Version classiqueVersion mobile

Lettres italiennes de Claire de Gonzague, comtesse de Bourbon-Montpensier (1464-1503)

 | 
Claire Pierrart

Lettres italiennes de Claire de Gonzague, comtesse de Bourbon-Montpensier (1464-1503)

Nicole Pierrart

Texte intégral

Introduction

1Ce travail méticuleux n’aurait pu être mené à bien sans l’aide et les conseils des professeurs de paléographie Marc Smith et Bertrand Schnerb qui nous ont apporté avec constance une aide précieuse dans la transcription de quelques missives particulièrement ardues. Nous leur témoignons notre profonde reconnaissance ainsi qu’à la directrice des Archives de Mantoue, la dottoressa Daniela Ferrari qui nous a grandement facilité l’accès à cette correspondance.

2Nous n’oublions pas le professeur Rodolfo Signorini, grâce auquel nous avons pu élucider le sens de certains termes spécifiques, résolvant par la même occasion quelques problèmes de transcription. Qu’il en soit vivement remercié tout comme Laurent Vissière, maître de conférences à la Sorbonne et Lucie de Los Santos, maître de conférences à l’Université de Lille, pour leurs conseils judicieux.

  • 1 Alain Baschet, « Quelques lettres missives extraites des Archives de la maison de Gonzague », Notic (...)
  • 2 Pietro Ferrato, Lettere di donne mantovane del secolo XV, tratte dall’Archivio de’Gonzaga, Tip. Bal (...)
  • 3 Léon-Gabriel Pélissier, « Lettres de Bonaventure de Parme » dans Bulletin des travaux historiques, (...)

3Il importe également d’ajouter que nous avons profité du travail de recherche opéré précédemment par les historiens Alain Baschet1, Pietro Ferrato2 et Léon-Gabriel Pélissier3.

  • 4 À ce propos, voir la démarche de L-G Pélissier, Louis XII et Ludovic Sforza (8 avril 1498-23 juille (...)

4Cette édition inédite de la correspondance – en grande partie inexplorée – de Claire de Gonzague, fille aînée du marquis Frédéric Ier et petite fille du couple emblématique Louis de Gonzague et Barbara de Brandebourg, immortalisés par Andrea Mantegna dans la Camera Dipinta, est basée sur des sources épistolaires à la fois italiennes et françaises4.

  • 5 Nous avons consulté les ouvrages suivants : Marc H. Smith, Conseils pour l’édition des documents en (...)

5La correspondance de Claire et de ses proches est conservée essentiellement dans les Archives de Mantoue, de Milan et de Modène. Nous avons procédé à la consultation de deux cent soixante-trois lettres de la princesse et de plusieurs centaines de son entourage, provenant d’interlocuteurs divers, sa mère Marguerite de Wittelsbach, son époux Gilbert de Bourbon-Montpensier, sa belle-sœur Isabelle d’Este, son frère le marquis François de Gonzague ainsi que l’ambassadeur Jacopo d’Atri, pour ne citer que les plus importants. Il nous a fallu ensuite affronter le déchiffrement et la transcription de ces missives rédigées manu propria ou par des secrétaires, et dont la difficulté réside dans la graphie irrégulière et l’utilisation d’abréviations spécifiques, souvent empruntées au latin5.

  • 6 Gennaro Toscano, « Per la fortuna di Mantegna in Francia », catalogue de l’exposition Mantegna e le (...)
  • 7 Filippo Ugolini, Storia dei conti d’Urbino, Grazzini Giannini, Firenze, 1859, t. II, p. 58.

6À notre connaissance, jusqu’à présent, la correspondance de Claire de Gonzague n’a pas été ouverte en fonction de l’intérêt que peut susciter la princesse pour elle-même. La comtesse de Montpensier est restée dans l’histoire comme une sorte d’épiphénomène dont le nom est lié à la présence à Aigueperse du célèbre Saint Sébastien d’Andrea Mantegna, « premier chef-d’œuvre du maître à franchir les Alpes »6, une peinture sur toile que cette princesse a dû apporter avec sa dot en 1481 et il apparaît que les historiens ont bien souvent réduit son existence au rôle de mère du célèbre connétable Charles de Bourbon, « traître » à son roi7.

7Notre objectif a été de recréer le personnage d’une princesse méconnue et de brosser par petites touches une esquisse de la société de son temps par le biais du regard que celle-ci porte sur son époque qui est aussi celui d’une étrangère à la cour de France. Les missives font revivre sous nos yeux une famille princière que l’ambition dévorante entraîne dans la mise en œuvre d’une scénographie somptueuse, orchestrée par des artistes de renom et une stratégie politique retorse, nourrie de calculs et de volte-face machiavéliques. Elle offre au lecteur une page de l’Histoire bien connue, revisitée par le regard d’une princesse de l’ombre, animée d’une adulation inconditionnelle pour son frère François, marquis de Mantoue.

8Claire de Gonzague a tenté d’intervenir sur le cours de l’Histoire tout en apportant un charme italien à la cour d’Aigueperse où elle résidait avec le comte Gilbert de Montpensier. La comtesse, au train de vie particulièrement fastueux, a pu apparaître comme un modèle ultramontain de séduction et d’élégance raffinée, symbole de cette Italie idéalisée que rêvait de conquérir Charles VIII. Proche des souverains français et d’Anne de France comme de plusieurs princes italiens, elle s’est donnée pour mission de devenir l’artisan d’un rapprochement entre les deux patries sur différents plans, artistique, culturel et politique, par le biais d’une diplomatie soucieuse en permanence de l’entente entre le petit marquisat, fort de sa position stratégique, et le puissant royaume de France.

9En filigrane se révèle une personnalité charismatique dans les sphères d’influence où la princesse a évolué, la cour de France et la cour de Moulins, au moment où, précisément naît en France une profonde attirance pour le royaume d’Italie, exacerbée par le désir du roi de reprendre son héritage napolitain. Claire de Gonzague, comtesse de Bourbon-Montpensier, par son mariage avec le cousin du roi Charles VIII, a vécu à l’ombre des plus hauts personnages de son temps et exercé un pouvoir secret de nature à influer sur la diplomatie franco-italienne. La lecture des missives favorise une étude des rapports complexes qui se créent alors entre le royaume de France et les États italiens, en particulier le marquisat de Mantoue, à une époque donnée, la fin du XVe siècle, qui correspond à une période de tension et de crise diplomatique permanente entre les potentats des principautés italiennes et le roi de France.

10Ce parcours épistolaire nous a ouvert un champ supplémentaire riche en détails d’un grand intérêt : l’analyse du fonctionnement de la correspondance et l’évocation des modes de vie et des coutumes des différentes cours princières dont les détails parcourent les lettres, apportant des informations précises sur le quotidien de la princesse et de son entourage.

11Née en 1464 dans le château Saint Georges de Mantoue, Claire de Gonzague grandit au sein d’une cour raffinée, celle des marquis de Gonzague, condottières et mécènes, commanditaires du peintre le plus réputé de l’époque Andrea Mantegna. La jeune princesse a pu voir travailler le grand artiste, occupé pendant dix ans à réaliser la célèbre fresque de la Camera dipinta (appelée par la suite Chambre des Époux) dans la chambre de son grand-père Louis de Gonzague, petite pièce carrée donnant sur le lac qui fera office de salle d’audience prestigieuse pour accueillir les diplomates étrangers. Le marquis s’est fait peindre grandeur nature aux côtés de son épouse, l’illustre Barbara de Brandebourg, nièce de l’empereur, et de ses nombreux enfants. Des personnalités de renom et des familiers complètent la scène qui s’apparente aux représentations antiques par la solennité des poses figées pour l’éternité.

12Claire reçoit en compagnie de ses frères et sœurs, une éducation soignée, dispensée par des lettrés humanistes, notamment Mario Filelfo qui considère la cour de Mantoue comme un véritable paradis. La bibliothèque du palais, qui contient des manuscrits et des ouvrages exceptionnels, contribue à former l’esprit de la princesse, très intéressée par les romans de chevalerie inspirés de la vie du roi Arthur. Elle côtoie Isabelle d’Este (de dix ans sa cadette) fille du duc de Ferrare, qui deviendra sa belle-sœur, une princesse à la personnalité exceptionnelle reconnue comme femme de pouvoir et mécène liée aux humanistes de son temps. Leurs fiançailles ont lieu en même temps en 1480 lors de fêtes magnifiques au cours desquelles Claire exécute des pas de danse qui émerveillent l’assistance.

13Le marquis Frédéric a accepté avec joie la proposition flatteuse du roi de France Louis XI de marier sa fille aînée avec son cousin, le comte Gilbert de Bourbon-Montpensier résidant à Aigueperse en Auvergne. Après une cérémonie fastueuse à Mantoue au cours de laquelle le marié a été représenté par un ambassadeur, Claire entreprend un périple d’environ huit cents kilomètres pour rejoindre son époux. Son parcours à cheval et en litière depuis sa ville natale jusqu’à Aigueperse est jalonné d’étapes marquées par de brillantes réceptions destinées à lui rendre hommage. Le mariage est consommé dans la résidence royale de Cusset où Gilbert est venu la surprendre en cachette. Le lendemain Claire fait une entrée solennelle à Aigueperse, honorée par les consuls et les habitants de la cité auvergnate tandis que le comte Louis Ier de Montpensier et sa fille Gabrielle lui réservent un accueil chaleureux.

14Après son mariage la comtesse vit au château d’Aigueperse où elle crée une cour italianisante, recevant des compatriotes recommandés par les Gonzague mais aussi des artistes et des réfugiés napolitains. De nombreux messagers, des ambassadeurs et des écrivains venant de plusieurs villes d’Italie expriment le désir de faire étape ou même de séjourner à Aigueperse où le comte et la comtesse sont heureux de les recevoir.

15Épouse d’un pair de France, Claire fait partie des dames d’honneur qui accueillent Anne de Bretagne au moment de son mariage avec Charles VIII le 6 décembre 1491. Elle assiste l’année suivante au couronnement de la reine à Saint-Denis puis au départ de la « petite reine » Marguerite d’Autriche, sacrifiée à la raison d’état.

  • 8 Le futur connétable de Bourbon.

16Sa vie se déroule dans les nombreuses résidences royales : Amboise, Tours, Saint-Germain, Bourges et surtout Lyon. Claire appartient au cercle de la reine dont la profonde spiritualité a marqué la comtesse comme toutes ses dames d’honneur. La lecture des livres dédiés au culte de Notre Dame a pu l’inciter à commander une pièce de théâtre, Le Mystère de la Conception, qui sera représentée à Aigueperse. Des liens étroits unissent les Montpensier au roi qui assiste au baptême de leur fils Charles dont il est le parrain8. À cette occasion un tableau a été commandé au peintre florentin Benedetto Ghirlandaio, frère du célèbre Domenico, une Nativité conservée aujourd’hui dans l’église d’Aigueperse.

17Claire est restée en contact permanent avec sa patrie d’origine par le biais de la correspondance et des incessants allers et retours de ses messagers, familiers ou princes amis des Gonzague, qui lui transmettent régulièrement les nouvelles privées et politiques, apportent des présents, souvent de grande valeur, de belles étoffes, des objets d’art somptueux ou même des sommes d’argent importantes. Le tableau du Saint Sébastien, réalisé par Andrea Mantegna, que Claire a dû vraisemblement apporter avec sa dot, constitue le plus prestigieux des cadeaux échangés entre les deux cours.

18La comtesse maintient un lien solide avec sa famille proche et plus particulièrement avec le marquis et son épouse qui la tiennent au courant des événements marquants de leur vie quotidienne qu’ils aiment lui faire partager. Claire a toujours entretenu d’excellentes relations amicales avec sa belle-sœur Isabelle d’Este : elle évoque pour elle les plaisirs de la cour où se déroulent en permanence des fêtes splendides et elle est fière de préciser qu’elle-même et son mari sont très touchés de la sollicitude et de l’extrême gentillesse du souverain à leur égard. En juin 1486, Claire revient passer une année à Mantoue pour revoir sa famille et se faire soigner dans la station thermale de Petriolo.

19Sa présence dans le comté de Montpensier, à Moulins chez Anne de Bourbon ou encore à la cour de France représente un pôle d’attraction pour les Italiens qui se rendent dans le royaume, ce qui amène peu à peu la princesse à jouer un rôle diplomatique, défendant la cause des visiteurs d’outremonts qui se joignent parfois au clan des exilés au sein duquel Claire de Gonzague joue un rôle discret mais efficace.

  • 9 François de Gonzague à Claire de Gonzague, Gonzaga le 15 août 1493, ASMn, AG, b. 2905, lib. 148, 25 (...)

20Poussée par un souci permanent de porter haut l’honneur de la Casa Gonzaga, Claire échange régulièrement avec François des nouvelles politiques sous le sceau d’un secret absolu. Le marquis tient sa sœur au courant de ses choix stratégiques, soit directement, soit par l’entremise de messagers sûrs comme Alessandro da Baese. Ainsi le 15 août 1493 François demande à sa sœur de réserver un bon accueil à l’envoyé du Grand Turc, le Grec Michele Christojebali, qu’il vient d’accueillir au palais avec tous les honneurs dus à son maître le sultan. Il prie Claire de « l’honorer et de le traiter avec autant d’égards que s’il s’agissait de lui-même ». Puis il lui confie ses doutes concernant une guerre imminente : « ici rien de nouveau si ce n’est qu’à certains signes j’ai compris que cette année la guerre éclatera dans une partie de l’Italie »9.

21Dès le mois de janvier 1494 Claire annonce les préparatifs de l’entreprise de Naples à son frère, qui en informe aussitôt ses ambassadeurs à Venise. Malgré l’insistance de Claire et de Gilbert qui lui écrivent tous les deux pour appuyer la proposition royale, le marquis refuse poliment mais fermement le titre de capitaine, se disant engagé vis-à-vis de la Sérénissime qu’il ne peut trahir, et pour la même raison il ne pourra permettre le passage de l’armée française.

22Au début du mois de septembre, Gilbert de Montpensier, nommé lieutenant-général des armées royales, accompagne Charles VIII dans sa conquête du royaume de Naples. Claire rejoint Mantoue où Isabelle d’Este l’accueille volontiers bien que son époux François de Gonzague, nommé chef de la Ligue vénitienne, s’oppose directement au roi de France. La stratégie diplomatique de Claire, en liaison permanente avec son frère pour des transmissions secrètes d’informations à caractère politique, va s’intensifier considérablement pendant l’Impresa, la comtesse poursuivant activement son but de rapprocher le marquis et le roi pour en faire des alliés.

23La conquête connaît son apogée avec l’entrée grandiose de Charles VIII à Naples le 12 mai 1495, suivie par la nomination prestigieuse de vice-roi de Naples pour Gilbert. Mais le 6 juillet la situation se retourne brutalement au lendemain de la bataille de Fornoue dont la victoire est revendiquée par les deux parties. C’est la chute pour l’armée du comte de Montpensier qui, battu par les armées de la Ligue de Venise, meurt en captivité de malaria et d’épuisement avec la plupart de ses hommes. De Castellammare di Stabia les soldats devaient être embarqués pour la Provence mais le roi de Naples Ferrant d’Aragon n’a pas tenu sa parole. C’est Isabelle d’Este qui apprend à Claire le décès de son époux le 9 novembre 1496 à Baïes.

24La comtesse devenue veuve doit affronter de graves problèmes financiers. L’expédition de Gilbert à Naples s’est révélée très onéreuse si bien qu’elle a dû contracter des dettes pour faire face aux dépenses occasionnées par une famille nombreuse et un mode de vie dispendieux. Alors qu’elle décide de rejoindre Aigueperse pour s’occuper de ses enfants et solliciter des subsides du roi de France qui lui a promis sa protection, celui-ci, fermement décidé à s’emparer du duché de Milan, cherche à la marier avec Ludovic Sforza auquel il propose des conditions que le duc jugera inacceptables. Sous le gouvernement de Louis XII qui succède à Charles VIII, décédé d’apoplexie le 8 avril 1498, il y eut d’autres tentatives rocambolesques de marier la comtesse.

25Au cours de l’année 1499, Claire renoue avec son activité politique, dans le but d’inciter François à maintenir de bons rapports avec Louis XII qui, après le duché de Milan, envisage de conquérir le petit marquisat. Tout au long de la crise de 1500, elle met son talent de diplomate au service de son frère pour sauver leur patrie. En dépit d’une santé souvent défaillante et malgré d’âpres querelles avec son fils aîné Louis à propos d’un litige concernant l’héritage des Montpensier, Claire s’engage fermement dans cette mission difficile, animée à la fois par une profonde affection qui la lie depuis toujours à son frère et par le souci qu’elle partage avec lui de défendre sa patrie et l’honneur de la Casa Gonzaga. Cependant, contrairement à François, le condottière fougueux et imprévisible, elle ne s’éloigne pas de la ligne qu’elle s’est fixée, restant rigoureusement fidèle à son roi. Elle n’aura de cesse de le faire rentrer « dans le droit chemin » et d’obtenir son retour en grâce auprès de Louis XII.

26Avec l’aide de ses fils Louis et Charles, la comtesse orchestre avec discrétion et persévérance la mise en place de la défense de François et elle est aidée dans cette tâche délicate par des hommes entièrement dévoués à la Casa Gonzaga qui ont toute sa confiance. Depuis son veuvage, elle est très entourée par le duc et la duchesse de Bourbon qui la reçoivent régulièrement à Moulins et elle bénéficie du soutien indéfectible de son beau-frère Louis de La Trémoille, capitaine de l’armée française, et de son épouse, Gabrielle de Bourbon-Montpensier, la sœur de Gilbert, avec lesquels elle échange des lettres amicales. Parmi ses nombreuses relations Claire sait qu’elle peut aussi compter sur le duc de Catanzaro, un réfugié napolitain qui vit à la cour de France et dont l’épouse est l’amie d’Isabelle d’Este.

27Cependant le sort s’acharne contre la comtesse et sa famille : Louis, son fils aîné, décède au cours de la nouvelle campagne de Naples le 14 août 1501 tandis que Charles est retenu comme otage à Valenciennes en raison du passage en France de Philippe le Beau, archiduc d’Autriche.

28L’été 1502 marque les excellents rapports du marquis avec le roi grâce à la diplomatie intelligente et habile de la comtesse qui entretient des rapports amicaux avec les seigneurs les plus influents de la cour comme Louis de La Trémoille son beau-frère, et par l’entremise de celui-ci, avec Georges d’Amboise, l’omnipotent cardinal de Rouen. Les relations entre le marquis et les souverains sont devenues très cordiales au point que la reine Anne de Bretagne souhaite vivement accueillir dans sa suite la jeune Éléonore de Gonzague qu’elle s’engage à recevoir « de bon cœur » et même la marquise Isabelle si celle-ci le souhaite. Des relations apaisées marquent les rapports avec le roi de France dont le marquis est l’invité du 27 octobre 1502 au 18 janvier 1503.

29Épuisée par la maladie qui la ronge depuis de nombreuses années, Claire décède très chrétiennement le 2 juin 1503. Selon son désir elle est inhumée dans la Sainte-Chapelle d’Aigueperse auprès de son époux Gilbert de Bourbon-Montpensier. Consciente de sa fin proche, elle avait délivré ses dernières instructions à son frère, lui recommandant ses enfants, l’honneur de la Maison Gonzague et son âme.

Fortune et destin de la famille de Montpensier

30La branche cadette des Bourbon-Montpensier se poursuit grâce à Louise, la fille aînée de Claire et de Gilbert.

31Louise épouse à Saint-Pierre le Moutier, act. Nièvre, le 17 juillet 1499 André IV de Chauvigny, vicomte de Brosse, baron de Retz et de Briolay, seigneur de Châteauroux, Argenton, Aigurande, Cluys et Chastellet en Berry et la Suze.

32Après le décès de celui-ci le 4 janvier 1502, elle se remarie à Moulins, le 21 mars 1504, avec son cousin Louis Ier de Bourbon-Vendôme (1473-1520), prince de La Roche-sur-Yon, seigneur de Champigny. Louise meurt le 5 juillet 1561 et elle est inhumée dans la Sainte-Chapelle de Champigny.

Descendance de Louise de Bourbon-Montpensier

33Suzanne (1508 † 1570), mariée à Claude Ier de Rieux, comte d'Harcourt et d'Aumale († 1532).

34Charles (1515 † 1565), prince de la Roche-sur-Yon.

35Louis III de Bourbon-Vendôme, duc de Montpensier (1513-1582). En 1538, il épouse Jacqueline de Longwy (+1561), comtesse de Bar-sur-Seine, fille de Jean IV de Longwy (Neublans), baron de Pagny, et de Jeanne d'Orléans, sœur illégitime de François Ier. À l'occasion de son mariage, le roi de France rend à sa mère, Louise de Bourbon-Montpensier, les terres de son grand-père Gilbert : le comté de Montpensier érigé en duché pour l'occasion ainsi que les comtés de Forez et de Beaujeu. Puis en 1543, il reçoit le dauphiné d'Auvergne.

36Leur fille Anne de Bourbon-Montpensier (1540-1572) épouse en 1561 François II de Clèves (1540-1562).

37François de Bourbon-Vendôme (1542-1592), prince dauphin d'Auvergne devient duc de Montpensier en 1582. En 1566, il épouse Renée (1550-1586), fille de Nicolas d’Anjou – issu d'une branche bâtarde des rois de Naples – et de Gabrielle de Mareuil. Marquise de Mézières, comtesse de Saint-Fargeau, dame de Mareuil et de Villebois, celle-ci devient duchesse de Montpensier après son mariage. Après son décès vers 1586, son époux se marie en secondes noces avec Catherine de Lorraine (1522-1596).

38Henri de Bourbon-Vendôme (1573-1608), marié à Henriette-Catherine (1585-1656), duchesse de Joyeuse.

39Marie de Bourbon (1605-1627), mariée à Gaston de France (1608-1660), duc d’Orléans.

40Anne d’Orléans (1627-1693), dite La Grande Mademoiselle [petite-fille de Henri IV, cousine germaine de Louis XIV]. À sa mort, ses biens reviennent à la Couronne. Montpensier est donné à Monsieur, frère de Louis XIV, et se transmet dans la branche d’Orléans jusqu’à Philippe Égalité qui remet le titre à son fils Antoine d’Orléans (1775-1807).

41Le dernier Orléans à porter le titre de duc de Montpensier est Ferdinand (1884-1924), le plus jeune fils du comte et de la comtesse de Paris, prétendant à la Couronne de France, mort sans postérité dans son domaine auvergnat de Randan.

Notes

1 Alain Baschet, « Quelques lettres missives extraites des Archives de la maison de Gonzague », Notices et documents publiés pour la société de l’Histoire de France à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa fondation, Paris, 1884, p. 283-304.

Alain Baschet « Recherches de documents d’art et d’histoire dans les Archives de Mantoue », Gazette des Beaux-arts, Paris, 1866, t. XX, p. 318-339 et 478-491.

2 Pietro Ferrato, Lettere di donne mantovane del secolo XV, tratte dall’Archivio de’Gonzaga, Tip. Balbiani e Donelli, Mantova, 1878.

3 Léon-Gabriel Pélissier, « Lettres de Bonaventure de Parme » dans Bulletin des travaux historiques, 1890. Léon-Gabriel Pélissier, Notes italiennes d’Histoire de France dans Revue des langues romanes, quatrième série, t. XXXVII, Montpellier, 1893-1894. X : « Lettre de condoléances de François de Gonzague, marquis de Mantoue, pour la mort de Gilbert de Montpensier », [Original aux Archives de Mantoue b. 2907, 45], « le marquis de Mantoue à Charles VIII », p. 217-219, « Le marquis de Mantoue au duc de Bourbon », « Le marquis de Mantoue à Louis de Montpensier », p. 220-221. XI : « Délibérations de Venise en faveur d’Accurse Maynier », p. 221-223. XV : « Trois relations sur la situation de la France en 1498 et 1499, envoyées au duc de Ferrare », p. 457-469. Léon-Gabriel Pélissier, « Una lettera di Luigi di Montpensier e altri documenti che vi si riferiscono (1496-1499) », Note italiane sulla storia di Francia, Archivio Storico Italiano, ser. V, t. XIII, Firenze, 1894, p. 104-106.

4 À ce propos, voir la démarche de L-G Pélissier, Louis XII et Ludovic Sforza (8 avril 1498-23 juillet 1500), Recherches dans les Archives italiennes, Fontemoing, Paris, 1896, Avant-propos.

5 Nous avons consulté les ouvrages suivants : Marc H. Smith, Conseils pour l’édition des documents en langue italienne (XIVe-XVIIe), dans Bibliothèque de l’École des Chartes. Littératures dialectales de la France, Librairie Droz, Paris-Genève, 2001, t. 159 et Adriano Cappelli, Lexicon Abbreviaturarum, Dizionario di abbreviature latine ed italiane, ed. Ulrico Hoepli, Milano, 1954.

6 Gennaro Toscano, « Per la fortuna di Mantegna in Francia », catalogue de l’exposition Mantegna e le arti a Verona, 1450-1500, Marsilio, Verona, 2006, p. 95-103. Voir p. 169.

7 Filippo Ugolini, Storia dei conti d’Urbino, Grazzini Giannini, Firenze, 1859, t. II, p. 58.

8 Le futur connétable de Bourbon.

9 François de Gonzague à Claire de Gonzague, Gonzaga le 15 août 1493, ASMn, AG, b. 2905, lib. 148, 25v. [« honorarlo e accarezarlo, ché non mancho ce serà grato tal honore et careze factoli per quella, che se fussero conferite in la mia propria persona »]. François de Gonzague à Claire de Gonzague, Mantoue le 20 octobre 1493, ASMn, AG, b. 2905, 58r-v : [« In queste parte non è nova alcuna, se non che per certi signi coniecture, cognoscho che l’ha ad essere l’anno che vene guerra in qualche parte de la Italia ».].

Auteur

ndpierrart@yahoo.fr

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search