Version classiqueVersion mobile

La Résistance en France et en Belgique occupées (1914-1918)

 | 
Robert Vandenbussche

La guerre secrète des résistantes et espionnes françaises et belges en 1914-1918 ?

Chantal Antier

Texte intégral

1Pour comparer, une définition des deux rôles s’impose en confrontant les témoignages et les actions des unes et des autres soit en pays occupé soit en pays en guerre mais libre. En 1914, le concept de résistance n’a qu’une valeur d’opposition et la direction de l’espionnage passe en temps de guerre au GQG [Grand Quartier Général] qui, dans chaque pays, se voit contraint par manque d’hommes envoyés au front, de recruter de nombreuses femmes. Cette initiative marque un début de réorganisation des Services de Renseignements et des missions nouvelles. Selon une définition de dictionnaire, le résistant est celui qui s’oppose aux forces ennemies. Son attitude n’est pas précisée, elle peut donc être passive, morale ou active. Par contre, l’espion ou l’espionne doit surveiller clandestinement un pays ennemi dans le but de lui nuire. L’espionnage devient une nouvelle arme utilisée contre l’ennemi.

  • 1 Commandant Gusthal, La Guerre est là, édit. 1933, p. 36.

2La résistance en 14-18 est le plus souvent une affaire individuelle qui mène à des actes visibles ou clandestins de rébellion contre l’occupant, parce qu’il entrave la liberté de chacun et ruine les intérêts du pays par ses exactions. Au contraire, l’espionnage ne s’improvise pas ; il dépend d’un recrutement par des services secrets qui organisent des missions spécifiques et contrôlent les résultats. L’espionnage peut revêtir deux formes différentes. Être agent de renseignement dans un pays occupé pour fournir des renseignements à son pays d’origine ou agent double avec une mission plus complexe, tromper l’adversaire pour recueillir auprès de lui des renseignements militaires et économiques à transmettre à son pays d’origine. Mais la typologie des espionnes est difficile à établir et la relation avec leurs agents recruteurs souvent ambiguë. Le commandant Gusthal n’hésite pas à dire : « Si en France, on n’employa jamais les femmes que contraints et forcés, et avec une instinctive défiance, c’est que nous avons toujours considéré que leur cœur, leurs nerfs, leurs sens, les empêchaient de jouer jusqu’au bout le rôle ingrat d’espionne »1. Cette affirmation est partagée par de nombreux officiers des services secrets.

  • 2 Cette affirmation de Walthère Dewé, ancien espion belge est citée par L. van Ypersele, E. Debruyne (...)

3Pour les Belges, les femmes trouvent leur place parce que la plupart coopèrent avec leurs maris : « L’espionnage n’était pas la guerre des femmes mais la guerre des familles »2. Cela n’empêchera pas des femmes de prendre des responsabilités à l’intérieur des réseaux en raison des arrestations des hommes.

  • 3 E. Deeruyne, La Résistance au quotidien, op. cit., p. 17.

4En 1914, la résistance diffère des guerres précédentes par son ampleur. Pour la Belgique « La résistance morale traduit le refus en pays occupé de se plier à la volonté de l’occupant […]. Toutefois l’absence de mot ne signifie pas pour autant l’absence de réalité »3. Plusieurs paramètres entrent dans cette évaluation de la résistance et de son évolution entre 14 et 18 : la situation politique des pays concernés, les différents moyens employés, le jugement et la réaction de l’ennemi face à cette forme d’opposition. L’évolution des formes de résistance permet-elle de dire qu’elle est généralement un stade préliminaire au rôle d’espion ou d’espionne ?

  • 4 L. Van Ypersele, E. Debruyne, De la guerre de l’ombre aux ombres de la guerre, édit. Labor, 2004.

5Laurence van Ypersele, Emmanuel Debruyne ou Annette Becker, d’après les témoignages et les questionnaires recueillis pensent que les deux rôles peuvent parfois se superposer car les civils sont très présents dans les pays occupés. « L’implication croissante des civils dans la guerre contribuera à brouiller la distinction entre combattants et non combattants et la nécessité de disposer de renseignements sur l’ennemi pour déjouer ses plans et en triompher, affirmera la nécessité de recourir à l’espionnage »4.

6Mais le résistant peut aussi en rester au premier stade et refuser les sollicitations pour un engagement dont les condamnations pour trahison, en cas d’arrestation, sont sans appel d’après le code de la justice militaire du temps de guerre mais varient en fonction des actes reprochés, trahisons ou seulement complicités. Louise de Bettignies est condamnée à mort pour trahison, peine qui sera commuée en prison, sa compagne Léonie Vanhoutte autant impliquée qu’elle, bénéficie du doute de complicité et n’est condamnée qu’à la prison. C’est le cas de bien d’autres femmes qui ont participé aux activités d’Édith Cavell en Belgique et qui ont connu la prison, plutôt comme résistantes que comme espionnes.

7Convaincre une résistante à s’engager dans l’espionnage est difficile. Avant la peur des condamnations par l’ennemi, existe la peur des condamnations de l’opinion publique et le manque de considération pour un rôle jugé immoral plus encore pour une femme :

  • 5 E. Debruyne, J. Pasternotre, La Résistance au quotidien, op. cit., p. 21.

« Il n’est pas toujours facile de convaincre quelqu’un fut-il un ardent patriote de s’adonner à une activité à l’époque aussi déconsidérée que l’espionnage »5. L’éducation des femmes ne les a pas préparées à accepter un tel rôle dévalorisé en Belgique, en France et dans les pays alliés et peu encouragé par les féministes.

  • 6 E. Merchie, Un patriote liégeois, Dieudonné Lambrecht, Collection des Annales patriotiques, 6, 192 (...)

« Pour beaucoup le mot espionnage évoque une idée péjorative […] Cette prévention doit-elle être justifiée lorsqu’il s’agit de citoyens injustement attaqués, prisonniers dans leur propre territoire, qui, par les seuls moyens dont ils disposent cherchent à coopérer à la défense commune du droit et de la liberté ? Et n’est-il pas plus juste de les considérer comme des soldats en mission chez l’ennemi, soldats sans uniformes, à la vérité mais voués spontanément à la même cause et à certains égards aussi indispensables »6.

Résister en Belgique

  • 7 M-R. Thielmans, « Le roi Albert, la paix et la conduite de la guerre de nov. 1915 à février 1916 » (...)
  • 8 ANF, Fonds privé Greffulhe, Association par la comtesse Greffulhe sœur d’une demoiselle d’honneur (...)

8On pourrait penser que la résistance s’opère de la même manière dans toutes les régions envahies, mais la situation politique et militaire est différente en Belgique et dans le Nord occupé. En Belgique, Albert Ier, le Roi-Chevalier et la reine continuent à vivre sur le sol de leur pays à La Panne. Tous deux soutiennent la résistance de l’intérieur et les combats de leurs troupes d’abord en Belgique puis à l’extérieur aux côtés des Alliés. Cette présence est rassurante pour la population même si elle n’empêche pas les représailles allemandes. Deux autres raisons soutiennent le patriotisme des Belges : les efforts diplomatiques d’Albert Ier pour négocier la libération de la Belgique tout au long de la guerre7 et la présence de son gouvernement en exil à Sainte Adresse. L’accueil officiel en France s’appuie sur plusieurs associations dont l’Union nationale de la Belgique et des pays alliés fondée par la comtesse Greffulhe (belge d’origine) organisant dans son château de Seine-et-Marne un accueil de réfugiés et de blessés belges et une aide financière grâce à des concerts et des fêtes donnés à Paris, au bénéfice de tous ces exilés8.

9En Belgique comment résiste-t-on à l’invasion et aux exactions allemandes ?

  • 9 L. van Ypersele, E. Debruyne, op. cit, p. 15.

« La majeure partie de la population vit dans une atmosphère de patriotisme fervent mais discret qui a pour conséquence de limiter au strict minimum toute forme de coopération avec l’occupant »9. Le rôle du bourgmestre de Bruxelles, Max, une des premières figures de la résistance, est si opposé aux Allemands qu’il est rapidement déporté en Allemagne. Le cardinal Mercier, qui jouit d’une grande autorité, incite ouvertement à la résistance dans son homélie de Noël 1914 dont le titre Patriotisme et endurance est un appel déguisé à la résistance. La variété des actes de résistance se multiplie, depuis cacher ses biens contre les réquisitions, refuser de travailler pour l’ennemi, accepter de rester sur place au lieu de se joindre aux mouvements d’exode ou d’accepter une évacuation.

  • 10 K. Celis, A. Godfroid, Femmes et guerres, XVIe-XXe siècle, Dossier de l’Exposition des Archives gé (...)
  • 11 E. Debruyne, J. Pasternotre, La résistance au quotidien, op. cit., p. 46.

10Mais, la résistance, passive ou morale, ne se maintient pas longtemps ; la résistance active s’opère très vite au service du pays : Établissement d’une liaison par courrier entre Belges restés au pays, réfugiés et soldats qui se battent avec les forces alliées grâce à l’association du Mot du Soldat, soutenue par le roi ; distributions de journaux prohibés comme la Libre Belgique qui échappe à la censure ; surveillance des transports de troupes allemandes par trains, 24 heures sur 24, et constitution de fiches, obligeant parfois les familles à changer de logement pour être au plus près des bases militaires et des gares10. Cette forme de résistance a des conséquences tragiques que beaucoup connaîtront, peines de prison en famille plus ou moins longues à Saint-Gilles à Bruxelles mais également déportation pour travailler en Allemagne, d’où des hésitations et des refus bien compréhensibles. Un patriote comme Herman Capiau est un exemple significatif de résistant. Ingénieur des Mines, parlant anglais et allemand, il tente d’abord de se servir de ses facilités pour obtenir des renseignements mais après l’occupation de la Belgique, il passe à la résistance active en aidant les soldats britanniques restés en arrière des lignes, à passer aux Pays-Bas. Il se trouve ainsi en contact avec la filière d’Édith Cavell. Arrêté il sera déporté en camp allemand jusqu’à l’armistice au lieu d’être fusillé comme cinq autres de ses complices, dont Édith Cavell11. Les condamnations à mort ou à la déportation touchent autant les résistants que les espions. Le jugement est plus sévère pour le meneur si plusieurs personnes sont arrêtées en même temps, l’aspect collectif inquiète la police allemande.

Résister au Nord de la France

  • 12 A. Becker, Les oubliés de la Grande Guerre, Édit. Pluriel, p. 29-30.
  • 13 A. Guinotte, La pension des veuves civiles dans les Ardennes, Paris I-Sorbonne, Master 1, 2009.

11Les départements du nord de la France connaissent une situation différente de celle de la Belgique ; ils sont rapidement en dehors de la juridiction française et les autorités civiles sont placées sous une pression constante du fait de l’occupation. Après un exode pour certains, une grande partie de la population se retrouve prisonnière sur son propre sol, dépendant entièrement des autorités allemandes. De la fin août 1914 jusqu’au début d’octobre 1918, les civils se sentent « coupés de la France », bien plus de la France en guerre, les habitants du Nord découvrent jour après jour un sort où les duretés inhérentes à la guerre, se mêlent aux brutalités morales et physiques »12. Les Carnets de guerre sont explicites. Les nouvelles ne parviennent pas ou très difficilement même si les habitants bénéficient parfois du journal La Libre Belgique, contrecarrée très vite par la Gazette des Ardennes pro-allemande. Pour certaines familles, il faudra deux ans pour apprendre la mort de leurs proches sur le front français13.

  • 14 Lettre de Louise de Bettignies le 25 juin 1916 à son frère à Ornans. Document de la famille de Bet (...)

12La résistance à l’occupation ne dépend que d’eux-mêmes et de l’aide des ecclésiastiques qui les soutiennent, ils peuvent difficilement se rendre en Belgique où ils pourraient se joindre à la résistance ; il faut des autorisations et des visas pour se déplacer. La zone d’Étapes de Froyennes-Tournai est une véritable plaque tournante très surveillée, par les Allemands ; la Lilloise et espionne Louise de Bettignies y est arrêtée en 191514.

13Les jeunes Français ne peuvent plus partir servir la France au front. Ils se sentent oubliés et humiliés, la guerre continue sans eux. Comme Mgr Mercier, l’évêque de Lille Mgr Charost défend auprès des autorités militaires allemandes les jeunes dirigés volontairement à proximité de la ligne de feu, sa lettre du 26 juin 1917 en témoigne :

  • 15 ADN, 9, R816, Document cité par J.-F. Condette, Colloque de Bondues, janvier 2010.

« Les familles dont les fils sont au front ont la fierté de penser qu’ils servent leur pays. S’ils meurent, ils meurent pour lui, les armes à la main, Les familles dont les fils sont en captivité ont la consolation de les avoir sauvegardés. Nos familles du Nord ne connaissent du sacrifice subi que l’amertume, leurs fils sont à la fois captifs et sous le feu. S’ils meurent, ils meurent désarmés et au service de l’ennemi, soit par suite de privations […] soit sous les coups de leurs compatriotes ou de leurs alliés »15.

  • 16 ADN, 9R735 et 515, documents XIII et XIV cités par J.-F. Condette, Colloque de Bondues.
  • 17 A. Becker, Les oubliés de la Grande Guerre, op. cit., p. 59.

14Les maires tentent de s’opposer aux réquisitions forcées de main d’œuvre d’autant plus que les travaux derrière le front entraînent blessures ou mutilations et que cela touche des hommes de 56 ans et des enfants de 15 ans16. Ces violations des Conventions internationales invoquées de nombreuses fois, ne modifient guère la politique allemande jusqu’à ce que l’opinion internationale ne s’émeuve et tente d’atténuer le sort des civils. Mais la résistance coûte cher particulièrement aux femmes, comme les quelques témoignages le montrent. Elles subissent les outrages, les déportations et les emprisonnements. En refusant de fabriquer des sacs prévus pour être remplis de sable et protéger les soldats allemands dans les tranchées, des femmes d’Halluin sont prises en otages. Le maire, malgré ses protestations, doit leur ordonner de fabriquer au moins cinq sacs chacune pour obtenir de sortir de prison17.

  • 18 M. Debersée, « Angèle Lecat, héroïne pévèloise de la grande Guerre à Rumegies », Revue du Service (...)

15Les transferts et la cache de soldats alliés sont pratiqués en 1918, comme le fait parmi d’autres, Angèle Lecat, originaire de Rumegies. Dénoncée pour avoir caché des aviateurs anglais et accusée d’espionnage à cause de l’utilisation de pigeons voyageurs, elle est condamnée à mort le 2 février 191818.

  • 19 A. Becker, Les oubliés de la Grande Guerre, op. cit., p. 306.

16La France occupée, isolée, a payé un lourd tribut à la guerre. Ses habitants considérés comme des ennemis dont les proches mobilisés combattent les Allemands doivent par représailles travailler au service de l’Allemagne, sans aucune exclusion. Est-on conscient en France de la vie et de la résistance des Français du nord ? Pour la première fois, leur existence est rappelée officiellement en 1917 lors d’une réunion de la Ligue des Droits de l’Homme au Trocadéro à Paris sous l’égide du député Ferdinand Buisson. Il s’agit d’alerter « la masse de la nation, de dénoncer la souffrance de nos frères du Nord et de la Belgique et encourager à résister à cette violence de la déportation des civils »19 indiquant par là que la résistance doit se manifester aussi dans les pays libres pour s’opposer à la vindicte allemande.

Résistantes ou espionnes ?

  • 20 L. van Ypersele, E. Debruyne, De la guerre de l’ombre, op. cit., p. 15.

17Quand l’historien étudie les actions de ces hommes et de ces femmes, il se trouve devant la difficulté d’en reconnaître les limites et la typologie. « Cependant, certains citoyens ne se contentent pas de cette résistance passive. Ils tentent de favoriser directement les forces armées alliées en se lançant dans des activités en marge des lois de la guerre. C’est ainsi que pendant quatre ans, plusieurs milliers de civils vont risquer leur vie pour fournir aux alliés des informations sur la situation des Allemands en Belgique et dans le nord de la France »20.

  • 21 Revue Lectures pour tous, Livre d’or de la bravoure féminine, 7 novembre 1916, p. 600-603.

18Pauline Carton de Wiart et Édith Cavell sont connues et admirées comme des résistantes. Leurs noms, leur sort et leur courage sont cités dans la revue française Le livre d’or de la bravoure féminine en 1916 et sont décrits dans de nombreux journaux étrangers. Le récit de la vie de Madame Carton de Wiart à Bruxelles, femme du ministre belge de la Justice parti avec le gouvernement à Sainte Adresse, montre plusieurs aspects de la résistance, aide aux civils belges dans la misère, transfert de nouvelles de France grâce à son mari, participation au passage de soldats alliés vers les Pays-Bas. Madame Carton de Wiart est arrêtée et transférée dans une prison de Berlin avant de se voir bannir de la Belgique et de rentrer en France avec ses enfants, grâce au concours du pape et de diplomates de pays neutres21.

  • 22 T. M. Proctor, Female intelligence, woman and espionnage in the first world War, N. Y University P (...)

19Édith Cavell, infirmière anglaise directrice d’un hôpital à Bruxelles, a fait passer aux Pays-Bas en 1914, de nombreux soldats anglais et français vrais ou faux blessés grâce à une filière dirigée par Philippe Baucq. Dénoncée comme Madame de Wiart, elle est la seule femme du groupe à être exécutée par les Allemands avec cinq compagnons jugés comme traîtres en octobre 1915. Ses compagnes considérées comme complices et pourtant dénoncées par elle, sont envoyées après jugement à la prison de Siegburg. La fin tragique d’Édith Cavell lui vaut d’être mondialement admirée comme héroïne et martyre : « Tous voulaient venger l’héroïne. La douce Édith n’avait pas voulu en vain que son sacrifice fût utile à sa patrie ». Mais elle est difficilement classée encore actuellement comme résistante ou espionne : « Elle ne fait pas du renseignement. Elle n’est pas accusée d’espionnage mais de recrutement »22. Elle a recruté beaucoup de ses connaissances pour aider au transfert de soldats, toutes paieront ces actes de la prison de Siegburg, depuis la comtesse Marie de Croÿ jusqu’à la Française, Louise Thulliez.

20L’exécution de cette femme augmente la haine envers l’occupant dans le monde entier et surtout en Angleterre, où la propagande s’empare de ce fait pour pousser les jeunes Anglais à s’engager dans l’armée. Cette image de martyre et l’indignation causée, ont certainement joué aussi sur la propagande des agents recruteurs des Services secrets pour encourager des femmes à accepter un rôle d’espionne, en se vengeant de l’assassinat barbare d’une femme qui travaillait aussi pour les blessés allemands.

Espionner en pays occupé

  • 23 E. Debruyne, La Résistance au quotidien, édit. Racine, 2009, p. 39.

21Ce jugement fait prendre conscience de l’ambiguïté des actes posés et du danger à les exercer. Marthe Mc Kenna-Cnocknaert, espionne à Roulers, a la même répugnance, dit-elle, pour ce rôle mais elle accepte par patriotisme. Beaucoup se réclament de ce sentiment ou de sentiments religieux pour s’engager. En 1916, les arrestations se multiplient, ce qui conduit les services de renseignement le plus souvent britanniques postés aux Pays-Bas, à créer des réseaux qui deviennent plus opaques et protègent ainsi les espions et les renseignements. C’est le cas du réseau de la Dame Blanche. Du fait de son organisation presque militaire, il compte le moins d’arrestations. En 1918, près de 300 réseaux couvrent la Belgique. Les femmes y sont de plus en plus nombreuses, un agent sur quatre23 ; plusieurs en prennent la tête au péril de leur vie. Les fiches de renseignement de plus en plus précises et portées par des espions et des espionnes hors des frontières, permettent d’indiquer aux services secrets les cibles ennemies à bombarder, l’état du moral des soldats allemands et les progrès de leur armement.

  • 24 ANB/Biographies nationales, tome XLIII, cote 1983-84.
  • 25 E. Gubin, « Les femmes dans la ‘‘résistance civile’’ en 1914-1918 ». Actes du Colloque internation (...)
  • 26 Archives des services patriotiques du Royaume, Dossier D131, rapport du service Ramble, certifié c (...)

22Parmi ces femmes, le plus souvent polyglottes et de familles aristocratiques, le recrutement se fait par un agent qui fait signer un engagement transmis aux services secrets belges ou britanniques. Parmi elles, se rencontrent des Françaises du nord de la France et de nombreuses Belges comme l’héroïne nationale, Gabrielle Petit fusillée, en 1916, pour avoir transmis des renseignements sous le couvert de son travail à la Cereal Company24 ou les sœurs Tandel, emprisonnées puis libérées et dirigeant le réseau de la Dame Blanche25. La Lilloise Louise de Bettignies crée à la demande du major Cameron, le réseau Ramble en 1915 dont le rôle est de recruter des surveillants tout au long d’une ligne Lille, Courtrai, Gand, Terneuzen, Mouscron, Bruxelles ou Anvers et de lui rapporter les informations pour qu’elle les transfère au major Cameron des services secrets britanniques aux Pays-Bas. Après son arrestation, les quarante indicateurs recrutés passent sous les ordres du réseau Biscop26. Ce renouvellement continuel des réseaux, le passage de résistants de l’un à l’autre ou de plusieurs en même temps, leur extension sur tout le territoire, rendent difficiles les recherches de la police allemande.

  • 27 M. Mc Kenna-Cocknaert, Souvenirs d’une espionne, édit. Payot, 1933. p. 1 et sq. ; Préface de W. Ch (...)

23Marthe Cocknaert, avant d’être découverte et condamnée à la prison par les Allemands, reçoit la Croix de Fer en reconnaissance de ses services auprès des blessés allemands, ce qui lui vaut d’être accusée d’avoir collaboré avec les Allemands ou joué un rôle d’agent double. Pour combattre ces insinuations perfides, elle publie ses Mémoires ou Souvenirs d’espionne en 193327, la préface de Winston Churchill veut la laver de tout soupçon. Pourtant des documents récents laissent en suspens des questions sur son rôle véritable. Cette méfiance se fait sentir après la guerre à propos de la plupart des souvenirs et des mémoires des espionnes suspectées d’embellir leurs actions pour se valoriser, obtenir l’admiration et la reconnaissance des autorités militaires et montrer leur fidélité à la patrie à une opinion publique peu réceptive depuis l’affaire Mata-Hari.

Agents doubles en France libre

24Les services secrets de la France agissent différemment. Ils ne créent pas de réseaux, assurent un recrutement personnel sur recommandation, ne donnent aucune formation préalable ou un minimum pour apprendre la manière de transférer des documents. L’agent est sous la surveillance du capitaine recruteur, le capitaine Ladoux. Les missions confiées se passent à l’extérieur de la France dans les pays neutres, la Suisse, l’Espagne ou même parfois en Allemagne. Les buts du G.Q.G. dans une guerre qui dure sont de déterminer l’évolution de la stratégie allemande, les progrès de l’armement ennemi (sous-marins, avions), le développement des communications, l’état des relations des Allemands avec les pays neutres sur le plan économique ou militaire, l’extension éventuelle de leur influence. Enfin il s’agit de découvrir le contre-espionnage allemand en France, surtout à partir de 1917.

25En suivant le recrutement des espionnes au long de la guerre, leur typologie n’est pas facile à établir et doit être nuancée. Apparemment les services secrets ne cherchent pas forcément des femmes très éduquées. Elles sont parfois recrutées dans des classes laborieuses il s’agit d’agents fixes placés dans un secteur, d’espionne occasionnelle fixée sur une seule opération. Les prostituées constituent un vivier important, sur lequel la police peut exercer un chantage. Elles reçoivent protection de la police contre des renseignements glanés dans les gares et les hôtels.

Quelques espionnes françaises connues pour services rendus

  • 28 SHD Vincennes, Témoignage du général Gamelin, 6 janvier 1956.

26Les Parisiens ont été surpris d’apprendre qu’une danseuse et chanteuse de music-hall comme Mistinguett connue dans toute l’Europe et dont on ne se méfie guère, est recrutée et qu’elle a été en contact avec ses anciens amants comme le roi d’Espagne et un ami prussien, le prince de Hoenlohe. Elle obtient, lors d’ébats amoureux des renseignements fort importants jusqu’en 1918, ce qui a été confirmé à sa mort par le général Gamelin28.

  • 29 M. Richard, Mon destin de femme, édit. de France, 1974, p. 110.

27Par ailleurs, pour des missions à hauts risques il est nécessaire d’être polyglotte et inconnue. Marthe Richer, aviatrice civile disposant de ce fait, d’un réseau important de connaissances en Europe, est envoyée à Madrid, Mathilde Lebrun est renvoyée à Metz. La rencontre de Marthe Richer, annoncée par un de ses amis, lui-même espion, avec le capitaine Ladoux montre comment se fait le recrutement : « Je vous sais courageuse, sportive intelligente et patriote. Nous avons besoin de femmes comme vous »29. Il ne craint pas de les encourager à obtenir des renseignements en séduisant de hauts dignitaires et de taire leur connaissance de la langue allemande. Le capitaine Ladoux est très clair sur le point de la séduction, moyen spécifique des femmes pour obtenir des renseignements, comme il le dit à Mathilde Lebrun et à Marthe Richer.

  • 30 M. Richer, Ma vie d’espionne au service de la France, édit. de France, 1935, p. 139.

« Vous devez user de vos charmes. Pensez aux Poilus dans les tranchées ! »30

28Pour un agent double, les conséquences de ses actes sont aussi terribles que la plupart des espionnes. Si elles sont découvertes ou si elles tentent de tromper leurs commanditaires, les représailles allemandes et françaises peuvent aller jusqu’à l’exécution. L’exemple de Mata-Hari, considérée comme agent double en France et en Allemagne, fusillée en France en 1917 pour avoir trahi les deux pays en se faisant payer, frappe l’opinion publique et cette exécution reste une menace pour tout agent double.

29Marthe Richard, nom de code l’Alouette, apprend l’espagnol et, de Madrid, elle accompagne son amant le baron von Krohn en Suède, au Maroc, en Argentine. De là, elle rapporte des renseignements sur les nouveaux sous-marins allemands, l’importance du trafic de viande de bœuf et de céréales entre l’Argentine et l’Allemagne, enfin sur le le soutien financier et en munitions apporté par les Allemands aux tribus marocaines encore en dissidence, malgré l’action du général Lyautey.

  • 31 L. Daudet, Journal L’Action française, 1917.

30Mathilde Lebrun a un destin moins connu pour des raisons politiques. Après guerre, la préface de son livre est écrite par le directeur du journal L’Action française, Léon Daudet considéré avec méfiance parce qu’homme d’extrême droite31. Elle sert en apparence l’Allemagne, sous le nom de code R2 mais sert réellement la France sous le nom de code de Simone. Les services secrets français la chargent de passer les lignes allemandes et de s’installer à Metz dans une famille allemande pour s’occuper d’enfants. Elle doit localiser les dépôts de munitions, l’emplacement des batteries, la profondeur des lignes de tranchées, le numéro des régiments ennemis. Ce travail est un peu semblable à celui des espionnes belges sur leur territoire. L’Allemand qui l’accompagne ignore qu’elle connaît la langue.

  • 32 M. Lebrun, Mes treize missions, Édit. Fayard, 1920, p. 64-121-133
  • 33 L’Écho de Paris, 18-12-1926, Madame Lebrun, contre-espionne.

31Sa plus spectaculaire et courageuse intervention d’agent double est de découvrir, pour le capitaine Ladoux lors d’une mission confiée par le chef des services secrets allemands, Von Gebsattel, la situation réelle d’espionnes de Madame Gimeno-Sanchez, et de Félicie Pfaadt, toutes deux en prison en France mais qui n’ont rien avoué32. Elles travaillaient dans les ports de Nice et Toulon pour indiquer aux Allemands le départ des navires pour Salonique afin de les faire bombarder. L’intervention de Mathilde Lebrun est déterminante : « Elle flairait l’espion, le suivait à la trace, mordait à même comme le plus subtil des chiens de chasse […] »33. Se faisant passer pour complice de ces deux femmes elle obtient tous leurs renseignements. Cela permet de les faire condamner et fusiller par la justice militaire française. À la suite de ses interventions, elle devient indésirable en Allemagne où le doute s’est installé et de ce fait, la France évite de lui demander de nouveaux services.

32Bien que travaillant sans réseaux, les espionnes françaises sont cependant encadrées. Les plus connues ne connaissent pas la prison ou de condamnations. Leurs lieux d’espionnage sont beaucoup plus ouverts que ceux de la Belgique ou du nord de la France occupés, les villes neutres où fourmille une population interlope, très riche, facilite les relations et les moyens de se cacher.

Même combat et mêmes désillusions

33Toutes ces femmes belges et françaises revendiquent, à la fin de la guerre, l’importance de leur rôle quel que soit le pays auquel elles appartiennent et la manière dont elles l’ont assumé. Mais elles marquent toutes leur regret de n’avoir pas été considérées comme des combattantes. Mathilde Lebrun écrit dans la préface de son livre où elle avoue son amertume :

  • 34 M. Lebrun, Mes treize missions, édit. Fayard, 1920, p. 292.
  • 35 ANB/Biographies nationales, tome XLIII, cote 1983-1984.

« J’avais été espionne et non aventurière. Les espions de guerre ne sont pas assimilés aux combattants et cependant l’espionnage n’enrichit guère ceux qui par audace et dévouement, par amour d’un pays, s’y consacrèrent »34. Gabrielle Petit écrit avant son arrestation : « Je remplis la mission la plus belle que puisse rêver une femme en temps de guerre. Si je meurs en service, ce sera comme le soldat, la pensée au drapeau »35.

34Les espionnes belges ont la même amertume que les espionnes françaises, ne pas avoir été reconnues à l’égal des soldats malgré leur participation à la guerre et les promesses des Britanniques. Les honneurs ont été rendus à la plupart des femmes fusillées pour espionnage, rarement pour résistance, mais celles qui sont revenues éprouvées de la prison ou de la déportation, n’ont pas trouvé la considération de la plupart de leurs concitoyens. La lutte contre les traîtres en Belgique, la reconstruction dans les régions du Nord et le retour des exilées ou déportées, le désir d’oublier en France cette guerre meurtrière en se lançant dans les Années folles ont fait souvent oublier la place de ces femmes de toutes origines, résistantes ou espionnes, qui ont mené un combat semblable dans la solitude et les dangers, tendues vers un but commun, la victoire de leur patrie. Malgré ce retour à la vie normale, peu facile, certaines femmes reprendront du service lors de la Seconde Guerre Mondiale.

Notes

1 Commandant Gusthal, La Guerre est là, édit. 1933, p. 36.

2 Cette affirmation de Walthère Dewé, ancien espion belge est citée par L. van Ypersele, E. Debruyne, De la Guerre de l’ombre aux ombres de la guerre, édit. Labor, 2004, p. 75.

3 E. Deeruyne, La Résistance au quotidien, op. cit., p. 17.

4 L. Van Ypersele, E. Debruyne, De la guerre de l’ombre aux ombres de la guerre, édit. Labor, 2004.

5 E. Debruyne, J. Pasternotre, La Résistance au quotidien, op. cit., p. 21.

6 E. Merchie, Un patriote liégeois, Dieudonné Lambrecht, Collection des Annales patriotiques, 6, 1922, p. 7-8.

7 M-R. Thielmans, « Le roi Albert, la paix et la conduite de la guerre de nov. 1915 à février 1916 », dans Actes du Colloque militaire belge, Bruxelles, mars 1980, p. 230.

8 ANF, Fonds privé Greffulhe, Association par la comtesse Greffulhe sœur d’une demoiselle d’honneur de la reine Élisabeth.

9 L. van Ypersele, E. Debruyne, op. cit, p. 15.

10 K. Celis, A. Godfroid, Femmes et guerres, XVIe-XXe siècle, Dossier de l’Exposition des Archives générales du Royaume, Bruxelles, 1997, p. 50-54.

11 E. Debruyne, J. Pasternotre, La résistance au quotidien, op. cit., p. 46.

12 A. Becker, Les oubliés de la Grande Guerre, Édit. Pluriel, p. 29-30.

13 A. Guinotte, La pension des veuves civiles dans les Ardennes, Paris I-Sorbonne, Master 1, 2009.

14 Lettre de Louise de Bettignies le 25 juin 1916 à son frère à Ornans. Document de la famille de Bettignies.

15 ADN, 9, R816, Document cité par J.-F. Condette, Colloque de Bondues, janvier 2010.

16 ADN, 9R735 et 515, documents XIII et XIV cités par J.-F. Condette, Colloque de Bondues.

17 A. Becker, Les oubliés de la Grande Guerre, op. cit., p. 59.

18 M. Debersée, « Angèle Lecat, héroïne pévèloise de la grande Guerre à Rumegies », Revue du Service Historique du Pays pévèlois, 2003.

19 A. Becker, Les oubliés de la Grande Guerre, op. cit., p. 306.

20 L. van Ypersele, E. Debruyne, De la guerre de l’ombre, op. cit., p. 15.

21 Revue Lectures pour tous, Livre d’or de la bravoure féminine, 7 novembre 1916, p. 600-603.

22 T. M. Proctor, Female intelligence, woman and espionnage in the first world War, N. Y University Press, 2003, p. 70-75,

23 E. Debruyne, La Résistance au quotidien, édit. Racine, 2009, p. 39.

24 ANB/Biographies nationales, tome XLIII, cote 1983-84.

25 E. Gubin, « Les femmes dans la ‘‘résistance civile’’ en 1914-1918 ». Actes du Colloque international Une guerre totale ? La Belgique dans la Première Guerre mondiale, Bruxelles 2003, édit. 2005.

26 Archives des services patriotiques du Royaume, Dossier D131, rapport du service Ramble, certifié conforme, 3 juin 1922.

27 M. Mc Kenna-Cocknaert, Souvenirs d’une espionne, édit. Payot, 1933. p. 1 et sq. ; Préface de W. Churchill.

28 SHD Vincennes, Témoignage du général Gamelin, 6 janvier 1956.

29 M. Richard, Mon destin de femme, édit. de France, 1974, p. 110.

30 M. Richer, Ma vie d’espionne au service de la France, édit. de France, 1935, p. 139.

31 L. Daudet, Journal L’Action française, 1917.

32 M. Lebrun, Mes treize missions, Édit. Fayard, 1920, p. 64-121-133

33 L’Écho de Paris, 18-12-1926, Madame Lebrun, contre-espionne.

34 M. Lebrun, Mes treize missions, édit. Fayard, 1920, p. 292.

35 ANB/Biographies nationales, tome XLIII, cote 1983-1984.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search