Version classiqueVersion mobile

La Résistance en France et en Belgique occupées (1914-1918)

 | 
Robert Vandenbussche

Achtung ! L’espion et son exécution : la répression allemande de l’espionnage pendant la Première Guerre mondiale

Jan Van der Fraenen

Texte intégral

1Lors de l’occupation de la Belgique et du nord de la France pendant la Première Guerre mondiale, les autorités militaires allemandes ont tenté de contrôler tous les aspects de la vie des citoyens. Chaque action était étroitement surveillée. Les Allemands ont ainsi imposé la carte d’identité et multiplié les contrôles. Une lourde censure fut aussi organisée. Pendant quatre longues années, l’horizon du Belge moyen s’est limité aux frontières de son village. La police allemande était à l’affût des moindres faits et gestes de la population et toujours prête à procéder à des arrestations. Une lourde censure fut aussi organisée.

  • 1 Nos remerciements à Diane Vantemsche pour la traduction du texte du néerlandais vers le français, (...)

2L’espionnage étant une pratique courante, les Allemands étaient enclins à réagir sévèrement. Mais qu’impliquait l’espionnage et à quelle réaction était-il confronté ? Cette contribution tentera d’évaluer l’organisation et le fonctionnement des forces de police et de la justice allemandes en Belgique occupée entre 1914 et 19181.

L’espionnage en territoire occupé

3Les Allemands ont vite fait de reconnaître le problème de l’espionnage en territoire occupé. Des affiches trilingues informaient la population (Warnung an die Bevölkerung) des actions constituant des faits d’espionnage.

  • 2 Archives de l’État à Gand, 013/MOE, MGA Moerbeke, 317E, no 1246, Warnung an die Bevölkerung, s.d.

« Sont considérés comme espionnage ou haute trahison : le fait de noter, de conserver ou d’envoyer des faits militaires, comme : le déplacement des troupes, le transport par chemins de fer, les horaires des chemins de fer, les renforts et les fortifications, les plaines d’aviation, les dépôts de munition, les automobiles, les numéros des épaulettes, etc. Sont considérés comme soutien : chaque communication orale ou chaque transmission directe ou indirecte de faits, l’invitation à l’espionnage, le questionnement de soldats allemands, etc. »2.

  • 3 En novembre 1918, la direction du Corps d’Observation anglais – un réseau de renseignements en ter (...)

4Tout acte d’espionnage, de sabotage, de presse clandestine, de recrutement et de passage illégal des frontières au profit des Alliés était donc visé. Après la guerre, la Commission des Archives patriotiques utilisera d’ailleurs les mêmes termes pour définir l’espionnage3. Elle parlera également de « services patriotiques ». En somme, cette notion regroupait tous les citoyens travaillant pour un des nombreux services de renseignements alliés.

La police allemande en territoire occupé

5Dès septembre 1914, les Allemands assurèrent leur contrôle sur le territoire conquis. Le pays fut divisé en grandes zones. Les Allemands vivant à Bruxelles et dans les autres grandes villes du pays aidèrent la police allemande à occuper les bâtiments et à établir un réseau policier. Dans le Marinegebiet (territoire recouvrant le littoral belge), la Geheime Feldpolizei des Marine Korps était largement présente. L’Etappengebiet (zone recouvrant les arrières du front) était le champ d’action de la Geheime Feldpolizei. Une Zentrale der Geheime Feldpolizei des AOK IV, rapidement baptisée Feldgendarmen par la population, était établie à Gand, chef-lieu de la région contrôlée par la 4e Armée. Cette Geheime Feldpolizei avait également des sections à Lille, Tourcoing, Tournai, Denain, Charleville-Mézières et Montmédy. La Geheime Feldpolizei n’était au fond rien d’autre que la police secrète de l’armée allemande. Elle accompagnait l’armée en campagne, assurait la sécurité des champs de bataille, contrôlait les accès et les lignes de chemins de fer, mais faisait également la chasse aux espions. Par ailleurs, une Zentral Polizeistelle était établie par le Gouvernement général, à Bruxelles. Elle était subdivisée en quatre districts. Le premier comprenait la province d’Anvers et l’arrondissement de Malines, et incluait un certain nombre de Polizeistellen locales. Le deuxième district avait son bureau central à Liège, mais s’étendait vers les provinces de Limbourg et l’arrondissement de Marche. Il disposait pour ce faire de cinq Polizeistellen. Le troisième district englobait la province de Namur et l’arrondissement de Charleroi. Son bureau central à Namur disposait également d’une Polizeistelle. Enfin, le quatrième district contrôlait la province de Brabant et l’arrondissement de Soignies au moyen de ses quatre Polizeistellen.

6À partir de la fin 1915, la Polizeistelle A Brüssel se concentra sur le contre-espionnage. Elle dressa des listes de quelque six cents agents alliés aux Pays-Bas, en France et en Suisse. L’une d’elles était connue sous le nom de H2 et était régulièrement communiquée à la censure afin d’accroître le contrôle du trafic postal relatif à ces adresses. Ernest Frédéric Ball était un des agents allemands travaillant pour la Polizeistelle A. Né à Verviers de parents allemands, connu sous le nom de Fritz Ball, il était employé de banque. Il avait vingt ans lorsque la guerre éclata. Extradé aux Pays-Bas, il revint à Namur sous l’occupation et dut choisir entre l’armée et la police allemandes. Son choix se porta sur cette dernière. Il fut régulièrement sollicité en tant qu’interprète lors d’interrogatoires ou de procès, et travailla pour l’auditorat militaire. Toutes les Polizeistellen fonctionnaient avec des Belges d’origine allemande, mariés à une Allemande, ou avec des Allemands établis en Belgique ou mariés à des Belges. Ces personnes connaissaient le pays, parlaient le néerlandais ou le français et pouvaient facilement passer d’une langue à l’autre ou infiltrer des réseaux d’espionnage.

  • 4 Archives générales du Royaume (AGR), Archives des Services Patriotiques (ASP), Portefeuille 196 (P (...)

7La Polizeistelle B Brüssel était chargée du contrôle des personnes demandant un laissez-passer pour les Pays-Bas, l’Allemagne ou la Suisse. Elle tentait en outre de juguler les services de recrutement et pourchassait les journaux illégaux ou les imprimés clandestins. La Polizeistelle C Brüssel exécutait les mêmes missions que les Polizeistelle A et B, mais était limitée à la région bruxelloise. La Polizeistelle Löwen remplissait la même fonction à Louvain. Enfin, Soignies disposait de sa propre Polizeistelle4.

  • 5 L. Mignon, Les services belges d’espionnage et de contre-espionnage (juin 1910 – avril 1915), Mémo (...)
  • 6 AGR, ASP, P196, Rapport I, Fritz Ball.

8La police allemande était également présente aux Pays-Bas. Elle disposait de quarante agents de différentes nationalités au consulat allemand de Maastricht. La plupart de ces hommes étaient uniquement guidés par l’aspect pécuniaire de leur mission5. En décembre 1916, la Zentralpolizeistelle de Bruxelles installa une section à La Haye, l’Abwehrstelle Z. ST. Belgien im Haag. Officiellement, ce bureau s’appela Passprüfungstelle, le bureau de contrôle des passeports. En réalité, il s’agissait bel et bien d’un bureau de police allemand6.

Les arrestations

  • 7 L. van Ypersele et E. Debruyne, De la guerre de l’ombre aux ombres de la guerre, l’espionnage en B (...)

9Des chiffres avancés par Emmanuel Debruyne indiquent qu’un agent sur quatre - environ 27 % - fut victime d’une arrestation par la police allemande. Les chiffres variaient en fonction des réseaux. Sur un total de sept mille agents actifs en Belgique et en France occupées, environ 1 900 auraient donc été arrêtés7. Comment les noms des éventuels agents parvenaient-ils à la police allemande ? La Commission des Archives parle tout d’abord de dénonciation. Ce terme couvre cependant différentes significations. Les agents pouvaient se faire arrêter par délation. Ce fut le cas pour Marie De Smet, Arie Hougée et Alphonse Loontjens. Ces personnes furent accusées par l’ancienne domestique de De Smet et la maîtresse de Hougée. Un agent pouvait aussi passer aux aveux lors d’interrogatoires et « dénoncer » ses collègues. Il s’agit là d’une forme courante de « dénonciation ». La violence physique ou psychologique avait en effet raison de nombreux agents. Certains répondaient directement à toutes les questions des policiers dans l’espoir d’écoper d’une peine plus légère, ou tout simplement par naïveté. Par ailleurs, la police allemande infiltrait les réseaux d’espionnage ; leurs agents-doubles faisaient souvent office de courriers et montraient tous les rapports qu’ils transportaient à la police secrète allemande avant de les déposer à destination. Cette méthode permit de démanteler des réseaux entiers et procura en même temps des pièces à conviction pour le procès. Enfin, de nombreux agents étaient victimes de leur propre imprudence. Les langues étaient souvent trop déliées, de trop nombreuses personnes étaient au courant des événements, la confiance en soi ou l’audace était souvent excessive. De surcroît, la police allemande disposait d’informateurs, même aux Pays-Bas neutres.

  • 8 AGR, ASP, P196, Rapport I, Fritz Ball.

10Quelle était la procédure suivie par les Allemands ? La Polizeistelle A bruxelloise avait reçu des ordres stricts. Il était impératif d’interroger les personnes arrêtées dans les vingt-quatre heures. Le commissaire chargeait deux collaborateurs d’enquêter et d’interroger le suspect de façon plus précise. Il partait du principe que tous les membres du réseau n’avaient pas encore été arrêtés et organisait donc une souricière aux endroits fréquentés par les coursiers. Ses policiers observaient les lieux ou le bâtiment en question, et arrêtaient toutes les personnes qui s’y présentaient. Elles n’étaient relâchées qu’une fois leur innocence établie. Les autres étaient incarcérées et interrogées. Les enquêteurs constituaient alors un dossier. Le commissaire ajoutait ses remarques avant de le transférer au chef de la Polizeistelle qui le passait à son tour au chef du district. Le dossier arrivait finalement auprès de l’auditeur militaire8.

11Les arrestations pouvaient avoir lieu n’importe où et n’importe quand. Cependant, il s’avère que les espions étaient souvent arrêtés à leur domicile, en pleine nuit, par la police secrète allemande. Le nombre d’Allemands présents lors d’une arrestation variait entre deux et dix-sept, bien que ce dernier chiffre pût être exagéré. L’arrestation était souvent menée par un Belge au service des Allemands, avec l’aide d’agents allemands.

Les interrogatoires

12Les prévenus suspectés d’espionnage étaient habituellement amenés à la Kommandantur ou à la Strafabteilung pour interrogation. Ils étaient ensuite transférés à la prison. Il est difficile d’évaluer les méthodes utilisées par les enquêteurs allemands. Esbroufe, intimidation, coups, torture… Le tempérament de l’interrogateur y était pour beaucoup. Les Allemands agissaient de façon très complexe. Ainsi, ils faisaient souvent preuve d’une grande « bienveillance » par rapport au prisonnier, ou ils montaient les suspects l’un contre l’autre en disant que « l’autre » avait déjà tout avoué, alors que ce ne n’était pas nécessairement le cas. Karel Waegenaere et Arthur Van Borm ont par exemple fait les frais de cette méthode. Dans une lettre à son épouse, Waegenaere écrivait :

  • 9 « Ik wilde het blijven afloochenen maar hij zegde mij gij moet niets meer loochenen uw schoonbroed (...)

« Je voulais continuer à nier, mais il [le juge] m’a dit vous ne devez plus rien nier votre beau-frère nous a déjà tout dit et si vous ne parlez pas immédiatement alors nous allons tout de suite téléphoner et nous ferons chercher votre femme et nous la ferons aussi enfermer »9.

13Waegenaere avoua.

  • 10 B. Macintyre, A Foreign Field, A True Story of Love and Betrayal in the Great War (London, 2001) p (...)
  • 11 AGR, ASP, P26, rapport Pagnien, 12/1917.
  • 12 L. van Ypersele et E. Debruyne, op. cit., p. 51., B. Macintyre, op. cit., p. 198, 219 en p. 247.

14Les Allemands enfermaient souvent un de leurs collaborateurs avec les suspects. Ce « mouton » se faisait passer pour un prisonnier et essayait de gagner la confiance des autres afin d’obtenir des informations confidentielles. Cet informateur était souvent un condamné à mort qui tentait ainsi de réduire sa peine. Nous pouvons citer le cas du Français Victor Marié. Déposé en territoire occupé, il y avait constitué un réseau de renseignement à partir de son village de Villeret. Ce réseau avait de larges ramifications dans toute la région. En juillet 1916, Marié reçut une distinction du général britannique Haig10. Lors d’un nouveau vol vers la zone occupée, l’appareil transportant Marié s’écrasa. Il fut fait prisonnier quelques semaines plus tard. Après son arrestation, il causa la chute de son propre réseau. Des sources britanniques ont cependant prétendu que Marié travaillait déjà pour les Allemands. Neufs membres furent exécutés à Saint-Quentin le 27 décembre 1916. Un autre était décédé en prison deux jours plus tôt. En décembre 1917, le condamné à mort français Pagnien écrivit dans une lettre à sa femme qu’il avait été confronté à des moutons, dont « un français nommé Marié, des environs de St.-Quentin »11. Victor Marié n’avait pas seulement scellé le sort de son propre réseau, il essaya de précipiter la chute d’autres organisations12.

  • 13 ARA, ASP, P183, rapport veuve Stevens, 19/9/1920.
  • 14 Ibidem.

15Les interrogateurs allemands maltraitaient également les prisonniers, moyen de pression souvent efficace. Après la guerre, la veuve de Pieter Stevens écrivit à la Commission des Archives qu’elle avait reçu de son mari emprisonné, alors âgé de 44 ans, un petit bout de papier sur lequel était noté « par suit [sic] des coups continuels que Kijppens [un collègue d’infortune de Stevens] recevait, dans la prison, celui-ci avait fini par avouer qu’il avait été chargé par Pierre Stevens de l’observation de tous les trains »13. Pieter Stevens fut obligé de changer de ligne de défense et d’avouer. Lors de ses interrogatoires, il fut lourdement maltraité, si l’on en croit sa femme sollicitée d’apporter des bandages pour ses jambes. « Ces blessures lui avaient été causées par des coups de baton [sic] reçus pendant ses continuels interrogatoires, sur ses bras et ses jambes, à cause d’un silence obstiné »14.

  • 15 « Hij stierf geheimzinnig in’t gevang te Gent na 4 dagen opsluiting den 4 april 1917. Hij had een (...)

16Les personnes suspectées d’espionnage n’arrivaient pas souvent à supporter les interrogatoires qui s’étiraient sur de longues heures. Le suicide leur apparaissait comme la seule solution. Ce fut le cas d’Oscar Painjon et de René Sabbe, du service britannique DP. Après la guerre, on écrivit à propos de Sabbe : « Il mourut le 4 avril 1917 dans le secret de la prison de Gand après quatre jours de détention. Il avait une force de caractère hors du commun et un solide tempérament »15.

Comédies : le procès et le rôle de l’avocat

17La loi militaire allemande classait les « crimes politiques » dans la catégorie de la « haute trahison ». Brand Whitlock, ministre des États-Unis en Belgique, écrivit à ce sujet :

  • 16 « Trials for treason were frequent – trials of Belgians, that is. Just how a Belgian could be guil (...)

« Les procès pour trahison sont fréquents – les procès de Belges, en fait. Comment un Belge pourrait être coupable de trahison envers l’Allemagne, c’est assez difficile à comprendre, mais c’est ainsi que les Allemands l’appellent […] »16.

  • 17 Rijksarchief Gand, 013/MOE, MGA Moerbeke, 317E, nr. 1246, Warnung an die Bevölkerung, s.d.

18La condamnation était théoriquement identique pour tous les membres d’un même réseau. Le chef du réseau pouvait écoper de la même peine que ses collaborateurs. La peine minimale pour espionnage était fixée à dix ans17. Cependant une distinction était faite pour les réseaux de recrutement, où le chef du réseau se voyait infliger une peine différente de celle de ses collaborateurs. Le chef d’un tel réseau était condamné à mort ou aux travaux forcés, cette dernière peine allant de dix ans à la perpétuité. Les collaborateurs recevaient un maximum de dix ans. Les tentatives de recrutement étaient punies d’une peine de maximum de deux ans et demi.

  • 18 S. Kirschen, Devant les Conseils de Guerre Allemands ; Affaires : Cavell ; Blanckaert ; Boël ; Fra (...)

19L’avocat bruxellois Sadi Kirschen estimait que ces lois n’étaient pas applicables aux populations des territoires occupés : « Ces lois draconiennes ont leur raison d’être du moment qu’elles s’appliquent à un Allemand qui trahit son propre pays. Mais le législateur allemand va vraiment très loin lorsqu’il applique ces lois […] aux populations des pays envahis »18. Le Gantois Marc Bartsoen a également émis des réserves par rapport à ce terme de « haute trahison ». Le 20 novembre 1915, après avoir pris connaissance de trois exécutions, il écrivit dans son journal intime :

  • 19 M. Bartsoen, Gand sous l’occupation allemande, Notes d’un Gantois sur la Guerre de 1914-1918, Gent (...)

« On se demande comment ces malheureux Belges, qui ont été fusillés pour avoir tenté de rendre service à leur patrie, penvent [sic] avoir été condamnés ‘ pour trahison commise pendant l’état de guerre’. Trahison vers qui ? envers les Allemands ? mais nous ne leur devons rien, à ces envahisseurs de notre pays ! Comment les trahirions-nous ? on ne trahit que les siens… on ne trahit pas ses ennemis ! »19.

20Dans l’Okkupationsgebiet, c’est-à-dire le territoire du Gouvernement général, les affaires d’espionnage étaient portées devant le Gouvernementsgericht ou le Feldgericht. Dans la partie de l’Etappengebiet couvrant les Flandres, de tels cas étaient portés devant le Feldgericht der mobilen Etappenkommandantur de la 4e Armée allemande. Dans le Marinegebiet, c’était une affaire pour la cour militaire du corps de Marine.

  • 20 AGR, ASP, P196, rapport I, Fritz Ball.
  • 21 E. Stoeber, ‘Vier Jahre Feldjustizbeamter, in : Die Weltkriegs (Original Spionage Werk), München, (...)
  • 22 Rijksarchief Gand, 013/MOE, MGA Moerbeke, 317B, nr. 1151., Verordening houdende instelling van Dui (...)
  • 23 S. Kirschen, op. cit., p. 9-28. et E. Stoeber, op. cit., p. 384-397 et AGR, ASP, P196, Rapport I, (...)

21Lors d’un procès pour espionnage devant le Feldgericht, l’auditeur militaire allemand jouait un rôle de tout premier plan. Le chef du district général de police transmettait le dossier à l’Untersuchungsführer ou auditeur militaire. Celui-ci prenait note du dossier, l’étudiait à fond et constituait un conseil de guerre20. Les affaires pénales lourdes – affaires pouvant mener à la peine de mort ou à au moins cinq ans de prison – devaient être jugées par trois juges, ce nombre pouvant monter jusqu’à cinq. Cette disposition était prévue par l’article 13 du Décret sur l’instauration des cours de justice allemandes pour affaires pénales et annoncée par voie d’affiche. Selon Eduard Stoeber, auditeur militaire à Bruxelles, cinq juges – tous officiers allemands – faisaient d’office partie de la cour, au sein du Gouvernement général. En outre, il y avait un Militärjustizbeamter qui faisait office d’Untersuchungsführer, ainsi qu’un Protokollführer21. Une fois les juges mis en place, il y avait lieu de nommer les avocats belges. Stoeber écrit également que si la peine de mort risquait d’être prononcée, il fallait prévoir une défense. L’article 16 du décret mentionné ci-dessus établissait que la défense était nécessaire lorsque la cour se composait de trois juges22. Un avocat était donc obligatoire pour les affaires d’espionnage. Les avocats belges étaient cependant réduits au silence pendant la plus grande partie du procès. Le procès était organisé par l’Untersuchungsführer qui menait les interrogatoires des inculpés et des témoins. Ensuite l’inculpé pouvait prendre la parole. Des confrontations avaient régulièrement lieu dans la salle d’audience, sauf lorsque l’inculpé avait été confondu par un mouton. Dans ce cas, l’Untersuchungsführer entendait le mouton dans son bureau la veille de l’audition. Un acte, signé par le mouton, était établi, en guise de preuve. Après interrogatoire des inculpés, la parole était donnée au commissaire ou à un de ses collaborateurs, car beaucoup d’inculpés émettaient des réserves par rapport au compte rendu d’interrogatoire établi en allemand. À partir de décembre 1917, les dépositions furent dressées dans la langue de l’inculpé et signées par celui-ci. Le commissaire ou son collaborateur devait également fournir une explication relative aux pièces à conviction. La parole était ensuite reprise par l’Untersuchungsführer, qui résumait les faits à charge et requérait les peines. Les avocats belges pouvaient alors tenir leurs plaidoiries, mais seulement en allemand. Il leur était interdit de prendre connaissance du dossier ou de s’entretenir avec les inculpés avant le procès. Il n’était pas rare que l’Untersuchungsführer ne fasse son réquisitoire qu’en fin de journée, ce qui permettait de donner un peu de temps de préparation aux avocats. L’interprète allemand résumait, à l’intention des inculpés, ce que l’avocat essayait d’obtenir pour eux : diminution de peine, libération,… Il ne traduisait en aucun cas l’entièreté des plaidoiries. La séance était ensuite clôturée. Les juges, l’Untersuchungsführer et son secrétaire se retiraient en vue d’une délibération secrète. Un vote avait lieu et un procès-verbal était dressé. Celui-ci était signé par le président des juges, l’Untersuchungsführer et son secrétaire. Dans beaucoup de cas, les peines requises étaient légèrement allégées, mais il pouvait arriver que certaines soient alourdies23. À Bruxelles, l’Untersuchungsführer devait ensuite se rendre à la prison, afin de communiquer le jugement définitif aux inculpés.

  • 24 S. Kirschen, op. cit., p. XI-XIII.

22Au début de la guerre, l’avocat bruxellois Victor Bonnevie créa le Comité de défense gratuite des Belges devant les juridictions allemandes. Ce Comité s’occupa de la défense de Belges inculpés par la justice allemande. De nombreux avocats lui prêtèrent main-forte24. Ils étaient non seulement des figures clé entre les Allemands et le prisonnier en matière d’affaires administratives ou d’audience, mais ces avocats essayaient également de faciliter un tant soit peu la vie des prisonniers. L’organisation de visites de la famille et l’introduction d’une demande de grâce étaient deux démarches primordiales. Les avocats du Comité pouvaient plaider pratiquement toutes les affaires de l’auditorat militaire allemand. Les cas d’espionnage constituaient cependant une exception, les avocats belges étant souvent tenus à l’écart de ces affaires.

  • 25 V. Bonnevie, La défense des belges devant les tribunaux de guerre allemands, Bruxelles, 1919, p. 1 (...)

23Le Comité se serait investi dans quelques six mille affaires, dont un grand nombre fut classé sans suite. La défense d’un inculpé par son avocat se faisait en allemand. Il n’est donc pas surprenant que Bonnevie fit appel au Comité en demandant un avocat parlant allemand25.

  • 26 B. Whitlock, op. cit., p. 305.

24Ces procès allemands contre des Belges furent perçus comme des comédies ou de simples diversions26. Il est vrai que la culpabilité des inculpés était déjà largement établie lors des interrogatoires. Le procès avait cependant son importance dans la condamnation de l’inculpé, car la peine n’était pas encore connue. Elle était fixée précisément à l’issue du procès. Si l’inculpé était soupçonné de « crime politique », sa condamnation ne faisait aucun doute, mais la nature précise de la peine n’était dévoilée qu’au moment du procès.

25Les avocats belges n’étaient pas les bienvenus lors des procès pour espionnage dans l’Etappengebied et le Marinegebied. Une plaidoirie en faveur d’un Belge n’était pas autorisée et, dans la plupart des cas, la défense était assurée par un Allemand. Dans le Gouvernement général, les Belges furent également défendus par un Allemand dans tous les cas où les avocats belges n’étaient pas admis. La qualité des avocats allemands et de leurs plaidoiries laissait parfois à désirer. Ainsi, les membres du service de renseignements des Ambulants-Gendarmes ne furent certainement pas satisfaits des trois officiers allemands chargés de leur défense. Certains avocats allemands faisaient néanmoins plus d’efforts que d’autres. Un important rapport relatif au procès du service britannique M. 82, lors duquel 67 personnes furent inculpées, a été conservé. Les dix avocats allemands purent tenir leurs plaidoiries après la réquisition de 26 peines de mort. Dans ce rapport, nous pouvons lire :

  • 27 AGR, ASP, P154, Rapport sur le service M. 82 organisé par Henri Van Bergen, 23/09/1919.

« Celui qui parlait en avant dernier lieu exposa la thèse ‘ les allemands n’ont pas le droit de fusiller un Belge faisant de l’espionnage en Belgique pour sa patrie.’il se servait de nombreuses citations des différentes éditions des codes de guerre allemands. Il supposa des cas successifs d’un belge allant espionner en Allemagne ou dans un pays centraux ; ou un allemand ou un français ou un anglais venant en Belgique occupée faire de l’espionnage. Alors le code permet l’application de la peine de mort ; mais aucun texte n’a prévu le cas spécial dans lequel nous occupons la Belgique et aucun texte ne nous permet d’appliquer la peine de mort à un belge faisant en Belgique l’espionnage pour son pays. Ce plaidoyer qui dura plus d’une heure et demie fut fort mouvementé, interrompu plusieurs fois par l’auditeur militaire qui voulut imposer silence à l’avocat boche. Le président lui-même protestait vivement et frappa un coup sur la table »27.

Finalement, six espions furent exécutés.

Demande de grâce

  • 28 S. Kirschen, op. cit., p. 30.
  • 29 AGR, ASP, P196, Rapport I, Fritz Ball.
  • 30 Verordnungsblatt für das Etappengebiet der 4. Armee, Gand, no 131, 28/07/1918, Verordening houden (...)

26Une condamnation à mort était irréversible. L’appel n’était pas autorisé et la décision ne pouvait pas être mise en cause. Pour échapper à la mort, le condamné pouvait toutefois introduire une demande de grâce auprès de l’empereur allemand. Alors que la plupart des condamnés pensaient que la requête était transmise à l’empereur en personne, qui décidait alors de la vie ou de la mort, les demandes de grâce étaient en réalité traitées par des auditeurs spécialement désignés à cet effet. Deux auditeurs étaient liés au Gouvernement général et, selon Kirschen, ils s’acquittaient « attentivement et consciencieusement » de leur tâche28. Le policier belgo-allemand Fritz Ball écrivit que cette section était dirigée par l’auditeur militaire Sager, un homme affable et bienveillant. Il essaya toujours de commuer la peine de mort en travail forcé à perpétuité. La décision finale ne lui appartenait cependant pas, celle-ci revenant au Gouverneur général. Cette section était responsable de l’entièreté du territoire belge29. Chaque condamné à mort avait le droit d’introduire une demande de grâce. L’article 17 du Décret sur les cours de justice pénale allemandes stipulait : « Une condamnation à mort ne peut pas être exécutée avant d’avoir la certitude que les autorités aient décidé de ne pas avoir recours au droit de grâce »30.

27Quand plusieurs condamnés à mort appartenaient au même réseau ou étaient jugés lors d’un même procès, toutes les demandes de grâce devaient être examinées avant le prononcé final. Ce processus pouvait durer entre un jour et trois mois. La longue attente était, bien entendu, très pénible pour les condamnés. Lorsque « l’empereur » décidait de gracier le condamné, la peine était commuée en travail forcé à perpétuité et la déportation vers l’Allemagne devenait alors inévitable. Lorsque la grâce n’était pas accordée, la sentence ne se faisait pas attendre. Elle était habituellement exécutée le lendemain matin.

La dernière nuit et la dernière lettre

  • 31 AGR, ASP, P174, Note biographique sur Jérôme Daubechies, 26/11/1923.
  • 32 AGR, ASP, P154, Extrait de rapport du gardien De Bie, s.d.

28Après avoir été mis au courant du rejet de sa demande de grâce, le condamné avait droit à une dernière visite de sa famille. Dans la plupart des cas, cette visite avait lieu dès avant l’annonce. Elle se déroulait habituellement en présence d’un interprète allemand. Il était donc impossible de faire passer des informations dirigées contre les Allemands. La veille de son exécution, le condamné pouvait bénéficier de quelques privilèges. Il avait droit à la visite d’un aumônier. Celui-ci était habituellement allemand, mais parfois belge. Le condamné pouvait aussi écrire une lettre à sa famille ou à ses amis. Un condamné à mort pouvait également passer sa dernière nuit en compagnie d’un ou plusieurs de ses camarades, et la lumière pouvait exceptionnellement rester allumée toute la nuit. À l’approche de l’aube, le condamné se préparait à son exécution. Une messe était dite et le condamné pouvait communier avant d’être transféré, si nécessaire en voiture, vers le lieu d’exécution. Le 18 octobre 1916, Jérôme Daubechies, 30 ans, originaire de Jemappes, fut ainsi transféré en voiture de la prison de Mons vers son lieu d’exécution. Cependant, la voiture tomba en panne lors du trajet. L’exécution fut donc remise d’une demi-heure.31 Le 14 juillet 1917, cinq condamnés anversois acceptèrent encore un dernier cigare lors de leur trajet vers le Fort V : « ils riaient et fumaient allègrement »32.

L’exécution

  • 33 E. Stoeber, op. cit., p. 384-397.
  • 34 Rijksarchief Gand, 013/MOE, MGA Moerbeke, 317B, nr. 1151., Verordening houdende instelling van Dui (...)

29L’Untersuchungsführer était chargé de plusieurs missions. Il devait diriger le procès, passer en revue les pièces à conviction et requérir les peines. Il devait également transmettre la sentence des juges au commandant en chef de l’unité concernée. La peine devait alors être exécutée le plus rapidement possible.33 L’article 17 du Décret sur les cours de justice pénale allemandes stipule : « La peine de mort est rendue par balle. L’autorité militaire locale se charge de l’application »34.

  • 35 Les exécutions capitales à Bruges pendant l’occupation allemande par un témoin/De terechtstellinge (...)

30Dans quelques rares cas, des Belges pouvaient assister à l’exécution d’un compatriote. Dans le Marinegebiet deux délégués des autorités locales étaient obligatoirement présents35. Dans l’Etappengebiet ou l’Okkupationsgebiet, seuls des militaires allemands étaient admis. Un aumônier accompagnait le condamné dans ses derniers instants, l’auditeur militaire lisait l’acte de condamnation. Quelques officiers étaient chargés de l’organisation de l’exécution, un médecin devait constater la mort et un grand nombre de soldats étaient occupés à différentes tâches. Ces personnes formaient une sorte de haie d’honneur ou avaient la lugubre mission de faire partie du peloton d’exécution. Celui-ci était habituellement constitué de dix soldats par condamné. D’autres devaient tenir les curieux à l’écart, transférer le condamné vers le lieu d’exécution, poser le bandeau sur les yeux du condamné ou le ligoter. D’autres encore devaient creuser la fosse, déposer les corps dans les cercueils et les enterrer.

  • 36 AGR, ASP, P141, AGR, ASP, P141, Instruktion über den Vollzug der Todesstrafe in auf Chartreuses, L (...)

31L’exécution était strictement réglée et orchestrée. Chacun était au préalable chargé d’une mission précise36. Cependant, la théorie pouvait différer de la pratique. Les directives allemandes ne prévoyaient, par exemple, rien si le condamné n’était pas mort après une première salve. L’écrivaine gantoise Virginie Loveling raconte à propos de l’exécution de Ferdinand Lenoir, 54 ans :

  • 37 « Lenoir viel op zijde en lag in het zand. Een duitsche dokter naderde, boog over hem, richtte zic (...)

« Lenoir est tombé sur le flanc et gît dans le sable. Un docteur allemand s’est approché, s’est penché sur lui, s’est redressé et a fait un signe de la tête. Un soldat s’est alors avancé et lui a encore tiré un coup dans le côté gauche. Un filet rouge s’est élevé et est retombé sur le visage d’où il avait jailli »37.

  • 38 AGR, ASP, P154, Note de monsieur l’avocat Bernays d’Anvers au sujet de l’exécution de Nalaerts, L’ (...)
  • 39 « De meisjes schreeuwden en liepen weg op het plein der Schijfschieting ; weder ter aangestelde pl (...)

32Un bref rapport subsiste sur l’exécution, le 16 mars 1918 à Anvers, du bijoutier Auguste Naelaerts, du prêtre Félix Moons, 49 ans, et de quatre autres condamnés à mort. « Après la première décharge Naelaerts vivait encore. On fit une seconde décharge, il n’était pas encore mort ; on lui tira alors une balle de revolver dans la tête. […] L’abbé Moons fut plus heureux : la tête éclata à la première décharge »38. D’autres exécutions ne se passèrent pas comme prévu. À Gand, Virginie Loveling entendit parler de l’exécution de deux femmes : « Les filles hurlaient et s’encouraient sur le champ de tir ; une fois traînée jusqu’à la place qui leur avait été assignées, l’une d’elle s’écroula quand on lui eût tiré dessus. Elle n’était pas morte, et se remettait debout en poussant des cris à vous déchirer le cœur ; un officier l’acheva d’un coup dans la poitrine »39.

  • 40 AGR, ASP, P166, rapport M. Vatin à la Commission des Archives, 06/1921.
  • 41 Ibidem.
  • 42 Ibidem.

33Le 27 décembre 1916, à Saint-Quentin, dans le nord de la France, les autorités locales durent ramasser les corps d’une série de condamnés. « À 7 heures 35 (très exactement), […] nous entendîmes la salve du peloton d’exécution, puis immédiatement après et séparés par un laps de temps très court, sept coups, qui semblèrent être des coups de revolver »40. Le Platzmajor fit alors part du fait que sept Français avaient été exécutés. « Deux poteaux distants d’environs de 15 mètres avaient été placés devant la butte de tir, de la société ‘ La Sentinelle’. Entre chacun de ces poteaux se trouvaient 9 petits piquets espacés d’environs 1 m 50 et enfoncés à peu près à 50 cm »41. Un corps se trouvait derrière chaque piquet. Le peloton d’exécution, constitué d’environ 27 soldats, se trouvait à quelque 8,5 mètres de distance. Chaque exécuté portait sur le cœur un petit carton avec un numéro ; dans la poche de leur pantalon ou de leur veste se trouvait un petit carton avec leur nom et prénom. Les corps furent alors mis en bière et escortés vers le cimetière par cinq Feldgendarmen allemands à cheval42.

  • 43 AGR, ASP, P34.
  • 44 « Ferdinand Lenoir », dans Bulletin officiel de la Federation Nationale des Prisonniers Politiques (...)
  • 45 AGR, ASP, P199.

34L’exécution ne se faisait pas à un endroit choisi au hasard. Les Allemands procédaient avec soin. Les exécutions avaient lieu dans la ville ou le village où était rendu le verdict. Elles pouvaient cependant aussi avoir lieu sur le lieu du « crime ». Comme les affaires d’espionnage étaient traitées dans le chef-lieu provincial, les exécutions des espions condamnés avaient toujours lieu à cet endroit, c’est-à-dire dans des grandes villes comme Anvers, Mons, Bruges, Bruxelles, Charleroi, Tournai, Gand, Hasselt, Liège et Namur. Cette règle connut cependant quelques exceptions. Le Hollandais Arie Hougée fut ainsi exécuté le 19 décembre 1917 sur la plaine de manœuvre militaire allemande de Whan, près de Cologne43. Joseph Joppard fut également exécuté à Cologne44. La petite ville belge d’Antoing vit l’exécution de deux Français condamnés pour possession d’armes. Ils furent accusés d’espionnage et exécutés, dans un jardin, le 30 mars 191845.

35En France, les exécutions avaient lieu dans la localité du « méfait ». Plusieurs localités, parfois de petits villages, connurent ainsi une exécution : Aubigny-les-Pothes, Avesnes, Carignan, Charleville, Condé, Fourmies, Hirson, Laon, Lourches, Maubeuge, Rethel, Saint-André, Saint-Amand, Valenciennes et Wambrechies.

36Les exécutions n’étaient pas publiques et se passaient habituellement sur un domaine militaire tel une caserne ou un champ de tir. À Anvers, les exécutions avaient lieu au Fort V, à Edegem ; à Bruxelles, au Tir national de Schaerbeek ; à Liège, au fort de la Chartreuse ; et à Gand, au Tir communal.

37Dans toute la zone occupée, y compris dans le nord-est de la France, 277 civils furent menés devant le peloton d’exécution pour « services à la patrie » : 196 Belges, 77 Français, 4 Britanniques et 3 Hollandais. Durant la première moitié de la guerre – de septembre 1914 à octobre 1916 – 136 personnes furent exécutées. Durant la seconde – de novembre 1916 à novembre 1918 – 139 personnes furent exécutées. Le nombre d’exécutions diminua à partir de mars 1918 : six en mai, trois en juillet, trois en août, et, finalement, une en octobre.

L’annonce

  • 46 M. Bartsoen, op. cit., p. 89.
  • 47 AGR, ASP, P174, Note biographique sur Alexandre Franck, 19/12/1923.

38Toute exécution ou condamnation par la justice militaire allemande était systématiquement rendue publique par affichage. L’occupant placardait ces affiches quelques heures après l’exécution. L’annonce visait avant tout à effrayer la population. Personne ne pouvait ignorer que des gens étaient fusillés. L’exécution de Ferdinand Lenoir fit « naturellement l’objet de toutes les conversations », comme le Gantois Marc Bartsoen l’écrivit dans son journal intime le 14 avril 191546. L’occupant allemand voulait faire un exemple et ne s’en cachait pas : « l’exécution devait se faire, il fallait un exemple »47.

  • 48 M. Bartsoen, op. cit., p. 180.
  • 49 M. Bartsoen, op. cit., p. 276.
  • 50 M. Bartsoen, op. cit., p. 280.

39Toutes les exécutions n’étaient cependant pas seulement vues comme des exemples, car la majorité des condamnés était effectivement coupable des faits qui leur étaient reprochés. Les exécutions devaient néanmoins insuffler la crainte. La population devait comprendre que l’espionnage menait invariablement à la condamnation et à la mort. Ces « fusillés pour l’exemple » ne manquaient pas de produire leur effet. Bartsoen y fit régulièrement allusion dans son journal. Il notait en août 1916 : « Mais le Boche […] veut répandre la terreur autour de lui par des exécutions terrifiantes, espérant dompter ainsi la résistance des Belges »48. Mais en dépit de l’horreur – il dit textuellement « C’est horrible ! ! »49 – Bartsoen finit par s’habituer (« On a beau être habitué actuellement à lire de ces sortes d’affiches […] »50). La vague d’exécutions de septembre 1917 induisit une certaine lassitude.

  • 51 Ibidem.
  • 52 « dwang verwekte meer verzet, verzet meer dwang. » S. de Schaepdrijver, De Groote Oorlog, Het koni (...)
  • 53 L. van Ypersele et E. Debruyne, op. cit., p. 119-120 et H. Bernard, Un géant de la résistance : Wa (...)

40Toutefois, les exécutions faisaient bien plus qu’effrayer la population. Vers la mi-septembre, Bartsoen confia à son journal que les annonces suscitaient un fort sentiment anti-allemand : « […] cette lecture n’en continue pas moins à inspirer une haine de plus en plus forte contre nos oppresseurs »51. Sophie de Schaepdrijver arrive à la même conclusion : « la contrainte engendrait plus de résistance, la résistance plus de contrainte » »52. L’exécution de Dieudonné Lambrecht à Liège, le 18 avril 1916 mena ainsi à la création du grand réseau de renseignements La Dame Blanche53. L’annonce des exécutions et les exécutions elles-mêmes avaient donc un effet double.

Conclusion

41Il va sans dire que la répression allemande de l’espionnage fut extrêmement dure. Les Allemands tentèrent de limiter l’espionnage et furent prêts à tout pour atteindre ce but. De l’observation à l’infiltration, tout fut mis en œuvre pour démanteler les réseaux. Après des débuts hésitants, les services de police allemands devinrent rapidement des machines très efficaces. Ces services n’arrivèrent cependant pas à éradiquer l’espionnage. Même une répression accrue par la justice militaire allemande n’y parvint jamais. Les exécutions des espions furent systématiquement rendues publiques. Mais cette répression induisit plus de résistance et cette résistance accrue conduisit à plus de répression…

42Il est cependant évident qu’une recherche plus fouillée sur le fonctionnement des services de police allemands ou la justice allemande en territoire occupé s’impose.

Notes

1 Nos remerciements à Diane Vantemsche pour la traduction du texte du néerlandais vers le français, et à Emmanuel Debruyne pour sa relecture attentive.

2 Archives de l’État à Gand, 013/MOE, MGA Moerbeke, 317E, no 1246, Warnung an die Bevölkerung, s.d.

3 En novembre 1918, la direction du Corps d’Observation anglais – un réseau de renseignements en territoire occupé, plus connu sous le nom de « Dame blanche » – reçu de la part du gouvernement britannique la demande de constituer un historique de son activité de renseignement pendant les années de guerre. Ce travail la conduisit à mettre en place une Commission des Annales des Services patriotiques, ultérieurement Commission des Archives des Services patriotiques. Ce service avait pour tâche de collecter toutes les informations sur les réseaux d’espionnage. À la fin des travaux, tous les documents constituant cette vaste enquête furent transférés aux Archives générales du Royaume, à Bruxelles. E. Debruyne, « Sortir de l’ombre – Des combattants clandestins en quête de reconnaissance », dans P.-A. Tallier & P. Nefors (dir.), Quand les canons se taisent. En toen zwegen de kanonnen. When the Guns fall Silent, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2010 (actes du colloque tenu à Bruxelles du 3 au 6 novembre 2008), p. 449-479.

4 Archives générales du Royaume (AGR), Archives des Services Patriotiques (ASP), Portefeuille 196 (P), Rapport I, IV et V, Fritz Ball.

5 L. Mignon, Les services belges d’espionnage et de contre-espionnage (juin 1910 – avril 1915), Mémoire de licence non publié, Université de Liège, 2001, p. 109.

6 AGR, ASP, P196, Rapport I, Fritz Ball.

7 L. van Ypersele et E. Debruyne, De la guerre de l’ombre aux ombres de la guerre, l’espionnage en Belgique durant la guerre 1914-1918, histoire et mémoire, Bruxelles, 2004, p. 67.

8 AGR, ASP, P196, Rapport I, Fritz Ball.

9 « Ik wilde het blijven afloochenen maar hij zegde mij gij moet niets meer loochenen uw schoonbroeder heeft het ons al gezegd en als gij hier seffens niet spreekt dan zullen wij seffens telefoneeren en wij zullen uwe vrouw ook doen pakken en haar hier ook doen opsluiten », AGR, ASP, P25, Lettre de K. Waegenaere à Marguerite Stoppaert, s.d.

10 B. Macintyre, A Foreign Field, A True Story of Love and Betrayal in the Great War (London, 2001) p. 198, 219 et p. 247.

11 AGR, ASP, P26, rapport Pagnien, 12/1917.

12 L. van Ypersele et E. Debruyne, op. cit., p. 51., B. Macintyre, op. cit., p. 198, 219 en p. 247.

13 ARA, ASP, P183, rapport veuve Stevens, 19/9/1920.

14 Ibidem.

15 « Hij stierf geheimzinnig in’t gevang te Gent na 4 dagen opsluiting den 4 april 1917. Hij had een buitgewoon wilskrachtig en stevig karakter. » Courtrai sous la domination allemande 1914-1918/Kortrijk onder het Duitsche bedwang 1914-1918, s.l., s.n., p. 20-21.

16 « Trials for treason were frequent – trials of Belgians, that is. Just how a Belgian could be guilty of treason against Germany is difficult to comprehend, but that was what the Germans called it […] », B. Whitlock, Belgium under the German Occupation, A personal narrative, Volume II (Londres, 1919) p. 305.

17 Rijksarchief Gand, 013/MOE, MGA Moerbeke, 317E, nr. 1246, Warnung an die Bevölkerung, s.d.

18 S. Kirschen, Devant les Conseils de Guerre Allemands ; Affaires : Cavell ; Blanckaert ; Boël ; Frank-Backelmans ; Parenté ; Colon ; Mus ; Kugé ; Freyling ; Bosteels ; Libre-Belgique ; Bril ; Feyens ; Monod, Bruxelles, 1919, p. 44.

19 M. Bartsoen, Gand sous l’occupation allemande, Notes d’un Gantois sur la Guerre de 1914-1918, Gent, 1929, p. 131.

20 AGR, ASP, P196, rapport I, Fritz Ball.

21 E. Stoeber, ‘Vier Jahre Feldjustizbeamter, in : Die Weltkriegs (Original Spionage Werk), München, 1931, p. 384-397.

22 Rijksarchief Gand, 013/MOE, MGA Moerbeke, 317B, nr. 1151., Verordening houdende instelling van Duitsche rechtbanken voor strafzaken s.d.

23 S. Kirschen, op. cit., p. 9-28. et E. Stoeber, op. cit., p. 384-397 et AGR, ASP, P196, Rapport I, Fritz Ball.

24 S. Kirschen, op. cit., p. XI-XIII.

25 V. Bonnevie, La défense des belges devant les tribunaux de guerre allemands, Bruxelles, 1919, p. 1-2.

26 B. Whitlock, op. cit., p. 305.

27 AGR, ASP, P154, Rapport sur le service M. 82 organisé par Henri Van Bergen, 23/09/1919.

28 S. Kirschen, op. cit., p. 30.

29 AGR, ASP, P196, Rapport I, Fritz Ball.

30 Verordnungsblatt für das Etappengebiet der 4. Armee, Gand, no 131, 28/07/1918, Verordening houdende instelling van Duitsche rechtbanken voor strafzaken, p. 1001-1003.

31 AGR, ASP, P174, Note biographique sur Jérôme Daubechies, 26/11/1923.

32 AGR, ASP, P154, Extrait de rapport du gardien De Bie, s.d.

33 E. Stoeber, op. cit., p. 384-397.

34 Rijksarchief Gand, 013/MOE, MGA Moerbeke, 317B, nr. 1151., Verordening houdende instelling van Duitsche rechtbanken voor strafzaken s.d.

35 Les exécutions capitales à Bruges pendant l’occupation allemande par un témoin/De terechtstellingen te Brugge onder de Duitsche bezetting door een ooggetuige, Bruges-Brugge, s.d., 11 p. + 11 p.

36 AGR, ASP, P141, AGR, ASP, P141, Instruktion über den Vollzug der Todesstrafe in auf Chartreuses, Lüttich, 1. August 1918.

37 « Lenoir viel op zijde en lag in het zand. Een duitsche dokter naderde, boog over hem, richtte zich weder op en knikte. Toen trad een soldaat vooraan en loste nog een schot op zijn linker slape af. Een roode straal sprong in de hoogte en viel neder op het gelaat, waarvan hij afgudste ». L. Stynen et S. Van Peteghem, Virginiie Lovelings dagboek 1914-1918, Gent, 1999, p. 205-206.

38 AGR, ASP, P154, Note de monsieur l’avocat Bernays d’Anvers au sujet de l’exécution de Nalaerts, L’abbé Moons etc.

39 « De meisjes schreeuwden en liepen weg op het plein der Schijfschieting ; weder ter aangestelde plaats gesleurd, viel de eene, alzoo werd er op haar geschoten. Ze was niet dood, rees overeind met hartverscheurende kreten en een toeschietend officier maakte ze met een schot in de borst af. » L. Stynen et S. Van Peteghem, In oorlogsnood… op. cit., p. 612-613.

40 AGR, ASP, P166, rapport M. Vatin à la Commission des Archives, 06/1921.

41 Ibidem.

42 Ibidem.

43 AGR, ASP, P34.

44 « Ferdinand Lenoir », dans Bulletin officiel de la Federation Nationale des Prisonniers Politiques de la Guerre, II, nr. 12, avril 1920, pp. 8-10.

45 AGR, ASP, P199.

46 M. Bartsoen, op. cit., p. 89.

47 AGR, ASP, P174, Note biographique sur Alexandre Franck, 19/12/1923.

48 M. Bartsoen, op. cit., p. 180.

49 M. Bartsoen, op. cit., p. 276.

50 M. Bartsoen, op. cit., p. 280.

51 Ibidem.

52 « dwang verwekte meer verzet, verzet meer dwang. » S. de Schaepdrijver, De Groote Oorlog, Het koninkrijk België tijdens de Eerste Wereldoorlog, Anvers/Amsterdam, 1997, p. 126.

53 L. van Ypersele et E. Debruyne, op. cit., p. 119-120 et H. Bernard, Un géant de la résistance : Walthère Dewé, Bruxelles, 1971, p. 18-22.

Auteur

Musée royal de l’Armée, Bruxelles

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search