Version classiqueVersion mobile

La Résistance en France et en Belgique occupées (1914-1918)

 | 
Robert Vandenbussche

L’exfiltration des ouvriers belges, au confluent de la guerre clandestine et de la mobilisation industrielle alliée

Michaël Amara

Texte intégral

1Entre août et octobre 1914, la Belgique fut confrontée à d’immenses mouvements de populations. Apeurés par la violence des combats ou le récit des exactions commises par les troupes allemandes, près d’un million et demi de Belges quittèrent le pays pour se réfugier en France, en Angleterre et aux Pays-Bas. Certes, une fois l’invasion terminée, beaucoup rentrèrent chez eux. Mais ils furent tout de même près de 600 000 à faire le choix de l’exil prolongé en se fixant à l’étranger durant toute la durée de la guerre.

2Pour les Alliés, la présence de ces centaines de milliers de réfugiés ne tarda pas à éveiller d’importants enjeux économiques. Dans des pays tout entiers mobilisés autour de leur effort de guerre et confrontés à d’importantes pénuries de bras, les exilés s’imposèrent rapidement comme une main-d’œuvre de remplacement particulièrement utile. Dans ce contexte, tout fut mis en œuvre pour attirer le plus grand nombre d’ouvriers belges dans les usines de France et d’Angleterre. Non contents de mobiliser les Belges qui se trouvaient sur leur sol, les Alliés se tournèrent, dès 1915, vers ceux qui avaient trouvé refuge aux Pays-Bas. Ce faisant, ils encouragèrent l’émigration clandestine de milliers de travailleurs désireux de quitter la Belgique occupée au mépris des interdictions allemandes.

L’apport des réfugiés belges aux efforts de guerre français et anglais

  • 1 M. Amara, Des Belges à l’épreuve de l’Exil. Les réfugiés de la Première Guerre mondiale : France, (...)

3À partir de 1915, les Belges en exil investirent à peu près tous les secteurs de l’économie française. Dans de nombreuses régions de la France profonde, ils vinrent combler les absences causées par la mobilisation. Le même phénomène eut lieu dans l’industrie. En 1917, sans compter les 13 500 ouvriers travaillant dans les usines de guerre belges du Havre et de sa région ainsi que les 1 680 employés pour le compte des Chemins de fer belges, l’Office national du Travail recensa 22 000 ouvriers répartis dans plus de 1 600 entreprises françaises. Pas loin de la moitié d’entre eux œuvraient dans le secteur de la métallurgie1.

  • 2 Archives générales du Royaume, Bruxelles (désormais AGR), Archives de l’Office national du Travail (...)
  • 3 AGR, Archives de l’Office national du Travail, no 50, Rapport sur la main-d’œuvre belge dans le dé (...)

4Quelques Belges mirent à profit leur savoir-faire en leur expérience en matière de fabrication d’armes pour créer des entreprises florissantes. La Manufacture parisienne d’Armes, à Levallois et la Manufacture d’Armes de Paris, à Saint-Denis s’imposèrent comme des fleurons de l’industrie de guerre en exil. Ces deux usines – rassemblées à la fin de la guerre sous le nom de Manufacture d’Armes de Paris – étaient dues à l’initiative d’Alexandre Galopin, un des dirigeants de la Fabrique nationale d’Armes de guerre (FN) de Herstal, près de Liège. Après s’être attelé à regrouper ses ouvriers dispersés par l’exode, Galopin produisit d’importantes quantités de fusils pour le compte de l’armée française. À Saint-Étienne, la Manufacture nationale d’Armes employa jusqu’à 350 ouvriers belges originaires, pour la plupart, de la région liégeoise2. Chez Renault, à Billancourt, on en compta jusqu’à 7003.

  • 4 National Archives, Kew (désormais NA), Archives du Ministry of Munitions MUN 5/348/327/1, The supp (...)
  • 5 M. Amara, Des Belges…, op. cit., p. 198-199.
  • 6 Comité officiel belge pour l’Angleterre. Rapport adressé à Monsieur le Ministre de l’Intérieur. 31 (...)

5En Angleterre, le recours à la main-d’œuvre belge fut plus important encore. D’abord écartés du monde du travail, les exilés ne tardèrent pas à l’intégrer massivement. Sous la pression conjuguée des comités de secours ainsi que des autorités belges et britanniques, des dizaines de milliers de Belges firent leur entrée dans les usines de Grande-Bretagne. Le 30 décembre 1914, lors d’une réunion entre représentants du Board of Trade, du War Office et de plusieurs grandes firmes d’armement, les Labour Exchanges – les bourses du travail britanniques – s’engagèrent à diriger plusieurs milliers de réfugiés vers les usines de munitions. Quelques mois plus tard, plus de 3000 Belges avaient déjà trouvé un emploi dans le secteur de l’armement. Dès lors, ce chiffre ne cessa plus de croître4. En février 1916, les réfugiés étaient présents dans pas moins de 250 firmes de munitions. En mai 1917, les Labour Exchanges avaient réussi à placer 47 000 Belges dont 19500 dans des emplois liés à la fabrication d’armes. En janvier 1918, ce chiffre atteignit les 54 450 avant de dépasser les 60 900 en août de la même année. Sur les 43 000 étrangers autorisés à travailler dans le secteur de l’armement au 31 janvier 1918, 32 200 étaient belges, soit près de 75 % de la main-d’œuvre étrangère employée dans ce secteur5. Toutes les grandes entreprises du pays firent appel à une importante main-d’œuvre belge. À elles seules, les deux principales firmes d’armement du secteur privé, Vickers, Ltd. et Armstrong Withworth, Ltd. embauchèrent plus de 7 000 réfugiés. Enfin, comme en France, quelques industriels jetèrent les bases d’importantes usines de guerre situées, pour la plupart, dans les environs de Londres. En 1917, les Pelabon Works de Twickenham et les Kryn & Lahy Metal Works de Letchworth occupaient plus de 3 000 ouvriers, quasi exclusivement belges6.

6Cependant, après avoir mobilisé les réfugiés qui se trouvaient sur leur sol, les Alliés ne tardèrent pas à jeter leur dévolu sur l’immense vivier de main-d’œuvre que représentaient les Belges installés en Hollande ou même ceux restés en Belgique occupée. Cet intérêt pour les ouvriers belges donna lieu à une émigration organisée à partir des Pays-Bas.

Le vivier néerlandais

7Lors de la chute d’Anvers, en octobre 1914, les Pays-Bas furent submergés par une immense vague de réfugiés. Incapable de faire face à l’accueil prolongé de ces populations, le gouvernement de La Haye usa rapidement de divers moyens de pression pour inciter ces Belges à quitter le pays. La perspective d’être envoyé dans un camp pour réfugiés suffit souvent à convaincre les plus réticents à rentrer chez eux ou à gagner l’Angleterre. Toutefois, en janvier 1915, les Pays-Bas abritaient toujours plus de 116000 civils belges. Dans le contexte économique particulier que connaissait l’Angleterre, cette main-d’œuvre potentielle commença à aiguiser les appétits.

  • 7 Forty-Fourth annual report of the Local Government Board. 1914-1915, Londres, HMSO, 1916 [Cd. 8195 (...)
  • 8 De décembre 1914 à avril 1916, 12 417 hommes et 17 976 femmes et enfants, soit 30 393 réfugiés, fu (...)

8Fin novembre 1914, le Ministère britannique en charge de l’aide aux réfugiés, le Local Government Board (LGB), dépêcha en Hollande une équipe chargée d’organiser le transfert de quelques milliers de réfugiés vers l’Angleterre. Nicholas Reyntiens et le Docteur Reginald Ferrar, accompagnés du député Percy Alden, débarquèrent aux Pays-Bas le 26 novembre 1914. Pendant que Ferrar et Alden s’installèrent à Flessingue pour nouer des contacts avec les comités de secours locaux, Reyntiens se rendit à La Haye afin d’informer le gouvernement néerlandais de sa mission. Le 5 décembre 1914, un premier bateau quitta Flessingue avec 236 réfugiés à son bord. Quelques semaines plus tard, une seconde liaison fut mise en place entre Hoek van Holland et Tilbury. Fin décembre, Reyntiens établit les bureaux de sa Commission for transportation of Belgians to the United Kingdom dans des locaux prêtés par la Great Eastern Railway à Rotterdam et y fit aménager un asile temporaire destiné à héberger les réfugiés en partance vers la Grande-Bretagne. L’activité des sous-marins allemands interrompit les liaisons entre les Pays-Bas et l’Angleterre à de nombreuses reprises mais, à partir d’avril 1915, la Commission réussit à mettre en place une liaison régulière entre Rotterdam et l’Angleterre. Entre le 5 décembre 1914 et le 30 mars 1915, l’organisme anglais supervisa le transport de 15613 réfugiés7. En avril 1916, c’est plus de 30 000 Belges qui avaient traversé la Manche grâce à l’action de la Commission for transportation8. D’abord hébergés à Rotterdam, les réfugiés étaient ensuite dirigés vers le camp de Earl’s Court, à Londres, où des agents de grandes sociétés privées se chargeaient de leur faire signer leur contrat d’embauche.

9Il semble évident que des considérations strictement humanitaires aient joué dans la décision initiale d’envoyer ces agents en Hollande. Dès octobre 1914, le LGB avait été informé des conditions de vie désastreuses des populations réfugiées dans le sud des Pays-Bas. Sous la pression d’œuvres philanthropiques, il s’était montré disposé à faire un geste en faveur de ces populations. Cependant, force est de constater que la mission confiée aux agents en charge du transport des réfugiés belges changea rapidement d’orientation. À cet égard, le choix de Nicholas Reyntiens pour diriger la Commission ne semble pas anodin. Certes, l’homme avait acquis des compétences dans le transport des réfugiés en participant activement aux évacuations d’Ostende mais il était surtout un fonctionnaire du Board of Trade, le Ministère en charge de l’emploi. Bien qu’envoyé aux Pays-Bas par le LGB, Reyntiens conserva toujours des liens très étroits avec son département d’origine. Quand les liaisons maritimes entre la Hollande et l’Angleterre durent être suspendues, au printemps 1915, suite au torpillage de plusieurs navires, c’est à la demande spéciale de ce Ministère que la Commission reprit ses activités. À ce moment, il ne faisait plus aucun doute que l’objectif de la Commission était autant de recruter une main-d’œuvre qualifiée que de venir en aide à quelques milliers de familles éprouvées.

  • 9 NA, Archives du Foreign Office, FO 371/2284, Phillips au sous-secrétaire d’État au FO, 5 novembre (...)

10Peu après son arrivée en Hollande, Reytiens fut rejoint par un second agent du Board of Trade, le Major Graddon, dont la tâche principale consista à sélectionner les Belges les plus utiles à l’industrie britannique9. Enfin, quand il s’agit de solliciter l’aide de l’Amirauté, tant le Local Government Board que le Board of Trade ne firent pas mystère de la nature réelle de la mission qui leur avait été confiée :

  • 10 NA, Archives du Ministry of Transport, MT 23/349/T 5348/1915, Rey (BT) à LGB, 1er mars 1915 et Wil (...)
  • 11 NA, Archives du Ministry of Transport, MT 23/349/T 5348/1915, Willis à Thomson, 5 mars 1915.

« Efforts in various directions are being made to attempt to meet this shortage [of manpower], but one of the most fruitful sources hitherto has been found from among Belgian workers. If this source should no longer be available a very serious situation would result10. « From the public point of view we are only seeking to bring over “Belgian refugees” and you will of course regard this letter as confidential. We might get into difficulty in Holland if it were generally known that we had an organization for bringing over workmen whom we are require for military purposes »11.

  • 12 Sur les 2 000 agents des Chemins de fer belges présents en Angleterre en février 1915, 900 venaien (...)
  • 13 AGR, Archives du Bureau de renseignements pour les réfugiés belges à La Haye, no 14, Graddon à de (...)
  • 14 AGR, Archives du Comité officiel belge pour les Pays-Bas (COBPB), no 52, Rapport de Léon Delhez au (...)

11Dans les faits, la Commission for Transportation se mua rapidement en une véritable agence de recrutement travaillant au profit de l’industrie britannique. En novembre 1914, un Belge, Léon Delhez, fut chargé de seconder la Commission anglaise. Pendant des mois, il sillonna les camps à la recherche de réfugiés susceptibles d’être utiles aux usines alliées. Les Anglais insistèrent pour qu’il y mène un examen approfondi des aptitudes professionnelles de chaque candidat au départ. Les consuls et autres comités de secours aux réfugiés furent priés de mettre le même soin dans la sélection des réfugiés qu’ils dirigeaient vers Rotterdam. Les ouvriers de l’armement ou de la métallurgie, les cheminots12, les dockers, les servantes célibataires ou les manœuvres « les plus aptes, les plus intelligents et les plus robustes13 » étaient à peu près les seuls à pouvoir espérer bénéficier d’une traversée gratuite14.

  • 15 AGR, Archives du Comité officiel belge pour les Pays-Bas, no 1, PV de la séance du 30 octobre 1915

12Face à cette émigration organisée, les Pays-Bas adoptèrent une attitude passive. La nature réelle des opérations menées par la Commission ne pouvait être ignorée des autorités néerlandaises. Lors de ses tournées, Léon Delhez se faisait annoncer à grands renforts d’affiches placardées aux quatre coins des camps et les listes des candidats au départ dressées par le délégué belge étaient visées par les commissaires du gouvernement chargés de la direction de ces centres. Certes, certains d’entre eux mirent leur veto au départ de quelques-uns de leurs « hôtes » mais il s’agissait davantage de sauver les apparences que de réellement entraver les opérations de recrutement allié15.

  • 16 AGR, Archives des Consulats de Belgique aux Pays-Bas, no 134, Note aux Nouvelles, 7 octobre 1915.

13Cette bienveillance vis-à-vis de la Commission anglaise ne manqua probablement pas d’irriter le puissant voisin allemand même si, selon les traités internationaux, rien n’obligeait les Pays-Bas à s’opposer à cette émigration ouvrière. Le souci de ménager les autorités du Reich explique probablement que les Anglais aient été contraints de maintenir les apparences d’une action humanitaire en offrant la traversée à des milliers de femmes et d’enfants. En novembre 1916, lorsque l’organisme anglais fut dissous, la majorité des Belges pris en charge par la Commission étaient partis en familles, soit qu’ils aient suivi un mari ou un père engagé en Angleterre, soit qu’ils aient été admis sur les bateaux de la Commission au titre d’un regroupement familial. De toute évidence, cette bienveillance cadre mal avec les objectifs réels de la Commission et même si elle permit d’augmenter les engagements – beaucoup de réfugiés refusaient de quitter les Pays-Bas en y laissant leurs proches – elle constitua probablement le prix à payer pour obtenir des Néerlandais qu’ils ferment les yeux. Le départ de ces milliers de femmes et d’enfants, en même temps qu’il permettait de soulager les finances néerlandaises, devait maintenir les apparences d’une action menée sous les auspices de la charité. Dans le même temps, les Pays-Bas ne pouvaient contester la présence des agents britanniques sans que soit remise en cause l’action des recruteurs allemands. Très actifs le long de la frontière germano-néerlandaise, ceux-ci travaillaient pour le compte de grandes firmes d’armement ou de sociétés minières et on aurait mal compris, du côté allié, que les Pays-Bas s’opposent au départ de réfugiés belges alors même qu’ils toléraient la présence de recruteurs travaillant pour le compte de l’industrie de guerre allemande16.

  • 17 NA, Archives du Foreign Office, FO 371/2284, un fonctionnaire du War Office au sous-secrétaire d’É (...)
  • 18 NA, Archives du Foreign Office, FO 371/2284, Cambon à Grey, 19 juin 1915.

14Dès 1915, le recrutement des réfugiés belges en Hollande donna lieu à une concurrence effrénée entre Anglais et Français, preuve s’il en est de l’importance que les gouvernements alliés accordaient à cette main-d’œuvre. Aux Pays-Bas, les recruteurs des deux pays se livrèrent à une compétition qui fut pour beaucoup dans la flambée des prix qu’exigeaient les passeurs, à la frontière. En outre, à peine débarqués à Londres, des réfugiés furent parfois ouvertement sollicités par des recruteurs français. En mars 1915, des agents des Usines Schneider réussirent à convaincre de nombreux Belges à quitter l’emploi qu’ils venaient d’accepter chez Vickers pour aller se fixer en France, au Creusot17. Aux yeux des Anglais, ce détournement d’ouvriers venus de Hollande par des recruteurs français apparut comme d’autant plus injuste que ces Belges avaient été transportés en Angleterre aux frais du gouvernement britannique. À Londres, les autorités se montrèrent irritées par de telles pratiques au point d’envisager des mesures de rétorsion. Quand, en juin 1915, la France demanda l’envoi d’ouvriers agricoles réfugiés en Angleterre, le Foreign Office s’empressa de lui opposer une fin de non-recevoir18.

  • 19 NA, Archives du Ministry of Munitions MUN MUN 5/78/327/22, C. F. Rey à un fonctionnaire du sous-se (...)
  • 20 NA, Archives du Ministry of Munitions MUN 5/78/327/104, Memorandum on the importation of foreign l (...)

15Pour mettre un terme à cette situation, Board of Trade et autorités françaises n’eurent d’autre choix que de collaborer. Un accord intervint en décembre 1915 : la Commission for Transportation s’engagea à recruter des travailleurs belges pour le compte des autorités françaises et à les répartir selon une clé de répartition simple : 2/3 aux Anglais et 1/3 aux Français. En contrepartie, les Français reconnurent le monopole de la Commission en matière de recrutement de travailleurs belges installés en Hollande et s’engagèrent à ne plus soutenir les agents recruteurs français installés aux Pays-Bas19. On ne sait si cet accord fut réellement appliqué mais s’il eut le mérite d’apaiser les tensions entre Paris et Londres, il intervint probablement trop tard pour que les Français en profitent pleinement. Début 1916, la majeure partie de la main-d’œuvre la plus utile avait quitté les Pays-Bas. En avril 1916, la Commission Reyntiens ne s’occupa plus du transfert que d’une vingtaine d’ouvriers qualifiés. Face à cette situation, les Anglais se décidèrent à dissoudre la Commission en novembre 1916. Le Board of Trade maintint un agent à Rotterdam mais son activité fut limitée et ne concerna plus qu’un nombre réduit de réfugiés. En août 1916, le Board of Trade constata, avec regrets, que l’énorme vivier de main-d’œuvre qu’avaient représenté les réfugiés en Hollande se trouvait tari20. En l’espace de 18 mois, tout ce que les Pays-Bas comptaient d’ouvriers belges qualifiés, prêts à tenter l’aventure anglaise avaient été transportés de l’autre côté de la Manche. Au nom de l’effort de guerre, les Alliés avaient contribué à provoquer l’émigration de plusieurs milliers de travailleurs belges. Leur appel avait été tellement fort qu’il avait résonné jusqu’en Belgique occupée.

Jusqu’en pays occupé

  • 21 A. Vanneste, « Le premier “Rideau de Fer” ? La clôture électrisée à la frontière belgohollandaise (...)

16Le recrutement de la main-d’œuvre belge ne se limita pas aux seuls Pays-Bas. En effet, dès 1914, des embaucheurs n’hésitèrent pas à étendre leurs activités jusqu’en territoire occupé. Ils encouragèrent une émigration clandestine qui reste un phénomène largement méconnu. À partir de 1915, pour dissuader les jeunes hommes de partir rejoindre l’armée et éviter que ne pénètrent dans le pays du courrier ou des journaux non censurés, les autorités allemandes procédèrent au bouclage progressif de la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas. Petit à petit, ils plantèrent des sentinelles le long de cette ligne et tendirent des fils électriques allant des zones côtières jusqu’à la frontière allemande. Cette fermeture généra le développement d’une série de réseaux clandestins destinés à faire sortir du pays des hommes, du courrier, des renseignements ou des vivres en tous genres21. Ces réseaux spécialisés fournirent parmi les héros les plus célèbres de la « résistance » belge à l’occupant. Une fois la guerre terminée, les mémorialistes n’eurent de cesse de vanter le courage des membres de ces réseaux d’évasion qui avaient réussi l’exploit de faire franchir la frontière à des milliers de jeunes gens. L’histoire de ces courageux volontaires et de leurs passeurs fut mise en avant au point d’occulter une émigration d’un autre genre : celle des ouvriers belges qui quittèrent leur pays en quête d’un emploi dans l’industrie de guerre allié. Pourtant, la fuite de ces travailleurs semble loin d’avoir été insignifiante.

  • 22 AGR, Archives de la Commission des Services patriotiques, no 137, Dossier « Affaires de Hollande – (...)

17Dès la fin 1914, le Limbourg néerlandais devint la plaque tournante d’une émigration ouvrière dirigée vers la France et la Grande-Bretagne. Plusieurs bureaux de recrutement virent le jour tout le long de la frontière hollando-belge. Les plus importants furent financés par des entreprises anglaises et françaises : Vickers, Armstrong ou les Usines du Creusot, notamment22. Ils constituèrent parfois les bases-arrière de réseaux clandestins actifs de l’autre côté de la frontière. En effet, ces bureaux s’adjoignirent les services d’agents recruteurs qui, à leur tour, engagèrent des « racoleurs » actifs aux Pays-Bas et en Belgique occupée.

18Pour ces embaucheurs, la détérioration des conditions de vie en Belgique occupée constitua une formidable aubaine. Aux yeux d’ouvriers de plus en plus durement touchés par le chômage et la détérioration de leurs conditions de vie, l’industrie alliée apparut soudain comme un formidable eldorado. La perspective de quitter la Belgique devint d’autant plus attrayante qu’on n’hésita pas à leur faire des promesses inconsidérées. Le leader socialiste Louis de Brouckère, en exil à Londres, en fit le triste constat en août 1915 :

  • 23 AGR, Archives du Comité officiel pour l’Angleterre (COBA), no 27, de Brouckère à Lloyd George, 12 (...)

« Les ouvriers belges partent le plus souvent en suivant les conseils de racoleurs. Les uns sont plus ou moins directement au service de grandes firmes industrielles ; pour d’autres, il est difficile de dire de qui ils tiennent leur mandat. Ils n’ont en général qu’une connaissance tout à fait insuffisante des travailleurs au milieu desquels ils opèrent […]. Les indications données par les racoleurs se répandant en se déformant, on raconte dans les villages et les faubourgs qu’il y a du travail en Angleterre à des taux fabuleux de salaires, pour tous ceux qui se présentent, sans qu’il leur soit nécessaire d’avoir des aptitudes particulières. Les amis, les voisins de ceux qui ont été racolés se joignent à eux et la conclusion est parfois que l’on part en bande »23.

  • 24 Cf. le récit livré par Fernand X. dans une lettre à son frère, après son passage en Angleterre et (...)
  • 25 AGR, Archives des Consulats de Belgique aux Pays-Bas, no 134, Paul Neven, Président du Comité de p (...)

19Après s’être délestés de leurs maigres économies, un nombre croissant d’ouvriers belges tentèrent la traversée de la frontière. Ceux qui échappaient aux patrouilles allemandes étaient directement dirigés vers les bureaux d’embauches disposés à proximité de la frontière. De là, ils étaient conduits vers Rotterdam d’où ils embarquaient sur des bateaux qui les menaient à Londres. Envoyés dans le centre d’accueil de Earl’s Court, ils étaient pris en charge par les représentants des firmes qui les avaient embauchés24. Commençait pour eux une vie nouvelle qui ne fut pas toujours à la hauteur de leurs espérances. En effet, de l’autre côté de la Manche ou en France, les salaires et les conditions de vie ne furent pas toujours à la hauteur de ce qui avait été promis. À l’été 1915, le Consul de Belgique à Maastricht alerta le gouvernement belge des désillusions terribles suscitées par les promesses des recruteurs et alla jusqu’à leur attribuer le net ralentissement de cette émigration clandestine25.

  • 26 NA, Archives du Ministry of Munitions MUN 5/348/327/1, The supply of Belgian Labour… op. cit.

20Reste qu’à la fin 1916, les Usines Vickers avaient déjà consacré près de £ 16 000 au recrutement d’ouvriers belges en Hollande et en Belgique occupée26. Cette manne illustre l’importance que les firmes accordaient à cette émigration mais aussi les tentations qu’elles firent naître dans certains milieux. D’évidence, cet afflux de Livres anglaises généra des abus. Placés au cœur d’une activité particulièrement lucrative, les « racoleurs » actifs des deux côtés de la frontière firent rapidement l’objet de vives critiques. Fin 1915, le Consul de Belgique à Maastricht n’hésita pas à assimiler leurs pratiques à celles de négriers :

  • 27 AGR, Archives des Consulats de Belgique aux Pays-Bas, no 134, le consul à Beyens, 21 octobre 1915.

« Les embaucheurs touchent des primes par ouvrier fourni et tous les procédés leur sont bons pour augmenter leurs bénéfices. Aucune considération ne les touche et nous en avons vu qui n’hésitaient pas à aller à la frontière-même, devant les Allemands, se quereller avec des concurrents plus adroits et dévoiler ainsi à nos ennemis les moyens employés par les guides pour faire passer la frontière clandestinement. […] De plus, ils se livrent à de véritables enchères en payant aux guides des sommes exorbitantes. Le manque de discrétion de ces embaucheurs – qui ont une mentalité de négrier – est extraordinaire. […] J’attribue en grande partie à leurs excès de langage l’arrestation de nombreux guides et patriotes qui se sont occupés de faire passer en Hollande des volontaires27. »

  • 28 NA, Archives du Ministry of Munitions MUN 5/348/327/1, The supply of Belgian Labour… op. cit
  • 29 J. Bondas, Histoire de la Centrale des Métallurgistes de Belgique – Soixante années d’effort et de (...)

21Bien décidés à lutter contre ces abus, les syndicats belges tentèrent de mettre de l’ordre dans ces pratiques. Le 30 novembre 1914, une délégation de la Commission intersyndicale belge, présente à Londres, fit part à l’Office of the Parliamentary Committee of the Trade Union Congress du taux de chômage élevé qui régnait parmi les ouvriers métallurgistes restés au pays et se proposa de favoriser l’émigration discrète d’un certain nombre d’entre eux vers l’Angleterre. Aussi, dès 1915, autorités et entreprises anglaises bénéficièrent de l’assistance du mouvement ouvrier belge. En pays occupé, les syndicats lancèrent une vaste campagne de propagande clandestine auprès des ouvriers qualifiés et n’hésitèrent pas à en appeler au devoir patriotique pour les inciter à quitter le pays28. Cette campagne de recrutement se révéla particulièrement active dans les bassins industriels de Liège, Anvers et Charleroi et valut de sérieux ennuis à certains cadres du mouvement ouvrier. Arrêtés pour avoir favorisé l’émigration d’un grand nombre de travailleurs, deux militants influents de la Centrale des Métallurgistes Belges, le principal syndicat socialiste du secteur, furent déportés en 191529.

  • 30 AGR, archives du COBA, no 34, Information office for Belgian Metal Workers. Notes for Sir Hatch, 3 (...)
  • 31 Trois « Bureaux pour la Protection du Travail[leur] Belge » furent créés par des membres du POB en (...)
  • 32 AGR, Archives du COBA, no 27, de Brouckère à Lloyd George, 12 août 1915.
  • 33 Le long rapport que Vandervelde adressa à Lloyd George semble avoir disparu mais on en trouvera un (...)

22Malheureusement, il est difficile de se faire une idée des résultats que rencontra cette campagne mais il n’en reste pas moins qu’aux yeux des leaders syndicaux l’organisation de cette émigration apparut comme une priorité. Dans les rapports qu’ils réussirent à faire parvenir à Bruxelles, les membres de la Centrale des Métallurgistes Belges exilés à Londres ne cessèrent de vanter les conditions de travail en vigueur en Angleterre ainsi que les hauts salaires que les Belges étaient susceptibles d’y gagner30. À l’été 1915, ils convainquirent Louis de Brouckère de solliciter l’appui du gouvernement britannique. Le leader ouvrier insista auprès du Ministre des Munitions anglais sur la nécessité d’intensifier l’exode systématique des ouvriers les plus qualifiés. Il s’agissait à la fois d’éviter qu’un nombre croissant de travailleurs belges ne soient tentés de travailler au profit des Allemands et de lutter efficacement contre le chômage endémique qui frappait le pays. Dans le long plaidoyer qu’il adressa à David Lloyd George, le président du Bureau pour la protection du Travail belge31, estima entre 5000 à 6000 le nombre d’ouvriers métallurgistes qualifiés susceptibles de quitter le pays clandestinement32. Quelques semaines plus tard, ce fut au tour d’Émile Vandervelde de proposer la création d’une agence de recrutement clandestine organisée par les milieux syndicaux socialistes et financée par les autorités anglaises. Sur les 40 000 à 50000 mécaniciens, tourneurs ou ajusteurs que comptait le pays, le leader socialiste se proposa d’en exfiltrer environ trois mille33.

  • 34 AGR, Archives du COBA, no 27, Edmond Carton de Wiart à Lloyd Georges, 21 septembre 1915.

23L’apport de ces ouvriers à l’industrie britannique était loin d’être négligeable mais, au sein du gouvernement belge, une telle initiative suscita de vives inquiétudes. À peine les autorités du Havre eurent-elles vent du projet qu’elles s’attachèrent à le faire capoter. Soucieux d’éviter que les organisations socialistes ne se saisissent de la gestion de cette émigration pour renforcer l’influence qu’elles exerçaient dans les milieux ouvriers, le gouvernement mit tout en œuvre pour discréditer le projet. Face aux appréhensions du Havre, les autorités anglaises renoncèrent à collaborer aussi étroitement avec les syndicats belges et ce grand bureau d’émigration clandestin ne vit jamais le jour34. Jusqu’à la fin de la guerre, autorités et entreprises britanniques restèrent largement dépendantes de recruteurs privés uniquement mus par l’appât du gain.

  • 35 AGR, Archives des Consulats de Belgique aux Pays-Bas, no 134, Galopin au Consul de Belgique à Maas (...)

24Les firmes anglaises et françaises ne furent pas les seules à manifester de l’intérêt pour les ouvriers quittant la Belgique. Quelques firmes belges en exil tentèrent d’attirer à elles des travailleurs restés au pays. En janvier 1917, Alexandre Galopin insista auprès du Consul de Belgique à Maastricht pour qu’il dirige tous les employés, dessinateurs ou ouvriers de la FN qui avaient franchi la frontière vers un de ses agents, installé dans la ville néerlandaise. Celui-ci était spécialement chargé de les aider à gagner la France pour y travailler dans les usines de la banlieue parisienne. Faute de sources, on ne sait quasi rien de l’activité de cet agent mais le fait que la FN ait jugé utile de mandater aux Pays-Bas un homme expressément chargé d’aider ses ouvriers à rejoindre l’arrière semble accréditer l’existence d’un réseau de passage clandestin directement organisé par l’entreprise35.

  • 36 AGR, Archives de l’Office national du Travail, no 8, Rapport sur la main-d’œuvre belge dans le dép (...)
  • 37 AGR, Archives de l’Office national du Travail, no 25, Rapport sur la main-d’œuvre belge dans le dé (...)

25En tout cas, à défaut d’organiser l’émigration de leur personnel, certaines entreprises semblent l’avoir clairement encouragée. Dès 1915, la Société des Mines et Fonderies de Zinc de la Vieille-Montagne embaucha largement parmi ses ouvriers qualifiés et ses cadres belges réfugiés en France. Elle plaça des directeurs belges à la tête de plusieurs de ses usines françaises et reprit une usine à zinc à Creil (Oise) dans laquelle la main-d’œuvre belge joua un rôle prépondérant. En plus des réfugiés de la première heure, l’entreprise embaucha de nombreux Belges qui avaient fui le pays clandestinement. Ainsi, le contingent belge de l’usine aveyronnaise de la Vieille-Montagne fut rejoint par deux ingénieurs et pas moins de 45 ouvriers issus des usines que l’entreprise exploitait à Balen et qui avaient quitté la Belgique clandestinement, en février 191736. De même, à Bordeaux, le personnel de la Société de constructions métalliques Dyle et Bacalan fut régulièrement rejoint par des ouvriers et des chefs d’ateliers provenant des installations que cette firme possédait à Louvain37. En dépit de leurs efforts, les Allemands ne réussirent jamais à mettre un terme à l’émigration d’ouvriers pressés de trouver un emploi dans des usines travaillant pour le compte des Alliés.

Conclusion

  • 38 M. Amara, Des Belges…, op. cit., p. 313.

26Durant la Première Guerre mondiale, la résistance des Belges à l’occupant prit des formes très variées : diffusion de courriers clandestins, distribution de journaux non censurés, collations de renseignements militaires ou organisation de filières d’évasion par la frontière belgo-néerlandaise en constituent les plus connues. Après-guerre, la fuite clandestine des volontaires de guerre fut à ce point érigée en symbole de la résistance qu’on en vint à oublier qu’ils furent loin d’être les seuls à quitter le pays au péril de leur vie. Les raisons de cet oubli sont multiples. Probablement était-il plus aisé de louer l’indéfectible patriotisme de ces jeunes hommes pressés d’aller s’enterrer dans les tranchées de l’Yser que celui de ces simples ouvriers chassés par le chômage. Il ne faisait aucun doute que la fuite de ces derniers avait été autant motivée par les salaires en vigueur dans les usines alliées que par l’attachement à de quelconques valeurs patriotiques. En outre, ces ouvriers n’avaient pas le profil-type du jeune patriote désireux d’en découdre sur le front. Il est communément admis qu’environ 32 000 volontaires rejoignirent les rangs de l’armée entre octobre 1914 et la fin de la guerre. Or, quand on sait que la grande majorité d’entre eux atteignirent le grade d’officier, on devinera aisément qu’elle pouvait être leur origine sociale38. Enfin, la fuite des travailleurs belges avait été largement encadrée par le mouvement ouvrier alors même que les mémorialistes de l’après-guerre – et de nombreux historiens à leur suite – auront toujours tendance à mettre en avant l’héroïsme des réseaux d’obédience catholiques. Au final, les raisons d’oublier le sort de ces travailleurs furent nombreuses.

27Preuve de l’importance que les travailleurs belges revêtirent aux yeux des autorités britanniques, celles-ci n’hésitèrent pas à mobiliser des moyens substantiels en vue d’organiser l’émigration de ceux qui se massaient aux Pays-Bas. Une agence de recrutement britannique fut créée à Rotterdam qui prit en charge le transport de plus de 30 000 réfugiés belges. Dans le même temps, avec la complicité des autorités britanniques et des syndicats belges, de grandes firmes anglaises prêtèrent leur concours à des réseaux d’évasion clandestins qui aidèrent de nombreux ouvriers qualifiés à quitter la Belgique occupée pour la France et la Grande-Bretagne. Malheureusement, on ne sait rien du nombre de travailleurs qui tentèrent le franchissement de la frontière. Reste que les moyens mis à disposition par les firmes anglaises et l’engagement des plus hauts responsables du mouvement ouvrier belge en faveur de ce mouvement laissent à penser que le phénomène fut loin d’être marginal. À leur manière, ces ouvriers participèrent, eux aussi, à la victoire tant espérée.

L’accueil que Guillaume II espérait..., Carte postale, coll. privée

Notes

1 M. Amara, Des Belges à l’épreuve de l’Exil. Les réfugiés de la Première Guerre mondiale : France, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2008, p. 128-129.

2 Archives générales du Royaume, Bruxelles (désormais AGR), Archives de l’Office national du Travail, no 36, Rapport sur la main-d’œuvre belge dans le département de la Loire, s. d. [1918], non fol.

3 AGR, Archives de l’Office national du Travail, no 50, Rapport sur la main-d’œuvre belge dans le département de la Seine, 1917, p. 42-43.

4 National Archives, Kew (désormais NA), Archives du Ministry of Munitions MUN 5/348/327/1, The supply of Belgian Labour and its relations with the Ministry of Munitions (December 1914 – November 1916), Memorandum prepared in DMRS/Records, [1917], non fol.

5 M. Amara, Des Belges…, op. cit., p. 198-199.

6 Comité officiel belge pour l’Angleterre. Rapport adressé à Monsieur le Ministre de l’Intérieur. 31 août 1917, Bruxelles-Londres, Dumoulin, 1918, p. 112-114.

7 Forty-Fourth annual report of the Local Government Board. 1914-1915, Londres, HMSO, 1916 [Cd. 8195], p. 70-71 – Forty-Fifth annual report of the Local Government Board. 1915-1916, Londres, HMSO, 1916 [Cd. 8331], p. 17.

8 De décembre 1914 à avril 1916, 12 417 hommes et 17 976 femmes et enfants, soit 30 393 réfugiés, furent pris en charge par l’organisation basée à Rotterdam (Cf. Report on the Work undertaken by the British Government in Reception and Care of Belgian refugees, Londres, HSO, 1920, p. 25-26).

9 NA, Archives du Foreign Office, FO 371/2284, Phillips au sous-secrétaire d’État au FO, 5 novembre 1915.

10 NA, Archives du Ministry of Transport, MT 23/349/T 5348/1915, Rey (BT) à LGB, 1er mars 1915 et Willis (LGB) à l’Amirauté, 5 mars 1915.

11 NA, Archives du Ministry of Transport, MT 23/349/T 5348/1915, Willis à Thomson, 5 mars 1915.

12 Sur les 2 000 agents des Chemins de fer belges présents en Angleterre en février 1915, 900 venaient des Pays-Bas. À cette date, plus de 500 d’entre eux travaillaient pour le compte de compagnies de chemins de fer britanniques (Cf. L’Action de l’Administration des Chemins de fer belges pendant l’année de guerre 1914-1915, Le Havre, Impr. du « Havre Éclair », p. 14).

13 AGR, Archives du Bureau de renseignements pour les réfugiés belges à La Haye, no 14, Graddon à de Biolley, 28 octobre 1915.

14 AGR, Archives du Comité officiel belge pour les Pays-Bas (COBPB), no 52, Rapport de Léon Delhez au Président du Comité officiel belge pour les Pays-Bas, 24 septembre 1915.

15 AGR, Archives du Comité officiel belge pour les Pays-Bas, no 1, PV de la séance du 30 octobre 1915.

16 AGR, Archives des Consulats de Belgique aux Pays-Bas, no 134, Note aux Nouvelles, 7 octobre 1915.

17 NA, Archives du Foreign Office, FO 371/2284, un fonctionnaire du War Office au sous-secrétaire d’État au FO, 27 mars 1915.

18 NA, Archives du Foreign Office, FO 371/2284, Cambon à Grey, 19 juin 1915.

19 NA, Archives du Ministry of Munitions MUN MUN 5/78/327/22, C. F. Rey à un fonctionnaire du sous-secrétariat d’État de l’Artillerie et des Munitions, 16 décembre 1915.

20 NA, Archives du Ministry of Munitions MUN 5/78/327/104, Memorandum on the importation of foreign labour for munitions work, 28 août 1916 – NA, Archives du Cabinet Office, CAB 42/26/7, Importation of Labour from abroad. Memorandum by Ministry of Munitions for War Cabinet, 7 décembre 1916.

21 A. Vanneste, « Le premier “Rideau de Fer” ? La clôture électrisée à la frontière belgohollandaise pendant la Première Guerre mondiale », Bulletin de Dexia Banque, t. 54, 2000, no 214, p. 39-82 – L. Van Ypersele et E. Debruyne, De la Guerre de l’ombre aux ombres de la guerre. L’espionnage en Belgique durant la guerre 1914-1918. Histoire et mémoire, Bruxelles, Labor, 2004.

22 AGR, Archives de la Commission des Services patriotiques, no 137, Dossier « Affaires de Hollande – Engagements d’ouvriers », Mémoire manuscrit rédigé par Albert Germeau, représentant de la firme Vickers aux Pays-Bas, s.d., p. 16-17.

23 AGR, Archives du Comité officiel pour l’Angleterre (COBA), no 27, de Brouckère à Lloyd George, 12 août 1915.

24 Cf. le récit livré par Fernand X. dans une lettre à son frère, après son passage en Angleterre et son embauche dans une usine de Londres, 27 février 1916 reproduite dans P. Baré et N. Close, Le fil rouge. 1914-1918, Herstal, chez les auteurs, 2008, p. 40-41.

25 AGR, Archives des Consulats de Belgique aux Pays-Bas, no 134, Paul Neven, Président du Comité de placement pour hommes belges à Maestricht (Refuge Vesta) à Stadler, 1er janvier 1915 ; Stadler à Davignon, 24 juin 1915.

26 NA, Archives du Ministry of Munitions MUN 5/348/327/1, The supply of Belgian Labour… op. cit.

27 AGR, Archives des Consulats de Belgique aux Pays-Bas, no 134, le consul à Beyens, 21 octobre 1915.

28 NA, Archives du Ministry of Munitions MUN 5/348/327/1, The supply of Belgian Labour… op. cit

29 J. Bondas, Histoire de la Centrale des Métallurgistes de Belgique – Soixante années d’effort et de luttes, 1887-1947, La Louvière, Imprimerie coopérative ouvrière, [1947], p. 141. Ces deux syndicalistes étaient J. Schevenels et J. Verlinden, tous deux futurs membres influents du Parti ouvrier belge. Voir aussi : A. Van Laar, Geschiedenis van de Arbeidersbeweging te Antwerpen en omliggende, Anvers, Ontwikkeling, 1926, p. 509.

30 AGR, archives du COBA, no 34, Information office for Belgian Metal Workers. Notes for Sir Hatch, 3 juin 1915.

31 Trois « Bureaux pour la Protection du Travail[leur] Belge » furent créés par des membres du POB en exil à Paris, à Londres, sous la direction de Louis de Brouckère et aux Pays-Bas, sous la direction d’Arthur Jaumaux. Ce dernier bureau se consacra, pour l’essentiel, à la prise en charge des ouvriers réfugiés en Hollande ou fuyant la Belgique.

32 AGR, Archives du COBA, no 27, de Brouckère à Lloyd George, 12 août 1915.

33 Le long rapport que Vandervelde adressa à Lloyd George semble avoir disparu mais on en trouvera une bonne synthèse dans NA, MUN 5/348/327/1, The supply… op. cit.

34 AGR, Archives du COBA, no 27, Edmond Carton de Wiart à Lloyd Georges, 21 septembre 1915.

35 AGR, Archives des Consulats de Belgique aux Pays-Bas, no 134, Galopin au Consul de Belgique à Maastricht, 5 janvier 1917 et 27 février 1917.

36 AGR, Archives de l’Office national du Travail, no 8, Rapport sur la main-d’œuvre belge dans le département de l’Aveyron, s.d. [1918], non fol.

37 AGR, Archives de l’Office national du Travail, no 25, Rapport sur la main-d’œuvre belge dans le département de la Gironde, s.d. [1917], non fol.

38 M. Amara, Des Belges…, op. cit., p. 313.

Table des illustrations

Légende L’accueil que Guillaume II espérait..., Carte postale, coll. privée
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3327/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 318k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search