Version classiqueVersion mobile

La Résistance en France et en Belgique occupées (1914-1918)

 | 
Robert Vandenbussche

En guise de conclusion, Les résistances belges et françaises en 14-18

Laurence van Ypersele

Texte intégral

1Les Belges et les Français du Nord ont vécu durant la Grande Guerre une expérience commune, celle de l’occupation allemande.

  • 1 Cf. L. van Ypersele, Le roi Albert, histoire d’un mythe, 2e éd., Bruxelles, Labor, 2006.
  • 2 Les Français préfèrent ce terme à celui de « territoires occupés » utilisé en Belgique parce qu’il (...)

2Certes, les situations de départ sont quelque peu différentes. Du côté belge, le territoire national est presque tout entier sous le joug allemand. L’armée belge s’est retirée derrière l’Yser où elle tient avec l’aide des armées britannique et française. Le roi Albert, entré vivant dans la légende dès le 4 août 19141, est le seul chef d’État à être resté sur le front, aux côtés de ses soldats, durant tout le conflit. Pour les Belges occupés, il est l’exemple à suivre, le modèle à imiter, l’essence même du patriotisme belge. Les départements du Nord de la France, en revanche, ne représentent qu’une petite partie du territoire national. Le front s’étend de la boue des Flandres jusqu’à la Suisse, formant une immense balafre au visage de l’honneur national français. Les territoires envahis2 se sentent coupés, voire exclus, du vécu national. Il s’agira, dès lors, d’être à la hauteur de ceux qui combattent sur le front comme à l’arrière pour le triomphe de la France.

Le cadre de l’occupation

  • 3 L’occupant peut s’appuyer sur les services administratifs des ministères (seuls trois ministères s (...)
  • 4 M. Amara & H. Roland, Gouverner en Belgique occupée. Oscar von der Lancken-Wakenitz. Rapports d’ac (...)

3Pourtant, au-delà de ces différences, ce qui frappe le plus, c’est la communauté d’expérience de ces populations occupées. D’abord, les Français du Nord comme les Belges, coupés du front, n’ont presque aucune nouvelle de leur mari, de leur père ou de leur fils combattant sur le front : les familles sont éclatées et dans l’angoisse. Ensuite, la réalité quotidienne de l’occupation, ce sont les réglementations tatillonnes, les difficultés de circulation, les réquisitions jusque chez les particuliers, la pénurie alimentaire malgré l’aide internationale, les prises d’otages et les déportations de main-d’œuvre ouvrière, sans compter les massacres de civils en août 1914. Enfin, dans toute la zone occupée, les pouvoirs locaux, les pouvoirs judiciaires et les églises sont restés en place. Au fond, la différence ne se situe pas tant entre une expérience française et une expérience belge, mais bien entre les zones d’Étapes soumises à l’autorité des armées (les départements français et une partie du territoire belge) et la zone du gouvernement général (le reste de la Belgique). En effet, le régime d’occupation en zones d’Étapes est le plus dur parce qu’il est directement lié aux objectifs militaires à court terme. Il s’agit de gagner la guerre, de sécuriser les arrières avec un minimum de cadres et de profiter des ressources économiques au maximum et sans égard pour les populations. En revanche, les objectifs poursuivis dans la zone du gouvernement général sont à plus long terme. Il s’agit de convaincre les populations que leur avenir est irrémédiablement lié à celui de l’Allemagne (que se soit via une annexion ou via une vassalisation économique). Dans cette optique, il faut mener une politique de pacification qui tienne compte des populations. Cela étant, l’occupant met en place une double structure assez lourde : une administration militaire et une administration civile. Cette dernière entend s’appuyer sur les structures nationales existantes3, ce qui implique des relations extrêmement complexes entre occupants et occupés. Par ailleurs, dès février 1915, l’occupant met en place de nouvelles institutions : d’une part, une administration politique4 comprenant une police secrète et une police des mœurs visant la sécurité et, d’autre part, un système compliqué de « centrales » visant le pillage économique des zones occupées.

  • 5 B. Majérus, Occupations et logiques policières. La police bruxelloise en 1914-1918 et 1940-1945, B (...)
  • 6 F. Passelecq, La Magistrature belge contre le despotisme allemand, Paris, Berger-Levrault, 1918 ; (...)

4Face à l’occupant, les autorités belges et françaises restées en place optent pour une politique de présence mâtinée de résistance patriotique. Les communes apparaissent comme les seules autorités officielles encore en place. Leur pouvoir a donc considérablement augmenté. Ainsi, par exemple, la police communale belge n’a plus à partager le maintien de l’ordre avec la gendarmerie qui a suivi l’armée, ni avec la garde civique qui n’a plus d’existence effective. Sa priorité restant avant tout le maintien de l’ordre, elle n’a guère de difficultés à contrôler la prostitution et à encadrer les manifestations patriotiques des citoyens belges5. En revanche, les arrestations de patriotes, comme les déportations, restent un réel problème et suscitent d’importantes réticences. Quoi qu’il en soit, la politique de coopération mitigée permet aux communes d’augmenter leur pouvoir (un pouvoir parfois lourd à porter quand on voit le nombre d’amendes que l’occupant leur inflige), mais elle arrange aussi l’occupant qui craint par-dessus tout les révoltes et le chaos à l’arrière du front. De même, la magistrature reste en place et lutte cahin-caha pour conserver ses zones de compétences, sans cesse restreintes par l’occupant. En février 1918, trois magistrats bruxellois sont déportés en Allemagne pour avoir arrêté deux chefs activistes flamands. La protestation est immédiate : l’ensemble de la magistrature belge entre en grève. Cette opposition, certes tardive, fera d’elle le symbole de la résistance passive institutionnelle après guerre6.

  • 7 S. de Schaepdrijver, La Belgique et la Première Guerre mondiale, Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2004, (...)

5Du côté de l’Église, également, on opte pour une présence patriotique. Si le cardinal Mercier opte dès la Noël 1914 pour une attitude intransigeante exprimée dans sa lettre pastorale « Patriotisme et endurance », sa résistance ouverte à l’occupant est avant tout morale. En fait, durant toute l’occupation, les églises ont été des lieux d’expression du patriotisme belge : les hymnes nationaux et religieux s’y côtoient, des hommages aux patriotes fusillés s’y déroulent et les prêtres y gardent une grande liberté de parole7. En même temps, les églises n’ont jamais été des foyers de révoltes et de désordres, au contraire. Dès lors, l’occupant s’abstient de toute intervention dans le domaine religieux.

  • 8 M. Dumoulin, E. Gérard, M. Van den Wijngaert & V. Dujardin, Nouvelle Histoire de Belgique, vol. 2  (...)

6Notons, enfin, la création du Comité national de Secours et d’Alimentation belge à l’automne 1914 et du Comité d’Alimentation du Nord de la France en avril 1915 pour assurer la survie économique des populations prises dans le blocus allié. Si l’occupant, dont le ravitaillement des populations occupées n’est pas la priorité, a accepté la création de cette puissante institution, c’est par peur des troubles liés à la pénurie alimentaire qui se manifeste dès la fin de l’année 1914. Le CNSA, en effet, vit et agit en dehors du contrôle allemand. Par là, il est devenu un véritable État dans l’État. Toutefois, sa lutte contre le détournement des denrées et des vêtements envoyés par la Commission of Relief in Belgium dure jusqu’à l’armistice et devient particulièrement âpre dans la seconde moitié de la guerre8.

7On le voit, les autorités occupées, comme la majorité de la population, ont gardé une certaine « distance patriotique » pour reprendre les termes de l’époque. Il y a clairement une nécessité de s’accommoder tout en gardant la volonté de ne pas trahir sa patrie. Toutefois, avec le durcissement du régime d’occupation à partir de 1916, le conflit de loyauté, auquel tout occupé est confronté depuis l’origine, devient de plus en plus difficile à gérer.

La résistance ouverte à l’occupant

  • 9 S. de Schaepdrijver, op. cit., Bruxelles, Peter Lang, p. 222-223.

8S’il y a nécessité de s’accommoder pour survivre, certains sujets suscitent une résistance quasi unanime des autorités et des populations. C’est le cas, tout particulièrement, du travail forcé et des déportations de main-d’œuvre déclenchées à l’automne 1916. Comme l’a souligné Jean-François Condette, le problème de la main-d’œuvre est important pour les Allemands. Or, tant en Belgique qu’en France, l’appel aux volontaires se solde par un échec. Les rares volontaires, d’ailleurs, sont conspués par les populations locales. Il est vrai que, sous l’occupation, la moralité devient une arme populaire contre l’occupant : souffrir dignement, garder ses distances, s’abstenir de tout contact, c’est la première façon de refuser l’occupant et donc de participer à l’effort de guerre. Autant dire que, dans cette situation, espace public et espace privé ne sont plus guère séparés. Quoi qu’il en soit, face à cet échec, l’occupant opte pour la mise au travail obligatoire soit sur place, soit sur le front, soit en Allemagne. Or, à nouveau, on assiste à la résistance passive mais ouverte des occupés : de nombreuses communes refusent de fournir les listes des travailleurs et protestent contre les réquisitions. C’est le cas, par exemple, de la ville de Tournai, qui non seulement, se voit condamnée à une lourde amende, mais, en outre, assiste à la déportation d’un de ses échevins et de trois conseillers communaux9. Mais la résistance des autorités ne s’arrête pas là. L’Église catholique aussi s’implique. L’évêque de Lille envoie une lettre de protestation à l’occupant, tandis que le cardinal Mercier s’adresse directement aux opinions publiques nationale et internationale, en publiant son « Cri d’alarme des évêques belges ». Par ailleurs, comme l’a bien montré Michaël Amara, nombre d’ouvriers se font exfiltrer pour aller travailler dans les usines alliées et participer ainsi à l’effort de guerre contre l’Allemagne. Ces exfiltrations, encouragées en pays occupé par les syndicats, sont soutenues par les Britanniques, mais pas par le gouvernement belge qui craint le socialisme et les idées révolutionnaires.

  • 10 M. Dumoulin & al., op. cit., p. 111-112. Voir aussi : F. Passelecq, Déportation et travail forcé d (...)

9Les déportations suscitent donc la résistance, tant des populations que des autorités, aussi bien en Belgique qu’en France. Il n’en reste pas moins que plus de cent mille travailleurs sont, malgré tout, déportés par la force. Cette politique de terreur porta un coup très dur au moral des populations. Les chiffres que l’on possède pour la Belgique montrent que 60 000 Belges sont déportés pour travailler en Allemagne en 1916, mais que l’on compte à la fin de la guerre 160 000 travailleurs belges dans l’Empire10… Il semble bien que le « volontariat » ait gagné du terrain. Assurément, 1917 fut une année difficile dans les zones occupées, comme sur le front ou à l’arrière. Derrière la belle façade de la solidarité nationale, les rancœurs sociales s’accumulaient et le moral baissait. Toutefois, ni les autorités, ni la population n’abdiquèrent complètement : la résistance ouverte et les protestations ont perduré jusqu’à la fin de la guerre.

  • 11 La flamandisation de l’université de Gand fait partie de la Flamenpolitik menée par l’occupant pou (...)

10Or, cette résistance n’est pas sans risque. L’occupant, en effet, n’hésite pas à arrêter les fonctionnaires qui s’opposent à sa politique. Ainsi, le bourgmestre de Bruxelles, Adolphe Max, est déporté dès septembre 1914, parce qu’il s’était opposé aux réquisitions abusives de l’envahisseur. De même, en 1916, Paul Frédéricq et Henri Pirenne, professeurs à l’université de Gand, qui s’étaient publiquement opposés à la flamandisation de l’université11, sont déportés en Allemagne. Tout au long de la guerre, les amendes pleuvent sur les communes qui refusent d’obéir ou protestent contre les abus. Et, en 1918, encore, des magistrats récalcitrants sont déportés.

Les résistances clandestines

  • 12 Les massacres d’août 1914 légitimés du côté allemand par la soi-disant présence de francs-tireurs, (...)

11Les élites, à l’évidence, ont pris des risques en s’opposant ouvertement à l’occupant. Mais, une minorité de citoyens prit encore plus de risques en s’engageant dans l’action clandestine pour nuire à l’occupant, aider les alliés ou galvaniser le moral en pays occupé. Selon le but poursuivi, l’action clandestine prend des formes différentes : presse clandestine, réseaux de passeurs d’hommes et réseaux de renseignements. On note la quasi-absence de sabotages et l’absence totale d’actions de guérilla : la résistance armée reste l’apanage des militaires sur le front12. Cela étant, ces activités clandestines, pour différentes qu’elles soient, n’étaient bien souvent pas cloisonnées : nombre de patriotes (le terme « résistant » n’étant pas utilisé à l’époque) firent à la fois du renseignement et de la distribution de journaux clandestins, mêlèrent passage d’hommes et de courrier, etc. Ce manque de cloisonnement, d’ailleurs, aida le contre-espionnage allemand à démanteler nombre de réseaux clandestins à partir de l’été 1915.

12La presse clandestine est liée à une pratique ancienne. En août 1914, les journaux cessèrent leur parution. Quelques-uns réapparurent dès la stabilisation des fronts en acceptant la censure. D’autres furent créés par l’occupant lui-même. Pour lutter contre l’effet déprimant de cette presse « embochée », des journalistes et des citoyens anonymes lancèrent des journaux clandestins malgré la pénurie de papier et les poursuites de l’occupant. Il est vrai que les Français comme les Belges sont très attachés à la liberté de la presse. En Belgique, elle est même inscrite, depuis 1831, dans la Constitution. Même si la plupart de ces feuilles ne comptent que quelques numéros et ont une durée de vie limitée, le nombre de titres est impressionnant : 76 titres différents. Mais le plus intéressant, comme le souligne Emmanuel Debruyne, c’est la répartition géographique et chronologique. D’une part, il est clair que l’extrême dureté de l’occupation en zone d’Étapes rend la création de journaux clandestins infiniment plus difficile que dans la zone du gouvernement général. D’autre part, le nombre de journaux clandestins suit la courbe du moral des populations durant la guerre, avec un pic en 1915, une chute à partir de l’automne 1916 et une remontée en 1918. Il est vrai que la presse, par nature, reflète l’opinion autant qu’elle la suscite.

  • 13 Cf. A. Dewerpe, Espion. Une anthologie historique du secret d’État contemporain, Paris, 1994.
  • 14 Cf. L. van Ypersele & E. Debruyne, De la guerre de l’ombre aux ombres de la guerre. L’espionnage e (...)
  • 15 L. van Ypersele & E. Debruyne, De la guerre de l’ombre aux ombres de la guerre. L’espionnage en Be (...)

13Les réseaux de passeurs d’hommes et les réseaux de renseignements, quant à eux, sont des formes de résistance nouvelles pour les simples citoyens qui s’y engagent. Les réseaux de « passeurs d’hommes » ramènent sur le front les soldats coupés de leur ligne lors de la guerre de mouvement, ainsi que les volontaires désireux de rejoindre l’armée nationale ou de participer à l’effort de guerre dans les usines d’armement. Les réseaux de renseignements apportent des informations sur les mouvements de troupes ennemies et sur la situation en pays occupé. Cette dernière forme de résistance, l’espionnage, ne s’est pas mise en place spontanément, mais bien à la demande des GQG alliés et belge. Pour comprendre cela, il faut se replacer dans le contexte mental de l’époque. Le patriotisme est à son comble, mais l’idée de faire de l’espionnage suscite la répulsion. L’image de l’espion est infamante : c’est un lâche, qui se meut en milieu trouble par vénalité, qui utilise des moyens détournés voire odieux, qui divulgue les secrets de famille ou d’État et, par là, jette le déshonneur13. Nombre de témoignages évoquent le choc vécu par les agents approchés par les alliés pour entrer à leur service. En plus, ce sont de simples civils à qui l’on demande de s’improviser espions, au risque de leur vie. Mais, au moment de la stabilisation des fronts, il importe de savoir ce qui se passe à l’arrière, de mesurer l’importance de forces ennemies, de connaître les mouvements de troupes qui se préparent. À cet égard, les territoires occupés – qui forment l’arrière immédiat du front allemand - ont une importance stratégique extraordinaire. Le 22 novembre 1914, la conférence interalliée de Furnes décide de mettre sur pied un bureau de renseignements communs à Folkestone, car c’est la ligne maritime entre les Pays-Bas et l’Angleterre (y arrivent des réfugiés, des diplomates, des évadés, etc.). De là sont dirigées les différentes opérations sur le territoire hollandais. Ce bureau commun est divisé en trois sections : britannique, française, belge. Mais, en fait la coopération ne va jamais de soi. C’est la concurrence qui domine durant toute la guerre. En 1915, ce sont les Français qui attirent le plus de renseignements ; mais dès le printemps de cette année s’amorce le déclin. Finalement ce sont les Britanniques qui l’emportent14. Au total, plusieurs milliers de personnes s’engagent par patriotisme ou par germanophobie dans ce type d’activité clandestine. La ferveur religieuse, chez les catholiques, alimente aussi un patriotisme qui amalgame volontiers Dieu et la Patrie. Plus largement (puisque toutes les idéologies sont présentes), la solidarité avec les hommes sur le front est une motivation importante. Ainsi, des volontaires de guerre sont « dévoyés » par les alliés parce qu’ils semblent plus utiles en pays occupé que sur le front. Tandis que des femmes entrent en clandestinité pour faire leur devoir patriotique comme leurs frères ou leurs fils au front. À la suite de Chantal Antier, il faut relever l’importance de l’engagement féminin : les femmes ne représentent pas moins d’un quart des effectifs. Sur le terrain, le travail n’est pas une suite d’exploits rocambolesques, mais bien un travail long, monotone et dangereux. Comme le montre Olivier Lahaie, l’essentiel du travail se résume à l’observation des chemins de fer dont l’importance stratégique n’échappe à personne et à la transmission des plis où il faut allier rapidité et précision. Dès mai 1915, l’observation systématique des trains devient prioritaire pour tous les services de renseignements. Des familles déménagent pour habiter en face d’une ligne de chemin de fer : il faut donc payer le loyer et payer le travail. Une organisation comme celle de Tinsley, pour le War Office, consacre 40 % de son budget à entretenir ces postes d’observation permanents. Notons toutefois que, si tous les services secrets sont convaincus de l’importance de ce type de renseignements, cela ne veut pas dire qu’ils sont toujours pris au sérieux en haut lieu. Ainsi, par exemple, Douglas Haig, qui n’en fait qu’à sa tête, et Charteris, son responsable du renseignement ne valant guère mieux, ne tient pas compte en 1917 des renseignements qui annoncent clairement l’arrivée de trois nouvelles divisions dans le secteur de Cambrai… Haig lance tout de même l’offensive, victorieuse dans un premier temps grâce à l’emploi massif de blindés, avant de reperdre le terrain conquis. Le successeur de Charteris, Edgar Cox, est plus attentif et il prédit le jour et le lieu de la première offensive allemande de 1918, mais Haig continue à minimiser l’importance des renseignements lorsqu’ils ne cadrent pas avec son optimisme15… Cela étant, la transmission des renseignements est un problème en soi. En effet, les territoires occupés apparaissent comme une zone « encagée ». Le front est infranchissable. Les personnes et leurs déplacements sont strictement contrôlés. La frontière hollandaise est bloquée dès 1915 par un mur de barbelés électrifiés. Les patriotes et les alliés inventent donc mille et un stratagèmes pour passer cette frontière malgré tout. Et les pigeons servent pour traverser le front. À nouveau, les différences géographiques de l’engagement résistant ne s’expliquent ni par l’appartenance nationale (belge ou française) ni par la langue (flamand ou français), mais bien par la situation en zone d’Étapes ou en zone du gouvernement général. Il faut d’ailleurs souligner la réalité transfrontalière de cette résistance. Si la plupart des réseaux ne comptent pas plus de vingt personnes et ne couvrent qu’un espace limité, les plus gros réseaux étendent leurs activités à travers la France et la Belgique. C’est le cas, par exemple, du réseau de passeurs d’hommes auquel appartient la célèbre infirmière britannique installée en Belgique, Édith Cavell, dans lequel une institutrice lilloise, mademoiselle Thulliez, jouait un rôle important. De même, la « Dame Blanche », le plus important réseau de renseignements de l’époque, est créé à Liège, mais elle étend son action jusque dans les départements français.

  • 16 Cf. X. Rousseaux & L. van Ypersele (dir.), La Patrie crie vengeance ! La Répression des « inciviqu (...)

14Face à cette résistance clandestine, l’occupant devait offrir une réponse. Or, comme le montre Marianne Walle, la mise en place du contre-espionnage allemand n’alla pas sans mal. Jusqu’en 1916, les tensions entre catholiques et protestants, entre Prussiens et Bavarois, fragilisèrent son organisation. Pour être efficace, la police secrète allemande avait besoin du concours de locaux. Il manque une analyse systématique des personnes ayant aidé la police allemande en pays occupé. Toutefois, l’analyse des recours en grâce introduits en France non occupée, faite par Vincent Suard, montre que les espions au service de l’Allemagne sont essentiellement des marginaux ou des miséreux. De même, en Belgique, les personnes, jugées après guerre, pour avoir dénoncé des patriotes sont le plus souvent des gens issus de classes modestes, des nécessiteux ou des délinquants16 ; à moins qu’il ne s’agisse de patriotes arrêtés et « retournés » par l’occupant.

  • 17 Cf. L. van Ypersele & E. Debruyne, De la guerre de l’ombre aux ombres de la guerre. L’espionnage e (...)

15Quoi qu’il en soit la répression allemande débuta dès la fin de l’année 1914 et la première grande vague d’exécutions de patriotes eut lieu en automne 1915. La plus célèbre de ces premières victimes n’est autre que l’infirmière britannique Édith Cavell, fusillée au côté de l’architecte schaerbeeckois Philippe Baucq, le 12 octobre 1915. Jusqu’en 1916, les exécutions étaient annoncées à la population par voie d’affiches afin de semer la terreur. Mais cela se révéla inefficace : aux yeux de la population, ces affiches désignaient surtout les héros à vénérer. La répression allemande reste importante jusqu’à la fin de l’année 1917. Au total, on compte près de 300 fusillés et environ un quart des agents est arrêté une ou plusieurs fois17. Les femmes, comme les hommes, n’échappent pas à cette répression. Beaucoup sont inculpées. Toutefois, on observe une moins grande sévérité des peines infligées par l’occupant à leur égard. Le fait que les femmes ont moins souvent accès aux postes à responsabilité implique effectivement qu’elles s’exposent à des peines moindres (souvent elles s’engagent pour soutenir l’engagement d’un homme). En termes d’application des peines, on constate que l’attitude des Allemands vis-à-vis des femmes change selon qu’il s’agisse de condamnation à mort ou d’emprisonnement. L’application des peines d’emprisonnement semble être la même pour les femmes que pour les hommes. En revanche, la peine de mort est nettement moins appliquée aux femmes : sur les 277 patriotes fusillés par l’occupant, seulement 10 sont des femmes (soit un peu plus de 3 %). Il est vrai que l’exécution de miss Cavell, en 1915, avait suscité l’indignation internationale. Ainsi, l’héroïne lilloise, Louise de Bettignies est déportée et meurt en Allemagne.

Une expérience, deux mémoires

16Au travers de toutes les contributions ici réunies, il apparaît clairement que les expériences de l’occupation en Belgique et dans le Nord de la France ne diffèrent guère. C’est plutôt entre zones d’étapes et zone du gouvernement général que la différence se situe. Dès lors, le fossé qui existe entre les mémoires belge et française de cette occupation est encore plus impressionnant.

  • 18 A. Becker, Oubliés de la Grande Guerre, humanitaire et culture de guerre, populations occupées, dé (...)
  • 19 L. van Ypersele, « La mémoire de la Grande Guerre en Belgique. Un enjeu identitaire à visages mult (...)
  • 20 Cf. M. Amara, Des Belges à l’épreuve de l’exil. Les réfugiés de la Première Guerre mondiale. Franc (...)

17L’expérience des Français du Nord, en effet, a été occultée au profit d’une mémoire nationale centrée sur la figure du Poilu soutenu par les civils de l’arrière. Les civils du Nord apparaissent donc comme les « oubliés de la Grande Guerre », pour reprendre le titre du livre d’Annette Becker18. Il existe, d’ailleurs très peu de monuments rendant hommage au vécu spécifique des civils du Nord. À l’inverse, en Belgique, si le soldat reste la mesure même de l’héroïsme, les civils du pays occupé ne sont nullement oubliés19. Dès son discours du trône du 22 novembre 1918, le Roi-Soldat en personne rend hommage à la fois aux soldats, aux civils massacrés en août 1914, aux patriotes fusillés par l’occupant et aux déportés. Seuls les exilés sont exclus de cette mémoire officielle20 qui consacre l’image de la Belgique héroïque et martyre. De même, les innombrables monuments aux morts érigés au début des années vingt représentent souvent les civils fusillés et les déportés aux côtés des soldats. En outre, dès 1919, les patriotes fusillés reçoivent des funérailles posthumes solennelles : les autorités nationales et locales, les associations patriotiques et folkloriques, les enfants des écoles et une foule immense y participent. Les gestes forts s’adressent donc d’abord à ces civils, puisque le Soldat Inconnu doit attendre 1922 pour être inhumé en très grande pompe sous la colonne du Congrès. Cette mémoire évolue durant l’entre-deux-guerres, mais ne disparaît jamais complètement, comme en témoigne l’analyse des journaux clandestins de la Seconde Guerre mondiale réalisée par Fabrice Maerten.

18Cela étant, les patriotes belges comme les patriotes français qui ont survécu au conflit ne se sont pas sentis assez reconnus. Soldats de l’ombre, ils avaient risqué leur vie au nom de la patrie, à l’instar des soldats du front. Ils espéraient donc une reconnaissance de type militaire qu’ils n’ont pas eue. Mais, il est vrai aussi, que les anciens combattants ne se sont pas non plus sentis assez reconnus, malgré les titres et les médailles. En réalité, la Grande Guerre a suscité des attentes démesurées que l’on ne pouvait tout à fait rencontrer. Après avoir tenu quatre ans dans des conditions épouvantables au nom d’une Croisade de la Civilisation contre la Barbarie, ce fut indéniablement le désenchantement pour l’ensemble des sociétés belligérantes.

19Il n’en reste pas moins que, malgré les aléas de ce désenchantement, des patriotes et des anciens combattants de 1914 reprennent spontanément du service et entrent dans la clandestinité pour lutter contre l’occupation nazie. Mais, c’est là une autre histoire…

Notes

1 Cf. L. van Ypersele, Le roi Albert, histoire d’un mythe, 2e éd., Bruxelles, Labor, 2006.

2 Les Français préfèrent ce terme à celui de « territoires occupés » utilisé en Belgique parce qu’il insiste plus sur le caractère illégitime et provisoire de la présence allemande en France. Cf. A. Becker, Oubliés de la Grande Guerre, humanitaire et culture de guerre, populations occupées, déportés civils, prisonniers de guerre, Paris, Noêsis, 1998.

3 L’occupant peut s’appuyer sur les services administratifs des ministères (seuls trois ministères sont supprimés par l’occupant lui-même : les Affaires étrangères, la Guerre et les Colonies), sur les institutions provinciales et communales et sur les instances judiciaires.

4 M. Amara & H. Roland, Gouverner en Belgique occupée. Oscar von der Lancken-Wakenitz. Rapports d’activités 1915-1918, Bruxelles, Peter Lang, 2004.

5 B. Majérus, Occupations et logiques policières. La police bruxelloise en 1914-1918 et 1940-1945, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2007.

6 F. Passelecq, La Magistrature belge contre le despotisme allemand, Paris, Berger-Levrault, 1918 ; Id., Le conflit de la magistrature belge et de l’administration allemande en Belgique occupée, Paris, Berger-Levrault, 1918.

7 S. de Schaepdrijver, La Belgique et la Première Guerre mondiale, Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2004, p. 243-244.

8 M. Dumoulin, E. Gérard, M. Van den Wijngaert & V. Dujardin, Nouvelle Histoire de Belgique, vol. 2 : 1905-1950, Bruxelles, Éd. Complexe, 2006, p. 101-105.

9 S. de Schaepdrijver, op. cit., Bruxelles, Peter Lang, p. 222-223.

10 M. Dumoulin & al., op. cit., p. 111-112. Voir aussi : F. Passelecq, Déportation et travail forcé des ouvriers et de la population civile de la Belgique occupée (1916-1918), Paris, PUF, 1927.

11 La flamandisation de l’université de Gand fait partie de la Flamenpolitik menée par l’occupant pour diviser la population belge. Une minorité de flamingants issus de milieux apolitiques, les activistes, acceptèrent de collaborer à cette politique. Cf. L. Wils, Flamenpolitik en Activisme. Vlaanderen tegenover België in de Eerste Wereldoorlog, Leuven, Davidsfonds, 1974.

12 Les massacres d’août 1914 légitimés du côté allemand par la soi-disant présence de francs-tireurs, y sont pour beaucoup. La résistance armée donnerait à l’occupant la « preuve » de la présence de francs-tireurs et susciterait des représailles importantes. Cf. J. Horne & A. Kramer, German atrocities 1914. A History of denial, New Haven-London, Yale University Press, 2001.

13 Cf. A. Dewerpe, Espion. Une anthologie historique du secret d’État contemporain, Paris, 1994.

14 Cf. L. van Ypersele & E. Debruyne, De la guerre de l’ombre aux ombres de la guerre. L’espionnage en Belgique durant la guerre 1914-1918. Histoire et mémoire, Bruxelles, Labor, 2004.

15 L. van Ypersele & E. Debruyne, De la guerre de l’ombre aux ombres de la guerre. L’espionnage en Belgique durant la guerre 1914-1918. Histoire et mémoire, Bruxelles, Labor, 2004, p. 35.

16 Cf. X. Rousseaux & L. van Ypersele (dir.), La Patrie crie vengeance ! La Répression des « inciviques « belges au sortir de la guerre 1914-1918, Bruxelles, Le Cri, 2008. Remarquons que, à ma connaissance, les activistes qui ont trahi l’état belge n’ont pas participé au démantèlement des réseaux clandestins ; tout comme ils ne se sont pas engagés dans l’armée allemande. C’est une grande différence par rapport à ce qui se passera durant la Deuxième Guerre mondiale.

17 Cf. L. van Ypersele & E. Debruyne, De la guerre de l’ombre aux ombres de la guerre. L’espionnage en Belgique durant la guerre 1914-1918. Histoire et mémoire, Bruxelles, Labor, 2004, p. 79-81.

18 A. Becker, Oubliés de la Grande Guerre, humanitaire et culture de guerre, populations occupées, déportés civils, prisonniers de guerre, Paris, Noêsis, 1998, p. 364-370.

19 L. van Ypersele, « La mémoire de la Grande Guerre en Belgique. Un enjeu identitaire à visages multiples », in Revue Générale, no 11-12, novembre-décembre 2008, p. 11-21.

20 Cf. M. Amara, Des Belges à l’épreuve de l’exil. Les réfugiés de la Première Guerre mondiale. France, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Bruxelles, Éd. de l’Université de Bruxelles, 2008.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search