Version classiqueVersion mobile

Lettres italiennes de Claire de Gonzague, comtesse de Bourbon-Montpensier (1464-1503)

 | 
Claire Pierrart

Préface

Gennaro Toscano

Texte intégral

1J’ai eu l’occasion de connaı̂tre Madame Pierrart à l’Université de Lille 3 en 2003 lorsqu’elle décida de reprendre des études d’italien et d’histoire de l’art. Inscrite en Deug d’italien, elle s’est vite passionnée pour la production artistique de la Péninsule italienne et a suivi tous les cours d’histoire de l’art italien de la première année jusqu’aux séminaires de maı̂trise et de DEA. L’histoire de l’art de la Renaissance et en particulier l’art de cour au Quattrocento ont rapidement attiré son attention et aiguillé sa passion. Les excellents résultats atteints dans cette discipline ont orienté son choix du sujet de maı̂trise : La fortune de Mantegna en France aux xvie et xviie siècle, mémoire soutenu en 2008. Ce sont les années « Mantegna ». Le ve centenaire de la mort de l’artiste padouan en 2006 a été en effet célébré en Italie avec des expositions remarquables à Padoue, à Mantoue et à Vérone, puis en 2008 à Paris, au musée du Louvre. Ces événements et les nombreux colloques qui se sont succédé à Padoue, à Vérone, à Mantoue et à Rome ont fait naı̂tre l’idée de confier à Madame Pierrart un sujet autour de Claire de Gonzague, étoile méconnue dans le firmament des princesses italiennes de la Renaissance. En proposant ce sujet, iI y avait une arrière-pensée : lancer une étudiante expérimentée sur les pistes du premier chef-d’œuvre de Mantegna arrivé en France à Aigueperse, le célèbre Saint Sébastien au musée du Louvre depuis 1908. Seule une étudiante motivée et sérieuse aurait pu faire lumière sur ce chef-d’œuvre de la Renaissance. C’est ainsi que Madame Pierrart a accepté ce pari : les centaines de documents conservés aux archives de Mantoue ne la découragèrent pas.

2Si après les premiers dépouillements, le silence continuait à envelopper le chef-d’œuvre de Mantegna, des centaines de lettres écrites et reçues par la princesse ou par d’autres membres de la famille Gonzague ou de la cour de France ont été mises en lumière. Ces découvertes obligèrent à revoir le plan de travail et surtout le sujet de la thèse. Il fallait changer de cap : passer d’une recherche centrée autour du Saint Sébastien et d’un éventuel mécénat de Claire Gonzague à un travail de fond sur la personnalité de la princesse de Mantoue et sur son rôle dans les relations diplomatiques entre France et Italie dans une époque charnière de l’histoire européenne. Sans la complicité, l’aide et la bienveillance de Bertrand Schnerb, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Lille, ce travail n’aurait jamais atteint ces résultats. Cette double direction a permis à Madame Pierrart d’élargir son propos et de réorienter ses recherches. D’où le choix de redonner vie à une princesse qui avait vécu à l’ombre de grands personnages de son temps.

3Madame Pierrart a soutenu sa thèse, À la charnière de deux mondes. Claire de Gonzague, comtesse de Bourbon-Montpensier (1464-1503). Rôle diplomatique et culturel d'une princesse italienne à la cour de France, à l’Université de Lille 3, le 12 décembre 2013. Il s’agit d’un gros travail doctoral malgré les difficultés nombreuses qu'elle a rencontrées sur sa route, notamment en raison de la nature des sources et de leur éparpillement dans près d'une dizaine de dépôts d'archives et de bibliothèques, localisés surtout en France et en Italie. Madame Pierrart a courageusement relevé le défi et on ne peut que souligner que son travail est une réussite. Il se présente sous la forme d'un volume de 627 pages dont 539 pages de texte, un catalogue de sources et de bibliographie couvrant 40 pages, 36 pages d'annexes parmi lesquels on trouve un dossier cartographique, des tableaux généalogiques, des reproductions et des transcriptions de documents (notamment l'édition du testament de Claire de Gonzague), des documents iconographiques et un utile glossaire. On trouve aussi un index des noms propres (dont la conception est peut-être à revoir, ou tout du moins à uniformiser, pour les noms de personnes : certaines entrées sont au nom de baptême et d’autres au nom de famille). Enfin, l'ensemble est complété par des tables : table des illustrations et table des matières générale. Le travail a réçu les félicitation du jury.

4Madame Pierrart a publié déjà une monographie tirée de sa thèse : Claire de Gonzague, Comtesse de Bourbon-Montpensier 1464-1503. Une princesse intalienne à la cour de France, préface de Gennaro Toscano, Septentrion, presses universitaires, 2017.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search