Version classiqueVersion mobile

Arts premiers dans les musées de l’Europe du Nord-Ouest (Belgique, France, Pays-Bas)

 | 
Thomas Beaufils
, 
Chang Ming Peng

Panorama des musées d’ethnographie aux Pays-Bas

Thomas Beaufils

Résumé

La création de la Compagnie des Indes néerlandaises en 1602 donna l’occasion à d’innombrables voyageurs de parcourir le monde et d’acquérir des objets de contrées lointaines qui prirent place dans des cabinets de curiosités dont le plus célèbre est celui du médecin Bernhard Paladanus (1550-1633) à Enkhuizen aux Pays-Bas. Basés dans un premier temps dans des comptoirs, des explorateurs téméraires prirent l’initiative, soutenus par l’Etat néerlandais, de s’engager en profondeur dans les terres afin de poursuivre la conquête. Les Néerlandais constituèrent ainsi un vaste empire colonial, le troisième au monde après les Britanniques et les Français, formé essentiellement des Indes néerlandaises, du Surinam et des Antilles néerlandaises. La prise de possession militaire de ces espaces donna naissance à des colonies où des missionnaires protestants et catholiques se firent fort de convertir les « indigènes ». De nombreux objets rituels furent détruits afin de dissuader les populations locales de pratiquer leurs croyances. D’autres furent au contraire collectés avec passion par des particuliers, des médecins, des militaires et des évangélisateurs qui les acquirent de manières diverses (butins de guerre, cadeaux, achats). Les premiers objets collectionnés sans mesure furent ceux provenant de Chine et du Japon où les Néerlandais possédaient des comptoirs. Puis ce fut au tour des objets indonésiens de connaître un véritable engouement. L’accroissement considérable du volume de ces objets et leur accumulation disparate poussèrent les savants à réfléchir à un classement méthodique pour inventoriser et organiser ces collections. L’entreposage épars de centaines de milliers d’objets constitua tout au long du 19e siècle et du 20e siècle un problème complexe et épineux qui entraîna différents mouvements des collections dans de multiples lieux de stockage pas toujours adaptés. Malgré la frilosité des milieux politiques et économiques, plusieurs musées d’ethnographie virent le jour en particulier à Amsterdam, Leyde et Rotterdam. Après l’indépendance de l’Indonésie en 1949, les conservateurs néerlandais changèrent de posture et prirent leur distance avec la colonisation en privilégiant l’acquisition et l’exposition de pièces des cinq continents pour offrir aux visiteurs une large palette des productions des cultures du monde. Ils favorisèrent également la reproduction des lieux de vie des sociétés extra-européennes afin de mettre en contexte et de donner une meilleure compréhension de l’utilisation des objets. Dans un souci d’économie, on assiste actuellement à un mouvement de concentration de ces collections dont la plupart sont aujourd’hui réunies sous la houlette du Nationaal Museum van Wereldculturen (NMvW) [Musée national des cultures du monde]. Les musées d’ethnographie néerlandais se sont aujourd’hui engagés dans une muséographie résolument moderne en proposant des types de médiation fort originaux, sans toutefois totalement se détacher du modèle d’exposition dix-neuvièmiste qui faisait la part belle aux vitrines. Ils ont pris conscience à la fois du rôle clé qu’ils occupent au sein de la société néerlandaise qui peine à intégrer les populations immigrées, et des enjeux considérables à venir en matière d’accès aux collections et d’apprentissage de l’altérité afin de réduire les frictions et les chocs culturels entre des populations qui, aussi bien sur un plan local que mondial, s’accordent difficilement.

Texte intégral

XIXe siècle : collecter des informations commerciales et prospecter des marchés

  • 1 Ph. Fr. De Siebold, Lettre sur l’utilité des musées ethnographiques, Paris, Benjamin Duprat, Librai (...)

1Philipp Franz Balthasar von Siebold, médecin et naturaliste bavarois, entra au service de l’armée coloniale néerlandaise (het Nederlands Oost-Indische leger) en 1822 et fut affecté à Batavia sur l’île de Java où il séjourna peu de temps. Il fut rapidement repéré par le gouverneur général des Indes néerlandaises qui lui confia la mission de réunir des informations scientifiques sur le Japon qui avait instauré depuis 1641 une politique isolationniste (Sakoku). Seuls les employés de la Compagnie des Indes néerlandaises puis ceux du gouvernement néerlandais à partir de 1799, avaient l’autorisation de séjourner sur Deshima, une petite île artificielle de 120 mètres sur 75 en forme d’éventail dans la baie de Nagasaki reliée à la ville par un pont dont l’entrée était contrôlée par des soldats. Parvenu à Deshima en 1823, Von Siebold fut à l’origine de la guérison d’un influent fonctionnaire japonais. Il obtint alors la permission d’ouvrir une clinique en dehors des murs de la cité pour soigner des malades et former des disciples japonais avec lesquels il entretint des contacts étroits et privilégiés. En guise de remerciement, il reçut de nombreux cadeaux, essentiellement des objets ethnographiques et des œuvres d’art, qui constituèrent la base de sa collection privée. En tant que naturaliste, il collecta également des plantes, des graines et des animaux et engagea des artistes pour dessiner les merveilles de la nature japonaise. Pour l’assister dans sa tâche, le gouvernement néerlandais mit à sa disposition le pharmacien Heinrich Bürger et le dessinateur C.H. de Villeneuve. Accusé d’espionnage au profit de l’empire russe pour avoir tenté de faire sortir du pays des cartes détaillées du Japon, Von Siebold fut expulsé le 22 octobre 1829. Il s’installa à Leyde au « Rapenburg 19 » avec sa collection privée de plus de quatre mille objets qu’il classa de manière scientifique. Entre temps, les objets japonais acquis par le commandant néerlandais Jan Cock Blomhoff et par le comptable Johannes van Overmeer Fisscher, qui furent également tous deux en poste à Deshima, furent achetés pour une coquette somme par l’Etat néerlandais et exposés dans le cabinet royal des curiosités [Koninklijk Kabinet van Zeldzaamheden] au rez-de-chaussée de la Mauritshuis à La Haye où avaient également pris place des objets ethnographiques offerts par quatre-vingt-douze donateurs dont le plus célèbre était Jean Theodoor Royer (1737-1807) fin connaisseur de la Chine. Von Siebold rencontra quant à lui de grandes difficultés à faire acheter sa collection par le roi en raison de la mauvaise conjoncture économique du moment. Les négociations avec l’Etat finirent cependant par aboutir en 1838, et, la même année, un décret royal promulgua la création d’un musée d’ethnographie tant souhaité par Von Siebold. Cependant les belles paroles ne furent suivies d’aucun acte concret. Le savant exposa ses idées en 1843 quant à la finalité d’une telle institution dans une lettre devenue célèbre à Edme François Jomard, conservateur administrateur de la Bibliothèque royale en France, qui fut publiée sous le titre « Sur l’utilité des musées ethnographiques et sur l’importance de leur création dans les états européens qui possèdent des colonies, ou qui entretiennent des relations commerciales avec les autres pays du monde ». Conscient de la nécessité de convaincre les investisseurs du bienfondé d’une telle entreprise, Von Siebold mit l’accent, dans sa démonstration, sur les bénéfices économiques que pouvait engendrer une telle entreprise : « Le commerçant saura quelles matières premières offre le sol, et quelles productions industrielles le peuple livre à sa spéculation. Il est donc toujours très avantageux de donner à ces collections ethnographiques une extension qui puisse les élever au rang d’une exposition de l’industrie des peuples avec lesquels on entretient des relations. Elles éveillent l’attention publique sur les nouveaux articles d’importation, et sollicitent souvent nos artistes et nos fabricants à des imitations heureuses »1. Les salles et entrepôts de la Mauritshuis ayant atteint la limite de leur capacité, le roi adressa une requête officielle au bourgmestre de La Haye pour que la municipalité mette à disposition des collections royales un lieu dédié. Sa demande resta lettre morte. La collection Von Siebold demeura à Leyde sous la responsabilité de son ancien propriétaire dans l’attente d’une solution acceptable. Notre savant proposa le placement de sa collection au sein du Paviljoen Welgelegen à Haarlem, un pavillon appartenant à l’Etat, géré par la Nederlandsche Maatschappij tot Bevordering van Nijverheid [Société néerlandaise pour la promotion de l’industrie]. Cette société, qui fut à l’initiative de la création en 1871 du Koloniaal Museum [musée colonial], avait pour vocation de collecter les diverses productions des Indes orientales (matières premières, objets d’art, artisanat) afin d’en étudier l’intérêt commercial et de stimuler l’initiative privée. Les futurs planteurs pouvaient ainsi s’y former et y trouver toutes les informations scientifiques, agricoles et administratives nécessaires pour faciliter leur installation aux Indes. Sa requête ne fut pas acceptée par le conseil d’administration de la société. Une autre de ses tentatives qui consista à proposer la création d’un Musée du Japon ne trouva pas plus d’écho auprès des hommes d’affaires et des personnalités politiques.

2Il fallut attendre 1859, après que la collection fut confiée à l’énergique Conradus Leemans, directeur du Archaeologisch Kabinet [Cabinet archéologique] à Leyde, pour qu’enfin la situation se débloque quelque peu, sans pour autant être totalement satisfaisante. Il fit déplacer la collection dans un édifice loué dans la Breestraat à proximité du Museum van Oudheden [Musée des antiquités]. Ce nouveau musée, qui accueillait alors plus de cinq mille objets, fut baptisé Rijks Japansch Museum Von Siebold [Musée national japonais Von Siebold] en l’honneur du collectionneur. En 1861, la collection s’enrichit de huit cents pièces ethnographiques des Indes néerlandaises rassemblées par le naturaliste allemand Salomon Müller, lors de plusieurs voyages d’étude à Java, Sumatra, Timor et en Nouvelle Guinée. La collection s’étant enrichie d’objets provenant d’autres contrées que le Japon, Leemans jugea bon en 1862 d’appeler ce musée tout simplement Rijks Ethnographisch Museum [Musée national d’ethnographie]. La collection fut de nouveau déplacée par manque de place dans la « Hoogewoerd 108 » toujours à Leyde qui accueillit également d’innombrables objets de généreux donateurs dont ceux du naturaliste d’origine allemande Carl Benjamin Hermann von Rosenberg, du médecin militaire Jan Semmelink, du lieutenant-colonel Johann Jakob Korndörffer et du missionnaire protestant et linguiste Benjamin Frederik Matthes. En 1882, Lindor Serrurier devint le premier directeur à part entière de la collection d’une institution qui devint autonome. La même année, le musée reçut en donation la collection de mille sept cent objets des Indes qui avait été exposée lors de l’exposition universelle à Paris en 1878, ainsi qu’une collection de marionnettes javanaises et de maquettes de maisons des Indes qui avaient appartenu au grand professeur néerlandais de géographie et d’ethnologie Pieter Johannes Veth. Des objets furent également achetés au Musée d’histoire naturelle privé Godeffroy d’Hambourg en provenance d’Afrique, de Madagascar et des îles des mers du Sud. En 1883, le musée se vit attribuer les collections ethnographiques du Cabinet royal des curiosités de La Haye. Le bâtiment situé au « Rapenburg 69 » fut mis à disposition du directeur pour recevoir ces collections en 1883. La collection américaine du musée s’enrichit quant à elle de divers dons des Guyanes néerlandaises et britanniques et d’Aruba. Un nouveau bâtiment fut loué dans la « Heerengracht 8 ». La répartition des collections dans divers endroits de la ville rendait leur gestion extrêmement complexe. Serrurier poursuivit l’acquisition d’objets sans parvenir toutefois à convaincre la municipalité de réunir ces collections sous un même toit. N’ayant pas obtenu le soutien souhaité des autorités locales, il milita ardemment pour le déplacement des collections vers une grande ville néerlandaise, de préférence La Haye ou Amsterdam. Mais il se heurta à la puissante université de Leyde qui n’entendait pas se séparer de tels trésors dont les chercheurs tiraient le plus grand bénéfice. Ses successeurs J. Schmeltz, H. Juynboll, et J. van Eerde poursuivirent l’acquisition d’objets (Archipel malais, Amérique du Nord-Ouest, Amérique latine, Asie centrale) et le musée bénéficia de nombreux dons dont ceux de O.L. Helfrich (Sumatra), E.E.G.W. Schröder (Nias), Chr Palmer van den Broek (Batak et Sumatra), S.W. Tromp (Bornéo), M.C. Schadee (Moluques), H.F.C. ten Kate (Sunda), Pen E. Sarasin (Célèbes), A. Maass (Sumatra), G.A.J. van der Sande (Nouvelle Guinée, Flores). Dans les années 1890, influencés par les travaux de Broca au sein de l’Ecole d’anthropologie à Paris, les responsables du musée se procurèrent cinq cents crânes originaires des Philippines, de l’Archipel malais et de l’île de Pâques. En 1912, le musée se vit offrir cent trente et une empreintes en plâtre de visages d’Indonésiens, essentiellement des Niassais, réalisées par l’anthropologue physique J.P. Kleiweg de Zwaan. La collection de crânes fut transmise en 1936 au laboratoire d’anatomie de l’université de Leyde. En 1937, l’ensemble des collections trouva enfin place dans un bâtiment unique, l’ancien hôpital universitaire de Leyde dans la Steenstraat, dont le premier directeur fut l’éminent structuraliste Willem Rassers. Le musée porte aujourd’hui le nom de Museum Volkenkunde [Musée d’ethnographie]. Cette institution est devenue au fil du temps un établissement magnifique qui occupe une place essentielle au sein de cette prestigieuse cité universitaire qu’est Leyde.

3Dans la seconde moitié du XIXe siècle, d’autres initiatives furent prises par des municipalités néerlandaises bien obligées elles-aussi de devoir faire face à un afflux considérable d’objets ramenés par des voyageurs. En 1851, la Vereeniging der Koninklijke Yachtclub [Association du yachtclub royal], présidée par le prince Hendrik, s’installa dans un bâtiment sur le Willemskade à Rotterdam. Ses membres offrirent régulièrement à l’association des maquettes et des objets pour décorer ce lieu de convivialité. En 1873, ces objets constituèrent la base de la collection du Maritiem Museum Prins Hendrik [Musée maritime prince Hendrik]. En 1883, le conseil municipal de Rotterdam décida d’y installer également un musée d’ethnographie comme cela s’était fait à Leyde et à Haarlem en raison de l’augmentation des contacts de la cité portuaire avec les colonies. Le Museum voor Land- en Volkenkunde fut inauguré le 1er mai 1885. Il bénéficia notamment des collections réunies par Elie van Rijckevorsel, infatigable voyageur qui se rendit maintes fois aux Indes néerlandaises, au Brésil et en Afrique du Sud. Ce généreux mécène fit don de plus de neuf cents objets dont des batiks, des armes, des coiffes et des bijoux de valeur. En 1858, Gerardus Frederik Westerman, directeur du zoo Artis à Amsterdam, fit l’acquisition d’objets ethnographiques car il estimait que l’homme étant l’être le plus évolué du règne animal, il fallait placer en bout de chaîne de son musée d’histoire naturelle des productions qui montreraient l’aboutissement ultime de l’évolution des espèces. Le musée bénéficia de nombreux dons dont ceux du linguiste Herman Neubronner van der Tuuk. Les objets ethnographiques présentés lors de l’exposition universelle d’Amsterdam en 1883 lui furent également confiés. Puis ce fut au tour de la ville de Delft de décider en 1864 de la création d’une Instelling van onderwijs in de taal- land- en volkenkunde van Nederlandsch-Indië [Institut de formation de la langue, la géographie et l’ethnologie des Indes néerlandaises], appelée plus simplement Indische Instelling [Institut des Indes], destinée à former des administrateurs coloniaux. Cette institution deviendra le Museum Nusantara entièrement consacré à l’Indonésie jusqu’à ce qu’il ferme ses portes en 2013. Enfin, plusieurs galeries d’arts premiers furent fondées à Amsterdam dans les années 1920. M.L.J. Lemaire fut l’un des premiers fournisseurs de statues ethnographiques des Pays-Bas. Sa renommée lui permit de vendre plusieurs pièces à André Breton dont la fameuse statuette Nias d’Adu Zatua photographiée par Man Ray. Carel van Lier créa quant à lui sa galerie en 1927 au Rokin 126 et Jacques Aalderink en 1929 dans la Jacob van Lennepkade 55 à Amsterdam.

XXe siècle : du musée colonial au musée des cultures du monde

  • 2 Cité in J. Woudsma, The Royal Tropical Institute, an Amsterdam Landmark, Amsterdam, KIT Publication (...)
  • 3 Koninklijk Instituut voor de Tropen, Annual report Tropeninstituut, Amsterdam, 1966, p.13.

4Au début du XXe siècle, le Paviljoen Welgelegen d’Haarlem atteignit également les limites de ses capacités de stockage. Il fallut alors envisager le transfert des collections. Amsterdam et Leyde furent en concurrence, mais très vite, il fut évident que ce serait Amsterdam qui serait choisie. Il en allait de l’honneur de la capitale des Pays-Bas de posséder un musée qui magnifierait la politique coloniale néerlandaise. Les collections ethnographiques du zoo Artis étaient également devenues fort conséquentes et il fallait également prévoir leur déménagement. Jacob Theodoor Cremer, président de la Nederlandsche Handel Maatschappij [Société de commerce néerlandaise] et Henri François Rudolf Hubrecht, membre de la Seconde chambre des États-Généraux, prirent l’initiative de la fondation d’une société appelée Institut colonial qui fut chargée de la construction d’un édifice monumental dans le quartier du Plantage à l’est du zoo d’Amsterdam (Artis) pour accueillir les objets des deux musées. Ce nouvel institut colonial fut inauguré par la reine Wilhelmine des Pays-Bas le 9 octobre 1926. La presse fit largement écho à la grandeur et la majesté du lieu : « (…) cette construction rappellera chaque jour, à chaque heure au peuple hollandais, les possessions hollandaises de l’Insulinde, le magnifique groupe d’îles qui place cette petite nation, située entre le Dollard et la Schelde, au rang des grandes puissances du monde. Bien que nous soyons aux Pays-Bas, nous avons l’impression d’être sur le sol des Indes orientales néerlandaises »2. Cet institut scientifique, auquel étaient adossés un musée ethnographique et un musée commercial, avait essentiellement pour vocation d’étudier les colonies, de propager des connaissances sur les possessions néerlandaises et d’encourager les projets commerciaux à travers l’exposition d’objets et de photographies et des lectures publiques pour préparer les entrepreneurs et les fonctionnaires coloniaux à faire face à toute situation sur place. Il était également possible d’y étudier la langue malaise, l’hygiène dans les colonies et l’art des contacts avec les indigènes de façon à obtenir leur coopération. Des laboratoires permettaient aux chercheurs d’étudier la faisabilité de l’implantation de produits agricoles à une grande échelle dans les colonies et de faire progresser la connaissance ethnographique, juridique ou médicale aux Indes et dans les Caraïbes. Après l’indépendance de l’Indonésie en 1949, l’Institut changea de nom pour s’appeler d’abord Institut des Indes, puis en 1950, Koninklijk Instituut voor de Tropen [Institut Royal des Tropiques]. Ayant perdu sa fonction coloniale originelle, il lui fallait désormais élargir son champ d’action et se trouver une nouvelle vocation. Le musée ne pouvait plus se permettre de mettre l’accent sur les collections des anciennes colonies mais il se devait désormais de présenter des objets du monde entier dans une vocation universaliste. Le gouvernement néerlandais plaça l’Institut sous la tutelle du Ministère des Affaires étrangères en 1952 afin d’en faire un instrument et un opérateur au service de l’influence politique et économique néerlandaise dans les « pays chauds ». Une commission présidée par l’économiste H.M. Hirschfeld fut chargée de faire des propositions concrètes afin de faire évoluer les missions de l’Institut. Elles furent au nombre de trois : servir l’expansion économique dans les pays tropicaux en dehors de l’Indonésie ; fournir une assistance technique aux pays en voie de développement ; asseoir l’excellence scientifique néerlandaise et former de jeunes experts dans un contexte de décolonisation. De généreuses subventions permirent à l’Institut de développer ses activités tous azimuts. En 1966, il fut demandé au musée d’organiser des expositions en adéquation avec les nouvelles missions édictées par son ministère de tutelle : « The museum will be increasingly involved in the aspects of cultural change and socio-economic progress. In this context, the museum activities will focus more and more to portray cultural, social and economic changes in developing countries and the aid given by the West to these countries »3. Dans ce contexte, des expositions plus dynamiques et interactives furent organisées au sein du musée dont les espaces furent totalement réaménagés. Il ne s’agissait plus de présenter uniquement des objets derrière des vitrines, mais de reproduire grandeur nature les milieux de vie des sociétés du monde (ruelles, magasins, moyens de transport etc.) afin de donner l’illusion d’être en osmose avec elles. Les visiteurs pouvaient ainsi s’éduquer en écoutant de la musique, en sentant des parfums et en regardant des photographies et des films documentaires de pays lointains, et prendre conscience de la nécessité de l’action publique en faveur des pays en voie de développement pour favoriser un monde de progrès. Cependant, à partir de 2010, le gouvernement néerlandais décida de réduire la dette publique en coupant un grand nombre de subventions à des organismes culturels et scientifiques. Dans le même temps, les subventions en faveur de l’aide au développement diminuèrent également. Le Ministère néerlandais des Affaires étrangères décida en 2011 de ne plus financer l’Institut royal des Tropiques à partir du 1er janvier 2014, ce qui signifiait sa disparition définitive. Une pétition nationale et l’action de personnalités politiques permirent de sauver l’Institut qui se vit cependant dans l’obligation de dissocier ses activités muséographiques de ses activités scientifiques et de licencier un grand nombre de son personnel. Le musée fut désormais placé sous la tutelle du Ministère néerlandais de l’éducation, de la culture et de la recherche.

5D’autres musées d’ethnographie furent fondés au cours du XXe siècles. En 1954, le père Piet Bukkems, ancien missionnaire en Tanzanie, membre de la Congrégation du Saint-Esprit [Congregatie van de Heilige Geest] prit l’initiative de fonder un petit musée consacré à l’Afrique au sein de la bâtisse qui hébergeait ses coreligionnaires à Berg en Dal près de Nimègue. La congrégation voulait donner une image vivante des croyances africaines en exposant des objets que les pères avaient acquis lors de leurs missions depuis le XIXe siècle. En 1956, l’Afrikamuseum [Musée de l’Afrique] fut placé sous le patronage d’une fondation indépendante. Une année plus tard, un nouveau bâtiment fut construit dans le jardin de la Congrégation pour accueillir les collections dans de meilleures conditions. Depuis 1987, un musée de plein air présente différents types d’architectures traditionnelles africaines, telles qu’un village Dogon au Mali, les « mongulu » des Pygmées Baka du Cameroun ou les maisons sur pilotis au Bénin. Le musée propose régulièrement au public des représentations théâtrales, des concerts et des spectacles de danse. De belles expositions temporaires mettent également à l’honneur des artistes africains contemporains et des spécialistes donnent également des conférences tous publics présentant de manière vivante les traditions et coutumes des peuples africains.

6En 1956, les collections ethnographiques de la Koninklijke Militaire Academie à Breda [Académie royale militaire] furent transférées dans le petit musée Justinus van Nassau de la même cité. Il s’agissait essentiellement d’objets récoltés par les officiers actifs aux Indes avant l’indépendance de l’Indonésie. Placée sous la tutelle du musée d’ethnographie de Leyde, le musée dut fermer ses portes en 1993 par manque de moyens en raison de restrictions budgétaires. Leyde intégra l’ensemble de la collection dans son propre fonds.

7A Nimègue, un musée d’ethnographie appelé le Nijmeegs Volkenkundig Museum fut fondé sur le campus de la Radboud Universiteit le 24 septembre 1979 grâce à la forte implication du département d’anthropologie de la faculté des sciences sociales de cette université. Ce musée devait permettre aux étudiants de faire des recherches sur les cultures extra-européennes. Les collections composées de plus de onze mille objets d’Asie du Sud-est et du Pacifique étaient composées de pièces prêtées par des missionnaires néerlandais, de la Beijenscollectie (donation du lieutenant Jean Beijens) et des objets provenant du Missiemuseum Tilburg [musée missionnaire de Tilburg] créé en 1932 et qui ferma ses portes en 2004. Ce musée universitaire ferma à son tour en 2005, mais une partie des collections est aujourd’hui toujours consultable à la demande du conservateur. La Beijenscollectie fut donnée en décembre 2010 au Musée Bronbeek, qui retrace l’histoire militaire néerlandaise dans les colonies. Une autre partie des objets, ceux récoltés par les missionnaires, fut prêtée en 2011 au fonds ethnographique de l’université de Gand.

8Enfin, un musée appelé Museum voor hedendaagse Aboriginal kunst (AAMU) fut fondé en 2001 à Utrecht sur le Oudegracht. Entièrement consacré à l’art des aborigènes d’Australie, les expositions accueillaient des pièces issues des collections du Wereldmuseum [musée du monde] de Rotterdam, du Groninger Museum et du musée universitaire Gerardus van der Leeuw de l’université de Groningue et du Nijmeegs Volkenkundig Museum. Ce musée a définitivement fermé ses portes le 16 juin 2017. Le musée d’ethnographie de Leyde a récupéré la majeure partie de cette magnifique collection dont une sélection est désormais exposée en ses murs depuis 2018.

XXIe siècle : Apaiser les tensions et les chocs culturels

9Afin de résoudre le problème de la trop forte dispersion des objets ethnographiques au sein de nombreuses institutions aux Pays-Bas, les autorités publiques néerlandaises optèrent résolument pour une gestion centralisée des collections. C’est pourquoi une structure fédérative appelée Nationaal Museum van Wereldculturen (NMvW) [Musée national des cultures du monde] fut créée en 2014. Cette structure regroupe l’Afrikamuseum, le Rijksmuseum Volkenkunde de Leyde, le Tropenmuseum d’Amsterdam ainsi que le Wereldmuseum de Rotterdam qui garde pour le moment son autonomie. Le siège administratif se trouve à Leyde ainsi qu’un centre commun de recherche, le Research Centre for Material Culture. Cette nouvelle gestion, pragmatique et efficace, a permis de diminuer les coûts de fonctionnement. La vocation de cette structure est d’être la plus transparente et la plus ouverte possible afin de permettre aux chercheurs du monde entier d’avoir accès aux collections. Le champ de recherche reste considérable et les avancées ne pourront être possibles qu’à ce prix en donnant un accès massif au plus grand nombre. L’étude des collections ne peut plus être réservée qu’à quelques initiés, dont le nombre limité constitue un frein à l’exploitation des données. Afin de permettre un meilleur recoupement d’informations et d’avoir une vue d’ensemble plus vaste des collections, le NMvW numérise massivement les objets et les photographies en collaborant notamment avec Wikipédia à qui il confie ces documents libres de droit.

  • 4 Au Mexique, les enfants, les yeux bandés, armés d'un bâton essayent de casser la piñata afin de réc (...)

10La caractéristique principale des musées d’ethnographie néerlandais est que jamais ils ne se figent dans le temps. Très à l’écoute des sociétés extra-européennes qui sans cesse se métamorphosent et des problèmes contemporains de société, ils suivent le mouvement et adaptent systématiquement le contenu et le propos des expositions en fonction de l’évolution de l’actualité pour être au plus près de la réalité et du présent. Les thèmes abordés ces dernières années ont par exemple été les suivants : les migrants, l’intégration des populations immigrées, l’esclavage, la colonisation, les changements climatiques, le développement durable, la lutte contre la pauvreté, la diversité, la propagande à travers l’image, le corps martyrisé etc. Les musées d’ethnographie sont profondément conscients de leur responsabilité sociétale et de la nécessité de raconter l’humanité et de diffuser les nouvelles connaissances au plus grand nombre en faisant preuve de pédagogie. Si la présentation classique esthétisante d’objets ethnographiques dans des vitrines a été conservée, les conservateurs font parallèlement preuve d’une imagination débordante dont pourrait s’inspirer les musées d’ethnographie de l’hexagone. Pour aller toujours plus à la rencontre des publics, des musées miniatures furent installés sur les quais des gares où étaient placés les objets que des personnalités avaient choisis dans les collections du musée. Cette ouverture est d’autant plus nécessaire que depuis la politique d’autonomisation des musées, les institutions muséales ont l’obligation vitale d’accueillir un public extrêmement conséquent pour subvenir à leurs besoins financiers, car les subventions ne suffisent plus. Des expositions dynamiques, interactives et monumentales souvent spectaculaires offrent un aperçu de la vie dans les cultures non-occidentales et dépoussièrent franchement la manière d’intéresser les visiteurs. Ce qui frappe immédiatement, c’est que ces musées ne font pas forcément systématiquement appel à des moyens techniques sophistiqués, mais à de simples dispositifs ingénieux qui interagissent efficacement avec les spectateurs. L’offre va bien au-delà de la simple déambulation silencieuse devant des objets sacralisés et intouchables sortis de leur contexte culturel. De plus, les Néerlandais ne partent pas du principe que les jeunes étant toujours derrière un écran, il faut leur donner la possibilité d’utiliser des écrans interactifs pour les intéresser. L’imagination et la créativité font partie des moteurs les plus admirables de la muséographie néerlandaise. Le musée des Tropiques est, à ce titre, parmi les plus innovants des Pays-Bas. Parmi les exemples emblématiques de ce type de dispositifs, petits et grands eurent la possibilité au cours de l’été 2018 de participer à un jeu pédagogique appelé Feest ! [Fête] qui consistait à découvrir le déroulement d’une dizaine de fêtes religieuses (Holi phagwa, Loy krathon, Aïd el-Fitr, Nouvel an chinois, fête d’initiation etc.) du monde entier dans un espace magnifiquement décoré d’environ 300 m². En six étapes, les visiteurs devaient retrouver, pour la fête de leur choix, six lettres cachées dans cet espace et former un mot, ou plutôt un code, à reporter sur un formulaire, qui donnait accès à une cabine photographique où il était possible de se faire prendre en photo avec en arrière-plan un décor de la fête choisie : « In the party shop there are letters hidden behind the wall texts and the audio stories, the music quiz and the dances. You can collect all the letters by answering questions and completing the tasks. These letters spell the code word you need to take a party picture in the photo booth ». La photo était ensuite envoyée dans la messagerie de la personne photographiée. À chaque étape, correspondait un univers spécifique à la fête et un espace où il était possible de faire connaissance avec des objets rituels et des costumes, d’écouter des histoires et de la musique et d’apprendre à danser. Ayant personnellement choisi la Holi phagwa, le code mystère à découvrir fut logiquement le mot « Poeders » [poudre]. Je dois bien avouer ne jamais avoir pris autant de plaisir à jouer dans un musée tant le déroulement du jeu était bien agencé. Et surtout, ce parcours ludique et judicieux m’a permis d’enrichir mes connaissances de manière extrêmement joyeuse. Le visiteur découvre ainsi des pratiques culturelles en bougeant, en s’amusant, en discutant, en ayant même la possibilité de hausser la voix et d’exprimer son enthousiasme. Au centre de cet espace, les enfants et les adultes, qui les accompagnaient, avaient la possibilité de créer un piñata mexicain, une figurine en forme d’âne4. La déambulation silencieuse classique de vitrine en vitrine est ainsi « cassée ». Il s’agit là d’une autre caractéristique de la muséographie néerlandaise, à savoir la possibilité offerte d’effectuer des activités manuelles qui permettent de lier le geste à la connaissance. Par ce type de dispositifs, le musée donne la possibilité à l’enfant de se soustraire des environnements muséaux classiques où il aurait été forcé d’adopter une attitude passive, source d’ennui et de lassitude. Dans un autre espace dédié, dans le cadre de l’exposition Things that Matter, les enfants, aidés par une animatrice, pouvaient fabriquer un squishy suivant leur propre goût. D’origine japonaise, il s’agit d’un objet en mousse qui permet de déstresser en le pressant. Au-dessus de cet espace, des milliers de ballons portant chacun un message inscrit par les enfants avec la consigne suivante : « What are you really crazy about ? What couldn’t you bear to be without? Make a drawing of your most loved object and hang it in the giant #WhoWhatCloud in the middle of the Tropennmuseum. Help grow this cloud of more than 3500 biodegrable balloons into a cumulus full of stories to celebrate the opening of the new Things That Matter exhibition ». Cette exposition entre en résonnance avec la vie des migrants qui, n’ayant d’autres choix que l’exil, ne peuvent amener avec eux que de rares objets auxquels ils tiennent beaucoup. Elle met en situation les enfants afin de les faire réfléchir à ce qu’ils amèneraient avec eux s’ils se retrouvaient dans une situation similaire. A proximité directe de ces espaces, les visiteurs accèdent à l’exposition Ziezo Marokko [Voilà le Maroc] consacrée au Maroc d’où sont originaires 300.000 Néerlandais. Le voyage débute en accédant à une cabine d’avion qui donne accès à un univers magique comme si l’on était réellement transporté dans ce pays. Les décors représentent les espaces de vie quotidiens des Marocains : un salon confortable, une cuisine où il est possible pour les enfants de préparer « pour de vrai » un couscous, un bus où l’on peut regarder des vidéos, une médina où chacun a le loisir de se déguiser et se familiariser avec la mode marocaine. Cette exposition ludique et chaleureuse, qui fait découvrir de nombreuses facettes de la vie des Marocains, a pour vocation de réduire la distance culturelle avec les Néerlandais de souche souvent pétris de préjugés à leur égard. Des actions mises en place pour mieux comprendre les musulmans sont également régulièrement organisées comme par exemple l’opération actuelle qui consiste à demander à des Néerlandais qui font le pèlerinage à la Mecque d’envoyer un selfie qui trouvera place dans une exposition intitulée Verlangen naar Mecca [Désirer la Mecque] qui se tiendra dans le musée en 2019. A travers ces opérations, le musée souhaite aller vers les populations immigrées afin de mieux les intégrer en leur permettant de participer pleinement à la vie de la cité, de valoriser positivement leurs différences et d’apprendre dans le même temps les normes et valeurs des Pays-Bas. Lors d’une autre exposition consacrée cette fois aux cheveux en Afrique, une étrange cabine photographique permettait de manière virtuelle d’essayer diverses coiffures, de se noircir la peau et de se faire prendre en photo dans la peau d’un noir. Sans doute ces dispositifs choqueraient profondément un public français. Les musées néerlandais parviennent pourtant à mettre les gens à l’aise, et à leur faire exprimer leurs sentiments pour dédramatiser les différences culturelles en trouvant des solutions collectives et ainsi parvenir à mieux s’accepter. Malgré ces stratagèmes ludiques, la société néerlandaise peine à intégrer ses minorités et les chocs culturels y restent extrêmement vifs. Un tel espace de pacification où passent des milliers de visiteurs (plus de 200.000 pour le seul musée des Tropiques en 2017 et 440.000 pour l’ensemble des musées néerlandais d’ethnographie) fait cependant ses preuves et reste indispensable dans une société souvent à fleur de peau sur les questions d’accueil des étrangers.

  • 5 Reimar Schefold and Han F. Vermeulen, Treasure hunting ? Collectors and Collections of Indonesian A (...)
  • 6 Les Musées néerlandais réfléchissent actuellement à la restitution d'objets africains volés, notamm (...)

11Enfin, l’autre enjeu essentiel auquel s’attèlent ces musées est celui de la restitution de butins de guerre aux anciens colonisés, mais elle ne se fait pas sans difficultés. En 1978, le musée d’ethnographie de Leyde restitua une partie du trésor de l’île de Lombok « volé » par des soldats coloniaux après la bataille de Tjakra Negara en 1894. Cependant, le transfert d’objets fut interrompu en raison de la disparition de pièces rachetées par des collectionneurs avertis : « Disturbing stories of museum pieces appearing on the art market shortly after their return are too numerous to ignore »5. Dans un article daté du 9 janvier 2001 paru dans le quotidien NRC Handelsblad, l’écrivain essayiste Ewald Vanvugt, bien connu pour ses critiques anti-colonialistes virulentes appela les musées d’ethnographie néerlandais à trouver une solution pour régler l’épineuse question des collections acquises dans des conditions douteuses. Il proposa la restitution d’une partie des collections ethnographiques néerlandaises aux Indonésiens car d’après lui, les musées sont tellement gorgés d’objets qu’un partage n’aurait pas un effet si catastrophique que ça. Il proposa également qu’une autre partie reste aux Pays-Bas, car il existe d’une part un risque de voir réapparaître ces pièces sur le marché de l’art et d’autre part ces objets pourraient efficacement témoigner des violences européennes dans leurs anciennes colonies et auraient un effet cathartique bénéfique. Susan Legêne, rappela quant à elle, le 20 janvier, la nécessité fondamentale de se focaliser plutôt sur les échanges avec les musées indonésiens et surtout de les aider à renforcer leurs compétences muséographiques plutôt que de sans cesse ressasser le passé. Dans cette histoire, il n’était, d’après elle, absolument pas question de devoir payer la dette du passé et de se sentir coupable, mais tout est plutôt affaire de « coopération collégiale ». Le musée Nusantara de Delft, qui a fermé ses portes en 2013, a choisi quant à lui de remettre l’ensemble de ses collections des Indes aux autorités indonésiennes, peu importe la provenance des objets6.

Conclusion

12En cent ans, les pratiques muséographiques néerlandaises ont profondément évolué. Envisagés d’abord comme des instruments de domination économique et coloniale, les musées ethnographiques des Pays-Bas ont été dans l’obligation de se remettre profondément en question après l’indépendance de l’Indonésie. Certains ont été au service de la diplomatie d’influence des gouvernements néerlandais successifs, d’autres se sont plutôt révélés comme des espaces où la dimension esthétique des objets a été mise en valeur. Aujourd’hui, ces musées servent avant tout le progrès en militant ardemment pour le respect des personnes culturellement différentes aussi bien à l’échelle nationale néerlandaise qu’à l’échelle mondiale. Ils permettent grâce à des dispositifs pédagogiques et ludiques uniques en leur genre d’apaiser les malaises et les préjugés qui minent les sociétés multiculturelles occidentales. Dans le même temps, jamais les conservateurs ne semblent baisser la garde et être empreints de naïveté vis-à-vis des enjeux actuels en matière d’intégration. Ces musées communiquent et font une large promotion auprès de leur nombreux public des normes et valeurs néerlandaises auxquels chacun, aux Pays-Bas, doit se tenir. Des musées d’ethnographie tels que le Mas à Anvers a fait un choix identique. Dans les Hauts-de-France, nous sommes encore bien loin d’initiatives similaires.

Apprendre la cuisine marocaine, Musée des Tropiques, 2018

Apprendre la cuisine marocaine, Musée des Tropiques, 2018

© Th. Beaufils

Arbre à histoires, Exposition ZieZo Marokko, Musée des Tropiques, 2018

Arbre à histoires, Exposition ZieZo Marokko, Musée des Tropiques, 2018

© Th. Beaufils

Capter l'attention. Un écouteur en forme de coquillage, Musée des Tropiques, 2018

Capter l'attention. Un écouteur en forme de coquillage, Musée des Tropiques, 2018

© Th. Beaufils

Découvrir les fêtes du monde, Jeu ludique interculturel. Musée des Tropiques, 2018

Découvrir les fêtes du monde, Jeu ludique interculturel. Musée des Tropiques, 2018

© Th. Beaufils

Dédramatiser et expliquer les religions, Musée des Tropiques, 2018

Dédramatiser et expliquer les religions, Musée des Tropiques, 2018

© Th. Beaufils

Des photographies dialoguent avec les objets exposés. Musée des Tropiques, 2018

Des photographies dialoguent avec les objets exposés. Musée des Tropiques, 2018

© Th. Beaufils

Exprimer son avis au Musée des Tropiques, Amsterdam, 2018

Exprimer son avis au Musée des Tropiques, Amsterdam, 2018

© Th. Beaufils

Entrée de l'exposition Ziezo Marokko, Musée des Tropiques

Entrée de l'exposition Ziezo Marokko, Musée des Tropiques

© Th. Beaufils

Exposition sur la mode en Afrique, Musée des Tropiques, 2018

Exposition sur la mode en Afrique, Musée des Tropiques, 2018

© Th. Beaufils

Faire découvrir les fêtes du monde de manière interactive, Musée des Tropiques, 2018

Faire découvrir les fêtes du monde de manière interactive, Musée des Tropiques, 2018

© Th. Beaufils

Faire découvrir les fêtes du monde de manière interactive, Musée des Tropiques, 2018

Faire découvrir les fêtes du monde de manière interactive, Musée des Tropiques, 2018

© Th. Beaufils

Garder un lien permanent avec le public et répondre à ses questions Exposition sur l'esclavage, musée des Tropiques, 2018

Garder un lien permanent avec le public et répondre à ses questions Exposition sur l'esclavage, musée des Tropiques, 2018

© Th. Beaufils

Les expositions se doivent d'éveiller à l'éthique et de stimuler l'esprit critique

Les expositions se doivent d'éveiller à l'éthique et de stimuler l'esprit critique

© Th. Beaufils

Mannequin illustrant la période coloniale en Indonésie, Musée des Tropiques, 2018

Mannequin illustrant la période coloniale en Indonésie, Musée des Tropiques, 2018

© Th. Beaufils

Présentation classique d'objets dans des vitrines, Musée des Tropiques, 2018

Présentation classique d'objets dans des vitrines, Musée des Tropiques, 2018

© Th. Beaufils

Un objet que l'on ramène chez soi. Calendrier des fêtes religieuses, Musée des Tropiques

Un objet que l'on ramène chez soi. Calendrier des fêtes religieuses, Musée des Tropiques

© Th. Beaufils

Valoriser les cultures. Exposition sur la mode en Afrique, Musée des Tropiques

Valoriser les cultures. Exposition sur la mode en Afrique, Musée des Tropiques

© Th. Beaufils

Bibliographie

Thomas Beaufils, « Traverser l’écran de l’image première. Rire et humour dans les arts et les musées des Pays-Bas : une esquisse », à paraître dans un ouvrage de mélanges offerts à Pascal Griener.

Thomas Beaufils, « Comment donner naissance à un monde de progrès ? Le musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren », Septentrion n°3, 2018, p.4-10.

Thomas Beaufils, « Idoles de l’île de Nias. Naissance d’un entichement muséal », in Caroline van Eck (éd), Idols and museum pieces, Ecole du Louvre/De Gruyter, Berlin, 2017, 207-223.

Thomas Beaufils, « Et si l’on restituait tous les butins de guerre des musées d’ethnographie ? », in Roger Somé et Carine Schutz (éds), Anthropologie, art contemporain et musée : quels liens ?, L’Harmattan, Paris, 2007, p. 67-82

Thomas Beaufils, « L’énigme du Pavillon hollandais (Exposition coloniale 1931) », Gradhiva n° 26, Editions Jean-Michel Place, Paris, 1999, p. 37-49

Collectienota 2008-2012: Collecting at cultural crossroads: Collection policies and approaches (2008-2012) of the Tropenmuseum, KIT Bulletin 381, Amsterdam, KIT Publishers, 2008.

Daan van Dartel, “The Oldest Collections of the Tropenmuseum: Haarlem and Artis”, in: David van Duuren et al., Oceania at the Tropenmuseum, Amsterdam, LM Publishers, 2011, pp. 30-45.

Daan van Dartel, (ed), Tropenmuseum for a change!: Present between past and future. A Symposium report, KIT Bulletin 391, Amsterdam, KIT Publishers, 2009.

Ph. Fr. De Siebold, Lettre sur l’utilité des musées ethnographiques, Paris, Benjamin Duprat, Librairie de l’Institut et de la Bibliothèque royale, 1843

Donna C. Mehos, Science and Culture for Members only; The Amsterdam Zoo Artis in the Nineteenth Century. Amsterdam, Amsterdam University Press, 2006.

David van Duuren, 125 jaar verzamelen: Tropenmuseum Amsterdam. Amsterdam, KIT, 1990.

Rudolf Antonius Hermanus Dominique Effert, Royal Cabinets and Auxiliary Branches: Origins of the National Museum of Ethnology 1816-1883, Leiden, CNWS Publications, Leiden University Press, 2013.

Huub Jans en Hans van den Brink, Tropen in Amsterdam: 70 jaar Koninklijk Instituut voor de Tropen. Amsterdam, KIT, z.j.

W. Otterspeer, Leiden Oriental Connections: 1850 – 1940, Leiden/New York, E.J. Brill, 1989.

C.M. Pleyte, Gids voor den bezoeker van het Ethnographisch Museum van het Koninklijk Zoölogisch Genootschap: 'Natura Artis Magistra', Amsterdam, 1888.

Reimar Schefold and Han F. Vermeulen, Treasure hunting? Collectors and Collections of Indonesian Artefacts, CNWS, Universiteit Leiden, 2002.

J. Woudsma, Een markant gebouw in Amsterdam-Oost. Het Koninklijk Instituut voor de Tropen, Amsterdam, KIT Publishers, 2004.

Notes

1 Ph. Fr. De Siebold, Lettre sur l’utilité des musées ethnographiques, Paris, Benjamin Duprat, Librairie de l’Institut et de la Bibliothèque royale, 1843, p.17.

2 Cité in J. Woudsma, The Royal Tropical Institute, an Amsterdam Landmark, Amsterdam, KIT Publications, 1990, p.3.

3 Koninklijk Instituut voor de Tropen, Annual report Tropeninstituut, Amsterdam, 1966, p.13.

4 Au Mexique, les enfants, les yeux bandés, armés d'un bâton essayent de casser la piñata afin de récupérer les sucreries cachées à l'intérieur.

5 Reimar Schefold and Han F. Vermeulen, Treasure hunting ? Collectors and Collections of Indonesian Artefacts, CNWS, Universiteit Leiden, 2002, p.17.

6 Les Musées néerlandais réfléchissent actuellement à la restitution d'objets africains volés, notamment une centaine de pièces muséographiques du 19e siècle originaires du Royaume du Bénin, et réalisent également l'inventaire de l'ensemble des objets de leur collection afin de repérer ceux dont la provenance est douteuse. Voir Jos van Burden, Treasures in trusted hands, Leiden, Sidestone Press, 2017 et Arjen Ribbens, « Museum zitten in hun maag met koloniale roofkunst », NRC Handelsblad, 24 oktober 2018.

Table des illustrations

Titre Apprendre la cuisine marocaine, Musée des Tropiques, 2018
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Arbre à histoires, Exposition ZieZo Marokko, Musée des Tropiques, 2018
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Capter l'attention. Un écouteur en forme de coquillage, Musée des Tropiques, 2018
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Découvrir les fêtes du monde, Jeu ludique interculturel. Musée des Tropiques, 2018
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Dédramatiser et expliquer les religions, Musée des Tropiques, 2018
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Des photographies dialoguent avec les objets exposés. Musée des Tropiques, 2018
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Exprimer son avis au Musée des Tropiques, Amsterdam, 2018
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Entrée de l'exposition Ziezo Marokko, Musée des Tropiques
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Exposition sur la mode en Afrique, Musée des Tropiques, 2018
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Faire découvrir les fêtes du monde de manière interactive, Musée des Tropiques, 2018
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Faire découvrir les fêtes du monde de manière interactive, Musée des Tropiques, 2018
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Garder un lien permanent avec le public et répondre à ses questions Exposition sur l'esclavage, musée des Tropiques, 2018
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Les expositions se doivent d'éveiller à l'éthique et de stimuler l'esprit critique
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Mannequin illustrant la période coloniale en Indonésie, Musée des Tropiques, 2018
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Présentation classique d'objets dans des vitrines, Musée des Tropiques, 2018
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Un objet que l'on ramène chez soi. Calendrier des fêtes religieuses, Musée des Tropiques
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Valoriser les cultures. Exposition sur la mode en Afrique, Musée des Tropiques
Crédits © Th. Beaufils
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3272/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search