Version classiqueVersion mobile

Lettres italiennes de Claire de Gonzague, comtesse de Bourbon-Montpensier (1464-1503)

 | 
Claire Pierrart

VII. 1501-1503 – Épilogue

Texte intégral

1Le sort s’acharne sur la comtesse qui connaît quelques dernières joies en voyant sa diplomatie couronnée de succès. Elle décède le 2 juin 1503 en « sainte et martyre » aux dires de ses proches.

1501

  • 1 Ambassadeur ordinaire de Ferrare à la cour de France : instruction ducale du 30 octobre 1500. Dépêc (...)
  • 2 François de Gonzague à Francesco Malatesta, Mantoue le Ier janvier 1501, ASMn, AG, b. 2910, 169, 47 (...)
  • 3 François de Gonzague à Angelo Ghivizano, Mantoue le 7 janvier 1501, ASMn, AG, b. 2910, 169, 51r-v.
  • 4 Louis XII à François de Gonzague, Blois le 17 février 1501, ASMn, AG, b. 626, 38.
  • 5 François de Gonzague à Angelo Ghivizano, Mantoue le 27 janvier 1501, ASMn, AG, b. 2910, 169, 60v.

2Pendant toute cette année François de Gonzague se plaint d’être victime de calomnies, cependant il continue à proclamer sa fidélité, défendu par Angelo Ghivizano et Bartolomeo di Cavaleri1 qui plaident sa cause auprès du roi tout en suggérant des cadeaux pour le couple royal. À la cour La Trémoille et la marquise de Cotrone prennent sa défense. Pour pallier sa mauvaise réputation, le marquis se prépare à offrir des faucons, un présent somptueux2 et pour se faire pardonner l’accueil de réfugiés milanais sur son territoire, il livre des arguments censés justifier son attitude. Puis il demande à Ghivizano de transmettre auprès des seigneurs d’Ubigny, d’Alençon et Chiaramonte ses engagements de fidélité au roi de France3 qui prendra acte de ses promesses et de sa bonne volonté4. Enfin il prie Ghivizano de se rendre chez sa soeur Claire pour la saluer et lui porter un message5.

3Feuillet de présentation, ASMn, AG, b. 2114 bis, 413. Paesi di Francia, 8, 30 avril, 4 mai, della marchese Clara Gonzaga duchessa di Montpensier al marchese e marchesa.

Claire de Gonzague à François de Gonzague, Moulins le 8 avril 1501, ASMn, AG, b. 2114, 414.

A-Résumé

4Claire insiste pour que François fasse confiance au message d’Angelo Ghivizano.

B-Contenu

Illustrissimo et excellentissimo signore fratello mio observandissimo,

Venendo il Ghivizano, messo suficientissimo e fidato, m’è parso superfluo de dilatarmi in scriver a la vostra signoria, perché lui a bocha suplirà al tutto. E per tanto prego quella li presti integra e piena fede come se io proprio gie parlasse. Non altro, se non che a vostra signoria per infinite volte me ricomando et prego quella me aricomandi a la illustrissima madama marchesana. In Molino aprovo al signor ducha e madama di Burbone 8 aprillis.

[manu propria] Prego et suplyco vostra signoria subito me volia mandar quello rechiderà per presente mia il Ghivizano a quella, perché è chosa de grande inportanza. A vostra illustrissima sua di novo me aricomando.

Quella sorella a chi vostra signoria pò comandare. Clara da Gonzaga.

C-Contexte

  • 6 Angelo Ghivizano à François de Gonzague, Chalons le 16 avril 1501, ASMn, AG, b. 629, 297.
  • 7 Bartolomeo di Cavaleri à François de Gonzague, Chalons le 17 avril 1501, ASMn, AG, b. 629, 282.
  • 8 Angelo Ghivizano à François de Gonzague, Chalons le I4 avril 1501, ASMn, AG, b. 629, 295, 296. Loui (...)
  • 9 Angelo Ghivizano à François de Gonzague, Lyon le Ier avril 1501, ASMn, AG, b. 629, 293, 294.

5Tandis que le roi s’attarde à Dijon puis à Lyon avant de partir pour l’Italie mi-juin, les préparatifs de la campagne de Naples s’intensifient. Le 16 avril Ghivizano apprend au marquis que l’Impresa est décidée6. La conquête de Naples se prépare activement et le comte est en mesure de donner des détails militaires7. L’ambassadeur annonce l’arrivée de Louis XII auquel il suggère de prendre François de Gonzague à son service. D’abord méfiant, le roi finit par prendre acte des promesses du marquis auquel il annonce sa venue prochaine à Milan8. Pendant ce temps Claire reste à la cour pour régler ses démêlés avec son fils Louis qui tente de la spolier de son héritage9.

Claire de Gonzague à Isabelle d’Este, Aigueperse le 30 avril 1501, ASMn, AG, b. 2114 bis, 415.

A-Résumé

6Politesses et témoignages d’amitié.

B-Contenu

Illustrissima et excellentissima madama cognata observandissima,

Mandando il presente mio messo verso vostre signorie, m’è parso cum questa mia, visitar quella, considerato che tanto tempo è che nulla nova ho hauto de niun de voi, chosa che me è stato de grandissimo dispiacere, perché amandove cordialmente come amo ciascun de voi, cum summo desiderio exoptaria spesissime volte haver nove bone de tutte vostre signorie.

Sapa adonché quella, come io, per la Dio gratia, me ritrovo sanissima et cum mazor tranquilità e quiete che fusse mai doppo lo trapasso de lo illustrissimo signor mio consorte. Desidero de intender che le vostre signorie siano sane et che vivano in zoisità e contento.

Et a quelle per infinite volte me ricomando, pregando vostra signoria che per mio amore volia basare lo illustrissimo vostro fiolino, al quale prego prego Dio vogli donar longa vita e triumpho. Aquesperse 30 aprillis 1501.

Di vostra signoria hobediente sorela Clara da Gonzaga

Claire de Gonzague à François de Gonzague, Aigueperse le 4 mai 1501, ASMn, AG, b. 626, 305. E XV. 2.

[Orig. dans L-G Pélissier, « La Politique », Annales de la faculté de Bordeaux, op. cit., p. 91.]

A-Résumé

7Claire porte un jugement sur la cour de France et ses usages.

B-Contenu

Illustrissimo et excellentissimo signore fratello mio observandissimo,

Molto me son maraviliato che la vostra signoria habia mandato non solo, uno messo ma più messi in Francia, secondo che per più vie per certo me sta notificato et che mai non habia hauto novelle de voi, non pur del esser vostro, perché posete considerare che essendove io quella cordial sorella che vi sonno, devete esser securo che summo apiacere ne haveria pilliato, et forsi seria stato proficuo a voi perché, benché non me voglia avantare de posser molto, tuttavia da prudenti se sol dire che spesse volte un mediocre potere cum grande affectione a la materia che se tracta, sol meglio redure la chosa a fine o a miglior fine, che non faria un più grande potere senza affectione o cum più bassa e <m>inore affectione.

  • 10 Raillerie méprisante.

In breve spero transportarmi dal re per mie facende. De vostra signoria non ossaria parlarni per non farme mochare, cum sit che in Francia sia un comune proverbio che, chi vol star ad intra li limiti di le regule de la prudentia e non vole incorrere in delezamento10 e mocharia, mai non de pratichar né cerchar de parlar né manezar chosa de la quale non <ha> inteligentia e fondamento.

Una sol chosa ve voglio dire et di core ve exhorto che vogliate cerchare cum ogni inzegno de adolcire lo core del re, et che cerchati di perseverare di ben in meglio in affectionata et tresobediente servitù ver lui, perché se volemo parlar a la resone, lui solo è quello che a tutti li signori dil mondo pò dar bene e male. Prego vostra signoria me recomandi a madama la marchesana et a vostra signoria per infinite volte me arecomando. In castro nostro nostre ville Aquesperse die quarta mai 1501.

[manu propria]

Da poi questa lettera scrita, ho inteso per la sacra maiestà dil signor re, quanto habia operato lo vostro meso in corte. Io prigo iDio che ve dia gratia d’aver et mantignerve in la bonna gratia de la dita maies<tà>, et crediate a me, signor mio dolze, ch’il non è solament<e> re ma è uno Dio in tera.

Di vostra signoria hobediente sorela Clara da Gonzaga, manu p<ropria>.

Claire de Gonzague à Enea de Gonzague, Aigueperse le 4 mai 1501, ASMn, AG, b. 2114 bis, 416.

A-Résumé

8Claire envoie à son parent Énea de Gonzague des patenôtres, chapelets aussi précieux que des objets d’art. Elle conclut sa missive en lui recommandant le frère de son médecin Symphoniano Grignano, émettant le souhait que celui-ci retrouve son office de chancelier auprès du marquis.

B-Contenu

Magnifice vir affinis charissime,

Mandando questo mio messo dal signor marchese, m’è parso de mandarvi a donare questi paternostri, quali goderete per mio amore, pregandovi che se non sonno cusì belli come voresti et secondo io desideraria, che me vogliate haver per excusata per la velocità del partir del ditto messo. Interim se me achaderà de poserne recovrare de manera e facione più bella, recovrati che li harò per il primo messo me achada, ve li mandarò.

Vi prego che continualmente me vogliati tener e conservar ne la bona gratia del signor marchese mio amantissimo fratello, al quale per infinite volte me aricomandareti et consimelmente a la marchesana et a voi me aricomando. In Aquaspersa a 4 de mazo 1501.

Vi ricomando il fratello del mio medico, mistro Symphoniano Grignano, al quale grandissimamente gie son obligata. Vi prego quanto so e posso, lo faciati esse canzeler del signor marchese come era de prima.

Di voi cara parente Clara da Gonzaga

Claire de Gonzague à Sigismond de Gonzague, Aigueperse le 24 mai 1501, ASMn, AG, Miscellanea, B.2, C III, 359.

A-Résumé

9Claire avertit son frère Sigismond qu’elle va rencontrer le roi.

B-Contenu

Illustrissimo e reverendissimo monsignor fratello mio honorendissimo,

Per il Mantua mio servitore ho receuto vostre lettere, a le qual non respondo altremente, se non che per non volermi referir in altre persone, ho deliberato benché sia non pocho amalata, de subito transferirmi a la maiestà dil re. Et alhora di subito vi farò intender il vero, il che grandemente bene lo faria, vegnando Alesandro da Baese perché in lui me fido et per lui a longo ve adviseria de più cose.

Non altro a vostra signoria di bon core me ne offero et aricomando. Ex Aquapersa 29 mai. Prego Dio che il nostro desiderio se consequisca.

La vostra cordial sorela Clara da Gonzaga manu propria.

Claire de Gonzague à François de Gonzague, Ussel le 8 juin 1501, ASMn, AG, Miscellanea, B.2, C III, 356.

Claire de Gonzague à François de Gonzague, Ussel le 19 juin 1501, ASMn, AG, Miscellanea B.2, C III, 357.

[contenu très proche de la lettre du 29 juin qui suit].

A-Résumé

10Claire s’est réconciliée avec son fils Louis après d’âpres querelles à propos de son héritage.

B-Contenu

Illustrissimo et excellentissimo signor fratello mio observantissimo,

Venendo il presente latore verso vostra signoria, m’è parso de non lassarlo venire senza questa mia, per la quale vi facio a sapere come io per la Dio gratia me ritrovo sana. Et come doppo il partimento del Ghivizano nostro, mio figliolo e mi se semo aponctati insieme, per il quale aponctamento me ritrovo star meglio che di prima et cum mazor tranquilità e quiete, secondo che più a pieno per messo expresso in breve spero de far intender il tutto a vostra signoria.

Rimango desiderosissima de intender il ben esser di quella et il ben staro de tutti quanti voi et a vostra signoria me recomando. S’el fratello dil presente latore qual è archiprete di Sarzana, per qualche sua occurentia vi rigiedesse qualche favore, v<i> prego l’habiati per recomandato. Ex castro nostro Usel, 8 junii.

Clara de Gonzaga Suesse Archiducissa ac Montispenserii comitissa.

*

Illustrissimo et excellentissimo signor mio observandissimo,

Doppo la partita del Ghivizano qual son certo che a pieno ve ha contato del differente che era nasuto tra mio filiolo e mi per certo diabolico consilio de alchuni soi, non servitori ma sateliti, quali non havendo riguardo né a suo proficuo né honore cum certe infernal inventione, cerchavano de meter ogni chosa in confusione e ruina, essendo ditto mio fiolo a dispetto loro apontato cum meco, m’è parso per contento e refrigerio di vostra signoria, de advisar quella de le conditione e qualità de ditto aponctamento, perché son certa che vostra signoria per il singularissimo amore me porta, che d’ogni mio bene e contento ne piglia contento e consolatione et de ogni dispiacere ne piglia dispiacere e tristicia.

Sapia adonché vostra signoria che essendo originato gran differente tra mio filiolo primogenito e mi per il diabolico consilio como è ditto di sopra de alchuni soi sateliti, quali vedendo che havea gran dritti e beni ne la chasa de Mompensero, non solo per mio dote e contradotte ma per le grande donatione che me havea fatto la bona memoria de lo illustrissimo mio marito, cum ogni vulpinoso inzegno e maligna versutia cerchavano de fare che io non li godesse per una gran parte, ma restasseno a mio filiolo non par ben suo ma come zovene che non intende troppo bene <i>l fatto suo, per posserlo più ingordamente e grossamente robare.

Donde la sacra maiestà dil re, volendo cum dextro e aconzo modo pacificar questo, comise e volse che sopra questa materia li amici e parenti de tutti dui gie havesseno a vedere e fu elletto per arbitri monsignor de Orval, monsignor de Sovenich, monsignor de La Tremolia e lo conte da Gaiazo ma sopra tutti volse che fusse monsignor lo ducha e duchessa di Borbone come quelli che sonno capi e ceppi de la chasa, quali nel quantodecimo de aprille, essendo adunati insieme, vedendo le gran resone e gran dritti che havea et non volendo pur che in tutto destruesse mei filioli piliorno questa conclusione.

Cioè che fenno de tutti li beni e signorie de la chasa de Mompensero tre parte equale, et una me ne detteno a mi inmune da ogni charcha et asenta da ogni debito, l’altra detteno a tutti mei filioli, l’altra posseno in mano terza per satisfar a li gran debiti de la chasa fatti non solo per mio avo et per lo illustrissimo mio marito per la impresa de Napoli ma etiam fatti per maritare molte femine che ab antiquo sonno ensute de la casa de Mompensero, i dotti de le quale fina a quest’hora non sonno anchora pagati et azò ché honorevel e condecentemente se marita le mie filiole che gie sonno da maritare.

Oltra di questo me hanno datto de le tapezarie, vasselli d’arzento e arzentaria et altri mobili asai condecentemente per il che me ritrovo star molto meglio che de prima et cum mazor tranquilità e quiete. Et spero a laude de Dio che d’in zorno in zorno a dispetto de mei inimici me ne ritrovarò meglio, se non fusse mai per altro, se non perché ho compreso che lo signor re a dispetto loro me ha in protectione et consimelmente il ducha e duchessa di Burbone, quali ne le mie tribulatione e adversità me hanno recolto ne la sua masone et aprovo di se, tractando me come se gie fusse stata propria fiola.

Uno solo dispiacere bien grande ho in questo mondo che se mio fiolo se havesse voluto regolare per consilio de quelloro che l’ama, indubitamente seria stato uno de li primi homeni de Franza et haveria possuto non solo fare ben e proficuo a si medesimo et a mi et a soi fratelli e sorelle ma etiam a vostra signoria et a tutti li altri amici e parenti italiani.

Vi prego me vogliate mandar li instrumenti de le solutione del dotte mio, quali a mio inditio sonno aprovo de Cristophoro de Goris o soi heredi secondo dette per memoria al Ghivizano nostro. Et prego vostra signoria li faci cerchar cum diligentia per il Ghivizano et per ogni altro che pare a quella debia sapere e intendere tal chosa, facendo etiam cerchare uno instrumento portato de Franza a la bona memoria de lo illustrissimo signor nostro patre per miser Beltramino Cusatro o per mistro Bertolameo nostro medico, nel quale se parlava de la rectificatione de tutto quello era stato fatto in Italia cercha lo mio maritagio et come dopo che fu in Franza, ditto maritagio me fu asignato sul conto de Mompensero, parlando in che modo e manera fusse fatta tal asignatione, parlando etiam come me fu fatto zurare ne le mie mane fidelità a li officiali et a li nobeli et subjecti de ditto contato, perché tali instrumenti per quello che me dice li mei consilieri, oltra lo apontamento fatto a tempo e loco, me potrebbe grandemente zovare e però se vostra signoria pense mai farme chosa sopramodo grata e proficua, prego quella che la rigesta per me fatta per ogni modo mandi a exequtione per chosa più gratissima non me potresti fare.

Al presente latore ho comisso vi dica qualche chosa vi prego gie credati et vi prego me vogliati ricomandar a madama marchesana et che vogliate per mio amore basar lo dolce vostro illustrissimo fiolino. Non altra chosa se non che a vostra signoria per infinite volte di core me aricomando. Ex castro nostro Usel, 19 junii.

Soror Clara de Gonzaga de Burbonio archiducissa Montepenseriique comitissa

[Post scriptum manu propria]

Prego et suplicho vostra signoria eser vero servitore et sviserato a questa sacra maiestà comme sono zerto quella sia, ma vostra excellenza le debe monstrare perché ne reusirà honore et utile. A quella et come più volti ho mandato a vostra signoria questui è uno Dio in tera.

Scrita di la mane di quella chi tanto ama vostra signoria, quela a qui vostra signoria pò comandar vostra humile sorela Clara da Gonzaga.

Soror Clara de Gonzaga de Burbonio archiducissa Suesse Mompenseriique comitissa.

C-Contexte

11Dès le mois de juin Louis de Montpensier s’est engagé dans l’armée royale dans le but de participer à la nouvelle conquête de Naples.

Claire de Gonzague à Angelo Ghivizano, Ussel le 29 juin 1501, ASMn, AG, b. 626, 307.

[L-G Pélissier, « Claire de Gonzague et la fortune des Montpensier » dans Documents relatifs au règne de Louis XII et à sa politique en Italie, Notes italiennes d’Histoire de France, Imprimerie du Midi, Montpellier, 1912, XXXV, p. 287-290].

A-Résumé

12Claire fait état des décisions du duc et de la duchesse de Bourbon suite aux litiges avec son fils aîné Louis de Montpensier. Puis elle réclame le reste de sa dot sous forme de territoires et de seigneuries italiennes. Elle conclut sa missive en évoquant la venue de Louis à Mantoue. Dans le post-scriptum, elle signale que vu la gravité de la situation, le marquis doit absolument être conseillé.

B-Contenu

Nobili amico charissimo Ghivizano de Givizanis.

Nobilis amice charissime,

Mandando il presente latore dal signor marchese per notificargi il sucesso del differente che era originato tra mio filiolo e mi, come sapete et come tutto il mondo sa, per diabolico consilio et a persuasione de soi, non servitori ma malignissimi sateliti quali, non havendo riguardo né a suo proficuo né honore, né havendo conscientia alchuna, non si vergognavano cum enormissime bugie e infernal inventione de impoverirmi me come ogni vulpinoso e versuto inzegno et arte, de cerchar de impoverirme per far che più restasse al mio fiolo, non per ben suo, ma per posserlo come zovene che non intende troppo bene il fatto suo più ingordamente e grossamente robare.

M’è parso, come a un mio grande amico che vi tengo, de notificarvi anchora a voi il tutto, perché son certo che per la bona servitù et affectione che me portati che de ogni mio bene ne haveti gaudio e consolatione e de ogni mio male ne haveresti dispiacer et tristeza.

Sapiati adonché come doppo la partita vostra, instando mi gaiardamente per vigore e possanza del mandamento obtenuto dal Re sopra la reintegratione, finalmente ditto mio filiolo e tutti soi sateliti, come la bissa a lo incanto, se submiseno al juditio de monsignor lo ducha e duchessa di Burbone, insieme come tutti li altri amici e parenti de la casa.

Et nel mese d’aprille, essendo adunati insieme, vedendo le gran resone e gran dritti che havea et non aparendoge pur che in tutto devesse destruer mei figlioli, volseno che me contentasse de questa conclusione che piliorno: cioè che fenno de tutti li beni e signorie de la casa de Mompensero tre parte equale e una me ne detteno a mi immune da ogni charga et libera et asenta da ogni impazamento e debiti, l’altra detteno a tutti miei filioli, l’altra poseno in mano terza per satisfare a li gran debiti de la casa, fatti non solo per mio avo e per la bona memoria de lo illustrissimo mio marito per la impresa de Napoli, ma etiam fatti per maritare molte femine che ab antiquo sonno ensute de la casa de Mompensero fina al’hora presente, li dotti de le quale fino a quest’hora non sono anchora pagati. Et azoché honorevolmente e condecentemente se marita mee filiole che gia sono da maritare.

Oltra di questo me hanno dato de le tapezarie, vaselli d’arzento e arzentarea et altri mobeli asai condecentemente, per il che me ritrovo star molto melio che di prima et in mazor tranquilità e quiete et in termine de posser acumular più denari che non haveria fatto, perché per il grande amore portava a mei filioli, stando insieme tanto bona era che metea il mio a proficuo loro.

Et spero a laude de Dio che d’inzorno in zorno, a dispetto de mei inimici, me ne ritrovarò meglio se non fusse mai per altro, se non perché ho compreso che lo signor Re a dispetto loro me ha in protectione e consimelmente il ducha e duchessa di Burbone, quali ne le mie tribulatione et adversità me hanno recolto come savete ne la sua masone et aprovo di se, tractandome come se gie fusse propria fiola. Et spero che li vulpinosi inzegni et maligne versutie de ditti mei inimici che sonno come savete più cha persone malignissime, cum loro grande confusione radicalmente andaranno per terra, como zà Rigalt ha e suo nepote et alchun altri hanno comenzato a fare, secondo che più a pieno dal presente latore se vorete porete intendere.

Uno solo dispiacere ben grande ho in questo mondo che se mio fiolo se havesse voluto regolare per consilio de quelloro che l’ama indubitata indubitatamente, per el judicio de ognuno che ha cervello, seria stato de li primi homeni de Franza et haveria possuto non solo fare bene e proficuo a si medesimo et a mi et a soi fratelli e sorelle ma etiam al signor marchese et a tutti li altri amici e parenti italiani, non solo in cose mediocre ma ben grande e di bon peso.

Vi prego vogliate cerchar per ogni modo mandarmi li instrumenti de le solutione: e pagamenti del dote mio, quali a mio juditio sonno aprovo de Cristoforo de Goris, che sta su la fera e de soi heredi, secondo ne fece dare per memoria nel vostro partimento et vi prego che li cerchati o faciati cerchare per quelloro che a voi apare che debiano sapere e intendee tal cosa: facendo etiam cerchare uno instrumento portato de Franza a la bona memoria de lo illustrissimo signor nostro patre per miser Beltramino Cusatro o per mistro Bartholamio, nostro medico, nel quale se parlava de la retificatione de tutto quello era sta fatto in Italia cercha lo mio maritaggio et come dopo che fu in Franza ditto maritagio me fu asignato sul conta de Mompensero, parlando in che modo e manera fusse fatta tale assignatione, parlando etiam come fu fatto zurare ne le mie mane fideltà a li officiali et a li nobeli et subjecti de ditto contato, perché tali instrumenti, per quello che me dice li miei consilieri, oltra lo apontamento fatto a tempo e loco, me potrebbeno grandemente zovare.

E però se voi pensasti mai farme chosa sopramodo grata e proficua, vi prego che la rigesta per me fatta per ogni modo la mandate a exequtione perché cosa più gratissima non me poresti fare imperoché son consiliata che de le signorie che me sonno sta dette, non dico per lo contradotte né per le donatione ma per lo proprio dotte, a benché le habia a usufructuare per tutto il tempo de la mia vita, nientedimeno pare che non possa vendere la proprietà n<é> contracambiare né alienare se non provo la solutione e pagamento de esso dotte, benché senza haver provato la solutione de esso, li arbitri hanno voluto nel ditto aponctamento che ne possa disponere del quarto, il che quando havesse provato dil tutto, secondo la costuma d’Alvergna, ne poria disponere alto e basso e in venzeda e in contracambio e secondo il mio parere talmente che non solo in vita ma etiam in morte haveria possuto privare li propri fioli, quando non me volesseno esser quelli deveriano esser verso de mi.

E però vi prego quanto so e posso, che la rigiesta mia non ve la vogliati dimenticare. Et quando mio filiolo venesse a Mantoa come alchuni dice ch’el gie vene, benché nol credo, vi prego dil melior core che posso, che cum ogni diligentia e fervore vogliati far tanto cum il signor marchese et cum monsignor protonotari et cum li altri amici e parenti, che gie siano mostrati li ditti pagamenti del dotte, facendo tanto cum li signori mei fratelli e cum ditto mio filiolo che lui condescenda che possa contracambiare in tanti territorii e signorie in Italia quanto sia per il ditto dotte cum monsignor lo cardinal de Ambasa o altri, perché tutto lo mio desiderio seria de venir a star aprovo del signor marchese e li altri mei fratelli e son certo che se voi in questa cosa caldamente et affectionatamente me volete servire, instando cum ogni inzegno e diligentia, senza un dubio al mondo, che farete che lo obtegnero, venendo ditto mio fiolo a Mantova et obtenendolo vi prometto, in fede de principessa che non haveresti poco da me e me ne tegneria tanto obligata che non è chosa al mondo che per voi non fesse siché venendo ditto mio fiolo, vogliatevelo ferventemente aricordare ma, o venendo o non, fate per ogni modo che habia ditti instrumenti per le cause de sopra alegate.

Desidero de intendere il ben star vostro, il ben star e bone novelle del signor marchese e de madona marchesana, dil suo dolce fiolino e de monsignor prothonotari e de tutti li altri e a tutti insieme vi prego me ricomandiati. Ex castro nostro Usel 29 junii.

Clara de Gonzaga de Burbonio, arciducissa Suesse Mompenseriique comitissa.

[manu propria] Guivizano mio caro, pregove voiade consiliare el signor marchiso, perché il tempo ne, et sil ne se governa bene, me dubito che lui con tuta la casa pianzerano senpre et non ne dubito ma en son zerta, pregovi ascoltato il present portatore di quelo ve dirà et metilo in secutione et a la mia et vostra cara Zovana me aricomando. La vostra patrona che desidra il vostro bene.

Clara da Gonzaga

Claire de Gonzague à Enea de Gonzague, Ussel le 29 juin 1501, AsMn, AG, b. 626, 306.

[également dans L-G Pélissier, « Les relations » , op. cit., p. 92].

A-Résumé

13Après avoir évoqué les patenôtres qu’elle lui a récemment envoyés en cadeau, Claire prie son parent d’user de son influence pour maintenir le marquis dans de bonnes dispositions à l’égard du roi de France.

B-Contenu

Magnifico viro domino Enea de Gonzaga amico charissimo

Magnifice vir amice charissime,

Per il presente latore vi mando certi paternostri quali se non sono così belli come desiderava, son certo che essendo voi homo discreto come sete che lo prenderete in pacientia, precipue cum sit ch’el mio desiderio era de mandarvene de nova facione secondo me havevati rigesto. Ma per la fe che porto a Dio, cercha tal materia nova facione, per il presente non se ritrova in tutta la Franza, maxime nel quarter de Burbones dove al presente me ritrovo.

Vero è che, havendo io desiderio de satisfar a la vostra petitione, ho fatto dar ordine a un maestro di tal chose, ben lontano de qui, che è il melior de Franza, qual spero che in breve ne haverà acompiti de cosi belli come se saria de visare et fatto che li serà per il primo messo achada ve li mandarò. Ve ne ho mandato pocho tempo fa do altre filze de galanti, non so se li haveti hauti anchora. Haveria ben a grato che li havesti hauti et che ve fusseno piazuti, avisandove che, se non fusseno ben così belli come tengo per certo debba esser questi ve ho a mandare. Nientedimeno vi prometto che così in l’una come in l’altra gie è affectionato core da farve chosa grata. Non vi exhorto a cerchar qualche cosa di bello in quelle bande da mandarmi, perché son certo che, essendo voi zentile come voi sete, sempre havete qualche cosa de galante e de zentile aprovo de voi.

Vi ricomando il presente latore et vi prego lo vogliate far spazar dal signor marchese più presto sia possibile. Vi prego etiam vogliate tenir sua signoria continualmente cum bona dispositione et affectionata servitù verso il cristianissimo re, se non fusse mai per altro se non per ben suo e per ben de tutta la casa. Questo procede da lo intimo del core e però habiateme per excusata se vi exhorto a far chosa a che voi medesemo seti inclinato et a che son secura ch’el signor marchese da lui medesimo gie è inclinatissimo. Ex castro nostro Ussel 29 junii.

Clara de Gonzaga de Burbonio, archiducissa Suesse Monpensieriique Clarmontisque comitissa.

C-Contexte

  • 11 François de Gonzague à Claire de Gonzague, Mantoue le 16 septembre 1501, ASMn, AG, b. 2910, 172, 25 (...)

14Le 14 août 1501, le fils aîné de Claire, qui s’était engagé dans la campagne de Naples, décède brutalement. François adresse à sa sœur une lettre de condoléances pleine de compassion pour la mort héroïque de Louis de Montpensier survenue à Pouzzoles11.

  • 12 Alexandro da Baese à François de Gonzague, Dijon le 19 août 1501, ASMn, AG, b. 629, 302, 303.
  • 13 Louis de La Trémoille à François de Gonzague, Lyon le 18 août 1501, ASMn, AG, b. 626, 43.

15François de Gonzague a envoyé des cadeaux prestigieux. Alessandro se rend chez Louise, la fille aînée de Claire, pour lui dire d’avertir la reine qu’il a amené le cheval offert par le marquis. Il apporte aussi les faucons pour le roi qu’il devra déposer dans la chambre de La Trémoille12. Sa majesté est satisfaite et les affaires du marquis vont bien13.

  • 14 Bartolomeo di Cavaleri à François de Gonzague, Lyon le 27 août 1501, ASMn, AG, b. 629, 290. [E.XV.3 (...)
  • 15 François de Gonzague à Hercule d’Este, Gonzague le 6 septembre 1501, ASMo, cart. Principi Esteri, b (...)
  • 16 François de Gonzague à Francesco Malatesta, Mantoue le 29 décembre 1501, ASMn, AG, b. 2910, 169, 43 (...)

16Néanmoins celui-ci n’hésite pas à trahir. L’ambassadeur Bartholomeo di Cavaleri informe François de Gonzague que La Trémoille se désole des ragots colportés sur son maître notamment à propos des réfugiés de Milan et dans le post-scriptum, il rappelle au marquis de tenir compte du puissant cardinal14. Lorsque le célèbre prélat le contraint d’écrire une lettre d’engagement de fidélité au roi au risque de courir des ennuis pour son État, François de Gonzague, réticent, demande conseil au duc de Ferrare15. Puis il se justifie à nouveau à propos des émigrés milanais et allemands, protestant de sa bonne foi et alléguant qu’on propage des mensonges sur son compte16.

  • 17 Un ambassadeur à François de Gonzague, Blois le 14 décembre 1501, ASMn, AG, b. 629, 304.

17Un ambassadeur annonce l’arrivée de l’archiduc d’Autriche et de son épouse Jeanne de Castille qui se rendent en Espagne escortés par une suite d’environ mille chevaux. Trois jours de tournois suivis d’une représentation ont lieu en leur honneur17.

1502

  • 18 François de Gonzague à Louis de La Trémoille, Mantoue le 2 mars 1502, ASMn, AG, b. 2910, 173, 85r. (...)
  • 19 [Bernardo di Cavaleri ?] à François de Gonzague, Blois le 22 mars 1502, ASMn, AG, b. 629, 350.
  • 20 Le comte de Cerrito à François de Gonzague, Blois le 12 avril 1502, ASMn, AG, b. 629, 327.

18La politique des cadeaux se poursuit. Le marquis fait parvenir un oiseau de proie à La Trémoille, se déclarant « son frère le plus cordial » sans oublier le roi auquel il en offre plusieurs18. L’ambassadeur a envoyé Ghivizano et Bernardo di Leale porter les trois faucons. Lors d’une audience accordée par le roi toujours méfiant, il déclare que François de Gonzague « serà bon servitore ». Après avoir pris la défense de son maître et réussi à convaincre Louis XII, il encourage le marquis à envoyer les faucons que le souverain attend avec impatience19. Le comte de Cerrito qui a vu les magnifiques oiseaux de proie, espère les voir voler20.

  • 21 Lettre d’Anne de Bourbon-Montpensier à François de Gonzague, Aigueperse le 4 mai 1502, ASMn, AG, Mi (...)

19C’est à cette époque que qu’une des filles de Claire, Anne de Montpensier, âgée de treize ans, prend l’initiative d’écrire à son oncle de Mantoue21.

Monseigneur mon oncle, mon père, mon amy bien fort me recommende à vous.

Monseigneur mon père je vous prie que me veuliés trover ung beau mary bien riche e bien saige pour ce que je vous prometz par ma foy que ne vous feré point de honte mes tres grant honeur et à vous et à lui donneré a cognoistre que je suis yssue du sang royal et que je suis avec cella bonne menagiere.

Monseigneur mon père je vous prie que si vous semble que je vous puisse fere quelque service comendés le moy et de bon cueur je le feré et si prandray grant plasir ad ce fere.

Monseigneur mon père je ne vous sarois aultre chose que escripre si non que je prie à Dieu de tout mon cueur que vous doint ce que desiderés et que vous aye en sa saincte garde. Si vous plait monseigneur recommendés moy a madamme ma tante et à mon cosin germain, mesmement à ma cosine madame Lionore. Escript à Aiquesperse le quatresme de may par la main de la vostre humble et hobissente niepce et fille Agnes de Bourbon de maing propre.

A monseigneur mon oncle Monseigneur le Marchis.

Claire de Gonzague à François de Gonzague, Escolle le 24 juin 1502, AsMn, AG, b. 626, 310.

A-Résumé

20Claire exhorte son frère à venir rendre hommage au roi à Milan avant de faire un éloge dithyrambique de Louis XII.

B-Contenu

Illustrissimo et excellentissimo signore fratello mio observandissimo,

Venendo lo re a Milano secondo se dice et secondo lui proprio me ha notificato, m’è parso de scrivervi questa mia, per la quale di core quanto so e posso, vi exhorto e prego che vogliati venire al davanto de lui a farli la reverentia, perché il me apare ch’el serà il ben vostro per più respetti, precipue cum sit che existima la benignità sua esser tanto grande, che facendo quello, serete causa de romper e morzare alchuni reporti sonno sta fattti de voi a sua maiestà, la pozanza del cui, come più volte ve ho scritto et mandato a bocha, è tanto grande che non solo è da esser temuto e reverito come re ma è da esser adorato come un Dio in terra, et cum sit che la benignità sua per più effeti se comprenda esser tale, che a chi se volta a lui de bon core, li sol far non rudo tractamento né ruda recoglienza.

Non so che altro mandare a vostra signoria, se non che per la Dio gratia me ritrovo star bene et quello medesimo desidero sia di quella, pregando vostra signoria me voglia ricomandare a madama marchesana et a madama la duchessa, se la se ritrova a Mantova come m’è sta ditto et <se> la non se ritrova, vi prego che subito gie vogliati mandar la aligata, perché l’è d’importantia et me farete chosa gratissima. Et a vostra signoria di core me offero et aricomando. Ex castro nostro, Escholle die 24 juni.

Di vostra excellentia obediente et cordial sorella Clara da Gonzagua, manu propria.

Claire de Gonzague à François de Gonzague, Ussel le 15 août 1502, ASMn, AG, b. 2115, 196.

A-Résumé

21Échange de politesses familiales. Claire souhaite obtenir des nouvelles de sa soeur la duchesse d’Urbino.

B-Contenu

Illustrissimo et excellentissimo signore fratello mio observandissimo,

Venendo il presente latore in Italia a causa de repatriare et essendo lui stato mio servitore et servitore de la bona memoria del signor nostro padre, per tanto ve lo arecomando, et quanto so e posso prego vostra signoria, che più presto ve sia possibile, me vogliate far intender dil vostro ben stare e integralmente de tutto l’esser vostro, perché per il singularissimo amore vi porto, chosa niuna desidero più d’intender di questa.

Io per la Dio gratia son sana et viveria in quiete et cum gaudio e consolatione, se intendese che fusse quello medesimo de tutti quanti voi et precipue che vostra signoria havesse causa de rimaner cum tranquilità e contento. De le nove di qua, il presente latore a bocha ve ne porà dire, e però non me extendo più oltra ma faciò fine, solo adiungendo che a vostra signoria per infinite volte me aricomando et vi prego me vogliate aricomandare a madama marchesana et che per mio amore vogliate basare lo illustrissimo e dolce vostro fiolino. Ex castro nostro Usel in die Nostre Domine augusti.

Vi prego se intendeti qualche cosa de la duchessa d’Urbino, vostra signoria se degni de advisarmene, et a vostra signoria iterum me aricomando, facendove intender come per Salvo presente latore, vi mando una lettera che parla de vostra signoria, qual me scrisse el tutto mio Lois d’Ars, procurando io cercha il ben vostro.

Soror Clara de Gonzaga archiducissa Suesse Monpenseriique comitissa.

C-Contexte

  • 22 Isabelle d’Este à Claire de Gonzague, Mantoue le 27 juin 1502, ASMn, AG, b. 2993 bis, lib.13, 87r-v (...)

22Le sort tragique du petit duché d’Urbino : Isabelle d’Este a recueilli son beau-frère le duc Guidobaldo de Montefeltro qui a dû fuir après l’invasion de son État par César Borgia22.

  • 23 Isabelle d’Este à François de Gonzague, Mantoue le 5 août 1502, ASMn, AG, b. 2993 bis, lib. 14, 9v- (...)

23La marquise, satisfaite de la bonne entente avec le roi de France et contente d’accueillir bientôt son mari, a ordonné feux de joie et sons de cloches pour trois jours23.

  • 24 M. Sanuto, Diarii, op. cit., t. III, p. 369.
  • 25 Ibid., t. IV, p. 574 : « el marchese vol andar da sua sorella di Mompensier » : « le marquis veut s (...)
  • 26 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Blois le 20 octobre 1500, ASMn, AG, b. 629, 217.

24François de Gonzague, hôte de Louis XII à la cour de France (octobre 1502-février 1503) : le frère de Claire est heureux et fier de répondre à la flatteuse invitation du plus puissant souverain d’Europe. Il a à l’esprit le sort tragique du duc de Milan et craint toujours un accord de Venise avec Louis XII dont il serait la victime désignée24. Ce voyage en France, qui sera l’occasion de revoir sa sœur25, initialement prévu dès octobre 1500, a été reporté plusieurs fois pour diverses raisons, entr’autres la maladie d’Isabelle d’Este26.

  • 27 François de Gonzague à Angelo Ghivizano, Mantoue le 5 septembre 1502, ASMn, AG, b. 2911, lib. 175, (...)
  • 28 Isabelle d’Este à Élisabeth de Gonzague, Mantoue le 5 octobre 1502, ASMn, AG, b. 2993 bis, lib. 14, (...)
  • 29 Charles de Montpensier, ainsi que le jeune seigneur de Foix, sera emmené en otage à Valenciennes dè (...)

25À l’automne 1502, le marquis prépare sérieusement son départ dont il fixe la date à la fin du mois de septembre27. Il quitte Mantoue le 6 octobre faisant étape dans sa demeure milanaise avant de poursuivre sa route, escorté par « environ soixante personnes et autant de chevaux »28. À Lyon il est accueilli par ses neveux, Charles et François de Montpensier, qui sont venus à sa rencontre, accompagnés de gentilshommes de la cour29. Puis le souverain en personne l’accueille comme un frère avec bien des égards tandis que la reine souffrant de douleurs dans les reins est absente. Claire, qui a fait diligence, arrive peu après, enfin comblée de revoir François, son frère adoré, et au dire de l’ambassadeur, les embrassades n’en finissent plus.

  • 30 Alessandro da Baese à Isabelle d’Este, Lyon le 27 octobre 1502, ASMn, AG, b. 629, 351. Alexandro da (...)
  • 31 Alessandro da Baese à Isabelle d’Este, La Palisse le 8 novembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 354. Alessa (...)
  • 32 Alessandro da Baese à Isabelle d’Este, Lyon, [non daté, vraisemblablement mi-novembre] 1502, ASMn, (...)

26Le marquis fait sensation à la cour de France où il est très entouré30. En raison d’une épidémie de peste qui sévit à Lyon, un mois plus tard, donc vers le 22 novembre, Louis XII emmène son hôte dans son château de Loches. Les souverains s’emploient à distraire leur hôte italien, lui proposant des parties de chasse et lui offrant des présents somptueux. Le roi a donné au marquis « une belle haquenée de couleur violet foncé » et à la reine « le plus beau chien que l’on ait jamais vu ». La marquise de Mantoue suscite bien des curiosités, le roi a entendu dire par ses courtisans qu’elle était « si belle, si gratieuse et si vertueuse » qu’il aimerait la rencontrer, à Milan peut-être, et s’il a des doutes sur le fait qu’elle soit devenue une bonne Française, néanmoins, désireux de lui plaire, il décide de lui offrir une haquenée qu’il fait garnir de velours31. François de Gonzague va déjeuner chez Anne, la fille de Claire, avant de se rendre chez sa sœur pour les fêtes de Noël32.

  • 33 Les rois de Naples : Ferrant I 1458-1494/ son fils : Alphonse II 1494-1495/ son neveu Ferrant II di (...)
  • 34 Jacopo d’Atri à Isabelle d’Este, Lyon le 7 janvier 1503, ASMn, AG, b. 629, 371-372 : dépouillé de s (...)
  • 35 Gennaro Toscano, « Les manuscrits de la librairie des rois d’Aragon de Naples saisis par Charles VI (...)

27Lors de ce séjour à la cour de France, le marquis a l’occasion de retrouver Frédéric d’Aragon qui avait sollicité la protection de Louis XII après que son cousin Ferrant II, qu’il avait appelé à l’aide pour repousser les Français, eut conservé le royaume pour lui-même33. Le souverain déchu s’était réfugié dans l’île d’Ischia le 4 août avant de s’embarquer pour la France le 2 octobre en compagnie du poète Jacopo Sannazaro qui l’avait rejoint dans son infortune et lui apportait son soutien34. L’ancien roi de Naples avait emporté quelques centaines de volumes de sa prestigieuse bibliothèque, parmi lesquels « 138 seront vendus au cardinal d’Amboise et transférés au château de Gaillon »35.

  • 36 Bartolomeo di Cavaleri à Hercule d’Este, Loches les 16 et 17 décembre 1502, ASMo, Cancelleria ducal (...)
  • 37 Alessandro da Baese à Isabelle d’Este, Loches le 26 novembre 1502, AsMn, AG, b. 629, 362.
  • 38 M. Orgralla à François de Gonzague, Blois le 21 mars 1502, ASMn, AG, b. 629, 323. [Lettre en espagn (...)
  • 39 Girifalchi ou zirifalchi, grands faucons blancs du Groenland et d’Islande, voir Giancarlo Malacarne(...)

28Les dîners et les bals se succèdent à la cour où les souverains se montrent particulièrement chaleureux à son égard. La reine en présence du roi lui montre ses bijoux, « les plus beaux du monde »36. Sur l’insistance de Louis XII qui lui a témoigné de si grandes démonstrations d’amitié, François de Gonzague accepte de différer son départ et offre au roi quatre superbes faucons blancs, des oiseaux de proie de grande valeur37. Très satisfait, celui-ci tient à honorer son hôte pour s’en faire un allié ou du moins un partenaire qui ne gênera plus sa politique. La Trémoille a promis solennellement à Angelo Ghivizano que François de Gonzague serait capitaine des Florentins38 et doté d’une bonne condotta de presque trois cents lances, affirmant à l’ambassadeur qu’il ne se passerait pas quatre jours avant qu’il ne soit en mesure de lui transmettre une excellente nouvelle. Le roi a tenu sa promesse : le marquis reçoit sa nomination de capitaine général de la République de Florence assortie d’un salaire de 25.000 ducats d’or39.

  • 40 Bernardinus Mazonus à Isabelle d’Este, Lyon le 4 décembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 313, 314. Isabell (...)
  • 41 Bernardinus Mazonus à Isabelle d’Este, Lyon le 6 décembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 315.
  • 42 Alessandro da Baese à Isabelle d’Este, Loches le 31 décembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 369.

29Isabelle d’Este reçoit de bonnes nouvelles de son époux. Il est à Loches avec le roi et tous deux se divertissent chaque jour avec des chiens et des faucons40. Le marquis est toujours honoré par le souverain qui a signé sa « conducta » avec les ambassadeurs Florentins41. Il cherche une occasion de témoigner sa gratitude au roi qui lui a accordé une pension qui se monte à trois mille trois cents ducats42.

  • 43 Le roi avait fait venir d’Italie Dom Pacello de Mercogliano, prêtre et jardinier napolitain qui des (...)
  • 44 Jean-Marie Cauchies, Philippe le Beau, le dernier duc de Bourgogne, Brepols, Turnhout, Belgique, 20 (...)
  • 45 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Blois le 6 mars 1503, ASMn, AG, b. 629, 713, voir Monique Cha (...)

30Louis XII a insisté à maintes reprises pour garder le marquis auprès de lui pendant la période des fêtes de Noël, invoquant plusieurs raisons. Il souhaite montrer à son hôte italien les nouveaux jardins de Blois43, précisant qu’ils seraient de retour à Lyon après la fête des rois. En outre il aimerait présenter le marquis à l’archiduc d’Autriche, très attendu à la cour, et dont la venue est imminente. En effet Philippe le Beau et son épouse Jeanne de Castille, qui avaient pris la route de Perpignan, se rendaient à Lyon pour les fêtes du carnaval, accompagnés d’une escorte extraordinaire de mille trois cents chevaux44. Selon différents témoignages de personnes interrogées, officiellement l’archiduc n’est venu que pour son plaisir et sa distraction mais en réalité des objectifs politiques sont en jeu et cette visite est particulièrement agréable au roi « parce qu’il en espère des solutions pour faire la paix »45.

  • 46 À propos du retour du marquis à Mantoue : Louis XII à Jean-Jacques Trivulce ?, Blois le 18 janvier (...)
  • 47 François de Gonzague au cardinal d’Amboise, au duc de Bourbon et à Louis de La Trémoille, Mantoue l (...)

31Malgré le souhait de Louis XII, François de Gonzague n’a pu attendre l’arrivée de l’archiduc d’Autriche et assister à son entrée solennelle à Lyon puisqu’il a quitté la cour le 18 janvier et Lyon avant le 12 février, date à laquelle Jacopo d’Atri a reçu une missive de Turin46. À peine rentré à Mantoue François de Gonzague adresse une missive commune au cardinal d’Amboise, au duc de Bourbon et à Louis de La Trémoille pour leur témoigner sa profonde gratitude et leur recommander de poursuivre leur bienveillance à la comtesse de Montpensier qu’il considère non seulement comme sa sœur mais aussi comme sa propre mère, les priant de veiller à ce qu’elle bénéficie toujours de la faveur du roi47.

Claire de Gonzague à François de Gonzague, Escolle le 12 décembre 1502, AsMn, AG, b. 2115, 19748.

A-Résumé

  • 49 Claire n’a pas revu François depuis son départ de Mantoue en mai 1497. Bernardino Mazonus à Isabell (...)
  • 50 Claire de Gonzague à François de Gonzague, Escolle le 12 décembre 1502, ASMn, AG, b. 2115, 197 : «  (...)

32Le 7 décembre Claire a eu l’immense joie d’accueillir son frère dans son château d’Escolle49. Après son départ, elle exprime le bonheur incommensurable qu’elle a ressenti et rend un vibrant hommage à François auquel elle voue un amour proche de la vénération. Après lui avoir rappelé qu’elle est toujours entièrement à son service, elle évoque son profond mal-être après avoir perdu « le soleil de sa vie ». Même si elle doit se préparer à en être privée, comme ce fut le cas depuis longtemps, néanmoins l’épreuve va se révéler plus pénible que par le passé car, lui fait-elle remarquer, « votre seigneurie sait bien quel mal cela fait d’apercevoir une grande lumière dans la nuit puis de la perdre » brusquement. Mais elle se réconforte à l’idée de le rencontrer une fois encore avant son retour à Mantoue et elle se réjouit de l’honneur et du triomphe qu’il reçoit à la cour de France50.

B-Contenu

[manu propria]

Illustrissimo signor mio fratelo honorandissimo etc.

Da poy li mie debite recomandatione et acadendomy meso expreso per mandar de per de là, non l’ò voluto lasar andar senza mie lettere e pregar per questa mia volio vostra excellenza che, si posso servir in qualche cosa vostra signoria, quella mi comandi et si l’acade che vostra signoria scriva a la illustrissima marquesana, volia far le mie recomandatione et al nostro monsignore, non desmenticando lo illustrissimo signor mio nepote et le madonine et tuti li altri.

Del mio star mai dopo perso la dolze vista di vostra signoria, ma<i> più non stete bene né alegra, che non è chosa che posa prosperar né star sana senza il sole, benché me bisogna preperarme de viver senza, come ho fato longue tempo, ma più deficil me serà per l’advenir che per il pasado, et vostra signoria sa bene che mal fa, andar de note a veder una grant lum<e> et poy perderla.

Ma io me reconforto che vederò nel partir ancora vostra signoria, et ve vederò andar con trionfe et honore e del vostro bene voglio alegrarme et viver, et confidandomi d’esser in la vostra gratia qu<e> la desidro più ch’el resto dil mondo, et di novo a quella me ricomando. Scrita in leto a Ecola a XV decenbris.

Vostra humili e obedient sorella Clara da Gonzaga Mon<pensieri>.

[écrit verticalement sur le côté de la missive] Prego la premira persona che lezerà questa <lettera> da poy il signore me aricomanda a tuta la conpaignia.

C-Contexte

  • 51 Angelo Ghivizano à François de Gonzague, Aigueperse le 26 janvier 1503, ASMn, AG, b. 629, 682 : « d (...)

33Une missive de Ghivizano rend compte de l’abattement et de la profonde mélancolie de la comtesse, qui se sent abandonnée et malade « de la contrariété et de la tristesse dues à son départ »51.

  • 52 Concernant l’abbesse : voir BnF, f. fr. 20 348, fol. 7 : « Aigueperse, 11 juillet 1520. Quittance d (...)
  • 53 Angelo Ghivizano à François de Gonzague, Aigueperse le 26 janvier 1503, ASMn, AG, b. 629, 682. L’ab (...)

34François de Gonzague a pousuivi sa route jusqu’à Aigueperse pour rendre une visite aux religieuses du couvent Sainte Claire bien que l’on en ignore la date exacte. L’abbesse du monastère Colette de Chazeron52, dans une missive non datée adressée au marquis, fait clairement allusion à sa venue et à ses dons dont elle se montre infiniment reconnaissante. Les moniales sollicitent une nouvelle aide financière pour l’achat d’une maison attenante à leur couvent ce qui leur permettrait d’agrandir les bâtiments car elles vivent à l’étroit, or, ne disposant pas des fonds, elles risquent de la perdre. Elles n’ont rien osé demander au marquis, pas même une aumône, mais sachant qu’il ne refuse rien à sa sœur, elles suggèrent que la comtesse, fondatrice du couvent, soit leur avocate. L’abbesse déplore de ne pas avoir eu connaissance de la date du départ du marquis et exprime son intention de faire un cadeau à la marquise, du fil blanc, si Claire pense que cela peut lui plaire53.

1503

  • 54 François de Gonzague à Claire de Gonzague, Mantoue le 21 mars 1503, ASMn, AG, b. 2911, 177, 32r.

35François de Gonzague s’attarde à la cour de France, en janvier il séjourne à Blois puis à Romorantin. Mais dès février il amorce son trajet de retour, sans attendre l’arrivée de Philippe le Beau. Il traverse la Bourgogne et atteint Turin le 12 février. Puis le 21 mars le marquis donne de ses nouvelles à Claire, évoquant leur soeur Élisabeth qui va bien « avec l’espoir d’être un jour consolée »54.

  • 55 Jacopo d’Atri à Isabelle d’Este, Blois le 15 février 1503, ASMn, AG, b. 629, 402 François de Gonzag (...)
  • 56 Jacopo d’Atri à Isabelle d’Este, Lyon le 12 avril 1503, ASMn, AG, b. 629, 435.

36La reine Anne de Bretagne a invité Éléonore, la fille de François de Gonzague, à faire partie de sa suite. Tandis que l’ambassadeur précise à la marquise Isabelle la mode et les usages de la cour55, la jeune fille se prépare à rejoindre le royaume de France, accompagnée de Sœur Osanna. Claire a chargé Monsieur de Moncochier d’avertir la reine que la fille d’Isabelle arriverait prochainement et Madame de Caylu a promis son dévouement à la princesse56.

  • 57 Isabelle d’Este à Louis XII, Mantoue le 20 février 1503, ASMn, AG, b. 2192, (non numérotée).
  • 58 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Blois le 9 mars 1503, ASMn, AG, b. 629, 420, 421.  Jacopo d’A (...)

37Des rapports très cordiaux s’instaurent entre les Gonzague et la cour de France et des présents prestigieux sont échangés. Le 20 février Isabelle remercie le roi pour l’accueil de son mari et pour le cadeau d’une haquenée57. Le cardinal se réjouit de recevoir bientôt son terzolo et monseigneur de Narbonne attend des faucons avec impatience58.

Claire de Gonzague à François de Gonzague, Aigueperse le 20 avril 1503, ASMn, AG, b. 629, 685.

A-Résumé

38Claire remercie pour « le cadeau de carême » puis donne des nouvelles de son fils Charles âgé de treize ans qui est l’otage de l’archiduc d’Autriche Philippe le Beau. Dans le post-scriptum, elle révèle qu’elle est depuis peu saisie d’une douleur atroce.

B-Contenu

Illustrissimo et excellentissimo signor fratello mio observandissimo,

Retornando indreto il vostro mulatere, qual ali dì passati me portette il vostro presente quadragesimale dil qual, per un’ altra mia portata per li vostri falconeri ve ringratiai, me haveria parso peccare se l’havesse lassato venire senza questa mia, per la quale ve significo che mazor piacere non poria havere in questo mondo cha spesse volte intendere il ben essere di vostra signoria et de la illustrissima vostra consorte et de lo illustrissimo et dolce vostro fiolino, de madona Lionora et de tutti li altri, consimelmente de madonna nostra duchessa, qual Dio per sua santa gratia la voglia consolare.

Vi significo etiam come io son sana et consimelmente mei filioli et filiole, che sonno aprovo di me et il mio primogenito, qual è anchora in obstagio per monsignor lo arciduc. Me ha scritto che se retrova star bene, imo che è piu sano che fusse mai et che là ha trovato uno nostro parente alemano che se apella lo principe de Scymail, qual ha per moglie una sorella dil re di Navarra, le qual gie fa tanti piasir e servicii che non seria possibile a dir più.

  • 59 Valenciennes.

Et me ha scritto come, essendo capitato ne la cita de Valentianes59, dove al presente se ritrovano, uno qual se diceva esser a voi et per <vostra> signoria diceva haver comprato otto grandi cavalli frisoni che menava cum lui, et essendo andati a bevere, uno homo che era su li ditti cavalli se anego, per il che li rectori de la justicia de monsignor l’archiduc fece prender tutti li ditti cavalli come confiscati per la loro consuetudine. Et se non fusse stato che lo ditto conductore have ricorso a mio fiolo come vostro noto parente, li haveria persi, perché lo prefato mio filiolo subito ne disse al ditto principe, notificandoli la parentela nostra, quale subito li fece de liberare, prometendo in fede de principe a li ditti rectori de la justicia, che se monsignor l’archiduc ne fusse mal contento che ne responderia.

Per il che, comprendo che in tutte chose è bono haver parenti e amici in ogni parte. Non so se lo ditto conductore de cavalli diceva il vero che era a voi, ma sia la chosa come si vole, ne debiamo haver grato al ditto principe de quello che, per nostro amor fece.

Non so sel cavallo ve mandava è arivato, se è arivato et non lo à trovati sì bello e bono come meritaresti, prego vostra signoria voglia aceptar il mio bon animo, et prego quella me voglia per infinite volte ricomandarmi a la illustrissima vostra consorte, a lo illustrissimo signor Federico et a madona Lionora, quale cum grande desiderio aspetammo, et me pare che più presto sia posibile che la debiati mandare. Et a vostra signoria de core me offero et aricomando. Ex Aquaspersa 20 aprillis.

Humilis soror vostra Clara de Gonzaga de Burbonio

Post scripta.

Me è sopravenuto cum grandissima velocità una sevissima e teribile egritudine, de la quale anchora non son sortita, tuttavia spero che cum lo aiuto de Dio me convalerò, Il quale prego che per sua clementia lo voglia fare, et a vostra signoria iterum me arecomando. Ex Aquaspersa 20 aprillis

C-Contexte

  • 60 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Lyon le 1er avril 1503, AsMn, AG, b. 629, 424, 425
  • 61 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Lyon le 5 mai 1503, ASMn, AG, b. 629, 445. Colombe près de Pa (...)

39Jacopo d’Atri s’est rendu à Aigueperse pour répondre au souhait de Claire qui a montré beaucoup de zèle pour obtenir par l’entremise de sa fille Louise le zanetto que le marquis désirait60. L’ambassadeur a écrit à Claire d’envoyer le cheval pour le transmettre à son frère en même temps que celui donné par le roi. Il informe le marquis que la paix d’Espagne a été ratifiée et que le souverain est arrivé à Colombe pour voir l’archiduc qui a été reçu avec grand honneur. Puis il signale à la fin de sa lettre que la comtesse est dans un état très grave61.

Testament de Claire de Gonzague, Aigueperse le 18 mai 1503, rédigé à trois heures de l’après-midi, ASMn, AG, b. 333, 140r-142v.

A-Résumé

40Claire délivre des instructions pour ses funérailles puis évoque le sort de ses enfants, de ses serviteurs et de ses suivantes. Elle précise les legs octroyés à plusieurs de ses proches. Le duc et la duchesse de Bourbon sont désignés comme exécuteurs testamentaires.

B-Contenu

Madona Chiara da Gonzaga, archiduchessa de Sessa, contessa di Monpensiere, dalphina d’Alverne, madona de la baronia de Mercur del paese de Combraia, d’Usel, d’Escolla et de Gienzat, sana di mente dententa nel lecto da infirmità, considerate che non è cosa più certa che la morte e cosa più incerta che l’hora di quella, non volendo deceder intestata, ha facto testamento et ordinantia de ultima voluntà como qui dopo seguisse.

Primo invocato Dei nomine, facta la confessione, ha donata et commandata la anima sua a Dio e volse esser soterata in la capella di San Aloise nel castello di Aquaspersa, cum la felice memoria del signore conte Gilberto suo marito e in l’habito di Santa Chiara, il quale l’ha richiesto al venerabile padre frate Zoanne de Molins, confessore de le sore di Santa Chiara e di essa testante.

Item ha instituito la predicta madona testante soi heredi universali in tutti et ciaschaduni suoi beni, Carlo, Francisco, Anna, Renea de Barbono, suoi figlioli, excepto de li beni qui sottoscripti:

  • 62 Notre Dame d’Orcival dans le Puy de Dôme. Les terres d'Orcival furent propriété des comtes puis des (...)

Item ha voluto et ordinato la prefata madona per remedio et salute del anima sua e di quella del signore suo consorte e altri suoi parenti et amici defuncti, esser fandate in perpetuo trai messe quottidiane videlicet, una granda in canto a diacono et sotto diacono de morti e due messe basse l’una de la Madona e l’altra del spiritu sancto et ha voluto e supplicato li executori dil suo testamento qui dreto nominati, che si vedeno la dicta capella di San Aloise esser troppo cargata de officii, vogliano far dire, l’una de le dicte messe, la quale avisarano fra loro in la chiesia di Nostra Donna di Orcivalle62 per consideratione di la devotione ch’el dicto signore suo marito havea, qual loco o altrove o ve parerà ali dicti executori.

Item ha donato a Carlo suo figliolo uno anello nel quale li è uno diamante in cuore e al quale essa testante fu sposata e li commanda ch’el voglia ben guardare a donarlo a sua moglie e sposarla cum quello e che lui, suoi fratelli e sorelle vogliano vivere in bona pace et unione a quali l’ha data la sua benedictione facendo il segno di la Santa Croce e raccomandando loro la anima sua.

Item ha donata e lassata una sua vesta di raso bruno fodrat<a> de zebelini a chiesa di San Claudio per farni ornamenti de chiesa.

Item ha lassato ale sore di Santa Chiara in la dicta terra di Aquaspersa, la summa de trecente e sesanta franchi per quelli exponere al pagamento de la casa da esse, compra da li heredi di maestro Barthelomeo Raynaldo o altro, che poranno acquistare per sgrandire il suo convento et perché esse sore pregano Dio per l’anima sua e faci<a> dire trentauna messa di San Gregorio e prega il dicto signore Carlo suo figliolo, voglia comprare a esse sore una <casa> dil forno, dicta la casa di Careton, per sgrandire il suo convento.

Item ha lassato a damisella Virginea da Gonzaga la summa di seto cento scudi d’oro in remuneratione de li boni grati servitii che per il passato ha facto ad essa madona testante per adjutar ad maritarla.

Item per simile cause ha lassata la supradicta madonna testante a damisella Chiara da Lignago la summa de cinquecento scudi d’oro.

Item per simile cause ha lassato a damisello Gabriel de Cornai cinquecento scudi.

Item ha lassato a damisella Magdalena di Pandolphini per simile cause la summa de cinquecento scudi.

Item a maestro Simphoniano de Grignano suo maestro di casa e medico per li servitii che lui ha facto per longo tempo, tanto in sanità quanto in infirmità, oltra e di sopra li sui salarii a lui debiti, la summa de mille scudi d’oro.

Item a Zoan Pelegrino suo scudero e Antonia de Caravazo sua moglier, ha voluto et ordinato, che godino le castellanie che Jacomino defuncto, barba del dicto Zoan tenea e ha comandato a <S>tephano Ravallo suo secretario che gli debbi fare le sue lettere de dono, e niente dimancho ha donato a Chiara la figliola, fioza de la dicta madona, per adjutare ad maritarla, la summa de trecento scudi e ha voluto che siano satisfacti de li avanci dil suo doto, se alcuna cosa avanzano.

Item a maestro Nicolao Barthelomeo consiglier e maistro sopra le domande di essa madona, la summa di cinquecento scudi d’oro per li servitii che li ha facti nel tempo di sue grande adversità et tribulatione, ultra il suo salario e quello ch’el dovrà havere.

Item a Stephano Raval, secretario di essa madona, per li grati servitii facti per longo tempo, ha lassato la summa di ducento scudi d’oro.

Item ha lassato a Guilmino, suo varletto di camera, per le cause sopradicte, la summa di cento franchi.

Item a Zaiotto Rosa, suoi spetiale, per li suoi servitii facti durante la sua infirmità, la summa di cento scudi.

Item a <Strirgone> Deleser suo credentiere per le cause ut supra, ha lassato cento franchi et a Piero de Lepo cento franchi.

Item a Michel Mivi, suo varletto di camera, a Brusiac e Piero, famili de dicto Michel, cento franchi ha lassato a partir fra lor, videlicet a dicto Michel quaranta et dicto Brusiac quaranta et al dicto Piero vinti.

Item ha lassato a messer Jacomo de Caveciera suo prete, la summa de cinquanta franchi.

Item a la Zoanna Panoliera, sua donna di camera, per li grati servitii che li ha facto, ha lassato la summa de cinquanta franchi.

Item ha lassato a la Zoanna, baila del signore Francisco, la summa de trenta franchi.

Item ha voluto la dicta madona testante che al signore de Ligona siano pagati la summa de ducento scudi che lui li presto quando de prima vene in Franza et etiam trei scudi che li presto per alcuni suoi bisogni.

Item ha voluto che Hyppolita di Montecucoli sia pagata e satisfacta dil suo dote, similmente ha voluto che Catherina Ysea, sua donna di camera, sia pagata dil suo dote, se alcuna cosa la de havere, et etiam che Bernardina de Folenghi sia pagata del suo dote, se alcuna cosa la resta havere, e ultra li ha donato cento scudi de più, mediante che suo marito non cognoscha il dote che li è stato pagato.

Item ha voluto che frate Zoane Fortiani, doctore e suo confesore, sia pagato del suo servire d’uno anno.

  • 63 Il s’agit de Louis.

Item ha voluto et ordinato che Beltramo di Salanova, sia pao servitore del signore suo figliolo, sia pagato de quello che li fu constituito et donato quando se marito da la felice memoria del signore suo figliolo defuncto63.

E generalmente che tutti li suoi servitori et altri quali debbeno havere alcuna cosa per la dicta madona dil che la fusse obligata a pagar, siano pagati e satisfacti senza dilatione di tempo e per expresso il debito, al quale il sopradicto Michel Mivi è condannato ali heredi de Zoane Picol frate defuncto.

E tutte le altre cose siano sopra il facto de la sua sepultura o altramente ha remesse ala ordinatione e bona voluntà al signore e madona il ducha e duchessa di Barbon, quali l’ha facti suoi executori, e supplicali humilissimamente como a qualli a quali nel tempo de la sua vita l’ha havuta la sua totale speranza tenuti e reputati in loco di padre e di matre, vogliano fare il presente testamento et ordinanza de ultima voluntà, sortischa al suo piano e puro effecto, dando a loro integro poter et auctorità de fare o poter fare ad impiere, attendere et tegnire le cose soprascritte par esse o par quelli ch’el suo bon parer serrà di cometterli.

Et ultra ha supplicato e richiesto li dicti signori e madona suoi executori ne le mane de quale già più tempo fa, havea posto le persone de lei e de figlioli, suoi beni e li loro.

Et al presente mette la sua anima raccomandandoglila e li suoi poveri figlioli e che il suo bon piacer sia di fare che li poveri servitori de la bona memoria del signore conte Gilberto suo marito siano satisfacti in tutto o in parte si possibile e li quali se contentarano como gli pare gratiosamente e <el> sopra più li donarano se a lor piaceno. E dice essa madona se Dio li donasse sanità di voler ricuparare il suo per più cause e fra le altre per satisfare ala voluntà del dicto signore suo consorte quando ben dovesse impegnare uno castello.

E dapoi raccomandare l’anima sua humilissimamente e li dicti signori suoi figlioli al suo molto temuto et honorato signore e fratel, el signore marchese di Mantua, e li ha richiesto perdonanza, supplicandolo che voglia considerare che l’è in paese forestiero et lontano da lui, di che l’ha più cordolio che de niuna altra cosa.

Ha voluto e vole la dicta madona testante ch’el presente testamento et ordinanza de ultima voluntà vaglia per forma de testamento nuncupativo per ordinanza de ultima voluntà e se non, per modo de codicello de donatione e legato o altramente in la meglior forma e modo ch’el pò o debbe valer, secundo rasion e le usanze del paese ove li soi beni sono situati et asignati, ordinando che littere de testamento ne siano facte per il notaro qua sottoscritto, presente aciò chiamati e richiesti per testimonii, il nobile homo Metelin Catelin capitaneo de Mosun, discreti homini e savii, maestri Roberto Chosuel, doctori in medicina, Benedetto de Montenal, secretario del reverendo padre in Christo, monsignore vescovo de Chiaramonte, Zoanne d’Ultra Vener <Per>sone, frate Gione di Molins confessore de le sore di Santa Chiara d’Aquaspersa, frate Gione Bavil suo compagno e messer Martino Bodet, canonico de la capella di San Aloyse, e parecchi altri aciò presente e chiamati.

Facto a dì XVIII de mazo MDIII circa l’hora de tre hore dopoi mezo dì.

C-Contexte

  • 64 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Lyon le 22 mai 1503, ASMn, AG, b. 629, 475.
  • 65 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Lyon le 26 mai 1503, ASMn, AG, b. 629, 477.

41Le marquis est nommé capitaine général avec La Trémoille pour la nouvelle Entreprise de Naples qui se prépare64. La reine attend impatiemment l’arrivée de la jeune Éléonore de Gonzague. L’ambassadeur pense que Claire est guérie65.

Claire de Gonzague à François de Gonzague, Aigueperse le 29 mai 1503, ASMn, AG, b. 629, 68666.

A-Résumé

42Dernière lettre de Claire de Gonzague, à notre connaissance dans laquelle la comtesse évoque ses souffrances puis, consciente de vivre ses derniers moments, elle exprime ses dernières volontés.

B-Contenu

Illustrissimo et excellentissimo signor fratello mio observandissimo,

Dapo ch’el mulatere vostro se partite de qua, de la grande egritudine che havea, de lì a otto zorni fui liberata, et apresso al ditto liberamento de lì a quindici giorni, m’è ne sopravenuto un’ altra molto più teribile, imo più cha crudele, cum dolori grandissimi stomacali et matricali et cum uno dolore più cha grandissimo ne le spalle, ma precipue ne la spalla dextra, cum febre continua, talmente che mi tengo per morta, abenché maestro Symphoniano non sia anchora tolto in tutto de speranza.

La voluntà de Dio sia fatta, al qual se al presente gie piace che me ne vada, come fratello amantissimo che me seti, qual so voria far ogni chosa possibile per mi, quanto so e posso vi prego che vogliati haver per ricomandato mei fioli e fiole, l’honore de la chasa et l’anima mia.

Non se maravigli vostra signoria se non ho sottoscrito la presente de mia mane secondo era mia usanza, perché per li dolori grandissimi che ho hauto et ho, precipue per il dolor de le spalle, li nervi talmente me son debilitati maxime quelli de li braci, che l’è imposibile che de essi me ne aida in fazion che sia, et me sonno remasti immobili come se fusseno morti.

E però vostra signoria se degnarà de perdonare a quella vostra obedientissima sorella, quale se more, non ha niun mazor regretto cha de abandonare vostra signoria che più amava cha si medesima. Non altro, se non che a vostra signoria me offero et aricomando et pregovi me aricomandati a la signoria de la marchesana et a tutti li nostri dilectissimi, pregandove strettamente che vogliate far fare oratione per me a le bone persone religiose di Mantua et precipue a sore Usanna nostra. Ex Aquaspersa XXVIIII de mazo.

Molto me congratulo cum vostra signoria de la bona inclinatione intendo ha il christianissimo re et tutti li signori di Franza verso voi, come verso uno che molto existimano et amano. Iterum a quella di core me arecomando.

La vostra dilectissima sorella Clara da Gonzaga de Burbone.

C-Contexte

43Claire de Gonzague décède le 2 juin 1503, le jour de la Pentecôte.

  • 67 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Aigueperse, le 5 juin 1503, AsMn, AG, b. 629, 496-497. Franço (...)
  • 68 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Lyon le 10 juin 1503, AsMn, AG, b. 629, 500-501. Voir aussi l (...)

44Auprès de la comtesse seuls étaient présents François et ses jeunes sœurs Anne et Renée car Charles est toujours retenu en otage à Valenciennes. Quant à Jacopo d’Atri, à son grand regret, il n’a pu arriver à temps pour la revoir vivante. Les trois enfants font part à leur oncle du décès de leur mère avec « la plus immense douleur et tristesse qu’il soit possible d’imaginer », recevant toutefois une profonde consolation en sachant que s’ils ont perdu « une mère très aimante », il leur reste un oncle bon et affectueux qui leur tiendra à la fois de père et de mère et les considèrera non seulement comme ses neveux mais aussi comme ses propres fils67. Avant sa mort, Claire avait émis le souhait que ses enfants vivent « dans la paix et l’union, leur donnant sa bénédiction par le signe de la croix et leur recommandant son âme »68.

  • 69 François de Gonzague à Isabelle d’Este, Gonzague le 11 juin 1503, AsMn, AG, b. 2215 bis, 215.
  • 70 Lettre autographe, citée par A. Luzio et R. Renier, Mantova, op. cit., p. 86, n. 2.

45Nous savons, grâce au témoignage du médecin, que la comtesse était particulièrement appréciée de tous ceux qui étaient à son service. Elle est regrettée également par ses sujets et par tous les seigneurs de la cour de France. L’ambassadeur déclare qu’elle est morte auréolée jusqu’à ses derniers moments de la gloire de cette noble Maison dont elle était issue. Après les funérailles, le médecin écrit au marquis pour renouveler l’éloge de sa sœur, évoquant son esprit brillant, sa prudence et son savoir, s’inclinant devant cette vie très vertueuse, dont l’honneur et la gloire qui y sont attachés rejaillissent sur la Maison Gonzague. Le 11 juin François annonce à sa femme Isabelle le décès de Claire, précisant qu’il veut porter son deuil et lui rendre hommage selon la coutume de Mantoue69. Élisabeth apprend le décès de sa sœur aînée alors qu’elle est encore en exil à Venise. Cette tragique nouvelle la bouleverse et elle écrit à Isabelle que la fortune, non seulement lui a enlevé son État mais « a commencé à la priver de son sang et d’une soeur qui lui tenait lieu de mère »70.

  • 71 Simfoniano Grignano à François de Gonzague, Aigueperse le 8 juin 1503, AsMn, AG, b. 629, 723. Simfo (...)
  • 72 Jacopo d’Atri à Isabelle d’Este, Lyon le 11 juin 1503, AsMn, AG, b. 629, 502. Jacopo d’Atri à Franç (...)

46Les serviteurs sont profondément attristés et surtout les dames d’honneur italiennes qui restent inconsolables. L’ambassadeur insiste auprès de François de Gonzague pour qu’il leur apporte son aide, lui faisant remarquer que tous ont si bien servi la comtesse que « jamais il ne lui a manqué quoi que ce soit », et en attendant il les a tous réconfortés, les assurant du soutien du marquis71. Il recommande à nouveau « les pauvres jeunes filles italiennes […] en vérité dignes de compassion », suggérant au marquis de faciliter leur retour à Mantoue. Celles-ci avaient suivi la comtesse en France en 1481 et maintenant elles aimeraient rentrer dans leur patrie et retrouver leur famille. Bien que Claire l’ait prévu, l’organisation de ce projet s’avère difficile à mettre en oeuvre, aussi placent-elles tout leur espoir dans la clémence et la bonté du marquis à leur égard, car ayant aimé leur maîtresse, elles sont persuadées qu’après sa mort, celle-ci ne peut manquer de les secourir. L’ambassadeur les a réconfortées, s’engageant au nom de son maître à pourvoir à tous leurs besoins. En définitive, le duc et la duchesse de Bourbon feront le nécessaire pour assurer leur retour et elles partiront trois jours plus tard accompagnées par l’apothicaire72.

  • 73 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Aigueperse, le 5 juin 1503, AsMn, AG, b. 629, 496-497.

47Maître Simfoniano a soigné Claire avec un dévouement exemplaire : après plus de deux mois passés auprès de la malade pendant lesquels il n’a même pas pris la peine de se dévêtir, il est épuisé, ayant accompli, estime Jacopo d’Atri, « ce que peu de gens ou aucun autre serviteur n’aurait fait pour son seigneur, comme tous à l’unisson le répètent ». Les gentilhommes de la maison de Montpensier, M. de Ligone, M. de Montcoquier, M. de Chalus et M. de Maumont ont procédé à l’inventaire des biens en attendant que le duc et la duchesse de Bourbon envoient une personne qui s’en chargera73.

48Les funérailles de la comtesse de Montpensier et le sort de ses proches

  • 74 Guillaume de Marillac, Vie du connétable Charles de Bourbon (1490-1521), éd. J. A. Buchon, Panthéon (...)
  • 75 Voir un cliché de la dalle qui recouvre le tombeau des comtes de Montpensier à Aigueperse dans Spar (...)

49Grâce au « rapport » de Jacopo d’Atri, mandaté par François de Gonzague pour le représenter, nous disposons d’un récit minutieux des faits qui ont suivi le décès de Claire, en particulier la cérémonie des funérailles. L’ambassadeur est resté à Aigueperse jusqu’au mercredi, jour où doit se dérouler l’office funèbre, et tenant à respecter les usages, il a choisi de porter les vêtements qui conviennent, c’est-à-dire « le manteau et le capuchon selon la coutume du pays ». De nombreux gentilshommes de la région, sujets des Montpensier, assistent à la somptueuse cérémonie dont les offices, assurés par trois abbés et des religieux en grand nombre, s’achèvent par une oraison récitée par un frère « qui évoquait la vie et les très grandes qualités de la défunte », faisant « l’éloge de la Maison Gonzague et de la Maison de Montpensier ». Après la messe « monseigneur François déjeuna en public en présence de nombreux gentilshommes, puis le maître d’hôtel et tous les officiers déposèrent leur charge, espérant la bachetta selon l’usage de ce pays ». L’inhumation a lieu dans la Chapelle Saint-Louis d’Aigueperse où Claire reposera selon son désir auprès de son époux et de son fils Louis. Le secrétaire Guillaume Marillac, thuriféraire de la Maison de Montpensier, commente avec solennité : « Dieu par sa grâce veuille avoir leurs ames en son paradis, auquel les nôtres les puissent voir après notre trépas ! »74. On peut déplorer que l’état actuel de la dalle funéraire, très abîmée à la révolution, ne permette pas de lire la moindre inscription75.

Notes

1 Ambassadeur ordinaire de Ferrare à la cour de France : instruction ducale du 30 octobre 1500. Dépêches du 19 novembre 1500 à mai 1505.

2 François de Gonzague à Francesco Malatesta, Mantoue le Ier janvier 1501, ASMn, AG, b. 2910, 169, 47r-v.

3 François de Gonzague à Angelo Ghivizano, Mantoue le 7 janvier 1501, ASMn, AG, b. 2910, 169, 51r-v.

4 Louis XII à François de Gonzague, Blois le 17 février 1501, ASMn, AG, b. 626, 38.

5 François de Gonzague à Angelo Ghivizano, Mantoue le 27 janvier 1501, ASMn, AG, b. 2910, 169, 60v.

6 Angelo Ghivizano à François de Gonzague, Chalons le 16 avril 1501, ASMn, AG, b. 629, 297.

7 Bartolomeo di Cavaleri à François de Gonzague, Chalons le 17 avril 1501, ASMn, AG, b. 629, 282.

8 Angelo Ghivizano à François de Gonzague, Chalons le I4 avril 1501, ASMn, AG, b. 629, 295, 296. Louis XII à François de Gonzague, Chalons le 17 avril 1501, ASMn, AG, b. 626, 39.

9 Angelo Ghivizano à François de Gonzague, Lyon le Ier avril 1501, ASMn, AG, b. 629, 293, 294.

10 Raillerie méprisante.

11 François de Gonzague à Claire de Gonzague, Mantoue le 16 septembre 1501, ASMn, AG, b. 2910, 172, 25v-25r.

12 Alexandro da Baese à François de Gonzague, Dijon le 19 août 1501, ASMn, AG, b. 629, 302, 303.

13 Louis de La Trémoille à François de Gonzague, Lyon le 18 août 1501, ASMn, AG, b. 626, 43.

14 Bartolomeo di Cavaleri à François de Gonzague, Lyon le 27 août 1501, ASMn, AG, b. 629, 290. [E.XV.3]

15 François de Gonzague à Hercule d’Este, Gonzague le 6 septembre 1501, ASMo, cart. Principi Esteri, b. 1181.

16 François de Gonzague à Francesco Malatesta, Mantoue le 29 décembre 1501, ASMn, AG, b. 2910, 169, 43r-v, 44r-v, 45r-v, 46r. [539, 540, 541, 542].

17 Un ambassadeur à François de Gonzague, Blois le 14 décembre 1501, ASMn, AG, b. 629, 304.

18 François de Gonzague à Louis de La Trémoille, Mantoue le 2 mars 1502, ASMn, AG, b. 2910, 173, 85r. François de Gonzague à Louis XII, Mantoue le 2 mars 1502, ASMn, AG, b. 2910, 173, 85r.

19 [Bernardo di Cavaleri ?] à François de Gonzague, Blois le 22 mars 1502, ASMn, AG, b. 629, 350.

20 Le comte de Cerrito à François de Gonzague, Blois le 12 avril 1502, ASMn, AG, b. 629, 327.

21 Lettre d’Anne de Bourbon-Montpensier à François de Gonzague, Aigueperse le 4 mai 1502, ASMn, AG, Miscellanea, B. 2, 325 [transcrite par Alain Baschet, « Quelques lettres », op. cit., p. 296-297.]

22 Isabelle d’Este à Claire de Gonzague, Mantoue le 27 juin 1502, ASMn, AG, b. 2993 bis, lib.13, 87r-v, n°232, copialettere [dans J. Cartwright, Isabelle, op. cit., p. 132]. François de Gonzague à Claire de Gonzague, Mantoue le Ier juillet 1502, ASMn, AG, b. 2911, 175, 68r-v, 69r.

23 Isabelle d’Este à François de Gonzague, Mantoue le 5 août 1502, ASMn, AG, b. 2993 bis, lib. 14, 9v-10r, n°17.

24 M. Sanuto, Diarii, op. cit., t. III, p. 369.

25 Ibid., t. IV, p. 574 : « el marchese vol andar da sua sorella di Mompensier » : « le marquis veut se rendre chez sa soeur de Montpensier ».

26 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Blois le 20 octobre 1500, ASMn, AG, b. 629, 217.

27 François de Gonzague à Angelo Ghivizano, Mantoue le 5 septembre 1502, ASMn, AG, b. 2911, lib. 175, 86r-v, 87r-v, 88r. François de Gonzague à Joanis Angelo Vicemalia, Mantoue le 6 octobre 1502, ASMn, AG, b. 2911, 176, 49v-50r.

28 Isabelle d’Este à Élisabeth de Gonzague, Mantoue le 5 octobre 1502, ASMn, AG, b. 2993 bis, lib. 14, 20r-v, n°47. François de Gonzague à Élisabeth de Gonzague, Mantoue le 5 octobre 1502, AsMn, AG, b. 2911, lib. 176, 49r-v. Le marquis certifie son départ pour le lendemain sans faute, Élisabeth peut faire parvenir à Isabelle les lettres qu’elle voudrait adresser à Claire. François de Gonzague à Giovanni Angelo Vicemalia, Mantoue le 6 octobre 1502, AsMn, AG, b. 2911, lib. 176, 49v-50r.

29 Charles de Montpensier, ainsi que le jeune seigneur de Foix, sera emmené en otage à Valenciennes dès le 25 janvier, gage de sécurité pour Philippe le Beau. Voir Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Blois le 25 janvier 1503, AsMn, AG, b. 629, 376.

30 Alessandro da Baese à Isabelle d’Este, Lyon le 27 octobre 1502, ASMn, AG, b. 629, 351. Alexandro da Baese à Isabelle d’Este, Lyon le ? novembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 697, 698.

31 Alessandro da Baese à Isabelle d’Este, La Palisse le 8 novembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 354. Alessandro da Baese à Isabelle d’Este, Loches le 12 novembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 355. Voir aussi Fébus de Gonzague à Isabelle d’Este, Blois le 6 décembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 337.

32 Alessandro da Baese à Isabelle d’Este, Lyon, [non daté, vraisemblablement mi-novembre] 1502, ASMn, AG, b. 629, 697-698 : « mon seigneur va passer les fêtes avec madame Claire qui auront lieu dans sa maison ».

33 Les rois de Naples : Ferrant I 1458-1494/ son fils : Alphonse II 1494-1495/ son neveu Ferrant II dit Ferrandino janvier-février 1495 et juillet 1495-octobre 1496 puis un autre fils Frédéric règne de 1496 à 1501) avant d’être contraint de s’exiler à la cour de France.

34 Jacopo d’Atri à Isabelle d’Este, Lyon le 7 janvier 1503, ASMn, AG, b. 629, 371-372 : dépouillé de ses États en 1501 par les Français puis par Ferrant le Catholique, le roi de Naples est condamné à implorer la générosité du roi de France, qui lui constitue une rente de trente mille livres sur le duché d'Anjou. À la cour Frédéric d’Aragon confie son malheur à l’ambassadeur mantouan, évoquant ses ennuis de santé : il souffre de la goutte et a du mal à marcher. Voir Marc Deramaix, « Jacques Sannazar en exil à la cour de France (1501-1505), Saint François de Paule et Saint Nazaire », dans J. Balsamo, « Quelques lettres », op. cit., p. 313-319.

35 Gennaro Toscano, « Les manuscrits de la librairie des rois d’Aragon de Naples saisis par Charles VIII » dans J. Balsamo, ibid., p. 345-360.

36 Bartolomeo di Cavaleri à Hercule d’Este, Loches les 16 et 17 décembre 1502, ASMo, Cancelleria ducale Estero, Ambasciatori, Agenti, Corrispondenti Estensi, b. III.

37 Alessandro da Baese à Isabelle d’Este, Loches le 26 novembre 1502, AsMn, AG, b. 629, 362.

38 M. Orgralla à François de Gonzague, Blois le 21 mars 1502, ASMn, AG, b. 629, 323. [Lettre en espagnol dont la traduction a été assurée gracieusement par Philippe Duboscq que nous remercions vivement].

39 Girifalchi ou zirifalchi, grands faucons blancs du Groenland et d’Islande, voir Giancarlo Malacarne, Le cacce del principe : l’ars venandi nelle terra dei Gonzaga, Il Bulino, Modena, 1998. Alessandro da Baese à Isabelle d’Este, Loches le 26 novembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 362. Angelo Ghivizano à Isabelle d’Este, Loches le 28 novembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 363. Alessandro da Baese à Isabelle d’Este, Loches le 22 novembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 358. Angelo Ghivizano à Isabelle d’Este, Loches le 22 novembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 359. Bernardino Mazonus à Isabelle d’Este, Lyon le 4 décembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 313-314. Pour la condotta du marquis, voir aussi Bernardino Mazonus à Isabelle d’Este, Lyon le 6 décembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 315.

40 Bernardinus Mazonus à Isabelle d’Este, Lyon le 4 décembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 313, 314. Isabelle d’Este à François de Gonzague, Mantoue le 6 décembre 1502, ASMn, AG, b. 2993 bis, lib. 14, 63 r- 64r, n°113.

41 Bernardinus Mazonus à Isabelle d’Este, Lyon le 6 décembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 315.

42 Alessandro da Baese à Isabelle d’Este, Loches le 31 décembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 369.

43 Le roi avait fait venir d’Italie Dom Pacello de Mercogliano, prêtre et jardinier napolitain qui dessina les jardins du château d’Amboise puis ceux de Blois.Voir Bartolomeo di Cavaleri à Hercule d’Este, Montrichard le 5 janvier 1503, ASMo, Cancelleria ducale Estero, Ambasciatori, Agenti, Corrispondenti Estensi, b. III. Voir Marie-Anne Michaux, Histoire de la Renaissance, Eyrolles, Paris, 2011, p. 172. Pierre Lesueur, « Pacello da Mercogliano et les jardins d’Amboise, Blois et Gaillon », Bulletin de la Société de l’Art français, n°1, 1935, p. 90-117. Concernant l’allusion aux jardins de Blois, voir Bartolomeo di Cavaleri à Hercule d’Este, Montrichard le 5 janvier 1503, ASMo, Cancelleria ducale Estero, Ambasciatori, Agenti, Corrispondenti Estensi, b. III.

44 Jean-Marie Cauchies, Philippe le Beau, le dernier duc de Bourgogne, Brepols, Turnhout, Belgique, 2003, p. 135-148. Bernardino Mazonus à Isabelle d’Este, Lyon le 8 décembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 317, 318 ; Bartolomeo di Cavaleri à Hercule d’Este, Loches le 16 et le 17 décembre 1502, ASMo, Cancelleria ducale Estero, Ambasciatori, Agenti, Corrispondenti Estensi, b. III. Voir aussi Bartolomeo di Cavaleri à Isabelle d’Este, Loches le 17 décembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 366. L’ambassadeur incite le marquis à attendre la venue de l’archiduc, le roi a donné à nouveau de l’argent pour ses frais. Bernardino Mazonus à Isabelle d’Este, Lyon le 8 décembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 317, 318.

45 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Blois le 6 mars 1503, ASMn, AG, b. 629, 713, voir Monique Chatenet et Pierre-Gilles Girault, Fastes de cour, Les enjeux d’un voyage princier à Blois en 1501, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 21 : Le 27 juin 1501 les ambassadeurs respectifs sont chargés de négocier le mariage de Charles de Gand avec Claude de France. « Conclu le 13 octobre 1501, le traité [de Trente] prévoit une paix perpétuelle tripartite entre l’Empire, les Pays-Bas et la France et ratifie le projet de mariage de Charles et de Claude. ». C’est dans ce contexte que débute le voyage du couple archiducal à travers la France.

46 À propos du retour du marquis à Mantoue : Louis XII à Jean-Jacques Trivulce ?, Blois le 18 janvier 1503, ASMn, AG, b. 626, 46 : « Mon cousin. Entr’autres requestes que m’a fait mon cousin le marquis de Mantoue à son partement ». Voir Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Blois le 12 février 1503, ASMn, AG, b. 629, 397 : le roi a appris avec plaisir que le marquis était bien arrivé à Turin avec les faucons. L’ambassadeur informe le marquis que le souverain doit se rendre à Moulins pour le carnaval avant de rejoindre Lyon où il accueillera Philippe le Beau. L’archiduc est entré en France le jour du carnaval. Après la signature de la paix avec l’Espagne début avril, Louis XII le reçoit avec grand honneur. Voir Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Blois le 6 mars 1503, AsMn, AG, b. 629, 713. Voir aussi Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Lyon le 1er avril 1503, ASMn, AG, b. 629, 424-425. Louis XII à François de Gonzague, Lyon le 4 avril 1503, AsMn, AG, b. 626, 47, 48 : « Mon cousin j’ay présentement conclu et accord traicté de paix avec mon cousin l’archeduc d’Austriche prince de Castille, ayant sur ce tout povoir, touchans les questions a différends [meuz] entre mes cousin et cousine les roy et reyne de Castille et moy, pour raison du partaige du royaume de Napples. Par lequel traicté juré et promis entre nous toutes les dictes questions, différendz et divisions d’une part et d’autre sont paciffiez et accordez et cessent tous actes et exploitz de guerre, dont deppendront beaucoup de biens à l’honneur de Dieu et de la chrétienté, desquelles choses je vous ay voulentiers voullu advertir, comme celuy que je scay certainement qui aimez et désirez la prospérité de mes affaires. Et à Dieu mon cousin qui vous ait en sa garde. Escript à Lyon le IIIIe jour d’avril. Loys [Dedoyn]. François de Gonzague à Jacopo d’Atri, Mantoue le 8 avril 1503, ASMn, AG, b. 2911, lib. 177, 33v-34r : récit des fêtes organisées pour célébrer la paix signée entre Louis XII et le roi d’Espagne. Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Lyon le 5 mai 1503, ASMn, AG, b. 629, 445. Ratification de la paix d’Espagne, le roi est arrivé à Colombe pour voir l’archiduc. [Colombe, près de Paris, une dépendance de l'abbaye de Saint-Denis dès le XIIe siècle. Le bourg se construit alors autour de l'artère y menant, l'actuelle rue Saint-Denis].

47 François de Gonzague au cardinal d’Amboise, au duc de Bourbon et à Louis de La Trémoille, Mantoue le 20 février 1503, b. 2911, lib. 176, 97r. [missive aimablement signalée par Laurent Vissière].

48 Lettre corrigée par M. H. Smith. Avec ma profonde gratitude.

49 Claire n’a pas revu François depuis son départ de Mantoue en mai 1497. Bernardino Mazonus à Isabelle d’Este, Lyon le 4 décembre 1502, ASMn, AG, b. 629, 313-314 : « Ce matin m’a été confirmé de vive voix par un marchand honorable d’Aigueperse que le seigneur marquis est arrivé à cet endroit où demeure madame Claire sa sœur, lequel s’appelle Escolle ».

50 Claire de Gonzague à François de Gonzague, Escolle le 12 décembre 1502, ASMn, AG, b. 2115, 197 : « et vostra signoria sa bene che mal fa, andar de note a veder una grant lume, et poi perderla ». Il s’agit vraisemblablement de la ville de Colle, située à l’est de Gannat (d’après la Carte de Cassini). Voir Armorial Bourbonnais, Escolle seigneurie proche de Chantelle. Voir aussi François-Jacques Chasles, Dictionnaire chronologique et historique, Claude Robustel, Paris, 1725, p. 559]. Philippe Carré, « Aux origines des Combault sur la Grande route d’Aiguepers : la seigneurie d’Escolle », Sparsae, n°55, p. 24-26.

51 Angelo Ghivizano à François de Gonzague, Aigueperse le 26 janvier 1503, ASMn, AG, b. 629, 682 : « de afano e grameza di la partita sua ».

52 Concernant l’abbesse : voir BnF, f. fr. 20 348, fol. 7 : « Aigueperse, 11 juillet 1520. Quittance de l’abbese des Clarices, sœur Collette de Chazeron à Annet Duprat, receveur du roi pour le bas-pays d’Auvergne, de la somme de 20 livres tournois donées par le roi au couvent ».

53 Angelo Ghivizano à François de Gonzague, Aigueperse le 26 janvier 1503, ASMn, AG, b. 629, 682. L’abbesse du monastère, [en 1500 il s’agit de Colette de Chazeron, voir Arsène Perrin, « Les couvents d’Aigueperse », Sparsae, n°13, Aigueperse, décembre 2005, p. 24, et note précédente]. Colette de Chazeron à François de Gonzague, Aigueperse, janvier (?) 1503, ASMn, AG, b. 629, 729. Colette de Chazeron à Claire de Gonzague, Aigueperse, janvier (?) 1503, ASMn, AG, b. 629, 731-732.

54 François de Gonzague à Claire de Gonzague, Mantoue le 21 mars 1503, ASMn, AG, b. 2911, 177, 32r.

55 Jacopo d’Atri à Isabelle d’Este, Blois le 15 février 1503, ASMn, AG, b. 629, 402 François de Gonzague à Jacopo d’Atri, Mantoue le 20 mars 1503, ASMn, AG, b. 2911, 177, 29r-v. Jacopo d’Atri à Isabelle d’Este, Lyon le Ier avril 1503, ASMn, AG, b. 629, 423.

56 Jacopo d’Atri à Isabelle d’Este, Lyon le 12 avril 1503, ASMn, AG, b. 629, 435.

57 Isabelle d’Este à Louis XII, Mantoue le 20 février 1503, ASMn, AG, b. 2192, (non numérotée).

58 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Blois le 9 mars 1503, ASMn, AG, b. 629, 420, 421.  Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Lyon le 7 avril 1503, ASMn, AG, b. 629, 426, 427.

59 Valenciennes.

60 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Lyon le 1er avril 1503, AsMn, AG, b. 629, 424, 425

61 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Lyon le 5 mai 1503, ASMn, AG, b. 629, 445. Colombe près de Paris, est une dépendance de l'abbaye de Saint-Denis dès le XIIe siècle. Le bourg se construit alors autour de l'artère y menant (l'actuelle rue Saint-Denis).

62 Notre Dame d’Orcival dans le Puy de Dôme. Les terres d'Orcival furent propriété des comtes puis des Dauphins d'Auvergne jusqu'en 1243. Au XIe siècle, une église, située à l'est du village, accueillait une statue de la Vierge, extrêmement vénérée ; une légende prétendait qu'elle avait été sculptée par Saint-Luc. Tout porte d'ailleurs à croire que la basilique actuelle fut édifiée en raison du succès grandissant d'un pèlerinage. Notre-Dame d'Orcival devint alors le nouveau lieu d'accueil de la célèbre statue, conservée aujourd'hui dans le sanctuaire de l'église, et qui est depuis l'objet d'un pèlerinage qui a lieu tous les ans le Jeudi de l'Ascension. La veille au soir, les pèlerins, venus dans la nuit de toute la région, assistent à une retraite aux flambeaux et à une messe de minuit. On attribue à cette basilique un pouvoir thaumaturge. Elle est parfois appelée notre Dame des fers pour son intercession en faveur des prisonniers. Sur les murs du transept Sud sont suspendus des boulets et des chaînes, qui sont des ex-voto déposés ici par des prisonniers libérés après avoir prié Notre Dame d'Orcival.

63 Il s’agit de Louis.

64 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Lyon le 22 mai 1503, ASMn, AG, b. 629, 475.

65 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Lyon le 26 mai 1503, ASMn, AG, b. 629, 477.

66 Lettre revue par M. H. Smith. Avec ma profonde gratitude.

67 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Aigueperse, le 5 juin 1503, AsMn, AG, b. 629, 496-497. François, Anne et Renée de Bourbon à François de Gonzague, Aigueperse le 8 juin 1503, ASMn, AG, Miscellanea, b. 2, 319. François et Anne de Bourbon à François de Gonzague, Lyon le 24 juin 1503, ASMn, AG, Miscellanea, b. 2, 320 : François n’hésite pas, à cette occasion, à demander un cheval pour lui-même et un autre pour son frère, informant le marquis que pour imiter ses vaillants aïeux, son frère et lui-même apprennent à courir la lance, et il prie son oncle de leur envoyer un homme qui puisse les former dans cet art.

68 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Lyon le 10 juin 1503, AsMn, AG, b. 629, 500-501. Voir aussi le Testament de Claire, ibid.

69 François de Gonzague à Isabelle d’Este, Gonzague le 11 juin 1503, AsMn, AG, b. 2215 bis, 215.

70 Lettre autographe, citée par A. Luzio et R. Renier, Mantova, op. cit., p. 86, n. 2.

71 Simfoniano Grignano à François de Gonzague, Aigueperse le 8 juin 1503, AsMn, AG, b. 629, 723. Simfoniano Grignano à François de Gonzague, Lyon le 27 juin 1503, AsMn, AG, b. 629, 724.

72 Jacopo d’Atri à Isabelle d’Este, Lyon le 11 juin 1503, AsMn, AG, b. 629, 502. Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Lyon le 1er Juillet 1503, AsMn, AG, b. 629, 519.

73 Jacopo d’Atri à François de Gonzague, Aigueperse, le 5 juin 1503, AsMn, AG, b. 629, 496-497.

74 Guillaume de Marillac, Vie du connétable Charles de Bourbon (1490-1521), éd. J. A. Buchon, Panthéon littéraire, Choix de chroniques et mémoires relatifs à l’Histoire de France avec notices biographiques par J. C. Buchon, Abel Pilon, Paris, 1875, p. 131 [bachetta : bâton de commandement].

75 Voir un cliché de la dalle qui recouvre le tombeau des comtes de Montpensier à Aigueperse dans Sparsae, n°61, op. cit., p. 36.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search