Version classiqueVersion mobile

Arts premiers dans les musées de l’Europe du Nord-Ouest (Belgique, France, Pays-Bas)

 | 
Thomas Beaufils
, 
Chang Ming Peng

Les collections ethnographiques dans le fonds de la bibliothèque universitaire de Lille Sciences Humaines et Sociales : un matériau à explorer pour les chercheurs

Cécile Martini

Texte intégral

La collection universitaire de Lille Sciences humaines et sociales : quelques jalons historiques

1Le fonds de la bibliothèque universitaire compte à ce jour environ 750.000 documents, répartis entre de l’accès direct (120.000 documents) et de l’accès indirect (collections conservées en silo). À ce fonds s’ajoutent les collections des bibliothèques de recherche, de laboratoire, ou de proximité pour les différentes disciplines. L’ensemble cumulé est un réservoir d’un million de documents, majoritairement des 19e et 20e siècles, signalés à 80 % dans le catalogue du Service commun de documentation. 13.000 de ces titres sont antérieurs à 1810 et constituent le fonds patrimonial, indivis entre les trois universités lilloises, devenue Université de Lille au 1er janvier 2018. On estime par ailleurs que les bibliothèques de Sciences Humaines et Sociales (c’est-à-dire la bibliothèque universitaire et les bibliothèques associées) renferment 100.000 unica, documents qui ne sont présents dans aucune autre bibliothèque universitaire française (référence catalogue SUDOC, Système Universitaire de Documentation), preuve, s’il en était besoin, de la richesse de la collection.

  • 1 Sur l’histoire de la collection universitaire voir Isabelle Westeel, « Une histoire de la bibliothè (...)

2La longue histoire de l’université, fondée à Douai en 1562, transférée à Lille en 1887 puis scindée en différents campus sur la métropole lilloise dans les années 70, explique d’une part la continuité des collections et d’autre part leur enrichissement méthodique dans la durée. La bibliothèque universitaire lilloise fait partie, notamment, des bénéficiaires de la politique active en matière d’enseignement de la IIIe République qui, de 1878 à 1886, instaura une gestion rigoureuse des bibliothèques universitaires, en favorisant les acquisitions, mais aussi le regroupement des collections éparses entre les différentes facultés. La collection universitaire de Lille SHS s’est sans doute aussi étoffée grâce aux mesures consécutives à la loi de Séparation de l’Eglise et de l’État : un texte législatif de 1908 prévoyait effectivement le versement aux bibliothèques universitaires des biens saisis et confisqués. Une politique très active d’échanges de publications, tant au niveau national qu’international, sur les dernières décennies du xixe siècle et jusqu’à la Première Guerre mondiale, complète cette dynamique que les bibliothécaires successivement en charge des fonds universitaires se sont efforcées de maintenir tout au long du xxe siècle malgré les vicissitudes de l’histoire : difficultés budgétaires à partir des années 1935, puis désorganisation et appauvrissement liés aux années de conflit1.

3Une place particulière est nécessairement à accorder dans cette histoire à la Société de Géographie de Lille. Fondée en 1880, dans le cadre de l’Union géographique du Nord, la Société de Géographie de Lille s’inscrit dans un courant de pensée qui mêle intérêts économiques (notamment liés à la colonisation) et volonté de vulgariser des connaissances scientifiques. Reconnue d’utilité publique en 1895, elle passe ensuite sous la loi de 1901. Comptant essentiellement à ses débuts, des membres issus de la bourgeoisie lilloise, la Société est rapidement devenue un lieu culturel essentiel de la ville, appuyant sa notoriété sur des conférences (amplement illustrées de photographies, élément tout à fait novateur pour l’époque), la parution de bulletins semestriels où sont consignés l’ensemble de ses activités, mais aussi la publication d’études de portée plus générale dont la grande force était d’allier une description géographique à une étude sociologique des contrées visitées. Dissoute en 2005, la Société de Géographie avait commencé à déposer ses collections de périodiques et de monographies dès 1981 à l’université Lille 3 à l’occasion d’un changement d’adresse. L’ensemble du fonds comprenant des photographies, des livres, des archives et des périodiques a ensuite été réparti entre les archives départementales du Nord (fonds photographique et archives), la bibliothèque de l’Institut catholique de Lille, l’université Lille 3 et la bibliothèque municipale de Lille. L’inventaire et le signalement des documents issus de la collection de la Société de Géographie sont aujourd’hui un des axes de travail des équipes de la bibliothèque universitaire, conscients de la richesse de la collection, pour tout ce qui a trait à l’ethnographie mais aussi à la vie intellectuelle lilloise.

Ethnologie et ethnographie : parcours thématique dans les collections universitaires de Lille Sciences humaines et sociales

4Un sondage dans le catalogue en ligne du Service commun de documentation fait remonter environ 1 500 documents indexés avec le mot matière « ethnolog* », la troncature permettant de faire retrouver les documents indexés au nom commun (ethnologie), comme à l’adjectif (ethnologique) ainsi que les indexations en langue anglaise. On trouve, selon la même méthode, une centaine de documents indexés à « ethnograph* ». Ces chiffres sont sans doute à enrichir de références issues des collections patrimoniales antérieures à 1810, pour lesquelles l’indexation est encore souvent lacunaire ; ils seront également à compléter lorsque l’ensemble du fonds de la Société de Géographie sera traité, mais ainsi présentés, ils sont déjà éloquents.

5Textes fondateurs mis à part (logiquement présents dans les collections universitaires lilloises, ils le sont souvent dans leurs éditions d’origine : on peut ainsi citer: Franz Boas, Primitive Art, édition de 1955 ou Bronislaw Malinowski, Mœurs et coutumes des Mélanésiens, édition de 1933), toutes les références concernant l’ethnographie et l’ethnologie ne sont pas d’un intérêt égal pour le chercheur ou le bibliothécaire, parce qu’elles concernent les publications récentes que l’on trouve dans la plupart des universités enseignant la discipline, mais certaines méritent qu’on s’y arrête car leur ancienneté, leur rareté, leur complétude font d’elles un matériau de choix pour la recherche.

Les collections anciennes de périodiques : foisonnantes et encore souvent inexplorées...

6Les périodiques du xixe siècle sont indéniablement une des richesses du fonds. Une politique constante d’abonnements et de réclamations des exemplaires manquants dans les séries permet sans doute à la bibliothèque universitaire de posséder nombre de titres de référence en ethnologie/ethnographie, que les programmes de conservation partagée financés par le Ministère de l’Enseignement supérieur sanctuarisent. Trois d’entre eux méritent d’être cités au premier rang :

* Le Bulletin de la société de géographie de Lille, dont la bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales possède une collection quasi continue de 1882 à 1953, sous trois cotes différentes, issues des changements de titre du périodique.

* Le tour du monde : nouveau journal des voyages, créé en 1860 par le publiciste vulgarisateur Edouard Charton, pour la maison Hachette dont la bibliothèque possède les 52 premiers numéros, à l’exclusion du 49, consacré à l’île de Cuba.

* L’Univers : histoire et description de tous les peuples, paru chez Firmin Didot entre 1835 et 1863, extrêmement rare dans les collections universitaires françaises et dont le signalement reste à faire pour la bibliothèque ; la collection est en effet issue du fonds de la Société de Géographie, encore en traitement.

7D’autres périodiques du xixe siècle, fourniraient sans doute des sources utiles aux chercheurs s’intéressant aux débuts de l’ethnographie : l’Année géographique, la Revue d’anthropologie, Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’homme, la Revue des traditions populaires, pour ne citer que ces exemples représentatifs. Conservés dans leur état d’origine (brochage d’époque, parfois regroupés en paquets ficelés), ces fascicules de périodiques font l’objet d’un reconditionnement méthodique dans des boîtes adaptées pour les préserver au mieux de l’effritement du papier, inhérent à la production de cette époque. Rares dans les bibliothèques universitaires, les Actes du congrès international des sciences ethnographiques qui s’est tenu en marge de l’exposition universelle de 1878 au palais du Trocadéro fournissent un matériau complémentaire aux périodiques. Par extension, les collections de catalogues des expositions universelles de 1889 et 1900 (plus de 300 fascicules conservés à la bibliothèque universitaire de Lille SHS, la plus grande collection après celle du Musée des Arts et Métiers de Paris) représentent un fonds documentaire sans doute intéressant à examiner sous le regard de l’ethnologue.

Les collections de monographies : une tradition très ancienne de récits ethnographiques

8La collection de monographies, plonge ses racines dans le fonds patrimonial, avec un nombre important de récits de voyages qui constituent sans doute l’axe documentaire fort en termes d’ethnographie ou d’ethnologie. Consignés par des géographes, des religieux (on pense notamment aux sociétés missionnaires) ou à des fins militaires, la plupart de ces récits sont teintés d’ethnographie ou dénotent au moins un intérêt certain pour les populations rencontrées et leurs mœurs.

9Quelques jalons en trois pépites :

* Pierre Belon, Les observations de plvsievrs singvlaritez & choses memorables : trouuées en Grece, Asie, Iudée, Égypte, Arabie, & autres pays estranges, Paris, 1555 et 1588 (2 éditions à la bibliothèque). Naturaliste et apothicaire, Pierre Belon du Mans a parcouru l’Europe et le Levant pour le compte du roi François 1er entre 1547 et 1549, passant notamment par l’Égypte et Constantinople. Soucieux des populations qu’il croise, Belon collecte quantité d’informations sur les mœurs et l’histoire des peuples, en posant sur eux un regard bienveillant et plein de curiosité, qui rend son récit touchant et vivant.

* Athanase Kircher, China illustrata, Amsterdam, 1667. Première édition de l’ouvrage du père jésuite Athanase Kircher, qui est en réalité une compilation de récits de missionnaires en Chine, mais aussi de géographes comme Martino Martini. L’ouvrage d’Athanase Kircher a amplement contribué à la diffusion de la connaissance sur la Chine au xviie siècle et est longtemps resté une référence ; on y trouve, outre les considérations géographiques et religieuses d’usage, une approche de l’écriture et de la littérature chinoises. Athanase Kircher est par ailleurs le fondateur du premier musée d’ethnographie (1651, au Collège Romain).

* Étienne de Flacourt, Histoire de la grande isle de Madagascar, [Paris, 1661]. Seconde édition (posthume, première édition en 1648) du récit de la colonisation de l’île par Étienne de Flacourt, son premier gouverneur, l’ouvrage est à la fois le récit d’une aventure humaine (Flacourt dirigea la colonie durant six ans dans des conditions très rudes, et sans aucun appui du gouvernement de métropole), et une somme d’informations historiques, géographiques, botaniques et ethnologiques sur l’île.

Fig. 1. Couverture de livre : « Les récits des voyages de découverte » dans les collections de la BU

Fig. 1. Couverture de livre : « Les récits des voyages de découverte » dans les collections de la BU

© SCD-ULille

10Au-delà des pièces exceptionnelles conservées dans le fonds ancien, c’est toute l’histoire des grandes explorations qui se trouve représentée dans les collections universitaires ; donner la liste exhaustive de toutes ces publications, très souvent conservées dans leur édition princeps, serait de peu d’intérêt, mais en voici quelques exemples pour illustrer le propos :

Hyacinthe de Bougainville, Journal de la navigation autour du globe, de la frégate La Thétis et de la corvette L'Espérance, pendant les années 1824, 1825 et 1826 [..], Paris, 1837.

Jean-Baptiste Labat, Nouveau voyage aux isles de l’Amérique […], Paris, 1722.

Francis Garnier, Voyage d'exploration en Indo-Chine, effectué pendant les années 1866, 1867 et 1868 […], Paris, 1873.

Jean Charcot, Expédition antarctique française (1903-1905) commandée par le docteur Jean Charcot. Journal de l'expédition, par Jean-Baptiste Charcot, Paris, 1908.

Jules Dumont D’Urville, Voyage de découvertes de l'Astrolabe : exécuté pendant les années 1826, 1827, 1828 et 1829 […], Paris 1833-1834.

Jean-Léon Dutreuil de Rhins, l’Asie centrale (Tibet et régions limitrophes) […], Paris, 1889.

11Ce qui fait la valeur pour le chercheur et pour le bibliothécaire de cette collection universitaire, c’est la continuité : ouvrages patiemment achetés, collectés en dons ou échangés, qui au bout du compte permettent de dresser un panorama large des sources des disciplines ethnographiques.

L’approche muséale : quelques pistes à explorer

12Pour qui s’intéresse aux prémices de l’ethnologie, de l’ethnographie et de l’anthropologie il y aurait sans doute à gagner à se plonger dans les descriptions des premières collections ethnographiques des musées ou dans les ouvrages traitant des « arts sauvages ». La bibliothèque universitaire de SHS propose sans doute un réservoir intéressant de sources sur ce champ de recherche. Une recherche approfondie dans les catalogues reste à faire, mais signalons simplement que la collection universitaire est l’un des rares établissements de l’enseignement supérieur à conserver les très riches (6 séries) Annales du Musée du Congo, publiées à Bruxelles entre 1898 et 1927.

13Tous les documents évoqués dans cet exposé, à de rares exceptions près, recourent de manière organisée à l’illustration, en utilisant les techniques en pointe à l’époque de leur publication. L’insertion de gravures sur bois (xvie siècle), sur cuivre (xviie et xviiie siècles), puis d’héliogravures au xixe siècle et enfin de photographies (voire gravures d’après photographies) au tournant du xxe répond à un double objectif. Il s’agit dans un premier temps de rendre le récit vivant, de permettre au lecteur de s’approprier les lieux, de se faire une représentation des contrées traversées et d’imaginer la vie des populations rencontrées. C’est ce que fait Belon, qui, au milieu du xvie siècle, enrichit son exposé de bois gravés représentant des personnages en costumes locaux, ou des animaux « exotiques » au regard de ses lecteurs européens ; la préoccupation des rédacteurs du Journal des Voyages n’est pas différente deux siècles plus tard, lorsqu’ils ponctuent leurs articles de gravures de scènes pittoresques mettant en scène des personnages haut en couleur. Il s’agit également de documenter des écrits pour ajouter à leur crédibilité scientifique. L’image sert alors de démonstration au propos et aide à justifier du bien-fondé du voyage, en général financé ou subventionné par des fonds en grande partie publics. Le modèle le plus connu à cet égard est sans nul doute la Description de l’Égypte, publiée grâce à un appel à souscription en plusieurs livraisons à partir de 1809, qui regroupe et organise tout le matériau scientifique collecté par Bonaparte au cours de son expédition de 1798-1801, et dont la bibliothèque universitaire conserve une (seconde édition) complète de toutes ses planches.

14Le récit de voyage peut ainsi se trouver truffé d’illustrations scientifiques (c’est la vocation des 6 cartes et des 2 planches hors texte de botanique et de zoologie insérées dans l’ouvrage d’Étienne de Flacourt, dont la mission était financée par la Compagnie des Indes, même si celle-ci l’abandonna rapidement à son sort), mais les illustrations peuvent également faire l’objet de volumes à part, et venir en quelque sorte en pièces annexes et justificatives au récit : c’est le choix fait par Jules Dumont d’Urville dans sa relation du Voyage de découvertes de l’Astrolabe dont un volume est consacré à « tous les matériaux qui, par leur spécialité, n’étaient point de nature à faire partie de la relation proprement dite du Voyage », ainsi que s’en explique l’auteur dans l’introduction dudit volume.

15Cette brève incursion dans les collections universitaires lilloises en Sciences humaines et sociales permet d’en dévoiler un peu de l’extraordinaire richesse… mais révèle aussi combien est précieuse la collaboration entre les bibliothécaires et les chercheurs pour leur valorisation.

16La journée d’étude de 2016 aura donc permis de sortir de l’ombre, pour la première fois depuis 2000 (année d’une mémorable exposition sur les Voyages en Europe, appuyée sur les récits de voyage conservés dans les fonds), les collections d’ethnographie de la bibliothèque universitaire. Il faut espérer désormais qu’elles susciteront l’intérêt des jeunes chercheurs, et qu’ils trouveront là matière à leurs futurs sujets d’étude…

Notes

1 Sur l’histoire de la collection universitaire voir Isabelle Westeel, « Une histoire de la bibliothèque universitaire de Lille », Insula [en ligne], mis en ligne 2013, https://insula.univ-lille3.fr

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Couverture de livre : « Les récits des voyages de découverte » dans les collections de la BU
Crédits © SCD-ULille
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3263/img-1.png
Fichier image/png, 299k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search