Version classiqueVersion mobile

Arts premiers dans les musées de l’Europe du Nord-Ouest (Belgique, France, Pays-Bas)

 | 
Thomas Beaufils
, 
Chang Ming Peng

« Pour une circulation des ressources et des échanges d’expériences muséographiques renforcés au sein de l’espace de l’Europe du Nord-Ouest »

Thomas Beaufils et Chang Ming Peng

Texte intégral

1Peu de chercheuses et de chercheurs s’intéressent aux arts premiers dans les musées des Hauts-de-France alors que ce champ de recherche est considérable. Cette région possède des collections parmi les plus riches de France, conservées notamment au Musée de Boulogne-sur-Mer, de Saint-Omer, de Dunkerque, de Lille et autrefois de Douai et qui sont pourtant méconnues aussi bien du grand public que de certains spécialistes eux-mêmes. Les défis à venir sont actuellement de taille. Il serait nécessaire d’opérer une politique d’ouverture large et transparente de ces collections pour favoriser les interactions entre les professionnels de la muséographie, les chercheurs et les publics. A l’heure du numérique, l’ensemble des bases de données devraient être mises en ligne en veillant à la valorisation et à la circulation des ressources pour provoquer des découvertes. Le manque d’informations ralentit considérablement la recherche scientifique. Il en ressort une impression d’opacité et de rétention d’informations. Certes, une partie des collections d’Alaska du Château-musée de Boulogne-sur-Mer a été numérisée et est consultable sur le site http://jocondelab.iri-research.org, et l’on ne peut que s’en réjouir, de même que des parcours thématiques « objets kanak » ou « masques » par exemple, proposés sur le même site. Cependant, dans l’absolu, l’idéal serait qu’à terme la majeure partie des collections et des archives des musées d’ethnographie des Hauts-de-France, voire de France, soit également numérisée et que les établissements mutualisent les informations et les documents dont ils disposent pour les rendre accessibles à tous.

  • 1 http://www.musenor.com/vt/oceanie/oceanie.htm
  • 2 Voir le catalogue d’exposition, Alain Babadzan, François Bellec, Marie-Claire Bataille-Benguigui, L (...)
  • 3 Marie Hoffmann, Les collections océaniennes des musées du Nord – Pas-de-Calais : étude comparée de (...)

2Par le passé, un effort d’inventaire de collections et de musées spécifiques avait déjà été entrepris dès les années 1940 par Charlotte Laroche du musée de l'Homme et Anne Lavondes de l'ORSTOM, travail poursuivi par l'Agence de développement de la culture kanak (ADCK) qui avait procédé à un récolement des collections kanak dans les musées européens. Dans les années 1980, des chercheurs tels que Roger Boulay et Sylviane Jacquemin avaient continué une œuvre d’inventaire. En 1993, l'Inspection générale des musées de France décide d’étendre prioritairement l’expérience à l’ensemble des musées de la région Nord-Pas-de-Calais, avec la participation des scientifiques du musée des Arts d’Afrique et d’Océanie de Paris. Grâce au concours de l'association des conservateurs de la région, un inventaire systématique des collections régionales fut réalisé par Roger Boulay du MNAAO. Ce travail a permis d’alimenter un site internet1 conçu en partenariat avec l’Association des conservateurs des musées de la région et de réaliser une exposition itinérante La découverte du Paradis. Océanie, curieux, navigateurs et savants2. Le développement de recherches sur les archives et les collections régionales est à présent une préoccupation partagée à la fois par la région et un laboratoire de recherches universitaire tel que l’IRHiS à l’université de Lille, qui ont notamment soutenu et rendu possible le travail de recherches en thèse de Marie Hoffmann portant sur Les collections océaniennes des musées du Nord – Pas-de-Calais : étude comparée de la mise en place des collections ethnographiques régionales à partir de celle du Musée de Boulogne-sur-Mer3. Suite à ce travail de recherches, un projet d’exposition virtuelle est actuellement en cours de réalisation dans le cadre d’un partenariat avec l’Association des conservateurs des musées des Hauts-de-France et le site Musenor, afin d’intégrer les connaissances acquises sur le contexte de la collecte des objets et leur histoire au sein des institutions régionales en vue d’une amélioration de leur présentation, connaissance et médiation.

3Concernant la mutualisation des informations et leur accessibilité à tous, les musées des Pays-Bas se sont engagés dans cette direction et ce processus à travers la constitution en 2014 d’un groupement d’établissements, chapeauté par une structure unique appelée Nationaal Museum van Wereldculturen [Musée national des cultures du monde], de stature internationale. Une telle structure permet d’être plus efficace, de créer une meilleure synergie entre les différents acteurs, tout en réduisant les coûts de fonctionnement. Cette mise en réseau renforce la visibilité d’un ensemble riche et cohérent et la production de connaissances. Ainsi valorisée, et grâce aux efforts déployés depuis des décennies, la sphère muséographique des Hauts-de-France, en apparence complexe et inaccessible, deviendrait alors bien plus vivante et attractive en particulier vis-à-vis des (jeunes) chercheurs, d’un nouveau public et à l’international et elle permettrait d’attirer des crédits nouveaux.

4D’autre part, dans les Hauts-de-France, les collections d’ethnographie sont présentées dans des espaces qui paraissent démodés et dépassés. Il faudrait les revitaliser en les plaçant dans des bâtiments ou des espaces modernes à l’image de ce qui a été fait au Musée du Quai Branly-Jacques Chirac ou au MAS à Anvers. Cela a un coût certes, mais l’effet sur le public est indéniable comme le prouve l’augmentation du nombre des entrées depuis leur ouverture. Il semble aujourd’hui également vital d’insuffler des liens nouveaux entre les collections ethnographiques des musées des Hauts-de-France et les populations, dans toute leur diversité, qui composent et habitent ce territoire. Il ne s’agit plus de présenter uniquement des objets anciens dans des vitrines mais de mieux les contextualiser et de les faire interagir avec le monde qui les entoure et de provoquer des allers et retours entre passé et présent. Une meilleure contextualisation des artefacts, sensible dans les choix retenus au Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, témoigne de la réflexion qui anime désormais les professionnels. Des expériences ont également été menées dans les Hauts-de-France afin de présenter autrement les collections. Le musée de Boulogne-sur-Mer a par exemple développé depuis plus de vingt ans un partenariat avec l’Alaska afin de valoriser la collection Pinart, en s’assurant le concours de la population à l’origine de ces artefacts.

5Les musées néerlandais et flamands abordent très fréquemment, lors d’expositions et de rencontres, les problèmes et les questionnements nés de l’interculturalité et des métissages passés et contemporains. Les cultures et l’histoire des populations immigrés par exemple ont toute leur place au sein des espaces muséaux. L’interdépendance et les frictions des populations au sein des sociétés postindustrielles y sont présentées d’une manière concrète, vive et ludique, sans langue de bois, ce qui contribue à dédramatiser et à désamorcer les conflits sous-jacents. L’argent investi participe ainsi à regénérer du lien et du bien-être. Il est également tout aussi vital de mieux comprendre le monde qui nous entoure qui peut parfois paraître menaçant. Le raconter dans toute sa richesse et ses difficultés – sans cacher la violence et les échecs inhérents à toute société - contribue à casser des idées reçues et à atténuer des fantasmes prégnants. Aux Pays-Bas en particulier, les explications scientifiques sont exposées sous un jour nouveau et original afin d’être compréhensibles par chacun et susciter la curiosité et l’esprit critique. La compréhension des environnements et des relations structurelles qui lient les individus en est ainsi facilitée. Ces mises en scène muséales et la « mise en ordre » de la variété des cultures propagent une nouvelle vision sociétale plus apaisée. Cela peut paraître utopique de s’engager dans une telle direction. C’est en tout cas celle dans laquelle les musées néerlandais et flamands se sont clairement engagés. Cette tendance n’est cependant pas assez connue en France où chacun semble enfermé dans son propre microcosme. C’est pourquoi il est essentiel de provoquer des rencontres et des interactions entre les établissements, aussi bien les musées que les établissements d’enseignement supérieur, d’Europe du Nord-Ouest afin d’échanger les expériences et les bonnes pratiques. L’Europe a grandement besoin de ces échanges muséographiques transfrontaliers afin de renforcer les liens entre des nations qui ont bien des difficultés à découvrir et à échanger leurs pratiques et richesses respectives. Cette rencontre doit également passer par la formation des jeunes qui au cours de leurs études devraient pouvoir profiter de manière bien plus massive de mobilités dans cet espace de l’Europe du Nord-Ouest.

Notes

1 http://www.musenor.com/vt/oceanie/oceanie.htm

2 Voir le catalogue d’exposition, Alain Babadzan, François Bellec, Marie-Claire Bataille-Benguigui, La découverte du Paradis. Océanie. Curieux, navigateurs et savants, Paris, Association des conservateurs des musées du Nord – Pas-de-Calais / Somogy, 1997.

3 Marie Hoffmann, Les collections océaniennes des musées du Nord – Pas-de-Calais : étude comparée de la mise en place des collections ethnographiques régionales à partir de celle du Musée de Boulogne-sur-Mer, thèse de doctorat sous la direction de Chang Ming Peng et Roger Boulay, Université de Lille, travail en cours dont la soutenance est prévue en janvier 2019.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search