Version classiqueVersion mobile

La Résistance en France et en Belgique occupées (1914-1918)

 | 
Robert Vandenbussche

Résister au travail forcé dans le Nord occupé (1914-1918)

Jean-François Condette

Texte intégral

  • 1 Claudine Wallart (dir), C’était hier, Le département du Nord ; Le Nord en Guerre 1914-1918, Lille, (...)
  • 2 Archives départementales du Nord (désormais AD du Nord), 9 R 686, arrêté du 12 septembre 1917.
  • 3 Ibid., lettre du maire de Lille au général Von Graevenitz, 15 octobre 1917.

1La proclamation à la population parue dans Le Bulletin de Lille du 15 octobre 1914 déclare que « l’Armée allemande ne fait la guerre qu’aux armées françaises, anglaises et belges, pas à la population qui ne prend pas part à la guerre […]. Tout habitant paisible pourra suivre son occupation régulière sans être dérangé »1. Mais la suite du texte annonce la mise en place d’un système de grands otages et l’obligation pour la municipalité de verser 5 000 000 francs de cautionnement. La réalité est très rapidement différente pour les habitants du Nord occupé. À la présence massive des troupes d’occupation, à la proximité de la zone des combats, s’ajoutent de très nombreux interdits mais aussi de multiples réquisitions. Tout ou presque finit par être réquisitionné, ce qui plonge les habitants dans la misère, en particulier dans les villes. Par arrêté du 12 septembre 1917, le général Von Quest, réquisitionne ainsi les laines à matelas, traversins et coussins2. Alors que la partie la plus pauvre de la population souffre déjà de la faim et du froid, cette décision est vécue comme un drame. Le maire de Lille, dans sa lettre au général Von Graeveniz, le 15 octobre, relève : « Que vont devenir, à l’entrée même de l’hiver ces milliers de logis ouvriers où manquent déjà la lumière, le charbon et le pain et où, bien souvent, plusieurs membres de la famille s’entassent sur un seul matelas »3 ?

2Une autre menace plane cependant sur les populations septentrionales occupées, celle du travail forcé au service des intérêts allemands. Le contrôle et l’emploi de la main-d’œuvre deviennent des enjeux fondamentaux dans cette guerre totale et les Autorités allemandes mettent progressivement en place un système très coercitif de fichage des habitants, en particulier des chômeurs. L’embauche volontaire rencontrant peu de succès, les réquisitions se multiplient. Au travail forcé sur place s’ajoute le travail forcé des évacués. Pour les réfractaires, des camps de travail sont fondés, employant les brassards rouges qu’il s’agit aussi de faire plier pour qu’ils signent des engagements volontaires. Face à ces exigences, les habitants du Nord, dans leur grande majorité, entrent en résistance et tentent d’échapper aux ordres allemands. De nombreux maires, mais également l’autorité préfectorale, les cadres religieux et universitaires, mènent la lutte contre ces exigences, affirmant ainsi une forte dimension patriotique à leur action quotidienne.

Les réquisitions de main-d’œuvre par l’occupant : des exigences permanentes

  • 4 Annette Becker, Oubliés de la Grande Guerre, humanitaire et culture de guerre. Populations occupée (...)

3Les exigences allemandes sont précoces, permanentes et croissantes et touchent très vite la question sensible de l’utilisation à son profit de la main-d’œuvre alors que le tissu économique est très fortement désorganisé par la rupture des liens avec le reste du territoire national. Le chômage s’accroît rapidement alors que les usines doivent se reconvertir en industries de guerre au service des Allemands, ces derniers multipliant aussi les démontages vers la Belgique et l’Allemagne. « Dès les premières semaines de l’occupation, des hommes, des femmes et des adolescents en âge de travailler ont été réquisitionnés pour remettre en état une partie des voies ferrées et des routes, parfois même des fortifications endommagées par les combats »4. Quatre modes opératoires sont identifiables pour traquer la main-d’œuvre.

L’échec de l’appel aux volontaires

  • 5 Maxence Van der Meersch, Invasion 1914, Paris, Le Club du Livre, 1957, p. 109.

4Les différents articles de la Convention de La Haye concernant les lois et coutumes de guerre sur terre (18 octobre 1907) autorisent des réquisitions pour l’envahisseur victorieux pour l’assister dans ses tâches d’occupation du territoire conquis. Mais ces travaux ne doivent pas être militarisés et servir aux troupes occupantes contre la patrie des réquisitionnés. Tout au long de l’occupation, les Autorités allemandes tentent d’attirer les Nordistes par des offres d’emploi alléchantes alors que la misère est importante. Comme le note Maxence Van der Meersch dans Invasion 14, « les faces étaient maigres et pâles. La faim et la souffrance avaient dématérialisé les visages. On se fut cru au milieu d’un peuple d’ascètes5 ». Une véritable propagande se met en place, relayée par les affiches et la presse sous contrôle allemand. Une proclamation de la Kommandantur de Lille, le 10 novembre 1916, explique ainsi l’intérêt du travail libre, maniant à la fois « la carotte et le bâton », puisqu’elle oppose le travailleur libre, bien payé et libre de ses mouvements, au travailleur requis qui est caserné :

  • 6 AD du Nord, 9 R 844, proclamation de la Kommandantur de Lille aux ouvriers, le 10 novembre 1916.

« Toutes les usines dans lesquelles vous avez gagné votre vie avant la guerre sont fermées ; le chômage général règne partout […] ; la cherté de la vie quotidienne est toujours croissante, cherté qui est occasionnée par la disette de toutes les vivres. Pour remédier à cet état de choses et pour aider la classe ouvrière, l’autorité allemande a trouvé une combinaison qui permet à tout bon ouvrier de se faire une position indépendante ; un nouveau type a été créé : l’ouvrier libre […]. L’ouvrier libre n’est pas caserné, il peut choisir un logement à sa guise près de son travail ; l’ouvrier libre n’est pas surveillé par un militaire ; il va à son travail comme en temps ordinaire ; l’ouvrier libre gagne selon ses facultés jusqu’à 4 francs par jour ; l’ouvrier libre exerce le métier qui lui est familier ; l’ouvrier libre pourra obtenir une permission […] ; il a la permission d’écrire une carte par semaine, de recevoir un colis postal par mois et d’envoyer de l’argent deux fois par mois […]. Le chômage général qui règne dans le Nord a forcé l’autorité allemande à appliquer l’article no 2-30 070 de l’arrêté du Quartier-maître général. Selon cet article, on vient de composer des bataillons d’ouvriers forcés parmi lesquels se trouvent tous les hommes sans travail, qui ne sont pas désireux de se faire enrôler comme ouvrier libre ainsi que tous ceux qui se refusent à travailler. L’ouvrier de bataillon est payé à raison de 30 pf par jour ; il est caserné ; il est toujours surveillé à son travail ; sa liberté est donc restreinte6 ».

  • 7 AD du Nord, 9 R 755, lettre du maire de Tourcoing aux Autorités allemandes, 26 décembre 1914.

5L’offre est tentante assurément et des Nordistes l’acceptent mais la majorité refuse, par devoir patriotique, se méfiant aussi des promesses peu respectées. Face aux pressions allemandes qui tentent d’associer les municipalités à leurs réquisitions, les maires recommandent aux Autorités occupantes le recours à l’engagement volontaire, ce qui ne leur demande aucune démarche alors qu’ils savent que les populations n’y répondront pas massivement. C’est ainsi que le maire de Tourcoing, dans une note du 26 décembre 1914, répond à une demande allemande d’une liste des jeunes gens de la commune nés en 1895 « avec lesquels il serait question de former une compagnie d’ouvriers7 ». Le maire note qu’une affiche apposée par l’autorité allemande pour les convoquer aura « un effet nul ». Sur les instructions de l’autorité militaire française, ils ont été invités à quitter la région pour se rendre dans la partie du département qui n’était pas menacée d’occupation immédiate. « Les jeunes gens ont répondu en masse à cet appel le 9 octobre 1914 ». Ceux qui ne l’ont pas fait ont été arrêtés puis transférés comme prisonniers en Allemagne. D’autre part, la mairie ne possède pas la liste de ces jeunes gens qui est au service du recrutement militaire. Si elle doit établir une telle liste, il faudra un long travail, sans aucune garantie d’exactitude, à partir des registres de naissances de l’année 1895 mais sans savoir si les familles et les jeunes hommes sont toujours dans la ville depuis 19 ans. Le maire fait aussi remarquer qu’en principe, « ses fonctions ne lui donnent pas qualité pour procéder à un pareil enrôlement ». La mairie veut bien lancer un appel aux volontaires pour des travaux de manutention dans les gares et d’entretien des routes, « dans la ville de Tourcoing pour 5 francs par jour ».

  • 8 Ibid., avis de la Kommandantur de Tourcoing du 6 janvier 1917.
  • 9 AD du Nord, 9 R 739, Saint-André, affiche bleue « Avis », 21 octobre 1916.

6La Kommandatur de Tourcoing signale, le 6 janvier 1917, qu’elle recherche des ouvriers. « Ces hommes trouveront de l’emploi à Tourcoing ou dans les environs. Ils toucheront un bon salaire, et recevront, de temps à autre un congé de quelques jours. Seront pris en considération en premier lieu : les électriciens, mécaniciens, forgerons, charrons, serruriers, selliers, maçons, charpentiers, menuisiers, etc. Les hommes aptes à travailler qui ne se feront pas inscrire seront, selon toute probabilité engagés le moment donné à travailler sous des conditions beaucoup moins avantageuses8 ». De nombreuses affiches sont apposées dans les principales communes. Une affiche bleue de la Kommandantur de Saint-André, datée du 21 octobre 1916, demande la levée d’un groupe d’ouvriers, payés 5 francs par jour pour les ouvriers âgés de 18 ans et plus, 4 francs pour les moins de 18 ans. « Il sera déduit 2 francs par jour pour le logement et la nourriture qui sera la même que celle donnée aux soldats allemands ; une permission sera accordée tous les huit ou quinze jours à chaque ouvrier pour aller dans sa famille. L’autorité allemande compte sur de nombreuses inscriptions volontaires afin d’éviter une levée forcée9 ». Une affiche du 5 avril 1916, intitulée « Offre d’emplois », signée des Kommandanturen d’étape de Roubaix et de Tourcoing, lance un appel :

  • 10 AD du Nord, 9 R 736, affiche du 5 avril 1916.

« Des ouvriers peuvent trouver du travail agréable et sain à Gommignies et à Herbignies (arrondissement de Valenciennes) situées à 60 kilomètres derrière le front. Il s’agit de la coupe d’arbres de taille moyenne dans la forêt de Mormal, un travail assez facile pour lequel il ne faut pas d’aptitudes spéciales. En plus du logement et de la nourriture fournis gratuitement, un salaire de 3 francs par jour sera accordé […]. Les outils sont fournis par l’Autorité allemande. Dans la mesure du possible les ouvriers pourront retourner en congé tous les 15 jours dans leurs familles »10.

7Les travailleurs volontaires, poussés par la faim, parfois aussi par l’appât du gain, sont mal vus. Un rapport du commissaire de police de Roubaix, le 30 avril 1915, décrit des incidents, rue de l’Épeule, le jour même. Une « petite émeute » s’est produite sur le passage des ouvrières travaillant à l’usine Georges Selliez.

  • 11 AD du Nord, 9 R 735, rapport du commissaire de police de Roubaix, 1er mai 1915.

« Vers 7 heures, les employées de l’usine, au nombre de 450 se sont présentées à l’usine mais, par une sorte d’entente tacite, elles ne prirent pas le travail sauf une cinquantaine […]. Ce sont ces dernières qui, quittant l’usine, leur travail terminé, furent assaillies par les gens du quartier ». Les insultes, les coups ont été légion. Le lendemain, 1er mai 1915, les Allemands mettent en place un imposant service d’ordre sur le chemin qui mène à l’usine. « Les ouvrières, au nombre de 250 à 300, ont repris le travail sans incident. […]. Les absentes signalées ne sont pas toutes des défections11 ».

  • 12 Ibid., lettre du 5 mai 1915.

8Le 5 mai, le commissaire note que « la rentrée de l’usine Selliez s’est faite sans incident »12. Une affiche allemande placardée à Roubaix, le 26 juin 1915 relève :

  • 13 AD du Nord, 9 R 515, affiche placardée à Roubaix, 26 juin 1915.

« Un certain nombre d’ouvriers travaillant dans quelques usines dirigées par l’autorité allemande ont été forcés de cesser le travail à cause des excitations continuelles, des menaces et du mauvais traitement de la part de la population. De la part de la ville, rien n’a été fait pour s’opposer à ces troubles. […]. Le commandant en chef de l’Armée se voit dans l’obligation d’augmenter la garnison de deux régiments. L’entretien de ces deux régiments occasionnera à la ville des frais considérables ; les régiments séjourneront dans la ville aussi longtemps que l’entêtement ainsi que la résistance des ouvriers et de la population n’auront pas cessé et que le travail n’aura pas repris »13.

  • 14 AD du Nord, 9 R 735, appel de la Kommandantur de Roubaix, 21 décembre 1916.

9Les offres d’emplois se multiplient tout au long de l’occupation, misant sur les promesses de salaires intéressants et sur la menace explicite de recourir à la force. La Kommandantur de Roubaix, le 15 juillet 1916, demande à partir du 20 juillet « pour des travaux agricoles à Roubaix, Mouvaux et Wattrelos », 150 ouvriers (80 à Roubaix, 50 à Wattrelos et 20 à Mouvaux). Si le nombre n’est pas atteint, les Allemands recruteront de force. Le 21 décembre 1916, la Kommandantur de Roubaix lance un appel : « on offre du travail bien payé à des ouvriers maçons, serruriers, charpentiers et ouvriers en béton. Les ouvriers pourront continuer à habiter chez eux car ils seront occupés à proximité de Roubaix14 ». Une affiche À la population ouvrière de Roubaix, datée du 7 novembre 1916, demande des serruriers, des forgerons, des tourneurs, des ouvriers travaillant le bois, des chauffeurs pour travailler dans les ateliers de l’administration militaire allemande.

  • 15 Ibid., proclamation, « A la population ouvrière de Roubaix », 7 novembre 1916.

« En conséquence, les hommes bien portants sont invités à se faire inscrire volontairement à la Kommandantur. Les ouvriers volontaires recrutés de cette façon, seront bien payés et bien logés et, s’ils ne sont pas occupés dans la ville où ils demeurent, on leur accordera des congés à des intervalles réguliers pour rendre visite à leurs familles. Si personne ne se présente, ou si les inscriptions ne sont pas suffisantes, on se verra dans l’obligation de forcer les ouvriers à travailler […]. Les personnes qui essayeront d’empêcher des ouvriers de travailler volontairement seront punies conformément au paragraphe XVI de la proclamation du général Commandant l’Armée en date du 25 novembre 1915, jusqu’à 3 ans de prison ou jusqu’à 6 000 marks d’amende »15.

Réquisition sur place ou à l’extérieur et fichage des habitants

10Dès la fin de l’année 1914, de très nombreuses communes doivent faire face à des réquisitions de main-d’œuvre. Une guerre d’usure s’enclenche à la fois pour l’élaboration des listes des requis, leur convocation et leur rétribution. Une lettre du maire de Templeuve au préfet du Nord, en novembre 1916, dénonce les agissements allemands dans sa commune.

  • 16 AD du Nord, 9 R 742, Templeuve, lettre du maire au préfet du Nord, 27 novembre 1916.

Je crois devoir porter à votre connaissance divers incidents auxquels a donné lieu l’établissement en notre commune d’un dépôt de munitions. C’est en somme un spécimen de la méthode allemande qui consiste à recruter d’abord une main-d’œuvre locale puis à tenter de contraindre les communes à en payer les salaires. Le 28 juin, des troupes du génie, entreprirent divers travaux auprès de la gare de Canchomprez. Cette station est située en pleins champs, et presque à égale distance des bourgs de Templeuve, Mérignies et Pont-à-Marcq. […]. On sut au bout de quelques jours qu’il s’agissait d’installer un dépôt de munitions relié à la gare par plusieurs voies de raccordement. Dès le début de juillet, les hommes de Mérignies et Pont-à-Marcq se rendirent aux chantiers. De son côté, la commune de Templeuve reçut le six du même mois, l’ordre d’y envoyer 18 ouvriers mais elle crut devoir y résister, et, depuis ce jour jusqu’à la fin du mois, elle fut quotidiennement harcelée de mises en demeure tant écrites que verbales, avec menaces diverses à l’appui, d’avoir à présenter jusqu’à 30 ouvriers. Ces sommations furent affichées mais elles aboutirent à une abstention totale. Le 22 juillet, la Kommandantur ordonna une revue générale des mobilisables qui eut lieu sur la Grand Place et dressa une liste de toutes les ressources de la commune en fait de main-d’œuvre. Le 28 juillet, convocation de 30 hommes désignés nominativement. Comme à ce moment, on procédait à des levées importantes pour l’agriculture, ils se présentèrent à la Kommandantur sans arrière-pensée. Aux gendarmes qui venaient les encadrer, ils demandèrent à quels travaux on les destinait ; à ceux de Canchomprez, répondirent-ils. Et comme nos hommes refusaient de marcher, ils furent menacés de fusillade, bousculés, chargés par les cavaliers et conduits militairement jusqu’au dépôt de munitions où ils se soumirent sans grande opposition. Il est juste de signaler ici l’attitude courageuse de Messieurs X (3 noms) qui opposèrent à toutes les tentatives d’embauchage la résistance la plus formelle. Tous trois furent naturellement incarcérés »16.

11L’un a été libéré pour raison de santé, les deux autres ont été prisonniers dans les pires conditions pendant 39 jours. Le 1er octobre 1916, alors qu’il faut stocker les obus dans les casemates et organiser le service des expéditions, les Allemands demandent à la commune de payer le salaire de 9 ouvriers réembauchés, ce que refuse le maire qui mécontente ainsi à la fois les Allemands mais également les ouvriers laissés sans paye. Le 12 octobre, la Kommandantur informe le maire qu’elle a transmis le dossier aux autorités supérieures. Le 15 octobre, les ouvriers impayés font « une bruyante irruption à la mairie » et le 16, commence une grève du personnel qui travaille au dépôt de munitions. Neuf jours se passent sans que le maire ne cède et le mardi 24 octobre la Kommandantur paye elle-même les salaires aux ouvriers. De nouvelles complications apparaissent début novembre où vingt ouvriers du dépôt de munitions ne sont plus payés avec ordre donné à la commune de le faire.

  • 17 AD du Nord, 9 R, 695, extrait de l’ordonnance allemande du gouverneur de la place de Lille du 3 av (...)
  • 18 AD du Nord, 9 R 700, fiches cartonnées de suivi de la main-d’œuvre.
  • 19 AD du Nord, 9 R 739, Saint-André, affiche allemande du 10 janvier 1917.

12Un véritable système de fichage est mis en place dans la plupart des communes avec un très net durcissement du régime en 1917. Les Allemands tentent de ficher la population lilloise, exigeant un pointage précis des chômeurs par tout un système de cartes de travail et la mise en place de revues d’effectifs. L’ordonnance du 3 avril 1917 relève : « Sont astreintes à se présenter aux revues toutes les personnes du sexe masculin de nationalité française, belge, russe, anglaise, italienne et roumaine, nées après le 20 avril 1865 et âgées au moins de 17 ans. Tout engagement conclu après le 17 avril 1917 avec des personnes visées ou toute résiliation d’un contrat de travail doit être signalé par le patron sur le modèle prescrit dans les 24 heures17 ». Les certificats de travail et les déclarations doivent indiquer exactement l’occupation actuelle et antérieure. Des désignations générales telles que commerçants, marchands, représentants, ouvriers, employés, sont insuffisantes. Des formulaires cartonnés, verts pour l’embauche et roses pour la déclaration de départ d’un ouvrier, doivent être remis aux autorités allemandes dès qu’il y a mouvement du personnel18. Un avis du commandant du 10 janvier 1917 exige que tous les hommes et jeunes gens de la commune de Saint-André, âgés de 15 à 55 ans inclus, se fassent inscrire à la mairie. Ils devront faire connaître leur profession ainsi que le lieu où ils sont occupés. Une attestation de l’employeur doit être remise. L’inscription se fait par ordre alphabétique du lundi 15 janvier (A, B, C) au samedi 20 (T, U, V, W, Z)19. Ce fichage est lancé dans la plupart des communes. Devant la résistance des maires et des populations, un décret contre le refus du travail est adopté par le Quartier général de l’Armée allemande, le 24 avril 1917.

  • 20 AD du Nord, 9 R 846, décret contre le refus de travail, 24 avril 1917 (repris dans le Bulletin de (...)

1°) Sera puni d’un emprisonnement de 3 ans au maximum et d’une amende pouvant atteindre 10 000 marks, ou d’une de ces deux peines, à moins que les lois et décrets existants ne prévoient une peine plus sévère : a) Quiconque aura refusé d’accepter ou de continuer le travail pour lequel il a été désigné en raison des prescriptions existantes ; b) Quinconque ne sera pas entré au service après s’y être engagé vis-à-vis d’une autorité ou d’une administration allemande, d’un entrepreneur travaillant pour les autorités allemandes ou d’une exploitation mise sous sequestre ; de plus, quiconque aura abandonné un service de ce genre sans observer le terme de congé convenu ou valable d’après le droit allemand ; c) Quiconque n’aura pas rempli ou n’aura pas rempli à temps, par sa faute, un contrat de travail ou de livraison conclu avec une autorité ou une administration allemande ou un entrepreneur travaillant pour les autorités allemandes ; d) Quiconque, travaillant pour une autorité ou une administration allemande ou pour un entrepreneur travaillant pour les autorités allemandes, ou pour une exploitation séquestrée, aura contrevenu à dessein au règlement de travail ou aux ordres reçus, ou aura négligé coupablement ses devoirs.
2°) Si une action précisée dans le & 1, est commise par plusieurs personnes conjointement, chacun des coupables sera puni de 6 mois à 5 ans d’emprisonnement.
3°) Dans les cas prévus par les && 1 et 2, le coupable pourra être condamné à la peine de réclusion ; a) si l’action a été commise simultanément par plusieurs personnes qui se sont préalablement concertées, soit au même, soit à divers endroits ; b) Si le coupable ou l’un des coupables a commis des voies de fait ; c) si l’action est suivie d’une interruption importante du travail ou d’un dommage considérable fait à la propriété de l’administration militaire ou de l’entrepreneur travaillant pour elle, ou de l’exploitation séquestrée.
4°) Quiconque aura eu connaissance d’une source digne de foi d’un de ces actes émunérés dans les & 1 à 3 et aura négligé d’en avertir sans retard une autorité allemande, sera puni d’un emprisonnement de 5 ans au plus, si l’action punissable a été réellement commise.
5°) Quiconque aura sciemment aidé ou assisté l’auteur ou les auteurs des actions émunérés dans les && 1 à 3, sera puni de la même peine que l’auteur même.
6°) Quiconque aura provoqué un autre à commettre une des actions émunérées dans les && 1 à 3 ou donné des instructions pour la commettre, sera puni de réclusion ou d’emprisonnement dans les cas moins graves. Si l’action a été commise en présence d’une assemblée de personnes, dans une réunion, par un prêtre pendant le service divin ou par un fonctionnaire en service, l’auteur sera puni de réclusion. 7°) Dans les cas où un grave dommage militaire a été causé, la peine de mort sera applicable »20.

13Dès lors les exigences allemandes se font plus méthodiques. La Kommandantur d’étape de Tourcoing, le 14 mai 1917, exige que :

  • 21 AD du Nord, 9 R 755, avis de la Kommandantur à la population de Tourcoing, 14 mai 1917.

« Tous les hommes de 15 ans accomplis à 60 ans révolus porteront constamment sur eux à partir du 8 juin 1917, en dehors de leur carte d’identité, un certificat de profession […]. Tout patron établi à Tourcoing doit inscrire sur un formulaire remis par la Kommandantur (formulaire no 1) tous ses ouvriers ou employés du sexe masculin âgés de 15 ans accomplis à 60 ans révolus qui ne sont pas encore en possession d’un certificat de profession (carte rouge de certificat de travail). Les ouvriers ou employés qui ne demeurent pas à Tourcoing, par exemple ceux qui demeurent à Roubaix ou à Lille, doivent figurer sur un formulaire spécial par commune […]. Les indépendants, industriels, étudiants, fabricants, fonctionnaires, commerçants, artisans, cultivateurs etc., qui ne sont pas encore en possession d’un certificat de profession doivent remplir pour leur propre personne un formulaire no 2 reçu à la Kommandantur. Il en est de même des ouvriers qui, demeurant à Tourcoing, sont occupés en dehors de la ville […]. Tout patron donnant du travail à un homme âgé de 15 à 60 ans est tenu d’inscrire sur un registre établi à cet effet, pour chacun de ses ouvriers, la profession ainsi que le commencement et la suspension du travail chez lui […]. Lorsqu’un ouvrier suspend le travail, le patron lui retirera le certificat pour le livrer sur-le-champ à la Kommandantur […]. Tout homme capable de travail, de 15 à 60 ans, qui n’aura pu obtenir un certificat de profession, ni par une autorité allemande ni par un patron, est tenu d’aller prendre sa carte personnellement aux dates ci-après : le lundi 4 juin 1917 (noms commençant par A à C), mardi 5 juin (D), mercredi 6 juin (E à M) et jeudi 7 juin (N à Z) »21.

  • 22 AD du Nord, 9 R 697, rapport du commissaire de police de Lille au préfet, 26 octobre 1916.
  • 23 Ibid., Ordonnance allemande du 3 octobre 1916. C’est la formule indiquée sur les feuilles nominati (...)

14Si le travail peut se faire sur place, il arrive de plus en plus fréquemment que les requis soient astreints à un travail en dehors du territoire municipal. Le commissaire central de police de Lille écrit au préfet, le 26 octobre 1916 : « J’ai l’honneur de vous informer que je viens de recevoir de l’Autorité allemande 811 convocations destinées à des personnes domiciliées sur les 3, 5, 6, 7, 8 et 9 arrondissements de police. Les intéressés doivent se présenter demain à 13 heures au palais Rameau »22. Une ordonnance du 3 octobre 1916 exigeait déjà qu’un certain nombre de Lillois se trouvent « le mardi 17 octobre 1916 à 13 heures devant le Palais Rameau. « Celui qui n’obéira pas à cet ordre sera amené par la police militaire ; en outre, il sera passible d’une peine d’emprisonnement allant jusqu’à 3 ans et d’une amende jusqu’à occurrence de 10000 francs ou d’une des deux peines […]. Chacun devra emporter deux chemises, deux caleçons, deux paires de chaussettes, un manteau, une cravate, une paire de gants, une serviette, deux couvertures, un bol et ustensiles pour manger »23.

  • 24 Ibid., 9 R 697, rapport du commissaire de police de Lille au préfet, 2 décembre 1916.
  • 25 Ibid., rapport du commissaire de police de Lille au préfet, 5 janvier 1917.
  • 26 Ibid., rapport de police du 12 juin 1917.
  • 27 AD du Nord, 9 R, 714, lettre du maire de Ronchin au préfet du Nord, 5 juillet 1917.

15Une nouvelle lettre du commissaire central de police, le 2 décembre 1916, l’informe que les Autorités allemandes ont convoqué « ce matin, au Palais Rameau, 1127 hommes et jeunes gens. Sur ce nombre, 670 ont été renvoyés chez eux et les autres (457) retenus et conduits à la citadelle en attendant qu’ils soient emmenés »24. Le rapport du 5 janvier 1917 relève la convocation à la raffinerie des salpêtres, cour des Bourloires, de 420 hommes pour le 3 janvier et de 316 pour le lendemain soit au total 736. « Sur ce nombre, 119 ont été retenus le premier jour et 70 le second et dirigés sur la Citadelle. Quant aux autres, ils ont été renvoyés chez eux »25. Le rapport du commissaire de police de Lille au préfet du 11 juin 1917 relève : « J’ai l’honneur de vous informer que 1733 personnes du sexe masculin, de 14 à 60 ans, appartenant aux diverses classes de la société, sont convoquées pour ce jour, à 7 heures et 11 heures du matin, à la gare de Fives, par l’Autorité allemande en vue d’être emmenées en dehors pour travailler contre paiement ». 1991 autres convocations sont lancées pour mercredi : le 12 juin, le commissaire central note que 2521 nouvelles convocations ont été distribuées aujourd’hui à des personnes de toutes classes pour jeudi prochain, 14 juin à 7 heures du matin, à la gare de Fives26. Le 13 juin, le commissaire rend compte du résultat. Sur les 1991 personnes convoquées ce matin, environ 500 ont été renvoyées dont 250 malades et infirmes, 70 étudiants et le reste des hommes âgés de 52 à 60 ans ». Le 14 juin, le commissaire note 1998 convocations lancées pour le samedi 16 juin à 7 heures du matin Gare de Fives. Des 2 521 personnes appelées pour ce matin, même heure et même endroit, 1 013 ont été renvoyées après visite médicale. Le rapport du 16 juin 1917 signale que sur les 2491 hommes convoqués ce matin, 1017 d’entre eux ont été renvoyés chez eux. Le rapport du 21 août 1917 montre la poursuite de ces réquisitions : « J’ai l’honneur de vous rendre compte que l’Autorité allemande avait convoqué pour ce jour, à 7 heures 30 du matin, gare de Fives, environ 1400 hommes de 14 à 61 ans, en vue d’une évacuation. Sur ce nombre 888 ont été renvoyés chez eux après visite médicale et les autres ont été emmenés par chemin de fer ». Un nouveau rapport, le 17 mai 1918, indique que les Allemands ont convoqué « pour visite médicale, rue de Paris, cour des bourloires, 700 hommes de tous âges ». Sur ce nombre 290 ont été reconnus aptes et sont appelés aujourd’hui à 10 heures avec bagages. Le maire de Ronchin écrit au préfet, le 5 juillet 1917, pour signaler que l’Autorité militaire a réquisitionné une centaine d’hommes pour des travaux à exécuter au dehors. Ces hommes sont partis depuis le 22 juin et « ont été conduits à Don-Sainghin »27.

Les bataillons d’ouvriers forcés : les brassards rouges

  • 28 Marcel Godinot-Puvion, Sous le brassard rouge. Déportations et travaux forcés dans le Nord envahi (...)
  • 29 Sophie Odor et Muriel Rigole, Les « Brassards rouges » : le travail forcé dans le Nord sous l’occu (...)

16Devant le faible succès des engagements volontaires, alors que l’on est aussi dans les terribles batailles de Verdun, le Grand Quartier général allemand signe une ordonnance, le 3 octobre 1916, qui crée le travail obligatoire pour tous les ouvriers au chômage ou refusant de travailler, proclamant « l’état de péril général et l’obligation, pour toute personne capable de travailler, d’y remédier, dans la mesure de ses forces. Au besoin, d’ailleurs, les récalcitrants pourraient y être contraints par la force et emmenés loin de leur domicile »28. L’occupant crée une nouvelle catégorie de prisonniers civils qui sont aussi des travailleurs forcés, fondant les Zivil Arbeiter Bataillonen (ZAP). Leur seul uniforme est un brassard rouge. Ils sont déportés dans des camps de travail situés en Belgique, dans l’Aisne, les Ardennes et le Nord tels ceux de Dourges, Allennes-les-Marais, Ancoisne, Maubeuge, Trelon et Sedan29. L’effort de guerre exige de l’Allemagne une importante main-d’œuvre au moment où ses hommes sont au front mais il faut également réussir à nourrir les populations occupées. La déportation et la mise au travail forcé des civils lui permettent de répondre à ces impératifs. Il y aura dans la zone occupée, environ 25 ZAB, composés chacun de 2000 hommes, chaque ZAB étant divisé en compagnies de 250 hommes sous les ordres d’un lieutenant. La logique concentrationnaire y est appliquée avec l’installation de baraquements dans des camps surveillés et la présence constante de l’armée allemande. Deux destinations dominent. D’abord le travail de génie à proximité du front pour des travaux de terrassement (tranchées) ou de construction de routes et de voies de chemin de fer, souvent dans des zones vidées de leurs habitants. Ensuite le travail agricole dans les zones plus reculées des départements occupés. Ces travailleurs forcés logent dans des baraquements, dans des usines désaffectées ou dans des granges. Les accidents du travail sont fréquents, tout comme les maladies liées à la sous-alimentation et à l’usure à la fois physique et psychologique. Ces camps sont aussi des camps de redressement car il s’agit de faire plier les volontés pour faire signer par le réfractaire un engagement volontaire. La faim, les coups, les privations finissent par user les requis. Les fortes têtes sont plongées dans des caves pleines d’eau où enfermées dans des « cercueils » (casiers dans les tranchées où il faut se tenir recroquevillé). Les requis partent de grand matin travailler et ne rentrent que le soir. Des requis écrivent en juin 1917 à leur famille :

  • 30 AD du Nord, 9 T 698, lettre d’un requis, Dourges, le 14 juin 1917.

« Je t’écris ces quelques lignes pour te faire savoir que je suis en bonne santé et te dire que pour le moment on est bien nourri. Nous avons une livre de pain, du rata avec de la viande. Mais je ne crois que cela va continuer car tout le monde doit faire des tranchées à 5 kilomètres derrière le front allemand. C’est bien malheureux car nous sommes en danger pour les obus. Les villages Lens-Sallaumines, Billy-Montigny, Pont-à-Vendin, évacués, tous démolis, plus de maisons. […]. Plutôt la mort que de faire des tranchées. Nous sommes ici 500 civils Lillois. Pas de traître parmi nous »30.

  • 31 Ibid., lettre du jeune Fromentin, Dourges, 13 juin 1917.

« Chère mère. Je t’écris ces quelques mots pour te faire savoir que je suis toujours en bonne santé […]. Maintenant, je suis à Dourges dans le Pas-de-Calais. Nous sommes logés dans des baraques et pour la nourriture nous n’avons rien à nous plaindre […]. Ce matin, ils nous ont fait lever à 3 heures 15 et partir à 4 h 15 pour aller travailler aux tranchées mais nous avons refusé ; ils nous ont mis dans les trous une heure. Chère mère, je ne veux pas travailler pour tuer mes frères. Ce soir, ils vont nous donner des feuilles pour signer mais nous allons répondre non »31.

17Le docteur Calmette, de l’Institut Pasteur, communique au sous-préfet, le 18 juin 1917, la lettre d’un jeune homme de 18 ans à sa mère :

  • 32 Ibid., lettre du docteur Calmette au préfet, 18 juin 1917.

« J’ai causé moi-même hier avec un jeune homme revenu, réformé par les médecins allemands, d’Hénin-Liétard. Il m’a dit avoir reçu des coups de crosse et des gifles parce qu’il ne pouvait pas travailler et il m’a rapporté qu’un de ses camarades avait reçu un coup de baïonnette […]. Une trentaine de jeunes gens sont ainsi revenus de Dourges et d’Hénin-Liétard […]. Ils disent que la région où ils étaient forcés au travail, soit aux tranchées, soit aux voies ferrées – et dont tous les habitants ont été évacués sur l’arrière – est constamment bombardée par des obus de gros calibres et par des avions […]. Le refus de travail aux tranchées est puni de claustration dans une cave ou de la station debout prolongée en plein soleil »32.

18Une lettre d’un fils à sa mère, depuis Auby-les-Douai, le 1er juillet 1917, écrite sur une feuille de cahier d’écolier au crayon de bois raconte :

  • 33 Ibid., lettre de René Delécluse.

« Chère maman, je profite du retour d’un ami réformé pour t’envoyer de mes nouvelles. Nous sommes à Auby près de Douai ; nous logeons dans l’usine espagnole Compagnie royale asturienne. Nous avons refusé le travail pendant quinze jours ; nous avons été obligés de commencer jeudi sous la menace de la cave avec de l’eau jusqu’aux genoux et au pain sec […]. Nous couchons sur la paille dans cette usine ; comme mangeaille, de l’orge et des choux, navets ; comme caporal, un sauvage qui tire sa baïonnette ou un coup de fusil pour un oui ou un non ; les barbares nous ont laissé tous les jours de refus de travail, de 8 heures à 14 h 30, debout au soleil sans bouger ou à l’orage comme le mardi 29 juin. Deux de nos camarades qui se sont sauvés ont été tués à Ronchin »33.

19L’inspecteur Hamel, de l’Assistance publique, ne remet pas les convocations aux pupilles et leur recommande de ne pas s’y rendre quand il ne peut éviter de les distribuer. Il écrit au sous-préfet d’Avesnes, faisant fonction de préfet, pour lui signaler le cas du « jeune Castelain Maurice, né le 4 février 1898, matricule 13330, placé chez Cousin à Sainghin-en-Mélantois et évacué sur ordre de l’autorité allemande ». Il a été hospitalisé à Lille en septembre dernier et le requis raconte :

  • 34 AD du Nord, 9 R 252, lettre de l’inspecteur de l’assistance publique du Nord au sous-préfet d’Aves (...)

« J’ai été enlevé, le 8 juin 1917, de Sainghin et dirigé sur Ancoisne. Arrivé à destination, on m’a ordonné, ainsi qu’à mes camarades, de travailler à la confection de caves et de souterrains et j’étais plus spécialement affecté à la préparation du ciment. En grand nombre, on refusait d’exécuter le travail ordonné. Devant ce refus, les militaires chargés de notre surveillance nous placèrent pendant cinq jours dans une prairie où, en rangs de soldats et espacés de 5 en 5 mètres, nous dûmes rester debout, sans bouger et sans interruption de 6 heures du matin à 6 heures du soir. Le matin, nous recevions un peu de café et le soir de la soupe avec du pain mais à midi aucune nourriture ne nous était donnée. Comme nous ne consentions par à céder, on nous a enfermé pendant une journée dans une cave de très petite dimension et dans laquelle il était impossible de se tenir droit […]. À bout de force, nous avons cédé. Ensuite nous avons été dirigés sur Annappes pour y effectuer les mêmes travaux »34.

  • 35 AD du Nord, 9 R 254, lettre du docteur Hamel au directeur de l’Assistance publique, 2 juin 1917.

20L’inspecteur de l’Assistance publique est d’ailleurs sanctionné pour « l’affaire Jules Claeys ». Une lettre du docteur Hamel décrit les conditions sanitaires dans lesquelles plusieurs pupilles sont revenus à la Maison d’Esquermes. Jules Claeys, âgé de 24 ans, ne pesait plus que 38 kilogrammes (contre 60) et le docteur relève des problèmes respiratoires (symptômes de la tuberculose) et des « excoriations infectieuses » sur les genoux intérieurs droit et gauche. Un autre pupille, Henri Baert, âgé de 21 ans est revenu avec une « hernie inguinale gravement infectée » et souffre de maigreur accusée35. Le capitaine Himmel se montre cependant intraitable et sanctionne le docteur Hamel « pour avoir hébergé à l’Assistance publique, Jules Claeys, ouvrier convoqué au travail par nécessité publique, qui était resté à Lille en dépassant sa permission […] et avoir de cette façon donné son appui à Claeys ». Le sous-préfet d’Avesnes s’interpose mais le docteur est emprisonné trois jours avant d’être évacué en février 1918. La lettre du sous-préfet au général Von Graevenitz, le 29 octobre 1917, décrit le cauchemar vécu par ces requis et signale qu’il a demandé au docteur de ne pas signaler aux Allemands les retours d’enfants maltraités :

  • 36 Ibid., lettre du sous-préfet au général Von Graevenitz, 29 octobre 1917.

« Il y a quelque temps fut ramené par un soldat à l’établissement des enfants assistés d’Esquermes, le pupille Claeys Jules […]. Ce malheureux garçon, que je fus voir personnellement, se trouvait en état de grande misère physiologique. D’une taille d’un mètre cinquante-six, il ne pesait plus que 38 kilogrammes ! Ayant remarqué ses genoux ensanglantés, Claeys m’explique que, pour n’avoir pas consenti à travailler à des voies ferrées, il avait été bâtonné, frappé à coups de plat de sabre et fréquemment projeté au sol. Insuffisamment nourri en outre, on avait vaincu sa résistance en l’enfermant dans une cave. Ces déclarations de Claeys furent confirmées par un de ses camarades, victime d’actes analogues. Depuis, transporté à nouveau dans un camp de travail malgré ma réclamation, Claeys, regagna sans permission l’établissement des Enfants assistés d’Esquermes où la police militaire vint le rechercher. Grief fut fait à Monsieur le Docteur Hamel de n’avoir pas signalé la réintégration de notre pupille […]. Ce chef de service ne put, au cours de son interrogatoire, que s’en référer à mes instructions. J’ai en effet prescrit à Monsieur l’inspecteur de l’Assistance publique, mon subordonné, de ne pas déclarer la rentrée de nos pupilles lorsqu’elle était motivée par les mauvais traitements et la contrainte à des travaux prohibés par la Convention de La Haye. Agir autrement serait commettre une forfaiture puisqu’une telle déclaration équivaut à la dénonciation à l’ennemi d’un compatriote se refusant de travailler contre sa patrie »36.

21Soigné, le jeune pupille décède de la tuberculose l’année suivante. Une autre lettre du docteur, le 16 novembre 1917, informe le préfet que deux pupilles, « enlevés par l’Autorité allemande le 21 août 1917, sont rentrés hier soir à l’établissement d’Esquermes ». Ces jeunes hommes ont refusé de travailler à la confection de ligne de chemin de fer à Tilloy et se sont échappés le 13 novembre du camp d’Haynecourt. Une autre lettre du 12 novembre 1917 annonçait déjà que deux pupilles avaient quitté sans permission le camp d’Arleux.

  • 37 AD du Nord, 9 R 252, lettre du docteur Hamel au sous-préfet d’Avesnes, 16 novembre 1917.

« Dès leur arrivée dans cette localité […], on a voulu les employer à la pose de fils barbelés à Tortequesne (commune située à quelques kilomètres du front). Les deux pupilles refusèrent d’exécuter ce travail et, pour ce motif, ils furent enfermés […] dans un grenier où ils séjournèrent trois jours (jour et nuit), très mal couchés et ne recevant qu’une alimentation tout à fait insuffisante. Poussés par la faim, ils ont cédé mais avec la ferme intention de se soustraire à la contrainte imposée dès qu’une occasion favorable le leur permettrait »37.

  • 38 AD du Nord, 9 R755, rapport du commissaire de police de Tourcoing au préfet, 26 septembre 1916.
  • 39 Ibid., note anonyme de Tourcoing.

22Les mairies retardent la remise des listes de chômeurs. Le commissaire central de Tourcoing, relève « qu’en exécution des instructions adressées par la Kommandantur à l’administration municipale lui demandant pour le 25, la liste des ouvriers chômeurs », la municipalité a fait réaliser cette liste qui comprend environ 2 000 noms. « 121 de ces chômeurs, sont convoqués pour le 28 courant, à 9 heures du matin à la Kommandatur »38. Un mot anonyme dénonce alors l’autorité municipale qui « a livré ses administrés […]. Un sénateur français, maire français, a cédé devant les menaces allemandes »39. Le commissaire central de Tourcoing écrit au préfet le 19 octobre 1916 pour expliquer les choses. Le sénateur-maire a été sommé par les autorités allemandes de remettre la liste des chômeurs.

  • 40 AD du Nord, 9 R 843, rapport du commissaire central de Tourcoing au préfet, 19 octobre 1916.

« Il fut décidé que l’on produirait une liste sans aucune indication de catégorie d’ouvriers, sans mention d’âges ni de maladies, mais une liste brute avec noms, prénoms et adresses simplement, en ayant soin, afin de sauvegarder autant que possible les intérêts de la population, de ne faire figurer sur cette liste qu’un chômeur par famille. C’est ainsi qu’il fut fait et que, munie de ces renseignements, l’autorité allemande a fait défiler chaque jour depuis le 25 septembre et par section de police militaire […], de 120 à 150 chômeurs. Ceux-ci, réunis dans la salle du conseil municipal à la mairie, étaient catalogués par catégories et le soldat interprète Thomas, ancien ouvrier chez M. Desurmont, très familiarisé avec le patois tourquennois, s’efforçait d’obtenir d’eux une adhésion. Il employait pour ce faire toutes les ressources de son esprit, plaisantant avec eux, leur tapant familièrement sur l’épaule, les alléchant par la promesse d’un salaire rémunérateur, d’une résidence de choix, voire même la promesse de ne pas quitter Tourcoing. Je dois dire que malgré ce racolage, bien peu d’ouvriers consentirent à adhérer à l’embauchage allemand. Alors, peu à peu, on en prit presque de force. On feignait de croire qu’ils avaient donné leurs noms de bonne volonté et en les employa un certain nombre à des travaux de voies ferrées et sur les routes […]. Enfin sur un ordre de l’autorité supérieure, mardi 17 octobre, la Kommandantur de Tourcoing prépara 800 convocations de chômeurs dont il fut distribué, par la police locale, 680 sur-le-champ pour le lendemain 18 octobre. Ce même jour, 17 octobre, 200 chômeurs du quartier du Blanc-Seau avaient été convoqués à la Mairie sur lesquels 70 furent pris. Le lendemain, les convoqués se présentèrent, au lieu habituel des appels à 8 heures et à 11 heures. La visite médicale de ces hommes continua toute la journée jusqu’à 19 h 30. Les réclamations étaient soumises aux soldats interprètes […]. Ceux qui ne répondaient pas à l’appel de leurs noms étaient aussitôt appréhendés par deux gendarmes. Ces hommes demeurèrent enfermés chez Lepers-Duduve (usine) et couchèrent sur la paille. On leur délivra assez tard dans la soirée quelques aliments mais grâce à l’obligeance des soldats de la Landsturm, beaucoup purent se faire apporter à manger de chez eux. Le matin du jeudi 19 octobre, dès 7 heures du matin, on a pu voir […] que les hommes avaient chacun un brassard rouge numéroté sur le bras gauche ; quelques-uns ont pu faire parvenir un bout de billet disant qu’ils étaient au moins 600 désignés […]. Le chiffre officiel serait de 500 […] ; les uns disent qu’ils vont être expédiés en forêt de Mormal pour y débiter des arbres ; d’autres à Hanovre pour y travailler dans les manufactures »40.

23Le rapport du 20 octobre note que les chômeurs sont partis ce matin entre 4 h 45 et 5 h 15.

  • 41 bid., rapport du commissaire central de Tourcoing au préfet, 20 octobre 1916.

« Ils ont été divisés en trois groupes […]. Afin de donner plus de clarté sur le parcours, on avait fait nettoyer les lanternes assombries et on les avait dotées de manchons neufs. Tous les becs depuis 2 heures du matin furent allumés par des civils accompagnés de soldats. Les travailleurs étaient sérieusement escortés. En avant, marchaient des gendarmes à cheval ; sur les côtés des soldats, baïonnettes aux canons ; derrière, des policiers en vélo […]. Ils étaient au nombre de 500, une trentaine avaient été remis en liberté le matin […]. Le train s’est mis en marche dans la direction de Roubaix à 6 h 45 […]. Plusieurs petits billets ont été jetés par les évacués sur lesquels était écrit qu’ils partaient pour une destination inconnue […]. Diverses lettres parlent des houillères de Westphalie »41.

Les évacuations forcées de populations civiles et leur mise au travail

  • 42 Annette Becker, Oubliés de la Grande Guerre, op. cit., p. 65.
  • 43 AD du Nord, 9 R 816, proclamation allemande, reprise ensuite dans Le Bulletin de Lille du 23 avril (...)

24Devant l’impossibilité de nourrir la population civile des villes, les Autorités allemandes prennent la décision d’évacuer moyennant finances (500 francs environ) ceux qui le désirent vers la « zone libre » (Évian, Annemasse, Lyon) via la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne et la Suisse. Les plus pauvres quant à eux sont évacués de manière forcée mais dans de terribles conditions sanitaires. Il s’agit de se débarrasser des « bouches inutiles, vieillards, grabataires des hospices, jeunes enfants et familles particulièrement démunies ; ils économisent ainsi sur leurs propres ressources »42. À cette première évacuation vers la zone libre, les Allemands associent un second mouvement, interne à la zone occupée cette fois, qui concerne les Nordistes capables de travailler. Les déportations de femmes et de jeunes filles des villes à partir du 22 avril 1916 ont un retentissement mondial, la propagande alliée s’en servant pour démontrer la barbarie allemande. Le Bulletin de Lille du 23 avril 1916 publie la proclamation allemande : « L’attitude de l’Angleterre rend de plus en plus difficile le ravitaillement de la population. Pour atténuer la misère, l’Autorité allemande a demandé récemment des volontaires pouvant travailler à la campagne. Cette offre n’a pas eu le succès attendu. En conséquence, les habitants seront évacués par ordre et transportés à la campagne. Les évacués seront envoyés à l’intérieur du territoire occupé de la France, loin de front où ils seront occupés dans l’agriculture »43.

  • 44 Voir les témoignages cités par Annette Becker, Oubliés de la Grande Guerre, op. cit., p. 70-72.
  • 45 AD du Nord, 9 R 826, notice de la sûreté, commissaire central de police de Lille, 17 août 1916.

25Les patrouilles passent de maison en maison, donnant ordre à la famille de se préparer au complet, chacun avec un bagage ne devant pas dépasser 30 kilogrammes. Des mitrailleuses sont installées dans les rues et les soldats sont baïonnettes au fusil. Trente minutes plus tard, les officiers désignent les partants. Après avoir été regroupés dans les églises ou les écoles, ils sont emmenés dans des wagons à bestiaux vers l’Aisne et les Ardennes le plus souvent44. Environ 20000 personnes sont ainsi évacuées ; parmi elles, on trouve de nombreuses femmes et jeunes filles qui vivent alors les souffrances de la promiscuité, parfois les viols et la peur quotidienne de la violence mais aussi le surtravail et la misère. Certaines, dans les villages des Ardennes, logent chez les cultivateurs qui comprennent vite qu’elles ne sont en rien des filles de mauvaise vie comme cela a été indiqué par les Allemands et tentent alors d’atténuer leur misère. Elles plantent les choux, les pommes de terre, assurent les récoltes. D’autres trient le charbon, font des sacs ou se retrouvent comme domestiques auprès de soldats allemands à faire le ménage et la cuisine. Certaines sont contraintes à la prostitution. Toutes les femmes, y compris les très jeunes filles, sont soumises à un examen gynécologique. Le service de sûreté note ainsi, le 17 août 1916, à propos de Berthe Denys : « Au moment d’être soumise à passer la visite sanitaire, elle s’y refusa, reçut un coup-de-poing dans la poitrine et subit la visite sanitaire de force45 ». De très nombreuses notes du commissaire insistent sur le traumatisme de cette « visite sanitaire au spéculum ».

  • 46 Annette Becker, Oubliés de la Grande Guerre, op. cit., p. 72.
  • 47 The Deportation of Women and Girls from Lille, with Extracts from other Documents, Annexed to the (...)

26Les Allemands souhaitent résoudre les difficultés de ravitaillement de plus en plus graves pour leurs soldats. Ces évacuations permettent de se débarrasser de la question lancinante du ravitaillement des populations occupées. Mais ce choix majoritaire des filles et des femmes, s’il permet de se débarrasser de personnes vues comme des bouches inutiles, est également une façon d’humilier l’ennemi en s’en prenant à l’honneur de ses femmes et en renversant l’ordre sexué. « Des femmes travaillent comme des hommes, des bourgeoises sont traitées comme des prostituées, des jeunes filles comme des femmes mûres46 ». Annette Becker relève aussi une autre dimension à cette décision. Les femmes allemandes, dès 1915, lassées des rationnements et de la vie chère, manifestent dans les grandes villes. Ces femmes risquent alors de voir d’un très mauvais œil que les habitants de Lille soient nourris par la bureaucratie allemande qui est jugée inefficace en Allemagne même. Il paraît normal alors de montrer que les femmes françaises souffrent également. Le gouvernement français utilise ces déportations comme un nouveau signe de la barbarie teutonne. Le Quai d’Orsay fait réaliser un livret sur la déportation des femmes de Lille, publié en anglais et destiné à des pays neutres et des alliés intitulé The Deportation of Women and Girls from Lille, with Extracts from other Documents, Annexed to the Note relating to German Breaches of International Law during 1914, 1915, 191647.

  • 48 AD du Nord, 9 R 818, petits mots manuscrits des diverses communes.

27Dans de nombreuses communes de l’agglomération on cherche, dans les jours qui suivent, à mesurer l’ampleur des évacuations48. Le commissaire central de police de Lille rend compte au préfet, chaque jour, des évacuations réalisées entre le 24 et le 29 avril. Il écrit : « D’après le nombre de wagons constatés au départ de chaque train, les chiffres, sans être d’une rigoureuse exactitude, ont cependant pu être fixés comme il est indiqué ci-dessous, étant donné la régularité avec laquelle les Allemands plaçaient 40 évacués par wagon ».

Les évacuations forcées d’avril 1916 à Lille

1er jour : 22 avril

Quartier de Fives (8e arrondissement)

1 500

2e jour : 24 avril

5e arrondissement (en partie)

800

3e jour : 25 avril

7e arrondissement (en partie)

2 000

4e jour : 26 avril

Une partie du 1er arrondissement et tout le second arrondissement

1 520

5e jour : 27 avril

Wazemmes (6e), Faubourg des Postes et quelques quartiers des 4e, 5e et 7e arrondissements

2 600

6e jour : 28 avril

3e arrondissement ; une partie des 1er, 4e et 5e arrondissements (Bois Blancs)

1 440

7e jour : 29 avril

9e arrondissement, 8e arrondissement (seconde partie) et une partie du 4e

1 200

  • 49 Ibid., rapport du commissaire central de Police de Lille au préfet du 14 mai 1916.

28Le commissaire évalue le nombre à 11 060 évacuations probables pour Lille. « Les personnes emmenées appartiennent en majeure partie à la classe ouvrière, cependant quelques-unes aussi à la classe moyenne. Il y a aussi quelques étudiants »49.

  • 50 AD du Nord, 9 R 827, évacuations forcées d’avril 1916, lettre du commissaire de police au préfet d (...)
  • 51 AD du Nord, 9 R 817, rapport du commissaire de police de Tourcoing au préfet du Nord, 17 juillet 1 (...)
  • 52 Ibid., rapport du commissaire de police de Tourcoing au préfet du Nord, 17 juillet 1916.

29Le commissaire central de police de Tourcoing écrit au préfet : « j’ai l’honneur de vous transmettre les listes des personnes des deux sexes qui ont été dirigées par l’autorité allemande, sur les camps de concentration des Ardennes. Les opérations doivent continuer […]. De l’examen des listes qui vous sont soumises, il ressort clairement que la plupart des personnes arrêtées laissent à désirer au point de vue de la moralité et des antécédents judiciaires ». Une première liste des évacués, le 5 avril 1916, compte 59 noms (47 hommes et 12 femmes) de 16 à 34 ans. Il s’agit le plus souvent de très jeunes hommes de 17 à 20 ans ; toutes les femmes ont entre 17 et 23 ans50. Une seconde liste est composée le 7 avril 1916 : 100 hommes et 5 femmes y sont inscrits qui sont plus âgés. Le commissaire central de police de Tourcoing, le 17 juillet 1916, fait un nouveau bilan des évacuations forcées. Après avoir recopié l’intégralité de la proclamation allemande, il note que « cette proclamation n’avait d’autre but, on l’a vu plus tard, que de masquer par des préoccupations d’ordre humanitaire, une demande de travailleurs qui ne devaient s’occuper que d’ouvrages utiles aux intérêts des occupants »51. Les forces militaires allemandes ont enlevé, dans les nuits des 23, 26, 27, 28 et 30 avril, filles, femmes, jeunes gens et hommes de 14 à 50 ans et plus. Selon le commissaire, on a ainsi incarcéré plus de 9000 personnes ; 4176 sont parties dans des wagons à bestiaux. Vers le 4 juillet, un certain nombre d’évacués sont revenus. Ils étaient 221 dont 132 hommes et 89 femmes. Certains sont allés à Ligny-L’abbaye (arrondissement de Mézières). « Mal nourris, surtout mal couchés, conduits au travail en chaîne de forçats, escortés de baïonnettes ; le travail consistait en abattage d’arbres que l’on débitait dans des scieries pour en faire des chevaux de frise, piquets de fils de fer pour la défense des tranchées ». D’autres sont plus heureux et travaillent au jardinage chez l’habitant. Beaucoup sont occupés à des travaux de terrassement et sur les voies ferrées52.

  • 53 AD du Nord, 9 R 825, évacuations, travaux divers des communes sur les retours des évacués.
  • 54 Voir Henriette Celarié, « Emmenées en esclavage pour cultiver la terre : journal d’une déportée »,(...)
  • 55 AD du Nord, 9 R 826, retours des évacuations, rapport du commissaire de police de Lille du 11 juil (...)
  • 56 Ibid., rapport du 31 juillet 1916.
  • 57 Ibid., rapport du commissaire central de police au préfet du Nord, 22 décembre 1916.

30Il semble que de nombreux évacués, malades, soient rapidement réexpédiés chez eux entre juillet et novembre. De nouvelles statistiques sont alors tentées sur les retours53. La plupart des évacués sont bien transplantés dans les Ardennes ou l’Aisne et de nombreux récits témoignent de travaux dans les champs54. Un rapport du commissaire central de police de Lille au préfet, le 11 juillet 1916, relève que 171 femmes et jeunes filles domiciliées dans les divers quartiers de la ville, sont arrivées en gare, « venant du département de l’Aisne où elles avaient été évacuées en avril dernier »55. Un rapport du 31 juillet 1916, signale que Marcel Honoré, 33 ans, évacué de Lille par les Allemands en avril dernier, est rentré ce matin venant d’Autremoncourt dans l’Aisne. « Il était convalescent de la fièvre typhoïde quand il fut enlevé et avait la main droite paralysée. Pendant son séjour à Autremoncourt, il a couché dans un grenier, sur la paille, avec 23 évacués. Tous étaient remplis de vermine »56. Un rapport du même jour signale le retour de Cécile Équette et de sa fille. « Elles couchaient sur la paille dans une grange ; la dame Équette faisait la cuisine pour les évacués et ne gagnait rien ; la fille Élise travaillait aux champs et gagnait 1 franc cinquante par jour ». Un rapport relève que « ce matin, sont rentrés à Lille, gare Saint-Sauveur, environ 1400 évacués, des hommes à l’exception de quelques femmes »57.

31En même temps qu’elles permettent de réduire les besoins en nourriture des villes occupées, ces évacuations fournissent une nouvelle main-d’œuvre forcée. La propagande allemande multiplie cependant les campagnes de presse pour démentir. La Gazette des Ardennes parle de mesure de prévoyance.

  • 58 Ibid., rapport du commissaire central de police au préfet du Nord, 22 décembre 1916.

« Soldats et habitants du pays y ont travaillé côte à côte avec les auxiliaires que les autorités militaires avaient fait venir des villes à forte population ; ensemble, ils ont arraché à la terre cette bonne récolte et contribué ainsi à améliorer les conditions de vie de la population […]. Le travail des femmes de la région de Lille employées comme auxiliaires, touche à sa fin et l’on envisage leur rapatriement. Beaucoup d’entre elles, qui n’ont pas de foyer qui les attend et auxquelles le triste hiver des villes ne réserve qu’oisiveté et misère, ont demandé elles-mêmes à rester là »58.

  • 59 AD du Nord, 9 R 762, dossier Vendegnies-sur-Ecaillon.

32Il faut poursuivre le travail. « Grand est encore le nombre des sans-travail en territoire occupé. Tous ces gens sont à la charge des communes. Au lieu de rester inactifs, tout en mangeant le pain commun, il est bon qu’ils contribuent eux aussi à créer les valeurs économiques nécessaires à l’entretien de tous ». La Gazette des Ardennes du 21 août 1916 publie une déclaration d’évacués originaires de Lens et de La Bassée qui sont heureux d’avoir quitté leurs anciens domiciles où ils étaient exposés aux dangers des batailles proches et aux privations59. Les pressions de l’occupant sur la population sont donc permanentes. L’offre de travail volontaire rencontrant peu de succès, les Allemands mettent au point diverses procédures de réquisition de la main-d’œuvre. Les réquisitions temporaires sur place, les réquisitions avec transfert vers d’autres communes, les évacuations forcées de population civile sont autant de mesures qui touchent les habitants. Pour les chômeurs et les requis qui refusent de travailler, des camps de travail sont créés pour briser leurs volontés.

Une complexe imbrication des modalités de réquisition de la main-d’œuvre

33Quelques analyses peuvent permettre de saisir à la fois la précocité, la permanence et la complexité des modalités des réquisitions allemandes de main-d’œuvre, tout en montrant que les différents procédés ne s’excluent pas.

L’exemple de la commune de Denain occupée

34La première analyse est tirée d’un rapport très complet réalisé par le commissaire de police de Denain, après la libération de la ville, et destiné au sous-préfet de Valenciennes.

  • 60 AD du Nord, 9 R 513, rapport du commissaire de police de Denain au sous-préfet de Valenciennes, 24 (...)

Rapport manuscrit du commissaire de police de Denain sur l’occupation allemande, daté du 24 décembre 1918
« Les troupes allemandes sont arrivées à Denain dans la journée du 25 août 1914. Elles ont immédiatement arrêté douze personnes comme otages, parmi lesquelles le maire, les deux adjoints, le curé-doyen, le secrétaire de la mairie, le commissaire de police […], en les prévenant que si un seul coup de feu était tiré sur les Allemands, elles seraient immédiatement fusillées. Aucun incident grave n’étant survenu, les otages ont été libérés le 26 à 5 heures du matin […]. Le 20 novembre, départ de 40 ouvriers réquisitionnés par les Allemands. […]. Le 4 décembre, les Allemands installent une Kommandantur bavaroise à Denain […]. Le 31 décembre, ils commencent le recensement des hommes de 15 à 45 ans. […]. À partir du 15 février 1915, recensement de tous les hommes de 17 à 50 ans […] Vers le 17 février, la municipalité de Denain organise des ateliers pour la confection de sacs à terre à l’usage de l’armée allemande. Les deux principaux ateliers étaient installés aux établissements Cail et à la salle Dubois, place Gambetta. En outre, un certain nombre d’ouvriers travaillaient à domicile. Environ 300 ouvriers (hommes et femmes), munis de machines à coudre, étaient employés à ce travail qui était grassement rétribué par les Allemands, à tel point que de petites fortunes ont pu être réalisées. La partie honnête de la population, sachant que ces sacs étaient destinés aux revêtements des retranchements ennemis, ne tarda pas à manifester son indignation contre ces personnes qui, sans y être contraintes, travaillaient ainsi pour l’armée allemande. Le maire d’abord, la Kommandantur ensuite, publièrent des proclamations prescrivant aux habitants de s’abstenir de molester les susdites personnes […]. Le 11 mars 1915 : premier appel mensuel des hommes de 17 à 50 ans […]. Le 29 mars 1915, la ville de Denain est frappée d’une amende de 100 000 francs sous le prétexte que le maire, M. Delphien, avait refusé de continuer à faire payer par la ville le salaire des fabricants de sacs à terre […]. Le 24 juillet 1915, les ateliers pour la confection des sacs à terre sont fermés et transférés paraît-il à Maubeuge. Le 12 août, recensement des hommes de 15 à 55 ans […]. Le 8 janvier 1916, les Allemands réquisitionnent tout le caoutchouc […]. Le 12 mars, ils imposent une taxe annuelle de 37,50 francs sur les chiens ; la majorité des habitants, plutôt que de s’acquitter de cette taxe, abat ses chiens. Le 5 mai 1916, le général Welsch, commandant la place, fait placarder l’avis suivant : « la mairie ne donnant pas les ouvriers qui lui sont commandés pour travailler dans l’intérêt de l’armée allemande, la Kommandantur informe que, si la population ne se prête pas à cette circonstance, elle se verra dans l’obligation : 1° d’interrompre toute la circulation de la population en dehors de la ville ; 2° de prendre dans la ville n’importe quelle personne pour travailler ». […]. Le 2 juillet 1916, ils font passer la visite médicale aux jeunes gens des classes 1915, 1916 et 1917. 30 d’entre eux sont envoyés à Hasnon pour les travaux de la moisson ; le 10 août, ils réquisitionnent, par affiche, tous les cuivres. Le 16, pendant la nuit, ils arrêtent Monsieur Delphien, premier-adjoint faisant fonction de maire qui est déporté en Allemagne. Quelques jours après la population est informée par affiche, que M. Delphien est condamné à trois mois de prison, pour ne pas avoir exécuté un ordre concernant les cuivres […]. Le 28 août 1916, 30 jeunes gens de Denain sont arrêtés par les Allemands pour avoir refusé de remplir des sacs à terre à Wallers ; le 1er septembre, 30 autres jeunes gens, réquisitionnés par les Allemands, partent, dit-on, pour Valenciennes ; le 28 septembre, 30 jeunes sont incarcérés par les Allemands dans les caves de l’école pratique de commerce et d’industrie pour avoir refusé de travailler. On les libère le 1er octobre […]. Le 17 octobre, la ville de Denain subit le premier bombardement aérien. Vers cette époque fut affiché un règlement général du G. Q. G édictant, en substance que, en cas de calamité, etc., les habitants des pays occupés étaient astreints au travail notamment les chômeurs. Ensuite paraît un arrêté du général commandant la 6e Armée, disant que la guerre étant une calamité, le règlement ci-dessus devait recevoir son application intégrale. D’abord limitées aux chômeurs puis aux hommes de 17 à 50 ans, puis de 14 à 60 ans et même au-delà, ces prescriptions furent étendues aux personnes du sexe féminin. Un bureau du travail (Arbeitamt), dirigé par un sous-officier, fut institué à Denain. Le 19 octobre 1916, tous les hommes de 17 à 50 ans (sauf les mineurs) furent convoqués par affiches à se trouver le lendemain à 10 heures sur la place de la mairie. À la suite de cet appel eut lieu un prélèvement de 250 hommes qui furent emmenés à Valenciennes puis à Saint-Python, près de Solesmes.
Le 1er octobre 1916, la Kommandantur Welsch partit pour Louvain et fut remplacée par une de la première Armée : Commandant major, Baron von Münchhausen ; adjudant : lieutenant Liebig ; interprète : soldat Schneider. Ces deux derniers étaient de véritables épileptiques […]. Le 8 novembre, rafle d’hommes dans les rues ; le 9 novembre, appel de tous les hommes de 17 à 50 ans. À la suite de cet appel, qui dure 9 heures, 407 hommes sont retenus. Quelques jours après, ils sont dirigés vers Orchies […] ; le 29 novembre, affiche concernant le recensement de la population […]. Une affiche de la Kommandantur placardée le 9 décembre 1916, invite les ouvriers spécialistes, des deux sexes, à travailler volontairement s’ils ne veulent pas être pris d’office lors du prochain appel ; le 14 décembre, appel des hommes de 16 à 55 ans ; 71 sont pris […] ; le 26 décembre, nouvel appel des hommes dont 35 partent pour Solesmes […].
Le 8 mars 1917, la Kommandantur réclame par affiches, pour le lendemain, de gré ou de force, 250 ouvrières vigoureuses. On dit le lendemain que 150 femmes, toutes des évacuées, ont répondu à cet appel ; 20 avril 1917 ; retour à Denain de la Kommandantur Welsch […]. 30 avril : la Kommandantur ayant besoin de 100 ouvriers pour Somain, les fait ramasser au hasard, en pleine rue par les gendarmes. Le 18 mai, enlèvement de 56 hommes […]. À partir du 23 mai 1917, les hommes réquisitionnés pour le travail sont convoqués individuellement. Le 29 mai, les Allemands font des perquisitions dans toutes les maisons ; le 13 juin 1917, un grand nombre de Français et Belges sont convoqués place de la gare pour être dirigés vers la Belgique ; les 20 et 21 juillet, les Allemands visitent les maisons et y prennent tous les objets en cuivre qu’ils y trouvent. Le 11 août, une centaine d’hommes sont arrêtés et dirigés vers Valenciennes pour ne pas être allés chercher, au bureau du travail, la carte de travail dont doit être muni tout homme de 14 à 60 ans. Le 18 août, et pour la troisième fois, les Allemands font des perquisitions pour trouver du cuivre. Le 30, ils grattent divers monuments pour s’assurer s’ils sont en bronze ou en cuivre ; le 31 août, ils convoquent 534 hommes pour le travail ; le 6 septembre, ils convoquent 216 hommes pour le travail parmi lesquels Monsieur Lanoy, directeur d’école âgé de plus de 60 ans […] ; le 18 septembre 1917, convocation de 54 hommes. Le 7 octobre, la Kommandantur fait savoir qu’il lui faut, pour le lendemain 250 ouvrières devant être dirigées sur Somain. Dans le cas où le nombre des volontaires ne serait pas suffisant, l’enrôlement serait fait par la Kommandantur ; le 17 octobre, levée de 65 hommes ; le 21 octobre, levée de 32 femmes qu’ils emploient à des travaux de terrassement ; le 29 octobre, ils remettent une liste de fonctionnaires, employés de mairie et autres qu’ils veulent faire remplacer par des femmes pour le 15 novembre […]. Vers la mi-février 1918, ils évacuent d’office un certain nombre de Denaisiens. 4 trains sont dirigés sur la Belgique ; le 21 février 1918, ils réquisitionnent 500 hommes et 250 femmes pris dans toutes les classes de la société pour creuser des tranchées entre Escaudain et Haveluy. Le 23 février 1918, 136 femmes sont convoquées pour travailler à la gare du Nord […]. À partir du 22 mars, arrivée de plusieurs milliers de blessés […]. À partir de la seconde quinzaine d’avril et pendant plus d’un mois, les Denaisiens ont pu voir journellement des groupes de soldats allemands se poster sur le passage des voitures chargées de pain, bousculer l’escorte, voler un ou deux pains puis prendre la fuite […]. Le 28 mai, bombardement aérien : un tué, 6 blessés. Le 1er juin 1918 : arrivée du commandant de la 17e armée, le général Otto Von Below venant de Douai, désigné par les initiales AOK 17 avec la Kommandantur du Lieutenant Von Kellingrath […]. Cette AOK et cette Kommandantur ont été les plus insupportables de tous […]. Le 8 juin 1918, les Allemands réquisitionnent des femmes pour l’extérieur ; le 9 juin, appel général des hommes et des femmes, ce qui suscite une émotion générale ; le 15 juin les Allemands réquisitionnent 20 femmes pour la vidange des fosses d’aisances […] ; le 1er septembre 1918, appel des jeunes filles nées en 1904. À partir du 3 et jusqu’à la fin, mouvement incessant de camions à Denain, les Allemands commencent à déménager Douai, Cambrai, etc. […]. À partir du 1er octobre, arrivée de nombreux évacués de la région environnante […]. Le 10 octobre, commencement du bombardement de Denain par l’artillerie anglaise qui continuera sans interruption jusqu’au 19 […]. Le 13 octobre, les Allemands incendient la gare du Nord […]. Le 18 octobre […], les troupes allemandes quittent Denain pendant la nuit ; le 19 octobre, continuation du duel d’artillerie ; dans la soirée, arrivée des premiers éclaireurs canadiens dans la partie ouest de la ville ; le 20 octobre, arrivée des troupes canadiennes qui chassent l’ennemi des environs Nord-Est de la ville […] ; le bombardement allemand a continué tous les jours jusqu’au 2 novembre inclus […] »60.

35On retrouve dans ce rapport la plupart des caractéristiques dégagées antérieurement. Les réquisitions de main-d’œuvre sont permanentes et précoces puisque la première date de novembre 1914 et que la pratique du recensement des hommes est en place dès le mois suivant. L’appel aux volontaires, parfois conspués par les populations, les rafles et réquisitions forcées d’hommes, surtout de chômeurs mais pas seulement, le recours final à la main-d’œuvre féminine pour des travaux très rudes, sont pratiqués par les forces allemandes. On perçoit aussi nettement une pression croissante à partir du milieu de l’année 1916 mais surtout de l’année 1917, la traque de la main-d’œuvre se faisant plus systématique du fait d’une guerre « totale ».

Des situations très évolutives : le calvaire d’Henri Thibout

  • 61 AD du Nord, 9 R 848, lettre du directeur de l’École nationale des Arts et Métiers de Lille à Edmon (...)

36La seconde étude de cas concerne un individu qui est employé à l’École nationale des Arts et Métiers de Lille depuis 17 ans et qui réside à Hellemmes61. Cet agent passe plusieurs fois du statut d’ouvrier forcé placé en bataillon à celui de « volontaire » plus ou moins contraint et se plaint car le préfet a exigé la suppression de son salaire payé par l’École, puisqu’il participe à des travaux contre sa patrie, ce que l’intéressé conteste absolument.

La situation professionnelle d’Henri Thibout de 1914 à mars 1918
1) Agent à l’École nationale des Arts et Métiers de Lille (1914-novembre 1916)
2) Ouvrier forcé à proximité par refus du volontariat (7 novembre 1916-mi-avril 1917)
« Ma première convocation date du 7 novembre 1916 ; je fus dirigé sur Tourcoing où l’on me demanda de signer une feuille et de travailler volontairement pour l’autorité allemande ; nous refusâmes catégoriquement. Le 17 novembre, je fus dirigé sur l’usine de Fives et au bout de 4 jours, par manque de logement, l’on nous permit d’aller coucher chez nous à condition que chaque matin, l’on se rendrait au travail à l’heure fixée. Je fus donc occupé pendant 5 mois et demi malgré les certificats que j’avais fournis comme quoi j’étais salarié de l’État. Pendant le temps que j’ai été occupé, je n’ai touché d’autre salaire que celui que je touchais à l’École »
3) Retour comme agent à l’École nationale des Arts et Métiers : (mi-avril-22 juin 1917)
« Enfin, sur les démarches de M. le directeur de l’École, je fus rendu à la liberté et je pus reprendre mes occupations jusqu’au jour de ma deuxième convocation ».
4) Ouvrier forcé déporté à Don-Sainghin mais réfractaire : 22 juin 1917-16 juillet 1917
« Parti d’Hellemmes le 22 juin 1917 pour Don Sainghin, je refusais tout travail depuis cette date jusqu’au 16 juillet soit 24 jours passés dans la position debout, nu-tête dans les champs, par tous les temps et ce, pendant une durée de 12 à 14 heures par jour. À noter aussi notre mise en cave dans une écurie infecte dont le carrelage ruisselait de purin et où, à cause des ouvertures bouchées volontairement, l’air ne pouvait pénétrer. Ce furent 24 jours de souffrances diverses et, sur la promesse donnée que si nous acceptions le travail, celui-ci ne serait pas d’ordre militaire, cela nous détermina à céder et puis, M. l’inspecteur, contre la force et la faim, il n’y a pas de résistance durable ».
5) Ouvrier « volontaire » à Haubourdin puis Hellemmes (16 juillet 1917-27 décembre 1917)
« Bref, depuis le 16 juillet jusqu’au 13 août, nous fumes employés à Haubourdin à enlever des roseaux et de la boue. Enfin le 13 août jusqu’à ce jour, nous sommes détachés à Hellemmes pour y faire des voies ferrées ; ce travail nous est imposé de force et nous ne pouvons nous y soustraire ; la paie se fait chaque dizaine et comprend un salaire d’environ 13 francs ; elle n’est pas obligatoire et, pour ma part, je n’ai jamais touché le moindre centime […]. Pourtant, Monsieur l’inspecteur général, on vient de me suspendre mon traitement ».
6) Ouvrier forcé déporté à Ancoisne à partir du 27 décembre 1917
« Dans le courant de décembre 1917 jusqu’à ce jour (lettre du 13 mars 1918), nous fûmes envoyés à Ancoisne pour y travailler. Mais il est à remarquer que si nous avons quitté Hellemmes pour Ancoisne, c’est sur notre refus de vouloir travailler comme ouvrier libre et volontaire à raison de 6 marks par jour offerts par l’Autorité allemande. Nous refusâmes le travail à 21 sur 90 et ce sont ces 21 refusards dont je fais partie qui furent envoyés de force à Ancoisne pour y travailler en travailleurs forcés par l’autorité occupante ».

37On devine ici l’imbrication complexe des statuts et les frontières très mouvantes qui existent entre le travailleur libre et l’ouvrier forcé, la contrainte allemande étant permanente. Ce parcours personnel témoigne à la fois de l’attitude résistante des populations septentrionales et aussi des violences imposées par l’occupant pour faire plier les volontés.

Élèves, étudiants et enseignants sont aussi touchés

  • 62 AD du Nord, 9 R 848, lettre du 28 avril 1916.

38Malgré la vigilance du recteur Georges Lyon, les structures scolaires qui survivent dans la zone occupée, finissent aussi par être touchées par les réquisitions de main-d’œuvre. Il est en effet tentant pour les Allemands de puiser dans le vivier facilement identifiable des grands élèves et des étudiants ou dans le personnel enseignant. Le 28 avril 1916, le recteur Georges Lyon, l’inspecteur général Edmond Labbé et le sous-préfet Anjubault, faisant fonction de préfet du Nord, adressent une pétition au Haut commandement de la Sixième Armée62. Le texte insiste sur des « faits de la plus haute gravité dont la ville de Roubaix a été, lundi dernier 24 avril, le théâtre ». À l’Institut Turgot, qui se compose d’une école primaire supérieure et d’une école professionnelle et technique, le directeur a remis aux occupants la liste de ses élèves, ayant confiance dans le fait que l’activité d’enseignement serait respectée. Chaque élève s’est vu remettre un certificat attestant de sa qualité d’élève. Mais, « samedi dernier », le directeur reçoit l’injonction de réunir, le lundi suivant à 8 heures, dans une caserne, les élèves inscrits sur la liste remise. Il pense alors à une simple vérification de routine et, le lundi matin, chacun est exact au rendez-vous. 137 élèves sont immédiatement choisis pour être évacués.

  • 63 AD du Nord, 9 R 817, lettre pétition de l’académie de Lille au Haut commandement de la Sixième arm (...)

« Ces élèves qui ne sont pas des combattants, ne sont non plus ni des prisonniers ni des condamnés. De quel droit alors les réduire en servitude, interrompre leurs études, les mettre dans l’impossibilité d’obtenir des diplômes dont le manque portera préjudice à toute leur existence ? […]. Au nom de la logique, au nom de tous ces précédents, au nom des droits de l’adolescence, au nom de la cause du progrès humain auquel contribue tout travailleur intellectuel […], nous demandons que Roubaix ne soit pas exceptée de la condition commune et que l’erreur dont l’Institut Turgot vient d’être victime soit au plus tôt réparée »63.

  • 64 Ibid., réponse du général Von Graevenitz, 16 mais 1916.

39Le général Von Graevenitz répond au préfet, très sèchement, pour lui signaler que le ton de la lettre est « à un haut point inconvenant. En haut lieu, la fermeture de l’école Turgot a été envisagée et il n’a été renoncé à cette mesure que parce que le directeur de cette école n’avait participé en aucune façon à la pétition en question. Vous devez attribuer à ce ton déplacé, le fait que votre demande a été repoussée »64.

  • 65 AD du Nord, 9 R 755, lettre de l’inspecteur d’académie au préfet du 4 mai 1917
  • 66 AD du Nord, 9 R 846, lettre de l’inspecteur d’académie au préfet du Nord, 16 juin 1917.

40Des maîtres sont aussi régulièrement requis et les autorités administratives doivent alors agir avec rapidité. L’inspecteur d’académie Salé signale au préfet que, le 26 avril dernier, M. Housay, instituteur à Tourcoing, a reçu l’ordre de se rendre à la Kommandantur. Il a été retenu pour exécuter divers travaux à la campagne. L’instituteur a protesté en vain. « Il dut, sous la conduite de deux soldats, se diriger vers le quartier des Orions où il fut occupé à l’enlèvement des fils de fer barbelés des clôtures. Le soir, il reçut l’ordre de retourner au même endroit, le lendemain matin à 7 heures. Et depuis, Monsieur Housay n’a plus reparu à son poste ». L’inspecteur demande l’intervention du préfet65. Une lettre manuscrite au préfet du 27 mai 1917, prouve qu’il y a bien eu intervention car l’instituteur le « remercie pour ses démarches ». L’inpecteur d’académie, en juin 1917, relève que deux instituteurs de Loos sont occupés à des travaux manuels pour le compte de l’autorité allemande et qu’ils ont été convoqués à la Kommandantur afin de travailler volontairement pour l’autorité allemande. Sur leur refus, il leur a été répondu qu’ils devaient se tenir prêts à être emmenés prochainement66. Une autre lettre, datée du 14 juin 1917 signale que Louis Marchand, directeur de l’école Voltaire à Lille, âgé de 59 ans, a reçu de l’autorité allemande l’ordre de se trouver à la gare de Fives samedi 16 juin. L’inspecteur demande l’intervention du préfet et du recteur. M. Marchand a été libéré de cette obligation.

41Le 7 août 1917, le sous-préfet d’Avesnes écrit à la Kommandutur de Lille :

  • 67 AD du Nord, 9 R 761, lettre du sous-préfet Anjubault à la Kommandantur, 7 août 1917.

« On me signale que dans l’arrondissement de Valenciennes, des instituteurs sont contraints de fermer les écoles publiques l’après-midi pour conduire leurs élèves aux travaux des champs. Outre que le droit des gens n’a jamais envisagé comme licite la réquisition des services des enfants, je me réfère à la protestation du 22 mars 1917, concernant les prérogatives des fonctionnaires demeurés par devoir en pays occupé, pour demander à l’autorité supérieure allemande de faire rapporter ces mesures préjudiciables à l’instruction des élèves »67.

  • 68 AD du Nord, 9R 697, rapport du commissaire de police au préfet du Nord, 26 mai 1917.
  • 69 AD du Nord, 9 T 640, lettre du préfet du Nord à la Kommandantur de Lille, 14 décembre 1917.
  • 70 AD du Nord, 9R 848, lettre de l’inspecteur d’académie au préfet du Nord, février 1918.
  • 71 AD du Nord, 9 R 699, rapports de police des 21 et 23 août 1918.

42L’inspecteur d’académie informe le préfet du Nord, le 26 mai 1917 que « le jeune Deschuldre Alfred, âgé de 19 ans, élève de 3e B à l’école primaire supérieure Franklin de Lille, candidat au brevet élémentaire, a reçu ce matin de la Kommandantur, un avis de départ. L’an dernier, cet élève avait été emmené dans les mêmes conditions et n’avait pu passer ses examens ». Un mot manuscrit du général Von Graevenitz du 7 juin atteste de démarches du préfet et du recteur mais en vain68. À Seclin, le sous-préfet écrit à la Kommandantur, le 14 décembre 1917, pour signaler que trois instituteurs sont contraints par l’autorité militaire d’assurer la surveillance de dépôts de paille et de charbon pendant la nuit. Il demande l’intervention du préfet du Nord69. En février 1918, l’inspecteur d’académie informe de nouveau le préfet que deux instituteurs titulaires d’Hellemmes et deux instituteurs intérimaires de Seclin, précédemment contraints au travail, ont été libérés ». Quant à MM. Delcroix et Théry, intérimaires domiciliés à Hellemmes, ils sont maintenus dans les équipes de travailleurs réquisitionnés mais refusent tout salaire de l’autorité allemande »70. Un rapport du commissaire central de police de Lille au préfet du Nord du 21 août 1918 relève que l’Autorité occupante a fait distribuer 287 convocations pour se rendre demain, jeudi, cour des Bourloires, en vue d’un départ pour travailler. Deux jours plus tard, le commissaire note qu’aucun des 287 jeunes gens, « en majeure partie des étudiants, appelés hier, cour des Bourloires, en vue d’un examen médical, n’a reçu de convocation. Ils seront convoqués ultérieurement »71. Le recteur Lyon est en effet intervenu auprès des autorités allemandes.

La résistance des populations et des élites au travail forcé

43Face à ces prélèvements perpétuels, la population tente de résister comme elle peut. À la résistance spontanée d’une bonne partie des habitants s’ajoute celle de nombreux édiles municipaux qui tentent de protéger leurs administrés. Il en va de même dans l’Instruction publique où le recteur Georges Lyon et son administration mènent de nombreux combats pour que les élèves, les étudiants et les enseignants échappent aux réquisitions, rejoints dans cette lutte par le préfet du Nord et les autorités religieuses.

Un exemple : l’opposition à la fabrication des sacs de sable (juin 1915)

  • 72 Voir Maxence Van der Meersch, Invasion 1914, op. cit., p. 126 et suivantes.
  • 73 Cité par Annette Becker, Oubliés de la Grande Guerre, op. cit., p. 58-59.
  • 74 AD du Nord, 9 R 514, note du 30 juin 1915 sur les incidents d’Halluin.

44On devine la résistance spontanée des habitants dans le faible succès obtenu par les offres d’embauche volontaire au service des Allemands. Malgré la faim et la misère, de nombreux habitants estiment que leur devoir est de ne pas contribuer à renforcer le potentiel allemand. Les multiples cas de refus du travail signalés pour les « brassards rouges » témoignent également de cette résistance. En juin 1915, de nombreux mouvements de refus sont détectables. Depuis quelques mois, les Allemands obligent en effet les ouvriers et les ouvrières du textile à fabriquer des sacs72. Le refus s’organise lorsque les habitants comprennent que ces sacs, remplis de terre ou de sable, servent à renforcer les tranchées allemandes. C’est ainsi que les femmes de Marcq-en-Baroeul sont punies pour leur refus. Vingt sont désignées comme otages, enfermées dans une salle infecte, mises au pain sec. Elles ont une chaise pour lit et si elles s’endorment, on les secoue. Poussées à bout, elles acceptent, sur l’avis du maire, de faire chacune cinq sacs73. À Halluin, le maire Defretin est directement menacé par un officier qui déclare que des mesures rigoureuses vont être prises qui iront, s’il le faut, « jusqu’à la fusillade d’un millier de personnes […]. Je me fous de tuer femmes, enfants ou vieillards74 ». Le commandant de place envoie une lettre au maire pour réaffirmer ses exigences. Le maire lui répond le 27 juin 1915 :

  • 75 Ibid., lettre du maire d’Halluin au commandant de la place, 27 juin 1915.

« Monsieur le Commandant. Vous me permettrez de n’être pas d’accord sur l’interprétation que votre lettre de ce jour donne de l’article 52 de la Convention de La Haye qui stipule clairement que, si les populations peuvent être tenues de rendre des réquisitions et des services, elles ne peuvent cependant être mises dans l’obligation de prendre part aux opérations de la guerre contre leur patrie. Le travail des usines, qui ne comportait d’abord que des travaux inoffensifs, s’est transformé peu à peu, à mon insu, en même temps que le nombre des ouvriers augmentait, et actuellement les toiles et sacs à sable et les formes pour meurtrières et claies apparemment destinées aux tranchées, que votre armée y fait fabriquer, ne constituent-ils pas de véritables engins de guerre que ma ville ne peut continuer à payer ? Je ne puis davantage satisfaire à l’ordre de prévenir les ouvriers de reprendre le travail et cela en conformité du sentiment qui m’a dicté ma lettre du 26 courant. Le paiement d’une contribution de guerre spéciale au paiement de ces travaux m’apparaît également contraire à l’esprit des conventions. Les mesures rigoureuses dont vous menacez la population ne sauraient lui faire oublier son devoir ; elles ne peuvent non plus me faire oublier le mien »75.

  • 76 Ibid., lettre du commandant de la place au maire d’Halluin, 30 juin 1915.

45Le 30 juin 1915, le commandant de la place note que le droit est l’affaire des diplomates et des représentants des États après la guerre mais qu’aujourd’hui, « il n’y a qu’une seule volonté et c’est la volonté de l’autorité militaire allemande »76. Une proclamation à la ville d’Haubourdin, le 26 juin 1915, signée par le commandant de la place, prend des sanctions contre les habitants et tente de discréditer les édiles de la commune :

  • 77 AD du Nord, 9 R 515, proclamation allemande du 26 juin 1915 à la ville d’Haubourdin.

« Pendant cinq mois, la fabrication des sacs a été faite ici pour l’administration militaire ; ces travaux, purement des livraisons de guerre à la charge des communes, ne s’opposent nullement aux traités ou conventions. Par la mauvaise volonté des représentants de la commune, on veut faire cesser ces travaux. Or l’administration militaire va prendre les mesures suivantes qui vont lourdement peser sur toute la population : 1 ) Quatre membres de toutes les classes de la population seront tout de suite arrêtés comme otages ; 2 ) Différents personnages seront punis avec des amendes considérables, la commune sera proposée à une forte contribution de guerre à la charge de toutes les classes de la population ; 3 ) Tous les civils seront obligés de se trouver chez eux de 6 heures du soir (heure allemande) jusqu’à six heures du matin […]. 4 ) Les travaux pour les sacs vont continuer sous surveillance militaire. Tout ouvrier manquant d’obéissance par des paroles ou des faits, sera traduit devant un tribunal de guerre ; les familles de ces ouvriers seront privées de leur carte de pain ; 5 ) Tous les laissez-passer seront retirés jusqu’à nouvel ordre ; 6°) Les estaminets doivent être fermés à partir du 27 juin jusqu’à nouvel ordre à 6 heures du soir »77.

46Face à la résistance qui s’amplifie, le général Von Laffert, commandant du XIXe Corps d’Armée, décide de lancer une « Proclamation à la population », le 28 juin 1915 :

« Quelques communes excitées par le mauvais conseil de certaines gens, ont refusé de continuer les travaux exigés par l’administration militaire. L’article 52 de la Convention de La Haye autorise expressément l’occupant à imposer aux habitants du territoire occupé des travaux dans son intérêt. Les travaux imposés […] se composant de la fabrication de sacs à sable, travaux de vannerie, entretien des rues, etc. […]. L’autorité militaire allemande prendra les mesures les plus sévères dans toutes les communes où les travaux ne seront pas continués ».

  • 78 AD du Nord, 9 R 693, lettre du général Von Heinrich au maire de Lille, 18 juin 1915.

47Mais la fronde se poursuit. Le 18 juin, le général Von Heinrich, gouverneur de Lille, écrit au maire de Lille, Charles Delesalle, pour lui demander d’intervenir. « Le maire doit user de toute son influence pour déterminer les gens à reprendre le travail […]. Pour le cas où le 22 juin, le travail n’aurait pas repris, la confection des sacs à sable sera donnée à la ville. Si même ceci n’atteignait pas le but, les toiles seront envoyées en Allemagne, y seront travaillées et réexpédiées ici aux frais de la ville »78. Le maire répond le 19 juin 1915 :

  • 79 Ibid., lettre du maire de Lille au général Von Heinrich, 19 juin 1915.

« M. le général Von Graevenitz m’a transmis hier soir la copie de votre lettre relative aux ouvriers qui confectionnaient les sacs de sable pour les tranchées. Vous me dites qu’une certaine agitation dont l’écho n’est même pas venu jusqu’à moi, règne à ce sujet dans la population ouvrière et tend à paralyser le travail. Vous me demandez en conséquence d’user de toute mon influence pour déterminer les gens à reprendre le travail. Je regrette de devoir vous faire respectueusement remarquer qu’il m’est impossible d’entrer dans vos désirs. Obliger un ouvrier ou un patron à travailler est absolument contraire à mon droit ; lui conseiller de travailler, absolument contraire à mon devoir, que me dicte impérieusement l’article 52 de la Convention de La Haye. […]. Quant à la solution que vous proposez de donner à la ville elle-même le soin de confectionner les sacs, elle ne peut même pas être envisagée car mon devoir de maire français me l’interdit plus formellement encore. Quelque risque personnel que je puisse encourir, je regrette donc ne pouvoir vous donner satisfaction. Vous êtes soldat, Excellence, vous placez trop haut le sens du devoir pour pouvoir exiger que je trahisse le mien. Si j’agissais autrement, vous n’auriez pour moi au fond de vous-même que du mépris »79.

  • 80 Ibid., Lettre du maire Delesalle au général Von Heinrich, 21 juin 1915. Voir aussi les notes d’une (...)

48Le général Von Heinrich, dans sa réponse refuse d’admettre que la confection de sacs soit contradictoire avec l’article 52 ; il réclame une nouvelle fois l’intervention du maire. « Au cas où le 22 juin à 10 heures du matin, le travail ne serait pas repris, je me verrais obligé de prendre des mesures plus rigoureuses. La faveur que j’ai accordée aux otages de la ville, je la fais cesser à partir d’aujourd’hui. Cinq otages devront passer la nuit à la citadelle depuis 7 heures du soir à 7 heures du matin, jusqu’à la reprise de la confection des sacs ». En répondant le 21 juin, le maire de Lille, insiste sur sa loyauté parfaite dans ses rapports avec l’autorité occupante mais estime que les ouvriers qui travaillent à fabriquer des sacs « prennent part aux opérations de guerre contre leur patrie ». Il récuse ensuite la menace de sanctions rigoureuses contre la ville. « Pourquoi voulez-vous rendre responsable une immense population innocente et ne pas exercer vos rigueurs contre celui-là seul qui assume et accepte les responsabilités de ses actes80 ». La sanction tombe le 30 juin 1915 :

  • 81 Ibid., proclamation allemande du 30 juin 1915.

« À partir du 1er jusqu’au 14 juillet inclus, la population française des communes de Lille et Hellemmes doit être, sans exception, chez elle de 6 heures du soir jusqu’à 5 heures du matin (heure allemande). Toute infraction sera punie d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à un an. […]. Les laissez-passer pour les communes à l’ouest de la route Lille-Bondues et de Lille même, ne seront plus délivrés pour le moment. Je me vois forcé de prendre ces mesures parce que, depuis quelques jours, des ouvriers français ont refusé de continuer les travaux qu’ils avaient, jusqu’à présent, exécutés pour l’autorité militaire allemande. Il leur a été dit par des meneurs sans conscience que leur conduite était contraire à l’article 52 de la Convention de La Haye. Cette conception est absolument fausse. L’article 52 dit expressément que l’exécution de travaux pour l’armée d’occupation peut être exigée s’ils sont de telle nature qu’ils m’impliquent pas pour les populations l’obligation de prendre part aux opérations de la guerre contre leur patrie. Ce n’est nullement le cas pour les travaux exigés […] »81.

  • 82 AD du Nord, 9 R 710, proclamation allemande du 20 juin 1915 à Marquette.

49Le 20 juin 1915 la Kommandantur déclare que « la commune de Marquette ayant refusé de faire les sacs à sable […], celle-ci s’est vue obligée de prendre les mesures suivantes : 1°) arrestation de 9 personnes comme otages […]. 2°) À partir d’aujourd’hui, il est interdit aux habitants de circuler dans les rues avant six heures du matin et après six heures du soir, heure allemande, ni même de stationner devant leur demeure ; 3°) Les estaminets et débits de boissons doivent être fermés à 5 h 3082 ». Le même jour, une affiche informe la population que « l’autorité municipale n’ayant pas voulu donner l’ordre de faire confectionner les sacs demandés […], dans le but de libérer les otages et d’éviter des représailles plus sévères […], on fait appel aux personnes de bonne volonté pour terminer cette affaire qui consiste dans la confection de 9 500 sacs ». Le préfet du Nord intervient auprès de la Kommandantur de Lille le 22 juin 1915 en insistant sur le fait que les sacs de sable constituent un matériel de guerre. Néanmoins le général Von Laffert insiste :

  • 83 Ibid., 9 R 710, Lettre de Von Laffert au sous-préfet d’Avesnes, 26 juin 1915.

« La fabrication des sacs n’est, pas plus que le travail dans les scieries et dans les clayonnages, une participation à une entreprise de guerre ; ce n’est en réalité qu’un travail commandé, exécuté par l’armée d’occupation auquel l’article 52 de la Convention de La Haye donne expressément droit. […]. Je me vois donc obligé, à mon regret de maintenir en état d’arrestation le maire et les 8 personnes arrêtées à Marquette jusqu’au moment où la commune de Marquette reprendra le travail qui lui a été ordonné […]. Quant à vous, Monsieur le sous-préfet, je vous prie, dans votre propre intérêt comme dans celui de la population, d’user de votre influence pour que les habitants du territoire occupé se conforment à l’avenir à mes prescriptions »83.

  • 84 AD du Nord, 9 R 693, proclamation allemande du 3 juillet 1915.

50Mais la ville refuse toujours et une nouvelle ordonnance le 30 juin 1915, aggrave les sanctions. La proclamation allemande précise, pour toutes les communes, les sanctions encourues. Tous ceux qui ne se soumettent pas aux instructions données par le commandement militaire sont passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison et 5 000 marks d’amende. Il en va de même pour ceux qui provoquent cette désobéissance. « Ceux qui exciteront le public à la désobéissance ou l’engageront à manifester contre les instructions données […], seront punis d’une peine correctionnelle de 1 à 5 ans. Toute manifestation de désobéissance par attroupement public ou toute opposition de fait contre les ordres de l’autorité militaire entraînera la peine de mort selon la loi martiale »84.

La résistance et la tutelle morale des élites municipales

51À partir de la mise en place de l’ordonnance du 3 octobre 1916, qui crée le travail obligatoire pour tous les ouvriers sans travail ou refusant de travailler, la chasse à l’homme devient permanente. Les pressions sont très fortes sur les maires pour qu’ils participent au recensement des chômeurs, livrent les listes et signent les ordres de réquisitions. Beaucoup s’y refusent, s’exposant alors à de fortes représailles.

  • 85 AD du Nord, 9 R 827, rapport du commissaire de police au préfet du Nord, 5 juin 1917.

52À Tourcoing, de fortes tensions existent en juin 1917 entre les Autorités allemandes, le maire et le secrétaire général alors que l’occupant exige une déclaration officielle concernant les évacuations forcées d’avril 1916. Les élites municipales, ainsi que le commissaire central de police, ont été convoqués à la Kommandantur le 1er juin 1917, ainsi que 47 femmes envoyées dans les Ardennes en avril 1916. Le commissaire rend compte de cette réunion dans un rapport du 5 juin 1917. La séance s’est ouverte « dès que le commandant Von Tessin, en armes portant la tenue de Major des Uhlans et le hauptman Burckstummer portant la tenue des officiers des Militär Polizei, se furent assis. Ces Messieurs étaient assistés de l’interprète et d’un sténographe »85. Côté français, on trouve le sénateur-maire Dron, le secrétaire général Willerval et le greffier du tribunal de commerce, le consul de Belgique, un négociant qui sert d’interprète et le commissaire de police. Le but de la réunion est de rétablir les faits « volontairement dénaturés et rendus tragiques par une femme bavarde (sic) auxquels les colonnes des grands journaux parisiens avaient été complaisamment ouvertes ». Le maire signale qu’il n’a pas sa place dans une telle réunion. « Il n’est pas dans les attributions du maire d’une ville d’exprimer son opinion sur l’attitude prêtée à des militaires allemands dans une région éloignée où il n’a aucun contrôle à exercer ». Le maire met aussi en doute les conditions dans lesquelles a été effectuée l’enquête allemande, insistant sur de forts soupçons d’intimidation. Il estime que cette enquête aurait dû être réalisée par des représentants des pays neutres.

  • 86 Ibid., mot manuscrit au crayon gris, 15 juin 1917.

53Les autorités allemandes interrogent la femme : « quelqu’une de vous Mesdames a-t-elle eu à se plaindre des procédés des soldats allemands à votre égard pendant votre séjour dans les Ardennes l’année dernière ? Que celles qui ont eu à se plaindre lèvent la main ». Bien évidemment, terrorisées, la plupart se taisent mais deux parlent. Des soldats allemands ont tenté d’entrer dans le baraquement une nuit ; une femme malade n’a pas été soignée. Dès lors, les langues se délient. Les unes disent qu’elles sont insuffisamment nourries, que les distributions de riz sont très réduites ; d’autres insistent sur le fait qu’elles sont très mal couchées sur des paillasses en copeaux et qu’elles ont attrapé des rhumatismes en raison de l’humidité du sol et des intempéries. « Enfin le bouquet fut cette phrase lapidaire prononcée à haute et intelligible voix par l’une de ses infortunées, une toute jeune fille : sachez Messieurs que toutes tant que nous sommes ici nous avons été déshonorées ». Certaines ont été ménagères d’officiers, de sous-officiers voire de soldats. Les femmes sont ensuite congédiées pour un tête-à-tête entre autorités municipales et allemandes. Le secrétaire général refuse de signer le procès-verbal qui n’indique pas le détail des déclarations des femmes. Dans l’après-midi, sur 47 femmes, 45 refusent toute signature. Ces femmes sont aussitôt enfermées à la prison militaire de Tourcoing et placées au secret dans un sous-sol. « Elles y sont encore actuellement » note le commissaire, quatre jours plus tard. Le préfet du Nord proteste auprès du chef de la Kommandantur de Lille le 11 juin 1917 contre les « rigueurs nouvelles infligées à des malheureuses qui ont déjà souffert d’avoir été arrachées l’an dernier à leur foyer ». Ces femmes sont condamnées à 14 jours de prison pour refus de signature86.

54À Lille, le maire Delesalle s’oppose en permanence aux exigences allemandes en matière de main-d’œuvre. Une lettre du général Von Graevenitz, le 3 janvier 1916 l’informe que :

  • 87 AD du Nord, 9 T 694, lettre du général Von Graevenitz au maire de Lille, 3 janvier 1916.

« Les listes des ouvriers qui ont travaillé dans les ateliers de la Société de la Gare du Nord n’ayant pas pu être trouvées dans les archives de la Gare, nous renouvelons notre demande à l’administration municipale de nous donner les noms des employés du chemin de fer qui sont encore ici et d’user de son influence sur eux pour qu’ils reprennent volontairement leur travail. Si le chef de la Gare du Nord, par esprit étroit de résistance ne veut pas y aider, l’administration municipale pourra alors, en se servant des cartes d’identité et des listes des allocations de chômage donner sans aucun doute les indications demandées […]. Le travail, fait par les ouvriers de la ville, ne fait pas partie des travaux pour entreprise de guerre et ne doit servir qu’à maintenir les opérations du trafic public et sert ainsi les propres intérêts de la ville et du territoire occupé. Dans le cas contraire, il faut s’attendre à ce que le ravitaillement en denrées alimentaires des localités situées dans le territoire occupé soit interrompu par voie de fer »87.

  • 88 Ibid., lettre du maire Delesalle au général Von Graevenitz, 4 janvier 1916.

55Le maire ne peut satisfaire la demande allemande. La Compagnie du chemin de fer du Nord est une société privée qui n’a avec la ville aucune relation. Les ouvriers qui y travaillent se divisent en deux catégories : les ouvriers attachés aux ateliers de réparation d’Hellemmes qui « tous résident hors de notre commune » et les employés spéciaux du chemin de fer qui ont été évacués. « Je n’ai donc aucune indication personnelle qui me permette de vous donner une liste de ces employés et, d’ailleurs, si j’avais cette liste en mains, mon devoir me défendrait impérieusement d’intervenir auprès d’eux et d’influer en aucune sorte sur une décision qui ne relève que de la conscience de chacun »88. Le 5 janvier, il précise :

  • 89 Ibid., lettre du maire Delesalle au général Von Graevenitz, 5 janvier 1916.

« Je regrette de ne pouvoir vous indiquer moi-même les adresses des ouvriers dont vous avez besoin. La municipalité a le droit de réquisitionner des choses mais non des hommes ; chaque fois que vous nous avez demandé un travail à faire dans l’enceinte de la ville, nous nous sommes empressés de vous donner satisfaction en faisant faire ce travail par des ouvriers de la ville mais nous n’avons pas le droit d’embaucher des ouvriers du dehors. Ces ouvriers devraient être appelés par voie d’affiche ou insertion dans le journal mais nous n’avons en aucune façon le droit de les réquisitionner sur la voie publique ni à leur domicile car rien ne peut les forcer à nous obéir »89.

56Tout au long de l’occupation, le maire Delesalle proteste contre les réquisitions de main-d’œuvre et tente d’en contrarier l’organisation. Dans une lettre au général Von Graevenitz le 17 juin 1917, il dénonce l’envoi de requis près de la ligne de front :

  • 90 AD du Nord, 9 R 846, lettre du maire de Lille au général Von Gravenitz, 17 juin 1917.

« Mes concitoyens enlevés la semaine dernière auraient été, en partie du moins, transférés dans des localités telles que Don, Dourges ou Hénin-Liétard qui ne sont éloignés du front anglais que de 8 à 10 kilomètres. L’évacuation forcée de ces villages par toute la population civile prouve d’ailleurs suffisamment à quel danger ils sont exposés […]. Je veux croire qu’on ne les oblige pas à des actes contraires à leur conscience patriotique et interdits par la Convention de La Haye […] »90.

  • 91 AD du Nord, 9 R 735, lettre du président de la Délégation spéciale gérant temporairement la ville (...)
  • 92 Jean-Baptiste Lebas (né en 1878 à Roubaix) est mort en déportation au camp de Sonnenburg en mars 1 (...)

57À Roubaix, la résistance s’organise également. Une lettre de la délégation spéciale qui gère la ville de Roubaix en l’absence de nombreux conseillers déportés, signale le 12 août 1915 que « les 25 conseillers municipaux de notre ville, qui avaient été transportés comme otages le 3 juillet 1915 à Güstrow (Mecklembourg) pour la question du travail et le refus de payer l’amende […], sont rentrés à Roubaix ainsi que tous les notables, hier, 11 août courant »91. La commission remet alors ses pouvoirs à l’administration municipale. Les tensions entre l’occupant et les autorités municipales se sont fortement accentuées à partir d’avril 1915 comme le révèlent les incidents aux usines Georges Selliez, où les ouvrières travaillant pour les Allemands sont malmenées par les habitants du quartier. Le premier-adjoint Thérin, faisant fonction de maire, en l’absence de Jean-Baptiste Lebas déporté à la forteresse de Rastadt92, appelle au calme dans une proclamation du 30 avril. Les autorités allemandes exigent la reprise du travail sous peine d’infliger à la ville une imposition de 100 000 francs par jour et de supprimer le paiement des secours à la population. La situation s’envenime et le « maire » écrit au commandant de la place, le 22 juin 1915 :

  • 93 Nord, 9 R 735, lettre du maire-adjoint de Roubaix Thérin au commandant de la ville, 22 juin 1915.

« L’administration municipale estime, comme moi, ne pouvoir intervenir dans cette question de travail, ne se reconnaissant pas le pouvoir suffisant de forcer des ouvriers à travailler contre leur propre volonté. Il est du reste, contraire à notre droit d’obliger un ouvrier à travailler et il est absolument contraire à notre devoir (lequel nous est impérieusement dicté par l’article 52 de la Convention de La Haye) de conseiller aux ouvriers français et belges de notre ville de travailler pour l’armée allemande et, par conséquent, contre les armées françaises et belges en fabriquant de sacs à sable pour les tranchées et des velours ou tissus pour l’équipement des soldats. Lors des premiers incidents aux alentours de l’usine Selliez, qui ont amené des troubles dans les rues et où des personnes furent blessées, l’administration municipale intervint, non pour conseiller la reprise ou la continuation du travail, mais, en vertu des pouvoirs de police qui lui sont conférés par la loi et des devoirs qui lui incombent, pour conseiller le calme à la population. Elle est donc, à cette époque, restée dans la limite de ses attributions […]. Mais en ce moment la situation est toute différente. Vous ne lui demandez plus d’empêcher des manifestations hostiles aux ouvriers travaillant pour l’armée allemande, mais vous voulez l’obliger à faire reprendre ou continuer le travail par ces ouvriers. Vous la rendez responsable de la continuation du travail, édictant contre la ville plusieurs pénalités dans le cas où il ne serait pas repris ce matin. L’administration municipale ignore ce que les ouvriers ont l’intention de faire mais, pour les raisons exposées ci-dessus, elle considère que son devoir de municipalité française lui interdit d’intervenir pour solutionner ce conflit qui n’intéresse que votre gouvernement […]. Elle croit donc que vous comprendrez qu’il lui est impossible aujourd’hui, sous peine de forfaire à l’honneur, de faire ce que vous lui ordonnez, persuadée que si vous vous trouviez à sa place vous n’agiriez pas autrement qu’elle »93.

  • 94 Ibid., proclamation allemande du 26 juin 1915.
  • 95 AD du Nord, 9 R 735, rapport du commissaire de police de Roubaix du 7 août 1916.
  • 96 Ibid., ordre de la Kommandantur d’étape de Roubaix, 20 octobre 1916.

58Une affiche allemande est placardée, le 26 juin 1915, à Roubaix qui annonce l’augmentation de deux régiments de la garnison aux frais de la ville94. Les exigences allemandes demeurent fortes ; la municipalité doit mettre en œuvre certaines mesures. Le 5 août 1916, le maire transmet au commissaire central de police, 81 convocations « à remettre aux intéressés ce soir ». Un rapport de police, le 7 août 1916, relève que « le 6 août à 11 heures environ, 80 ouvriers se sont présentés à la Mairie sur convocation de l’administration municipale […]. Monsieur Thérin, faisant fonction de maire, leur a dit qu’ils avaient été choisis parmi la population pour les travaux des champs demandés par l’administration occupante. Il leur a conseillé de se présenter de bonne grâce le lundi 7 août à 8 heures du matin à la caserne Hindenburg, rue d’Avelgem, afin d’éviter des arrestations dans les rues. Ce matin même, les mêmes personnes, au nombre de 80 environ, se sont présentées rue d’Avelghem où le lieutenant Kessler leur a fait connaître que l’administration municipale les avait choisies pour exécuter des travaux des champs ». Les fermiers et ouvriers de ferme, patrons jardiniers et jardiniers ont été renvoyés chez eux ainsi que les malades et les enfants de 14 et 15 ans. Les 40 personnes choisies doivent se présenter demain matin à 7 heures à Wattrelos. « Ils seront payés à raison de 5 francs par jour et pourront prendre leurs repas et coucher chez eux »95. Mais les exigences allemandes se font plus radicales et la mairie ne peut ensuite valider la mise en place de véritables déportations de chômeurs. Un ordre de la Kommandantur, le 20 octobre 1916, déclare que : « tous les chômeurs âgés de 17 à 50 ans, touchant des secours de chômage au 1er octobre courant, doivent se rendre à la caserne Hindenburg », en suivant la répartition suivante : chômeurs célibataires (dimanche 22 octobre à 9 heures) ; chômeurs mariés sans enfants (lundi 23 octobre à 9 heures) ; chômeurs mariés avec enfants (mardi 24 octobre à 9 heures). Le chômeur doit avoir « sa carte d’identité, son livret de famille, des vêtements (1 casquette, 1 cache-nez, 1 paletot, 1 pantalon, 1 paire de chaussure, 2 chemises, 2 paires de chaussettes, 2 caleçons, 1 pardessus, 1 paire de gants, 1 mouchoir), 1 gamelle, cuillère et fourchette, une gourde et 2 couvertures »96. On devine ici un transfert loin de la ville, ce que l’équipe municipale ne peut accepter.

59Le maire de Seclin, le 1er juillet 1915, se plaint des amendes infligées à la ville.

  • 97 AD du Nord, 9R 740, lettre du maire de Seclin à la Kommandantur de Seclin, 1er juillet 1915.

« Vous avez demandé à la mairie, pour les Lazareths, qu’une centaine d’ouvrières soient mises à votre disposition, ce qui a été fait rapidement. Mais depuis, il en a été pris une douzaine que vous avez affectée à la confection de masques devant servir à protéger les ambulanciers contre les émanations putrides des cadavres restés par trop longtemps sur les champs de bataille. Malheureusement, ces explications n’ont pas convaincu les ouvrières qui ont abandonné leur poste […]. La liberté de travailler ou de ne pas travailler a existé de tout temps en France et il n’appartient à aucun fonctionnaire, fut-il maire, d’aller là-contre. Néanmoins, si vous persistiez, après mes loyales explications, à vouloir quand même infliger cette punition à la ville, je vous prie de la faire dévier sur la personne seule du maire, la population n’y étant pour rien »97.

  • 98 Ibid., lettre du préfet du Nord à la Kommandantur de Lille, 13 mai 1916.

60Le préfet Anjubault, le 13 mai 1916, exprime son indignation. « J’apprends l’arrestation de M. Desurmont, ancien industriel, faisant fonction de maire de Seclin, incarcéré, à ce que l’on m’assure, pour refus de payer les salaires d’ouvriers ayant confectionné des claies ». Aucune autorité française ne saurait aider, même indirectement, à la fabrication de ce matériel de guerre. « Renouvelant en conséquence mes protestations précédentes concernant l’exécution par des Français de travaux de cette nature, je m’appuie sur l’article 52 de la Convention de La Haye pour demander à l’autorité supérieure allemande de remettre en liberté M. Desurmont détenu contrairement au droit des gens »98.

61À Linselles, le conseil municipal résiste aussi. Le maire écrit au préfet le 6 novembre 1918, juste après la libération, pour lui remettre un rapport sur les infractions à la Convention de La Haye durant l’occupation. Outre le récit d’exécutions sommaires, il note :

  • 99 AD du Nord, 9 R 829, rapport du maire de Linselles, 6 novembre 1918, 4 pages dactylographiées.

« Les Allemands arrivent à Linselles le 5 octobre 1914 vers 16 h 30 […]. Quelques jours après le 14 octobre, […] obligent tous les hommes jeunes et vieux à creuser des tranchées pour leur défense. Ce travail forcé est imposé pendant trois jours. En février 1915, Monsieur le commandant de place veut imposer un complément de contribution de guerre. La commune s’y refuse. Il fait emprisonner aussitôt Monsieur le Maire (Delacherie), Monsieur le curé et les industriels de Linselles qui ont leur domicile ailleurs qu’à Linselles (MM. Paul Tiberghien, Albert Masurel, etc.). En mai, l’autorité allemande ordonne la reprise du travail au tissage de Monsieur Masurel […]. Mais après quelques jours, croyant que la toile tissée servira pour des sacs de terre servant à la défense des tranchées, d’accord avec la municipalité, ils refusent de continuer. Spontanément MM. Bonenfant, le maire Delacherie et Dereu se rendent à la Kommandantur et avertissent le commandant que la mairie ne payera plus le travail ordonné à l’usine Masurel. Monsieur Bonenfant, en sa qualité de docteur en médecine est laissé en liberté. M. Delacherie est emprisonné ; Monsieur Dereu est renvoyé à la mairie pour les services administratifs »99.

62En juillet 1916, la mairie refuse de payer une nouvelle contribution et tous les conseillers sont arrêtés le 20 juillet et condamnés à une incarcération de huit jours. Une nouvelle menace d’évacuation des habitants est proférée. Cette fois le maire doit céder. En décembre 1916, l’autorité allemande demande des ouvriers pour réparer les routes. « Les ouvriers convoqués sont envoyés à la voie ferrée en construction dans le village ». Ils refusent le travail et sont emprisonnés sur place puis, après quelques jours, persistant dans leur refus, ils sont envoyés à la prison de Bousbecque. Le 3 mars 1917, le commandant exige l’envoi de 60 ouvriers à la gare pour opérer le déchargement de wagons. Le maire refuse, ce qui entraîne la mise en place du couvre-feu et le paiement d’une amende de 1000 marks. MM. Delacherie et Dereu, emprisonnés, sont transférés à Gand puis à Maubeuge.

  • 100 AD du Nord, 9 R 515, lettre du maire d’Hellemmes au préfet, 26 octobre 1916.
  • 101 Ibid., lettre du maire d’Hellemmes au préfet du Nord, 31 octobre 1916.
  • 102 Ibid., délibération du conseil municipal d’Hellemmes-Lille, 28 novembre 1916.
  • 103 Ibid., note allemande du 3 mai 1917.

63La municipalité d’Hellemmes résiste également. Le maire écrit au préfet le 26 octobre 1916 : « J’ai le devoir de vous informer qu’en violation de l’article 52 de la Convention de La Haye, et malgré mes protestations verbales et écrites, le commandant de place Schlessinger, contraint par la force les ouvriers de ma commune à confectionner des fascines pour appuis de tranchées. Plusieurs ouvriers sont actuellement incarcérés pour refus »100. Le 25 octobre, le commandant Schlessinger décide, après le refus des ouvriers de travailler que « les dix hommes seront punis de 14 jours d’emprisonnement. À partir de ce soir, 6 heures, tous les estaminets devront être fermés […]. Pour demain, il sera demandé d’autres ouvriers ; s’ils se refusent également à ce travail, la punition sera celle-ci : la circulation des rues sera limitée au trafic nécessaire au ravitaillement de la population et l’heure de la retraite sera mise à 6 heures. S’il y a lieu, nous empêcherons, aussi, toute circulation entre communes avoisinantes ». Le maire d’Hellemmes fait part au préfet, le 31 octobre 1916, de tensions vives. « La Kommandantur a acquis la certitude que ce n’est pas la bonne volonté qui manque parmi les ouvriers demandés par le Haut commandement pour exécuter les travaux ordonnés. C’est par contre, l’influence des dirigeants et des milieux aisés qui entrave les ordres donnés par la Haute autorité militaire »101. Le conseil municipal du 28 novembre 1916, réuni à 15 heures en séance extraordinaire sous la présidence du maire Joseph Hentgès, expose les multiples exigences allemandes. 500 ouvriers environ ont été enlevés comme prisonniers de guerre mais beaucoup sont revenus, réformés ou graciés, « ce qui fait que le nombre des détenus est actuellement de 367 ». Le 16 novembre, le commandant de la place a ordonné de convoquer trois jardiniers pour ses besoins personnels et, jugeant que la mairie n’apportait pas assez d’empressement, a frappé la municipalité de 100 marks d’amende. Le maire ayant refusé de payer, a été arrêté et emprisonné pour cinq jours. Depuis, « dix ouvriers terrassiers ont été convoqués par la Kommandantur pour travailler à l’entretien des routes et 147 métallurgistes doivent travailler aux ateliers du chemin de fer »102. Le 3 mai 1917, la ville d’Hellemmes est punie d’une amende de 12 000 marks parce que « non seulement le maire mais la population a désobéi et résisté d’une façon permanente à l’ordre de l’autorité militaire allemande concernant la confection de claies. Tous les habitants de la commune sont déclarés solidaires. Le paiement aura lieu avant le 6 mai, 6 heures du soir, à la Kommandatur d’Hellemmes, en monnaie allemande »103. Le maire proteste contre le sort réservé aux évacués dans une lettre qu’il adresse au commandant de la place. « Parmi les ouvriers civils évacués d’Hellemmes, cinquante environ ont été incorporés (en octobre 1916) au 26e bataillon ZAB, actuellement à Bucy-les-Pierrepont. Quatre sont décédés et l’état maladif de plusieurs autres, revenus après avoir été réformés, laisse supposer que le régime de ce bataillon est très rigoureux ». Une carte postale adressée au maire par quelques brassards rouges qui sollicitent son intervention pour être libérés après huit mois de travail forcé. Le conseil municipal d’Hellemmes, le 18 septembre 1917, prend position :

  • 104 Ibid., séance du conseil municipal d’Hellemmes-Lille, 18 septembre 1917.

« Considérant que les ouvriers originaires d’Hellemmes, ont été incorporés de force dans les bataillons civils de l’armée occupante, qu’ils ont été placés derrière le front de bataille, dont certains à proximité immédiate, que deux d’entre eux y ont été blessés gravement et un troisième mutilé ; que dernièrement encore, des enfants de 15 ans et des hommes âgés de 56 ans ont été arrachés à leur foyer dans les mêmes conditions, proteste contre cette violation des conventions internationales relatives à l’état de guerre et prie son Excellence Monsieur le Général commandant la 6e Armée, de bien vouloir intervenir pour faire cesser un état de chose lamentable »104.

64La réponse cinglante des autorités allemandes relève que l’assemblée communale d’Hellemmes a émis des propos qui « ne correspondent nullement aux faits ». Comme l’emploi de la population française apte au travail dans le territoire occupé est motivé par « la loi de détresse actuelle et a été ordonné expressément par le commandant en chef de l’Armée », la protestation de la mairie est une révolte ouverte contre les autorités militaires. La commune est frappée d’une amende de 10 000 marks et le maire est suspendu de ses fonctions.

  • 105 AD du Nord, 9 R 764, lettre du maire au commandant de la place de Wambrechies, 8 septembre 1916.
  • 106 Ibid., lettre du maire au commandant de la place de Wambrechies, 10 septembre 1916.

65Le maire de Wambrechies écrit au commandant de la place, le 8 septembre 1916, pour lui dire qu’il a pris connaissance de sa lettre sur la confection de rubans destinés aux masques à gaz. Il ne peut cependant qu’afficher cette demande sans plus, dit-il. « Les raisons qui dictent notre conduite sont les mêmes que celles données par notre lettre du 28 juin 1915 pour la confection de sacs »105. Le capitaine menace si le travail n’est pas commencé le lundi 11 novembre, « au moins avec cinq femmes », tous les membres du conseil municipal verseront une amende de 200 francs par personne. Si le paiement n’est pas fait d’ici lundi soir, l’amende sera transformée en prison, à savoir un jour de prison pour chaque dix francs. Cinq femmes de haute famille seront arrêtées à partir de lundi à midi avec des machines à coudre pour exécuter le travail. Le maire insiste le 10 septembre 1916 : « À l’unanimité le conseil a reconnu, qu’en vertu de la Convention de La Haye, article 52, il nous était défendu d’entrer dans votre désir de fournir des ouvriers pour confectionner des rubans pour masques à gaz sans prendre une part directe ou indirecte aux opérations de la guerre […]. Néanmoins, si l’autorité allemande persistait dans ses exigences, le conseil municipal émet le vœu que toute la responsabilité de ce refus retombe sur lui »106. Le 14 septembre, le conseil refuse de payer l’amende. Un billet du 27 septembre 1916 signale qu’une amende de 8 000 marks a été imposée à la commune alors qu’un autre du 28 novembre relève que les otages sont incarcérés à Loos pour 20 jours. Le 6 octobre 1916, une note relève : « amende payée ; punition levée, otages rentrés ».

La résistance des autorités préfectorales, religieuses et universitaires

  • 107 Pierre Pouchain, Les maîtres du Nord du XIXe siècle à nos jours, Paris, Perrin, 1998, 412 p.
  • 108 AD du Nord, 9 R 816, télégramme du 22 avril 1916.
  • 109 Ibid., lettre de l’évêque de Lille au général Von Graevenitz, 13 avril 1916.
  • 110 Ibid., lettre du 26 juin 1917.
  • 111 Carine Cnudde-Lecointre, « Monseigneur Charost, évêque de Lille durant la Grande Guerre », dans An (...)

66Les autorités préfectorales mais également religieuses et universitaires jouent un rôle important dans cette résistance au travail forcé. Il en est de même des patrons qu’a étudiés Pierre Pouchain et sur lesquels nous ne revenons pas107. Face aux réquisitions d’avril 1916, les élites se mobilisent. Le sous-préfet d’Avesnes Anjubault, l’évêque de Lille Monseigneur Charost, le maire de Lille Charles Delesalle, protestent dans un télégramme commun envoyé au Grand quartier général, le 22 avril 1916 : « Renouvelons énergique protestation et élevons cri d’indignation contre enlèvement forcé qui disloque familles : jeunes filles arrachées à leurs parents et vieillards privés de leurs soutiens. Population bouleversée »108. L’évêque Alexis Armand Charost écrit au général Von Graevenitz, le 13 avril 1916 : « Des enlèvements nombreux de femmes et de jeunes filles, des transferts d’hommes et de jeunes gens, d’enfants même, ont été effectués dans la région de Tourcoing et de Roubaix. Ces malheureux ont été dirigés sur des localités inconnues ». L’évêque en appelle au droit naturel et à la moralité éternelle pour protéger « les faibles et les désarmés qui sont ma famille à moi ». La morale est aussi menacée à cause de la promiscuité inévitable, « mêlant les sexes ou tout au moins des personnes de valeur morale très inégale »109. Monseigneur Charost proteste également le 26 juin 1917 alors que de nombreux jeunes gens « ont été enlevés et dirigés à proximité de la ligne de feu. « Les familles dont les fils sont au front ont la fierté de penser qu’ils servent leur pays. S’ils meurent, ils meurent pour lui, les armes à la main. Les familles dont les fils sont en captivité ont la consolation de les savoir sauvegardés. Nos familles du Nord ne connaissent du sacrifice subi que l’amertume : leurs fils sont à la fois captifs et sous le feu. S’ils meurent, ils meurent désarmés et au service de l’ennemi, soit par suite de privations […], soit sous les coups de leurs compatriotes ou de leurs alliés »110. Les autorités religieuses de la zone occupée protestent ainsi systématiquement lors des réquisitions et des évacuations de population111. Il en va de même du sous-préfet, Anjubault, qui lutte en permanence pour faire libérer des requis et dénonce la violation du droit des peuples. Il s’expose fréquemment pour tenter d’atténuer les exigences allemandes. Dans une lettre à la Kommandantur de Lille, il écrit ainsi, le 27 avril 1916, alors que les évacuations de femmes sont declenchées :

  • 112 AD du Nord, 9 R 841, lettre du préfet du Nord à la Kommandantur de Lille, 27 avril 1916.

Je suis informé de divers côtés que l’autorité allemande procéderait par la force à l’enlèvement de Français et de Françaises pour les diriger, par milliers, à ce qu’on assure, vers d’autres régions de la France occupée. Le prétexte invoqué, à savoir la nécessité de cultiver des terres actuellement en friche, ne saurait justifier les mesures prises. Si depuis plusieurs siècles, la liberté individuelle des non-combattants n’a jamais fait l’objet de stipulations spéciales dans les accords internationaux, c’est parce qu’elle est hors de cause. Toutefois, l’article 46 de la Convention de La Haye prescrit le respect des droits de la famille qui va se trouver désorganisée par la séparation violente de ses membres. Ce même article protège aussi la propriété privée, c’est-à-dire la propriété des choses ; a fortiori la propriété de la personne du non-combattant, c’est-à-dire sa liberté individuelle, ne saurait être violée. Ce principe a été spontanément reconnu par l’autorité allemande dans ses proclamations lorsqu’elle a déclaré, au début de l’occupation qu’elle ne faisait pas la guerre aux populations civiles. L’exode forcé dans les conditions sus-visées de nombreux habitants du pays occupé ne peut être comparé qu’à la déportation avec travaux forcés, peine réservée par notre code pénal aux crimes les plus graves. Ce serait faillir à mon devoir que de ne pas m’élever formellement contre une semblable décision de nature à ajouter aux souffrances de la population la plus cruelle des douleurs morales, celle que peut causer la destruction du foyer familial »112.

67Le sous-préfet Anjubault ne cesse d’œuvrer à la libération des requis et soutient les réclamations des maires, des inspecteurs et du recteur ainsi que celles des familles. Une lettre du 18 juin 1917 dénonce les évacuations forcées vers la zone de front :

  • 113 Ibid., lettre à la Kommandantur de Lille du préfet, 18 juin 1917.

« Depuis quelque temps des Français, entre quatorze et soixante ans, sont par milliers, dirigés contre leur gré, sur des localités situées non loin de la ligne de front, où, sous peine de trois ans de prison et de fortes amendes, ils sont astreints à des travaux de défense militaire, notamment au creusement de tranchées et à la construction de voies ferrées. S’ils ne consentent pas à accomplir la besogne exigée, ils sont, à ce qu’on m’affirme, l’objet de sévices. Ces hommes sont des non-combattants. Or le respect de la personne des habitants sans défense d’un territoire occupé est un principe fondamental du droit des gens moderne »113.

  • 114 Voir Jean-François Condette, Une Faculté dans l’histoire : la Faculté des lettres de Lille de 1887 (...)
  • 115 AD du Nord, 2 T 607, lettre de Georges Lyon au Chancelier, 21 avril 1916 (avec les brouillons succ (...)

68Il sollicite donc une protestation solennelle auprès du Haut commandement de l’armée allemande. Il en va de même du recteur Georges Lyon qui, resté à Lille, apparaît comme un vice-ministre de l’Instruction publique dans la zone occupée. À ce titre, il consacre toute son énergie à maintenir en vie les structures scolaires et universitaires, luttant pour faire libérer les bâtiments occupés, recrutant du personnel temporaire pour remplacer les enseignants mobilisés ou évacués. Il s’agit de maintenir en vie la culture française en territoire occupé et de préparer la jeune génération à la reconstruction qui suivra la victoire. Mais il est bien évident que ce maintien de la vie scolaire et universitaire, au milieu des pires pénuries et des exigences allemandes permanentes, est aussi le moyen de justifier la non-réquisition de certains locaux, des personnels, des élèves et des étudiants114. Dès le lancement des opérations d’évacuation forcée des populations en avril 1916, le recteur Lyon rédige une pétition, datée du 21 avril, qu’il fait transmettre au Chancelier du Reich115.

  • 116 AD du Nord, 9 R 816, lettre de Georges Lyon au Chancelier du Reich, 21 avril 1916.

« La décision, je la résume d’un mot : d’un jour à l’autre, des milliers d’hommes et de femmes, habitants et habitantes de Lille, Roubaix et Tourcoing, seront contraints d’évacuer leurs cités respectives, pour être transplantées en d’autres régions, les Ardennes sans doute, et là vaquer aux travaux qui leur seront désignés. Notez que les uns et les autres ne sont ni des belligérants, ni des prisonniers ni des condamnés. Ce sont de libres citoyens qui n’ont, par aucun acte, aucune infraction aux règles de l’occupant, mérité cette dépossession soudaine de leur habeas corpus […]. Cette aggravation consisterait à méconnaître l’inviolabilité de la personne humaine. Ce principe, le plus grand de vos philosophes l’a proclamé en des pages immortelles comme il avait inspiré l’œuvre du plus grand de nos moralistes. Ce principe, vous et nous, l’avons hérité de Rousseau et de Kant […]. Le jour où il s’effacerait de la conscience humaine, annoncerait le deuil de toute civilisation »116.

  • 117 AD du Nord, 2 T 607, lettre conjointe datée du 28 avril 1916.
  • 118 Ibid., lettre de Georges Lyon au Haut commandement allemand, 3 mai 1916.

69Dans l’affaire de la réquisition des élèves de l’Institut Turgot de Roubaix, le recteur signe une lettre conjointe avec l’inspecteur général Edmond Labbé et le préfet Anjubault, qui proteste très fermement contre ces enlèvements117. Le lundi 24 avril, les élèves se sont rendus rue d’Avelgem, accompagnés par le directeur et son personnel. Les Allemands devaient procéder à une simple immatriculation en vue de délivrer des certificats facilitant leurs déplacements quotidiens. 417 élèves ont suivi leur directeur et sont allés à la caserne. Là, environ 150 élèves ont été retenus « pour être transportés dans une autre région de la France occupée ». Le 3 mai, le recteur Lyon écrit de nouveau au Haut commandement pour signaler cette « erreur », insistant sur le fait que dans les récentes mesures d’évacuation forcée, le principe semblait admis que le personnel de l’enseignement, maîtres et élèves, en était excepté. « Et de fait, dans la très grande généralité des cas, la garantie donnée a été tenue. Nous n’en sommes que plus à l’aise pour réclamer l’application de la même règle à un certain nombre de jeunes gens qui se trouvent dans des conditions absolument identiques »118. Le recteur dresse alors une liste comprenant quatre étudiants des facultés publiques, un étudiant des facultés catholiques mais également neuf élèves du lycée Faidherbe de Lille, un de l’École libre Saint-Joseph, quatorze de l’École Franklin (EPS), onze de l’Institut industriel du Nord de la France, six de l’École supérieure pratique de commerce et d’industrie de Lille et de la région du Nord, un de l’École commerciale de jeunes filles de Lille et neuf de l’École pratique d’industrie de Lille. Le recteur s’indigne contre le directeur de l’Institut Turgot qui s’est laissé manipuler par les Allemands et ne s’est pas rapproché de son autorité supérieure. Le long rapport du directeur est annoté à l’encre noire par le recteur :

« Ce n’est que le mercredi 26 avril que j’ai été au courant de ces faits lamentables ; je me suis aussitôt rendu à Roubaix […]. J’ai sérieusement blâmé M. Lambert (directeur) ; il a eu le tort impardonnable de n’informer ses chefs ni de prendre leurs instructions ; c’est à eux seuls qu’il devait obéir ». C’est leur autorité qu’il devait invoquer pour gagner du temps. « Il n’avait pas le droit de prendre de son chef la grave mesure dont le caractère suspect aurait dû lui apparaître ».

Conclusion

70Les exigences allemandes en matière de main-d’œuvre, sont donc précoces, permanentes et croissantes dans la zone occupée. Les modalités du recrutement sont nombreuses et aboutissent à une traque quotidienne des travailleurs. L’enrôlement volontaire, malgré les sirènes de salaires élevés, rencontre peu de succès et c’est, dès lors, la coercition qui l’emporte. Progressivement, en particulier à partir de 1916, tout un système de réquisitions forcées est mis en place. Si certains requis sont maintenus dans leur commune, de nombreux autres sont déplacés. Ils rejoignent alors les usines, les ateliers ou les fermes de l’arrière, en particulier dans les Ardennes, la Belgique alors que certains sont déportés en Allemagne pour y remplacer les ouvriers mobilisés. Les femmes et les jeunes n’échappent pas à ces réquisitions. Tout un système de fichage de la population, en particulier des chômeurs, est mis en place avec recensement et revues régulières. Pour les récalcitrants qui refusent de travailler, des camps sont mis en place et ces brassards rouges sont souvent placés à proximité du front pour des travaux très pénibles. Dans ces camps, il s’agit de briser les volontés et les sévices sont nombreux afin d’obtenir des assignés « la signature volontaire » d’un contrat de travail. Face à ces exigences allemandes, la résistance des habitants est très souvent spontanée. Si des ouvrières et des ouvriers acceptent de travailler pour les Allemands, beaucoup d’autres refusent. On le voit dans les nombreuses affaires liées à la fabrication de sacs de sable en juin 1915. Il en va de même, tout au long de la guerre, pour le faible succès rencontré par les offres d’emploi allemandes. Les maires de nombreuses communes entrent en résistance et font tout pour retarder l’application des ordres allemands, refusant de délivrer les listes de chômeurs, protestant contre la réquisition de leurs administrés, refusant de payer des ouvriers travaillant pour l’Allemagne. Il y a bien ici une résistance civique et patriotique de nombreuses municipalités. Il en va de même des autorités constituées, en particulier des évêques, du sous-préfet Anjubault après le préfet Trépont et des universitaires. Georges Lyon, recteur de l’académie de Lille occupée mais aussi les inspecteurs luttent pour atténuer les exigences allemandes.

  • 119 AD du Nord, 9 R 829, lettre du maire de Baisieux à Georges Lyon, 29 octobre 1918 (44 signatures).
  • 120 Ibid., lettre du maire d’Hellemmes-Lille au préfet du Nord, 29 octobre 1918.
  • 121 Ibid., lettre d’habitants de la commune de Lezennes au Président de la République, 26 octobre 1918
  • 122 AD du Nord, 9 R 829, lettre du maire de Wattrelos au préfet du Nord, 9 novembre 1918.
  • 123 Annette Becker, « Mémoire et commémoration des atrocités allemandes de la Première Guerre mondiale (...)

71Dès la libération, les courriers se multiplient qui confirment l’immense brassage des populations septentrionales pendant la guerre. Aux évacuations organisées ou spontanées liées à l’avancée allemande au début de la guerre, aux évacuations organisées par l’Autorité occupante pendant l’occupation, il faut en effet ajouter ces multiples déplacements forcés de chômeurs et de travailleurs qui, s’ils sont parfois revenus dans leurs communes, sont bien souvent éparpillés dans des espaces géographiques diversifiés. Le maire de Baisieux écrit ainsi au recteur Georges Lyon, pour lui transmettre une demande des « pères, mères, tuteurs ou tutrices des enfants de Baisieux, âgés de 15 à 18 ans qui ont été enlevés par les Allemands pendant l’occupation » et qui prient le Recteur de demander au gouvernement de la République, de sommer le gouvernement allemand de rendre à leurs mères et à leurs soutiens ces enfants » (44 signatures)119. Le maire d’Hellemmes écrit au préfet du Nord, dès le 29 octobre 1918, pour lui remettre une pétition de ses habitants invitant le gouvernement français à sommer l’autorité allemande de rendre à leur famille les hommes non mobilisables enlevés par l’ennemi. La pétition compte 669 signatures120. Une lettre est aussi rédigée par des habitants de Lezennes pour le président de la République121. De très nombreuses communes rédigent des pétitions pour récupérer les enfants et les adultes requis et évacués. Le maire de Wattrelos, par exemple, transmet au préfet, le 9 novembre 1918, la liste nominative des « personnes réclamant les enfants et hommes âgés enlevés dans ma commune par l’autorité allemande à la dernière évacuation : 86 enfants de 15 ans, 141 de 16 ans, 199 de 17 ans, 18 hommes de 50 ans et au-dessus soit 444 personnes »122. On devine ici l’importance des mouvements de population opérés pendant la guerre et les traumatismes subis par les requis, les évacués et leurs familles. Ces souvenirs spécifiques à la zone septentrionale occupée123, au-delà des souvenirs communs à l’ensemble des Français, devaient être déterminants, vingt ans plus tard, pour expliquer le rejet précoce et largement dominant dans le Nord de l’occupant allemand et la politique vichyste de collaboration.

Notes

1 Claudine Wallart (dir), C’était hier, Le département du Nord ; Le Nord en Guerre 1914-1918, Lille, ADN, 2008, p. 30.

2 Archives départementales du Nord (désormais AD du Nord), 9 R 686, arrêté du 12 septembre 1917.

3 Ibid., lettre du maire de Lille au général Von Graevenitz, 15 octobre 1917.

4 Annette Becker, Oubliés de la Grande Guerre, humanitaire et culture de guerre. Populations occupées, déportés civils, prisonniers de guerre, Paris, Noêsis, 1998, p. 57 et suivantes.

5 Maxence Van der Meersch, Invasion 1914, Paris, Le Club du Livre, 1957, p. 109.

6 AD du Nord, 9 R 844, proclamation de la Kommandantur de Lille aux ouvriers, le 10 novembre 1916.

7 AD du Nord, 9 R 755, lettre du maire de Tourcoing aux Autorités allemandes, 26 décembre 1914.

8 Ibid., avis de la Kommandantur de Tourcoing du 6 janvier 1917.

9 AD du Nord, 9 R 739, Saint-André, affiche bleue « Avis », 21 octobre 1916.

10 AD du Nord, 9 R 736, affiche du 5 avril 1916.

11 AD du Nord, 9 R 735, rapport du commissaire de police de Roubaix, 1er mai 1915.

12 Ibid., lettre du 5 mai 1915.

13 AD du Nord, 9 R 515, affiche placardée à Roubaix, 26 juin 1915.

14 AD du Nord, 9 R 735, appel de la Kommandantur de Roubaix, 21 décembre 1916.

15 Ibid., proclamation, « A la population ouvrière de Roubaix », 7 novembre 1916.

16 AD du Nord, 9 R 742, Templeuve, lettre du maire au préfet du Nord, 27 novembre 1916.

17 AD du Nord, 9 R, 695, extrait de l’ordonnance allemande du gouverneur de la place de Lille du 3 avril 1917

18 AD du Nord, 9 R 700, fiches cartonnées de suivi de la main-d’œuvre.

19 AD du Nord, 9 R 739, Saint-André, affiche allemande du 10 janvier 1917.

20 AD du Nord, 9 R 846, décret contre le refus de travail, 24 avril 1917 (repris dans le Bulletin de Lille du 10 juin 1917).

21 AD du Nord, 9 R 755, avis de la Kommandantur à la population de Tourcoing, 14 mai 1917.

22 AD du Nord, 9 R 697, rapport du commissaire de police de Lille au préfet, 26 octobre 1916.

23 Ibid., Ordonnance allemande du 3 octobre 1916. C’est la formule indiquée sur les feuilles nominatives de convocation.

24 Ibid., 9 R 697, rapport du commissaire de police de Lille au préfet, 2 décembre 1916.

25 Ibid., rapport du commissaire de police de Lille au préfet, 5 janvier 1917.

26 Ibid., rapport de police du 12 juin 1917.

27 AD du Nord, 9 R, 714, lettre du maire de Ronchin au préfet du Nord, 5 juillet 1917.

28 Marcel Godinot-Puvion, Sous le brassard rouge. Déportations et travaux forcés dans le Nord envahi (1916-1918), Lille, Valentin Bresle, 1923, 159 p. « Ordonnance du 3 octobre 1916 », p. 75.

29 Sophie Odor et Muriel Rigole, Les « Brassards rouges » : le travail forcé dans le Nord sous l’occupation allemande, dossier de méthodologie sous la direction de Robert Vandenbussche, Lille 3, 1994, 39 p.

30 AD du Nord, 9 T 698, lettre d’un requis, Dourges, le 14 juin 1917.

31 Ibid., lettre du jeune Fromentin, Dourges, 13 juin 1917.

32 Ibid., lettre du docteur Calmette au préfet, 18 juin 1917.

33 Ibid., lettre de René Delécluse.

34 AD du Nord, 9 R 252, lettre de l’inspecteur de l’assistance publique du Nord au sous-préfet d’Avesnes, 29 octobre 1917.

35 AD du Nord, 9 R 254, lettre du docteur Hamel au directeur de l’Assistance publique, 2 juin 1917.

36 Ibid., lettre du sous-préfet au général Von Graevenitz, 29 octobre 1917.

37 AD du Nord, 9 R 252, lettre du docteur Hamel au sous-préfet d’Avesnes, 16 novembre 1917.

38 AD du Nord, 9 R755, rapport du commissaire de police de Tourcoing au préfet, 26 septembre 1916.

39 Ibid., note anonyme de Tourcoing.

40 AD du Nord, 9 R 843, rapport du commissaire central de Tourcoing au préfet, 19 octobre 1916.

41 bid., rapport du commissaire central de Tourcoing au préfet, 20 octobre 1916.

42 Annette Becker, Oubliés de la Grande Guerre, op. cit., p. 65.

43 AD du Nord, 9 R 816, proclamation allemande, reprise ensuite dans Le Bulletin de Lille du 23 avril 1916.

44 Voir les témoignages cités par Annette Becker, Oubliés de la Grande Guerre, op. cit., p. 70-72.

45 AD du Nord, 9 R 826, notice de la sûreté, commissaire central de police de Lille, 17 août 1916.

46 Annette Becker, Oubliés de la Grande Guerre, op. cit., p. 72.

47 The Deportation of Women and Girls from Lille, with Extracts from other Documents, Annexed to the Note relating to German Breaches of International Law during 1914, 1915, 1916, New-York, George H. Doran Compagny, 1916, 81 p.

48 AD du Nord, 9 R 818, petits mots manuscrits des diverses communes.

49 Ibid., rapport du commissaire central de Police de Lille au préfet du 14 mai 1916.

50 AD du Nord, 9 R 827, évacuations forcées d’avril 1916, lettre du commissaire de police au préfet du 12 avril 1916.

51 AD du Nord, 9 R 817, rapport du commissaire de police de Tourcoing au préfet du Nord, 17 juillet 1916.

52 Ibid., rapport du commissaire de police de Tourcoing au préfet du Nord, 17 juillet 1916.

53 AD du Nord, 9 R 825, évacuations, travaux divers des communes sur les retours des évacués.

54 Voir Henriette Celarié, « Emmenées en esclavage pour cultiver la terre : journal d’une déportée », Revue des deux Mondes, livraison du 15 juin 1917, p. 852-886.

55 AD du Nord, 9 R 826, retours des évacuations, rapport du commissaire de police de Lille du 11 juillet 1916.

56 Ibid., rapport du 31 juillet 1916.

57 Ibid., rapport du commissaire central de police au préfet du Nord, 22 décembre 1916.

58 Ibid., rapport du commissaire central de police au préfet du Nord, 22 décembre 1916.

59 AD du Nord, 9 R 762, dossier Vendegnies-sur-Ecaillon.

60 AD du Nord, 9 R 513, rapport du commissaire de police de Denain au sous-préfet de Valenciennes, 24 décembre 1918.

61 AD du Nord, 9 R 848, lettre du directeur de l’École nationale des Arts et Métiers de Lille à Edmond Labbé, 13 novembre 1917 ; lettre d’Henri Thibout à l’inspecteur général Edmond Labbé, lettres datées de novembre 1917 puis du 13 mars 1918.

62 AD du Nord, 9 R 848, lettre du 28 avril 1916.

63 AD du Nord, 9 R 817, lettre pétition de l’académie de Lille au Haut commandement de la Sixième armée, 28 avril 1916.

64 Ibid., réponse du général Von Graevenitz, 16 mais 1916.

65 AD du Nord, 9 R 755, lettre de l’inspecteur d’académie au préfet du 4 mai 1917

66 AD du Nord, 9 R 846, lettre de l’inspecteur d’académie au préfet du Nord, 16 juin 1917.

67 AD du Nord, 9 R 761, lettre du sous-préfet Anjubault à la Kommandantur, 7 août 1917.

68 AD du Nord, 9R 697, rapport du commissaire de police au préfet du Nord, 26 mai 1917.

69 AD du Nord, 9 T 640, lettre du préfet du Nord à la Kommandantur de Lille, 14 décembre 1917.

70 AD du Nord, 9R 848, lettre de l’inspecteur d’académie au préfet du Nord, février 1918.

71 AD du Nord, 9 R 699, rapports de police des 21 et 23 août 1918.

72 Voir Maxence Van der Meersch, Invasion 1914, op. cit., p. 126 et suivantes.

73 Cité par Annette Becker, Oubliés de la Grande Guerre, op. cit., p. 58-59.

74 AD du Nord, 9 R 514, note du 30 juin 1915 sur les incidents d’Halluin.

75 Ibid., lettre du maire d’Halluin au commandant de la place, 27 juin 1915.

76 Ibid., lettre du commandant de la place au maire d’Halluin, 30 juin 1915.

77 AD du Nord, 9 R 515, proclamation allemande du 26 juin 1915 à la ville d’Haubourdin.

78 AD du Nord, 9 R 693, lettre du général Von Heinrich au maire de Lille, 18 juin 1915.

79 Ibid., lettre du maire de Lille au général Von Heinrich, 19 juin 1915.

80 Ibid., Lettre du maire Delesalle au général Von Heinrich, 21 juin 1915. Voir aussi les notes d’une conversation entre le maire et le capitaine Himmel, le 24 juin 1915 où il refuse toute action destinée à faire reprendre le travail.

81 Ibid., proclamation allemande du 30 juin 1915.

82 AD du Nord, 9 R 710, proclamation allemande du 20 juin 1915 à Marquette.

83 Ibid., 9 R 710, Lettre de Von Laffert au sous-préfet d’Avesnes, 26 juin 1915.

84 AD du Nord, 9 R 693, proclamation allemande du 3 juillet 1915.

85 AD du Nord, 9 R 827, rapport du commissaire de police au préfet du Nord, 5 juin 1917.

86 Ibid., mot manuscrit au crayon gris, 15 juin 1917.

87 AD du Nord, 9 T 694, lettre du général Von Graevenitz au maire de Lille, 3 janvier 1916.

88 Ibid., lettre du maire Delesalle au général Von Graevenitz, 4 janvier 1916.

89 Ibid., lettre du maire Delesalle au général Von Graevenitz, 5 janvier 1916.

90 AD du Nord, 9 R 846, lettre du maire de Lille au général Von Gravenitz, 17 juin 1917.

91 AD du Nord, 9 R 735, lettre du président de la Délégation spéciale gérant temporairement la ville de Roubaix, 12 août 1915.

92 Jean-Baptiste Lebas (né en 1878 à Roubaix) est mort en déportation au camp de Sonnenburg en mars 1944. Membre du Parti ouvrier français (1896) puis de la SFIO (1905), il est maire de Roubaix à partir de 1912 où il incarne « le socialisme municipal », lançant de nombreuses constructions sociales. Arrêté en mars 1915 par les Allemands pour son refus de donner la liste des jeunes gens de 18 ans, interné à la forteresse de Rastadt jusqu’en juin 1916, il est ensuite transféré en zone libre. Député en 1919, ministre du Travail du Front populaire (juin 1936-juin 1937), ministre des PTT (juin 1937-janvier 1938). Résistant dès 1940, il refuse l’armistice et le régime de Vichy et fonde L’Homme libre. Membre du Comité d’action socialiste, il est arrêté par la Gestapo en mai 1941, emprisonné puis déporté.

93 Nord, 9 R 735, lettre du maire-adjoint de Roubaix Thérin au commandant de la ville, 22 juin 1915.

94 Ibid., proclamation allemande du 26 juin 1915.

95 AD du Nord, 9 R 735, rapport du commissaire de police de Roubaix du 7 août 1916.

96 Ibid., ordre de la Kommandantur d’étape de Roubaix, 20 octobre 1916.

97 AD du Nord, 9R 740, lettre du maire de Seclin à la Kommandantur de Seclin, 1er juillet 1915.

98 Ibid., lettre du préfet du Nord à la Kommandantur de Lille, 13 mai 1916.

99 AD du Nord, 9 R 829, rapport du maire de Linselles, 6 novembre 1918, 4 pages dactylographiées.

100 AD du Nord, 9 R 515, lettre du maire d’Hellemmes au préfet, 26 octobre 1916.

101 Ibid., lettre du maire d’Hellemmes au préfet du Nord, 31 octobre 1916.

102 Ibid., délibération du conseil municipal d’Hellemmes-Lille, 28 novembre 1916.

103 Ibid., note allemande du 3 mai 1917.

104 Ibid., séance du conseil municipal d’Hellemmes-Lille, 18 septembre 1917.

105 AD du Nord, 9 R 764, lettre du maire au commandant de la place de Wambrechies, 8 septembre 1916.

106 Ibid., lettre du maire au commandant de la place de Wambrechies, 10 septembre 1916.

107 Pierre Pouchain, Les maîtres du Nord du XIXe siècle à nos jours, Paris, Perrin, 1998, 412 p.

108 AD du Nord, 9 R 816, télégramme du 22 avril 1916.

109 Ibid., lettre de l’évêque de Lille au général Von Graevenitz, 13 avril 1916.

110 Ibid., lettre du 26 juin 1917.

111 Carine Cnudde-Lecointre, « Monseigneur Charost, évêque de Lille durant la Grande Guerre », dans Annette Becker (dir.), « 1914-1918, Guerre et occupation », Revue du Nord, no 325, avril-juin 1998, p. 355-366.

112 AD du Nord, 9 R 841, lettre du préfet du Nord à la Kommandantur de Lille, 27 avril 1916.

113 Ibid., lettre à la Kommandantur de Lille du préfet, 18 juin 1917.

114 Voir Jean-François Condette, Une Faculté dans l’histoire : la Faculté des lettres de Lille de 1887 à 1945, Lille, Septentrion, 1999, 430 p.

115 AD du Nord, 2 T 607, lettre de Georges Lyon au Chancelier, 21 avril 1916 (avec les brouillons successifs).

116 AD du Nord, 9 R 816, lettre de Georges Lyon au Chancelier du Reich, 21 avril 1916.

117 AD du Nord, 2 T 607, lettre conjointe datée du 28 avril 1916.

118 Ibid., lettre de Georges Lyon au Haut commandement allemand, 3 mai 1916.

119 AD du Nord, 9 R 829, lettre du maire de Baisieux à Georges Lyon, 29 octobre 1918 (44 signatures).

120 Ibid., lettre du maire d’Hellemmes-Lille au préfet du Nord, 29 octobre 1918.

121 Ibid., lettre d’habitants de la commune de Lezennes au Président de la République, 26 octobre 1918.

122 AD du Nord, 9 R 829, lettre du maire de Wattrelos au préfet du Nord, 9 novembre 1918.

123 Annette Becker, « Mémoire et commémoration des atrocités allemandes de la Première Guerre mondiale dans le Nord de la France », Revue du Nord, no 295, Avril-juin 1991, p. 339-353.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search