Version classiqueVersion mobile

La Résistance en France et en Belgique occupées (1914-1918)

 | 
Robert Vandenbussche

Annexes

Texte intégral

Caricature belge : Le Manneken Piss
(Coll. privée)

Caricature belge : Distraction de Guillaume II en Belgique
(Coll. privée)

Carte postale caricature : La Belgique proteste
(Coll. privée)

Discours d’Eugène Garin, maire de Cambrai, le 24 mai 1920. Obsèques d’Achille Doucedame, condamné pour espionnage et fusillé par les Allemands, le 1er novembre 1915

1Mesdames, Messieurs,

2Parmi les faits les plus saillants et les plus douloureux d’une occupation odieuse et cruelle qui, quatre années durant, s’est appesantie sur nos malheureuses populations, se place la série d’arrestations pour cause d’espionnage du mois d’août 1915 et les condamnations qui en furent l’aboutissement devant le conseil de guerre allemand siégeant à Maubeuge.

3Les victimes de ces condamnations comprenaient toute une phalange de patriotes éprouvés dont la belle conduite honore la cité et la région cambrésiennes. À leur tête, se trouvait notre héroïque concitoyen, Achille Doucedame, dont la dépouille mortelle nous est ramenée aujourd’hui et devant laquelle nous devons nous incliner, en apportant à ce vaillant notre tribut de reconnaissance et d’admiration.

4Ces condamnations caractérisent bien la férocité de nos ennemis que la peur dominait malgré toute leur insolence. Ils ne se croyaient en sécurité, effet, que grâce à des mesures implacables et coercitives par lesquelles ils s’imaginaient terroriser nos courageuses populations. Mais ces barbares furieux cependant qu’on les qualifia de ce nom, incapables d’un geste noble et généreux, malgré leur prétendue culture, ne comprenaient rien à l’âme française. Ils ignoraient que la terreur ne pouvait avoir aucune prise sur des hommes de la trempe de Doucedame et de ses compagnons d’infortune.

5Parce qu’ici ou là, ils avaient réussi à gagner ou à corrompre quelques lâches ou traîtres, pour qui le châtiment n’a que trop tardé, et grâce auxquels ils avaient pu faire tomber nos trop confiants concitoyens dans les pièges qui leur étaient tendus, ils s’imaginaient avoir accompli de glorieux exploits et c’est bien là le propre de leur mentalité.

6Doucedame, Achille-François, était cambrésien de naissance. Ancien élève de notre collège communal, successivement employé à la gare de Péronne, receveur à la gare de Cambrai, sous-chef de gare à Marcoing, où il était resté conseiller municipal, retraité de la Compagnie du Nord, il s’était fixé à Cambrai, rue de l’Ange, depuis plusieurs années avant guerre. Il avait atteint sa soixantième année au moment où se déroulèrent les faits qui amenèrent les multiples arrestations que je viens de rappeler.

7Il avait été mis en rapport avec M. Dhalluin, de Croix, près de Lille, condamné et fusillé en même temps que lui, lequel avait organisé un comité d’espionnage au profit des armées françaises et alliées et était venu se fixer à Avesnes-les-Aubert. Patriote ardent et convaincu, Doucedame avait été séduit immédiatement par le but proposé et s’était donné corps et âme à l’œuvre du comité. À son tour, il avait organisé le groupe de Cambrai dont il était la cheville ouvrière et s’était assuré le concours de collaborateurs, comme lui, dévoués et résolus.

8Grâce aux connaissances techniques qu’il tenait de ses anciennes fonctions dans les chemins de fer, il avait réussi à établir des postes d’observation sur toutes les lignes afin d’obtenir le plus possible de renseignements. Les agents qu’il avait choisis pour cette mission devaient signaler jour et nuit le passage exact des trains, le nombre de wagons formant les convois, la nature de leur chargement (canons, munitions, mitrailleuses, genre de troupes, numéros des régiments, ravitaillement, etc..). Il avait également d’autres agents éprouvés qui lui indiquaient les dépôts de munitions, les débarquements de troupes dans les gares et stations, l’heure exacte des déplacements de troupes se rendant aux tranchées ou en revenant, le signalement de celles qui étaient au repos, en un mot, tout ce qui se passait de Cambrai jusqu’au front.

9Le service marchait parfaitement et les états-majors alliés en recevaient des renseignements précieux. Doucedame rédigeait ses rapports au moyen d’une encre sympathique sur un papier grossier, dont le porteur se servait pour envelopper des vivres quelconques. Il faisait périodiquement porter ses plis par un de ses agents, à Maubeuge, où ils étaient reçus chez Madame Vandamme, de là dirigés à Bruxelles, puis à Flessingue (Hollande), et enfin à Folkestone (Angleterre).

10Dans l’ardeur de leur foi patriotique, lui et ses collaborateurs, ne s’imaginaient pas que la trahison pût jamais se glisser parmi eux ni qu’il pût se rencontrer un Français assez indigne et assez criminel pour les vendre à nos ennemis.

11C’est ainsi qu’un certain zouave prétendu, grâce à des récits imaginaires et fantastiques, parvint à capter la confiance de quelques-unes des membres du comité et réussit à se faire désigner pour remplacer le courrier habituel par qui les plis étaient transportés à Maubeuge et qui venait de tomber malade. Mais le zouave trop fameux, qui expie en ce moment et ne doit qu’à une regrettable lenteur de procédure d’avoir évité le châtiment suprême, s’était laissé corrompre par les policiers allemands et, bientôt, révélait à ceux-ci l’organisation du comité. Quelques jours plus tard, Dhalluin, Doucedame, et leurs principaux collaborateurs étaient arrêtés.

12Le 22 octobre 1915, les accusés comparaissaient devant le conseil de guerre allemand siégeant à Maubeuge. Le 31 octobre, à midi ½, signification était faite à Dhalluin et Doucedame de leur condamnation à la peine de mort.

13Parmi nos concitoyens de Cambrai ou de la région voisine, un certain nombre s’était vu frappé des peines de travaux forcés ou de détention de durées variables : MM. Colentier et Corbent, morts en déportation, M. Dislaire, maire de Rieux, Mme Deman, d’Avesnes les Aubert, Mme Dauchez, de Cambrai, M. Charles Wael-Capron de Cambrai, le jeune Henri Lestoquoy, élève de notre collège communal. En outre, MM. Bleuze, Langrand, d’Avesnes les Aubert, et Lemaître de Cambrai, quoique acquittés, étaient retenus et exilés en Allemagne.

14Les uns et les autres, tant au cours de leur prévention que devant le conseil de guerre, s’étaient montrés pleins de résolution et vraiment stoïques. Dhalluin lançait aux juges cette apostrophe : « Vous voulez une tête ? Prenez la mienne et ne cherchez pas les coupables là où ils ne sont pas ». Le jeune Lestoquoy, âgé alors de 16 ans, dont le jeune âge était susceptible de faire alléger la condamnation, à cette question « Saviez-vous dans que but vous agissiez ? » revendiquait fièrement la responsabilité de ses actes et répondait : « Oui, je le savais, c’était pou rendre service à la France ».

15Le 1er novembre 1915, le jour où il atteignait 6O ans, à 6 heures ½ du matin, Doucedame était passé par les armes, en compagnie de Dhalluin, dans les fossés des fortifications de Maubeuge. Tous les deux firent preuve d’un sang-froid et d’un courage admirables, refusant de se laisser bander les yeux, criant aux boches qu’ils allaient leur montrer comment savent mourir les Français. Ils s’affaissèrent au cri de « Vive la France ». Quelques heures plus tard, leurs tombes étaient recouvertes de fleurs apportées par un certain nombre d’habitants de la ville de Maubeuge.

16Telle est l’odyssée simple et éloquente à la fois du brave Français au noble caractère qu’était notre concitoyen Achille Doucedame, qui, sous une grande modestie, cachait une âme de héros, odyssée glorieuse et qui contraste singulièrement avec celle de son infâme dénonciateur.

17Autant la mémoire de celui-ci doit être vouée à l’exécration publique, autant celle de Doucedame restera rayonnante et devra être exaltée pour être citée en exemple aux jeunes générations actuelles et futures. Déjà une élogieuse citation à l’Ordre de l’Armée et la Croix de guerre avec palme sont venues mettre en lumière et consacrer la conduite patriotique de Doucedame : consécration à laquelle bientôt ne saurait manquer de s’ajouter la Croix de la Légion d’Honneur pour laquelle il a été proposé par le Maréchal Commandant en chef les armées françaises de l’est.

18Devant le cercueil de cette victime du devoir patriotique, le maire de Cambrai, au nom de la Cité tout entière, apporte un salut plein d’émotion et d’admiration.

19En cette même qualité, je veux remercier les autorités civiles et militaires qui, de leur côté, se sont fait un devoir de venir s’associer aux hommages rendus aujourd’hui à notre héroïque concitoyen.

20J’ai pour mission d’exprimer, en même temps, les vifs regrets de M. le sénateur Paul Bersez que les suites d’un accident retiennent loin de nous en cette circonstance.

21Citoyen Doucedame, vous avez bien mérité de la Patrie française ! Le souvenir de votre sublime sacrifice restera à jamais gravé dans nos cœurs.

22Que vos âmes tressaillent d’allégresse ; de l’horrible tourmente, la France est sortie victorieuse et les vautours teutons sont définitivement terrassés. C’est la vengeance que vous souhaitiez.

23Comme adieu suprême devant votre tombe nous répéterons ce cri que vous jetiez vous-même superbement à vos implacables ennemis au moment où vous succombiez sous leurs balles dans les fossés de Maubeuge.

24Vive la France ! ! !

Lettre des parlementaires de la région occupée, rédigée par Gustave Dron, sénateur-maire de Tourcoing, à propos des déportations de jeunes et de femmes

25Le 17 avril 1916

26À la Commandanture de Lille,

27Les soussignés seuls membres du Parlement français se trouvant actuellement dans la partie nord de la zone occupée, s’émeuvent des dispositions qui semblent marquer un changement d’attitude du commandement supérieur vis-à-vis des populations de cette région. Celles-ci s’alarment d’autant plus qu’elles ne sont pas fixées sur les mesures dont elles sont menacées et cherchent quels motifs plausibles pourraient être invoqués pour les inquiéter. Nous nous demandons avec elles comment se concevraient et se justifieraient les atteintes portées à la liberté individuelle, la dislocation des foyers par la déportation de nombreux habitants des deux sexes dans les régions rurales éloignées,-sous prétexte de travaux agricoles pour lesquels ils n’ont aucune aptitude-, tout ce qui, en un mot, ressemblerait à des actes de guerre contre une population civile paisible, qui vivait jusqu’à ce jour sous l’impression des déclarations rassurantes du pouvoir occupant.

28De pareilles mesures, non seulement heurteraient les principes les plus élémentaires du droit des gens, mais seraient en contradiction flagrante avec tous les principes proclamés par l’État-major allemand lui-même dans son exposé des lois de la guerre. N’y lisons-nous pas, en effet, à propos de la situation de l’armée ennemie vis-à-vis des habitants civils de l’État envahi ou occupé, que ces habitants ne doivent pas être considérés comme des ennemis au sens actif du mot ?

29Faut-il ajouter des précisions ? Nous les trouvons aux articles 50 et 51 que nous reproduisons in extenso :

30Article 50 - Principe - La guerre ne se poursuit pas seulement entre les personnes qui ressortissent à l’état de guerre actif, celles régies par l’état passif y participent aussi. Mais la conception actuellement prépondérante a cessé de considérer l’habitant du pays envahi comme un ennemi. Il est considéré comme un homme pourvu de droits (rechts subjekt) soumis cependant à certaines restrictions, charges et mesures de coercition et obligé à une obéissance provisoire vis-à-vis d’un pouvoir de fait ; mais, pour le surplus, il peut vivre à l’abri des vexations et, comme en temps de paix, sous la protection des lois.

31Article 51 - Droits des habitants d’un territoire occupé -. Droit donc de ne pas être molestés dans leurs corps ou dans leurs biens, ni dans leur honneur, ni dans leur liberté. Tout meurtre injustifié, toute vexation dolosive ou due à la négligence, toute lésion, tout trouble de la paix domestique, toute atteinte à la famille, à l’honneur, aux bonnes mœurs et, en général, toute attaque ou violence criminelle contraire au droit, sont aussi punissables que s’ils avaient pour objet des habitants du pays de l’envahisseur.

32En outre, c’est un droit des habitants du pays ennemi que cet envahisseur ne soit autorisé à apporter des restrictions à leur liberté individuelle que lorsque les nécessités de la guerre l’exigent absolument, et que toute vexation inutile et allant au-delà de ces nécessités doit être épargnée.

33Et à quelles conditions en sera-t-il ainsi ? C’est l’article 52 qui le définit :

34... Pourvu que les habitants remplissent les obligations qui consistent à tenir une conduite réellement pacifique, à ne prendre aucune part à la lutte, à s’abstenir de tout dommage aux troupes de la puissance occupante et à ne pas refuser obéissance aux organes du gouvernement ennemi.

35Existe-t-il un indice quelconque pouvant faire supposer que les habitants auraient fait la moindre tentative pour se soustraire aux obligations qui sont la contrepartie du respect de leurs droits solennellement proclamés ?

36Nous nous adressons à la loyauté du commandement supérieur de l’armée occupante pour reconnaître qu’aucun grief de cette nature ne saurait être produit.

37Cette constatation nous amène donc à douter de la consistance réelle des bruits qui sont venus jusqu’à nous et jettent le désarroi dans la population ; tout nous porte à croire qu’il ne s’agit là que de suppositions tendancieuses, ne correspondant à aucune résolution ferme et réfléchie.

38Nous exprimons à nouveau notre assurance que dans le cours de cette guerre, dont nos populations civiles pâtissent plus que ceux-là même qui y participent activement, il ne sera pas donné au monde d’assister à cette horreur de la déportation en masse d’hommes, de femmes et d’adolescents inoffensifs, à la dissociation des familles et à la promiscuité démoralisante qui en résulterait. Personne ne saurait froidement songer à provoquer ainsi l’indignation du monde entier et à marquer cette guerre, déjà si cruelle à tant d’égards, d’une souillure indélébile.

39C’est sous l’égide de cette assurance que nous prions le représentant le plus qualifié de l’Autorité allemande dans le chef-lieu du département du Nord, d’appuyer près du commandement supérieur l’appel que notre conscience et nos fonctions officielles nous font un devoir de lui adresser.

40Le Sénateur-Maire de Tourcoing

41Gustave Dron

Maurice des Ombiaux : La Résistance de la Belgique envahie

42Paris, Bloud et Gay, 1916, p. 192-194

43Dans cet extrait, l’écrivain relate la résistance des ouvriers de Gand, au milieu de l’année 1915.

44[...] Les ouvriers sont en ce moment en lutte ouverte avec l’autorité militaire et ils sont résolus à montrer dans cette lutte autant de fermeté et de persévérance que leurs camarades de Luttre, de Renaix, de Malines qui résistèrent avec un courage admirable à la barbarie de leurs tortionnaires.

45L’autorité militaire, comme il fallait s’y attendre, s’est irritée de cette résistance et elle a tenté, vainement jusqu’ici, de briser. Les industriels ont été convoqués pour finir des explications. On leur a demandé pour quelles raisons les ouvriers s’étaient mis en grève. L’échevin Anseele qui accompagnait la délégation en sa qualité d’administrateur du « Voruit » répondu que les ouvriers avaient deux raisons de se croiser les bras : la première était qu’on voulait leur faire confectionner de la toile destinée à la fabrication des sacs ; la seconde que les Allemands leur imposaient une surveillance dont ils ne voulaient à aucun prix. Les ouvriers de Gand, ajouta-il, refusent de se livrer à un travail pour le compte d’un ennemi que leurs pères et leurs frères combattent dans les tranchées du front.

46L’intendant allemand von Seidlitz qui recevait cette déclaration s’étant permis de trouver ces raisons ridicules, le député Anseele lui répliqua que cette attitude n’était pas plus ridicule que celle des soldats allemands combattant pour leur patrie. L’entretien se termina cependant par la promesse formelle de l’officier allemand qu’on ne fabriquerait plus de toile pour les sacs et que la surveillance sera supprimée.

47Cependant, les ouvriers ne se déclarèrent pas satisfaits. Ils insistèrent pour avoir eux-mêmes une entrevue avec les représentants de l’autorité militaire. Cette entrevue fut accordée sous réserve de l’approbation du chef d’Étape. Celui-ci s’étant incliné, les délégués des ouvriers déclarèrent qu’ils reprendraient l’outil à condition que l’autorité leur fît deux concessions nouvelles. Actuellement, les usines gantoises ne sont autorisées à travailler que vingt-quatre heures par semaine à l’exception de celles qui fonctionnent pour le compte des Boches. Les ouvriers estimèrent cette différence de traitement inadmissible, et demandèrent que toutes les usines fussent mises sur le même pied : vingt-quatre heures par semaine pour tout le monde. D’autre part, ils firent comprendre que l’autorité allemande n’obtiendrait rien d’eux si elle ne renonçait pas à contraindre les ouvrières à coudre des sacs pour l’armée teutonne.

48Ces exigences furent accueillies avec hauteur. Les Boches, dans leur pays, sont peu habitués à rencontrer de la résistance, que l’exposé de ce programme de revendications leur fit perdre tout sang-froid. La conversation se poursuivit sur un ton plus échauffé. Après avoir déclaré qu’il ne pouvait accorder ces concessions avant d’en avoir référé à Berlin, l’officier prussien eut des paroles de menaces :

  • Prenez garde ! conseilla-t-il, nous pourrions bien vous supprimer les secours du fonds d chômage.
  • À votre aise, répondirent les ouvriers avec dignité. Mais vous n’obtiendrez rien de plus. S’il le faut, nous crèverons de faim…

Lettre d’Eugène Jacquet, négociant en vins à Lille, condamné à mort pour avoir organisé un réseau d’évasion de soldats alliés, fusillé à Lille le 22 septembre 1915. Elle est destinée à son ami Paul Bardou, pharmacien à Lille

49Citadelle de Lille le 18 septembre 1915

50Mon Bien Cher Ami,

51Je viens d’adresser un mot à l’ami Dumont, qui était justement terminé quand Max à qui je l’ai donné m’a apporté son enveloppe contenant le reliquat de compte et la lettre bien affectueuse qui l’accompagnait. Dis-lui qu’elle nous a fait bien plaisir et que les quatre candidats à la butte se portent très bien, ont confiance et n’ont pas peur.

52Cependant, il faut tout prévoir, et si par hasard je devais faire le grand voyage, je suis prêt à l’accomplir, mes bottes sont graissées.

53Je te demanderai d’abord de vouloir bien m’accompagner jusqu’au dernier moment, non pas comme les croyants pour m’assister et me faire espérer une autre vie chimérique, mais pour me faire ressentir jusqu’au dernier moment les douceurs de la fraternité maçonnique qui nous unit l’un à l’autre. Voilà, mon brave ami, pourquoi je t’imposerai cette corvée. Et tu seras témoin de la mort d’un gars qui n’a jamais tremblé. Je te donne ma parole qu’ils n’auront jamais assistée à un pareil départ. Il n’y a que la musique qui manquera pour qu’on rigole.

  • 1 Orphelin pris en charge par les membres d’une loge maçonnique.

54Maintenant, je viens te recommander à nouveau de guider et de protéger ma femme et mes chers enfants. Que Thérèse fasse ses études et qu’elle arrive ! Je tiens à ce que mes filles aient toutes des situations indépendantes. Le mariage est une tombola ! Et si, par hasard, elles ne réussissaient pas dans leur union, je désire qu’elles puissent se tirer d’affaire seules et, au besoin, élever leur famille. Quant à mon fils, je demande que tu le fasses entrer comme lowton1 aussitôt qu’il sera de retour à Lille et qu’il devienne un bon citoyen, épris des mêmes principes que ceux pour lesquels nous avons si longtemps combattu. Dis-lui bien que pour faire son devoir, personne n’a besoin d’être embauché dans une organisation patriotarde quelconque et que ce ne sont jamais ceux qui crient le plus fort qui font la meilleure besogne. Nous en avons malheureusement trop de preuves.

55Maintenant je t’ai dit ce que je désirais en ce qui concerne mes dernières volontés ; je compte sur toi pour les faire respecter.

  • 2 Loges maçonniques de Lille, Lens, Douai
  • 3 Gustave Delory, député socialiste du Nord, maire de Lille de 1896 à 1908
  • 4 Henri Ghesquière, député socialiste du Nord
  • 5 Albert Inghels député socialiste du Nord
  • 6 Marcel Deschamps, journaliste socialiste lillois
  • 7 Henri Dubled député socialiste du Nord
  • 8 Eugène Hentgès, militant socialiste de Lille, maire de la commune d’Hellemmes-lez-Lille
  • 9 Jean Lebas maire de Roubaix

56Je te prie, si je disparais, de faire mes adieux fraternels à mes FF. de l’Étoile du Nord, de la Lumière, de la Fidélité, des Amis Réunis et à nos SS. Du Droit Humain2, à mes camarades de la Libre-pensée, à tous les membres du Parti Socialiste, et en particulier, à mes amis Delory3, Ghesquière4 (à qui je souhaite ardemment prompt rétablissement), Inghels5, Marcel Deschamps6, Carlier, Dubled7, Hentgès8, Lebas9, Lejeune-Mulier.

57Je te prie, en outre, de te faire accompagner de l’ami Dumont pour faire mes adieux à M. Anjubault, sous-préfet d’Avesnes faisant fonction de Préfet, de le remercier de toutes les démarches qu’il aura faites pour moi et de lui dire que je compte sur lui pour que la Nation fasse son devoir envers les miens et envers mes camarades de devoir. Vous aurez également à aller remercier toutes les personnalités qui ont bien voulu s’intéresser à mon sort et qui ont fait des démarches pour sauver ma peau. Merci cordial à tous !

58Maintenant un mot pour finir.

59Dis bien que je maudirai ceux qui oseraient jamais se servir de ce que j’ai fait pour faire de la surenchère patriotique ; je désire que mon nom ne soit jamais mêlé à ces sortes de manifestations.

60J’ai fait mon devoir et c’est tout.

61Maintenant, si j’ai la veine d’en sortir, j’espère que nous nous reverrons bientôt, que cette maudite guerre, honte de la civilisation, sera bientôt terminée, et que les peuples trouveront un moyen d’éviter à jamais le renouvellement de pareilles atrocités.

62Au revoir, mon vieux Paul, mon brave ami, mon très cher frère ; je te souhaite bonne santé, une fin de vie aussi belle, aussi utile pour les autres que son début et bonheur pour toi et les tiens.

  • 10 Charles Debierre, Grand Maître du Grand Orient de France, sénateur radical socialiste du Nord

63Au revoir à tous ceux que j’ai pu oublier. J’oubliais Debierre10 ; tu lui feras mes fraternels adieux et recommande lui, mon fils et ma famille.

64Fais également mes adieux à tous nos amis de captivité, dis leur combien j’ai goûté et apprécié leur compagnonnage depuis notre retour à Lille et demande leur de conserver un bon souvenir de moi comme je le conserve d’eux.

65Pour mon brave Émile, modèle de dévouement, d’honneur, de probité, d’honnêteté, je demande qu’après son retour de captivité, il soit pourvu d’un emploi qui lui assurera une vie tranquille. J’y tiens absolument. Je compte sur toi pour le faire et pour lui dire que je ne l’ai pas oublié. Remercie-le de son dévouement.

66Mes adieux à Collier et à tous les membres de la Ligue des droits de l’Homme que j’ai oubliés plus haut.

67Au revoir, mon vieux, et bon courage à tous. Je t’adresse peut être avant que je t’invite à venir le faire toi-même, mon meilleur et plus fraternel salut, avec le vieux baiser fraternel.

68Bien affectueusement à toi.

69Eugène Jacquet

Lille - Monument des Fusillés
(Coll. privée)

Lettres de Louise Derache, originaire de Liège, agent de liaison d’un réseau de renseignements, première femme belge fusillée, le 7 juin 1915, à l’âge de 27 ans

70Liège, le 6 juin 1915

71Ma bien chère Mère,

72L’heure fatale est arrivée, mais ne te chagrine pas car je suis heureuse de mourir pour la Belgique. Je te recommande seulement de bien soigner mon petit Marcel, et je suis certaine que tu me remplaceras auprès de lui. Il ne faut pas lui dire que je suis morte ; il est trop jeune, plus tard, tu lui apprendras.

73C’est triste de mourir en laissant un pauvre petit de six ans mais j’espère que mon frère reviendra, si Dieu ne l’a pas repris, et alors, à vous deux, vous l’élèverez bien.

74Sois forte et courageuse, ma chère Maman, nous nous retrouverons au Paradis.

75Fais mes adieux à toute la famille.

76Ta fille qui t’embrasse pour la dernière fois.

77Louise

78Chers oncle et tante,

79Je vais mourir pour la Belgique, mais, malheureusement, pour ma pauvre Mère. Je vous demande de la protéger le mieux possible car elle est maintenant toute seule avec mon petit fils. C’est bien malheureux pour lui, mais que voulez-vous, c’est la destinée, et j’espère que vous ne laisserez pas de vous en occuper un peu.

80Je vais rejoindre mon père, qui me rappelle près de lui, qui me voyait si malheureuse ; il savait bien peu que sa fille allait le suivre ; enfin, il le faut bien.

81N’oubliez pas ma mère, car ça va lui être un beau coup.

82Adieu, Oncle, Tante, et Cousin

83Votre nièce

84Louise Derache

85Mon arrestation vous aura bien étonnés.

86Courage pour ma mère.

Lettre de Constant Grandprez, tanneur à Stavelot, membre du réseau de renseignement Lambrecht, fusillé à liège, le 8 mai 1917

87Liège le 7 avril 1917

88Bien chers neveux et nièces,

89Lorsque vous recevrez cette lettre, j’aurai succombé sous une balle allemande ; j’aurai fait mon devoir comme Belge, je serai mort en servant mon pays.

90Je tiens à déclarer publiquement que je n’ai jamais reçu de rémunération pour les services rendus ; je l’ai fait par dévouement à mon pays. J’ai accepté ma condamnation en chrétien et en Belge, sachant mourir pour mon Dieu, ma Patrie et mon Roi. Vive la Belgique !

91Lorsque votre cher Père et vos tantes bien aimées seront rentrés d’exil, faites-leur la vie la plus douce possible. Ayez beaucoup d’affection, afin de leur faire oublier le temps passé sur une terre ennemie.

92Pensez de temps en temps à votre oncle Constant.

93J’aurais aimé voir la fin de la guerre et le retour de nos braves soldats, surtout de notre cher Paul, mais le Bon Dieu ne l’a pas voulu ; que sa sainte Volonté soit faite.

94Je vous recommande d’être de bons chrétiens, Belges toujours, de ne jamais faillir à votre devoir, si pénible qu’il soit à accomplir.

95Pendant ma captivité, toutes les larmes que j’ai versées, c’est en pensant à vous, vous sachant seuls à la maison, toute la famille arrêtée ! Si j’avais été seul en prison, cela m’eût été moins pénible. Il est heureux, chers neveux et nièces, d’avoir des amis fidèles et dévoués, dans de pareils moments.

96Dites au revoir à tous les amis et connaissances, demandez-leur de ne pas oublier votre oncle dans leurs prières.

97Pour terminer, je ne vous dis pas adieu mais au revoir, espérant vous retrouver dans une Patrie meilleure, car Dieu éprouve souvent ceux qu’Il veut récompenser ensuite.

98Au revoir, chers neveux et nièces, soyez bien courageux, et priez beaucoup pour moi.

99Votre oncle, Constant.

Jean Massart : Comment les Belges résistent à la domination allemande ?

100Paris, 1916, p. 382-384.

101[…] Nos ennemis répandent le bruit que les rapports entre occupants et occupés s’améliorent beaucoup, que les Belges ont renoncé à l’attitude provocatrice qui était si déplaisante au début. Ils assurent aussi que déjà, à la fin d’octobre, les Anversois ne leur manifestaient plus d’antipathie. En vérité, ils se vantent quand ils disent qu’on leur jette des regards de haine. Des regards de haine ! ! Oh ! non, simplement des regards de mépris, quand, par hasard, on ne peut faire autrement que de regarder. Mais habituellement, on détourne le regard comme on tourne le dos à leur musique. À Liège, à Bruxelles, à Anvers, à Malines, quand un officier adresse la parole à un Belge, celui-ci fait semblant de ne pas entendre, ou bien il lui dit qu’il n’a pas le temps e s’entretenir avec lui, ou bien il lui répond en flamand, ou bien, après avoir affecté de l’écouter avec les marques de la plus exquise politesse, il le plante là sans lui répondre un mot.

102Les dames, elles, répondent plus souvent, mais c’est pour prier les Allemands de ne pas leur adresser la parole. L’officier qui demande son chemin est à peu près sûr d’être envoyé dans une direction contraire. Celui qui monte sur une plate-forme de tram, voit aussitôt les voyageurs lui tourner le dos, et cette rotation s’exécute avec la précision et la régularité d’un mouvement réflexe. L’Allemand qui prie un passant de lui prêter son cigare pour y prendre du feu, voit son interlocuteur rejeter ensuite avec dégoût le cigare qui a été touché par un ennemi. L’enfant, qu’un officier se permet de caresser, repousse sa main d’un air indigné et lui fait la grimace la plus laide qu’il connaisse. Bref, ils jouissent de la sympathie universelle.

103Peut-être, dira-t-on que ces attitudes sont propres aux villes qui ont été peu ou point atteintes par la guerre. Eh bien non ! Dans les localités, en grande partie incendiées, telles que Dinant, Aerschot, Eppeghem, Louvain, la population se conduit d’une façon encore plus caractéristique. À Dinant, les enfants chantent à tue-tête une Marseillaise avec des paroles nouvelles, expressément antiallemandes, dans lesquelles il est beaucoup question de cochons. À Louvain, des officiers, qui faisaient répéter par un phonographe le chant Gloria, Viktoria, ont dû y renoncer, en juin 1915, parce que les passants accompagnaient le refrain avec d’autres paroles, Gloria, Italia.

104À Eppeghem et à Aerschot, les enfants jouent au soldat, coiffés de bonnets de police belges et en chantant la Brabançonne. On dirait que la vue des ruines calcinées, loin d’intimider les Belges, comme nos bourreaux l’avaient espéré, aiguillonne au contraire leur esprit frondeur, et que la certitude du succès final a complètement effacé dans l’âme du peuple, le souvenir de la terreur éprouvée au moment des incendies et des fusillades.

105Non seulement la population belge est loin de fraterniser avec eux comme ils aspirent à le faire croire, mais elle ne néglige aucune occasion de leur montrer ses sentiments.

106Il ne faut pas se dissimuler que lorsque nous portons ostensiblement une décoration aux couleurs belges ou américaines, nous poursuivons un double but : afficher notre attachement à notre patrie ou notre gratitude envers l’Amérique et en même temps faire rager l’Allemand. C’est à cette même fin que servent les petits portraits en celluloïd du Roi et de la Reine qu’on met à la boutonnière. Après que les Allemands eurent emprisonné M. Max en Allemagne (le bourgmestre de Bruxelles), beaucoup de Bruxellois arborèrent son portrait. Cela était fort désagréable à nos ennemis mais précisément à cause de cela on persista à porter la petite médaille jusqu’au jour où les policiers allemands exigèrent, de force, son enlèvement.

107En mars 1915, l’autorité allemande organisait un concert au théâtre de la Monnaie, à Bruxelles. Il n’y eut que trois Belges connus qui y assistèrent, parmi lesquels un professeur de l’Université de Bruxelles. Aussitôt, celle-ci lui adressa un blâme. Il est au ban de la société.

108Jean Massart (1865-1925), docteur en médecine, professeur de botanique à l’Université libre de Bruxelles. Créateur et conservateur du jardin botanique de Bruxelles.

109Professeur à l’Institut Pasteur de Paris. Vice-président de l’académie des Sciences de Belgique.

Notes

1 Orphelin pris en charge par les membres d’une loge maçonnique.

2 Loges maçonniques de Lille, Lens, Douai

3 Gustave Delory, député socialiste du Nord, maire de Lille de 1896 à 1908

4 Henri Ghesquière, député socialiste du Nord

5 Albert Inghels député socialiste du Nord

6 Marcel Deschamps, journaliste socialiste lillois

7 Henri Dubled député socialiste du Nord

8 Eugène Hentgès, militant socialiste de Lille, maire de la commune d’Hellemmes-lez-Lille

9 Jean Lebas maire de Roubaix

10 Charles Debierre, Grand Maître du Grand Orient de France, sénateur radical socialiste du Nord

Table des illustrations

Légende Caricature belge : Le Manneken Piss(Coll. privée)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Caricature belge : Distraction de Guillaume II en Belgique(Coll. privée)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3375/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Carte postale caricature : La Belgique proteste(Coll. privée)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3375/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3375/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Légende Lille - Monument des Fusillés(Coll. privée)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3375/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 329k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search