Version classiqueVersion mobile

La Résistance en France et en Belgique occupées (1914-1918)

 | 
Robert Vandenbussche

La Première Guerre mondiale dans la presse clandestine de la Belgique occupée en 1940-1944

Fabrice Maerten

Texte intégral

Introduction

1Cet article se démarque des autres contributions présentes dans l’ouvrage, puisqu’il n’a pas pour objectif d’analyser la résistance en 14-18 en tant que telle, mais bien l’image transmise de ce phénomène dans un contexte à la fois similaire et très différent, celui de la résistance en 40-44. À vrai dire, l’image recherchée est à la fois plus large, puisqu’elle englobe toutes les représentations de la Première Guerre mondiale, et plus étroite, puisque le vecteur étudié de cette représentation est la presse clandestine.

  • 1 Pour un exposé plus complet sur les principales fonctions dévolues au rappel de la Grande Guerre e (...)

2Ceci dit, si dans un premier temps, nous analyserons les différents types d’évocation de la Grande Guerre, reprenant pour les circonstances les conclusions d’une étude réalisée il y a quelques années, dans une seconde phase, nous scruterons plus en profondeur les diverses références à la résistance en 14-18, pour mieux coller à la problématique de ces actes1.

  • 2 Sur le concept de « mémoire vive » et sur les interactions de cette mémoire avec la (ou les) « mém (...)

3L’objet de cette analyse est donc la représentation d’un phénomène, qui se base sur la « mémoire vive », celle des gens, mais qui n’est pas que le reflet de cette dernière. Comme toute presse d’opinion, la presse clandestine a en effet d’abord et surtout pour but d’influencer ses lecteurs : ses auteurs instrumentalisent donc cette mémoire vive, ils l’utilisent en vue de fins bien précises sur lesquelles nous reviendrons ; aussi ne reprennent-ils de cette mémoire que ce qui leur est utile2.

4En outre, cette mémoire vive comme les objectifs poursuivis ne sont pas exactement les mêmes selon les groupes de lecteurs et de rédacteurs : ils peuvent différer en tout ou en partie en fonction de l’espace géographique, de la communauté linguistique, du milieu social et politique ; en outre, les objectifs peuvent évoluer avec le temps.

5Bien plus qu’à une image du premier conflit au moment du second, on aboutit dès lors à un véritable kaléidoscope. Ce dernier fournit non seulement un riche relevé de ce qui a marqué profondément l’imaginaire collectif des Belges relativement à 14-18, mais en outre il éclaire le poids du souvenir de la Première Guerre mondiale dans la perception de la Seconde par ses divers acteurs, et livre de la sorte une clé très précieuse de compréhension des attitudes lors de ce second conflit, sans parler des stratégies sous-jacentes développées par les différents acteurs idéologiques de la Résistance de 1940-1944.

6Deux importants bémols doivent cependant être mis avant de commencer cette analyse. Le premier a trait à la représentativité de l’échantillon choisi. Ainsi, malgré notre volonté de couvrir le plus largement possible l’opinion publique belge, force est de constater que les néerlandophones sont peu représentés : au total, à peine 196 numéros de clandestins rédigés en néerlandais ont pu être examinés contre 878 du côté francophone. Les carences sont surtout manifestes du côté catholique, opinion pourtant largement majoritaire en Flandre. En outre, l’ouest de la région n’est pratiquement pas représenté par manque de série importante conservée.

  • 3 Voir F. Maerten, art. cit., p. 304-307.
  • 4 Cf. J. Gotovitch (dir.), Guide de la presse clandestine de Belgique, Bruxelles, CREHSGM, 1991.

7Ces données rejoignent le constat, déjà largement étayé, de la prédominance francophone dans la Résistance belge en 40-443. Pour ne prendre qu’un exemple touchant de près cette analyse, près de ¾ des 674 clandestins répertoriés lors d’une enquête approfondie menée en 1991 sont en français contre ¼ en néerlandais, alors que la répartition dans la population est au milieu du XXe siècle d’environ 55-45 en faveur des néerlandophones. La distribution par région géographique n’est pas plus favorable à la Flandre, puisque celle-ci ne rassemble, toujours d’après la même étude, que 25 % des clandestins, contre 43 % à la Wallonie et 32 % à Bruxelles4.

8Joue sans doute dans cette énorme différence, à côté d’éléments inhérents à la seconde occupation du pays, la moindre présence en Flandre des deux principaux vecteurs idéologiques d’opposition à l’occupant que sont le patriotisme et l’antifascisme. La seconde de ces valeurs est de toute évidence moins répandue à l’époque en Flandre qu’en Wallonie (les partis de gauche y sont moins bien implantés). Mais la différence est sans doute encore plus marquée en termes de patriotisme. Et là, le souvenir de 14-18 joue avec certitude un rôle considérable. À Bruxelles et en Wallonie, le patriotisme belge revigoré dans l’union dans la souffrance contre un ennemi commun est entretenu par les autorités publiques pour faire taire les revendications flamandes que beaucoup, dans le monde francophone, perçoivent comme une menace pour l’existence même du pays. En Flandre, à l’inverse, se développe dans l’entre-deux-guerres une certaine rancœur vis-à-vis d’un État pour lequel on a souffert et consenti des sacrifices, notamment sur le front, et qui, estime-t-on, refuse d’accorder ce qui apparaît comme légitime ou ne le concède que de mauvaise grâce.

9En somme, cet état d’esprit, qui découle pour une bonne part d’une certaine perception de la Première Guerre mondiale, apparaît dans le non-dit ou plutôt dans le non-écrit de la presse clandestine de la Seconde.

10Par ailleurs, si sur le plan politique, nous pensons avoir couvert de manière relativement équilibrée l’essentiel du spectre, depuis l’extrême gauche jusqu’aux milieux les plus conservateurs (à l’exception évidemment des nationalistes flamands engagés dans la collaboration), il n’en va sans doute pas de même sur le plan social, les paysans, les ouvriers et les militaires entre autres se manifestant généralement peu par la plume. Ceci dit, la relative facilité avec laquelle tout un chacun pouvait accéder à la rédaction de ces feuilles, fait que la presse clandestine est certainement plus représentative sur le plan social que la presse libre du temps de paix !

11Deuxième bémol, si cette presse est volubile et diversifiée, elle est aussi précaire (rares sont les journaux à traverser toute l’occupation), à faible périodicité (généralement un numéro par mois) et peu étoffée (au total, à peine quelques articles par numéro), ce qui en atténue évidemment la richesse ; en outre, son tirage généralement faible en relativise l’impact.

Une présence massive

12591 des 1 074 numéros consultés, soit 55 % d’entre eux, font en effet allusion à 14-18. Et la tendance est à peine un peu moins forte en Flandre (48 %) que dans l’espace francophone (57 %). Si les différences sont un peu plus marquées sur le plan idéologique, il est tout de même frappant de constater que tous les grands courants recourent à ce souvenir, de l’extrême gauche communiste (38 %) à la droite patriotique (65 %) en passant par les socialistes (54 %) et les organes du Front de l’indépendance ou FI (59 %), structure de masse mise sur pied à l’automne 1941 par les communistes, mais qui traduit l’opinion d’une large frange « gauchiste » de la Résistance.

13Enfin, sur le plan chronologique, l’attention pour le premier conflit s’atténue à peine au fil du temps : le thème est traité dans 67 % des clandestins en 41 contre encore 47 % en 44. Cette évolution relativement lente et cette quasi-absence de superposition du second conflit par rapport au premier montre que le souvenir de la Première Guerre joue un rôle spécifique et complémentaire à l’évocation des griefs du présent dans le combat idéologique que mènent les responsables de la presse clandestine. Mais à quoi renvoie précisément ce rôle ?

Le rappel de 14-18, des fonctions multiples

14En gros, les évocations du premier conflit se réfèrent à cinq discours, visant à cinq buts relativement différents. Parmi ces représentations domine largement celle qui fait de la Grande Guerre un incitant à la lutte contre l’envahisseur. Nous y reviendrons plus largement, car c’est dans cette vision que vient se nicher le souvenir de la résistance de 14-18. Mais d’abord passons rapidement en revue les autres utilisations de la mémoire du premier conflit :

1. Pour la gauche, un instrument de combat politique et social
Cette presse plaide pour une transformation ou une rénovation de la société dans un sens plus égalitaire et pour l’établissement d’un nouvel ordre mondial qui empêcherait toute guerre. Il n’est dès lors pas surprenant que le premier conflit serve de référence dans ce cadre, vu les bouleversements qu’il suscita à l’échelle planétaire (naissance de l’URSS et de son régime communiste) et nationale (suffrage universel et réformes sociales) mais aussi à cause de la responsabilité présumée du grand capitalisme dans le déclenchement et le développement du conflit. La mémoire de la Grande Guerre perçue sous cet angle revient dans environ 11 % des numéros consultés.

2. Un outil contre la collaboration et pour l’épuration
La lutte contre la collaboration et pour une épuration sévère est un autre thème majeur de la presse clandestine. Dans ce cadre aussi, le souvenir de la Première Guerre est utile. Il permet en effet d’affirmer la continuité de l’action de certains pro-Allemands, de fustiger l’attitude jugée passive, lâche ou même intéressée de différents pouvoirs (administration, magistrature, patronat) tolérés par l’occupant lors de cette seconde occupation, enfin et surtout de justifier la nécessité d’une épuration impitoyable à l’issue de cette guerre à l’égard de ceux qu’on considère comme les ennemis de la patrie ou de la classe ouvrière.

Le sujet, abordé par environ 9 % des numéros, tend à occuper une place de plus en plus importante avec le temps (près de 11 % en 44). L’évolution est marquante en région francophone alors qu’en Flandre, on assiste au contraire à un important recul, signe que l’épuration est, pour les résistants flamands, un sujet délicat à traiter.

3 Un baromètre des tendances régionalistes
Le rappel des événements de la Grande Guerre est aussi l’occasion de manifester ses opinions à propos des courants nationalistes régionaux. Dans l’ensemble, la question est relativement peu abordée (4,5 % des numéros), sauf dans les organes du FI (9 %) qui dénoncent par ce biais tout courant anti-belge, et surtout dans La Wallonie libre (plus de 17 %), qui y voit au contraire un argument pour justifier ses aspirations indépendantistes.

4. Un plaidoyer pour la sévérité à l’égard de l’Allemagne
Relativement peu exploitée (moins de 4 % des numéros), cette vision est surtout l’œuvre des journaux de droite (7 %). Cette problématique est, comme on pouvait s’y attendre, principalement développée à la fin de l’occupation.

  • 5 Pour Bruxelles, nous n’avons pas tenu compte (et ne tiendrons pas compte à l’avenir) des atypiques(...)

5. Surtout, un moyen de lutter contre l’envahisseur
Près de 38 % des numéros, soit pratiquement 2 sur 5, contiennent au moins un article entrant dans cette logique. Le processus se retrouve plus souvent dans l’espace francophone (39 %) qu’en Flandre (30 %), plus fréquemment à Liège et Bruxelles (46 %) que dans le Hainaut (30 %), province très marquée à gauche5.

15Les différences sont bien plus grandes si l’on prend en compte les options philosophiques des journaux : la mémoire de la Première Guerre sert peu à combattre l’occupant à l’extrême gauche (17 % chez les communistes) alors qu’à droite, elle est fréquemment utilisée dans ce but (54 %). On notera encore que les journaux du FI n’hésitent pas à faire appel à ce souvenir pour pousser à l’action (dans 43 % des cas). C’est, dans une mesure un peu moindre, aussi le cas pour les socialistes (38 %), preuve que l’argument porte – ou est censé porter – sur la majeure partie de l’opinion sympathisante de la Résistance (soit la majorité de la population).

16Sur le plan chronologique, le rappel de la Grande Guerre comme vecteur de résistance est moins fréquent à partir de 43 (30 % au lieu de 40 % auparavant). On peut parler de tassement, mais pas vraiment d’abandon de l’argumentation.

17Mais à quoi font référence les journaux clandestins pour inciter les lecteurs à combattre l’occupant ou à lutter plus intensément contre lui ? On peut répartir les interventions sur ce thème en trois grandes catégories, selon que les articles désirent raviver la germanophobie, le patriotisme ou l’espoir d’une libération prochaine.

La germanophobie

18La haine de l’Allemand est la valeur ou plutôt le sentiment le plus répandu lorsque la presse clandestine évoque 14-18. On retrouve cet anti-germanisme s’appuyant sur le souvenir de la Grande Guerre dans 25 % des numéros. Ce rappel des griefs imputables aux Allemands de 14-18 est plus fréquent en Belgique francophone (27 %) qu’en Flandre (18 %), plus courant à Liège (30 %) et à Bruxelles (33 %) que dans le Hainaut (17 %).

19Il est intéressant de se demander si ces variations régionales correspondent un tant soit peu à des vécus plus ou moins traumatisants selon les contrées. La réponse paraît négative, car alors comment comprendre par exemple que les journaux de Bruxelles utilisent le plus souvent cet argument alors qu’en 14-18 les Bruxellois n’ont pas souffert comme les populations du sud du pays et du Brabant flamand des atrocités de l’été 14, ni été soumis au dur régime des zones d’étape comme les deux Flandres et la moitié de la province de Hainaut ? Par ailleurs, s’il est vrai que le pays de Liège a été plus durement touché que le Hainaut par les représailles du début de l’invasion, il a vécu une occupation bien moins pénible car la région relevait de l’administration du gouvernement général et n’a pas connu de déportations.

20Tout ceci confirme que la germanophobie héritée de 14-18, si elle s’appuie au départ sur des éléments objectifs – nous y reviendrons – a été plus ou moins renforcée dans l’entre-deux-guerres en fonction de l’influence exercée par le milieu ambiant. Le souvenir a évolué différemment dans les deux communautés linguistiques, dans les différentes régions, au sein des différentes familles politiques et idéologiques. Ce n’est évidemment pas un hasard si près de 45 % des feuilles de droite francophones contiennent des articles virulents contre l’Allemand de 14-18. La germanophobie soutient le patriotisme, lui-même constituant un des piliers d’un État belge aux fondements conservateurs.

21La germanophobie n’est pas l’apanage de la droite francophone. Elle touche aussi, il est vrai dans une moindre mesure, la gauche, par-delà les clivages linguistiques : pour preuve, l’argument revient dans près de 29 % des numéros produits par le FI et dans plus de 23 % de ceux issus de la mouvance socialiste. Au sein du FI, mouvement résolument unitariste, si le pourcentage est pratiquement le même en Flandre qu’en Wallonie, il n’en va pas de même dans les organes socialistes (17 contre 24 %), ni surtout de droite (22 contre 45 %), signe que le communautaire intervient grandement dans cette germanophobie.

22Par ailleurs, si le thème est peu présent chez les communistes (5 %), c’est qu’ils se doivent de rester discrets sur la question pour ne pas renier l’idéal prolétarien et internationaliste de leur parti. Cela n’empêche pas les communistes de développer ce thème via les organes du FI qu’ils contrôlent le plus souvent. Enfin, si on observe un certain tassement du thème à partir de 1943, l’argument ne semble pas perdre sa pertinence, puisqu’il est toujours utilisé par plus de 20 % des journaux en 43-44 (au lieu de plus de 25 % en 42 et plus de 30 % en 41).

23L’analyse de ce qui est directement reproché aux Allemands de 14-18 confirme le recours différencié selon les milieux aux souvenirs de la Grande Guerre, tout en soulignant le ressort important constitué par certains faits et attitudes de l’occupant. Parmi les griefs avancés dominent largement les massacres perpétrés essentiellement en Wallonie pendant l’été 1914 (dans près de 9 % des numéros). Aussi, n’est-il pas étonnant que l’argument revienne plus souvent en Belgique francophone (près de 10 %) qu’en Flandre (moins de 4 %). Pourtant, et une fois de plus, cette interprétation par la conformité aux événements a ses limites. Le sujet est ainsi nettement moins abordé dans le Hainaut qu’à Bruxelles, ville épargnée par ces atrocités. Il est également très peu évoqué dans les feuilles de gauche, alors que les exactions allemandes ont aussi affecté des zones ouvrières comme le bassin de Charleroi ou celui de la Sambre namuroise (Tamines). Manifestement, l’impact traumatique réel de l’événement a été plus ou moins instrumentalisé par les milieux, ceux de gauche étant mal à l’aise face à un drame favorisant les haines nationalistes.

24Autre grief localisable dans l’espace et la sphère socio-politique, la déportation des ouvriers et des chômeurs des années 1916-1918 revient tout de même moins souvent (environ 5 %). Ici, les différences entre régions et tendances ne sont pas énormes, alors que les déportations ont surtout touché la Flandre et la population ouvrière. Manifestement, la presse flamande et de gauche hésite à utiliser un argument qui pourrait avoir comme effet de développer le mépris du peuple voisin et donc par ricochet, le nationalisme belge.

25Reviennent aussi régulièrement, et ceci surtout dans la presse de droite et du FI, l’argument de la deuxième invasion par le même agresseur en à peine un peu plus de 25 ans (plus de 5 % au total) et, surtout dans la presse de droite, le reproche plus juridique de la traîtrise de l’attaque et du non-respect de la parole donnée (5 % de l’ensemble des numéros). À une moindre échelle apparaît aussi la lourdeur des réquisitions (plus de 3 %).

26Ainsi, la germanophobie peut d’autant plus facilement être utilisée, en particulier par les feuilles de droite et du FI, qu’elle s’appuie sur de profondes blessures – déportations et surtout massacres de l’été 14 – occasionnées par ce qui apparaît pour l’immense majorité de la population comme le même ennemi.

L’espoir de libération

27Deuxième pilier du souvenir de 14-18 comme instrument destiné à promouvoir la lutte contre l’envahisseur, le rappel de l’issue heureuse du premier conflit mondial est utilisé dans plus de 14 % des clandestins.

28Mais alors que le modèle précédent (comme le suivant d’ailleurs) est surtout mis en exergue par la presse de droite francophone, l’argument de la victoire alliée acquise suite à l’effondrement de l’ennemi au moment où l’on ne s’y attendait plus, est partagé de manière pratiquement égale entre la Flandre et l’espace francophone, ainsi qu’à l’intérieur de ce dernier. Seuls en définitive se distinguent du modèle général les communistes qui hésitent à faire appel à ce souvenir de novembre 1918 (7 % des numéros), l’Union soviétique n’étant pas parmi les vainqueurs du moment, et surtout les trotskistes et les militants wallons qui l’ignorent complètement : pour ces derniers, la restauration de l’État belge selon le modèle de l’entre-deux-guerres n’est clairement pas souhaitable.

29Loin de perdre de son actualité, le souvenir d’une victoire rapide alors que l’issue du conflit paraissait lointaine est particulièrement encourageant dans le cadre d’une guerre qui, une nouvelle fois, semble s’éterniser. Aussi n’est-il pas étonnant que l’argument soit surtout utilisé en 1942 et 1943 (près de 18 % des clandestins), époque où malgré les bulletins de victoire à l’est et au sud de l’Europe, la situation ne paraît pas vraiment évoluer pour la Belgique.

Le patriotisme

30Pendant positif de la germanophobie, le patriotisme lié au souvenir de la Grande Guerre revient également dans plus de 14 % des numéros. Mais ici l’écart est considérable entre la Flandre (8 %) et la Belgique francophone (plus de 15 %). On peut même parler de fracture entre les clandestins de droite francophones (plus de 29 %) et flamands (moins de 10 %). Manifestement, pour ces deux groupes, la patrie belge n’a pas la même valeur.

  • 6 Parmi les innombrables publications relatives à Albert Ier (1875-1934), on relèvera surtout celle (...)

31Ainsi, La Libre Belgique Peter Pan fait de l’attachement à la Belgique et aux valeurs qu’elle incarne pour le journal le pilier de son engagement. À ce titre, 14-18 constitue une référence incontournable. Ainsi, tous les numéros depuis le no 11 du 11/5/41 offrent en sous-titre trois citations de figures illustres du premier conflit, le roi Albert, le bourgmestre de Bruxelles, Adolphe Max, et le cardinal Désiré Mercier, présentées en vis-à-vis de trois citations des personnes exerçant les mêmes fonctions en 19406.

32Pour De Vrijschutter, l’équivalant flamand de La Libre Belgique, la fidélité au pays n’est pas un choix du cœur, mais de la raison. Pour ces catholiques flamands, le ralliement à la cause belge est fragile, car il est subordonné à la perception de la possibilité d’un épanouissement du peuple flamand dans ce cadre.

33Malgré ces profondes divergences, le patriotisme lié au rappel de 14-18 reste tout de même une valeur nettement plus fréquente dans les feuilles conservatrices (25 %) qu’à gauche (environ 10 %) et surtout qu’à l’extrême gauche (moins de 4 % chez les communistes). On peut comprendre la difficulté pour ces courants imprégnés d’idéologie marxiste à recourir à une argumentation nationale.

34Du point de vue chronologique, l’argument faiblit plus nettement et plus rapidement que celui de la germanophobie (pratiquement de 20 % en 1941 à 10 % en 44). De toute évidence, à partir de 1942, le patriotisme, qui a besoin de modèles collectifs ou individuels d’identification pour se développer, se nourrit beaucoup plus aux héros de cette guerre qu’à ceux de 14 alors que les griefs à l’encontre des Allemands de la Grande Guerre restent d’actualité. Nous reviendrons sur cette question.

  • 7 Sur Gabrielle Petit (1893-1916), voir outre De la guerre de l’ombre…, op. cit., p. 112-113 et 245, (...)

35Mais d’abord, qui sont les héros de 14-18 repris par les clandestins de 1940-1944 ? Collectivement, ils sont de 3 ordres : le peuple belge occupé (environ 10 % des cas), l’armée de l’Yser (près de 8 %) et, de manière à la fois plus vague et plus précise, les morts de la Grande Guerre (4 %). Sur le plan individuel, sont surtout mis en exergue les personnalités du roi Albert Ier (5 % des cas), du cardinal Mercier (3,5 %) et dans une moindre mesure du bourgmestre de Bruxelles Adolphe Max et de la résistante Gabrielle Petit (1,5 %)7.

36Avant de se concentrer plus spécifiquement sur la résistance du peuple belge et sur ses figures de proue en pays occupé, quelques mots sur les deux grands modèles d’identification localisés hors de l’emprise allemande. Pourtant située en Flandre et composée majoritairement de soldats flamands, l’armée de l’Yser fait surtout recette dans la presse francophone (près de 9 % contre moins de 5 % en Flandre). Manifestement, elle paie là son image d’institution dirigée par des francophones. Il n’est par contre pas surprenant que le modèle soit peu prisé à gauche (moins de 5 % au FI jusqu’à 0,5 % chez les communistes). Notons enfin que cette évocation reste relativement stable : incontestablement, le soldat de 14-18 se maintient aux yeux de la Résistance de droite comme un modèle pour le combattant de l’ombre.

37Pourtant chef de ladite armée, Albert Ier est presque autant invoqué au nord du pays (4 %) qu’au sud (5,5 %). L’image du Roi proche de ses soldats est manifestement bien passée en Flandre. Par contre, il ne jouit guère de sympathie à gauche (2 % au FI et chez les socialistes) et est même complètement ignoré par les organes trotskistes et communistes. Enfin, son évocation chute de 1941 à 1942 de 8 à 4 %, comme si son image avait été victime des remous provoqués par le remariage de son fils.

La place de la résistance de 1914-1918 dans la presse clandestine de 1940-1944

  • 8 Cf. notamment P. Laborie, « L’idée de résistance, entre définition et sens : retour sur un questio (...)

38On l’aura déjà compris, celle-ci n’est pas très importante, surtout si on limite son acception à la définition de la résistance communément admise par les historiens de la Seconde Guerre8. Il faut dire que la ‘résistance’ qui est surtout pratiquée en 14-18 est certes une forme d’opposition à l’occupant, mais elle n’est pas organisée et ne vise généralement pas à le chasser. Elle se manifeste essentiellement par des prises de position écrites ou verbales de rejet et des actes de désobéissance. Le rappel de cette résistance ‘morale’ ou ‘passive’ qui traduit le refus du pays de se plier à la volonté de l’occupant n’est pas dédaigné par la presse clandestine (au total, plus de 7 % des numéros y recourent). Mais si le modèle est fréquemment utilisé au début de l’occupation (encore plus de 11 % en 1942) – il s’agit alors de ne pas se décourager en attendant des jours meilleurs –, il ne vaut généralement plus en 1943-1944, époque où l’on passe à un véritable engagement dans la lutte (la fréquence passe à 5 % en 43 et 2 % en 44).

39Dans l’absolu cependant, les références à cette résistance passive (et à Albert Ier) sont plus nombreuses, car pour ne pas déséquilibrer l’analyse globale, il a été décidé de ne comptabiliser que 4 fois (1 par année) les 72 numéros de La Libre Belgique reprenant les mêmes citations du roi Albert, du cardinal Mercier et d’Adolphe Max. En réalité, 154 articles sont consacrés à ce thème, dont 108 au Cardinal, véritable personnification de la résistance morale en 14-18 pour les opposants de la Seconde Guerre mondiale. Il est vrai que ce chiffre énorme s’explique surtout par son omniprésence dans La Libre Belgique, mais le cardinal est aussi évoqué dans 11 autres clandestins. Si l’on ne s’étonne pas qu’il soit peu fait appel à son souvenir dans les journaux de gauche et d’extrême gauche (9 articles), il est par contre plus étrange, à première vue, de le voir si rarement mentionné dans les feuilles flamandes (à peine 2 articles). Son ardent patriotisme belge et surtout sa vive opposition, au lendemain du conflit, au programme minimum des partis flamands réclamant l’unilinguisme radical en Flandre, dans l’administration, la justice et l’enseignement, expliquent sans doute cet ostracisme, particulièrement manifeste dans les deux organes catholiques flamands où il est complètement ignoré.

40À côté de l’icône spirituelle que représente le cardinal Mercier, célébré par la Résistance de 1940-1944 pour ses nombreuses prises de position publiques associant foi et patriotisme, et déniant la légitimité de l’occupation, apparaît la figure laïque du bourgmestre de Bruxelles, Adolphe Max. Rappelé au souvenir de ceux de 40 pour son refus répété de se plier aux injonctions de l’occupant, désobéissance qui devait le mener dès l’automne 1914 dans les bagnes allemands, le libéral Max est tout de même moins honoré que le Cardinal. Si l’on excepte les 72 mentions dans La Libre Belgique, il n’apparaît en effet que dans 12 articles répartis entre 6 autres journaux. Comme Mercier et, sans doute pour les mêmes raisons, il est peu évoqué en Flandre (2 articles) ; par ailleurs, son activité forcément réduite le rend difficilement utilisable pour les clandestins de gauche et d’extrême gauche (3 articles).

41Autre image centrale de la résistance passive véhiculée en 1940-1944, les actes de désobéissance collective sont en revanche rappelés de manière plus équitable entre les journaux de différentes tendances. Les 43 articles consacrés à ce thème apparaissent en effet dans 22 numéros de la presse de droite et 21 de celle de gauche. Le refus des ouvriers déportés de travailler pour l’Allemagne, objet le plus fréquent de ces articles est, il est vrai, un sujet particulièrement porteur à gauche dans un contexte de menace, puis de concrétisation des mesures de travail forcé outre-Rhin.

42Et la résistance active ? Les résistants de 40-44 auraient pu s’en servir comme modèle pour une activité apparemment similaire. Pourtant, notre étude générale montre qu’on l’évoque dans moins de 4 % des numéros. En outre, le pourcentage passe de 5 % en 1942 à à peine 2 % en 1944. Enfin, la référence est essentiellement utilisée à droite (6 %) et dans les feuilles du FI (près de 5 %).

  • 9 Sur Philippe Baucq (1880-1915), voir M. Anciaux, Un martyr national. Philippe Baucq, Bruxelles, Ce (...)

43Une analyse plus approfondie indique que cette première guerre de l’ombre est convoquée dans 49 articles, pour l’essentiel publiés dans la presse de droite francophone avant la fin de 1942. Quand il y est fait allusion, c’est essentiellement (dans 33 cas) pour honorer la mémoire de ceux dont l’engagement a mené au sacrifice de leur vie pour la patrie. Ces héros sont, en nombre absolu, surtout sollicités par la presse francophone de droite (20 cas), mais ils apparaissent aussi à gauche (10 cas) et en Flandre (4 cas). Au premier plan figure Gabrielle Petit (15 articles), l’héroïne nationale par excellence célébrée en grande pompe au lendemain du premier conflit. D’ailleurs, la simple évocation de son nom suffit dans la plupart des cas pour parler d’elle. Pourtant, si elle est mentionnée dans 8 clandestins, elle n’apparaît que dans l’espace francophone où elle est essentiellement citée à droite (12 fois sur 15), ce qui, une fois de plus, fournit un indice probant des fractures de mémoire relatives à la Première Guerre mondiale. On ajoutera que l’autre héros national de l’immédiat après-guerre, Philippe Baucq, n’apparaît qu’à 4 reprises, comme la britannique Édith Cavell9. Aucun autre héros de la Première Guerre n’est mentionné plus de deux fois, confirmant l’ancrage local de la plupart des figures de la Résistance de 14-18. En outre, rarissimes sont les mentions de résistants ayant survécu au conflit.

44Enfin, il est frappant de constater combien il est peu fait mention des activités de résistance proprement dites. 13 articles évoquent la presse clandestine (et encore essentiellement La Libre Belgique de 14-18), 6 le renseignement et 2 seulement les lignes d’évasion. Ignorance de ce qui s’est réalisé à l’époque dans le prolongement des marques du souvenir de l’immédiat après-guerre focalisées sur les héros et non sur leurs actions ou conscience de différences fondamentales entre les résistances des deux conflits rendant malaisée l’utilisation de la première ? Peut-être un peu des deux. Pour la presse de gauche et flamande, il est évident que le recours à des activités uniquement motivées par le patriotisme belge pose problème. En outre, l’absence de volonté de lutte armée rend le thème difficile à exploiter pour le FI, en tout cas à partir du moment où le mouvement met en avant son objectif final, à savoir l’insurrection nationale. Et même à droite, la référence devient vite délicate, le but de la plupart des mouvements de cette obédience étant de constituer une armée clandestine pour aider les Alliés à chasser l’occupant.

45En fait, se comptent sur les doigts d’une main les articles qui, comme le suivant, se réfèrent de manière précise aux principaux acteurs et formes de la résistance en 1914-1918 pour inciter à se battre en 1940-1944. Le plus étonnant, c’est qu’il provient d’un organe du FI, mouvement ne comptabilisant au total que 11 articles évoquant l’un ou l’autre des deux types de lutte contre l’occupant en 1914-1918. Mais sous la plume de ce journal populaire de Liège, se retrouve sans doute une vision assez largement répandue, en tout cas en Belgique francophone, de la résistance pendant la Grande Guerre :

  • 10 La Meuse, no  9, août 1942, p. 1.

« Mais son moral [de la population] ne faiblit pas. Après quelques semaines de désarroi, la résistance s’organise : les ordonnances allemandes sont tournées en dérision ; les journaux clandestins circulent, soutenant l’optimisme de la population ; les laines et les cuivres sont soigneusement cachés ; des patriotes dévoués organisent le départ des hommes valides vers l’armée qui, accrochée au dernier lambeau du sol patrial, résistera à tous les assauts jusqu’à la victoire.
La résistance civile s’incarne dans la personne des hautes autorités morales du pays : M. Max, bourgmestre de Bruxelles et le cardinal Mercier, pour ne citer que les plus représentatifs.
Des hommes, des femmes paient de leur vie leur dévouement au pays : Édith Cavell, Gabrielle Petit, et tant d’autres. Mais pour un qui meurt sous les balles du peloton d’exécution, dix braves s’offrent à reprendre la tâche »10.

46L’article est écrit en 1942. Jusqu’alors si vivace en Belgique francophone, le souvenir de la résistance de 14-18 est peu à peu en train de s’effacer devant le combat clandestin du moment aux enjeux plus divers, aux formes plus variées et à l’ampleur nettement plus grande.

Conclusion

47Cette étude en dit long sur la marque profonde laissée par les souvenirs de 14-18 dans la mémoire collective des Belges de 1940. La blessure occasionnée par quatre années d’occupation particulièrement traumatisantes n’est pas encore cicatrisée qu’elle est ravivée par une invasion en provenance du même pays. Il n’est dès lors pas étonnant que la Résistance puise largement dans la germanophobie héritée du premier conflit pour inciter à combattre l’occupant. Le procédé n’est pourtant pas utilisé avec la même intensité selon les régions, ni selon les courants idéologiques. Largement employé par la droite francophone, il l’est beaucoup moins par les organes officiels de la gauche et par la droite néerlandophone.

48C’est que l’antigermanisme, s’il est très précieux pour lutter contre l’envahisseur, est aussi un instrument de propagation du patriotisme, la haine de l’ennemi favorisant le développement de sa propre identité collective. Or si le patriotisme est, comme nous l’avons constaté, une valeur ardemment défendue par la droite francophone qui voit en lui un excellent moyen pour consolider les assises d’un État encore à l’époque profondément marqué par ses racines francophones et bourgeoises, il l’est beaucoup moins par ailleurs. Le malaise est particulièrement perceptible dans la droite néerlandophone qui a ressenti l’épanouissement du patriotisme belge pendant et surtout au lendemain de la Première Guerre mondiale comme un obstacle au développement de la nation flamande. Pour preuve, le roi Albert est le seul parmi les symboles collectifs ou individuels de l’État belge liés au souvenir du premier conflit mondial à échapper au mutisme volontaire de la presse clandestine flamande.

49Cela peut paraître paradoxal, mais le fossé semble moins grand entre la droite francophone et la gauche. Évidemment, les journaux du FI, socialistes et communistes développent une vision de la Grande Guerre aux accents politiques et sociaux totalement étrangers si pas hostiles à la droite. Mais ce discours, qui débouche d’ailleurs rarement sur des exigences concrètes, ne remet pratiquement jamais en question le modèle sociétal belge. En outre, cette perception plus contestataire du premier conflit mondial n’empêche pas les socialistes et, de manière indirecte (via le FI), les communistes, d’adhérer en partie au moins au message patriotique.

50En fait, l’aiguillon du souvenir pénible de la Première Guerre mondiale est une arme tellement efficace pour dresser la population contre l’occupant que presque toutes les structures résistantes en font usage. Le procédé est particulièrement utile dans les premiers mois de la guerre, à une époque où l’envahisseur, fort de ses succès aisés, tente justement d’effacer la douloureuse impression laissée par les troupes de Guillaume II pour maintenir le calme et l’ordre dans un pays dont il compte largement tirer profit sur le plan économique. Pour contrer cet état d’esprit qu’elle estime délétère, la Résistance naissante, en grande partie issue des milieux francophones de droite où la germanophobie a été constamment entretenue pendant l’entre-deux-guerres, se fait fort de démontrer à la population le caractère viscéralement cynique et cruel – donc menaçant pour l’avenir – de l’envahisseur à la lumière de ce qui a été vécu et ressenti il y a à peine un peu plus de vingt-cinq ans. À ce titre, les massacres de l’été 1914, dont même l’Allemagne de Weimar n’a jamais reconnu la responsabilité, restent une plaie béante dans la mémoire des Belges surtout francophones et leur rappel, associé à la moindre attitude de l’occupant jugée contraire à l’intérêt de la population, contribue à coup sûr à maintenir la majeure partie de cette dernière à distance de celui-ci.

51Ce qui paraît plus étonnant de prime abord, c’est qu’après 1942, alors que le conflit se prolonge et que la pression de l’occupant s’accentue sur le pays, la Grande Guerre continue à occuper largement les colonnes d’une presse clandestine étendue de l’extrême droite nationaliste à l’extrême gauche. Ce serait oublier que même à cette époque la plupart des Belges préfèrent courber l’échine devant l’ennemi plutôt que de s’engager dans l’aventure risquée de la Résistance. Le rappel de 14-18 reste dès lors un outil précieux. Il permet en effet de pousser à l’action en montrant que pour éviter le pire – les excès sanglants dont ont été victimes les habitants du pays en 1914 risquent de se reproduire – il vaut mieux prendre les devants. D’ailleurs, poursuit la presse clandestine, les exemples collectifs (armée, population) ou individuels (roi Albert, cardinal Mercier, Gabrielle Petit, Adolphe Max) de contemporains de la première agression qui ont su témoigner d’une attitude ferme face à l’occupant, ne manquent pas. Enfin, et l’élément est loin d’être négligeable dans le contexte d’une propagande pro-allemande qui assure de l’invincibilité du mur de l’Atlantique, l’Allemagne est sur le point de s’écrouler comme en 1918 ; en l’attaquant de l’intérieur, la « forteresse Europe » s’effondrera d’autant plus vite.

  • 11 Voir à ce propos notamment F. Maerten, « L’historiographie de la Résistance belge. À la recherche (...)

52Dans ce concert, la voix de la résistance de 14-18 n’occupe qu’une place marginale, engoncée dans sa forme le plus souvent passive et le mythe de ses héros patriotes désincarnés et trop peu nationaux. Elle est en outre peu à peu étouffée par celle, tonitruante, de sa jeune sœur de 1940-1944. Pourtant, le souvenir de cette dernière s’effacera beaucoup plus rapidement des mémoires collectives. Mais ça, c’est une autre histoire…11.

Adolphe Max, bourgmestre de Bruxelles
(Coll. privée)

Notes

1 Pour un exposé plus complet sur les principales fonctions dévolues au rappel de la Grande Guerre et pour l’essentiel de la bibliographie et de l’heuristique, nous renvoyons donc à l’étude évoquée, soit F. Maerten, « L’impact du souvenir de la Grande Guerre sur la Résistance en Belgique durant le second conflit mondial », dans L. van Ypersele (dir.), Imaginaires de guerre. L’histoire entre mythe et réalité, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2003, p. 303-336. D’autres lectures ont, entre-temps, enrichi notre réflexion, en particulier L. van Ypersele et E. Debruyne (avec la coll. de S. Claisse), De la guerre de l’ombre aux ombres de la guerre. L’espionnage en Belgique durant la guerre 1914-1918. Histoire et mémoire, Bruxelles, Labor, 2004 ; L. van Ypersele, « La Belgique héroïque et martyre, une mémoire exclusivement francophone ? », dans L. Courtois et alii (dir.), Images et paysages mentaux des XIXe et XXe siècles, de la Wallonie à l’Outre-Mer, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2007, p. 131-146 ; et E. Debruyne et J. Paternostre, La résistance au quotidien 1914-1918 : témoignages inédits, Bruxelles, Racine, 2009. Pour la résistance en 40-45, voir en outre F. Maerten, « La Résistance en Belgique, 1940-1944 », dans Le fort de Breendonk : Le camp de la terreur nazie en Belgique pendant la Seconde Guerre mondiale, Bruxelles, Racine, 2007, p. 33-57.

2 Sur le concept de « mémoire vive » et sur les interactions de cette mémoire avec la (ou les) « mémoire(s) officielle(s) », voir notamment De la guerre de l’ombre…, op. cit., p. 104-105.

3 Voir F. Maerten, art. cit., p. 304-307.

4 Cf. J. Gotovitch (dir.), Guide de la presse clandestine de Belgique, Bruxelles, CREHSGM, 1991.

5 Pour Bruxelles, nous n’avons pas tenu compte (et ne tiendrons pas compte à l’avenir) des atypiques La Voie de Lénine (trotskyste) et La Wallonie libre. Au sujet du Hainaut, voir en particulier F. Maerten, « Le poids du souvenir de 14-18 dans l’engagement résistant durant la Seconde Guerre mondiale. Le cas du Hainaut », dans F. Maerten, J.-P. Nandrin et L. van Ypersele (dir.), Politique, imaginaire et éducation. Mélanges en l’honneur de Jacques Lory, Bruxelles, FUSL, 2000, p. 89-125.

6 Parmi les innombrables publications relatives à Albert Ier (1875-1934), on relèvera surtout celle de L. van Ypersele, Le roi Albert : histoire d’un mythe, Ottignies, Quorum, 1995 et le tout récent et monumental ouvrage de J. Velaers, Albert I. Koning in tijd van oorlog en crisis 1909-1934, Tielt, Lannoo, 2009. Sur Adolphe Max (1869-1939), voir L. Cooremans et M. Martens, Adolphe Max, Bruxelles, Weissenbruch, 1964. À propos de Désiré Mercier (1851-1926), voir surtout dans l’optique de cet article A. Simon, Le cardinal Mercier, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1960 et L. Gevers, « Voor God, Vaderland en moedertaal. Kerk en natievorming in België, 1830-1940 », Cahiers d’histoire du temps présent, no 3, 1997, p. 27-53.

7 Sur Gabrielle Petit (1893-1916), voir outre De la guerre de l’ombre…, op. cit., p. 112-113 et 245, P. Ronvaux, Gabrielle Petit. La mort en face : biographie, Izegem, Illustra, 1994 et L. Engelen, « Over de martelaars en helden van de Groote Oorlog : de heldenverening en herdenking in de Belgische fictiefilms. Case study : de martelares Gabrielle Petit in de Belgische speelfilm », dans S. Jaumain et a. (dir.), Une guerre totale ? La Belgique dans la Première Guerre mondiale. Nouvelles tendances de la recherche historique, Bruxelles, AGR, 2005, p. 561-578.

8 Cf. notamment P. Laborie, « L’idée de résistance, entre définition et sens : retour sur un questionnement », Cahiers de l’IHTP, no  37 (La Résistance et les Français. Nouvelles approches), 1997, p. 15-27 et J. Sémelin, « Qu’est-ce que ‘résister’ ? », Esprit, no 198, 1994, p. 50-63.

9 Sur Philippe Baucq (1880-1915), voir M. Anciaux, Un martyr national. Philippe Baucq, Bruxelles, Cercle Saint-Jean de Capistran, 1920. La bibliographie d’Édith Cavell (1866-1915) est nettement plus riche, comme en témoigne sa notice dans De la guerre de l’ombre…, op. cit., p. 235. On y ajoutera l’article récent de C. Knijff, « Édith Cavell : de problematische representatie van een oorlogsheldin », Tijdschrift voor mediageschiedenis, 10e année, 2007, no 1, p. 23-52.

10 La Meuse, no  9, août 1942, p. 1.

11 Voir à ce propos notamment F. Maerten, « L’historiographie de la Résistance belge. À la recherche de la patrie perdue », dans L. Douzou (dir.), Faire l’histoire de la Résistance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 257-276.

Table des illustrations

Légende Adolphe Max, bourgmestre de Bruxelles(Coll. privée)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 309k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search