Version classiqueVersion mobile

La Résistance en France et en Belgique occupées (1914-1918)

 | 
Robert Vandenbussche

Le contre-espionnage allemand en Belgique et en France occupées

Marianne Walle

Texte intégral

État des lieux en 1914

  • 1 Werner Berg, pseudonyme d’un ancien commissaire de la police militaire allemande (Geheime Feldpoli (...)

1En Allemagne il n’existait aucune structure spécifique d’espionnage militaire en temps de paix, ce qui peut sembler étrange, alors que les Services de Renseignements français étaient beaucoup mieux préparés et disaient avoir le meilleur système du chiffre au monde1. Toujours en temps de paix les Services de Renseignements des pays de l’Entente s’étendaient jusqu’aux frontières allemandes, puis pénétrèrent très rapidement, dès le début de la guerre, dans les pays neutres, la Suisse, l’Espagne, la Hollande.

  • 2 Walter Nicolai, « Einblicke in den Nachrichtendienst der Feindstaaten im Bereich der Mittelmächte  (...)

2Un an seulement avant le début des hostilités le jeune commandant Walter Nicolai – sa jeunesse lui valut de sérieuses réserves de la part de ses collègues plus âgés – transforma un petit service de renseignements peu opérationnel en un service de surveillance postale et télégraphique. Le Reichstag lui alloua un budget de 300 000 puis de 450 000 marks, budget que les députés qualifièrent d’énorme – le terme allemand enorm frise la démesure2. Les craintes des autorités civiles et du Reichstag d’une tentative d’ingérence militaire dans la sphère politique s’amplifièrent rapidement L’objectif de Nicolai, à savoir constituer une police secrète chargée du contre-espionnage fut freiné par le particularisme des États allemands, car chaque État avait sa propre police. Pourquoi le service central de la police bavaroise, à Munich, se soumettrait-il aux ordres donnés par les Prussiens, à Berlin ?

3Walter Nicolai sut d’entourer d’officiers de son âge, de sa compétence et de quelques civils, mathématiciens, chimistes, physiciens de haut niveau scientifique. Début 1914 l’état-major allemand signala avec inquiétude l’importance croissante des Services de Renseignements des pays ennemis – notamment français – et demanda la création rapide d’un service de contre-espionnage. Tout était maintenant dans l’urgence. Nicolai prit l’initiative de solliciter des services centraux de police moins réticents que les services bavarois. Une collaboration nécessaire mais non suffisante entre civils et militaires se mit en place. Des bureaux de renseignements furent créés en dehors de l’Allemagne et des réseaux pénétrèrent dans les pays ennemis.

4L’essentiel pour un service de contre-espionnage, dit Nicolai, n’est pas de capturer des espions – c’est précisément ce qu’on lui demandait à Berlin – mais d’empêcher les services ennemis d’atteindre leurs objectifs. Cette absence de cohérence et de coordination entre civils et militaires avant la guerre et en 1914 eut des répercussions jusqu’en 1916.

Organisation du contre-espionnage

5De même que le centre de contre-espionnage de Lörrach, au Sud de la Forêt-Noire, a été appelé par sa position géographique à canaliser les opérations d’espionnage dirigées contre la France à la faveur de la proximité suisse, de même le service d’Anvers, à l’extrême Nord de la frontière belge-hollandaise était devenu le centre vers lequel convergeaient les ramifications de service que l’espionnage allemand avait organisés tant à Anvers même que dans toute la Belgique et dans les régions occupées du Nord de la France.

6Le Service de renseignements de l’armée, le Nachrichtndienst III b, était constitué de trois départements couvrant toute la palette de la guerre secrète :

Groupe 1 : l’espionnage
Groupe 2 : le sabotage et la propagande
Groupe 3 : le contre-espionnage.

  • 3 H. H. Freiherr Grote, Vorsicht ! Feind hört mit…, op. cit., p. 54
  • 4 Rapport sur l’organisation et le fonctionnement du centre d’espionnage d’Anvers No 639/SR, rapport (...)

7Chaque groupe était divisé en plusieurs sous-départements ou sections3. Le centre d’Anvers, l’Abwehrstelle Belgien, qui avait une importante annexe lilloise était chargé de la coordination du contre-espionnage dans les pays occupés sous les ordres du commandant Carl von Roeder dans le groupe III de l’état-major et de son adjoint le commandant Beaumont. En général, les sections de Bruxelles, Liège, Ostende, Bruges, Gand, Lille et autres villes étaient rattachées aux Kommandanturen et leur rôle semblait se borner à celui d’agence d’embauche4 d’espions, Lille étant le pourvoyeur le plus actif du centre d’Anvers.

  • 5 Heinrich Binder, Was wir als Kriegsberichterstatter nicht sagen durften (Ce que nous, les correspo (...)

8Heinrich Binder - correspondant de guerre au Grand Quartier Général Allemand et ancien membre des services de contre-espionnage5 et Hans Helm – capitaine rattaché à l’Abwehrstelle Belgien – reprochaient tous deux à Walter Nicolai de concentrer entre ses seules mains le Service de Renseignements et le contre-espionnage militaire. Nicolai exigeait d’être mis au courant de la moindre information, tout devait lui être soumis, ce qui entraînait fréquemment des pannes, des erreurs, des retards dans la transmission et l’exécution des ordres donnés.

  • 6 Walter Nicolai, « Einblicke in den Nachrichtendienst der Feindstaaten im Bereich der Mittelmächte  (...)

9L’avancée rapide des troupes allemandes en 1914 sur les deux fronts exigeait la création d’urgence de plusieurs services de contre-espionnage en Allemagne - en dehors de Berlin - à savoir à Hambourg, Karlsruhe, Kassel et Posen (Poznan). La première circulaire de Nicolai adressée aux services du contre-espionnage militaire, en date du 13 août 1914, stipulait6 :

« Il est indispensable de s’assurer au maximum de la collaboration de la population civile dans les pays occupés en la ménageant : soyez fermes dans l’application des consignes pour lutter contre l’espionnage, mais évitez l’espionnite (Spionagesucht) »

  • 7 Irene Strenge, Spa im Ersten Weltkrieg, Würzburg, 2007, p. 30-35.

10Pourtant les Allemands n’en ont guère tenu compte en traversant la Belgique en 1914, ils se sont livrés rapidement à des pillages et des destructions suscitant une haine farouche au sein de la population. À la lecture de l’ouvrage d’Irene Strenge sur la ville de Spa7 en 1914-1918, il est évident que ce régime de terreur ne tardait pas à faire naître des groupes de résistants. N’oublions pas que sur le front Ouest, les Alliés pouvaient compter sur une coopération importante de la population civile, ce qui ne fut guère le cas sur le front Est.

La Geheime Feldpolizei élément capital du contre-espionnage

11La Geheime Feldpolizei, la GFP, police secrète de campagne ou police militaire, était le bras séculier de l’Abwehr dans son rôle de lutte contre la résistance intérieure et extérieure des régions occupées. Elle avait une double mission : découvrir les crimes commis par des civils contre l’armée d’occupation, réprimer toute forme d’activité allant à l’encontre de l’Allemagne, assurer la sécurité des forces allemandes, de leurs installations et surtout, prévenir l’espionnage et le sabotage. Le recrutement s’effectuait à la fois parmi les policiers des différents États allemands et parmi les garde-frontières, de préférence parmi les Alsaciens/Lorrains qui constituaient les piliers de la GFP.

12La majorité des soldats allemands n’avait jamais entendu parler de la GFP : en entendant le mot Polizei ils étaient persuadés qu’il s’agissait d’un corps de police ayant pour mission de contrôler la discipline des troupes, suscitant une grande méfiance chez les soldats. Quant aux officiers, ils la considéraient avec un mépris certain. Le terme allemand Mauerblümchen, employé généralement pour les filles qui ne sont jamais invitées à danser, dans ce cas la cinquième roue du carrosse, est assez éloquent.

13Chaque QG des armées avait son commissaire de la GFP qui recrutait des agents cités dans les listes par les sigles S1, S2, S3. À l’Ouest on privilégiait les commissaires originaires d’Alsace/Lorraine, non seulement pour leur connaissance de l’allemand, mais surtout pour celle de certains rouages de l’espionnage français, recrutement qui pouvait s’avérer à double tranchant : un commissaire de campagne du nom de Waegele occupa pendant quatre ans un poste important. à la direction de la GFP où il lui était aisé de contrôler le courrier au départ et à l’arrivée. Il pouvait circuler librement par Anvers vers la Hollande, par Lörrach vers la Suisse et sillonner tout le territoire occupé. C’était en réalité un agent double qui avec d’autres, informait le QG français des agissements du contre-espionnage allemand. Certains, dont Waegele, furent décorés de la Croix de Fer. À la fin de la guerre il francisa son nom et Waeglé fut nommé commissaire de police à Metz.

14Trop peu nombreuse – entre vingt et trente policiers au début, un peu plus de quatre-vingt en 1918 – la GFP était très mal préparée à sa mission : la grande majorité ne parlait pas ou très peu le français, se sentait maladroite face à une population qui se moquait de son accent. La colère des policiers entraîna des perquisitions plus nombreuses de la part des brutes teutonnes et ce fut le début de l’engrenage. Outre des rudiments de français, on aurait pu leur enseigner quelques rudiments de psychologie pour mieux appréhender cette population hostile, quelques éléments de propagande aussi pour essayer de gagner éventuellement des civils à leur cause. La GFP connaissait mal les lieux, dépendait des cartes d’état-major, donc des routes principales, mais ignorait les petites routes cachées.

  • 8 Carl Herrmann, Geheimkrieg. Dokumente und Untersuchungen eines Polizeichefs an der Westfront (Guer (...)

15Les localités situées à cheval sur les frontières étaient particulièrement difficiles à contrôler. À Mouscron – La Marlière, une rangée de maison était belge, la rangée d’en face française, faisant partie de Tourcoing, alors que la ville même était située plus loin ; certains cafés avaient une entrée belge et une entrée française. Quelques Allemands sous-estimèrent la méfiance de la population et commirent des maladresses en voulant se faire connaître. Carl Herrmann, fraîchement nommé commissaire de la GFP à Douai en 1916, visita la prison de la ville dont le directeur le présenta à tous les détenus ; très rapidement toute la population de Douai et de sa région connaissait son nom et ses fonctions. En 1917 seulement, on découvrit que le directeur de la prison était un membre du contre-espionnage français installé depuis douze ans dans la région8.

16Au départ, la GFP se vit donc confrontée à plusieurs handicaps :

  • manque d’informations sur le territoire, sur la mentalité de la population, et c’était essentiel pour les interrogatoires des espions.
  • manque d’équipement
  • manque de collaboration avec le haut-commandement de l’armée. La GFP se heurtait à l’incompréhension des militaires qui ne lui donnaient pas suffisamment d’éléments pour faire un travail efficace. En France l’organisation fut construite trop hâtivement. Jusqu’en 1916, le territoire couvert par l’armée allemande était de 3,600 km2 avec 600000 habitants et le commissaire de la GFP au QG de la 6e armée, à Douai, manquait de matériel de travail. Il y avait des services annexes à Tourcoing et à Lille, mais faiblement pourvus en hommes. À partir de 1916 seulement, les structures étaient bien mieux ancrées, grâce au travail d’un éminent criminologue (civil), le commissaire O., aidé de deux militaires, le capitaine T. et le lieutenant E.9 ; Ce sont eux qui parlaient de la nécessité de créer un climat de confiance, d’échanges, pour ainsi dire d’empathie (Fühlungsvermögen) avec les habitants en territoire ennemi.

17Près des frontières et notamment près de la frontière belgo-hollandaise, les services de contre-espionnage allemand étaient très actifs dès le début 1915 et ceci grâce à la corruption par l’argent.

Les agents recrutés dans les pays occupés

  • 10 H. H. Freiherr Grote, Vorsicht !.., op. cit., p. 65.

18Selon le baron Grote, la GFP préférait recruter chez les Wallons, « plus rusés, plus roués, mais superficiels, avec une mémoire défaillante, alors que les Flamands, plus germanophiles, s’y refusaient souvent »10

  • 11 Voir à ce sujet Lode Wlls, Flamenpolitik et Activisme cité par Laurence van Ypersele, Dossier : So (...)

19La Flamenpolitik menée par l’occupant pour diviser le pays considéré comme une construction artificielle entraîna quelques 15000 flamingants sur la voie de la collaboration, mais ces activistes ont-ils été manipulés par les Allemands ou l’inverse ?11. De son côté Walter Nicolai affirmait que les femmes belges étaient encore plus germanophobes que les Françaises. Comme dans tous les pays occupés, on comptait sur les dénonciations habituelles entre commerçants, les jalousies et vengeances personnelles entre voisins parfois au sein d’une même famille. Lorsque le commissaire Carl Herrmann fut nommé à Douai, en 1916, il savait mettre les gens à son service en les exonérant d’amendes, surtout les gens d’origine modeste, plus accessibles. Il se montrait indulgent pour les familles dont le mari ne s’était pas présenté dans ses bureaux, oubliant de dénoncer certains faits à ses supérieurs. Grâce à des arrangements – c’est le terme français employé par lui – qui ne lui coûtaient rien certaines familles se mirent à sa disposition pour travailler avec la GFP. Dans la région de Somain, une population composée d’ouvriers d’usine et de mineurs italiens, polonais, algériens, était relativement coopérative dans la mesure où on la traitait sans mépris. Par contre c’est parmi les grands propriétaires terriens de la région d’Orchies, de Nomain, de Rumegies, que le contre-espionnage se heurta à beaucoup plus de résistance, au nationalisme farouche du paysan que Herrmann dit rusé et entêté. Entre novembre 1917 et janvier 1918 cinq Français ont été exécutés pour espionnage dans cette seule région.

Le contre-espionnage allemand en Belgique

  • 12 État-Major Général, 2e Bureau – S.R., No 1.600/S.R. BELGIQUE. « Notes sur les mesures de surveilla (...)

20Toutes les frontières étaient envahies de mouchards, de contrebandiers-indicateurs mis en place par les Allemands ; il était difficile de passer sans le secours de « fraudeurs ». Quant à la région avoisinant la frontière franco-belge, elle était plus ou moins gardée et les difficultés étaient beaucoup plus grandes pour aller du Nord au Sud que pour prendre la direction inverse12. C’est à la frontière belgo-hollandaise que le nombre de contrebandiers-indicateurs était le plus important. Il faut y ajouter les faux passeurs, les policiers allemands en civil permettant au contre-espionnage de multiplier les arrestations en 1915.

  • 13 Jaime Mir, Mémoires d’un condamné à mort, Paris, Plon, 1925, p. 106-107.

« Le contre-espionnage allemand était arrivé par de tels procédés ainsi que par la corruption – car il disposait de beaucoup d’argent – à se perfectionner et il nous était souvent difficile de le combattre, à nous qui agissions avec un désintéressement absolu et n’étions soutenus la plupart du temps que par notre ardent désir de voir triompher la cause des Alliés »13

21écrit le diplomate espagnol Jaime Mir, passeur de documents importants entre la France et la Hollande de 1914 à 1916, passage facilité par son immunité diplomatique.

22Grâce à de faux contrebandiers la GFP découvrit la trace d’un service de courrier allié fonctionnant en pays occupé. Elle parvint à capter la confiance des destinataires de la correspondance et se chargeait des réponses qu’elle transmettait à ses chefs. Toute la filière fut trahie. Il s’agit du réseau Hernalsteen, très vaste réseau organisé au départ à Folkestone pour couvrir la Hollande, les Flandres, le Nord de la France. Les agents étaient chargés d’observer les transports et les mouvements de troupes vers le front, en provenance du front et à l’arrière du front ouest, de faire leurs rapports sur la force des armées en présence, leur numéro, l’âge des troupes, fraîches ou ayant déjà combattu. Certains agents semblaient avoir eu des missions de destruction.

  • 14 Service central de police A., Bruxelles, Gouvernement général allemand en Belgique, No 1701, en da (...)

« Ce réseau contrôlait le territoire de quatre armées allemandes, il s’étendait de Hollande vers la Belgique (Gand et Bruxelles), des Flandres à la Somme, composé de plusieurs organisations, les plus petites de vingt membres, d’autres de cinquante à soixante membres »14.

23Du faux passeur, du petit dénonciateur médiocre, au bas de l’échelle de la corruption, on parcourt toutes les catégories d’hommes et de femmes qui vendirent aux Allemands leurs compatriotes, agents de renseignements au service des Alliés, passeurs d’hommes, jusqu’à « l’infâme traître » Joseph Drouhard, le « Boche camouflé » (selon les journaux belges lors de sa condamnation) dont il sera question plus loin.

24Empêcher la fuite de Belges en état de porter des armes fut la mesure la plus urgente :

  • 15 Henri Binder, Espionnage et contre-espionnage à Bruxelles, 1914-1918, Paris, Payot, 1935, p. 16.

« Nous dûmes riposter en nous assurant de la personne de plus de trente mille Belges aptes au service et résidant en territoire belge ou hollandais »15

  • 16 H Binder, Espionnage et…, op. cit., p. 17.

25C’est dans ce domaine que le contre-espionnage allemand obtint de très bons résultats. En octobre 1915, le conseil de guerre allemand de Bruxelles prononça des peines de mort contre cinq accusés : Édith Cavell dont l’exécution eut un retentissement considérable, Philippe Baucq, Louis Séverin, tous trois de Bruxelles, Louise Thulliez, de Lille (qui en réchappa), la comtesse Jeanne de Belleville, de Montignies. D’après Henri Binder cette action énergique permit au contre-espionnage allemand de couper à l’armée belge l’appoint de ces recrues16, même si d’autres les remplacèrent rapidement.

26Ce que le contre-espionnage n’arriva pas à empêcher pendant longtemps, c’était la transmission de documents et de messages d’espions. L’Espagnol Jaime Mir, résidant à Bruxelles depuis 1909 transportait dès le mois d’août 1914 de France en Hollande, parfois de Grande-Bretagne en Hollande des documents rassemblés par ses collaborateurs sur tous les points stratégiques dans les territoires occupés : terrains militaires, transports des troupes allemandes et de matériel. Avec des papiers et des laissez-passer parfaitement en règle, il se disait commerçant, achetant et vendant des marchandises de toutes sortes (des pommes de terre, des cigares, des tissus, des objets d’art…). Il traversait la frontière en train, à bicyclette, à pied, tantôt seul, tantôt avec des amis, conduisant souvent un tilbury truqué de façon très astucieuse pour transporter des documents en Hollande. Il réussit à éviter tous les pièges de la police allemande jusqu’à l’automne 1916 où, trahi par le Belge Joseph Douhard, il fut emprisonné et condamné à mort.

27Avant l’installation de la frontière électrifiée entre la Belgique et les Pays-Bas, la transmission de rapports d’espions se fit parfois avec les moyens les plus rudimentaires : les Belges lançaient des messages par-dessus la frontière avec des arcs ou des frondes ; d’autres empruntaient les nombreux canaux et passaient à la nage, mais beaucoup furent tués par les sentinelles allemandes :

  • 17 H Binder, Espionnage et…, op. cit., p. 17.

« Ils passaient les canaux et les fossés sur des billes de bois ou dans des cuviers à lessive, descendaient l’Escaut à marée basse sur un radeau de fortune et allaient par ce moyen chercher ou porter leur message »17

  • 18 Commandant Carl von Roeder « Vom verhängnisvollen Einfluss der Sabotageakte auf die Kriegführung » (...)

28Contrairement à ce qu’on aurait pensé, il y a eu peu d’actes de sabotage. D’après le chef du contre-espionnage Carl von Roeder, la plupart des projets furent déjoués par ses services, notamment le projet de faire sauter le pont de chemin de fer sur la Meuse, près de Visé : il aurait paralysé, pour le restant de la guerre, les transports de la Ruhr vers les Flandres et les chemins de fer entre la Hollande et la France. Pour lui, les actes de sabotage contre les Allemands sont considérés comme des « crimes contre l’humanité »18 puisqu’ils s’attaquaient aussi bien aux femmes qu’aux enfants, aux malades qu’aux vieillards !

  • 19 Voir la contribution d’Olivier Lahaie, « L’action des réseaux alliés de surveillance du trafic fer (...)

29L’une des tâches les plus difficiles pour les services de contre-espionnage allemand fut précisément celle de découvrir les espions parmi les personnes qui n’habitaient pas loin des gares ou en bordure des voies ferrées stratégiques dans la mesure où différents membres d’une même famille, adultes et enfants, se relayaient pour observer les convois de passage Souvent les trains changeaient d’itinéraire au dernier moment, déjouant les informations données par les observateurs postés dans les gares de triage et le transport des troupes se faisait de plus en plus fréquemment la nuit19. C’est Berlin qui se chargeait de déchiffrer les télégrammes codés annonçant le passage de trains militaires de Cambrai/Douai vers les Flandres.

30Au courant de l’été 1915, les services de contre-espionnage déployaient une grande activité, de nouveaux règlements furent élaborés et les anciens renforcés avec une sévérité croissante.

  • 20 État-Major général – 2e Bureau – S.R. No 1.600/S.R. Belgique, op. cit., p. 6.

« Avant la fin d’octobre, les règlements se bornaient à exiger l’inscription officielle de tous les hommes soumis aux obligations militaires. Mais depuis lors, un nouveau règlement s’appliquant à toute la population civile a été mis en vigueur. Toutes les anciennes cartes d’identité ont été retirées et depuis le 20 novembre chaque individu doit être pourvu d’une nouvelle carte d’identité contenant beaucoup plus de détails que l’ancien modèle »20.

31Les hommes d’âge militaire devaient en plus être munis d’un bulletin d’inscription qu’ils étaient obligés de faire viser tous les mois. Les bulletins donnant la liste des personnes arrêtées et des exécutions furent affichés dans les grandes villes :

  • 21 État-Major général – 2e Bureau – S.R., op. cit., p. 7. Ces propos sont soulignés dans le texte ori (...)

« Les Allemands paraissent compter davantage maintenant sur le régime de la terreur et sur les efforts des espions et ‘agents provocateurs’ de nationalité belge pour étouffer l’espionnage »21.

32Un règlement nouveau obligeait les habitants à déclarer à la Kommandantur les personnes étrangères qu’ils logeaient chez eux. Les Allemands suspectaient en général davantage les hommes d’âge moyen que les jeunes gens. Ils savaient que dans le choix des agents, les Alliés ont toujours préféré les hommes ayant dépassé l’âge de recrutement.

33Des récompenses étaient offertes aux dénonciateurs, le manque de travail et la misère ont poussé plus d’un Belge à se laisser séduire par ces propositions.

34Cependant, des Belges autres que les nécessiteux se sont laissés tenter par les offres allemandes : le prince de Croy avait été envoyé par le G. Q. G. allemand en mission en Hollande pour y prendre la direction du service de contre-espionnage allemand et le perfectionner.

  • 22 J. Mir, Mémoires d’un condamné…, op. cit., p. 117-118.

« Le prince avait choisi comme collaborateur l’un des fils du Kaiser et tous deux avaient décidé d’établir leur centre d’opérations à l’Hôtel des Indes, à La Haye, parce qu’il était descendu à cet hôtel plusieurs personnalités belges dont certaines avaient une mission importante à remplir. Les deux Altesses espéraient ainsi surprendre les secrets de nos amis, mais elles n’avaient pas prévu que le hasard et mon flair m’auraient permis de découvrir cette belle combinaison »22.

35Ces révélations furent faites au diplomate espagnol par le chauffeur italien du prince allemand à qui Mir avait offert un copieux dîner bien arrosé. Un peu plus tard, il était monté dans la voiture allemande pour indiquer au chauffeur le chemin à suivre jusqu’en Hollande. Il put ainsi passer la frontière sans encombre avec de précieux documents.

36Parmi les Belges qui travaillaient en étroite collaboration avec la GFP, le plus ignoble fut sans aucun doute Joseph Douhard :

  • 23 Laurence van Ypersele, « Au nom de la Patrie ! À mort les traîtres ! La répression des inciviques (...)

« Ce Belge, ouvrier zingueur, né à Herstal en 1874, de mère allemande était un agent de la police allemande chargé de dénoncer les organisations de passage à la frontière hollandaise et les espions patriotes. À la suite de ses dénonciations, vingt-trois personnes ont été fusillées, huit sont condamnées à mort et de nombreuses autres emprisonnées »23.

37Si Jaime Mir a pu échapper au poteau d’exécution, c’est parce que sa condamnation à mort fut commuée en travaux forcés à perpétuité grâce à son appartenance à un pays neutre plus germanophile que germanophobe. Vers la fin septembre 1916, un individu ayant un fort accent wallon se présenta au bureau de Mir à Bruxelles, se disant envoyé par des amis du diplomate en Hollande et lui présentant plusieurs billets pour une commande de caisses de cigares. Il reconnut l’écriture caractéristique de l’un de ses amis qui lui parlait de choses que seuls eux deux connaissaient. L’individu donna son nom, « 55 T », il avait un beau-frère à Liège, passeur pour un Chef en Hollande qui demandait à Mir de réorganiser l’ensemble du service d’observation anglais. Le beau-frère, mineur à Herstal, devait se mettre à la disposition de Mir. Tout était parfaitement organisé jusqu’à la petite épingle à perle blanche portée au revers du veston de « 55 T ». Cette épingle était le signe de ralliement de Mir et de ses amis à la frontière pour reconnaître les personnes qu’ils faisaient passer en Hollande. Comme le système proposé par le mystérieux individu fonctionna quelque temps, Mir avait confiance. Le matin du premier octobre 1916, « 55 T » se présenta au domicile particulier de Mir et lui demanda de partir immédiatement pour Liège ; arrêté à la gare, il fut emmené sans ménagement, incarcéré à Liège, puis à Bruxelles. « 55 T » vint le voir dans sa cellule, très fier d’avoir réussi un coup d’éclat

  • 24 J. Mir, Mémoires d’un condamné…, op. cit., p. 132-238. La citation se trouve p. 156.

« C’est moi qui ai réussi à vous mettre dedans et je suis content de mon ouvrage d’aujourd’hui, car vous êtes un gibier rare »24.

  • 25 Transféré en Allemagne dans une fabrique de pantoufles, il y apprit le véritable nom de « 55 T ». (...)

38« 55 T », alias Ménélick – son nom de guerre – s’obstinait à venir le narguer, accompagné d’un policier instructeur, pour lui montrer des photos de personnes arrêtées grâce à lui, l’insultait grossièrement puisqu’il refusait de parler. Encore à Noël 1916, Mir cherchait désespérément à connaître la véritable identité de cet ignoble visiteur. Le vingt-trois mars 1917, Mir fut condamné à mort, peine commuée le quatre avril en travaux forcés à perpétuité.25. La déposition de Mir fut un élément capital pour la condamnation à mort de Douhard, en 1919 :

  • 26 Journal La Meuse de Liège du 12 juin 1921, cité par Jaime Mir dans Mémoires d’un condamné…, op. ci (...)

« La Belgique n’a pas oublié les services que lui a rendus l’Espagne », lui dit le président de la Cour d’assises de Liège qui condamna Douhard à mort,
« A vous je renouvelle, au nom de la Cour, les félicitations et remerciements de tous »26.

  • 27 Voir à ce sujet « La répression de l’incivisme en Belgique au travers de la presse bruxelloise fra (...)

39La peine capitale n’étant pas appliquée en Belgique, Douhard ne fut pas exécuté. Des comités se formèrent pour appuyer la demande du jury, de nombreux journaux belges lui consacrèrent des articles virulents27

  • 28 L. van Ypersele, « Au nom de la Patrie !.. », op. cit., notes 20 et 21, p. 7.

40Même si Joseph Douhard est considéré comme « l’infâme traître », il ne fut pas le seul Belge à la solde des Allemands. Maurice Thielens, d’origine hollandaise, naturalisé belge a livré notamment des héros stavelotains, Élise Grandprez et sa famille ; il fut condamné à mort par la Cour d’assises de Liège. Pétronille Haurward, ouvrière relieuse, était à la solde de la police allemande, à la chambre 149 du palais de Liège. Comme Douhard, elle se faisait passer pour courrier et réussit à faire démanteler le service de renseignement français Paulussen en 1917. Elle fut condamnée par la Cour d’assises de Liège à vingt ans de détention28.

  • 29 L. van Ypersele, « Au nom de la Patrie !.. », op. cit., p. 4. L’auteur cite deux accusés Pieter Ta (...)

41Les liens familiaux avec les Allemands ou la trahison du sang des inculpés exaspérèrent bon nombre de Belges qui les rendirent coupables avant même d’avoir agi29

Le contre-espionnage allemand en France

42Ces liens familiaux avec les Allemands étaient beaucoup moins fréquents dans le Nord de la France, où l’organisation des services du contre-espionnage avait tardé à être efficace. Une Française qui s’était fait des amis parmi les Allemands était en réalité à la tête d’un réseau très sophistiqué de câble postal, découvert grâce à des dénonciations. Des réseaux d’espionnage français au service des Anglais travaillaient en Belgique tout comme des organisations belgo-anglaises travaillaient en France. En collaboration avec les services de Bruxelles et de Luxembourg, les Allemands découvrirent des réseaux d’espionnage à l’arrière du front et réussirent à en démanteler certains.

  • 30 Hansi et E. Tonnelat, À travers les lignes ennemies, Paris, 1922, p. 16.

43Les membres du clergé jouissaient longtemps d’un certain respect des Services du Renseignement allemand aussi bien en France qu’en Belgique. Les occupants protégeaient leurs lieux de culte, les habitants le savaient et en profitaient. La participation des prêtres à l’espionnage n’était pas chose rare ; le palais épiscopal de Cambrai était suspecté d’être un centre d’espionnage, S’appuyant sur des considérations éthiques et confessionnelles, se référant longuement à des passages de la Bible, leur influence morale était parfois considérable comme celle des lettres pastorales du cardinal Mercier, en Belgique, ou celle de l’abbé alsacien Émile Wetterlé qui maintenait des liens privilégiés entre la Belgique et le Nord de la France. On parle de l’existence de quarante-deux espions dans les couvents de Flandres, dont des pères jésuites30.

44Il était difficile de déceler l’espion parmi les personnes protégées par leur profession, les commerçants, médecins, ingénieurs, prêtres et pasteurs qui vaquaient tranquillement à leurs occupations et connaissaient parfaitement les lieux où ils se rendaient. Il était plus difficile encore de surveiller les activités les plus anodines comme la pêche à la ligne : au bord de la Scarpe qui traverse Douai, de paisibles pêcheurs attrapaient des poissons dont le ventre recelait de minuscules capsules contenant des messages importants. C’est par le plus grand des hasards que le pot aux roses fut découvert : des soldats allemands, voulant améliorer leur ordinaire, lancèrent des grenades à main dans la rivière qui firent de nombreuses victimes parmi les poissons dont le contenu intriguait l’ennemi au plus haut point !

  • 31 Voir p. 5.
  • 32 C. Herrmann, Geheimkrieg…, op. cit., p. 28-29.

45Le contre-espionnage misait beaucoup sur le volontariat de la population : grâce à certains arrangements31, grâce à des personnes de confiance il découvrit rapidement une importante bourse aux passeports à Valenciennes, un dépôt de munitions non loin de cette même ville. La Gazette des Ardennes – journal en langue française édité depuis 1914 par les Allemands - mentionnait le moindre exploit de la GFP, comme la capture d’Anglais parachutés près de Somain et d’Orchies, armés de pistolets et de pistolets-mitrailleurs. D’autres personnes redevables signalaient l’arrivée de pigeons voyageurs en provenance de l’élevage de Brucey (Grande-Bretagne) enfermés dans de petites corbeilles attachées à de gros ballons avec un système de largage très perfectionné32. Le largage fonctionnait dès l’été 1915 et les Français purent obtenir des informations intéressantes avant que les Allemands aient pu s’emparer des pigeons et les renvoyer avec de fausses nouvelles. Mais il était difficile de détruire totalement le système comme cela fut le cas en Belgique.

  • 33 C. Herrmann, Geheimkrieg…, op. cit., p. 32-79.

46Le contre-espionnage allemand mit également un certain temps à élucider le travail souterrain des scouts, des associations sportives ou artistiques. La Section douaisienne des Éclaireurs de France en est un parfait exemple. On insistait dès le début des hostilités sur l’esprit de bonne camaraderie, on chantait beaucoup, notamment dans les églises ; l’aide aux personnes seules était l’une des priorités, l’organisation de réunions conviviales une autre. Au printemps 1916, le contre-espionnage découvrit dans le pot-pourri de mélodies connues qui parlaient du plaisir de faire de longues marches en commun, de chanter autour d’un feu de camp, que de nombreux textes étaient loin d’être anodins dont certains termes avaient un double sens. Le texte composé pour la fête de la Saint-Georges, le 23 avril 1916, parlait de sang pur, en fait de sans fil pur, l’appareil de télégraphie sans fil. L’expression Je mets Paris dans mon gant faisait allusion à la ville de Gand, écrite avec un G majuscule dans le texte. Les termes acier, étain, miroir avaient une signification spécifique. Un peu plus loin, il était question de mille cocardes, en réalité mille avions anglais et français dont les ailes portaient des cocardes aux couleurs du pays33. Au cours de la fête du 14 juillet 1916, l’un des scouts lut l’article 77 du Code pénal français dont il suffisait d’accentuer certains termes pour inciter à la désobéissance. Dans les statuts de l’atelier Saint-Luc, un atelier de dessin et de peinture à vocation enseignante, crée sous l’égide de personnalités connues de la ville de Douai et composé en majorité d’éclaireurs de France, l’article 29 indiquait le caractère nettement militaire de cette organisation qui avait des ramifications dans toute la région. Il y était question de poursuites sévères à tout membre qui aurait failli à la discipline réglementaire ou au Code de la jeunesse, sous-entendu qui aurait collaboré avec l’occupant. Au cercle d’escrime le maître d’armes enseignait également des méthodes pour désarmer et faire tomber l’adversaire. Suite à des dénonciations, les documents saisis dans les Archives des Éclaireurs de France conduisirent à plus de cinquante arrestations, notamment d’adultes.

  • 34 C. Herrmann, Geheimkrieg…, op. cit., p. 42-45.

47À l’instar de contre-espionnage français qui cherchait à retourner les déserteurs, à les encourager à revenir au front à des fins d’espionnage bien rémunéré, les Allemands firent de même en augmentant leur salaire, d’après la GFP. – mais il faut considérer ses assertions avec prudence – les déserteurs venaient le plus souvent des positions françaises. Un jour d’automne 1915, dit-il, un Français parlant l’allemand avait déserté, se disant démoralisé, et avait signalé qu’à d’autres endroits sur le front, trente de ses camarades voulaient également se rendre. Comment pouvait-il le savoir ? On suppose que tous ces déserteurs avaient la même mission : s’introduire en même temps à l’arrière du front sur toute sa longueur afin que chacun soit dans un camp de prisonniers différent pour y faire de l’espionnage. Les services allemands ont rapidement mis fin à ce stratagème et préféraient d’ailleurs utiliser d’autres subtilités vis-à-vis des prisonniers de guerre français ce qui représentait un atout de propagande important. Alors que les légendes sur la brutalité des Allemands circulaient partout, les Français étaient traités avec beaucoup de bienveillance et d’humanité34. On appâtait les prisonniers avec une nourriture correcte, on leur donnait des vêtements propres, leur évitait des tracas personnels et les autorisait à donner rapidement des nouvelles à leur famille. D’après la GFP, les Allemands faisaient de même avec les prisonniers français emmenés en Allemagne. Ces derniers refusaient, paraît-il, de manger du pain gris et réclamaient du pain blanc. Ils en eurent de France, certains contenaient des messages ou de l’argent, mais il était impossible de vérifier chaque pain.

48Des espions français dans les pays occupés ou sur le territoire allemand envoyaient leurs rapports vers la France dans un colis destiné au prisonnier X dans le camp Y. Lorsqu’un prisonnier était inconnu au camp, le colis était systématiquement envoyé au Deuxième Bureau. Les Allemands étaient plus humains avec leurs prisonniers (mais c’est un Allemand qui le rapporte) : les colis arrivés pour des prisonniers inconnus étaient mis de côté puis le contenu distribué aux autres. ce qui permettait aux mouchards de révéler à l’ennemi des informations venues de France.

Fausses rumeurs et propagande pacifiste

49À partir de l’automne 1917, le contre-espionnage allemand dut s’attaquer à une nouvelle tactique, à savoir la propagande anglaise axée sur l’usure physique et morale des soldats ennemis, sur le défaitisme en train de ruiner le moral des combattants allemands Des rumeurs de suicides par noyade ou par les armes circulaient dans les rangs de l’armée, des tracts soulignant l’absurdité de poursuivre une guerre que l’on n’allait pas gagner furent largués par des avions ou des ballons en provenance de Grande-Bretagne. Mais le même découragement, le même désarroi se manifestaient dans le courrier que les combattants recevaient d’Allemagne. Les tracts disaient :

« [...] nous n’avons rien compris à cette guerre, nous ne nous battons pas pour nous, mais pour les millionnaires restés planqués en Allemagne »

  • 35 C. Herrmann, Geheimkrieg…, op. cit., p. 91.

50Des échos de la révolution russe parvinrent aux oreilles des soldats, des échos de la mutinerie des marins dans le port de Kiel, sur la Baltique ; d’autres évoquaient les avancées de la propagande pro-révolutionnaire notamment à Berlin, mais aussi à Cologne, Leipzig, Munich. Selon certains journaux allemands relayés par la Gazette des Ardennes, les Anglais se seraient installés à Calais et auraient loué le département du Pas-de-Calais pour quatre-vingt-dix-neuf ans ! Où se situait donc l’ennemi des Français ? demandait la Gazette des Ardennes ? Certainement pas du côté allemand ! L’ennemi allemand souhaitait la paix alors que l’ami anglais occupait les côtes de la Manche. Si les Français et les Allemands s’unissaient, ils pourraient conquérir le monde35 Les rumeurs les plus fantaisistes circulaient pour déstabiliser les habitants des pays occupés.

  • 36 Friedrich Felger « Frontpropaganda bei Freund und Feind » (Propagande sur le front chez nos amis e (...)

51En janvier 1918, environ un million de tracts en français furent largués par ballons sur le Nord de la France et la Belgique, incitant la population à tenir coûte que coûte et les Allemands reconnaissaient la supériorité de ce type de propagande ennemie36, eux qui ne se décidèrent qu’en automne 1918 à larguer des tracts sur leurs propres troupes :

« L’ennemi est à bout de souffle, tenez bon. ! Ne vous laissez pas influencer par le défaitisme de la population civile, par la propagande des pacifistes ! Des forces secrètes veulent tuer l’armée allemande, nous saurons leur résister ! »

  • 37 C. Herrmann, Geheimkrieg…, op. cit., p. 186-198.

52Mais depuis l’été 1918 jusqu’à l’Armistice, le nombre de déserteurs allemands en France et en Belgique ne cessait d’augmenter pour atteindre environ 30000 avant l’Armistice, chiffre certainement exact, puisqu’il est donné par les Allemands eux-mêmes !37.

Conclusion

53Faire le bilan des résultats obtenus par le contre-espionnage allemand est difficile puisque les Allemands affichèrent une certaine satisfaction de leur travail : ses services affirment avoir démasqué 410 agents alors qu’ils ne disposaient que 1 130 hommes, contrairement aux Anglais qui disposaient de 6000 agents dans les mêmes services.

54Hans Helm regrette l’échec du contre-espionnage allemand sur le plan économique : le ministère des Affaires étrangères avait créé un service de renseignements politique dont les résultats furent minimes. De son côté, le général Cockerill, chef du Service de Renseignements britannique a fait l’éloge du renseignement économique qui a largement contribué à paralyser le trafic des marchandises par voie maritime.

55C’est dans les années 1920 que furent solidement structurées des sections de contre-espionnage au sein du département des statistiques, sections intégrées au ministère des Armées et orientées vers la préparation d’actes de sabotage et d’espionnage. En 1928, elles prirent de l’extension et devinrent un département pour le contre-espionnage au ministère de la Guerre le Reichswehr-puis Reichskriegsministerium.

56Depuis cette époque, les centres de formation d’un personnel spécialisé dans les Services du renseignement se sont multipliés et diversifiés jusque dans les années 1930.

Notes

1 Werner Berg, pseudonyme d’un ancien commissaire de la police militaire allemande (Geheime Feldpolizei) en Belgique : « Interessante Fälle aus der Arbeit der Geheimen Feldpolizei » (« Quelques cas intéressants dans le travail de la police militaire allemande ») dans Was wir vom Weltkrieg nicht wissen (Ce que nous ignorons de la Grande Guerre) éd. par Friedrich Felger, Berlin, Leipzig, 1919, p. 105

2 Walter Nicolai, « Einblicke in den Nachrichtendienst der Feindstaaten im Bereich der Mittelmächte » (« Regards sur le Service de Renseignements des pays ennemis en Europe centrale »), dans Was wir vom Weltkrieg…, op. cit., p. 118-126. Voir aussi : Vorsicht ! Feind hört mit ! Eine Geschichte der Weltkriegs-und Nachrichtenspionage (« Attention ! Des oreilles ennemies vous écoutent ! Une histoire de l’espionnage et du Service de Renseignements dans la Grande Guerre ») Éd. par Hans Henning Freiherr Grote, Berlin, 1930, p. 56

3 H. H. Freiherr Grote, Vorsicht ! Feind hört mit…, op. cit., p. 54

4 Rapport sur l’organisation et le fonctionnement du centre d’espionnage d’Anvers No 639/SR, rapport non signé. du 7 septembre 1915, GQG, 4e bureau. Fonds Vanheeckhoet. Historial de Péronne

5 Heinrich Binder, Was wir als Kriegsberichterstatter nicht sagen durften (Ce que nous, les correspondants de guerre, n’avions pas le droit de dire), München, 1919, p. 10

6 Walter Nicolai, « Einblicke in den Nachrichtendienst der Feindstaaten im Bereich der Mittelmächte » dans Was wir vom Weltkrieg…, op. cit., p. 118-126

7 Irene Strenge, Spa im Ersten Weltkrieg, Würzburg, 2007, p. 30-35.

8 Carl Herrmann, Geheimkrieg. Dokumente und Untersuchungen eines Polizeichefs an der Westfront (Guerre secrète. Documents et enquêtes d’un chef de la police sur le front Ouest), Hamburg, Hanseatische Verlagsanstalt, 1930, p 9 et 152.

9 C. Herrmann, Geheimkrieg…, op. cit., p. 60.

10 H. H. Freiherr Grote, Vorsicht !.., op. cit., p. 65.

11 Voir à ce sujet Lode Wlls, Flamenpolitik et Activisme cité par Laurence van Ypersele, Dossier : Sorties de guerre au XXe siècle, note 13.

12 État-Major Général, 2e Bureau – S.R., No 1.600/S.R. BELGIQUE. « Notes sur les mesures de surveillance et de protection à la frontière, les communications intérieures et les mesures de contre-espionnage » 14 décembre 1915 – Fonds Vaneeckhoet, Historial de Péronne.

13 Jaime Mir, Mémoires d’un condamné à mort, Paris, Plon, 1925, p. 106-107.

14 Service central de police A., Bruxelles, Gouvernement général allemand en Belgique, No 1701, en date du 17 mars 1916, dans C. Herrmann, Geheimkrieg…, op. cit., p. 131.

15 Henri Binder, Espionnage et contre-espionnage à Bruxelles, 1914-1918, Paris, Payot, 1935, p. 16.

16 H Binder, Espionnage et…, op. cit., p. 17.

17 H Binder, Espionnage et…, op. cit., p. 17.

18 Commandant Carl von Roeder « Vom verhängnisvollen Einfluss der Sabotageakte auf die Kriegführung » (« De l’influence funeste des actes de sabotage sur la conduite de la guerre ») dans Was wir vom Weltkrieg…, op. cit., p. 150.

19 Voir la contribution d’Olivier Lahaie, « L’action des réseaux alliés de surveillance du trafic ferroviaire en Belgique et dans le Nord de la France (1914-1918) » dans ce même volume.

20 État-Major général – 2e Bureau – S.R. No 1.600/S.R. Belgique, op. cit., p. 6.

21 État-Major général – 2e Bureau – S.R., op. cit., p. 7. Ces propos sont soulignés dans le texte original.

22 J. Mir, Mémoires d’un condamné…, op. cit., p. 117-118.

23 Laurence van Ypersele, « Au nom de la Patrie ! À mort les traîtres ! La répression des inciviques belges de 1914 à 1918 » dans le dossier Sorties de guerre au XXe siècle, coordination, Bruno Cabanes et Guillaume Piketty, Histoire@ Politique no 03, p. 2

24 J. Mir, Mémoires d’un condamné…, op. cit., p. 132-238. La citation se trouve p. 156.

25 Transféré en Allemagne dans une fabrique de pantoufles, il y apprit le véritable nom de « 55 T ». Il fut libéré en décembre 1918.

26 Journal La Meuse de Liège du 12 juin 1921, cité par Jaime Mir dans Mémoires d’un condamné…, op. cit., p. 257.

27 Voir à ce sujet « La répression de l’incivisme en Belgique au travers de la presse bruxelloise francophone et des procès de la Cour d’assises du Brabant (1918-1922) » dans Imaginaires de guerre, textes réunis par Laurence van Ypersele, Actes du colloque à Louvain-la-Neuve, 3-5 mai 2001, coll. Transversalités No 3, Paris/Louvain-la-Neuve, 2003, p. 296.

28 L. van Ypersele, « Au nom de la Patrie !.. », op. cit., notes 20 et 21, p. 7.

29 L. van Ypersele, « Au nom de la Patrie !.. », op. cit., p. 4. L’auteur cite deux accusés Pieter Tack et Émile Dumont qui ont épousé des femmes allemandes, ainsi que les frères Hutt, descendant d’Allemands.

30 Hansi et E. Tonnelat, À travers les lignes ennemies, Paris, 1922, p. 16.

31 Voir p. 5.

32 C. Herrmann, Geheimkrieg…, op. cit., p. 28-29.

33 C. Herrmann, Geheimkrieg…, op. cit., p. 32-79.

34 C. Herrmann, Geheimkrieg…, op. cit., p. 42-45.

35 C. Herrmann, Geheimkrieg…, op. cit., p. 91.

36 Friedrich Felger « Frontpropaganda bei Freund und Feind » (Propagande sur le front chez nos amis et nos ennemis) dans Was wir vom Weltkrieg…, op. cit., p. 509-516.

37 C. Herrmann, Geheimkrieg…, op. cit., p. 186-198.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search