Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arts premiers dans les musées de l’Europe du Nord-Ouest (Belgique, France, Pays-Bas)

 | 
Thomas Beaufils
, 
Chang Ming Peng

Avant-propos. Les arts premiers dans les musées de l’Europe du nord-ouest Belgique-France-Pays-Bas

Thomas Beaufils et Chang Ming Peng

Texte intégral

  • 1 Les rédacteurs responsables de ce volume sont conscients de la nature controversée de l'expression (...)

1Les contributions réunies dans cette publication sont issues d’une journée d’études organisée à l’université de Lille le 25 novembre 2016 avec le soutien du laboratoire de recherche IRHiS. Elle fut consacrée aux arts premiers1 dans les collections muséales en Belgique, en France et dans les Pays-Bas. Ce fut l’occasion de s’interroger sur la place, le statut et la réception d’œuvres autrefois méconnues en raison de leur provenance lointaine et qui ont été qualifiées d’ « arts premiers », terme qui a suscité des polémiques et a souvent remplacé celui « d’arts primitifs », terme lui-même controversé car jugé péjoratif, au sens où il semblait renvoyer à un état moindre de progrès dans une vision évolutionniste des civilisations, qui était de plus liée à un contexte colonial.

2S’interroger, dans un cadre temporel élargi, sur la présence de ces œuvres dans des collections et dans des musées, conduit à questionner les motivations des collectionneurs, la valeur et les qualités qu’ils prêtent aux artefacts, à des réalisations qui, dès lors qu’elles franchissent le seuil de l’espace muséal, acquièrent un autre statut, celui d’objets patrimoniaux, dignes d’être conservés, d’être transmis et d’être potentiellement offerts au regard des visiteurs, comme source de connaissance et de plaisir.

3Selon quels critères ces œuvres furent-elles sélectionnées et retenues dans les collections muséales, s’agit-il d’un choix motivé par l’attrait de l’exotisme et de l’étrangeté, ou par un intérêt ethnographique ou esthétique ? Ces objets étaient-ils destinés à satisfaire l’intérêt d’amateurs de curiosités et de pièces rares, à répondre à un appétit de connaissance universelle ouvrant la voie à des études ethnographiques ou furent-ils collectionnés pour le plaisir esthétique nouveau que leurs formes et couleurs pouvaient susciter ?

4On sait combien, depuis le xixe siècle, le regard a changé à l’égard de ces productions, grâce aux chercheurs et aux artistes en quête d’un langage plastique nouveau et d’autres références et sources d’inspiration. Ainsi, on pourrait citer l’intérêt bien connu de Paul Gauguin pour le primitif, le sauvage, les arts des contrées lointaines (Océanie, Extrême-Orient), le goût de Picasso, de Braque, de Modigliani, de Kirchner, de Henry Moore ou encore des surréalistes tels qu’André Breton pour les audaces formelles des arts africain, océanien ou précolombien sur fond de remise en question des critères esthétiques classiques comme références uniques et absolues. Par ailleurs, des marchands tels que Paul Guillaume défendirent à la fois les artistes d’avant-garde et les arts africains et contribuèrent à façonner un autre regard, valorisant les arts premiers par les choix plastiques de la création contemporaine.

5L’intérêt des artistes fauves et cubistes pour les arts « primitifs » et l’impact de ces derniers sur leur création artistique avaient conduit l’historien de l’art Carl Einstein à reconnaître leur force symbolique et leurs qualités plastiques dans un ouvrage fondateur en la matière, Negerplastik (La sculpture nègre), paru en 1915, où il dénonce le faux concept de primitivisme et les théories évolutionnistes. Par ailleurs, des ethnologues et anthropologues tels que Leo Frobenius et Franz Boas ont contribué, dans les premières décennies du xxe siècle, à remettre en question les bases idéologiques du colonialisme qui considérait que l’Europe apportait la civilisation à des peuples restés à l’état sauvage. La découverte en 1910 de têtes en terre cuite et en 1938 en bronze à Ifé (xiie-xve siècle) au Nigéria, suscita l’étonnement en raison de leur qualité jugée « classique » par Frobenius en référence à la statuaire grecque. Même des savants tels que Frobenius ne pouvaient cependant concevoir au départ qu’elles fussent des réalisations indigènes et ce dernier échafauda une thèse selon laquelle elles étaient l’œuvre d’une colonie grecque ancienne établie au xiiie siècle av. J.C. en Afrique, hypothèse qu’il rattacha à l’ancienne légende de la civilisation perdue de l’Atlantide.

6Des chercheurs ont remis en cause les idées évolutionnistes, Franz Boas, l’auteur de The Mind of Primitive Man (1911) et de Primitive Art paru en 1927, développa notamment l’idée de relativisme culturel et de particularisme historique, considérant qu’il n’y a pas de culture plus développée qu’une autre, il n’y a pas de lois de développement mais seulement des processus singuliers. Ces approches nouvelles ont également eu des incidences sur le regard porté sur les arts premiers dans les collections muséales occidentales, leur statut et la manière de les présenter. Leur présentation muséographique a pu évoluer et nous renseigne sur la nature et les métamorphoses du regard qui en construit le discours. De l’accumulation par séries du musée d’ethnographie du Trocadéro inauguré en 1882 dans le Palais du Trocadéro construit en 1878, qui inspire des cabinets de curiosités de collectionneurs comme celui du Dr Lhomme, au dépouillement volontaire et au choix sélectif des œuvres au Pavillon des Sessions du musée du Louvre inauguré en 2000, en passant par le musée de l’homme conçu par Paul Rivet en 1937 avec la collaboration de Georges-Henri Rivière au Palais de Chaillot, que de changements dans la présentation muséographique témoignant des modifications du regard. De l’objet de curiosité ethnographique, au témoin matériel d’une civilisation autre, à la reconnaissance de sa valeur artistique en tant que chef-d’œuvre né d’une création, sacralisée par une présentation volontairement dépouillée et sélective au Pavillon des Sessions, les choix muséographiques sont les témoins de ces différentes manières d’appréhender les collections d’arts premiers, en lien étroit avec les changements historico-politiques et esthétiques qui ont interagi et initié de nouvelles approches.

  • 2 Lire à ce propos Xavier Cadet, « Un aspect méconnu du patrimoine muséographique lillois : le musée (...)

7À travers ces différentes contributions, il sera possible de saisir l’histoire de la constitution et de la présentation de certaines collections muséales d’arts premiers, les problématiques et les enjeux divers qui en découlent, en s’intéressant en particulier à des musées de l’Europe du nord-ouest, afin d’apporter des éléments nouveaux de réflexion. En effet, si le musée du musée du Quai Branly-Jacques Chirac s’est forgé une belle notoriété en un peu plus de dix ans d’existence, les musées d’ethnographie des Hauts-de-France captent assez peu l’attention du public. Certains auront peut-être entendu parler des collections extra-européennes du Musée de Boulogne-sur-Mer qui rassemble un ensemble unique au monde de masques d’Alaska. Par contre, qui sait que le Musée d’histoire naturelle de Lille possède l’une des collections parmi les plus riches de France, malheureusement rarement montrée2. Le Musée des Beaux-arts de Dunkerque n’a pas à rougir non plus. Le musée de la Chartreuse à Douai a, quant à lui, abrité autrefois une collection ethnographique (le fond Berthoud) qui a été détruit lors d’un bombardement le 11 août 1944. L’ensemble des objets de ces précieuses collections n’a pas encore été entièrement répertorié. De trop rares chercheurs s’y intéressant, il faudra sans doute compter des dizaines et des dizaines d’années avant de se faire une réelle idée de leur valeur scientifique.

8Partant de ce constat, cette journée d’étude a été organisée afin de faire prendre conscience à la fois aux chercheurs et aux pouvoirs publics de la nécessité de mieux considérer ces collections, de les valoriser aux yeux du plus grand nombre et de permettre un accès facilité aux chercheurs. A titre comparatif, les organisateurs ont souhaité ouvrir le débat à d’autres musées, en portant une attention toute particulière aux collections de villes voisines d’Europe du Nord-Ouest (Amsterdam, Anvers, Bruxelles, Leyde). La situation des musées d’ethnographie en Belgique et aux Pays-Bas est bien plus avantageuse et enviable. Le Musée royal d’Afrique central de Tervuren, flambant neuf, a rouvert ses portes à l’automne 2018. La ville d’Anvers a fermé d’anciens musées démodés et dépassés pour en ouvrir un nouveau, splendide, dans un bâtiment moderne réalisé par les célèbres architectes Neutelings Riedijk. Le Musée des Tropiques d’Amsterdam et le Musée d’ethnographie de Leyde comptent parmi les plus créatifs au monde. Ils ont fait évoluer une muséographie dix-neuvièmiste au profit d’une réflexion sur le monde multiculturel d’aujourd’hui afin de mieux faire comprendre les différences et d’atténuer les chocs culturels à travers des dispositifs très originaux qui lient le passé au présent. Quel contraste avec la situation de la région des Hauts-de-France qui, faute de moyens conséquents, peine encore à intégrer ces problématiques cruciales pour notre avenir dans les musées possédant des collections d’ethnographie. Les textes présentés ici ont pour vocation à ouvrir un débat qui ne sera peut-être pas entendu dans un premier temps, mais qui, nous l’espérons, contribuera à porter un message pour donner aux collections d’ethnographie toute la place qu’elles méritent en ce début du xxie siècle.

Notes

1 Les rédacteurs responsables de ce volume sont conscients de la nature controversée de l'expression Arts premiers. Certains contributeurs lui préfèrent d'autres expressions telles que « Cultures du monde », « Wereldculturen » en néerlandais, « Collections extra-européennes » ou encore le terme en anglais « World art collections ». Aux Pays-Bas, le Museum voor Wereldculturen a lancé en 2018 une réflexion sur l'usage de ces termes (« Words Matter ») afin d'en inventer de nouveaux, sans aucune connotation renvoyant vers un passé colonisateur : https://www.tropenmuseum.nl/nl/over-tropenmuseum/words-matter-publicatie.

2 Lire à ce propos Xavier Cadet, « Un aspect méconnu du patrimoine muséographique lillois : le musée d’ethnographie Alphonse Moillet », in Revue du Nord, 1999, 330, pp. 305-327, ainsi que : Xavier Cadet, « Lille : Aventures et mésaventures de la collection ethnographique », in Outre-Mers. Revue d’histoire, 2001, 332-333, pp. 55-76.

Auteurs

Maître de conférences, Ethnologie des mondes néerlandophones, IRHiS–UMR 8529, Université de Lille
Thomas.beaufils@univ-lille.fr

Professeur, Histoire de l'art contemporain, muséologie, IRHiS–UMR 8529, Université de Lille
Chang-ming.peng@univ-lille.fr

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter