Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance en France et en Belgique occupées (1914-1918)

 | 
Robert Vandenbussche

Résister en Belgique et en France du Nord occupées 1914-1918

Robert Vandenbussche

Texte intégral

1Résister, résistance sont des termes utilisés dans le champ politique, culturel et militaire, depuis le XVIIe siècle. Le Dictionnaire de l’Académie française, dans son édition de 1694, identifie la « résistance comme l’opposition aux desseins ou aux volontés d’autrui ». Ces volontés peuvent être répressives. Marie Durand, qu’anime une foi religieuse particulièrement forte et vivante, dénonce, dans la cellule de la tour de Constance où elle est enfermée, l’oppression qu’impose la monarchie française. Elle grave sur les murs, dans les années 1730, l’injonction : « résister ». La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen affirme, en 1789, le « droit de résistance à l’oppression » c’est-à-dire le droit de désobéir à un tyran. Mais, comme le souligne le philosophe américain Henry Thoreau, en démocratie un citoyen peut être contraint à « résister » c’est-à-dire à rejeter une loi injuste. « Résister au gouvernement civil », « désobéir au gouvernement civil », doivent être revendiqués comme droits de chaque citoyen en démocratie également. Le concept de « résistance » ne constitue donc pas un anachronisme en 1914.

2Au début de la première guerre mondiale, la « résistance » se décline d’abord dans le champ sémantique militaire. À l’instar de l’écrivain hennuyer Maurice des Ombiaux, bien des auteurs soulignent « la résistance des armées en 1914 ». Celle de l’armée belge à Liège ou en Flandres, celle de l’armée française sur la Marne ou, en 1916, à Verdun. Ces combattants n’ont pas cédé aux attaques adverses et ont contenu les offensives allemandes avant de les repousser.

3Très rapidement, pourtant, dans les territoires envahis - terme utilisé concurremment avec celui d’occupés - des observateurs installés à Bruxelles, à Anvers, à Lille, font état d’une « résistance civile ». Les Allemands eux-mêmes utilisent le concept dès les débuts de l’occupation.

4En revanche, le substantif « résistant » n’apparaît pas dans les textes datés de la première guerre mondiale. Lui est préféré le terme de « patriote » qui désigne celui qui ne se soumet pas et qui agit ou pense en « résistant aux exigences de l’occupant ». Victime de la répression, le patriote devient un « héros », voire un « martyr » s’il est mis à mort. Souvent également, on n’hésite pas à désigner ces résistants sous le vocable de « combattants de l’intérieur » voire de « soldats de l’intérieur » alors que les Allemands soupçonnent l’activité de « francs-tireurs ».

5Quel contenu donne-t-on à ce concept ? La question n’est pas innocente. Il serait tentant d’exploiter les acquis de la recherche sur la seconde guerre mondiale pour les appliquer à la première. Ce serait anachronique puisqu’aucun modèle ne peut s’imposer à des situations et à des conjonctures différentes. Il convient donc de partir des usages et des pratiques de la première guerre mondiale pour définir le contenu du concept et analyser les formes de résistance pendant la Grande Guerre.

6Pour l’occupant, qui déclare ne pas faire la guerre aux civils, la distance entre la « résistance » et la « révolte » apparaît courte. En effet, dès septembre 1914, une affiche apposée sur l’ordre du gouverneur général allemand de Belgique annonce aux Bruxellois que « toute résistance ou toute révolte contre l’administration allemande sera réprimée sans pardon ». L’occupant attend de tous « une soumission raisonnable et une obéissance absolue vis-à-vis du gouvernement général » car « la dure nécessité de la guerre impose des punitions à tout auteur d’actes hostiles à l’autorité allemande ». En d’autres termes, refuser un ordre de l’occupant peut être assimilé à une rébellion. Certes, cette ordonnance est publiée dans une conjoncture particulière. Les Allemands sont convaincus que des francs-tireurs vont se dresser contre l’autorité de fait. Ils n’imaginent pas une résistance civile non violente.

7Pour les populations occupées, la « résistance » est un droit puisque l’invasion de leur territoire est un viol. Les Belges partagent cette sensibilité plus que les Français puisque l’Empire allemand a rejeté les traités internationaux qui affirment la neutralité belge. Comme le rappelle le cardinal archevêque de Malines, Mgr Mercier, puisque l ‘ Allemagne incarne une autorité de fait et non de droit, les populations peuvent ne pas lui obéir. Au-delà de ces appréciations théologiques et juridiques, sur lesquelles bien des autorités locales cherchent des appuis, Belges et Français dénoncent les modalités de l’occupation qui devient vite difficilement supportable. Les revendications contre l’occupation ou du moins les récriminations à son encontre se nourrissent à la fois de l’honneur blessé, de la liberté bafouée et des contraintes très prégnantes qui pèsent sur la vie quotidienne.

8Les Belges ont l’impression d’être « encagés ». En effet, à partir de 1915, la frontière avec les Pays-Bas devient très difficilement franchissable puisque les Allemands la ferment par une clôture électrifiée. Vers l’ouest et le sud, le front interdit toute sortie des territoires occupés. Dans le gouvernement général de Belgique, qui constitue la plus grande part du royaume occupé, l’occupant instaure un régime rigoureux bien décrit par des contemporains comme Jean Massart, directeur à l’Académie des Sciences de Belgique ou Maurice des Ombiaux, le romancier de Mons. Mais des Hollandais, des Espagnols ou des Américains, installés à Bruxelles, proposent des observations très voisines. Tous dénoncent les mesures coercitives qui interdisent toute expression collective, par l’écrit ou par la présence dans la rue, les contrôles tatillons de l’administration allemande et les menaces répétées sur les civils. Tous épinglent également le pillage des ressources par les réquisitions, les contributions et les amendes imposées aux communes à la moindre incartade, les prélèvements exigés au titre de l’entretien de l’armée d’occupation.

9Les territoires envahis ou occupés du Nord de la France subissent un régime plus sévère encore puisqu’ils sont soumis à une administration militaire toute puissante, celle des commandants d’Étapes. En effet, dans ce domaine des armées, les autorités préparent et organisent les opérations militaires. Comme le front n’est pas très éloigné, quelques dizaines de kilomètres, les populations civiles vivent un état de siège permanent. Couvre - feu, autorisation de circuler même à bicyclette, contrôle des identités, assignation à domicile, convocations régulières des hommes mobilisables, interdiction de toute publication, sont autant de contraintes constamment réaffirmées. Toute infraction est sanctionnée. Par ailleurs, les réquisitions de logements, d’automobiles et de véhicules de toutes sortes, de chevaux, d’hôpitaux, la « germanisation de la vie quotidienne », font imaginer aux populations qu’elles sont étrangères chez elles. « Les Allemands sont dans nos maisons », répète-t-on souvent. En outre, les armées vivent sur les territoires occupés en prélevant des ressources alimentaires, des matières premières, en imposant amendes et contributions de toutes natures. L’intimidation est la règle ; la capture d’otages devient une pratique courante avant que l’occupant ne procède à la déportation de civils trop peu obéissants, à partir de 1916. L’allongement de la durée de la guerre entraîne le recours à des tentatives plus coercitives encore puisqu’il s’agit d’imposer le travail obligatoire aux hommes et aux femmes en âge de travailler afin d’assurer à l’Empire allemand les capacités économiques que le blocus des côtes tend à affaiblir.

10Face à ces pratiques de rigueur et d’intimidation, certains admettent que se forgent progressivement des accommodements pour alléger les charges de l’occupation. Ce sentiment s’exprime au cours des derniers mois de l’année 1916 et au début de 1917. La dureté de la saison, les difficultés du ravitaillement, le manque de charbon et de vêtements chauds, entraînent un déficit moral notable. Mais le refus de se soumettre domine car les exigences allemandes sont estimées, de plus en plus, excessives. Comment justifier la déportation des jeunes femmes au printemps 1916 ? Comment se résigner à l’enlèvement des ustensiles de cuisine ou des matelas ? L’opinion internationale est invitée à condamner ces mesures qui menacent la vie quotidienne des populations civiles et violent les accords internationaux.

11L’esprit de résistance s’insinue, prend de l’ampleur, mais peut reculer en fonction de la conjoncture militaire qui renforce le courage ou suscite, au contraire, le découragement d’autant plus que la population n’est pas à l’abri ni des bombardements d’artillerie ni des interventions aériennes.

12Dans leurs livres respectifs, publiés en 1916, à Paris, Jean Massart – Comment les Belges résistent – et Maurice des Ombiaux – La résistance de la Belgique envahie – font des observations voisines sur la résistance belge dans les premiers mois de l’occupation. Ils soulignent le rôle de « l’inertie civile » revendiquée par l’épiscopat et illustrée par le mandement de Mgr Mercier, Patriotisme et Endurance, publié à la Noël 1914. Les Belges ont le droit de ne pas se soumettre à l’occupant puisque leur roi et leur gouvernement n’entendent pas céder à la loi allemande. Leur devoir patriotique consiste donc à espérer en une victoire des Alliés de la Belgique et à ne pas se laisser entraîner par le découragement. Les mêmes auteurs mettent également en valeur la « résistance des bourgmestres », à l’instar d’Adolphe Max, le bourgmestre de Bruxelles, qui rappelle l’obligation de respecter les conventions internationales de La Haye protectrices des populations civiles. Le diagnostic des analystes belges s’applique également à la France occupée où le rappel persévérant du droit international illustre la démarche de bien des élus confrontés directement aux exigences de l’occupant qui refuse de traiter avec les fonctionnaires de la République française. Jean Lebas, le maire de Roubaix, subit, en 1915, le sort d’Adolphe Max, arrêté et déporté dès les premières semaines de l’occupation. La plupart des industriels des territoires occupés adoptent une conduite voisine en refusant de faire travailler la main-d’œuvre au profit de la machine de guerre allemande. Les Allemands ne se trompent pas sur la signification de tels comportements qui, de la protestation indignée, peut mener à l’annonce d’un refus d’obéir puis à la désobéissance effective. La sanction tombe, sévère : amendes, capture d’otages, renforcement des contraintes, voire arrestations, répondent à cette forme de « désobéissance civile ». Pourtant, « les désobéissants » ne sont pas des « dissidents » puisque ces élus ou ces chefs d’entreprises ne peuvent rompre définitivement avec l’autorité de fait dont ils dénoncent les abus et les excès. Ils protestent, ils expriment une indignation publique au nom de principes et de règles qu’ils estiment bafoués. Ils le font parfois seuls, parfois plus collectivement en prononçant des protestations convergentes.

13La résistance serait-elle celle des élites, politiques, économiques, culturelles ? La relation laissée par les auteurs belges le laisse entendre mais n’occulte pas une résistance populaire qui ne s’embarrasse pas de références juridiques et qui réagit collectivement à des ordres ambigus ou injustifiés. Jean Massart et Maurice des Ombiaux évoquent la « grève des cheminots » qui, au printemps 1916, refusent d’entretenir et de gérer les convois dont ils craignent une utilisation au service exclusif de l’occupant. De même évoquent-ils la fermeture, en signe de deuil, le 21 juillet 1915, des magasins, des cafés, des restaurants, de Bruxelles, de Liège, d’Anvers, puisque l’occupant interdit la célébration de la fête nationale. De même encore, la France occupée refuse de « fabriquer des sacs à terre » parce que leur destination semble essentiellement militaire. Plus spontanés, ces patriotes n’ont pas l’intention de commettre un acte qui fournirait une assistance quelconque aux armées adverses. Les sollicitations allemandes ne semblent pas innocentes.

14Toutes ces remarques permettent d’identifier un environnement peu favorable à l’occupant qui suscite la crainte mais également le mépris. Elles ne qualifient pas un mouvement et ne définissent pas, en soi, une activité d’hostilité directe même si ces gestes ou ces textes ne facilitent pas les intentions de l’occupant. Néanmoins, les Allemands n’hésitent pas à prendre des sanctions à l’encontre de leurs auteurs.

15Pour sa part, la répression allemande, police et justice militaires, révèle également une activité souterraine et clandestine qui se développe rapidement puisque des hommes et des femmes, accusés d’actes malveillants à l’encontre des armées d’occupation, sont arrêtés, jugés et condamnés. Ainsi, en juin 1915, huit résistants belges sont fusillés à la Chartreuse de Liège. D’autres le sont à leur tour en octobre 1915. En septembre 1915, soit onze mois après le début de l’installation des Allemands à Lille, une « affiche rouge » informe les habitants que quatre hommes ont été exécutés par fusillade : Eugène Jacquet, marchand de vins en gros, Eugène Dekonninck, sous lieutenant de l’armée territoriale, le commerçant Georges Maertens et l’ouvrier Sylvère Verhulst, d’origine belge. Quelques semaines plus tard, une nouvelle affiche rouge annonce l’exécution de Léon Trulin, un lycéen lillois d’origine belge. À Bruxelles, début octobre 1915, sont annoncées les exécutions d’Édith Cavell, une infirmière de nationalité anglaise, de Philippe Baucq, un architecte, et les condamnations de complices comme l’institutrice de Saint Waast la Vallée, Louise Thuliez ou de l’infirmière cambrésienne Anne L’Hotelier ou encore du pharmacien belge Severin. Au printemps 1916, c’est une jeune belge originaire de Tournai, Gabrielle Petit, que les Allemands condamnent à mort et font exécuter. Louise de Bettignies, la Lilloise, condamnée à mort, voit sa peine commuée sur des interventions étrangères multiples. D’autres condamnations sont prononcées jusqu’à la fin du conflit. Même si les procès devant les cours martiales se déroulent à huis clos, les Allemands n’occultent pas les griefs qu’ils font peser sur les accusés : espionnage, assistance aux soldats anglais, français ou belges pour les soustraire à la captivité, usage interdit des pigeons voyageurs, diffusion d’une presse prohibée. L’espionnage est un motif d’inculpation récurrent. Les Allemands l’assimilent à un acte de trahison qu’ils font juger comme tel.

16La modestie des informations ne permet pas de conclure, à l’époque, à l’existence de « mouvements structurés ». Sans nul doute, on devine le fonctionnement de petits groupes, ceux que l’on surnomme les « comités », souvent ramifiés à l’instar du groupe d’Eugène Jacquet ou celui d’Édith Cavell qui se composent de quelques membres et agissent en relais. Ils recueillent des soldats à proximité de Lille, Douai, Cambrai ou de Maubeuge pour les emmener à la frontière belgo-hollandaise. Ils bénéficient nécessairement des complicités nécessaires sur les itinéraires qui franchissent la frontière franco-belge et pratiquent des coopérations puisque, le front étant infranchissable, l’évacuation des soldats ou la transmission éventuelle des renseignements transitent par la Belgique avant de gagner les Pays Bas.

17La répression n’est pas indispensable pour faire apparaître l’activité de la presse prohibée évoquée par Jean Massart. En effet, même illégale et clandestine, la presse doit se faire connaître pour jouer son rôle : livrer des « informations vraies », différentes de celles qu’offre la presse autorisée. Si le recours à des canaux clandestins réduit nécessairement ses capacités de diffusion, il permet de toucher ceux dont les sympathies se devinent et, par relais successifs, de mobiliser un public complice. En Belgique, les patriotes connaissent, distribuent éventuellement et lisent La libre Belgique ; à Lille ou à Roubaix, on la connaît également ; on peut la distribuer et la lire au même titre que L’Oiseau de France. Ces feuilles, fruit d’un geste résistant, servent également de vecteurs à la résistance puisqu’elles refusent la soumission à l’ordre allemand et encouragent les lecteurs à ne pas se soumettre à l’occupant qui lance la traque avec beaucoup de persévérance.

18En revanche, la répression allemande ne semble pas découvrir une activité clandestine violente qui prendrait la forme soit d’attentats soit de sabotages. Est-ce à dire que les intimidations et les sanctions violentes, utilisées en août et septembre 1914, ont annihilé toutes les velléités d’éventuels franc-tireurs ? Est-ce à dire que, pour leur part, les « résistants » refusent d’entrer dans la spirale de la violence productrice de répression ? Si le débat sur les francs-tireurs affecte les débuts de l’occupation, au moment où la conviction d’une guerre courte est encore forte, l’allongement de la durée de la guerre fait comprendre que la victoire militaire dépend du déséquilibre des forces en faveur des Alliés seuls capables de libérer les territoires occupés. Ni en France, ni en Belgique, on n’envisage comme pertinent le recours à des moyens violents. Les autorités locales, politiques et morales, le répètent avec persévérance : il ne faut pas céder à la tentation de la violence car elle ne serait ni légitime ni pertinente. La presse clandestine, belge ou française, encourage à ne pas se laisser porter à la révolte mais à garder patience et fermeté. En effet, le choix de « l’insurrection armée », périlleux du fait du rapport des forces en territoire occupé, ne serait pas opportun puisque les gouvernements légaux gardent toute leur légitimité. Sans discontinuité, ils mènent le combat contre les Empires centraux jusqu’à la victoire et sans céder ni aux sirènes d’une paix séparée ni à celle d’une paix blanche. Dès lors, la « résistance » n’a pas à se construire en « contre pouvoir » mais doit contribuer à hâter le moment, tant espéré, de la liberté retrouvée en utilisant d’autres formes de combat compatibles avec le statut civil.

19Toute cette activité, publique ou souterraine, appartiendrait-elle au domaine des « oubliés de l’histoire » puisque la mémoire de la guerre est plutôt celle des combattants ? De fait, après 1918, les combattants recherchent la reconnaissance nationale à laquelle ils estiment avoir droit. Ils bénéficient du nombre, de l’ampleur de l’hémorragie humaine, de la nationalisation des mobilisés et des victimes de la guerre. Mais cette sympathie envers les anciens combattants n’occulte pas l’intérêt porté, un temps du moins, aux civils « combattants de l’intérieur » et victimes de leur engagement volontaire.

20Dès la guerre, la presse internationale se préoccupe du sort de Mgr Mercier, menacé, un temps par l’occupant. Les magazines de Paris diffusent les rumeurs de son arrestation, d’une éventuelle incapacité à occuper le siège épiscopal de Malines. De même, la mort d’Édith Cavell éveille un écho considérable. L’édition, la presse, l’iconographie, révèlent l’émotion internationale qu’elles alimentent également.

21« Une affaire Miss Cavell » naît dés la fin de l’année 1915 qui incite les pouvoirs publics, les associations humanitaires, les comités de propagande, dans les pays neutres ou belligérants, à prendre parti. Combien de salles d’hôpital sont elles baptisées du nom de l’infirmière anglaise ? Combien de cérémonies de deuil, religieuses ou non, ne lui sont-elles pas destinées dès avant 1918 ? Le peintre Carrier-Belleuse en fait une des héroïnes du Panthéon de la Guerre qu’il brosse au plein cœur du conflit. La presse française lance des souscriptions pour lui édifier un monument. Les Anglais appellent à la mobilisation des volontaires pour venger Édith Cavell et assurer la victoire du droit. Chacun, chez les Alliés, stigmatise l’Empire allemand. L’onde de choc gagne les pays neutres et internationalise l’image de la « nurse anglaise ».

22Dans le plus grand nombre de cas, l’héroïsation du patriote ou de la patriote, s’inscrit dans un cadre national. Ainsi peut-on évoquer le sort d’Eugène Jacquet, le résistant lillois, que célèbre la presse parisienne au cours de l’hiver 1915-1916. Il devient un vecteur de « l’union sacrée » puisque le franc-maçon qu’il est, est honoré autant par le Grand Orient, la Ligue des Droits de l’Homme et du Citoyen, que par la presse conservatrice et nationaliste. Le journal L’Action Française lui consacre, sous la plume de Léon Daudet, plusieurs articles élogieux. Emilienne Moreau, « la dame de Loos » offre un autre exemple d’héroïsation. En novembre 1915, cette jeune femme, qui s’occupe des enfants de la commune, fournit des renseignements à l’armée anglaise et tue, pour se défendre, deux soldats allemands. Elle est exfiltrée par les Britanniques et installée à Paris. Toute la presse française la célèbre. Elle publie ses « mémoires », reçoit de prestigieuses décorations militaires françaises et britanniques, devient une vedette des magazines, multiplie les voyages en province pour présenter son histoire. Carrier-Belleuse la retient comme figure notable du Panthéon de la Guerre. Un cinéaste australien tourne un film en 1916 tandis que même la presse de l’Amérique profonde publie des extraits de ses mémoires. Enfin, elle est offerte en exemple aux jeunes français : l’éditeur Hachette, lui réserve un chapitre du livre de lectures destiné aux familles, Petits héros de la grande guerre, publié en 1918. Emile Desjardins, le petit galibot de Douchy, en est un autre exemple héroïque.

23On ne peut comprendre toutes ces démarches sans les inscrire dans une perspective de propagande puisque la bataille se déroule également dans le champ de l’opinion, nationale et internationale. Édith Cavell, Eugène Jacquet et bien d’autres, comme Gabrielle Petit ou Léon Trulin, sont présentés comme les victimes nobles de la « barbarie allemande » qui bafoue le droit et manie la terreur. La résistance des populations occupées doit valider la légitimité du combat mené par la Triple Entente et la Belgique en faveur de la « civilisation ». Elle doit également renforcer le patriotisme et la détermination des civils domiciliés en dehors des zones envahies.

24Après 1918, les commémorations ne manquent pas, nationales ou non. Cérémonies publiques en Belgique, dans le cadre du Royaume, édification de monuments dédiés aux martyrs de la résistance civile, publications de documents et de livres, sont autant de marques de l’intérêt porté aux hommes et aux femmes qui ont combattu sans armes à la main. En France, la situation est plus complexe. Si Louise de Bettignies reçoit des hommages imposants – cérémonies commémoratives, édification d’un monument conçu par Maxime Réal del Sarte, baptême de rues, d’établissements scolaires- « les fusillés lillois » bénéficient de commémorations plus locales avec l’édification d’un monument ou d’une plaque, la dénomination d’une école, d’une place, d’une rue à Lille. La culture mémorielle se développe également à l’occasion de pèlerinages annuels sur les lieux de leur exécution. Les années 1920 en sont le temps fort, celui du relèvement des ruines, de la reconstruction et de la construction d’une « mémoire de l’ancien combattant ». Des comités privés, composés d’amis, de proches, de personnalités influentes, lancent des souscriptions pour réunir les fonds nécessaires, mobilisent les élus pour obtenir les votes indispensables dans les instances locales et construire la figure héroïque. Ces pratiques diffèrent peu de celles qui promeuvent les monuments aux morts des communes mais ne peuvent se généraliser. La presse montre rarement de l’indifférence : les magazines populaires comme L’Illustration, ou Le Petit Journal, en France, ou mieux, la presse régionale, consacrent articles et photographies à ceux que l’on ne nomme toujours pas des résistants. Les femmes occupent une place particulière dans cette culture mémorielle comme le souligne Antoine Rédier, l’auteur de La guerre des femmes, qui raconte l’action de Louise de Bettignies et de ses compagnes. Le livre constitue un succès d’édition puisque de 1922 à 1935, Mame et La Revue française assurent six rééditions. À la veille de la seconde guerre mondiale, plus de cent quatre-vingt-dix mille exemplaires sont vendus. Il en est de même d’Édith Cavell dont la vie et la mort donnent lieu à de très nombreuses publications, en France, en Belgique, en Grande Bretagne, au Canada, aux États-Unis. C’est le cas, encore, mais dans une moindre mesure, de Gabrielle Petit, dont les Belges soulignent le courage et la fierté et qui devient la figure emblématique de la patrie en lutte contre l’oppresseur. Toute cette activité mémorielle ne restitue pas nécessairement la personnalité effective de chaque résistant. À preuve les superpositions qui affectent parfois, dans la France demeurée inoccupée, l’image d’Édith Cavell et celle de Louise de Bettignies.

25Cette action mémorielle s’estompe, en partie, au début des années 1930. Mais la montée des périls provoquée par l’ascension des régimes fascistes permet de convoquer à nouveau ces héros de la guerre. Des éditeurs publient de nouveaux textes de mémoires. Des films sortent à la mémoire des résistantes martyres comme Édith Cavell ou Louise de Bettignies tandis que la presse n’hésite pas à inviter les survivants à livrer leurs appréciations sur la situation internationale.

26Les Allemands n’oublient pas. En juin 1940, ils obligent Paris à démonter le monument dédié à Édith Cavell et installé dans le jardin des Tuileries. Deux mois plus tard, à Lille, ils brisent à coup de pioches le monument consacré aux fusillés lillois. La censure allemande interdit, pour sa part, la vente de La guerre des femmes dès la fin de l’été 1940. À Bruxelles, les occupants mettent sous surveillance la place Saint-Jean pour empêcher la population d’approcher le monument dédié à Gabrielle Petit qu’ils jugent trop fréquemment fleuri.

27Pourtant, tous les résistants victimes de la répression allemande ne bénéficient pas d’un statut analogue. Bien des fusillés du Nord de la France occupée sont tombés dans l’anonymat ou nommés simplement parmi les victimes civiles de la guerre au même titre que les victimes des exactions allemandes d’août et d’octobre 1914. Un sort assez voisin est réservé aux fusillés du Champ de tir national de Bruxelles ou de la Chartreuse de Liège même si, après la guerre, des mémoriaux de papier, rappelant leur activité patriotique clandestine, donnent lieu à publication. Aucun groupe, aucun comité influent, n’assume l’initiative nécessaire à la reconnaissance de la spécificité d’un engagement volontaire. Sans nul doute, l’éloignement de la guerre fait subir un sort voisin aux mobilisés de 1914-1918 qui s’organisent en groupe de pression. Les volontaires des territoires occupés en sont peu capables.

28Selon bien des témoignages postérieurs à 1918, tous les clandestins qui participent à des actions illégales ne sont ni poursuivis ni condamnés parce qu’ils ont échappé aux coups de filets des services policiers allemands incapables de quadriller tous les territoires. C’est dire que les figures « commémorées » n’illustrent qu’une part de toutes celles et de tous ceux qui sont devenus des « volontaires » et se sont engagés à rendre des services à des groupes ou à des réseaux. Le regard des policiers et juges allemands ne permet donc pas d’appréhender l’activité résistante dans toute sa diversité, sa vigueur, son efficacité, son enracinement dans une clandestinité quotidienne.

29L’intervention de l’historien est nécessaire pour rassembler, exploiter les sources et mettre en perspective les informations glanées. Elle n’a sans doute pas répondu à toutes les attentes parce que d’autres problématiques de recherche se sont imposées, notamment celles qui touchent à la guerre de masse. En ce sens, on peut dire que les « résistants sont les oubliés des historiens » En effet, les civils des territoires occupés soulèvent des questions historiographiques différentes de celles des combattants mobilisés. Dans leur isolement et leur méconnaissance des conditions militaires, ils suggèrent une lecture différente de la guerre. Pour eux, le conflit entraîne parfois la mort, mais également la famine, la maladie, l’insécurité, l’oppression. Il n’est pas sans intérêt de souligner que bien des lettres de résistants condamnés et près de la mort sont dénuées de toute référence à ce qui a pu être qualifié, par ailleurs, de « culture de guerre ».

30La première approche comparative proposée à Bondues entend mettre en valeur trois thématiques principales. La première concerne l’environnement social dans lequel s’inscrit l’occupation allemande. Jean François Condette et Michael Amara montrent combien le travail cristallise les oppositions à l’occupant allemand. Emmanuel Debruyne analyse le rôle et l’influence de la presse clandestine dans la bataille de l’opinion qu’impliquent la durée et la rigueur de la présence étrangère en territoire occupé. Les recherches sur l’espionnage sont les plus nombreuses puisqu’il est une des formes principales de l’action clandestine au service des États, français, anglais ou belge induite par la nature de la guerre. Olivier Lahaie étudie la quête de renseignements à partir de la surveillance des voies ferrées qui révèlent les mouvements militaires de l’occupant. Chantal Antier s’efforce de mesurer les effets de la résistance des espionnes en France et en Belgique occupées. Pour sa part, Marianne Walle appréhende le regard de la répression allemande à travers le service de contre-espionnage allemand dont Jan Van der Fraenen essaie de mesurer l’efficacité. Vincent Suard s’interroge, de son côté, sur l’espionnage au service de l’occupant. Enfin, Fabrice Maerten questionne les résistants de la seconde guerre mondiale : sont-ils des héritiers de ceux de 1914-1918 ? se reconnaissent-ils dans l’activité des patriotes de 1914-1918 ? Il revient à Isabelle Van Yperseele de rassembler les principales observations et de proposer quelques pistes de recherches ultérieures.

Dans le Nord.
« Quiconque essaiera de se soustraire au transport sera impitoyablement puni »
(Général Von Graevenitz)
En esclavage

Table des illustrations

Légende Dans le Nord.« Quiconque essaiera de se soustraire au transport sera impitoyablement puni »(Général Von Graevenitz)En esclavage
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3321/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k

Auteur

UMR CNRS 8529 IRHiS - Lille 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540