Version classiqueVersion mobile

Apprentissage, travail et création

Transmission, réseaux et communautés

Un modèle d’apprentissage pour artistes et artisans au xviiie siècle : l’École de dessin de Jean-Baptiste Descamps à Rouen

An Education Template for Artists and Crafstmen in Eighteenth-Century France : Jean-Baptiste Descamps’s Drawing School in Rouen

Gaëtane Maës

Résumé

L’article étudie le cas particulier de l’École de dessin fondée en 1740 par Jean-Baptiste Descamps à Rouen et qui est devenu un modèle à imiter dans un grand nombre de villes manufacturières françaises au cours de la seconde moitié du xviiie siècle. Il s’agit de montrer que la diversité de l’apprentissage proposé par Descamps a une double origine qui, dans son cas, ne relève pas du contexte français : celle-ci s’ancre, d’une part, dans sa formation en Flandre où il a pu observer le fonctionnement de l’École de dessin de l’Académie de Bruges, et d’autre part, dans sa connaissance de la théorie de l’art septentrionale. La réussite de Descamps, qui est admis à l’Académie royale de Peinture et de Sculpture à Paris en 1764, invite par conséquent à envisager la recherche en histoire de l’art dans une perspective transfrontalière et non plus strictement nationale.

Texte intégral

  • 1 Voir notamment : Bert De Munck, Dominiek Dendooven, Al doende leert men: leertijd en ambacht in het (...)
  • 2 Arthur Birembaut, « Les écoles gratuites de dessin », dans Enseignement et diffusion des sciences e (...)
  • 3 Sur le cas de Rouen : Aude Henry-Gobet, Une sociabilité du dessin au xviiie siècle. Artistes et aca (...)
  • 4 Dans le chapitre consacré aux écoles de province (p. 115-136), Jean Locquin commence par admettre l (...)
  • 5 Sur cette question, voir : Gaëtane Maës, Jan Blanc, « Pour une étude dynamique des échanges artisti (...)

1Autour de la thématique de l’apprentissage bénéficiant d’un regain d’intérêt depuis quelques décennies1, de nombreux travaux récents se sont penchés sur le xviiie siècle et plus particulièrement sur le cas de la France. Ce choix s’explique notamment par le fait que le modèle académique fondé par Colbert sous Louis XIV s’épanouit pleinement au siècle des Lumières en proposant un type de formation aux arts directement concurrent de l’apprentissage traditionnel assuré par les corporations depuis le Moyen Âge. Cette situation a inspiré l’ouvrage fondamental publié par Daniel Roche en 1978 sous le titre Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux (1680-1789), et qui a lui-même suscité des recherches ultérieures centrées sur la question de l’enseignement du dessin2. À l’aube du xviiie siècle, le dessin acquiert en effet une importance accrue : les théories de John Locke ont non seulement renforcé sa fonction cognitive et mémorielle dans le champ du savoir, mais le développement des manufactures et du commerce a également démontré son utilité dans la formation des ouvriers. Cette évolution, qui a entraîné la multiplication des écoles de dessin entre la Régence et la Révolution, est désormais connue dans ses grandes lignes. Des travaux récents, ou en cours, ont parallèlement mis en relief la spécificité de certains établissements ayant joué un rôle exemplaire3. Parmi ceux-ci, je souhaiterais revenir ici sur le cas de l’École de dessin fondée à Rouen par Jean-Baptiste Descamps parce qu’il me conduira à nuancer la notion de « modèle académique français »4 et d’insister sur la nécessité d’envisager la recherche en histoire de l’art de manière transfrontalière5.

  • 6 Sur Descamps, je me permets de renvoyer à mon ouvrage : Gaëtane Maës, De l’expertise artistique à l (...)
  • 7 L’Académie de Rouen existe de manière officieuse au moins dès 1741, mais elle n’obtient ses lettres (...)

2Peu connu de nos jours, Jean-Baptiste Descamps (1715-1791) est un peintre né à Dunkerque en 1715 au sein d’une famille flamande, et c’est donc à Anvers qu’il choisit d’acquérir sa formation de peintre6. Vers 1738-1739, il se rend toutefois à Paris où il espère trouver des débouchés professionnels plus nombreux que dans les Pays-Bas autrichiens. L’Académie royale de Peinture et de Sculpture, où il fait un bref passage comme élève de Pierre Dulin (1669-1748), avait en effet réactivé le principe de Salons artistiques réguliers depuis 1737 et cet événement ne pouvait que stimuler l’intérêt des jeunes peintres. Confronté à la concurrence forcenée de la capitale, Descamps réalise toutefois rapidement que ses talents s’épanouiraient plus facilement en province et il finit par s’installer à Rouen où un notable l’encourage à fonder une école de dessin. Ce dernier, qui n’est autre que le parlementaire Pierre-Robert Le Cornier de Cideville (1693-1776), neveu de Fontenelle et ami de Voltaire, souhaite en effet développer les activités de sa ville natale, ainsi que celles de la récente Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts locale7. Ouverte en 1740, l’École de dessin de Rouen fonctionne d’abord sur des fonds privés, mais grâce aux efforts conjoints de Cideville et de Descamps, elle rencontre un succès rapide couronné d’abord par son rattachement à l’Académie de Rouen en 1746, puis par l’attribution d’une pension royale à Descamps en 1750 le libérant définitivement des aléas des souscriptions privées. Cette reconnaissance officielle valide le fait que l’École gratuite est devenue un modèle que de multiples villes de province cherchent alors à imiter, certaines allant jusqu’à tenter de débaucher Descamps pour en faire le directeur de leur futur établissement. Cette prompte reconnaissance publique conduit naturellement à s’interroger sur les raisons qui en ont été les fondements.

1. Un établissement utile et exemplaire

  • 8 Chantal Gastinel-Coural, « La manufacture des Gobelins et son rayonnement », dans 13e arrondissemen (...)
  • 9 Voir : Paul Mantz, « L’enseignement des arts industriels avant la Révolution », Gazette des Beaux-A (...)
  • 10 Antoine Ferrand de Monthelon, « Projet pour l’établissement d’Écoles gratuites de Dessein », Mercur (...)

3Posée dès 1667 par Colbert dans l’édit relatif à l’établissement de la manufacture des Gobelins8, la question de la formation des artisans et des ouvriers œuvrant à la production des objets de luxe n’avait reçu jusqu’au début du xviiie siècle que des solutions limitées dans leur ampleur et dans leur durée9. La problématique revient néanmoins au premier plan dès les années 1730 où l’école des Gobelins est réouverte afin de former une soixantaine d’ouvriers qualifiés. Ce cas ponctuel ne résolvait cependant pas un besoin généralisé qui est exposé publiquement en 1746 par Antoine Ferrand de Monthelon (1686-1752), fils d’un peintre-émailleur du roi et auteur d’un article publié dans le Mercure de France sous le titre de « Projet pour l’établissement d’Écoles gratuites de Dessein »10. Le texte émerge du constat qu’il est dangereux de laisser la jeunesse pauvre sans occupation entre l’enseignement primaire assuré par les écoles charitables jusque l’âge de dix ans environ, d’une part, et le placement en apprentissage quelques années plus tard, d’autre part. L’auteur propose alors de remplir ce vide par une formation au dessin car, explique-t-il :

  • 11 Ibid., p. 69.

« Le Dessein forme le goût pour tous les ouvrages, il produit la fécondité de l’imagination, & donne la facilité de l’exécution ; il élève l’ouvrier au-dessus de son état ; rien ne l’arrête ; rien ne lui paroît difficile ; il conçoit, il enfante de nouveaux projets & les amène à une heureuse exécution »11.

4Ferrand de Monthelon, qui termine son article par un appel à souscription afin de pouvoir ouvrir et diriger un établissement de ce nouveau genre, n’oublie pas d’insister sur la finalité économique de l’enseignement du dessin. Il précise en effet :

  • 12 Ibid., p. 70.

« Cette nouvelle sorte d’éducation proposée pour la jeunesse fourniroit nécessairement de bons Apprentis qui deviendroient utiles à leurs Maîtres par le profit qu’ils tireroient des ouvrages de ces industrieux enfans, & ne les employant uniquement qu’à leur travail, ils en feroient d’excellens ouvriers, chacun dans leur profession. De plus, la nouveauté des modes qu’ils inventeroient, jointe à l’excellence du travail, feroit estimer & rechercher leurs ouvrages tant au dedans qu’au dehors du Royaume, ce qui rendroit le commerce plus florissant »12.

  • 13 Ulrich Leben, « La fondation de l’École Royale gratuite de dessin de Paris (1767-1815) », dans Jean (...)
  • 14 Descamps écrit en 1746 : « Où peut-être mieux placée une École de dessein que dans un Pays rempli d (...)

5Cette prise en compte des fonctions diversifiées du dessin, qui est bien connue à propos de l’École gratuite ouverte en 1766 à Paris par Jean-Jacques Bachelier (1724-1806)13, est en fait celle qui a été mise en pratique dès les années 1740 à Rouen par Jean-Baptiste Descamps14. Si ce dernier a organisé des cours suivant les phases de l’enseignement appliquées à l’Académie royale de Peinture et de Sculpture – dessin d’après les Maîtres, d’après la bosse, d’après le modèle vivant, il a parallèlement veillé à faire assurer des leçons d’anatomie, de perspective, de géométrie pratique et d’architecture civile et militaire. Or, cette vision pragmatique du dessin permettant de former à la fois des dessinateurs suffisamment doués pour envisager une carrière d’« artiste », et d’autres destinés à des professions plus artisanales, ne lui vient pas des exemples français, mais de sa culture flamande, et plus précisément du modèle de Bruges.

  • 15 Pevsner écrit : « Quant à celles [les Académies] de Bruges et d’Utrecht, nous n’avons pas trouvé la (...)
  • 16 Sur De Visch et l’Académie de Bruges, voir Dominiek Dendooven, Joël Snick, Matthijs De Visch (1701- (...)
  • 17 Pour Anvers, voir : Bert De Munck, Technologies of learning: apprenticeship in Antwerp guilds from (...)
  • 18 Gaëtane Maës, « L’École de dessin de Lille : les hommes et leurs réseaux », Les papiers d’ACA-RES, (...)

6Contrairement à ce qu’a écrit Pevsner15, l’académie la plus importante des Pays-Bas du Sud dans la première moitié du xviiie siècle est en effet celle de cette cité flamande, car elle a bénéficié de l’expérience et du dynamisme d’un peintre ayant séjourné neuf ans à Paris et en Italie. Trois ans après son retour au pays natal en 1732, cet homme nommé Matthijs de Visch (1701-1765) établit une école de dessin privée à Bruges se muant en Académie à partir de 173916. De cette date à 1755, l’établissement accueille environ 150 élèves chaque année et prend le pas sur les Académies d’Anvers et de Bruxelles avant leur réorganisation à partir de 1749 et de 1764, ainsi que sur celle de Gand établie seulement vers 1751-175217. La prééminence de Bruges est attestée par le fait que la ville de Lille la prend pour modèle en 1755, lorsqu’elle projette de mettre en place une école de dessin18. Un incendie détruit cependant les bâtiments de l’Académie brugeoise en 1755, ce qui conduit à recourir à la protection de Charles de Lorraine pour sa reconstruction et la met alors au même niveau que les autres académies des Pays-Bas autrichiens durant la seconde moitié du xviiie siècle. Cet exemple flamand me paraît important à prendre en compte car il conduit à moduler les notions de frontière et de modèle français, et plus spécifiquement parisien.

2. Une stratégie de la reconnaissance publique

  • 19 J’écarte ici volontairement les écoles qui ont échoué à s’inscrire dans la durée.
  • 20 Sur le sujet, voir : Jean Penent, et al. (dir.), Les collectionneurs toulousains du xviiie siècle, (...)

7Pour cela, il est nécessaire de mentionner que Toulouse est l’autre ville du royaume qui est parvenue à mettre en place un enseignement gratuit du dessin comparable à celui de Descamps dès le début du xviiie siècle19. Après avoir vu s’ouvrir et se fermer plusieurs cours privés entre 1700 et 1735, les Capitouls décident en effet de soutenir une école de dessin dont les statuts s’établissent progressivement entre 1746 et 1750 pour devenir partie intégrante de l’Académie royale de Toulouse, une fois celle-ci fondée en 175120.

  • 21 « Projet d’un établissement d’une École gratuite de Dessein », « Observation sur le mémoire précéde (...)

8Les points de convergence entre ces différentes initiatives indépendantes les unes des autres montrent bien que la nécessité d’un enseignement pluraliste du dessin était dans l’air du temps. L’École de Descamps ne met donc pas en place des principes originaux et nouveaux, mais contrairement à Toulouse, elle est devenue le modèle à imiter pour de nombreuses villes françaises. Pour expliquer cette prééminence, il faut signaler que Descamps a rapidement utilisé les tribunes publiques pour faire connaître son initiative. Dès 1746, son Projet pour l’établissement solide à Rouen d’une école gratuite de dessin est imprimé à Rouen et s’il fait écho à l’article de Ferrand de Monthelon cité plus haut, Descamps évoque un projet concret illustrant une expérience initiée plusieurs années auparavant, tandis que Ferrand aspire à créer une école imaginée sur le papier. Le périodique Suite de la Clef, ou Journal historique sur les matières du temps, qui reproduit et commente le texte de Ferrand de Monthelon en avril 1748, ne manque pas de souligner cette différence notable car le rédacteur anonyme termine son texte par la présentation détaillée de l’École de Rouen21. On y lit ceci :

« Dans le même temps que M. Ferrand publioit son projet pour Paris, c’est à dire en 1746, M. Descamps, Peintre et membre de l’Académie des Sciences & Belles-Lettres établie à Rouen, pensoit à faire dans cette dernière ville un établissement tout pareil. Il y avoit déjà six ans qu’il y avoit formé une École publique de Dessein ».

  • 22 « Séance publique de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres & Arts de Rouen », Mercure de France, (...)
  • 23 « Séance publique de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres & Arts de Rouen », Mercure de France, (...)

9Outre ce premier article, la notoriété de l’établissement normand se construit, par ailleurs, pas à pas à travers celle de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres & Arts de Rouen qui, dès sa création en 1744, fait insérer chaque année un compte rendu de ses séances publiques dans le Mercure de France. Les travaux des membres et des élèves de chaque composante sont passés en revue, mais une attention particulière est accordée à l’École de dessin. Ainsi, en novembre 1747, il est précisé que la séance fut ouverte par un discours relatant « l’établissement de l’École gratuite de dessein, de son utilité & de ses progrès, dont on est redevable au zèle de Descamps, Professeur & Académicien, & à la protection des personnes les plus distinguées de l’Académie en particulier, & de Messieurs de Ville »22. En décembre 1751, l’historique de l’École est à nouveau exposé pour annoncer que son utilité a été reconnue par le roi lui-même, puisque « Sa Majesté, par un Arrêt de son Conseil du 7 Janvier, a accordé sur les octrois une somme annuelle de 1500 liv. pour la pension du Professeur, & les frais de l’École & du modèle »23.

  • 24 L’annonce du nouveau titre de Descamps est faite à l’occasion de la parution du dernier volume de s (...)
  • 25 Jean-Baptiste Descamps, Sur l’utilité des établissemens des écoles gratuites de dessin en faveur de (...)
  • 26 Descamps cite d’ailleurs Bachelier au début de son discours : « Comme citoyen zélé pour le bien gén (...)
  • 27 U. Leben, L’École royale, op. cit., p. 23-29. L’auteur évoque notamment l’école ouverte à Londres p (...)

10Il est inutile de donner d’autres exemples car les articles se répètent d’année en année en renforçant la célébrité de l’École rouennaise et de son professeur Descamps. Une forme d’apothéose intervient en outre en 1764, lorsque ce dernier est reçu à l’Académie royale de Peinture et de Sculpture pour l’ensemble de ses talents et de ses travaux24. Enfin, un second temps fort survient en 1767 lorsque Descamps est couronné par l’Académie française pour son Discours sur l’utilité des Écoles gratuites de dessin en faveur des métiers qu’il avait rédigé afin de répondre à un concours proposé par une personne anonyme l’année précédente25. Il est probable que le prix afférent de deux cents livres ait pour origine Jean-Jacques Bachelier, car celui-ci venait d’ouvrir son école gratuite à Paris et avait besoin de susciter des souscriptions pour doter les élèves26. Ulrich Leben a clairement montré que Bachelier avait non seulement conçu son projet à partir de la situation française, mais qu’il avait – comme Descamps – également nourri sa réflexion par les exemples préexistant à l’étranger, et en particulier en Angleterre et en Irlande27.

3. Les sources d’une école modèle

11Quoiqu’il en soit, à partir des années 1750, l’École de Rouen devient le modèle de référence que de nombreuses villes françaises ont souhaité imiter. Après la mort de Descamps survenue en 1791, son fils rapporte que :

  • 28 Jean-Baptiste-Marc-Antoine Descamps, Éloge de Jean-Baptiste Descamps (1806), manuscrit présenté à l (...)

« Descamps fut non seulement consulté par les magistrats des villes où ces établissemens eurent lieu depuis la création de son école, mais les artistes, les amateurs et protecteurs des écoles projettés, même de celles qui étoient en activité lui demandairent des renseignemens sur l’organisation, l’entretien, la police, et surtout ce qui étoit capable d’alimenter ce genre d’étude. Parmi les académies anciennement établies, dans la correspondance [de Descamps père], j’ai trouvé, les villes d’Anvers, Marseille. Celles à établir furent Lyon, Bordeaux, Nantes, La Rochelle, Rheims, Poitiers &c. Il refusa plusieurs de ces directions malgré les avantages qui lui furent proposés, tant il étoit attaché aux habitans d’une ville qui lui avoient souvent donné des preuves de leur reconnoissance et de leur estime »28.

12Ces affirmations sont confirmées par les archives encore conservées à l’Académie de Rouen : Descamps a été consulté pour la plupart des établissements cités et, dans le cas de Reims et d’Anvers, il a effectivement été sollicité pour en prendre la direction. Ses principes pédagogiques se sont par ailleurs propagés à travers son Discours sur l’utilité de 1767, qui est traduit en suédois en 1778 et édité une seconde fois en 1789.

  • 29 A. Henry-Gobet, Une sociabilité du dessin, op. cit., p. 214-245 (p. 215-216).
  • 30 F. Morvan-Becker, L’école gratuite de dessin, op. cit., p. 60-148 (p. 83).

13La pensée de Descamps a donc incontestablement trouvé écho dans la France entière et au-delà, mais pour en expliquer le succès précoce, il me semble nécessaire de revenir sur sa genèse. Tous les travaux récents consacrés à l’École de dessin de Rouen cloisonnent en effet la réflexion de Descamps au périmètre français en occultant sa formation en Flandre. Son enseignement aurait tantôt été inspiré par celui que l’Académie de Saint-Luc de Paris tentait de mettre en place dans la première moitié du xviiie siècle29, tantôt par les cours établis dans les manufactures royales30. Or, si l’on retourne aux archives et aux documents relatifs aux Pays-Bas autrichiens, on observe que le principe d’un enseignement rendu gratuit par la souscription des notables et le soutien de la municipalité, ainsi que celui de la diversité des cours pour répondre à des besoins distincts – deux éléments que Descamps a mis en place à son arrivée à Rouen – sont ceux appliqués à l’École de Bruges à partir de 1735. Voici un extrait du règlement de cet établissement retrouvé dans les archives de Lille :

« L’accadémie où l’école de dessein [de Bruges] doit sa naissance et son institution au zèle de plusieurs connoisseurs et amateurs de cette ville, elle y fut établie en 1717 sous la protection de St Luc avec permission du Magistrat et l’aplaudissement du public.

Cette académie consiste en un protecteur, un trésorier, un greffier, un maître directeur et un grand nombre de confrères.

Tout séculier ecclésiastique, de toute qualité et sexe, y sont admis confrères indistinctement à condition de payer dix escalins argent de change à leur entrée et autant chaque année jusqu’au jour de leur décès.

Ceux qui veullent apprendre le dessin en figure ou architecture, les étrangers comme les habitans de cette ville, tous, généralement peuvent fréquenter ces écoles gratuitement pourveü qu’ils y soient admis par le directeur de l’accadémie et inscrit au nombre des écoliers.

  • 31 Lille, Archives municipales. Les archives de l’école de Bruges ayant brûlé en 1755, son réglement m (...)

Le Magistrat de cette ville luy a donné par provision de maison et de quoi survenir aux frais, bois, charbons et huille »31.

  • 32 Descamps évoque son amitié avec De Visch dans l’avertissement de premier tome de La vie des peintre (...)

14Plus loin, on apprend que les leçons élémentaires données aux débutants sont suivies de cours répartis en deux écoles : d’une part, celle de la figure où on donne « des leçons aux plus avancés qui modèlent ou travaillent en bosse » ou « d’après le modèle », et d’autre part, celle d’architecture. À partir de ces éléments que l’on retrouve à l’identique dans l’École de Rouen dès ses débuts, il paraît beaucoup plus justifié de supposer que c’est l’Académie de Bruges qui a inspiré Descamps avant ou après son départ pour la France. Cette hypothèse s’appuie sur le fait que Descamps était en relations suivies avec Matthijs de Visch, le directeur de l’établissement, et il le remercie publiquement en 175332.

  • 33 Karel van Mander, Het Schilder-boeck, Haarlem, 1604. Arnold Houbraken, De Groote Schouburgh der Ned (...)
  • 34 J.-B.Descamps, La vie des peintres, op. cit.
  • 35 « 5. La nature inspire à chaque enfant une vocation particulière : En effet, la Nature possède à pl (...)
  • 36 Jean-Baptiste Massé, « Examen qu’il faut faire pour connaître ses dispositions », 4 avril 1750, rep (...)
  • 37 « Un peintre doit connoître à quel genre de peinture il est propre, & se borner à ce genre. Tel dem (...)

15Les principes que Descamps expose dans son Discours de 1767 sont, par ailleurs, fortement imprégnés par la théorie de l’art septentrionale et notamment par les ouvrages de Karel van Mander et d’Arnold Houbraken33, qui ont été les sources principales de Descamps pour écrire sa quadrilogie sur les peintres du nord, autre source de sa renommée34. Il défend ainsi le principe de la vocation que la nature insuffle à chaque enfant comme le recommande Karel van Mander dès 1604 dans son Schilder-boeck35. Certes, ce postulat est largement discuté par la suite, et dans le contexte français, on peut notamment mentionner la conférence donnée sur ce sujet à l’Académie royale de Peinture et de Sculpture en 1750 par le graveur Jean-Baptiste Massé36. Ce dernier applique cependant ce principe aux seuls élèves destinés à la carrière artistique en leur recommandant de suivre le genre pour lequel ils sont doués, ce qui est repris l’année suivante par le chevalier de Jaucourt dans l’article « Peintre » de l’Encyclopédie37.

  • 38 Sur le contexte général et plus ancien de l’éducation dans les Pays-Bas, voir : Bert de Munck, Hild (...)
  • 39 Voir aussi : « Graat a peu fait d’Élèves : Il disoit à tous ceux qui lui en proposoient, faites app (...)
  • 40 « J’assure seulement que les arts, les métiers & les manufactures sont beaucoup moins nuisibles à l (...)

16Descamps, lui, a une vision plus large et plus pragmatique prenant en compte les différents corps de métiers liés au dessin38. Dans le prolongement des idées défendues par les théoriciens septentrionaux (Van Mander, Van Hoogstraten), mais aussi par John Locke, ou encore par Jean-Jacques Rousseau, il encourage ainsi les parents à être attentifs aux prédispositions naturelles des enfants dans le choix d’une profession39. Il conseille ensuite de se conformer à leur talent en fonction de leurs moyens et de leur origine sociale. Plus loin dans son discours, il cherche ainsi à démontrer que l’éducation est dépendante de l’utilité du métier en introduisant une distinction nette entre les habitants des campagnes et ceux des villes. Selon lui, les paysans n’ont pas besoin d’apprendre à lire ou à écrire, car cela leur est inutile, tandis que la formation des ouvriers sert aux arts et au commerce40.

  • 41 Jean-Baptiste Descamps, Voyage pittoresque de la Flandre et du Brabant, Paris, 1769, p. xij-xv.
  • 42 « C’est à ces Académies que l’on doit tous les progrès dans les Arts, & la perfection dans toutes l (...)

17Cette doctrine de l’utilité le conduit à préconiser la multiplication d’écoles gratuites indépendantes des corporations, et là encore cette idée s’explique par le contexte de sa formation flamande. Comme il l’expose dans son Voyage pittoresque de la Flandre et du Brabant publié en 1769, des cités importantes comme Anvers auraient vu péricliter la production artistique locale parce que les corporations dilapidaient leurs ressources au détriment de l’enseignement dont elles avaient la charge41. Pour cette raison, Descamps recommande aux autorités de pallier cet inconvénient en organisant et en protégeant elles-mêmes les structures de formation des jeunes gens. Il explique en effet que c’est grâce à la protection étatique sur les arts mise en place par Colbert que la France a pu surpasser l’Italie et la Flandre42. Au sein de ce dispositif protégé, il évoque la libéralisation des maîtres, mais il insiste surtout sur la formation de qualité dont ont pu alors bénéficier les ouvriers des manufactures et qui est désormais assurée par les écoles gratuites de dessin. Descamps construit donc un propos historique où la France succède à ses voisins dont elle a attiré les forces vives grâce à son mécénat royal. Par ce moyen, elle est devenue un modèle que les nations sont invitées à imiter si elles souhaitent l’égaler.

18Pour toutes ces raisons, la double culture de Descamps est, selon moi, un facteur essentiel pour comprendre le succès de son enseignement qui, sans être particulièrement nouveau, a su tirer parti de traditions différentes. Le contexte de son éducation en Flandre le conduit ainsi à rejeter les corporations qu’il rend responsable de l’affaiblissement des arts dans les Pays-Bas autrichiens, mais il n’adopte pas pour autant le modèle académique parisien dans son intégralité, une fois installé en France. Sa culture pragmatique l’a en effet amené à sélectionner les éléments permettant de répondre à des besoins précis. De Bruges, il adopte le principe de la gratuité pour les élèves et celui de la pluridisciplinarité des cours ouvrant la formation à l’ensemble des métiers recourant au dessin. De l’Académie royale de Peinture et de Sculpture, il reprend les trois étapes du dessin – d’après les maîtres, d’après la bosse et d’après le modèle vivant – conduisant à l’excellence.

19En bref, Descamps envisage le dessin comme le trait d’union entre les arts libéraux et les arts mécaniques. Dans tous les cas – et c’est une raison de sa réussite –, il prolonge son enseignement par le placement de ses élèves chez des confrères afin de leur assurer un avenir concret. Cet aspect nous permet aujourd’hui de connaître les conditions de l’apprentissage au xviiie siècle par les contrats subsistants. À toutes fins utiles, je reproduis ci-dessous celui rédigé en 1752 pour Jean-Jacques-André Le Veau (1729-1786) que Descamps confie à son confrère Jean-Philippe Le Bas, graveur à Paris. Ce type de document répond à des critères standardisés et cet exemple devrait permettre la comparaison avec ceux établis dans d’autres contextes, tâche que je laisse à d’autres car elle sort du cadre de cet article.

« Nous soussignés Jacques Philippe Le Bas, Graveur du Cabinet du Roy membre de l’académie Royalle de peinture, associé de celle des Sciences de Rouen demeurant à Paris rue de la harpe Paroisse St. Severin, et Jean Jacques Le Veau Bourgeois de Rouen y demeurant rue aux ours place de St. andré, sommes convenus des articles suivans.

1°. que le Sr. Le Bas logera Jean Jacques André le Veau fils du dit Sr. Le Veau soussigné, le nourrira, le chaufera et eclairera, le blanchira, et luy enseignera l’art de la Gravure au burin et à l’Eau forte, et cela pendant l’espace de quatre années consecutives à commencer du vingt aoust mil sept cent cinquante deux.

2°. que le dit Le Veau fils sera obligé de se mettre a l’ouvrage en été et en hiver aux heures qui luy seront indiquées, et ne poura quiter le soir avant le temp prescrit ; le dit Le Veau fils ne poura s’absenter un seul jour pendant le temp de son engagement sans une permission de Sr. Le Bas. Tout ce que le dit Le Veau fils fera pendant les quatres années sera au profit de Sr. Le Bas sans qu’il puisse rien exiger pour payement, excepté la quatrième ou derniere année que le Sr. Le Bas s’oblige à payer deux cent livres pour gratification et qui sera donnée au dit Sr. Le Veau fils soit en partie au commencement de la derniere année ou le tout à la fin.

3°. moyennant tout ce qui est dit ci dessus il ne sera point permis de faire ou d’entreprendre aucuns ouvrages de Gravure au dit Sr. Le Veau quand meme il les graveroit le dimanche, sans avoir la permission de Sr. Le Bas son maitre à qui apartient tout ce qu’il poura faire pendant le temp sus dit.

4°. Et au cas que le dit Le Veau vint à quiter le Sr. Le Bas avant son temp fini, les Sr. Le Veau Pere et fils sont engager solidairement à payer cent Ecus par chaque année de son temp pour le dedommagement au profit du Sr. Le Bas, excepté en cas de mort ou de séparation volontaire des parties contractantes. Les quels quatres articles, nous promettons executer fidellemens de part et d’autre sous les peines de droit, fait double à l’egard du Sr. Le Bas à Paris ce 25 aoust, et à l’egard du Sr. Jean Jacques Le Veau Pere à Rouen ce dix neuf aoust mil sept cent cinquante deux.

J. P. Le Bas

  • 43 Rouen, Bibliothèque municipale, Archives de l’Académie, A1.

Premier graveur du Cabinet du Roy »43.

  • 44 J.-B. Descamps, La vie des peintres, op. cit., I, p. xiv.

20Il me reste à conclure en insistant sur la nécessité de croiser les sources au-delà des frontières territoriales afin d’envisager l’histoire des arts et des artistes dans un rapport de réciprocité, et non plus de prééminence comme le voulait la traditionnelle notion d’« influence ». Sur ce point, le cas de Descamps est révélateur des approximations que l’on peut faire lorsqu’on cloisonne trop systématiquement la recherche historique à un contexte strictement national. À mes yeux, retourner aux sources de la formation flamande de Descamps est en effet le seul moyen de comprendre comment cet homme, qui se définissait comme « étranger et artiste »44, est devenu un modèle à imiter dans toute la France, son pays d’adoption.

Notes

1 Voir notamment : Bert De Munck, Dominiek Dendooven, Al doende leert men: leertijd en ambacht in het Ancien Regime (1500-1800), (cat. exposition, Ypres, 2003), Bruges, 2003. Steven A. Epstein, Maarten Prak (ed.), Guilds, Innovation, and the European Economy, 1400-1800, Cambridge-New York, 2008. Anna Bellavitis, Martina Frank, Valentina Sapienza (ed), Garzoni. Apprendistato e formazione tra Venezia e l’Europa in età moderna, Universitas Studiorum, 2017. Maarten Prak & Patrick Wallis (eds.), Apprenticeship in Early Modern Europe. Cambridge, 2019.

2 Arthur Birembaut, « Les écoles gratuites de dessin », dans Enseignement et diffusion des sciences en France au xviiie siècle, éd. par R. Taton, Paris, 1986, p. 441-476. Reed Benhamou, « Public and private art education in France, 1648-1793 », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, t. 308, 1993, p. 1-182. Renaud D’Enfert, L’enseignement du dessin en France : figure humaine et dessin géométrique, 1750-1850, Paris, 2003. Agnès Lahalle, Les écoles de dessin au xviiie siècle : entre arts libéraux et arts mécaniques, Rennes, 2006. Audrey Millet, Les dessinateurs de fabrique en France, xviiie-xixe siècles, thèse de doctorat inédite, université Paris VIII, 2015, dir. Philippe Minard. Je ne partage pas toutes les conclusions de ces auteurs, mais ils apportent une documentation solide et abondante sur la question.

3 Sur le cas de Rouen : Aude Henry-Gobet, Une sociabilité du dessin au xviiie siècle. Artistes et académiciens à Rouen au temps de Jean-Baptiste Descamps (1715-1791), thèse de doctorat inédite, université Paris I, 2007, dir. Daniel Rabreau. Frédéric Morvan-Becker, L’école gratuite de dessin de Rouen, ou la formation des techniciens au xviiie siècle, thèse de doctorat inédite, université de Paris VIII, 2010, dir. Philippe Minard. Sur le cas de Toulouse : Marjorie Guillin, « L’anéantissement des arts en province ? » L’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse au xviiie siècle (1751-1793), thèse de doctorat inédite, université Toulouse-II Le Mirail, 2013, dir. P. Julien. Depuis 2016, le programme de recherches ACA-RES [Les Académies d’art et leurs réseaux dans la France préindustrielle] développé par Anne Perrin-Khelissa et Émilie Roffidal fédère les travaux en mettant en ligne des synthèses sur chaque ville, ainsi qu’un nombre important d’archives inédites https://acares.hypotheses.org/.

4 Dans le chapitre consacré aux écoles de province (p. 115-136), Jean Locquin commence par admettre leur grande diversité pour néanmoins conclure que « de toute façon, la Province est tributaire de Paris ». Jean Locquin, La peinture d’Histoire en France de 1747 à 1785, Paris, 1978 (1er éd. 1912), p. 136.

5 Sur cette question, voir : Gaëtane Maës, Jan Blanc, « Pour une étude dynamique des échanges artistiques », dans Les échanges artistiques entre les anciens Pays-Bas et la France, 1482-1814, éd. par Gaëtane Maës et Jan Blanc, actes colloque, Lille, 2008, Turnhout, 2010, p. 7-14.

6 Sur Descamps, je me permets de renvoyer à mon ouvrage : Gaëtane Maës, De l’expertise artistique à la vulgarisation au siècle des Lumières : Jean-Baptiste Descamps (1715-1791) et la peinture flamande, hollandaise et allemande, Turnhout, 2016.

7 L’Académie de Rouen existe de manière officieuse au moins dès 1741, mais elle n’obtient ses lettres patentes qu’en juin 1744. Voir : François de Beaurepaire, Odile Le Bertre-Turban, François Burckard, « L’Académie de Rouen à travers ses archives. L’évolution de l’Académie », dans 250e anniversaire de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen : tradition et modernité (1744-1994), Rouen, 1994, p. 23-65.

8 Chantal Gastinel-Coural, « La manufacture des Gobelins et son rayonnement », dans 13e arrondissement : une ville dans Paris, éd. par G.A. Langlois, Paris, 1993, p. 90-107. Jean Vittet, Les Gobelins au siècle des Lumières : un âge d’or de la manufacture royale, (cat. exposition, Paris, Galerie des Gobelins, 2014-2015), Paris, 2014, p. 13-23.

9 Voir : Paul Mantz, « L’enseignement des arts industriels avant la Révolution », Gazette des Beaux-Arts, XVIII (1865), mars, p. 229-247. Louis Courajod, L’École royale des élèves protégés […] suivie de Documents sur l’École royale gratuite de dessin fondée par Bachelier, Paris, 1874, p. LXIII. F. Morvan-Becker, L’école gratuite de dessin, op. cit., p. 149-207.

10 Antoine Ferrand de Monthelon, « Projet pour l’établissement d’Écoles gratuites de Dessein », Mercure de France, mars 1746, p. 67-74.

11 Ibid., p. 69.

12 Ibid., p. 70.

13 Ulrich Leben, « La fondation de l’École Royale gratuite de dessin de Paris (1767-1815) », dans Jean-Jacques Bachelier (1724-1806). Peintre du Roi et de Madame de Pompadour, éd. par H. Mouradian et al. (cat. exposition, Versailles, musée Lambinet, 1999), Paris, 1999, p. 76-85. Ulrich Leben, L’École royale gratuite de dessin de Paris (1767-1815), Saint-Rémy-en-l’Eau, 2004.

14 Descamps écrit en 1746 : « Où peut-être mieux placée une École de dessein que dans un Pays rempli de Manufacture, & animé par toutes les espèces de Commerce ? Le dessein est nécessaire, non seulement pour tous les Arts, mais pour toutes les professions. Il n’y a presque point d’Artisans qui ne puissent trouver dans cette science des moyens d’exercer son métier d’une manière plus parfaite, plus régulière et plus lucrative : c’est donc le service le plus important qu’on leur puisse rendre, que de donner à nos Enfans, dans cette partie, des Instructions gratuites et suffisantes ». Jean-Baptiste Descamps, Projet pour l’établissement solide à Rouen d’une école gratuite de dessin, Rouen, s.d. [1746], p. 2.

15 Pevsner écrit : « Quant à celles [les Académies] de Bruges et d’Utrecht, nous n’avons pas trouvé la moindre information concernant leur activité au cours de la première moitié du xviiie siècle. Mais il est vrai que ces deux institutions ne prirent jamais une réelle importance ». Nikolaus Pevsner, Academies of Art. Past and Present, Cambridge, 1940 [trad. française, Paris, 1999, p. 129]. Sur le contexte général des Académie d’art dans les Pays-Bas du sud, voir : Gustaaf De Wilde, Geschiedenis onzer Academiën van Beeldende Kunsten, Leuven, 1941.

16 Sur De Visch et l’Académie de Bruges, voir Dominiek Dendooven, Joël Snick, Matthijs De Visch (1701-1765), Lo-Reninge, 2001, p. 46-63.

17 Pour Anvers, voir : Bert De Munck, Technologies of learning: apprenticeship in Antwerp guilds from the 15th century to the end of the Ancien Régime, Turnhout, 2007

18 Gaëtane Maës, « L’École de dessin de Lille : les hommes et leurs réseaux », Les papiers d’ACA-RES, Actes des journées d’étude, 8-9 décembre 2016, Paris, Centre allemand d’histoire de l’art, mis en ligne en avril 2017. http://acares.hypotheses.org/les-papiers-daca-res/actes-des-journees-detude

19 J’écarte ici volontairement les écoles qui ont échoué à s’inscrire dans la durée.

20 Sur le sujet, voir : Jean Penent, et al. (dir.), Les collectionneurs toulousains du xviiie siècle, (cat. exposition, Toulouse, musée Paul-Dupuy, 2001), Paris, 2001, et plus particulièrement l’article de Fabienne Sartre, « De l’École de dessin à la Société des Arts », p. 28-33, et celui de Michel Taillefer, « La Société des Beaux-Arts et la création de l’Académie royale de Peinture, Sculpture et Architecture (1746-1750) », p. 34-47.

21 « Projet d’un établissement d’une École gratuite de Dessein », « Observation sur le mémoire précédent », « Établissement d’une École de Dessein à Rouen », Suite de la Clef, ou Journal historique sur les matieres du tems, avril 1748, p. 262-274.

22 « Séance publique de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres & Arts de Rouen », Mercure de France, novembre 1747, p. 57-62 (p. 57).

23 « Séance publique de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres & Arts de Rouen », Mercure de France, décembre 1751, p. 6-13 (p. 9).

24 L’annonce du nouveau titre de Descamps est faite à l’occasion de la parution du dernier volume de son ouvrage, La vie des peintres flamands, allemands et hollandois, avec des portraits gravés en taille-douce, une indication de leurs principaux ouvrages, et des réflexions sur leurs différentes manières, Paris, Jombert, 1753-1763, 4 vol. : « Il n’est plus question de faire connoître cet ouvrage, dont la réputation est faite parmi les artistes, les amateurs, et les gens de lettres de France et des pays étrangers. Le quatrième et dernier volume qui vient de paroître ne mérite pas moins leur suffrage que les précédens. Le frontispice est décoré du nouveau titre dont l’Académie royale de Peinture et de Sculpture vient d’honorer l’auteur. Le choix d’un corps si éclairé est le fruit des talens et des travaux de M. Descamps, et nous ne croyons rien hasarder en applaudissant au nom du public au prix dont cette compagnie, la première de l’Europe en son genre, vient de couronner le mérite d’un artiste si estimable à tous égards ». Anonyme, « La ‘Vie des peintres flamands’ par M. Descamps, Peintre du Roi », Mercure de France, août 1764, p. 104-110 (p. 105).

25 Jean-Baptiste Descamps, Sur l’utilité des établissemens des écoles gratuites de dessin en faveur des métiers, discours qui a remporté le prix au jugement de l’Académie françoise en 1767, Paris, Regnard, 1767 ; 2e édition : Paris, Imprimerie royale, 1789. Traduction en suédois par la Société d’Israel Lannér : Om nyttan af fria teknings-scholor för handtverkerierne. Afhandling, som uti franska academien vunnit priset: af herr J.B. Descamps... Öfversättning från fransyskan, Stockholm, Tryckt hos And. J:son Nordström, 1778.

26 Descamps cite d’ailleurs Bachelier au début de son discours : « Comme citoyen zélé pour le bien général, je vais hazarder mes réflexions ; & si j’ai le bonheur de me rencontrer avec celui [M. Bachelier, peintre du Roi, & directeur des écoles gratuites] qui a conçu l’idée d’un si bel établissement, je me féliciterai de mes efforts. » J.-B. Descamps, Sur l’utilité, op. cit., p. 4. Voir aussi : Jean-Jacques Bachelier, Discours sur l’utilité des écoles élémentaires en faveur des arts mécaniques, Prononcé par Bachelier à l’ouverture de l’École gratuite de Dessin, le 10 Septembre 1766, Paris, Imprimerie nationale, 1792.

27 U. Leben, L’École royale, op. cit., p. 23-29. L’auteur évoque notamment l’école ouverte à Londres par William Shippley entre 1753 et 1758.

28 Jean-Baptiste-Marc-Antoine Descamps, Éloge de Jean-Baptiste Descamps (1806), manuscrit présenté à l’Académie de Rouen, 1806 [Rouen, Bibliothèque municipale, Archives de l’Académie de Rouen, C30], reproduit in extenso dans Gaëtane Maës, De l’expertise à la vulgarisation, op. cit., p. 361-372.

29 A. Henry-Gobet, Une sociabilité du dessin, op. cit., p. 214-245 (p. 215-216).

30 F. Morvan-Becker, L’école gratuite de dessin, op. cit., p. 60-148 (p. 83).

31 Lille, Archives municipales. Les archives de l’école de Bruges ayant brûlé en 1755, son réglement m’est connu par la copie envoyée par la municipalité brugeoise au Magistrat de Lille en 1755.

32 Descamps évoque son amitié avec De Visch dans l’avertissement de premier tome de La vie des peintres par ces mots : « Je dois un témoignage public de ma reconnoissance à quelques illustres amis qui m’ont aidé dans cet ouvrage. M. Mathieu de Visch, Peintre et Directeur de l’Académie de Bruges, malgré ses occupations importantes, m’a fait part de ses savantes recherches ». J.-B. Descamps, La vie des peintres, op. cit., I, p. xv-xvj.

33 Karel van Mander, Het Schilder-boeck, Haarlem, 1604. Arnold Houbraken, De Groote Schouburgh der Nederlansche Konst-schilders en schilderessen, Amsterdam, 1718-1721, 3 vol.

34 J.-B.Descamps, La vie des peintres, op. cit.

35 « 5. La nature inspire à chaque enfant une vocation particulière : En effet, la Nature possède à plusieurs niveaux / une galerie ou passerelle dans laquelle / se trouvent tous les outils des Arts et Métiers / Tous les jeunes enfants y passent / avant même de téter au sein maternel / et la généreuse Nature met à chacun / un Instrument dans les mains / pour gagner son pain dans ce Monde ». [Karel van Mander : Principe et fondement de l’art noble et libre de la peinture, traduction et présentation par Jan Willem Noldus, Paris, 2008, p. 12]. Descamps reprend ce principe dans le tome 3 de La vie des peintres : « Parmi les génies les plus sublimes, il seroit difficile d’en nommer un seul qui ait excellé également dans tous les genres. Quel est le Peintre qui ait été à la fois, dans le degré le plus éminent, Peintre d’Histoire, de Portrait & de Paysage. Heureux celui qui a pour Maître la Nature, & qui apprend d’elle précisément la manière pour laquelle il est né. » [J.-B. Descamps, La vie des peintres, op. cit., III, p. 181-182].

36 Jean-Baptiste Massé, « Examen qu’il faut faire pour connaître ses dispositions », 4 avril 1750, repr. dans Conférences de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture, éd. par J. Lichtenstein, Ch. Michel, Paris, 2007-2013, 6 tomes, V/2, p. 466-488.

37 « Un peintre doit connoître à quel genre de peinture il est propre, & se borner à ce genre. Tel demeure confondu dans la foule, qui seroit au rang des illustres maîtres, s’il ne se fût point laissé entraîner par une émulation aveugle, qui lui a fait tenter de se rendre habile dans des genres de peinture pour lesquels il n’étoit point né, & qui lui a fait négliger ceux auxquels il étoit très-propre ». [Jaucourt, « Peintre », dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, éd. par D. Diderot, J. Le Rond d’Alembert, Paris, 1751-1772, 26 vol., XII (1751)].

38 Sur le contexte général et plus ancien de l’éducation dans les Pays-Bas, voir : Bert de Munck, Hilde de Ridder-Symoens, « Éducation and Knowledge: Theory and Practice in an Urban Context », dans City and Society in the Low Countries, 1100-1600, éd. par B. Blondé and al., Cambridge, 2018, p. 220-254.

39 Voir aussi : « Graat a peu fait d’Élèves : Il disoit à tous ceux qui lui en proposoient, faites apprendre un métier à vos enfants, au lieu d’un Art, puisqu’ils ne sont point assurés de devenir des Peintres habiles ; en apprenant un métier, ils ne seront point du moins exposés à la misère ». [J.-B. Descamps, La vie des peintres, op. cit., II, p. 417].

40 « J’assure seulement que les arts, les métiers & les manufactures sont beaucoup moins nuisibles à l’agriculture que l’usage d’enseigner à lire et à écrire dans les campagnes. C’est l’industrie qui peut seule augmenter la population, d’où naît la richesse & la force d’un État ». [J.-B. Descamps, Sur l’utilité, op. cit., p. 42].

41 Jean-Baptiste Descamps, Voyage pittoresque de la Flandre et du Brabant, Paris, 1769, p. xij-xv.

42 « C’est à ces Académies que l’on doit tous les progrès dans les Arts, & la perfection dans toutes les manufactures. Que l’on jette un regard sur la France avant le règne précédent ; l’ignorance la plus grossière obscurcissoit une Nation capable de tout produire, tandis que l’Italie & la Flandre vantoient les Artistes célèbres que leurs Académies avoient formés. Leurs Manufactures furent leur richesse, & ce ne fut qu’à prix d’argent qu’il nous fut possible d’en obtenir la possession. Notre engourdissement cessa tout à coup, & c’est peut-être une preuve certaine de l’intelligence de la Nation. Un seul homme nous forma tous : ce fut Colbert. Ce sage Ministre, dans la mémoire excitera l’admiration & la reconnoissance dans tous les tems, est à peine chargé du Ministère, qu’il change la face de la France : le Commerce, les Sciences, les Lettres, les Arts, tout est protégé : des Académies sont établies, des Manufactures de toute espèce, sont encouragées : les pensions & les privilèges attirèrent de toute part des Étrangers, qui en portent parmi nous leur industrie, y furent enrichis & honorés. Des Ouvriers presqu’ignorés alors, se formèrent bientôt sous les yeux des Artistes habiles qui composoient les Académies. Les travaux dans tous les genres furent portés à leur perfection ; les Tapisseries des Gobelins l’emportèrent sur celles de Bruxelles ; celles de Beauvais acquirent la même distinction, & celles d’Aubusson augmentèrent en mérite : la main d’œuvre changea si subitement, qu’on auroit peine à le croire, si nous n’avions pas les exemples sous les yeux. C’est aux Arts que les Métiers devoient cette perfection. Les grands Artistes ne dédaignoient pas de se charger d’instruire des hommes grossiers accoutumés à des routines qui sont autant de préjugés. » [J.-B. Descamps, Sur l’utilité, op. cit., p. 35-37].

43 Rouen, Bibliothèque municipale, Archives de l’Académie, A1.

44 J.-B. Descamps, La vie des peintres, op. cit., I, p. xiv.

Auteur

Univ. Lille, CNRS, UMR 8529 – IRHiS – Institut de Recherches Historiques du Septentrion, F-59000 Lille, France
gaetane.maes@univ-lille.fr

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search