou la refaire), Dijon, Presses du réel, collection MAMCO, nouvelle éd (...)
  • 72 Richard Schotte, Entretien Avril 2017.
  • 73 3 membres pour le DNA. 5 membres pour le DNSEP. Dont un enseignant de l’école.

28Thierry de Duve dans Faire école, un ouvrage rédigé après le projet avorté d’école des beaux-arts de la ville de Paris, qui lui avait donné l’occasion de s’interroger sur la pédagogie spécifique à l’enseignement artistique, développe la distinction entre le « modèle académique » et le « modèle-Bauhaus ». Il affirme que ce dernier « favorise l’invention, car tout progrès dans son expression signale une libération de la créativité de l’élève, une actualisation de son potentiel artistique »71. Il s’agit donc moins de transmettre des savoir-faire que de permettre aux étudiants de développer un potentiel personnel. Pour atteindre cet objectif sont mis en place dans les écoles d’art les rendez-vous individuels qui permettent à l’étudiant de (simultanément) montrer et expliciter le travail en cours. Les échanges et discussions avec les différents enseignants lui permettent ainsi de construire au fur et à mesure de l’élaboration des pièces plastiques un discours critique. Pour autant, les témoignages recueillis rapportent que lors de ces séances Pierre Mercier favorisait largement les « temps d’écoute et de silence »72. La maturation du projet se cristallise lors de la présentation du diplôme face à un jury constitué de professionnels du secteur73 extérieurs à l’établissement (artistes, critiques, commissaires d’expositions, etc.).

En guise d’ouverture

29Ce travail a permis de regrouper un certain nombre d’informations relatives aux expérimentations pédagogiques mises en œuvre entre 1984 et 1998 par Pierre Mercier et l’équipe pédagogique de l’ERBA de Dunkerque. L’histoire de cette institution se construit sur la base des témoignages de ceux qui l’ont traversée et des traces qu’ils ont pu laisser. Elle pourra encore être augmentée. Il s’agit cependant de ne pas tomber dans l’écueil de figer par le récit un processus constamment mouvant, élaboré à partir de rapports multiples et complexes.

  • 74 Jérémie Vandenbunder, Faire l’art, Analyser les processus de création artistique, I. Kirchberg et A (...)
  • 75 Carnet de notes. Archives Pierre Mercier en dépôt au LAM - Musée d'art moderne, d'art contemporain (...)
  • 76 Ibid.

30Si les pratiques pédagogiques telles qu’elles se développent encore aujourd’hui dans écoles d’art sont connues à l’intérieur de leur communauté, elles méritent d’être partagées plus largement. Au-delà de la transmission de savoirs théoriques et techniques, de savoir-faire, l’école d’art est en effet envisagée comme une « plateforme d’opportunités »74 dans laquelle sont créées des situations favorisant l’expérimentation. Il est utile à ce stade de noter que Pierre Mercier était initialement éducateur spécialisé pour l’enfance et l’adolescence. Il a travaillé de 1970 à 1975 à l’hôpital de jour de Marseille dans un service de psychothérapie institutionnelle. Dans un carnet de note, il écrit : « L’école d’art travaille à la valorisation de soi. Se former à l’art ou par l’art ?»75. Reprenant le postulat de Filliou : « art = vie », il affirme : « l’art peut-être une façon de penser, de vivre, de faire. Un acte de vie, d’imagination qui doit être accessible à tous »76.

Bibliographie

Bibliographie

Céline Ahond, World Wants Words, Annecy, ESAA Éditions, 2006.

Pierre Bourdieu, « Questions sur l'art pour et avec les élèves d'une école d'art mise en question », dans Penser l'art à l'école, Arles, Actes Sud, 2001, p. 13-54

Monik Bruneau, André Villeneuve (dir.), Traiter de recherche création en art, Entre la quête d'un territoire et la singularité des parcours, Multiplicité des approches, Québec, Presses de l’université du Québec, 2007.

Collectif, Pierre Mercier, Catalogue déraisonnable, Strasbourg, Éditions des Musées de Strasbourg, 2017.

Collectif, Chercher sa recherche – Les pratiques et perspectives de la recherche en école supérieure d’art, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2011.

Collectif, Actes des Assises nationales des écoles supérieures d'art, Rennes, 6 et 7 avril 2006, 2 vol., Association de écoles supérieures d’art de Bretagne / École des beaux-arts de Rennes, Rennes, 2008 [https://www.andea.fr/doc_root/evenements/evenements-andea/51b5bfd8ab7ab_Assises_2006_tome1.pdf ; https://www.andea.fr/doc_root/evenements/evenements-andea/51b5c1dfe4ca2_Assises_2006_tome2.pdf].

Jean-Pierre Cometti et Éric Giraud (dir.), Black Mountain College, Art, Démocratie, Utopie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes /Centre International de Poésie de Marseille, 2014.

Gustave Courbet, Peut-on enseigner l’art ? Caen, L’Échoppe, coll. Envois, 2016.

Jehanne Dautrey (dir.), La recherche en art(s), Paris, Éditions MF, 2010.

Thiery de Duve, Faire école (ou la refaire), nouvelle édition revue et augmentée, Dijon, Les Presses du réel, 2008.

Robert Filliou, Enseigner et apprendre, arts vivants par Robert Filliou et lecteur s’il le désire, Paris-Bruxelles, Archives Lebeer Hossman, 1998.

Fred Forest, Repenser l'art et son enseignement : les écoles de vie, Paris, L’Harmattan, 2002.

Pierre Gosselin, Éric Le Coguiec (dir.), La recherche création, Pour une compréhension de la recherche en pratique artistique, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2006. Pierre-Damien Huyghe, Contre-temps : de la recherche et de de ses enjeux, arts, architecture, design, Paris, B42, 2017.

Annie Jacques, Les Beaux-Arts, de l’Académie aux Quat’z’arts, Paris, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, 2001.

Irina Kirchberg et Alexandre Robert (dir), Faire l’art, Analyser les processus de création artistique, Paris, L’Harmattan, 2014.

Yves Michaud, Enseigner l'art ? Analyses et réflexions sur les écoles d'art, Nîmes, Éditions Jacqueline Chambon, 1993.

Jacques Rancière, Le maître ignorant, cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Paris, Fayard, 1987.

Philippe Robert, Douces Épisodes, en forme d’adresse, Steenvoorde, Éditions du carreau, 2017.

Monique Segré, L’école des Beaux-arts (xixe – xxe siècles), Paris, L’Harmattan, 1998.

Alan Speller, Le Black Mountain College, Enseignement artistique et avant-garde, Bruxelles, La Lettre Volée, 2014.

Emmanuel Tibloux (dir.), Demain l’école d‘art. Actes des Assises nationales des écoles supérieures d’art, Paris, Andéa, 2016.

Valérie Mavridorakis, Christophe Kihm (dir.), Transmettre l’art. Figures et méthodes. Quelle Histoire ? Dijon, Presses du réel, 2014.

Sites Internet

Site de Pierre Mercier : www.heuredepointe.net

Entretien avec Pierre Mercier sur le Mémoire artistique (mis en ligne le 7 avril 2013) : https://www.youtube.com/watch?v=umxZQe1DIoo&list=UU63lGwa_0cyGp0AJxNbL27w&index=37

www.chartes.psl.eu/fr/actualite/pedagogie-creation-artistique-sources-valorisations-histoire

Séminaire : Histoire de la pédagogie de la création artistique : état de l'art et perspectives [2016-2017], projet de recherche PSL, piloté par l'École nationale des chartes et Jean-Michel Leniaud, en collaboration avec les écoles d'art de PSL (CNSMDP, CNSAD, La Fémis, Les beaux-arts de Paris et l'ENSAD), (vidéos en ligne [archive]).

Notes

1 Gustave Courbet, Peut-on enseigner l’art ? Caen, L’Échoppe, coll. Envois, 2016, p. 10.

2 Artiste, commissaire d’exposition, attaché de conservation au LAM de Villeneuve d’Ascq. Étudiant à l’ERBA de Dunkerque de 1986 à 1989.

3 28 avril 2017 – Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg.

4 Archives personnelles de Pierre Mercier en dépôt temporaire au LAM – Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut de Villeneuve d'Ascq.

5 Philippe Robert, Douces Épisodes, en forme d’adresse, Steenvoorde, Éditions du carreau, 2017.

6 Pierre Bourdieu, « Questions sur l’art pour et avec les élèves d’une école d’art mise en question » dans Penser l’art à l’école, Arles, Actes sud, 2001, p. 16.

7 http://www.andea.fr. Créée en 1995, elle réunit initialement les directeurs et s’ouvre à partir de 2012 à la communauté des enseignants et des étudiants.

8 Jésus de Carlos, Rapport, Filière enseignement artistique, Conseil supérieur de la fonction publique territoriale, Séance plénière du 26 septembre 2018, p. 29. Consultable en ligne (https://www.csfpt.org/sites/default/files/41_-_rapport_filiere_enseignement_artistique.pdf).

9 Jean-Louis Violeau, « L’École des Beaux-Arts en 1968, disparition d’un système. Contestation et modernisation de l’État » dans Les Beaux-Arts, de l’Académie aux Quat’z’arts, éd. par A. Jacques, Paris, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, 2001, p. 531-553. Voir également : Christophe Smoyault-Muller, « L’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, les écoles d'architecture : Genèse et évolution de l'enseignement et des lieux d'enseignement », septembre 2015 www.grandemasse.org/?c=actu&p=ENSBA-ENSA_genese_evolution_enseignement_et_lieux_enseignement

10 Voir « Écoles d’art, nouveaux enjeux », Art press 2, août 2011.

11 Le statut d’EPCC est créé par la loi du 4 janvier 2002, modifiée par la loi du 22 juin 2006, il a pour objectif d’assurer un équilibre entre les collectivités territoriales et l’état dans la gestion des structures culturelles à l’échelle locale et nationale. La date limite fixée par le Ministère de la Culture pour le passage en EPCC des écoles d’art était le 31 décembre 2010.

12 http://www.ehea.info/page-ministerial-declarations-and-communiques

13 Voir site de l’Andéa.

14 Chercher sa recherche – Les pratiques et perspectives de la recherche en école supérieure d’art, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2011.

15 Jehanne Dautrey (dir.), La recherche en art(s), Paris, Éditions MF, 2010.

16 Pierre Gosselin, Éric Le Coguiec (dir.), La recherche création, Pour une compréhension de la recherche en pratique artistique, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2006. Monik Bruneau, André Villeneuve (dir.), Traiter de recherche création en art, Entre la quête d'un territoire et la singularité des parcours, Multiplicité des approches, Québec, Presses de l’université du Québec, 2007.

17 Séminaire du CEAC (université de Lille) 2012 repris dans Pierre-Damien Huyghe, Contre-temps, de la recherche et de ses enjeux. Arts, architecture, design, Paris, Éditions B42, 2017, p. 11-14.

18 Ibid., p. 13.

19 Pascal Simonet, « Enseigner la création par la création » dans Demain l’école d‘art - Actes des Assises nationales des écoles supérieures d’art, éd. E. Tibloux, Paris, Andéa, 2016, p. 61.

20 Ce dossier est en suspens et nécessite un travail interministériel entre le Ministère de la culture, le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et le Ministère de l’Action et des comptes publics ; ainsi qu’une concertation avec l’Association des Maires de France et les collectivités territoriales.

21 Pierre Mercier, « Enseigner et apprendre comme activités artistiques », note dactylographiée non datée (2004). Archives Pierre Mercier. Publiée dans Pierre Mercier, Catalogue déraisonnable, Éditions des Musées de Strasbourg, Strasbourg, 2017, p. 88-89.

22 Christophe Boulanger, Barbara Forest, Lidwine Prolonge, Pierre di Sciullo, (dir.), Pierre Mercier – Catalogue déraisonnable, Strasbourg, Éditions des Musées de Strasbourg, 2017.

23 https://heuredepointe.net/spip/spip.php?article176

24 Catherine Delvigne. Née en 1955. Professeur d’histoire de l’art à temps partiel en 1986. À temps complet à partir de 1988.

25 Jean Attali. Né en 1950. Professeur de philosophie contractuel à temps partiel de 1995 à 2007.

26 Archives Pierre Mercier en dépôt au LAM - Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut de Villeneuve d'Ascq.

27 Cité par Isabel Rith-Magni dans « Académie de Düsseldorf, sous le signe de l’autonomie », Goethe-Institut e. V., Internet-Redaktion, mai 2016. https://www.goethe.de/ins/fr/fr/kul/mag/20757573.html

28 Artiste, Recteur de l’Académie de Düsseldorf de 1988 à 2009.

29 Né en 1938, Jean Geslin est directeur de l’ERBA de 1984 à 1992, date à laquelle il prend la direction de l’École nationale d‘art de Limoges.

30 Jean Geslin, François Morellet, Paris, Liliane et Michel Durand-Dussert / Dunkerque, École Régionale des Beaux-Arts, 1988, p. 7.

31 Né en 1954, artiste et Professeur d’Enseignement Artistique à l’ERBA de 1986 à 2019, il est directeur du site de Dunkerque de septembre 2016 à janvier 2019.

32 Entretien mars 2017.

33 Né en 1955, artiste et professeur à l’ERBA de 1984 à 1999.

34 Entretien téléphonique avril 2017.

35 Né en 1946, Maire de Dunkerque de 1989 à 2014.

36 Jean-François Broch, Catalogue de l’exposition inaugurale, Dunkerque, ERBA, 1984, n.p. Ces locaux sont encore visibles aujourd’hui au 45 rue du Jeu de Paume à Dunkerque.

37 Entretien avril 2017.

38 Céline Ahond, World Wants Words, Annecy, ESAA Éditions, 2006, 08:42:11.

39 Entretien mars 2017.

40 Message électronique. Mars 2019.

41 Entretien avril 2017.

42 L’École Supérieure d’Art du Nord-Pas de Calais / Dunkerque-Tourcoing est un EPCC - Établissement Public de Coopération Culturelle pour l’enseignement supérieur et la recherche en art. Il est constitué depuis 2011 entre les Villes de Dunkerque et de Tourcoing, l’État et la Région Hauts-de-France.

43 https://www.fructosefructose.fr/

44 https://www.laplateforme-dunkerque.com/

45 http://www.50degresnord.net/

46 Mandat du Maire Claude Prouvoyeur (1966-1989)

47 Jean-François Broch, 4/3 fig., Dunkerque, À bruit secret, 1985, n.p.

48 Marcel Duchamp, À bruit secret, 1916/1964. Original réalisé à New York en 1916. Réplique, réalisée sous la direction de Marcel Duchamp par la Galerie Schwarz à Milan en 1964. Collection du Musée National d’Art Moderne, Paris – inv. AM 1986-291.

49 Robert Filliou, Enseigner et apprendre, arts vivants par Robert Filliou et lecteur s’il le désire, Paris-Bruxelles, Archives Lebeer Hossman, 1998, p. 24.

50 Texte dans les Archives Pierre Mercier (2004), publié dans Pierre Mercier, Catalogue déraisonnable, op. cit.,p. 88-89.

51 Céline Ahond, World wants words, op. cit., 00:05:17

52 Voir : Alan Speller, Le Black Mountain College, Enseignement artistique et avant-garde, La Lettre Volée, Bruxelles, 2014 et Jean-Pierre Cometti et Éric Giraud (dir.), Black Mountain College, Art, Démocratie, Utopie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes /Centre International de Poésie de Marseille, 2014.

53 John Dewey, L’art comme expérience, Paris, Folio essais, Gallimard, 2010. Voir également les travaux de Joëlle Zask, Introduction à John Dewey, Paris, Collection Repères N° 661, Éditions La découverte, octobre 2015.

54 Allan Speller, op. cit., p. 11.

55 Isabel Rith-Magni, « Académie des Beaux-arts de Düsseldorf sous le signe de l’autonomie », Goethe-Institut e. V., Internet-Redaktion, Mai 2016. En ligne : https://www.goethe.de/ins/fr/fr/kul/mag/20757573.html

56 Entretien avril 2017.

57 Céline Ahond, World wants words, op. cit., p. 00:26:25

58 Devenue la HEAR en 2008 par sa fusion avec l’école des Beaux-arts de Mulhouse-Le Quai et l’Académie de Musique de Strasbourg.

59 Fax envoyé par Francisco Ruiz de Infante. Archives Pierre Mercier en dépôt au LAM - Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut de Villeneuve d'Ascq (non daté, non côté).

60 Philippe Robert, Douces Épisodes, op. cit., p. 21.

61 Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962, p. 27.

62 Ibid., p. 33.

63 http://www.mohamedelbaz.com/

64 Archives Pierre Mercier en dépôt au LAM - Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut de Villeneuve d'Ascq (non daté, non côté).

65 Tim Ingold, Faire : anthropologie, archéologie, art et architecture, Bellevaux, Édition Dehors, 2017.

66 Archives Pierre Mercier en dépôt au LAM - Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut de Villeneuve d'Ascq (non daté, non côté).

67 World wants words, op. cit., 00:52:50

68 Jacques Rancière, Le maître ignorant, cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Paris, Fayard, 1987.

69 Ibid., p. 29.

70 Entretien de mars 2019.

71 Thierry de Duve, Faire école (ou la refaire), Dijon, Presses du réel, collection MAMCO, nouvelle édition revue et augmentée, 2004, p. 33.

72 Richard Schotte, Entretien Avril 2017.

73 3 membres pour le DNA. 5 membres pour le DNSEP. Dont un enseignant de l’école.

74 Jérémie Vandenbunder, Faire l’art, Analyser les processus de création artistique, I. Kirchberg et A.Robert (dir), Paris, L’Harmattan, 2014, p. 26.

75 Carnet de notes. Archives Pierre Mercier en dépôt au LAM - Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut de Villeneuve d'Ascq (non daté, non côté).

76 Ibid.

Table des illustrations

Titre Fig 1. Pierre Mercier (Lille, 1985), Photographie (détail) auteur anonyme
Crédits Archives Pierre Mercier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 2.  Pierre Mercier, Carnet (2008-2009)
Crédits Archives Pierre Mercier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4463/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig. 3. Pierre Mercier, Notes (1996)
Crédits Archives Pierre Mercier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4463/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 8,4k
Titre Fig. 4.  Éditions À bruit secret, Bibliothèque de l’esä Dunkerque-Tourcoing
Crédits Photo : Nathalie Poisson-Cogez
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4463/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,1k
Titre Fig. 5.  Robert Filliou. Édition 1998
Crédits Exemplaire conservé à la bibliothèque de l'esä Dunkerque
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4463/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

Auteur

École supérieure d’art du Nord-Pas de Calais Dunkerque-Tourcoing, Chercheure associée au Laboratoire CECILLE (Université de Lille)
nathalie.poisson-cogez@esa-n.info

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search