Version classiqueVersion mobile

Apprentissage, travail et création

Transmission, réseaux et communautés

Paul Perdrizet et l’histoire de l’art médiéval à Nancy au début du xxe siècle : entre formation intellectuelle et transmission des savoirs

Frédéric Tixier

Résumé

Entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle, l’histoire de l’art en tant que discipline scientifique à part entière s’institutionnalise. Différentes chaires professorales sont alors créées dans les universités ou les grandes écoles et des réflexions sont menées sur des aspects d’ordre méthodologique. À Nancy, Paul Perdrizet (1870-1938), à la fois industriel et universitaire, marque de son empreinte l’enseignement de l’histoire de l’art et de l’archéologie. Cependant, ce grand spécialiste de l’art antique a un second centre d’intérêt puisqu’il soutient en 1908, sous la direction du professeur Émile Mâle, deux thèses d’État consacrées à des questions d’iconographie médiévale. En parallèle, il dispense différents cours d’histoire de l’art du Moyen Âge (sur les primitifs italiens ou l’art symbolique notamment) selon une approche très influencée par les écrits d’Émile Mâle, en particulier son ouvrage fondamental sur L’art religieux du xiiie siècle en France. Étude sur l’iconographie du Moyen âge et ses sources d’inspiration (1898). Dès lors, cette recherche questionne la conception méthodologique de Paul Perdrizet de l’art médiéval, son apprentissage, en partie autodidacte, de la discipline et sa manière de transmettre son savoir auprès de ses propres étudiants et à l’Université populaire de Nancy.

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Samuel Provost, « Paul Perdrizet, de l’Université aux Établissements Gallé, le parco (...)
  • 2 Samuel Provost, « L’institut d’archéologie classique de la faculté des lettres de Nancy », dans Nan (...)
  • 3 Frédéric Tixier, « Paul Perdrizet et la constitution d’une bibliothèque idéale sur l’art du Moyen  (...)
  • 4 Sur Pfister, voir Valérie Serdon, « Christian Pfister et la création d’un enseignement universitair (...)
  • 5 Lyne Therrien, L’histoire de l’art en France. Genèse d’une discipline universitaire, Paris, 1998. E (...)

1Personnalité nancéenne importante du début du xxe siècle, Paul Perdrizet (1870-1938) est étroitement associé à l’histoire des établissements Gallé : en effet, gendre d’Émile Gallé, il préside – à la mort de ce dernier en 1904 et aux côtés de sa belle-mère Henriette Gallé-Grimm – à la destinée de l’entreprise familiale d’art et ce, jusqu’à sa fermeture officielle dans les années 19301. Parallèlement à cette carrière d’industriel, Perdrizet est également maître de conférences en langue et littérature grecques, avant d’obtenir en 1909 la création de la première chaire d’histoire de l’art et d’archéologie à la faculté des Lettres de Nancy2. À la même période, il participe activement à l’enrichissement de la bibliothèque d’art et d’archéologie du riche couturier Jacques Doucet, par l’entremise de son ami René-Jean, le premier bibliothécaire de l’institution parisienne3. Chercheur infatigable aux intérêts multiples, Paul Perdrizet professe diverses leçons depuis la période antique jusqu’aux arts du Moyen Âge entre les années 1899 et 1919, date à laquelle il est appelé par Christian Pfister, son ancien collègue et nouveau doyen de l’université de Strasbourg, pour occuper le poste de professeur d’archéologie4. Dès lors, les vingt années passées par Perdrizet à l’université de Nancy lui permettent d’explorer divers champs de recherche, d’abord en tant qu’helléniste reconnu puis en médiéviste confirmé, et de marquer durablement son auditoire par son enseignement varié, à un moment-clé où en France, l’histoire de l’art et l’archéologie deviennent, après un très long cheminement, des disciplines universitaires à part entière5. Il s’agira donc tout d’abord d’évoquer la figure de l’universitaire à travers le prisme de sa formation intellectuelle et de son apprentissage – quelque peu autodidacte – de l’histoire de l’art médiéval avant de poursuivre sur l’influence déterminante des travaux d’Émile Mâle dans la pensée du savant nancéen. Enfin, cette étude se conclura par quelques remarques d’ordre méthodologique sur le déroulement de plusieurs de ses cours à la faculté ou lors de leçons publiques sur l’art médiéval à l’université populaire de Nancy, qu’il s’agisse de La peinture religieuse en Italie jusqu’à la fin du xive siècle de 1905 ou de l’art symbolique du Moyen âge. À propos des verrières de St. Étienne à Mulhouse de 1908.

1. De l’Antiquité au Moyen Âge : la formation académique de Paul Perdrizet 

  • 6 Charles Picard, « Éloge funèbre de M. Paul Perdrizet, membre de l’Académie », Comptes rendus des sé (...)
  • 7 L’étude des reliquaires avant la Réforme est d’ailleurs sa dernière recherche publiée avant son déc (...)

2Émile-Paul-Frédéric Perdrizet est né le 22 juillet 1870 à Montbéliard au sein d’une famille de la petite bourgeoisie protestante (fig. 1)6. Son père, grand amateur de culture folklorique, lui transmet son intérêt pour la religion populaire, un thème de recherche qui occupera le futur universitaire tout au long de sa vie7.

Fig. 1 – Portrait de Paul Perdrizet à Athènes vers 1894

Fig. 1 – Portrait de Paul Perdrizet à Athènes vers 1894

Archives Perdrizet, Université de Lorraine (Nancy)

  • 8 Samuel Provost, « Biographie de Paul Perdrizet », publication en ligne sur le site Archives Perdriz (...)
  • 9 Philippe Jockey, « Collignon, Maxime » dans le Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs (...)
  • 10 Collignon s’inspire de la tradition de l’enseignement de l’archéologie en Allemagne. À ce propos, v (...)
  • 11 Cf. note précédente.

3Après de brillantes études classiques au lycée Michelet à Paris, il est reçu premier à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm en 18908. Au cours de cette période, Paul Perdrizet se forme à la philologie avec l’historien Gaston Boissier et à l’archéologie classique en suivant les cours de Maxime Collignon, grand spécialiste d’architecture, de sculpture et de céramique grecques9. Ce dernier sera d’ailleurs l’un des grands initiateurs d’une nouvelle manière d’enseigner la jeune discipline archéologique, en partie fondée sur le rôle des gypsothèques, véritables outils pédagogiques pour la compréhension des œuvres anciennes et des moyens efficaces d’apprentissage à l’usage des futurs étudiants français10. Agrégée de lettres classiques, Paul Perdrizet suit quelques cours d’épigraphie grecque à l’École Pratique des Hautes Études entre 1892 et 1893, avant de devenir membre de l’École française d’Athènes. Durant six ans, il fouille le prestigieux site de Delphes, mais aussi en Macédoine, en Égypte ou encore en Syrie du Nord. Entre 1899 et 1900, il occupe un poste de maître de conférences de langue et de littérature grecques (en remplacement de Louis Couve, alors très malade) à la faculté des lettres de Nancy, avant d’être rappelé pour un an à l’École française d’Athènes. De retour en France à partir de 1901, il s’attache à développer l’archéologie et l’histoire de l’art au sein de l’université nancéenne, en créant un Institut d’archéologie classique (IAC) avec sa bibliothèque spécialisée, son musée (comprenant des vases grecques, des tanagras, plusieurs galvanoplasties…) et une importante gypsothèque11, lieux importants de la transmission des savoirs universitaires. Le 14 août 1906, Paul Perdrizet épouse Lucile Gallé, la seconde des quatre filles d’Émile Gallé, avant de s’impliquer progressivement dans la gestion de l’importante entreprise d’art (fig. 2).

Fig 2 – Paul Perdrizet et Lucile Gallé

Fig 2 – Paul Perdrizet et Lucile Gallé

Archives Perdrizet, Université de Lorraine (Nancy)

  • 12 Archiviste-paléographe, Jules Quicherat (1814-1882) est un archéologue-historien de l’art du Moyen (...)
  • 13 Plusieurs leçons inaugurales au Collège de France portent sur l’histoire de l’art du Moyen Âge. Cf. (...)
  • 14 Geneviève Bresc-Bautier, « Courajod, Charles Léon Louis », dans le Dictionnaire critique, op. cit., (...)
  • 15 Michele Tomasi, « Molinier, Émile », dans le Dictionnaire critique, op. cit., 10 mars 2016 : https: (...)
  • 16 Ibid.
  • 17 Tixier, « Paul Perdrizet … », art. cit., p. 149-150.
  • 18 Sur ce système académique français des deux thèses, voir Édouard Des Places, « Cent cinquante ans d (...)
  • 19 Paul Perdrizet, La Vierge de Miséricorde. Étude d’un thème iconographique, Paris, 1908a.
  • 20 Id., Étude sur le Speculum humanae Salvationis, Paris, 1908b. Notons que jusqu’au début du xxe sièc (...)

4Pour autant, sa formation quelque peu classique d’archéologue ne le prédisposait pas à s’intéresser au Moyen Âge : en effet, Perdrizet n’a jamais, au cours de sa formation, véritablement suivi de cours d’histoire de l’art médiéval. En cette seconde moitié du xixe siècle, de tels enseignements sont surtout professés à l’École des Chartes avec Jules Quicherat12 (à partir de 1847), au Collège de France13 puis à l’École du Louvre avec Louis Courajod (1841-1896)14 ou encore Émile Molinier (1857-1906)15. Si tous deux enseignent entre les années 1887 et 1893 une méthodologie basée sur une réelle proximité avec les œuvres, autrement dit « une étude méthodique des monuments » au sens large du terme16 ; cette période est pour Perdrizet le temps de l’École normale, de l’École Pratique des Hautes Études puis de l’École française d’Athènes17. Il est donc dans l’incapacité de suivre les précédents cours. Pourtant, les années 1905-1908 marquent un tournant majeur dans la recherche du savant universitaire puisqu’il décide, à la surprise générale de bon nombre de ses collègues, de consacrer ses deux thèses d’État à des questions d’iconographie médiévale18. Sa principale (ou grande thèse) est une étude du thème de la Vierge de Miséricorde (ou Vierge au manteau – fig. 3)19 tandis que la seconde (ou petite thèse/ thèse complémentaire) est un commentaire du Speculum humanae Salvationis (ou Miroir du Salut humain), l’un des traités de théologie latine les plus importants de la fin du Moyen Âge (fig. 4)20.

Fig 3 – Page de titre de la grande thèse de Paul Perdrizet sur la Vierge de Miséricorde, 1908

Fig 3 – Page de titre de la grande thèse de Paul Perdrizet sur la Vierge de Miséricorde, 1908

Fig 4 – Page de titre de la petite thèse de Paul Perdrizet sur le Speculum humanae Salvationis, 1908

Fig 4 – Page de titre de la petite thèse de Paul Perdrizet sur le Speculum humanae Salvationis, 1908
  • 21 Willibald Sauerländer, « Mâle, Emile », dans le Dictionnaire critique, op. cit., 2 mars 2009 : http (...)
  • 22 En particulier son ami l’archéologue classique Georges Perrot. Cf. Tixier, « Paul Perdrizet… », art (...)
  • 23 Claudia Rabel, « Un Athénien sous le manteau de la Vierge : Paul Perdrizet médiéviste et historien (...)

5Le 20 mai 1908, la soutenance des travaux de Paul Perdrizet a lieu en Sorbonne sous la direction d’Émile Mâle, alors professeur d’histoire de l’art chrétien de l’université parisienne (depuis 1906)21. C’est un réel succès même si les nouvelles orientations scientifiques du nancéen surprennent une large part de la communauté de ses collègues « Athéniens »22. De fait, il s’avère difficile d’expliquer un tel changement de la part de Perdrizet qui, d’archéologue helléniste reconnu, devient un spécialiste d’iconographie médiévale23. Pour autant, plusieurs raisons peuvent sans doute être avancées pour expliciter une telle réorientation. La première d’entre-elles est évoquée par le principal intéressé dans l’introduction de sa thèse sur la Vierge de Miséricorde (fig. 5) :

  • 24 Perdrizet, La Vierge de Miséricorde, op. cit., p.  1.

« C’est une vieille statue lorraine qui a été la cause occasionnelle de cette étude. La Vierge de Mansuy Gauvain dans l’église de N.D. de Bon-Secours à Nancy, intéresse à la fois l’archéologue et l’historien : cet ex-voto, commémoratif de la victoire de René II sur Charles le Téméraire, est l’une des rares sculptures lorraines qui aient échappé aux ravages de la guerre de Trente Ans et de la Révolution : c’est, d’autre part, l’une des répliques les plus connues d’un type iconographique vraiment étrange, et aujourd’hui tout à fait suranné. J’ai été curieux de connaître l’origine et l’histoire de ce type singulier. Les livres qui en parlaient ne m’ayant pas satisfait, j’ai cru qu’il pourrait être utile de publier les résultats des recherches dont la statue de Gauvain a été pour moi le point de départ : ils ne seront peut-être pas complètement indifférents à l’étude de l’iconographie, ni même à l’histoire critique du catholicisme (…)24 ».

Fig 5 – Mansuy Gauvain, Vierge au manteau, début du xvie siècle, Notre-Dame-de-Bon-Secours, Nancy

Fig 5 – Mansuy Gauvain, Vierge au manteau, début du xvie siècle, Notre-Dame-de-Bon-Secours, Nancy

Cliché Paul Perdrizet. Archives Perdrizet, Université de Lorraine (Nancy)

  • 25 Sur la formation de la collection et sa dispersion, voir Un rêve d’Italie. La collection du marquis (...)
  • 26 Par exemple le triptyque du Maître de 1333, cf. La collection du marquis Campana, ibid., p. 365, no (...)
  • 27 Paul Perdrizet et René Jean, La galerie Campana et les musées français, Bordeaux, Éd. Féret & Fils, (...)
  • 28 Samuel Provost, « L’enluminure dans l’œuvre de Paul Perdrizet : autour du Speculum humanae Salvatio (...)
  • 29 Exposition des Primitifs Français au Palais du Louvre (Pavillon de Marsan) et à la Bibliothèque nat (...)
  • 30 Sur l’importance de cette exposition, voir tout d’abord François-René Martin, « La gloire des primi (...)
  • 31 Perdrizet reprend à son propre compte les théories déjà émises par Henri Bouchot, l’organisateur de (...)

6Mais l’intérêt de Perdrizet pour la célèbre statue lorraine semble trouver son origine dans une recherche antérieure qu’il mène en collaboration avec son ami et critique d’art René Jean sur les peintures de l’exceptionnelle collection d’œuvres d’art du marquis Giampietro Campana (1809-1880)25. Achetée par Napoléon III en 1861, dispersée dans plusieurs institutions françaises (le musée du Louvre…), la collection comprenait plusieurs tableaux de primitifs italiens représentant la Vierge au manteau26. Ce long travail de reconstitution, publié en 190727, a également joué un rôle non négligeable dans le choix de Perdrizet de consacrer sa petite thèse au Speculum humanae Salvationis, dans la mesure où la Vierge protectrice est traditionnellement représentée soit en frontispice, soit au début du chapitre 38 des plus beaux manuscrits médiévaux du Speculum28. Un dernier élément sans doute déterminant dans les nouvelles recherches de l’universitaire est la grande exposition rétrospective sur les Primitifs français organisée au Palais du Louvre et à la Bibliothèque nationale en avril 1904 (fig. 6)29. Cette dernière fera d’ailleurs redécouvrir à un large public tout un pan exceptionnel de la création artistique de la fin du Moyen Âge30. C’est également à cette période que Paul Perdrizet participe au Congrès archéologique de France, autour d’une communication centrée sur la célèbre toile peinte de la Vierge au Manteau des collections du musée Crozatier au Puy-en-Velay31. Ainsi, l’universitaire nancéen aborde l’art du Moyen Âge en marge d’une transmission institutionnalisée des savoirs de la discipline, alors en plein essor entre la seconde moitié du xixe et le début du xxe siècle. Néanmoins, sa conception de la production artistique médiévale n’est pas complètement atypique dans la mesure où elle s’inspire pour une large part, des travaux du grand historien de l’art Émile Mâle.

Fig. 6 – Catalogue de l’exposition Les Primitifs français de 1904

Fig. 6 – Catalogue de l’exposition Les Primitifs français de 1904

2. La méthodologie d’Émile Mâle (1862-1954)

  • 32 Cette estime transparaît dans plusieurs lettres écrites par Perdrizet à Mâle et à René-Jean. À ce p (...)
  • 33 L’iconographie est pour Mâle un préalable à la compréhension de l’art médiéval : « l’iconographie a (...)
  • 34 Pour autant, comme le signale Isabelle Saint-Martin, si Mâle juge sévèrement Adolphe-Napoléon Didro (...)
  • 35 Supra note 20.
  • 36 Tixier, « Paul Perdrizet… », art. cit., p. 146-152.
  • 37 Le protestant Paul Perdrizet reproche ainsi la vision trop catholique des images médiévales d’Émile (...)
  • 38 Cet aspect des capacités intellectuelles de Perdrizet est d’ailleurs évoqué par Mâle dans la même l (...)

7Premier doctorant d’Émile Mâle, Paul Perdrizet tient en haute estime le célèbre professeur de la Sorbonne depuis la publication de sa thèse d’état en 1898 sous le titre L’art religieux du xiiie siècle en France. Étude sur l’iconographie du Moyen Âge et sur ses sources d’inspiration (fig. 7)32. En effet, la méthode proposée par Mâle dans l’interprétation des images médiévales semble correspondre en tout point à la formation et surtout aux attentes intellectuelles de Paul Perdrizet : le recours aux sources littéraires, de grandes connaissances de la pensée chrétienne ou symbolique du Moyen Âge et enfin, l’observation directe des œuvres d’art33. En cela, Mâle souhaite s’éloigner de la conception de ses prédécesseurs tels Adolphe-Napoléon Didron, Charles Cahier, Xavier Barbier de Montault ou Eugène Viollet-le-Duc, qu’il juge trop romantique et/ou parfois anachronique34. Sa vision de l’art français du xiiie siècle dans laquelle les encyclopédies théologiques – à l’image du Speculum maius de Vincent de Beauvais – auraient eu une influence considérable, était bel et bien partagée par Paul Perdrizet, comme le montre d’ailleurs la rédaction de sa petite thèse35. Tous deux normaliens, agrégés de lettres classiques se destinant à l’art antique, les scientifiques avaient également de nombreux points communs. Cependant, Paul Perdrizet n’a jamais pu suivre les enseignements d’Émile Mâle, sa connaissance de la méthodologie du savant professeur de la Sorbonne est avant tout livresque. Une réelle admiration pour le grand historien de l’art semble perdurer tout au long de sa vie : ainsi, La Vierge de Miséricorde résonne tel un écho des préceptes d’Émile Mâle36, même si – et c’est l’une des facettes du caractère de Perdrizet – celui-ci ne se prive pas de souligner les erreurs et les quelques points de désaccord avec son maître spirituel37. Au final, la connaissance de Perdrizet (en particulier des thèmes iconographiques) est bien celle d’un autodidacte qui a su mettre à profit sa formation classique (langue grecque et latine, histoire antique) au service d’une grande érudition. Son apprentissage de l’art médiéval passe, pour l’essentiel, par de très nombreuses lectures – notamment la thèse publiée d’Émile Mâle – sans oublier des voyages pour voir in situ les œuvres. En cela, Paul Perdrizet s’avère être un véritable bourreau de travail, ayant une grande soif de connaissances38, et dont les judicieuses remarques constituent encore aujourd’hui d’intéressantes pistes de recherche.

Fig. 7 – Page de titre de l’ouvrage d’Émile Mâle sur L’art religieux du XIIIe siècle en France, 1898

Fig. 7 – Page de titre de l’ouvrage d’Émile Mâle sur L’art religieux du XIIIe siècle en France, 1898

3. Paul Perdrizet et l’histoire de l’art médiéval à l’université des lettres de Nancy

  • 39 René Dussaud, « Notice sur la vie et les travaux de Charles Diehl », Comptes rendus des séances de (...)
  • 40 À Strasbourg, Perdrizet aura comme étudiant André Grabar. Par son enseignement, Perdrizet lui fera (...)
  • 41 L’université populaire est mise en place à Nancy au lendemain de l’affaire Dreyfus. Cf. Françoise B (...)
  • 42 À l’époque, une thèse d’université comprend un mémoire publié et plusieurs questions auxquelles doi (...)
  • 43 Cette première version fut publiée par le libraire-éditeur Berger-Levrault en 1906.
  • 44 « Université de Nancy – Faculté des lettres – soutenance par M. Paul Denis d’une thèse pour le doct (...)
  • 45 Idem, p. 610.
  • 46 Paul Denis, Ligier Richier. L’artiste et son œuvre, Paris-Nancy, Éd. Berger-Levrault, 1911. L’ouvra (...)

8En 1909, Paul Perdrizet obtient la transformation de la chaire d’histoire ancienne – vacante depuis le départ du byzantiniste Charles Diehl à la Sorbonne en 189939 – en la première chaire d’archéologie et d’histoire de l’art de l’université des lettres de Nancy. Jusqu’à sa nomination en tant que professeur d’histoire de l’art et d’archéologie à l’université de Strasbourg (en novembre 1919)40, il enseigne l’art antique et médiéval à ses quelques étudiants, au nombre de huit, lors de différents séminaires. Il donne également plusieurs cycles de conférences dans le cadre de l’université populaire de Nancy afin de « démocratiser l’histoire de l’art41 ». Le 3 juillet 1906 à la faculté des Lettres, Paul Perdrizet fait également soutenir la thèse d’université42 de Paul Denis intitulée Le maître de Saint-Mihiel. Recherches sur la vie et l’œuvre de Ligier Richier43. Celle-ci rassemble le doyen honoraire Émile Krantz, Robert Parisot, en charge des cours d’histoire de l’Est de la France et bien sûr, Paul Perdrizet, alors maître de conférences en langue et littérature grecques et rapporteur de la thèse44. Pour autant, peut-on véritablement parler d’une transmission de maître à élève ? Bourguignon de naissance, résidant d’abord à Troyes, Paul Denis s’inscrit auprès de Perdrizet sans doute pour l’admiration qu’il porte à ses travaux mais aussi pour des questions pratiques. L’idée d’étudier l’œuvre de Ligier Richier lui vient des cours de Louis Courajod à l’École du Louvre puisque « la question de Ligier Richier était un point d’interrogation dans l’histoire de la sculpture et que le traiter serait rendre service à l’art français45 ». Il emprunte également à l’historien d’art et conservateur du Louvre sa « méthode stylistique » tout en constituant un corpus d’œuvres du sculpteur lorrain (dans une volonté attributionniste). Toutefois, il ne faudrait pas mésestimer l’apport intellectuel de Perdrizet dans la recherche de Paul Denis, notamment dans la version remaniée de sa thèse, publiée en 1911 (fig. 8)46. Selon Pierre Sesmat :

  • 47 Pierre Sesmat, « Denis, Paul », dans le Dictionnaire critique, op. cit., 17 décembre 2008 : https:/ (...)

« L'édition de 1911 de la thèse subit d'intéressantes évolutions, consécutives certainement aux conseils pressants de Paul Perdrizet. À la fin de l'ouvrage, d'abord, était ajouté un avant-dernier chapitre intitulé « Caractères généraux des œuvres de Ligier Richier » où Paul Denis tentait sa propre synthèse à propos de l'art du Maître de Saint-Mihiel47 ».

Fig. 8 – Page de titre de l’ouvrage de Paul Denis sur Ligier Richier. L’artiste et son oeuvre, 1911

Fig. 8 – Page de titre de l’ouvrage de Paul Denis sur Ligier Richier. L’artiste et son oeuvre, 1911
  • 48 Soit 51 planches hors texte et 44 illustrations dans le texte.
  • 49 « Université de Nancy – Faculté des lettres – soutenance par M. Paul Denis… », op. cit., p. 626.
  • 50 Non retrouvé à ce jour.
  • 51 Paul Perdrizet, « Maria Sponsa Filii Dei », Bulletin mensuel de la Société d’archéologie lorraine, (...)
  • 52 Ce dernier deviendra alors l’archiviste de la ville de Nancy. Cf. Sesmat, « Denis, Paul », art. cit

9Des rajouts, corrections et autres compléments sont donc demandés à Paul Denis, en particulier par Perdrizet lors de sa soutenance, afin d’améliorer la seconde édition de son ouvrage : celle-ci comprendra d’ailleurs un grand nombre de photographies en noir et blanc (fig. 9)48. Par ses reproches, l’universitaire nancéen met surtout en exergue sa propre méthodologie de travail : un recours systématique aux sources textuelles, l’exactitude des références bibliographiques, la nécessité d’une définition du style de l’artiste et enfin, l’importance dans toute recherche d’un bilan historiographique. Outre son mémoire, Paul Denis présente au jury de soutenance, deux travaux complémentaires – à la demande de Paul Perdrizet – à savoir un recueil photographique des vitraux des xvie et xviie siècles de la ville de Troyes49 et un descriptif des quelques monuments romans de Meurthe-et-Moselle50. Les deux hommes resteront en bons termes jusqu’aux commentaires acerbes de Perdrizet quant à l’interprétation d’une iconographie mariale par Paul Denis51. Ces critiques virulentes marqueront alors la fin de la carrière d’historien de l’art de l’ancien doctorant52 !

Fig. 9 – Photographies en noir et blanc d’œuvres de Ligier Richier dans la seconde édition de l’ouvrage de Paul Denis

Fig. 9 – Photographies en noir et blanc d’œuvres de Ligier Richier dans la seconde édition de l’ouvrage de Paul Denis
  • 53 Pour une étude complète du fonds, voir l’excellent mémoire de master 2 de Lucie Oswald, Le fonds ph (...)
  • 54 Rappelons qu’il est alors en train de rédiger sa grande thèse d’état sur la Vierge de Miséricorde e (...)
  • 55 Publiées sous le titre Paul Perdrizet, La peinture religieuse en Italie jusqu’à la fin du xive sièc (...)
  • 56 Oswald, op. cit. p. 124.
  • 57 Oswald, op. cit., p. 161, note 558 et Provost, op. cit., 2018, p. 17. En effet, Charles Diehl fait (...)
  • 58 Pour certains cours (notamment pour Giotto), Perdrizet pouvait montrer plus de trente plaques photo (...)

10Un second volet de l’activité scientifique de Paul Perdrizet concerne son enseignement. Par chance, l’ensemble de ses intitulés de cours a été publié et l’université de Lorraine possède encore aujourd’hui une grande partie des plaques photographiques usitées lors de ses leçons53. Dès juin 1904, Perdrizet consacre donc une première conférence à la peinture française au xve siècle et l’exposition des primitifs français54. L’année suivante, il donne six grandes leçons sur la peinture religieuse italienne au Moyen Âge en traitant successivement de Cimabue, de Duccio et son retable de Sienne et enfin, de Giotto et ses suiveurs. Chaque conférence est également accompagnée d’un grand nombre de projections55. Si l’intérêt de Perdrizet pour la peinture médiévale italienne recoupe une partie de ses propres recherches, il fait également suite à diverses critiques formulées par son public nancéen, à l’égard de ses précédents cours sur l’art et l’archéologie antiques, qui sont jugés bien trop « exotiques » (et/ou compliqués). En choisissant de traiter ce nouveau thème artistique, Perdrizet fait donc preuve d’une réelle capacité d’adaptation pédagogique en prenant en compte les remarques de son auditoire56 ! Dès ses premiers cours, l’universitaire utilise des plaques de verre comme supports iconographiques à la transmission de son savoir. En ce début du xxe siècle, Perdrizet n’innove pas complètement puisque certains de ses prédécesseurs à l’université de Nancy – tel le byzantiniste Charles Diehl – se servaient déjà d’une lanterne magique57. Dès lors, Perdrizet commande des clichés photographiques des principales œuvres qu’il souhaite commenter à son auditoire, soit en moyenne 10 à 15 illustrations par séance (fig. 10)58.

Fig. 10 – Plaques de verre photographiques utilisées lors d’un cours de Paul Perdrizet

Fig. 10 – Plaques de verre photographiques utilisées lors d’un cours de Paul Perdrizet

Archives Perdrizet, Université de Lorraine (Nancy)

  • 59 Fondée au milieu du xixe siècle, l’entreprise photographique des frères Alinari sera l’une des plus (...)
  • 60 Perdrizet, La peinture religieuse en Italie, op. cit., p. 30.
  • 61 Voir une lettre de Galileo Lombardi à Perdrizet quant à la commande de photographies. Archives Perd (...)
  • 62 Gustave Schlumberger, L’épopée byzantine à la fin du dixième siècle, 3 tomes, Paris, Hachette et Ci (...)
  • 63 Daniela Gallo et Frédéric Tixier, « Introduction d’une leçon de Paul Perdrizet sur le retable de Du (...)
  • 64 DUCCIO me faciebat anno NCC LXXXXIII. Sur le tableau, cf. Clara Gelly-Saldias, Peintures italiennes (...)

11Si certaines images sont sollicitées auprès d’amis ou de collègues, d’autres en revanche sont achetées au grand atelier photographique florentin des frères Alinari59 ou bien sont « repiquées » directement dans des ouvrages d’art. Avec sa propre lanterne magique – offerte par la Société des Amis de l’université de Nancy – Paul Perdrizet use sans doute du système de projection à la fin de ses leçons en projetant l’une après l’autre et dans une totale obscurité, les différentes plaques de verre. Pour son cours consacré à la Maestà de Sienne par exemple, le professeur présente dix-huit illustrations à son public, dont plusieurs vues de détails du retable60. Certains clichés proviennent des Alinari, d’autres sont commandés à la maison d’édition Galileo Lombardi61. Enfin, un certain nombre est issu de l’ouvrage de Gustave Schlumberger sur l’Epopée byzantine, à titre de comparaison62. Dès lors, Perdrizet maîtrise parfaitement la bibliographie récente sur le peintre siennois et aborde l’œuvre de l’artiste dans une large perspective où s’entremêlent influences italiennes, byzantines et françaises63. Sa démonstration se conclue par la question de l’attribution à partir d’un tableau entré en 1840 dans les collections du musée des Beaux-Arts de Nancy : une Vierge à l’Enfant (vers 1400) de Taddeo di Bartolo portant une signature apocryphe de Duccio (fig. 11)64.

Fig. 11 – Taddeo di Bartolo, Vierge à l’Enfant, vers 1396-1397

Fig. 11 – Taddeo di Bartolo, Vierge à l’Enfant, vers 1396-1397

inv. 21, Musée des Beaux-Arts, Nancy

  • 65 À noter que les tableaux étaient à l’origine attribués à l’atelier de Giotto, cf. Peintures italien (...)

12Avec cet exemple, Perdrizet participe également à l’enrichissement des collections puisque c’est par son entremise que le musée fait l’acquisition de trois petits tableaux (prédelles) de Mello da Gubbio, découverts lors d’un voyage de l’universitaire en Italie au cours de l’été 1904 (fig. 12)65.

Fig 12 – Mello da Gubbio, La Crucifixion, Les martyres des saints Jacques et Marien, vers 1348

inv. 1054, 1055 et 1056, Musée des Beaux-Arts, Nancy

  • 66 Ou « méthode figurative » pour Émile Mâle.
  • 67 Adolphe-Napoléon Didron, Manuel d’iconographie chrétienne grecque et latine, Paris, Imp. royale, 18 (...)
  • 68 Pour Perdrizet, le Speculum aurait été écrit par Ludolphe le Chartreux à Strasbourg au début des an (...)
  • 69 Il s’agit de sa conférence inaugurale en tant que nouveau membre de la société mulhousienne.
  • 70 Paul Perdrizet, « L’art symbolique du Moyen Âge. À propos des verrières de l’église St.-Étienne à M (...)
  • 71 Frédéric Tixier, « Introduction de la conférence sur L’art symbolique du Moyen âge. À propos des ve (...)
  • 72 Lettre de Paul Perdrizet à Émile Mâle du 11 août 1905, archives Perdrizet, université de Lorraine.
  • 73 Oswald, op. cit., t. 1, p. 161 et t. 2, p. 60.
  • 74 Normalien, archéologue spécialiste de l’ile de Délos, Marcel Bulard réalisa une étude sur le scorpi (...)
  • 75 En 1936, Marcel Bulard consacre en effet une année universitaire à l’étude de l’art roman français. (...)

13Les années suivantes (jusqu’en 1908) permettent à Perdrizet d’aborder une seconde facette de l’histoire de l’art médiéval, en lien avec les recherches de sa petite thèse, à savoir la symbolique chrétienne. En effet, il propose – selon la même méthodologie évoquée précédemment – plusieurs conférences qui sont assez bien perçues par son auditoire grâce à l’utilisation de projections photographiques et ce, malgré la complexité de la question typologique66. En partant d’une note d’Adolphe-Napoléon Didron dans l’édition du Manuel d’iconographie chrétienne grecque et latine : « L’Ancien Testament est la figure perpétuelle du Nouveau. On doit se rappeler ce principe constamment, lorsqu’on étudie la symbolique chrétienne. C’est la clef de l’iconographie tout entière, chez les Grecs comme chez nous (…)67 », Perdrizet met en lumière l’influence d’un important traité de théologie du début du xive siècle – le Speculum humanae Salvationis (ou Miroir du Salut humain)68 – dans la constitution de grands programmes iconographiques du Moyen Âge. Si aucun cours sur la symbolique chrétienne du professeur nancéen n’a été conservé, il est néanmoins possible d’avoir une petite idée du cheminement de sa pensée par le biais d’une conférence donnée en 1907 à la Société industrielle de Mulhouse69. Publiée sous le titre L’art symbolique du Moyen Âge. À propos des verrières de l’église St. Étienne à Mulhouse70, cette étude revient tout d’abord sur le rôle du Speculum dans la réalisation du programme iconographique des vitraux mulhousiens avant d’élargir le propos à d’autres grands chefs-d’œuvre, tels l’ambon de Klosterneubourg ou le retable du Saint-Sacrement de Dirk Bouts (collégiale Saint-Pierre de Louvain), pour souligner la récurrence du procédé typologique dans la création artistique médiévale71. En cela, Perdrizet s’inscrit bel et bien dans les pas méthodologiques d’Émile Mâle, qu’il a su adapter et transmettre lors de ses cours et autres conférences en « province », comme il l’écrira lui-même dans sa correspondance72. Les dernières leçons d’histoire de l’art du Moyen Âge du professeur nancéen ont lieu en 1908 lorsque ce dernier aborde des questions iconographiques liées à la Nativité, à l’Épiphanie ou encore à la Fuite en Égypte. Mais dès l’année suivante et jusqu’à la première guerre mondiale, les cours de Paul Perdrizet sont à nouveau consacrés à l’histoire de l’art et à l’archéologie antiques73. Il faudra donc attendre la nomination en 1919 du professeur Marcel Bulard (1877-1952)74, le successeur de Paul Perdrizet, pour voir programmer à la faculté des Lettres de Nancy, un cours d’histoire de l’art du Moyen Âge75.

14Aux termes de cette petite étude, que peut-on en conclure de la notion d’apprentissage et/ou de transmission des connaissances dans le milieu universitaire nancéen du début du xxe siècle ? La figure de Paul Perdrizet marque incontestablement l’émergence de l’histoire de l’art et de l’archéologie en tant que discipline à part entière au sein de la faculté des lettres de Nancy. Le scientifique fut un archéologue et helléniste reconnu, à la brillante formation académique (normalien, École française d’Athènes). En revanche, sa facette de médiéviste – toute aussi importante – apparaît beaucoup plus autodidacte, tant dans son apprentissage de la période du Moyen Âge, que dans la transmission de ses connaissances à quelques étudiants ou bien à un public averti. Par ailleurs, sa propre méthodologie scientifique s’inspire de celle de l’un des plus grands professeurs de Sorbonne – à savoir Émile Mâle – en un temps où le contexte bien particulier de l’Annexion allemande participe d’une réelle volonté de l’État de créer dans l’ancienne capitale du duché de Lorraine, un véritable lieu du savoir académique français.

Notes

1 Voir notamment Samuel Provost, « Paul Perdrizet, de l’Université aux Établissements Gallé, le parcours original d’un chercheur éclectique », Annales de l’Est, 65-2, 2015, p. 299-317, ainsi qu’Id., « Quelle direction pour les Établissements Gallé après 1914. Les relations de Paul Perdrizet avec les artistes Gallé », dans L’artiste et l’objet. La création dans les arts décoratifs (xviiie-xxe siècle), éd. par Aziza Gril-Mariotte, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2018, p. 213-223.

2 Samuel Provost, « L’institut d’archéologie classique de la faculté des lettres de Nancy », dans Nancy-Paris 1871-1939. Des bibliothèques au service de l’enseignement de l’histoire de l’art et de l’archéologie, éd. par Samuel Provost et Daniela Gallo, Paris, éditions des Cendres, 2018, p. 16-47, notamment p. 27-28.

3 Frédéric Tixier, « Paul Perdrizet et la constitution d’une bibliothèque idéale sur l’art du Moyen Âge », dans Nancy-Paris, ibid., 2018, p. 145-164.

4 Sur Pfister, voir Valérie Serdon, « Christian Pfister et la création d’un enseignement universitaire d’histoire régionale à Nancy (1884-1902). Sources, contenus et supports pédagogiques », dans Nancy-Paris, ibid., 2018, p. 117-144.

5 Lyne Therrien, L’histoire de l’art en France. Genèse d’une discipline universitaire, Paris, 1998. En 1900, l’archéologue helléniste Georges Perrot édite même un petit ouvrage pour défendre et améliorer l’enseignement de l’histoire de l’art dans le secondaire (lycée). Cf. Georges Perrot, L’histoire de l’art dans l’enseignement secondaire, Paris, Bibliothèque internationale de l'enseignement supérieur, 1900.

6 Charles Picard, « Éloge funèbre de M. Paul Perdrizet, membre de l’Académie », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 82-3, 1938, p. 270-280.

7 L’étude des reliquaires avant la Réforme est d’ailleurs sa dernière recherche publiée avant son décès : Paul Perdrizet, « Survivances catholiques dans le Pays de Montbéliard », Revue de l’histoire des religions, 117, 1938, p. 5-49.

8 Samuel Provost, « Biographie de Paul Perdrizet », publication en ligne sur le site Archives Perdrizet : http://perdrizet.hiscant.univ-lorraine.fr/exhibits/show/biographie_de_paul_perdrizet/. Consulté le 4 juillet 2019.

9 Philippe Jockey, « Collignon, Maxime » dans le Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale, éd. par Philippe Sénéchal et Claire Barbillon, Paris, INHA, 15 décembre 2010 : https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/collignon-maxime.html?search-keywords=collignon. Consulté le 4 juillet 2019.

10 Collignon s’inspire de la tradition de l’enseignement de l’archéologie en Allemagne. À ce propos, voir Soline Morinière, « Les gypsothèques universitaires, diffusion d’une Antiquité modèle », Anabases, 18, 2013, p. 71-84, notamment p. 74. Paul Perdrizet fera de même à Nancy avec la création d’un musée archéologique et d’une gypsothèque, cette dernière sera malheureusement détruite lors de bombardements en 1918. Sur cet épisode, cf. Provost, « L’institut d’archéologie… », art. cit., p. 18-25.

11 Cf. note précédente.

12 Archiviste-paléographe, Jules Quicherat (1814-1882) est un archéologue-historien de l’art du Moyen Âge qui va notamment s’intéresser à la figure de Jeanne d’Arc. Cf. Jean-Michel Léniaud, « Quicherat, Jules », dans le Dictionnaire critique, op. cit., 20 août 2009 : https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/quicherat-jules.html. Consulté le 5 juillet 2019.

13 Plusieurs leçons inaugurales au Collège de France portent sur l’histoire de l’art du Moyen Âge. Cf. Pierre Toubert, Michel Zink avec la collaboration d’Odile Bombarde, Moyen Âge et Renaissance au Collège de France, Leçons inaugurales, Paris, Fayard, 2009.

14 Geneviève Bresc-Bautier, « Courajod, Charles Léon Louis », dans le Dictionnaire critique, op. cit., 6 juillet 2016 : https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/jamot-paul-1-1-2-1.html. Consulté le 5 juillet 2019.

15 Michele Tomasi, « Molinier, Émile », dans le Dictionnaire critique, op. cit., 10 mars 2016 : https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/molinier-emile.html. Consulté le 5 juillet 2019.

16 Ibid.

17 Tixier, « Paul Perdrizet … », art. cit., p. 149-150.

18 Sur ce système académique français des deux thèses, voir Édouard Des Places, « Cent cinquante ans du doctorat es lettres (1810-1960) », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 1969-2, p. 209-228.

19 Paul Perdrizet, La Vierge de Miséricorde. Étude d’un thème iconographique, Paris, 1908a.

20 Id., Étude sur le Speculum humanae Salvationis, Paris, 1908b. Notons que jusqu’au début du xxe siècle, la seconde thèse devait être rédigée en latin (Perdrizet la rédigera en français, l’ayant préparée en 1908). Parallèlement, Perdrizet entre en contact avec un érudit mulhousien, le pasteur Jules Lutz. De cette collaboration paraîtra une édition critique en deux volumes du Speculum entre 1907 et 1909 : Jules Lutz et Paul Perdrizet, Speculum humanae Salvationis : texte critique et traduction inédite de Jean Miélot (1448) : les sources et l’influence iconographique principalement sur l’art alsacien du xive siècle, 2 vol., Mulhouse, Imp. E. Méninger, Leipzig, Carl Beck, 1907-1909.

21 Willibald Sauerländer, « Mâle, Emile », dans le Dictionnaire critique, op. cit., 2 mars 2009 : https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/male-emile.html Consulté le 8 juillet 2019.

22 En particulier son ami l’archéologue classique Georges Perrot. Cf. Tixier, « Paul Perdrizet… », art. cit., p. 160, note 8.

23 Claudia Rabel, « Un Athénien sous le manteau de la Vierge : Paul Perdrizet médiéviste et historien des images », dans Paul Perdrizet : savant européen et industriel lorrain (1870-1938), éd. par Samuel Provost, Frédéric Tixier, à paraître en 2021.

24 Perdrizet, La Vierge de Miséricorde, op. cit., p.  1.

25 Sur la formation de la collection et sa dispersion, voir Un rêve d’Italie. La collection du marquis Campana, cat. d’exposition (Paris, musée du Louvre, 8 novembre 2018-18 février 2019), éd. par Françoise Gaultier, Laurent Haumesser et Anna Trofimova, Paris, Louvre Éditions, 2018.

26 Par exemple le triptyque du Maître de 1333, cf. La collection du marquis Campana, ibid., p. 365, not. 357 ou encore un panneau de la Vierge de Miséricorde attribué à Pietro di Domenico da Montepulciano, ibid., p. 370, not. 363.

27 Paul Perdrizet et René Jean, La galerie Campana et les musées français, Bordeaux, Éd. Féret & Fils, 1907.

28 Samuel Provost, « L’enluminure dans l’œuvre de Paul Perdrizet : autour du Speculum humanae Salvationis et des recherches sur la Vierge de Miséricorde », dans Le xixe siècle en lumière : redécouverte et revalorisation de l’enluminure au temps du livre industriel, éd. par Marie Jacob et Chrystèle Blondeau, à paraître en 2021. P. Perdrizet (Étude sur le Speculum, op. cit., p. IX) écrira d’ailleurs dans son introduction : « C’est l’étude du type iconographique de la Vierge de Miséricorde qui m’a conduit à m’occuper du Speculum humanae salvationis. La Vierge au manteau protecteur faisant le sujet de l’une des illustrations traditionnelles du Speculum, j’ai dû rechercher quelle était la date de ce livre à images, en quel pays il avait été composé, quelle en avait pu être l’influence iconographique ».

29 Exposition des Primitifs Français au Palais du Louvre (Pavillon de Marsan) et à la Bibliothèque nationale, 12 avril-14 juillet 1904. Catalogue, éd. par Henri Bouchot, Paris, Imp. Gazette des Beaux-Arts, 1904.

30 Sur l’importance de cette exposition, voir tout d’abord François-René Martin, « La gloire des primitifs français (1904-1945) », dans Primitifs français. Découvertes et redécouvertes, cat. d’exposition (Paris, Musée du Louvre, 27 février au 17 mai 2004), éd. par Dominique Thiébaut, Philippe Lorentz, François-René Martin, Paris, RMN, p. 59-73 ; Antoine Schnapper, « Les "Primitifs français" au temps de Léon de Laborde », dans (collectif) Hommage à Michel Laclotte. Études sur la peinture du Moyen Age et de la Renaissance, Milan, Electa, Paris, RMN, 1994, p. 538-543. Plus récemment et pour une vision plus globale, Michela Passini, « Pour une histoire transnationale des expositions d’art ancien. Les Primitifs exposés à Bruges, Sienne, Paris et Düsseldorf (1902-1904) », Intermédialités. Histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques, 15, 2010, p. 15-32.

31 Perdrizet reprend à son propre compte les théories déjà émises par Henri Bouchot, l’organisateur de l’exposition parisienne, quant à l’intérêt du tableau. Voir tout d’abord Paul Perdrizet, « La Mater omnium du Musée du Puy », Congrès archéologique de France, Le Puy, 71, 1904, Paris, Picards & Fils, Caen, Delesques, 1905, p. 570-584. Plus récemment, Hélène Millet et Claudia Rabel, avec une contribution de Bruno Mottin, La Vierge au Manteau du Puy-en-Velay. Un chef-d’œuvre du gothique international (vers 1400-1410), Lyon, Fage Éditions, 2011, notamment p. 25-28 et enfin Rabel, « Un Athénien sous le manteau », art. cit.

32 Cette estime transparaît dans plusieurs lettres écrites par Perdrizet à Mâle et à René-Jean. À ce propos, cf. Tixier, « Paul Perdrizet… », art. cit., p. 150-151 ainsi que Paul Perdrizet et René Jean. Correspondance 1905-1938, éd. par Samuel Provost, Paris, INHA, 2020.

33 L’iconographie est pour Mâle un préalable à la compréhension de l’art médiéval : « l’iconographie a des règles précises et l’on pourrait presque dire que c’est une science exacte. Il est indispensable de connaître les lois de l’iconographie, c’est l’introduction naturelle à l’histoire de l’art du Moyen âge. On ne peut pas parler d’une façon raisonnable de la peinture et de la sculpture du Moyen âge si on ne commence par étudier les lois de l’iconographie ». Cf. Lyne Therrien, « L’enseignement universitaire de l’art médiéval en France entre 1802 et 1922 », dans Émile Mâle (1862-1954). La construction de l’œuvre : Rome et l’Italie, École française de Rome, Rome, 2005, p. 65-75. Pour Daniel Russo, Émile Mâle développe une « iconographie historique ». À ce propos, voir surtout Daniel Russo, « Émile Mâle (1862-1954) : l’invention de l’iconographie historique », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 148/4, 2014, p. 1641-1650.

34 Pour autant, comme le signale Isabelle Saint-Martin, si Mâle juge sévèrement Adolphe-Napoléon Didron, il s’en est pourtant « fortement inspiré ». Isabelle Saint-Martin, Art chrétien/art sacré. Regards du catholicisme sur l’art. France, xixe-xxe siècle, PUR, Rennes, 2014, p. 80-81.

35 Supra note 20.

36 Tixier, « Paul Perdrizet… », art. cit., p. 146-152.

37 Le protestant Paul Perdrizet reproche ainsi la vision trop catholique des images médiévales d’Émile Mâle. Dans une lettre du 27 mai 1908, Émile Mâle demande à Paul Perdrizet de lui dresser la liste des corrections à apporter pour une troisième édition (en préparation) de l’art religieux du xiiie siècle : « Je serai très heureux de recevoir les observations que vous m’annoncez. Nous avons beau faire, tout ce que nous écrivons, nous autres pauvres érudits, est plein d’erreurs. Les travaux d’ambition ont au moins cet avantage de vous rendre modeste. Je suis donc très reconnaissant à tous ceux qui veulent bien me signaler des lacunes, des citations mal faites, des monuments mal décrits, enfin des erreurs de tout genre (…) ». Archives Perdrizet, Université de Lorraine.

38 Cet aspect des capacités intellectuelles de Perdrizet est d’ailleurs évoqué par Mâle dans la même lettre du 27 mai 1908 : « Tout le monde d’ailleurs a été surpris, comme moi, de votre puissance de travail et surtout de cette ardeur à tout connaître, qui vous ouvre le moyen âge après l’antiquité (…) ». Ibid.

39 René Dussaud, « Notice sur la vie et les travaux de Charles Diehl », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 89-4, 1945, p. 572-587, notamment p. 586.

40 À Strasbourg, Perdrizet aura comme étudiant André Grabar. Par son enseignement, Perdrizet lui fera découvrir le « fait religieux ». Maria Giovanna Muzj, Un maître pour l’art chrétien, André Grabar. Iconographie et théophanie, Paris, Cerf, 2005 (Coll. Histoire), notamment p. 19-20.

41 L’université populaire est mise en place à Nancy au lendemain de l’affaire Dreyfus. Cf. Françoise Birck, « Une université populaire à Nancy au début du siècle », Les Cahiers lorrains, 1, 1988, p. 31-46. Perdrizet y prend une part active tout comme son beau-père Émile Gallé.

42 À l’époque, une thèse d’université comprend un mémoire publié et plusieurs questions auxquelles doit répondre le candidat. Il s’agit d’un format plus réduit par rapport au doctorat d’État et propre à chaque université.

43 Cette première version fut publiée par le libraire-éditeur Berger-Levrault en 1906.

44 « Université de Nancy – Faculté des lettres – soutenance par M. Paul Denis d’une thèse pour le doctorat d’université », Annales de l’Est et du Nord, 1906, p. 609-626.

45 Idem, p. 610.

46 Paul Denis, Ligier Richier. L’artiste et son œuvre, Paris-Nancy, Éd. Berger-Levrault, 1911. L’ouvrage est dédicacé à Léon Germain de Maidy et à Paul Perdrizet. Voir également la recension de l’ouvrage par Amédée Boinet qui met en exergue la théorie de Paul Denis, à savoir la tradition « française » dans l’art du sculpteur lorrain, en marge de toute influence italianisante. Amédée Boinet, « Paul Denis. Ligier Richier. L’artiste et son œuvre », Bibliothèque de l’École des chartes, 74, 1913, p. 166-167.

47 Pierre Sesmat, « Denis, Paul », dans le Dictionnaire critique, op. cit., 17 décembre 2008 : https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/denis-paul.html Consulté le 19 juillet 2019.

48 Soit 51 planches hors texte et 44 illustrations dans le texte.

49 « Université de Nancy – Faculté des lettres – soutenance par M. Paul Denis… », op. cit., p. 626.

50 Non retrouvé à ce jour.

51 Paul Perdrizet, « Maria Sponsa Filii Dei », Bulletin mensuel de la Société d’archéologie lorraine, 1907, p. 100-108. Il écrit notamment : « Les lecteurs de ce Bulletin se rappellent l’étude récente de M. Paul Denis, sur la Vierge de Maxéville. Cette étude ne m’a pas convaincu. Je crois, comme M. Denis, la Vierge de Maxéville du xive siècle ; mais sur tout le reste, je ne partage pas son avis (…) » (p. 100). À noter que Paul Perdrizet critique également l’interprétation d’Émile Mâle.

52 Ce dernier deviendra alors l’archiviste de la ville de Nancy. Cf. Sesmat, « Denis, Paul », art. cit.

53 Pour une étude complète du fonds, voir l’excellent mémoire de master 2 de Lucie Oswald, Le fonds photographique de l’Institut d’Archéologie Classique de l’Université de Nancy : redécouverte d’un outil pédagogique et scientifique, sous la direction de Samuel Provost, 2 vol., Mémoire de Master 2, université de Lorraine, Nancy, 2015-2016, non publié, notamment t. 2, p. 56-66.

54 Rappelons qu’il est alors en train de rédiger sa grande thèse d’état sur la Vierge de Miséricorde et sa petite thèse sur le Speculum.

55 Publiées sous le titre Paul Perdrizet, La peinture religieuse en Italie jusqu’à la fin du xive siècle, Nancy, Imp. de l’Est, 1905.

56 Oswald, op. cit. p. 124.

57 Oswald, op. cit., p. 161, note 558 et Provost, op. cit., 2018, p. 17. En effet, Charles Diehl fait l’acquisition d’une première lanterne magique en 1888 pour la Faculté des Lettres de Nancy.

58 Pour certains cours (notamment pour Giotto), Perdrizet pouvait montrer plus de trente plaques photographiques, cf. Oswald, op. cit., p. 160, note 553.

59 Fondée au milieu du xixe siècle, l’entreprise photographique des frères Alinari sera l’une des plus importantes dans le monde. Cf. Arturo Carlo Quintavalle, Gli Alinari, Florence, Alinari, 2003.

60 Perdrizet, La peinture religieuse en Italie, op. cit., p. 30.

61 Voir une lettre de Galileo Lombardi à Perdrizet quant à la commande de photographies. Archives Perdrizet, université de Lorraine ; cf. également Oswald, op. cit., t. 1, p. 186.

62 Gustave Schlumberger, L’épopée byzantine à la fin du dixième siècle, 3 tomes, Paris, Hachette et Cie, 1896-1905.

63 Daniela Gallo et Frédéric Tixier, « Introduction d’une leçon de Paul Perdrizet sur le retable de Duccio à la cathédrale de Sienne », dans Le rôle de l’image dans l’enseignement de l’Archéologie et de l’Histoire de l’art à l’université de Nancy, cat. d’exposition (Bibliothèque universitaire, Nancy, 28 novembre 2016-31 mars 2017), éd. par Daniela Gallo et Samuel Provost, Nancy, PUN-Edulor, 2016.

64 DUCCIO me faciebat anno NCC LXXXXIII. Sur le tableau, cf. Clara Gelly-Saldias, Peintures italiennes et espagnoles xive-xxe siècle, musée des Beaux-Arts, Nancy, 2006, p. 145, not. 175. Je tiens à remercier ici Muriel Mantopoulos, responsable du Centre de documentation du musée des Beaux-Arts de Nancy, pour son aide précieuse.

65 À noter que les tableaux étaient à l’origine attribués à l’atelier de Giotto, cf. Peintures italiennes…, op. cit., p. 129, not. 103-105.

66 Ou « méthode figurative » pour Émile Mâle.

67 Adolphe-Napoléon Didron, Manuel d’iconographie chrétienne grecque et latine, Paris, Imp. royale, 1845, p. 93.

68 Pour Perdrizet, le Speculum aurait été écrit par Ludolphe le Chartreux à Strasbourg au début des années 1300. Aujourd’hui, on pense qu’il s’agirait plutôt d’une œuvre littéraire rédigée à la fin du xiiie siècle ou début du suivant dans le nord de l’Italie (Bologne ?) et issue du courant de spiritualité franciscaine. Cf. Chiara Frugoni, Francesca Manzari, Immagini di san Francesco in uno « Speculum humanae salvationis », Padoue, EFR, Rome, Centro culturale Aracoeli, 2006 (Coll. Biblioteca di Frati francesco 1), notamment p. 14-16. Je remercie ici Francesca Manzari pour son aide précieuse.

69 Il s’agit de sa conférence inaugurale en tant que nouveau membre de la société mulhousienne.

70 Paul Perdrizet, « L’art symbolique du Moyen Âge. À propos des verrières de l’église St.-Étienne à Mulhouse », Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, 77, 1907, p. 215-236.

71 Frédéric Tixier, « Introduction de la conférence sur L’art symbolique du Moyen âge. À propos des verrières de l’église Saint-Étienne à Mulhouse », dans Le rôle de l’image dans l’enseignement de l’Archéologie, cat. cit..

72 Lettre de Paul Perdrizet à Émile Mâle du 11 août 1905, archives Perdrizet, université de Lorraine.

73 Oswald, op. cit., t. 1, p. 161 et t. 2, p. 60.

74 Normalien, archéologue spécialiste de l’ile de Délos, Marcel Bulard réalisa une étude sur le scorpion dans l’art médiéval. Cf. Marcel Bulard, Le scorpion symbole du peuple juif dans l’art religieux des xive, xve, xvie siècles : à propos de quatre peintures murales de la chapelle Saint-Sébastien, à Lanslevillard (Savoie), Paris, Boccard, 1935. Pour une nécrologie du professeur, cf. Charles Picard, « Marcel Bulard (1877-1952) », Revue archéologique, XLIII, 1954, p. 210-213.

75 En 1936, Marcel Bulard consacre en effet une année universitaire à l’étude de l’art roman français. Cf. Oswald, op. cit, t. 1, p. 161.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Portrait de Paul Perdrizet à Athènes vers 1894
Crédits Archives Perdrizet, Université de Lorraine (Nancy)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4293/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Fig 2 – Paul Perdrizet et Lucile Gallé
Crédits Archives Perdrizet, Université de Lorraine (Nancy)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4293/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Fig 3 – Page de titre de la grande thèse de Paul Perdrizet sur la Vierge de Miséricorde, 1908
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4293/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Fig 4 – Page de titre de la petite thèse de Paul Perdrizet sur le Speculum humanae Salvationis, 1908
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4293/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Fig 5 – Mansuy Gauvain, Vierge au manteau, début du xvie siècle, Notre-Dame-de-Bon-Secours, Nancy
Crédits Cliché Paul Perdrizet. Archives Perdrizet, Université de Lorraine (Nancy)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4293/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Fig. 6 – Catalogue de l’exposition Les Primitifs français de 1904
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4293/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Titre Fig. 7 – Page de titre de l’ouvrage d’Émile Mâle sur L’art religieux du XIIIe siècle en France, 1898
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4293/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 8 – Page de titre de l’ouvrage de Paul Denis sur Ligier Richier. L’artiste et son oeuvre, 1911
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4293/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Fig. 9 – Photographies en noir et blanc d’œuvres de Ligier Richier dans la seconde édition de l’ouvrage de Paul Denis
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4293/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Titre Fig. 10 – Plaques de verre photographiques utilisées lors d’un cours de Paul Perdrizet
Crédits Archives Perdrizet, Université de Lorraine (Nancy)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4293/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Fig. 11 – Taddeo di Bartolo, Vierge à l’Enfant, vers 1396-1397
Crédits inv. 21, Musée des Beaux-Arts, Nancy
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4293/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Crédits inv. 1054, 1055 et 1056, Musée des Beaux-Arts, Nancy
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/4293/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M

Auteur

Maître de conférences en histoire de l’art médiéval, CRULH, université de Lorraine, Membre associé Univ. Lille, CNRS, UMR 8529 – IRHiS – Institut de Recherches Historiques du Septentrion, F-59000 Lille, France
frederic.tixier@univ-lorraine.fr

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search