Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance en France et en Belgique occupées (1914-1918)

 | 
Robert Vandenbussche

« Véridiques, antiprussiens et patriotes ». Les journaux prohibés en pays occupé. 1914-1918

Emmanuel Debruyne

Texte intégral

  • 1 P. Delandsheere, La Libre Belgique : histoire des origines de la Libre Belgique clandestine, Bruxe (...)

1Le phénomène de la presse clandestine est bien connu pour la Seconde Guerre mondiale, tant en Belgique qu’en France. Ces écrits si particuliers qui se jouaient de l’autorité allemande, étaient censés porter la voix fragile de ceux qui refusaient la défaite et la mainmise de l’ennemi sur leur pays. Une génération plus tôt, dans la Belgique de l’après-Grande Guerre, des écrits ont également fleuri pour commémorer l’aventure de ce qu’on appelait déjà la « presse clandestine » ou plus souvent les « journaux prohibés ». La Libre Belgique avait été de 1915 à 1918 le plus célèbre d’entre eux, et son aventure fut contée par plusieurs de ses animateurs peu après l’Armistice1. La success story de ce titre qui, malgré de sensibles évolutions, demeure aujourd’hui encore celui d’un des quotidiens de référence de la presse belge, ne résume pas à elle seule l’ensemble du phénomène. D’autres écrits ayant vocation de sortir périodiquement et d’échapper à la censure ont en effet fleuri dans les territoires occupés à l’Ouest par l’Allemagne. Quelle a été l’ampleur du phénomène ? Son évolution ? S’agissait-il à proprement parler d’une forme de « résistance » ? Quel était le propos de cette presse et, à travers lui, quelles missions entendait-elle assumer ? Et que nous dit-elle de la société occupée ?

  • 2 Nous tenons à remercier le CEGES, et plus particulièrement Jan Laplasse, de nous avoir communiqué (...)
  • 3 Fr. Hirsch, Les « soldats de la plume » : La presse clandestine en Belgique occupée pendant la Pre (...)

2En prenant pour base et en complétant les informations rassemblées par le CEGES sur la quasi-totalité des clandestins conservés, dans le cadre de numérisation de la presse des deux guerres, nous avons pu constituer une base de données permettant d’offrir une vision aussi complète que possible de cette production clandestine. La base de données ainsi créée nous a permis de compléter l’analyse qualitative « traditionnelle » du phénomène par une approche quantitative de la production clandestine2. Notre étude des thématiques abordées par ces journaux a également pu s’appuyer sur les analyses de l’excellent mémoire de fin d’étude réalisé il y a quelques années par François Hirsch3.

Nature et apparition des prohibés

  • 4 P. Van den Dungen, « Les milieux de presse bruxellois pendant la Grande Guerre », in Les cahiers d (...)

3En 1914, la presse écrite constituait le principal vecteur de diffusion d’informations parmi les masses, loin devant les actualités cinématographiques et, plus encore, la TSF, qui n’avaient pas encore connu l’essor qui serait le leur durant l’entre-deux-guerres. Dès le déclenchement du conflit, un système de censure se met en place chez les différents belligérants dans le but de s’assurer le contrôle des journaux, que s’arrache une population avide de nouvelles. L’arrivée des Allemands en Belgique et dans les départements du Nord change radicalement la donne pour la presse locale. Rares sont les journaux qui, comme le XXe siècle bruxellois, ont l’opportunité de se replier. Pour ceux qui restent, il faut choisir. Continuer à travailler en se soumettant à la censure allemande, ce qui équivaut à reconnaître l’autorité de l’occupant voire, pire encore, à servir ses intérêts ? Ou briser sa plume, et d’un même coup renoncer à informer ses concitoyens, et laisser ce soin à d’autres moins scrupuleux ? La plupart des journaux et des journalistes s’engagent rapidement dans la seconde voie. Désireux de disposer d’une presse aussi étendue que possible, pour diffuser ses ordonnances et, dans la mesure, du possible influencer l’opinion, l’occupant insiste auprès des responsables des journaux belges pour qu’ils relancent leurs rotatives. Face à ces requêtes, la section bruxelloise de l’Association de la Presse belge adopte en novembre 1914 une position intransigeante4 : la publication de périodiques sous la censure allemande est condamnée, au nom de la liberté de presse, garantie par la Constitution. La plupart des journaux belges et français du Nord cessent de paraître.

  • 5 Cl. Wallart, Le Nord en guerre. 1914-1918. Catalogue de l’exposition des Archives départementales (...)

4Cette situation constitue finalement une opportunité pour les autorités allemandes. Certes, la tentative de normalisation du paysage de la presse en pays occupé a essuyé un refus quasi général, et un système de censure a été mis en place pour les quelques organes de presse qui, comme L’Ami de l’Ordre à Namur, ont fait le pari de la subsistance. Toutefois, les occupants n’en restent pas là et entreprennent à l’automne 1914 de favoriser l’apparition de nouveaux quotidiens créés de toutes pièces, comme Le Bruxellois et La Belgique à Bruxelles, ou la Gazette des Ardennes à Charleville5. Qu’ils bénéficient d’une diffusion d’ampleur nationale comme Le Bruxellois et La Belgique, ou d’un rayonnement plus local, ces journaux délivrent une information journalière qui va dans le sens de l’occupant : les prouesses de l’armée allemande sont chantées, la justesse des mesures prises dans le gouvernement général louangé, et la félonie de la France et de la Grande-Bretagne dénoncée. Parallèlement à cette presse « autochtone », quelques journaux publiés dans des pays demeurés neutres restent en circulation. Le plus diffusé en Belgique est probablement le Nieuwe Rotterdamsche Courant hollandais, de tendance très germanophile.

  • 6 S. de Schaepdrijver, La Belgique et la première guerre mondiale, Bruxelles, Peter Lang, 2004, p. 1 (...)

5À vrai dire, la Politische Abteilung du gouvernement général souhaite aller plus loin et obtenir un soutien réel de la part d’une partie de la population. À partir de 1915, elle joue donc la carte flamande, et entreprend de soutenir ceux qui, au sein du mouvement flamand, entendent profiter de la présence allemande pour obtenir l’autonomie ou l’indépendance de la Flandre. Soutenus par l’occupant, des organes collaborationnistes vont commencer à s’en prendre ouvertement à l’identité belge, comme De Vlaamsche Post (rapidement surnommé « De Vlaamsche Pest »6) ou Het Vlaamsche Nieuws en Flandre, ou L’Avenir wallon au sud du pays. À partir de 1917, ces journaux se font les défenseurs de la scission administrative entreprise par l’occupant. Ils se heurtent à ce titre à l’opposition résolue d’autres titres collaborationnistes, comme La Belgique, qui se plaît à jouer la carte d’une certaine forme de patriotisme, et demeure attachée à un modèle belge unitaire. À vrai dire, ce débat d’idées ne dérange guère le pouvoir occupant, dont il sert au contraire les desseins en creusant le fossé entre francophones et Flamands. Cependant, en Wallonie plus encore qu’en Flandre, les journaux séparatistes ne touchent qu’une minorité de la population, généralement moins intéressée par son contenu idéologique que par certains types d’informations recherchées que l’occupant leur accorde de publier, comme la liste des prisonniers belges.

  • 7 J. Massart, La presse clandestine en Belgique occupée, Paris – Nancy, Berger – Levrault, 1917, p.  (...)

6Dans ce contexte où l’opinion publique est une arme de guerre et où, par conséquent, l’information est cadenassée, contrôlée et hyper-instrumentalisée, il n’est guère étonnant de la voir emprunter les canaux les plus souterrains. La rumeur, que ce soit sur le front, à l’arrière ou dans les territoires occupés, connaîtra durant la Grande Guerre un véritable âge d’or. Parallèlement à la rumeur et, en quelque sorte en réaction à elle, on assistera à la mise en circulation sur le marché noir d’écrits - journalistiques ou non – interdits de diffusion sur le territoire concerné, mais imprimés et mis en circulation librement en dehors de celui-ci. Durant les premières semaines de l’occupation, des journaux belges publiés hors de la zone d’occupation allemande, comme La Flandre libérale, de Gand, arrivent encore avec une certaine facilité à Bruxelles7. La stabilisation du front et le raffermissement de la mainmise allemande mettent bientôt fin à cette situation, mais des brochures et des journaux alliés, neutres, ou belges de l’exil, continuent à remplir sporadiquement ce rôle. On attend de ces pages imprimées qu’elles dissipent - ou parfois confirment - la rumeur vagabonde, et qu’ignorantes de la censure allemande, elles apportent la vérité, que l’on se plaît à imaginer fille de la liberté. D’autant que dans la vision manichéenne du conflit née de la culture de guerre, le camp du Bien est, par nature, aussi celui de la Vérité et, in fine, de la victoire. La vérité supposée se monnayant nettement plus cher que le mensonge soupçonné, cette presse se vend souvent à des sommes exorbitantes. Fin 1914, les journaux français se vendent au marché noir pour 2 ou 3 francs, et The Times pour 5 francs, et parfois beaucoup plus. Toutefois, ces publications, si précieuses et porteuses d’espoir soient-elle, ont pour défaut d’être difficiles à se procurer et ignorent la réalité vécue par les populations occupées, à qui elles ne s’adressent pas. C’est à combler ces lacunes que travailleront les prohibés, qui constitueront une presse faite par les occupés, pour les occupés, mais au nez des occupants.

  • 8 Nous les désignerons en général par le titre sous lequel ils sont le plus connus.

7Pour cerner le phénomène de la presse clandestine, il nous faut d’abord définir ce que nous entendons par « prohibés ». Seront considérés comme tels les écrits à vocation périodique élaborés et diffusés par des occupés en pays occupé, dirigés contre le pouvoir occupant et non soumis à sa censure. En sont par conséquent exclus les périodiques élaborés hors du pays occupé mais introduits clandestinement (comme Le Clairon du Roi) et les pamphlets uniques (mais pas ceux qui ont vocation périodique, comme Droogstoppel). Sont par contre repris les journaux qui, du seul fait des circonstances, n’ont sorti qu’un unique numéro, comme Le Journal de von Bissing. De même, nous avons considéré comme un unique périodique ceux qui, à l’image de L’Oiseau de France, ont changé de nom au cours de leur vie sans avoir pour autant fondamentalement changé de contenu, voir de forme8. À l’inverse, les rares prohibés existant en deux langues différentes (comme België Eenig et La Belgique unie) ont été considérés comme deux prohibés différents, du fait qu’ils s’adressaient à deux publics différents, et qu’ils pouvaient par conséquent adopter des tonalités particulières.

8Au total, nous avons dénombré 79 prohibés, bien que pour 25 d’entre eux, pas un seul numéro n’ait été conservé, ce qui implique que les informations dont nous disposons à leur sujet sont très lacunaires et uniquement de seconde main. Le travail de recensement a souvent été compliqué par les changements d’intitulé d’un même prohibé (9 différents pour L’Oiseau de France), ou l’existence de certains prohibés portant le même titre (La Vérité par exemple n’est pas unique !), ou des titres proches (il ne faut ainsi pas confondre Dernières Nouvelles et Les Dernières Nouvelles, ces dernières s’apparentant certes aux Dernières Nouvelles des Journaux étrangers, mais pas aux Dernières nouvelles de la Guerre !).

9L’apparition rapide de la presse clandestine s’explique dans un premier temps par le besoin de nouvelles qu’éprouve la population dès le début de l’occupation, à une heure où les opérations en cours sont encore celles de la guerre de mouvement, et où tout semble pouvoir encore basculer d’un jour à l’autre. Les premiers prohibés – qu’accompagnent une multitude de feuilles volantes sans nécessaire vocation périodique et aujourd’hui impossibles à identifier - remplissent pour l’essentiel un rôle d’information. Ils constituent une réponse quasi immédiate à la fermeture par les Allemands des vannes de l’information en provenance des pays neutres et alliés. Alors même qu’une logique purement commerciale aurait pu animer de telles entreprises, c’est avant tout le sentiment patriotique qui les meut, notamment dans sa dimension de solidarité nationale dans le partage de l’information, et qui explique la gratuité ou le prix de vente peu élevé de ces premières feuilles (notamment en comparaison de celui des journaux alliés vendus au marché noir). C’est ainsi qu’apparaît dès le 8 août 1914 à Hasselt La Vedette, premier prohibé belge, aujourd’hui perdu. Quinze jours plus tard, c’est autour d’un feuillet sans titre généralement baptisé le Bulletin, perdu lui aussi. Citons encore l’apparition à Bruxelles dès septembre 1914 de La Soupe, un journal très prolifique assurant pour l’essentiel la reproduction de déclarations publiques, notamment dans le domaine ô combien sensible du débat d’idées autour des responsabilités dans le déclenchement de la guerre et la manière dont elle a été menée. L’aventure de La Soupe durera un an ; elle parviendra jusqu’en septembre 1915 à sortir plus de 500 numéros, soit un peu plus d’un numéro par jour, rythme inouï qui fait probablement d’elle le prohibé le plus productif de la guerre. Au total, 17 prohibés font leur apparition avant la fin de l’année 1914.

  • 9 E. van Doren, op. cit., p. 20-25 ; L’histoire des « Droogstoppel » racontée par « Droogstoppel » m (...)
  • 10 Fidelis, op. cit., p. 31.

10Le mouvement se prolonge durant les premiers mois de 1915, toujours avec pour objectif de servir de caisse de résonance à la propagande alliée. À Louvain, la Revue hebdomadaire de la Presse française, devenue en 1917 la Revue de la Presse, sort son premier numéro le 3 février 1915. Elle offre en moyenne 18 pages à un rythme de 3 ou 4 numéros par mois, dans lesquelles sont essentiellement reproduits des extraits de journaux français (Le Temps, Le Figaro, etc.), mais aussi belges ou neutres, ainsi que quelques articles de son cru. La charnière des années 1914-1915 constitue d’ailleurs un réel tournant, grâce aux conséquences multiples de la pastorale Patriotisme et Endurance. Lue en chaire au mois de janvier, la lettre du cardinal Mercier relève le moral de la population et regonfle son patriotisme. En exprimant ouvertement et en organisant les sentiments éprouvés ou refoulés depuis le début de l’occupation, elle les réinscrit dans un mouvement collectif auquel chacun peut s’identifier. L’effet n’est pas seulement psychologique, mais aussi pratique. En effet, l’interdiction de la publication de la pastorale va engendrer bien malgré lui un mouvement spontané de diffusion clandestine de ce document. Cette mise en réseau d’abbés, d’imprimeurs et de distributeurs contribuera d’ailleurs à structurer les groupes à l’origine de clandestins comme La Libre Belgique à Bruxelles, et Droogstoppel à Anvers9. Une nouvelle génération de clandestins fait cependant son apparition au même moment. Il ne s’agit plus seulement de reproduire des articles de presse rédigés par d’autres en dehors des territoires occupés, mais bien de créer leur propre littérature, en faisant connaître et en commentant à l’intention de leurs codétenus les événements survenus dans cette prison à ciel ouvert que constitue selon eux le pays occupé. Dispensant une information plus originale et mieux ciblée, ces clandestins, dont le plus saillant n’est autre que La Libre Belgique, se constituent en quelque sorte en « presse d’opinion ». Comme l’écrira après la guerre un de ses rédacteurs : « Ne pouvant [se contenter d’]être une feuille d’informations, la Libre Belgique devait être un organe de combat. »10 Et ce combat est mené avant toute chose contre la presse censurée, ou « embochée », comme la qualifient la plupart des clandestins. À ces journaux travaillant à la démoralisation et à la soumission de la population occupée, les prohibés entendent s’opposer en faisant jaillir la lumière de la vérité des ténèbres où ils sont contraints d’évoluer. Cet antagonisme par rapport aux censurés transparaît dans certains titres : à La Belgique s’oppose La Libre Belgique, et au Nieuwe Rotterdamsche Courant, le prohibé malinois Onze Courant. À travers cette presse clandestine d’opinion, le citoyen occupé quitte symboliquement le statut passif de détenu dans son propre pays, dont les sens se réduiraient à une oreille s’efforçant de percevoir les bruits du monde extérieur. Il acquiert au contraire des yeux pour observer sa propre situation et une bouche pour la commenter. Ce faisant, il devient acteur à part entière de « son » occupation.

Un programme identitaire

  • 11 Lorsque le titre d’un journal a changé au cours de son existence, nous n’avons pris en compte que (...)

11Essentiellement informatifs ou davantage porteurs d’opinion, les prohibés n’en adhèrent pas moins à un programme commun. Les titres qu’ils se choisissent sont révélateurs de ce programme et des valeurs qu’il entend défendre. On relève trois registres principaux : le savoir, l’identité et l’ironie11. Le premier est le plus courant et se retrouve dans près d’un titre clandestin sur deux (34 sur 79) comme la Revue de la Presse, la Vérité, L’Écho de ce que les journaux censurés n’osent ou ne peuvent pas dire, etc. Il est particulièrement présent au début de l’occupation (11 titres sur 17 en 1914), à un moment où les clandestins se fixent pour mission essentielle d’apporter la vérité aux occupés. Les intitulés qui, comme Le Belge, La Libre Belgique ou De Vlaamsche Leeuw, ont le ralliement identitaire pour vocation sont moins nombreux (17 occurrences), mais mieux répartis dans le temps. Toutes proportions gardées, c’est même en 1917-1918 qu’ils sont les plus présents (6 sur 16), comme s’il importait de rappeler aux occupés qui ils sont pour lutter contre l’usure de la solidarité nationale que provoque l’interminable occupation. Enfin, les noms des clandestins sont souvent empreints d’ironie. Ce phénomène est particulièrement puissant en 1915, puisque 8 des 15 titres « ironiques » émergent cette année-là, comme par exemple Motus ! Le journal des gens occupés ou Le Journal de von Bissing. Ce registre disparaît pratiquement après 1916, comme si la plaisanterie badine était progressivement abandonnée comme arme contre la dureté des temps, une dureté qui va croissante dans un temps qui s’éternise.

  • 12 Voir à ce sujet les réflexions de Pierre Laborie ou Alya Aglan, par exemple dans A. Aglan, « De la (...)

12Deux autres registres apparaissent moins souvent dans les intitulés de la presse clandestine, mais n’en figurent pas moins en bonne place dans le programme qu’ils se fixent. Il s’agit tout d’abord de l’espoir (suggéré dans L’Aurore de Saint-Gilles), que les prohibés veulent entretenir auprès de la population. Il s’agit d’éviter à tout prix que, désespérés, les citoyens occupés n’oublient leur identité et n’en viennent à se compromettre avec l’ennemi. La liberté (affichée par La Libre Belgique ou par De Vrije Stem) est tout aussi consubstantielle à la presse prohibée. L’acte même de créer ou diffuser un clandestin est une affirmation de liberté, un acte fondamentalement « résistant »12, même si ce vocable n’a pas encore cours pendant la Grande Guerre. À terme, il s’agit de concourir à la guerre qui doit rendre sa liberté au pays, en limitant l’emprise de l’ennemi sur la population occupée. Dans l’immédiat, diffuser un prohibé permet d’exercer dans l’ombre l’exercice de deux libertés fondamentales confisquées par l’occupant que sont la liberté de la presse et la liberté d’expression.

13La philosophie commune des prohibés se résume assez bien dans le programme que se fixe l’éphémère clandestin gantois L’Antiprussien, en juillet 1916.

  • 13 L’Antiprussien, no 1, 7 juillet 1916.

« Il y a quelque chose que les Allemands, avec tout le formidable appareil de leur domination, ne nous ôteront jamais : c’est le besoin inné de liberté et de vérité qui est plus que jamais, ancré dans nos âmes. Cette double aspiration fait le fond du caractère belge : c’est pour y répondre que nous entreprenons la présente publication. [Les] journaux, soudoyés ou tolérés, vers qui va la confiance de certaines catégories de lecteurs, ont pour mission, dans l’esprit de l’ennemi, de nous enlever nos espérances, de nous détacher de nos alliés, voire de notre gouvernement légitime, de nous amener à des compromissions vis-à-vis du pouvoir occupant. […] Tout ce qui touche, de près ou de loin, à la guerre, tout ce qui peut servir à faire mieux connaître la fourberie allemande, les abus allemands, les vexations allemandes, tout ce qui est de nature à éclairer et à encourager les patriotes belges accablés sous le joug de l’ennemi trouvera place dans nos colonnes. Véridiques, antiprussiens et patriotes, notre ligne de conduite tiendra dans ces trois mots »13.

  • 14 Fr. Hirsch, op. cit., p. 146.
  • 15 La Libre Belgique, no 1, février 1915.
  • 16 La Libre Belgique, no 154, juin 1918.

14Véhicule libre d’une vérité toute patriotique, arme pourfendant l’ennemi et le mensonge, qui ne font qu’un, la presse clandestine s’inscrit dans la vision manichéenne du conflit, qui range les nations du côté du Bien ou du Mal selon le camp dans lequel elles se battent. François Hirsch constate qu’un quart (23 %) de la surface des prohibés est consacrée à la différenciation des deux camps antagonistes14. Celle-ci passe par exemple par une mise à contribution des stéréotypes nationaux. Les prohibés belges, dont La Libre Belgique, recourent facilement à la célèbre citation de César affirmant que « De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves »15. À l’inverse, les Allemands sont présentés comme d’éternels barbares, pillards et menteurs, régulièrement comparés aux Goths ou aux Huns de sinistre mémoire. Pour La Libre Belgique, « Tels ils étaient dans les noires forêts de la Germanie du premier siècle, tels ils restent dans la noire kultur de la Prusse du XXe siècle »16. La « Kultur » allemande, censée par sa supériorité justifier l’emploi de la force, est un des objets de moquerie et de dédain les plus fréquents.

  • 17 Recueil de Poésies et Nouvelles publiées pendant la Guerre de 1914, no 10, [1915].

« C’est la mentalité du peuple allemand, mélange de bassesse et de brutalité, de cruauté et de ruse, humbles et rampants devant les forts, superbes et intraitables pour les faibles. […] Peuple d’asservis, habitués dès l’enfance à obéir sans réplique et à courber l’échine sous les coups, domptés par une discipline de fer, ils ont perdu tout sentiment d’honneur et de dignité humaine. C’est ce qu’ils appellent leur Kultur ; c’est cette culture que dans leur insondable et stupide orgueil, ils voulaient imposer à l’Europe. Et c’est à leur grande stupéfaction que l’Europe refuse de l’accepter »17.

15L’immense affrontement est aussi une lutte culturelle, à laquelle la presse clandestine entend bien participer en dénonçant les mesures iniques et cruelles prises par l’occupant, comme la déportation des travailleurs à partir d’octobre 1916, et en démontrant qu’elles sont le produit d’une malveillance ontologique.

  • 18 Voir à ce sujet L. van Ypersele, Le Roi Albert. Histoire d’un mythe, 2e éd., Mons, Labor, 2006.
  • 19 Fr. Hirsch, op ; cit., p. 86 et sv.
  • 20 La Libre Belgique, no 49, octobre 1915.

16L’identité n’est pas seulement affirmée par contraste avec la nature supposée de l’ennemi. Elle vient plus encore puiser dans la force des exemples contemporains. À ce titre, le roi Albert fait l’unanimité pour lui parmi les prohibés, qui participent pleinement à l’essor de son culte18. Ainsi, La Libre Belgique insère systématiquement ses propos du 4 août 1914 dans sa manchette, et sa photo ne fait pas moins de sept fois la une du célèbre clandestin19. Héros incontesté, il est l’incarnation de la Belgique et des vertus qui la constituent : Honneur, Loyauté, Liberté, Vaillance, Indépendance, etc. La Reine Élisabeth et dans une moindre mesure les enfants royaux, sont associés au culte héroïque du monarque, tandis que d’autres figures individuelles sont exaltées comme le cardinal Mercier, qui personnifie en pays occupé le refus de se soumettre à l’occupant. Les exemples peuvent aussi être collectifs. Les soldats du front sont bien entendu objets de toutes les déférences, mais la grandeur peut aussi bien s’épanouir dans les territoires occupés. Ainsi, les refus de participer à l’automne 1916 à la déportation des ouvriers, ou de s’y soumettre, sont magnifiés par la presse : bourgmestres détruisant les listes de chômeurs et ouvriers refusant de travailler pour l’ennemi sont systématiquement héroïsés. De même, les Belges emprisonnés ou exécutés par l’occupant reçoivent l’hommage de la presse clandestine. La Libre Belgique qualifie de « tableau d’honneur » les affiches de l’occupant portant à la connaissance du public les noms des patriotes exécutés20.

17L’évocation des actes de résistance à l’occupant ouvre la question des comportements prônés par les prohibés auprès de la population. Ces derniers entendent jouer un certain rôle de contrôle social, en contribuant à définir les comportements vertueux et en incitant ceux qui ne les adopteraient pas à revenir dans le rang ou à être écartés par leurs compatriotes. La presse clandestine entreprend de réconforter les déprimés et les hésitants, afin de les dissuader de commettre un faux pas et, ce faisant, de maintenir un maximum de cohésion sociale et de mobilisation des esprits. Sont aussi visés ceux qui feraient le jeu de l’Allemagne par leurs lamentations néfastes pour le moral de la population, leur trop grande proximité ou leurs compromissions avec l’occupant, ou encore des comportements jugés immoraux comme le fait de s’amuser tandis que d’autres meurent sur le front, ou de s’enrichir quand la majeure partie de la population glisse jour après jour dans la misère. Les traîtres sont quant à eux cloués au pilori, et leurs noms et adresses parfois offerts à l’opprobre et à la vindicte populaire.

  • 21 S. De Schaepdrijver, op. cit., p. 166-167.
  • 22 Fr. Hirsch, op. cit., p. 82-83 et 103-116. Notons que la presse « activiste » wallonne, très isolé (...)
  • 23 L’Histoire de « De Vrije Stem » (trad. fr.), par Joseph Buerbaum, 1919, in AGR, ASP, no 80.
  • 24 De Vlaamsche Leeuw, no 19, octobre 1917.
  • 25 La Vérité, no 3, [mi-1915].

18À cet égard, la collaboration prônée par une minorité d’autonomistes flamands acquiert un statut particulier. La fracture qu’elle provoque au sein du mouvement flamand entre « passivistes » et « activistes » stimule la presse clandestine. Pour les premiers, il est important que le mouvement flamand obtienne gain de cause, mais ce sera après la guerre, dans le cadre belge, et pas grâce aux faveurs de l’occupant21. Pour l’heure, il convient de suspendre les querelles et de s’unir contre l’envahisseur. Pour les seconds au contraire, la possibilité d’engranger des avancées ne doit pas être entravée par un quelconque attachement à une Belgique qui a toujours considéré les Flamands comme des citoyens de seconde zone. Les propositions faites par l’Allemagne doivent être saisies, quitte à s’engager dans une collaboration étroite avec l’occupant. Les organes activistes créés sous la férule de l’occupant vont trouver de féroces opposants dans la presse clandestine belgicaine, mais aussi dans les prohibés de tendance passiviste que sont De Vlaamsche Leeuw, Droogstoppel, De Vrije Stem et De Vlaamsche Wachter22. Pour ceux-ci, qui proclament tous leur patriotisme belge, l’existence d’une presse activiste est une injure permanente au mouvement flamand. L’imprimeur anversois Buerbaum racontera avoir créé De Vrije Stem, qu’il veut populaire et local, pour combattre sur son terrain l’influence du censuré activiste Het Vlaamsche Nieuws23. Cependant, les feuilles clandestines passivistes craignent que la lutte contre l’activisme par leurs homologues francophones n’entraîne le rejet en masse de l’ensemble du mouvement flamand24. Certes, certains prohibés comme le journal bruxellois La Vérité en 191525, défendent la prééminence à l’échelon national de la langue française, mais des prohibés francophones influents, à commencer par L’Âme belge et La Libre Belgique, acceptent au contraire l’idée d’un statut semblable pour le français et le flamand, et louent l’attitude des passivistes et des prohibés qui s’en font les porte-voix.

  • 26 Fr. Fr. Hirsch, op. cit., p. 131-136.

19À l’opposé de la lâcheté individuelle comme de la trahison collective, le patriotisme doit au contraire s’exprimer par la dignité, la « distance patriotique » avec l’occupant, la patience, la confiance dans la victoire, l’union, la solidarité et l’altruisme, l’acceptation des sacrifices, et l’absence de provocations ou d’actes violents26. Tous ces comportements sont constamment prônés par les prohibés, comme La Patience (premier intitulé de L’Oiseau de France), qui proclame dans son premier numéro, le 23 février 1915 :

  • 27 La Patience, no 1, 23 février 1915.

« Savoir montrer, autour de soi, malgré les tristesses de l’heure présente, une patience inlassable, une invincible confiance c’est servir modestement mais non sans grandeur les intérêts supérieurs de la Patrie »27.

20La presse clandestine souligne cependant que le patriotisme peut aller plus loin. Pour L’Antiprussien, ceux

  • 28 L’Antiprussien, no 1, 7 juillet 1916.

« qui, ne pouvant combattre les armes à la main, doivent opposer à l’usurpateur cette résistance passive contre laquelle se brisent les pouvoirs les plus forts. [Il faut] que nous résistions jusqu’au sacrifice à toutes les tentatives faites par l’ennemi pour nous associer, directement ou indirectement, à son œuvre néfaste »28.

21Cet appel à la population civile trouve de nombreuses illustrations dans l’opposition qu’essaient de susciter les prohibés aux réquisitions. Pour saboter l’effort de guerre ennemi, ils exhortent à cacher les objets et les matières premières susceptibles d’être prélevés par l’occupant. Le Courrier de France, un des avatars de L’Oiseau de France, donne pour consigne en septembre 1915 :

  • 29 Le Courrier de France, [no 1 ?], août [probablement septembre] 1915.

« Conservez votre or et vos […] Pensez qu’il y a pour vous un ‘ impérieux devoir de patriotisme à remplir’. Pensez que l’or et les billets que vous ab[a] ndonnez seront transformés par l’ennemi en canons et en munitions qui sèmeront la mort dans les tranchées où combattent depuis si longtemps vos maris, vos fils, vos frères »29.

  • 30 Fr. Hirsch, op. cit., p. 134.
  • 31 Annette Becker fait très justement remarquer que « refuser la montée aux extrêmes, c’est condamner (...)

22Ce dernier argument, souvent brandi, permet au passage de donner une dimension très concrète à la solidarité exigée avec les soldats du front. Et ceux qui en ont la possibilité sont encouragés à faire mieux encore. Pour La Libre Belgique, rejoindre l’armée est un devoir pour ceux qui le peuvent, mais le civisme peut aussi s’exprimer par l’engagement dans les œuvres caritatives ou dans la lutte clandestine. Dans les deux cas, le patriote mettra toujours un point d’honneur à écarter toute recherche du plaisir et de l’intérêt personnel30. Cependant, si l’opposition à l’Allemagne ne doit pas forcément demeurer passive, elle ne peut surtout pas prendre une forme armée. Il faut absolument se garder de transgresser les lois de la guerre et de donner raison à l’ennemi, qui a justifié ses atrocités d’août 1914 contre la population civile par de prétendues actions de francs-tireurs31. Ainsi, dans le contexte des déportations de travailleurs, les occupés sont priés par les prohibés d’éviter à tout prix de se hasarder à l’émeute ou à de quelconques violences ; ils sont au contraire invités à opposer toute l’inertie possible et à se défiler dès que l’occasion se présente.

  • 32 Fr. Hirsch, op. cit., p. 69-70.

23Pour autant, les prohibés n’ont rien de belliciste. La paix est au contraire appelée de leurs vœux, et ils ne manquent pas de souligner à quel point ils souhaitent que leur mission s’achève à la faveur de la fin des hostilités. Toutefois, cette paix tant espérée ne doit pas selon eux être obtenue sans délai et à n’importe quelles conditions, comme le suggère durant les deux dernières années de la guerre la propagande d’une Allemagne qui sent qu’elle perd pied32. Les sacrifices nécessaires doivent être consentis pour aboutir à une paix juste et victorieuse, qui ne se contente pas d’un statu quo ante bellum, mais qui répare les torts faits à la Belgique et détruise le militarisme prussien.

Des prohibés aux multiples visages

24Nous pouvons apprécier à l’aune du succès de La Libre Belgique la diversité de situations rencontrées par ses homologues. La Libre Belgique est portée sur les fonts baptismaux le 1er février 1915. Le père – et pourvoyeur de fonds – de cet organe clandestin n’est autre que Victor Jourdain, homme de presse influent qui dominait avant la guerre l’opinion catholique conservatrice en Belgique francophone. Jourdain s’associe dès le départ à Eugène Van Doren, directeur d’un atelier de cartonnage, qui sera le premier organisateur du prohibé. Née dans la bourgeoisie catholique bruxelloise et soutenue par de nombreux membres du clergé (particulièrement parmi les jésuites), La Libre Belgique bénéficiera d’un financement soutenu et d’un réseau social étendu, qui lui permettra non seulement de connaître une bonne diffusion dans la capitale et en province, mais aussi de survivre à plusieurs vagues d’arrestations. Au total, La Libre Belgique sortira jusqu’à l’Armistice 171 numéros, tirant jusqu’à 20000 exemplaires. Sa direction et ses rédacteurs se consacreront même au lancement d’un illustré intitulé La Cravache.

  • 33 Cf. AGR, ASP, no 82.

25Les 45 mois de carrière de La Libre Belgique en font à eux seuls un cas rare. Seule la Revue de la Presse, créée en même temps qu’elle, fait aussi bien. Créés à l’automne 1915, L’Âme belge, De Vlaamsche Leeuw et De Vrije Stem parviennent eux aussi à se perpétuer jusqu’à la fin de l’occupation, pendant trois ans. La plupart des autres clandestins n’ont pas cette chance : seul un sur cinq parvient à dépasser une année complète d’existence. Les « éphémères », dont la durée de vie est au maximum d’un mois, forment deux autres cinquièmes. L’Antiprussien fondé par Pierre Verhaegen, en est un bon exemple. Son premier numéro apparaît à Gand le 7 juillet 1916 ; le second et dernier sort le 21, l’arrestation de Verhaegen mettant fin à l’entreprise dès le 2933. Les deux derniers cinquièmes sont constitués des « temporaires », qui disparaissent au bout de quelques mois, après avoir sorti dans le meilleur des cas quelques dizaines de numéros.

  • 34 Un autre clandestin, baptisé les Feuilles Jaunes, aurait été diffusé à Roubaix vers 1917, mais son (...)

26Les prohibés sont caractérisés par une répartition géographique et linguistique assez déséquilibrée. Très peu de prohibés ont été retrouvés pour les départements français. Nous n’avons recensé que L’Oiseau de France, et son prédécesseur, Le Journal des Occupés… inoccupés34. La Belgique concentre sur son territoire les 77 prohibés restant, mais ceux-ci sont inégalement répartis entre les deux communautés linguistiques. Les clandestins en langue flamande ne sont que 14, auxquels s’ajoutent deux périodiques bilingues. Ce déséquilibre ne doit pas nous amener à conclure trop vite à une moins grande implication flamande dans cette forme de résistance. D’une part, le français demeure la langue véhiculaire en Belgique. Écrire en français équivaut à se faire comprendre par les deux communautés, ce qui à l’inverse, est exclu pour le flamand. D’autre part, une grande partie des milieux les plus lettrés, et donc les plus à même de se lancer dans le travail d’écriture clandestin, est francophone ou maîtrise parfaitement la langue française. Par ailleurs, la part des titres flamands évolue au cours de la guerre. Absents en 1914, ils apparaissent en même temps que l’activisme, en 1915. D’un titre sur cinq à ce moment, ils passeront à un sur trois en 1917-1918. Cette proportion croissante est sans doute à mettre en rapport avec les concessions allemandes obtenues par les activistes au cours de la guerre, et que cette presse se donne pour mission de combattre. Elle répond aussi au besoin de compléter et de se différencier de la presse clandestine francophone, dont la pénétration est limitée dans la population flamande, et dans laquelle cette dernière ne se reconnaît sans doute pas assez. Des 60 prohibés dont l’origine a pu être localisée, 37 proviennent des communes de Bruxelles, qui garde son rôle de capitale de la presse belge jusque dans la clandestinité. Le restant de la production, en français comme en flamand, se concentre dans les villes flamandes, et plus particulièrement Anvers (8 prohibés) et Gand (4). Les villes wallonnes à l’inverse ne semblent guère avoir été actives. Cette répartition extra-bruxelloise paraît influencée par deux facteurs : l’existence d’une presse activiste, qui a suscité l’apparition d’une opposition clandestine, et la division des territoires occupés entre le gouvernement général et la zone des Étapes. De cette dernière n’émergent en effet que 7 prohibés, France et Belgique confondues. La difficulté de s’y procurer le matériel nécessaire, l’impitoyable répression, l’omniprésence de troupes ennemies et les multiples entraves à la circulation ont probablement dissuadé bien des patriotes à se risquer dans l’aventure des prohibés.

27La production matérielle des clandestins se caractérise par une grande diversité de mise en page et, plus encore, de tirage. Si La Libre Belgique est parvenue à atteindre en 1915 une production de 20 000 exemplaires, pour osciller par la suite entre 5 et 10000, rares sont les prohibés qui ont approché de tels chiffres, du moins parmi ceux sur lesquels nous disposons d’informations à ce sujet. Droogstoppel sortent en moyenne à près de 6 000 exemplaires, avec un plafond de 10000 atteint dès le premier numéro, mais selon un rythme de sortie nettement plus espacé que celui du journal bruxellois. De Vlaamsche Leeuw et la Revue de la Presse atteignent respectivement 5 000 et 4500 exemplaires. La plupart des autres, comme L’Oiseau de France ou Het Nachtlichtje dans la zone des Étapes, doivent se contenter de quelques centaines d’unités plutôt. Quelques-uns, très locaux, ne dépassent pas une production de quelques dizaines d’unités, comme à Bruxelles le Zievereer-Excelsior, limité à 70 exemplaires.

  • 35 FIDELIS, op. cit., p. 275-289. Un autre ouvrage établit un « livre d’or » exposant les mérites d’e (...)
  • 36 C’est en tout cas ce qui ressort de rapports d’agents de renseignements également impliqués dans l (...)

28La sociologie des réseaux sur lesquels s’appuient la confection et la distribution des prohibés demeure à ce jour méconnue. Il apparaît cependant que le monde catholique est largement présent en dehors de La Libre Belgique. Au moins 9 autres prohibés, et non des moindres, comptent au moins un ecclésiastique parmi leurs fondateurs ou leurs principaux animateurs, à savoir Droogstoppel et De Vrije Stem, La Revue de la Presse, L’Âme belge, De Vlaamsche Wachter, Ca et Là et La Paix, et en France, Le Journal des Occupés… inoccupés et son successeur, L’Oiseau de France. Les autres piliers sociopolitiques sont aussi présents, mais de manière beaucoup plus discrète. Le Flambeau est connu pour être né dans le monde libéral, tandis que la famille socialiste a donné naissance a au moins deux feuilles, Le Révolté et Les Petites Nouvelles, qui n’ont malheureusement pas été conservées. L’ampleur même des réseaux soutenant les clandestins demeure difficile à évaluer. Celui de La Libre Belgique est cependant assez bien renseigné, grâce au relevé effectué par un de ses rédacteurs, qui cite les noms de 710 personnes impliquées, assurant sa distribution sur la plus grande partie du territoire belge, zone des Étapes comprise35. Sans doute la plupart des autres clandestins n’ont-ils bénéficié que d’une distribution locale. La documentation existante permet de reconstituer les équipes de L’Oiseau de France ainsi que Droogstoppel et De Vrije Stem, qui respectivement ne débordent guère du continuum Lille-Roubaix-Tourcoing et du grand Anvers. Les Seule la Revue de la Presse, née à Louvain, paraît avoir disposé d’un réseau de distribution assez étendu disposant de relais à Bruxelles, et dans les provinces du Hainaut et de Liège, voire plus loin comme à Bouillon36.

29Indépendants de la propagande alliée et, contrairement à bon nombre de leurs homologues du conflit suivant, tout aussi indépendants de mouvements de résistance qui, du reste, n’existent pas à l’Ouest pendant la Grande Guerre, les prohibés sont caractérisés par une grande liberté de propos. Le ton employé diffère aussi d’un prohibé à l’autre. Si La Libre Belgique est encline aux articles d’opinion reposant à la fois sur un argumentaire bien construit et un humour très ironique, L’Âme belge a par exemple plus volontiers recours à la poésie et aux déclarations grandiloquentes, tandis que la Satirische Zeitung adopte volontiers un ton très féroce et joue le jeu de la proximité avec ses lecteurs en mâtinant son français d’expressions bruxelloises.

L’évolution d’un phénomène

30Chaque prohibé a une histoire qui lui est propre, éphémère ou étirée sur plusieurs années, mouvementée sans doute, et parfois totalement inconnue. Ces histoires séparées les unes des autres par le manteau du secret ne se réduisent pas à une suite de péripéties isolées. Prises dans leur ensemble, elles dessinent au contraire une trame collective, à laquelle se raccrochent par le bas des destins individuels, et qui vient s’insérer par le haut dans l’évolution de la société occupée.

Graphique 1 : Fondation par année de nouveaux prohibés, 1914-1918 (n=75)

Graphique 1 : Fondation par année de nouveaux prohibés, 1914-1918 (n=75)

31Le rythme de création de nouveaux clandestins, tel qu’il apparaît sur base annuelle dans le graphique 1, est révélateur d’une dynamique. Le lancement de prohibés commence dès les premiers mois de l’occupation et le phénomène connaît son apogée dès l’année suivante. L’essoufflement qui paraît s’ensuivre au cours des trois années suivantes pose question. Doit-on le raccrocher à l’évolution générale du moral du camp allié, caractérisé par un fléchissement qui s’amorce dans les tranchées en 1916 pour aboutir à la crise de 1917, puis au redressement de 1918. Ou au contraire la création d’un grand nombre de clandestins est-elle tout simplement moins nécessaire après 1915, les titres initiaux parvenant à répondre aux attentes de la population occupée ?

32Examinée dans le graphique 2 à travers le grain plus fin d’une répartition saisonnière, cette évolution révèle de nouvelles nuances. Les initiatives se concentrent sur la période courant de l’automne 1914 au printemps 1915. À l’issue de cette période, un peu plus de la moitié des prohibés a déjà vu le jour. Les premiers jours de février 1915 forment d’ailleurs un moment très particulier, dont personne n’a à ce moment conscience : trois clandestins, et non des moindres, tous d’origine catholique, voient le jour indépendamment l’un de l’autre sur ce court laps de temps : La Libre Belgique à Bruxelles, Droogstoppel à Anvers et la Revue bihebdomadaire de la Presse française (future Revue de la Presse) à Louvain. L’apparition de La Patience (futur Oiseau de France) à Lille, et de plusieurs autres clandestins à quelques semaines d’intervalle confirme le caractère particulièrement fécond de cette période. Le rythme est ensuite nettement moins soutenu jusqu’à l’été 1916, à l’issue duquel l’élan paraît s’être épuisé. Il ne reprendra dans une certaine mesure qu’en 1918, surtout dans les dernières semaines du conflit. Ces différents constats ne permettent pas encore de répondre aux questions soulevées précédemment. Plutôt que par l’angle de la nouveauté, nous pouvons envisager l’évolution du phénomène sous celui de la diversité des prohibés disponibles.

Graphique 2 : Fondation par trimestre de nouveaux clandestins, 1914-1918 (n=67)

Graphique 2 : Fondation par trimestre de nouveaux clandestins, 1914-1918 (n=67)

33Le graphique 3 mesure en quelque sorte l’achalandage d’un « kiosque » virtuel qui aurait proposé à sa clientèle l’ensemble de la presse clandestine. Le puissant essor que connaît la presse clandestine au cours des premiers mois de l’occupation s’y reflète clairement, si bien que le « kiosque » offre dès le mois de mai 1915 environ 17 titres différents au citoyen désireux de contourner la censure. Cette performance ne parvient cependant pas à être maintenue : à partir de l’été, le nombre de prohibés actifs se maintiendra autour de la dizaine, les nouvelles créations compensant bon an mal an les disparitions. Un certain essoufflement est perceptible à partir de ce moment, mais il demeure théoriquement possible de se procurer entre 6 et 8 titres différents. Et grâce au renouveau de 1918, la variété est aussi grande à la fin de l’occupation que deux ans auparavant. Cependant, le graphique 3 a ses limites, en ce qu’il ne nous dit rien du rythme de production de chacun des prohibés disponibles. Il importe donc de se pencher sur le nombre de numéros sortis chaque mois par chacun de ces prohibés, synthétisé dans le graphique 4.

Graphique3 : Evolution mensuelle des prohibés actifs, 1914-1918 (n=76)

Graphique3 : Evolution mensuelle des prohibés actifs, 1914-1918 (n=76)

34Que l’on prenne en compte ou non les numéros dont la date de sortie ne peut qu’être évaluée, ce tableau bouleverse la vision offerte par les trois premiers graphiques, surtout pour la seconde moitié de la guerre. La crise que traversent à ce moment les clandestins nous paraît bien plus profonde. Alors que depuis octobre 1914, une cinquantaine de numéros environ sont mis en circulation chaque mois (ce nombre approche probablement la centaine pendant la première année d’occupation), un véritable effondrement se produit à l’automne 1916. La machine semble brisée. Les prohibés qui demeurent – ou parfois sont encore créés – parviennent difficilement à dépasser ensemble la quinzaine de numéros par mois. Et ce n’est qu’avec l’aide de nouvelles mais tardives créations qu’ils remontent un peu lors des dernières semaines de l’occupation, sans retrouver pour autant leur éclat d’antan. S’il n’est pas possible, faute de données suffisantes, de mesurer la courbe du tirage de l’ensemble des prohibés, il n’en demeure pas moins évident que l’ampleur du phénomène a connu une évolution sensible. Encore faut-il maintenant parvenir à l’expliquer…

Graphique 4 : Evolution mensuelle des prohibés, par numéros produits, 1917-1918 (n=76)

Graphique 4 : Evolution mensuelle des prohibés, par numéros produits, 1917-1918 (n=76)

Les vicissitudes de la précarité

  • 37 L’Histoire de « De Vrije Stem » (trad. fr.), par Joseph Buerbaum, 1919, in AGR, ASP no 80.
  • 38 Dossier Joseph Willot, 1919-1921, in ADN, M127/74.
  • 39 Sadi Kirschen, Devant les conseils de guerre allemands, Bruxelles, Rossel & Fils, 1919, p. 339-367

35Une des difficultés majeures de la presse clandestine est son financement. L’imprimeur Buerbaum racontera après la guerre que l’argent demandé pour la vente de Droogstoppel servait uniquement à couvrir leur production. Le surplus était payé de sa propre poche. Les brochures étaient donc vendues pour 10 centimes à un intermédiaire, qui en assurait la diffusion pour 25 centimes l’unité. La vente des clandestins, généralement pour une somme oscillant entre 5 et 25 centimes le numéro, semble une pratique assez courante, qui traduit la précarité financière de leurs initiateurs. Seule La Libre Belgique, qui s’était fixée un prix de vente « élastique, de zéro à l’infini (prière aux revendeurs de ne pas dépasser cette limite). » La banqueroute n’est pas le seul péril qui menace l’existence des clandestins. L’appareil répressif de l’occupant va s’exercer à l’encontre des réseaux qui confectionnent et diffusent les prohibés, et de leur public. Dès les premières semaines de l’occupation, interdiction est faite de propager des écrits non censurés, les contrevenants s’exposant à des peines de prison. Pour contrer la diffusion des prohibés, alors en plein essor, un arrêté du gouverneur général précise le 25 juin 1915 que le transport d’écrits non censurés est passible d’une peine d’emprisonnement d’un jour à trois ans et d’une amende pouvant s’élever à 3000 marks. La répression se renforce au début de l’année 1916, avec un premier arrêté le 11 janvier, condamnant à 5 ans de prison les propagateurs de « fausses nouvelles », et un second le 5 février, qui prévoit l’application des peines prévues par celui du 25 juin 1915 à tout qui a reçu ou conservé des publications non censurées. Ces différentes ordonnances permettent essentiellement la poursuite les propagateurs de la presse clandestine. Les organisateurs, rédacteurs et imprimeurs s’exposent quant à eux à des peines plus graves, réservées par les conseils de guerre allemands aux cas de « trahison », une notion au contenu extrêmement vague, mais qui peut impliquer les travaux forcés ou même la mort. Toutefois, aucun responsable de prohibé n’a été exécuté pendant la guerre, à l’exception de Philippe Baucq en octobre 1915, mis à mort non pas pour son rôle central dans la distribution de La Libre Belgique, mais à cause de son implication dans le réseau d’aide à l’évasion d’Édith Cavell. La presse clandestine n’en aura pas moins ses martyrs, comme le jeune Émile Lava, collaborateur à De Vrije Stem, abattu en tentant d’échapper à la police allemande le 13 mars 191837, ou le professeur Joseph Willot, tête pensante de L’Oiseau de France, atteint d’une pleurésie contractée au bagne de Rheinbach, et décédé peu après sa libération38. C’est en effet en territoire allemand que la plupart des condamnés aux travaux forcés doivent purger leur peine. Cette peine demeure cependant assez peu prononcée dans les affaires de presse clandestine, qui font globalement l’objet d’une répression nettement moins implacable que les affaires d’espionnage. Ainsi, lors du « Grand procès de Charleroi », en juin 1916, où comparaissent 46 personnes impliquées dans La Libre Belgique, seules deux peines de travaux forcés sont retenues39. La plupart des autres inculpés écopent de peines de six semaines à cinq ans de prison, parfois assorties d’une amende.

  • 40 Fidelis, op. cit., p. 132.
  • 41 L’Histoire de « De Vrije Stem » (trad. fr.), par Joseph Buerbaum, 1919, in AGR, ASP, no 80.

36L’approvisionnement en papier va encore compliquer la tâche des prohibés à partir de 1916. Il devient tellement difficile de s’en procurer que dès avril, La Libre Belgique doit rabattre son tirage de 20 000 à 10 000 exemplaires40. Quelques mois plus tard, c’est au tour de De Vrije Stem de passer de 16 à 8 pages pour les mêmes raisons41. Cependant, un autre facteur, peut-être plus grave que les précédents a pu concourir à l’effondrement des prohibés à l’issue de l’été 1916 : le discrédit auprès des occupés. Le prohibé catholique bruxellois Ca et Là en fait le constat amer en décembre 1917 :

  • 42 Ca et Là, [no 3], décembre 1917.

« Si l’on avait dit, en 1915, aux auteurs et éditeurs de ‘ prohibés’, au moment où ils ne sentaient autour d’eux que des sympathies : ‘ Un jour viendra où vous n’aurez plus seulement à vous défendre contre les Boches, ce qui est un honneur, mais vous aurez pour adversaire des Belges, de vrais Belges’, on les aurait peut-être bien étonnés »42.

37Sans doute deux ans d’occupation ont-ils refroidi les enthousiasmes patriotiques de 1914-1915, et engendré un repli sur soi aigri, né de la déception et de la dureté des temps. Ca et Là explique le discrédit rencontré par les prohibés par quatre facteurs. Tout d’abord, les prohibés seraient tenus par certains pour « responsables de quelques mesures vexatoires prises par l’occupant ». D’autres estiment que les « feuilles clandestines, c’était bon au commencement de la guerre » pour combattre la presse censurée, mais que depuis lors, « elles font couler plus de larmes qu’elles ne font de bien ». On estime parfois aussi que la longueur de la guerre les a rendues inutiles. Enfin, « on a dit que les rédacteurs des feuilles clandestines avaient trop facilement l’injure à la plume. » Pour Ca et Là, ces critiques sont déplacées ou très exagérées, et n’enlèvent rien au rôle que doit encore jouer la presse clandestine. Au contraire, les prohibés doivent plus que jamais combattre une propagande ennemie rendue plus dangereuse par la lassitude née de la longueur de la guerre, et « publier, dans la mesure du possible, ce qu’on ne peut pas dire tout haut. » Certes, la représentativité des propos répercutés par Ca et Là est difficile à mesurer, mais sans doute s’agit-il d’une opinion suffisamment fréquente, pour que le prohibé prenne la peine de la combattre. En somme, goûtée en 1914 et 1915 comme un antidote bienvenu contre les mensonges de l’adversaire, la presse clandestine aurait fini par perdre son caractère prophylactique contre un mal qui semble s’éterniser. Pire, elle aurait été assimilée à un remède de charlatans, dont il convient de s’éloigner pour ne pas s’attirer des ennuis supplémentaires.

38Au total, il paraît difficile de déterminer dans quelle proportion les difficultés matérielles, la répression ennemie et la désaffection de la population ont spécifiquement contribué à la crise dans laquelle plongent les prohibés à partir de la fin de l’été 1916. L’histoire de la plupart de ces feuilles demeure trop lacunaire pour répondre avec précision à cette question. Nul doute cependant que dans un contexte policier devenu périlleux, et face à des difficultés matérielles de plus en plus difficiles à surmonter et à un public rendu méfiant ou indifférent, rares sont les patriotes qui ont encore eu la force en 1917 et 1918 de créer ou de maintenir un journal clandestin.

Conclusion

  • 43 Ces fonctions sont résumées dans Bruno Leroux, « Presse clandestine », in François Marcot (dir.), (...)

39La presse clandestine de la Première guerre mondiale répond à sa manière aux missions que les historiens de la Seconde ont décelées chez sa cadette, à savoir informer, stimuler le sentiment patriotique, pousser à l’action et recruter pour la résistance43. En l’absence de TSF, son rôle d’informatrice de la population occupée est sans doute plus prononcé encore qu’en 1940 et explique son remarquable essor au cours de la première année d’occupation. Résolument attachée au camp de la Liberté et de la Vérité dans une guerre de civilisation aux accents manichéens, la presse clandestine se mue à partir de 1915 en presse d’opinion maniant volontiers l’ironie, pour mieux combattre la propagande adverse et ranimer l’espoir et le patriotisme des populations occupées. Ce faisant, elle s’efforce de maintenir la société soudée et de dissuader toute forme de compromission individuelle ou collective avec l’occupant. En l’absence de mouvements de résistance organisés, les prohibés ne peuvent pas à proprement parler remplir un rôle de recrutement, et dissuadent d’ailleurs leurs lecteurs d’user de la violence contre l’occupant. En revanche, ils ne manquent pas d’inciter à la résistance passive, et de rendre hommage à ceux qui vont plus loin encore, notamment par leur engagement dans les réseaux clandestins. Toutefois, face à la répression ennemie, aux difficultés matérielles et à une certaine lassitude de la population, le dynamisme de la presse clandestine s’essouffle à partir des derniers mois de 1916, suivant en cela la tendance générale du moral dans le camp allié. En fin de compte, on retrouve dans cette activité particulière qu’est la presse clandestine l’idée que le phénomène auquel on assiste pendant la Première Guerre mondiale peut légitimement être qualifié de « résistance », mais une résistance qui n’explore pas encore toutes ses potentialités comme elle le fera pendant la Seconde Guerre mondiale.

Gabrielle Petit
(Musée de Bondues)

Notes

1 P. Delandsheere, La Libre Belgique : histoire des origines de la Libre Belgique clandestine, Bruxelles, Albert Dewit, 1919 ; Fidelis, L’histoire merveilleuse de La Libre Belgique, Bruxelles, Albert Dewit, 1919 ; Istoricos, Histoire de la Libre Belgique clandestine, Bruxelles, F. Piette, 1919 ; Lt. Marcel, Mes aventures et le mystère de La Libre Belgique, Bruxelles– Paris, Vromant, 1919.

2 Nous tenons à remercier le CEGES, et plus particulièrement Jan Laplasse, de nous avoir communiqué ces données.

3 Fr. Hirsch, Les « soldats de la plume » : La presse clandestine en Belgique occupée pendant la Première Guerre mondiale, Louvain-la-Neuve, 2006 (mémoire de licence en Histoire UCL, dir. L. van Ypersele).

4 P. Van den Dungen, « Les milieux de presse bruxellois pendant la Grande Guerre », in Les cahiers de La Fonderie, no 32, juillet 2005, p. 15-20.

5 Cl. Wallart, Le Nord en guerre. 1914-1918. Catalogue de l’exposition des Archives départementales du Nord, 2e éd., Lille, Archives départementales du Nord, 2008, p. 32-33.

6 S. de Schaepdrijver, La Belgique et la première guerre mondiale, Bruxelles, Peter Lang, 2004, p. 146-147.

7 J. Massart, La presse clandestine en Belgique occupée, Paris – Nancy, Berger – Levrault, 1917, p. 2-3.

8 Nous les désignerons en général par le titre sous lequel ils sont le plus connus.

9 E. van Doren, op. cit., p. 20-25 ; L’histoire des « Droogstoppel » racontée par « Droogstoppel » même (trad. fr.), par Joseph Buerbaum, 1919, in Archives général du Royaume (désormais AGR), Archives des Services patriotiques (désormais ASP), no 80.

10 Fidelis, op. cit., p. 31.

11 Lorsque le titre d’un journal a changé au cours de son existence, nous n’avons pris en compte que celui qu’il portait au moment de son apparition.

12 Voir à ce sujet les réflexions de Pierre Laborie ou Alya Aglan, par exemple dans A. Aglan, « De la Résistance aux Résistances : la ‘ notion de résistance’ vue par les historiens français », in Les courants politiques et la Résistance : Continuités ou ruptures ? Luxembourg, 2003 (actes du colloque tenu à Esch-sur-Alzette du 24 au 26 avril 2002), p. 225-236.

13 L’Antiprussien, no 1, 7 juillet 1916.

14 Fr. Hirsch, op. cit., p. 146.

15 La Libre Belgique, no 1, février 1915.

16 La Libre Belgique, no 154, juin 1918.

17 Recueil de Poésies et Nouvelles publiées pendant la Guerre de 1914, no 10, [1915].

18 Voir à ce sujet L. van Ypersele, Le Roi Albert. Histoire d’un mythe, 2e éd., Mons, Labor, 2006.

19 Fr. Hirsch, op ; cit., p. 86 et sv.

20 La Libre Belgique, no 49, octobre 1915.

21 S. De Schaepdrijver, op. cit., p. 166-167.

22 Fr. Hirsch, op. cit., p. 82-83 et 103-116. Notons que la presse « activiste » wallonne, très isolée, fait l’objet d’un semblable rejet.

23 L’Histoire de « De Vrije Stem » (trad. fr.), par Joseph Buerbaum, 1919, in AGR, ASP, no 80.

24 De Vlaamsche Leeuw, no 19, octobre 1917.

25 La Vérité, no 3, [mi-1915].

26 Fr. Fr. Hirsch, op. cit., p. 131-136.

27 La Patience, no 1, 23 février 1915.

28 L’Antiprussien, no 1, 7 juillet 1916.

29 Le Courrier de France, [no 1 ?], août [probablement septembre] 1915.

30 Fr. Hirsch, op. cit., p. 134.

31 Annette Becker fait très justement remarquer que « refuser la montée aux extrêmes, c’est condamner encore plus explicitement les pratiques allemandes ». A. Becker, Les cicatrices rouges. 14-18. France et Belgique occupées, Paris, Fayard, 2010, p. 261.

32 Fr. Hirsch, op. cit., p. 69-70.

33 Cf. AGR, ASP, no 82.

34 Un autre clandestin, baptisé les Feuilles Jaunes, aurait été diffusé à Roubaix vers 1917, mais son existence demeure sujette à caution. Dossier Jules Eucher, in ADN, M127/100.

35 FIDELIS, op. cit., p. 275-289. Un autre ouvrage établit un « livre d’or » exposant les mérites d’environ 600 d’entre eux. Istoricos op. cit., p. 117-168.

36 C’est en tout cas ce qui ressort de rapports d’agents de renseignements également impliqués dans la distribution de clandestins. AGR, ASP, passim.

37 L’Histoire de « De Vrije Stem » (trad. fr.), par Joseph Buerbaum, 1919, in AGR, ASP no 80.

38 Dossier Joseph Willot, 1919-1921, in ADN, M127/74.

39 Sadi Kirschen, Devant les conseils de guerre allemands, Bruxelles, Rossel & Fils, 1919, p. 339-367.

40 Fidelis, op. cit., p. 132.

41 L’Histoire de « De Vrije Stem » (trad. fr.), par Joseph Buerbaum, 1919, in AGR, ASP, no 80.

42 Ca et Là, [no 3], décembre 1917.

43 Ces fonctions sont résumées dans Bruno Leroux, « Presse clandestine », in François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance. Résistance intérieure et France libre, Paris, 2006, p. 681-683.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Fondation par année de nouveaux prohibés, 1914-1918 (n=75)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Graphique 2 : Fondation par trimestre de nouveaux clandestins, 1914-1918 (n=67)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3333/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Graphique3 : Evolution mensuelle des prohibés actifs, 1914-1918 (n=76)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3333/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Graphique 4 : Evolution mensuelle des prohibés, par numéros produits, 1917-1918 (n=76)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3333/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Gabrielle Petit(Musée de Bondues)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3333/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 337k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540